Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre III - La scène haïtienne au lendemain du séisme

Décentralisation : opportunités, limites et contraintes

Jean-Claude Fignolé

Texte intégral

1950, 2010 : des luttes pour l’autonomie des communes

1Si la notion de décentralisation est relativement nouvelle dans le vocabulaire politique et administratif haïtien, celle d’autonomie des communes qui en est le corollaire demeure inscrite dans bon nombre de Constitutions de notre République, notamment celles de 1946 et de 1987. On peut s’arrêter à ces deux Constitutions, la première parce qu’elle fut la cause d’une révolution à l’haïtienne et de la chute d’un gouvernement, la deuxième parce qu’elle est aujourd’hui à l’origine d’une dynamique irrésistible dans l’évolution de notre droit administratif.

2Quand, en 1950, le président Estimé, pour les besoins d’une hypothétique réélection, s’avisa de dissoudre les conseils communaux élus pour les remplacer par des maires nommés sur des critères partisans, les étudiants de l’Université d’Haïti se soulevèrent contre l’arbitraire gouvernemental et, grâce à un appui intéressé des militaires, de la bourgeoisie, de l’Église et d’une partie de la population de Port-au-Prince, renversèrent le régime. Pour mémoire, citons l’un des considérants de leur manifeste :

  • 1 Cité dans Péan, 2010.

Considérant que le gouvernement a prouvé qu’il n’est pas partisan de l’appli cation intégrale et sans restriction aucune des principes démocratiques en maintenant l’état de siège que rien ne justifie, l’arrêté du 9 novembre dernier, la loi électorale qui ne garantit point la liberté et la sincérité des élections législatives, et les commissions communales nommées qui partant, existent à l’encontre des principes constitutionnels consacrant l’autonomie communale1

3Quand soixante ans plus tard, catastrophé par le séisme du 12 janvier 2010, le gouvernement d’alors, indécis, insouciant, inefficace, préféra s’abstenir de ses devoirs et responsabilités pour ne plus exister comme Pouvoir, c’est-à-dire comme autorité de décision dans la gestion d’une situation sans précédent dans le registre des calamités naturelles, il revint aux maires, sous l’empire des articles du chapitre i, titre V de la Constitution de 1987, de s’affirmer comme Pouvoir en se prévalant de droits constitutionnels pour gérer la crise et ses conséquences. Ils impulsèrent alors une dynamique de responsabilisation (accueil des réfugiés, accréditation scolaire pour élèves déplacés, prévention des crises alimentaires, fourniture de soins de santé, création d’emplois en faveur des rescapés, etc.) qui culmina au Cap-Haïtien par la prise en charge de l’appareil départemental administratif et dans la Grand’Anse par un arrêté collectif d’autonomie administrative et financière des douze communes du département en date du 15 février 2010.

4Ce n’était pas un début de révolution comme en 1946, mais celui d’un processus de revendications pour une prise de conscience par les maires grand’anselais de la nécessité de s’affirmer comme autorité de réflexion, de décision, d’intervention dans les domaines relevant de leurs compétences administratives indépendamment de toute sujétion vis-à-vis du pouvoir central. Prise de conscience du droit à la gouvernance, à l’administration de la fonction municipale face à la tutelle de fait exercée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT), héritage rétif des temps de la dictature. Inversement, prise de conscience obligée de la part du pouvoir central de son incapacité à proposer au pays une gestion responsable de la crise postséisme car insoucieux de se donner une cohérence à l’endroit des administrés inquiets de survivre au présent et anxieux d’apprendre à vivre le futur, et s’empêtrant dans le bourbier des fantasmes de l’aide internationale pour ne pas avoir à se penser en termes de projection et de maîtrise de l’avenir. Une indignité d’être devenant une opportunité.

Une décentralisation de fait

5Les maires en profitèrent pour assumer, par-devers eux, un pouvoir de gouvernance, imposant de fait au gouvernement central un devoir de reconnaissance du droit à l’autonomie. Si l’on part de la définition citée par Marie Bodin dans sa thèse de doctorat, « la décentralisation consiste en la dissociation d’éléments réunis en plusieurs centres, mais dans le contexte de faiblesse du pouvoir central et d’omniprésence de la communauté internationale », on peut dire que tous les éléments sont réunis pour une décentralisation de fait depuis le séisme du 12 janvier.

  • 2 On l’a vu au lendemain du séisme. Spontanément la population a organisé des secours permettant de (...)

6D’une part, on a assisté à l’éclatement – du fait de la non-présence du centre – de la gestion immédiate de la crise postséisme par un transfert spontané – un accaparement réflexe – des responsabilités à la population2, et donc du pouvoir vers des catégories d’institutions nationales et de citoyens qui ont assuré et assumé d’eux-mêmes les fonctions de l’État. D’autre part, au fur et à mesure que le gouvernement démontrait son incapacité à être, à être Pouvoir, les ambassades, les ONG s’agglutinèrent en pouvoirs périphériques, s’appropriant l’autorité de décision et d’intervention dans le champ même des attributions sinon des compétences du gouvernement, s’attribuant dès lors quelques-unes des fonctions premières et des prérogatives de l’État – par exemple en matière de santé publique et surtout d’aide alimentaire.

  • 3 Le Premier ministre Bellerive, dans un entretien à la BBC, reconnaissait que le ministère de la Pl (...)

7L’État vulnérable, fragilisé, n’avait plus les moyens d’une politique quelconque eu égard aux exigences de ses responsabilités vis-à-vis des citoyens. Par une dernière perversion, au lieu de se ressaisir, de se dignifier pour assurer une cohérence, de se reprendre, de gouverner et contrôler efficacement l’administration publique, elle-même depuis longtemps en quête de cohérence, l’État s’en remit pour tout, et sur tout, à l’aide internationale alors même qu’il feignait de contester la mainmise des ONG sur cette aide3. Dans une telle situation, celles-ci étaient plus que jamais un État dans l’État. À l’intérieur de sa sphère d’action, territoire aussi bien géographique qu’administratif, l’État n’est alors plus qu’une fiction. Il est passé de la non-présence à la non-existence.

La naissance d’une autonomie

8Au lendemain du 12 janvier, il y avait un vide institutionnel à combler. Deux ans plus tard, ce vide persiste, perdure. En témoigne le flou autour de la politique de reconstruction du gouvernement, figée dans la non-pertinence de la notion même de reconstruction confisquée par l’international au nom de multiples intérêts occultes. Le vide institutionnel ayant provoqué un déplacement d’autorité, créant un précédent administratif, il fallait lui donner un fondement juridique qui légitimât ce glissement aux yeux des maires, aux yeux des administrés. Ainsi germa l’idée du décret pris collectivement par les maires le 15 février 2010 proclamant l’autonomie des communes de la Grand’Anse, « … dans le strict respect des lois en vigueur dans la République ».

9On pourrait voir dans cette précision une précaution de forme, un artifice de langage propre au style juridique. C’était en fait une raison de fond. Si la Constitution proclame le droit des communes à l’autonomie administrative, aucun texte de loi n’est venu légiférer pour poser les limites de cette exceptionnelle compétence du fait de la culture centralisatrice de la République. Un hiatus entre ce qui est et ce qui aurait dû être. Il est nécessaire de préciser qu’en restant dans les limites permises par la loi, les maires de la Grand’Anse ne s’autorisaient pas à faire sécession. Cela eut-il la vertu de rassurer le pouvoir ? Peut-être. Mais pour freiner toute tentation des autres associations de maires d’emprunter la même voie, les autorités centrales firent insidieusement courir le bruit que cette fronde municipale en Grand’Anse cachait mal des intentions de partition du pays. Un avertissement ? Une menace ? L’Association des maires de la Grand’Anse (AMAGA) ne paniqua pas et joua le tout pour le tout sur un coup de dés.

Faiblesse légale

  • 4 Privilège de prendre des arrêtés – communaux –, partagé seulement avec le président de la Républiq (...)

10Le décret affirmant la force juridique de l’autonomie des communes ne peut être, par vice de forme, une confirmation légale d’une décision d’autonomie. L’AMAGA, association de droit haïtien, n’est en effet pas une entité administrative ayant compétence à légiférer car, si les communes détiennent individuellement cette compétence4, elles ne peuvent pas la transférer au collectif des maires. Ce qui entache l’arrêté de création de l’AMAGA d’impotence exécutoire sans effet de jurisprudence. Le président de la République, par arrêté, aurait pu le déclarer nul et non avenu. Il a choisi de s’indifférer. Sinon, comment comprendre que, détenteur d’un privilège, il n’ait pas été capable de l’exercer sur une question de droit, accentuant ainsi le laxisme en matière d’application de la loi qui fait d’Haïti un état anomique ? Son absence de réaction présente un caractère ambigu qui met l’AMAGA en délicatesse, plus d’ailleurs avec la loi qu’avec le pouvoir. Cette ambiguïté, finalement, fait sa force par rapport à un pouvoir qui, indicateur de sa faiblesse, n’a pas cherché à engager une confrontation avec l’autorité communale à un moment où il était, à l’évidence, en panne de crédibilité nationale et internationale. Un pouvoir également en panne d’autorité effective pour apporter des solutions d’urgence à une population meurtrie et blessée dans ses espérances de survivre et d’exister dans son quotidien. L’AMAGA s’engouffra dans la brèche ouverte par le laxisme du gouvernement.

11Malheureusement, malgré les appels du pied de l’AMAGA aux autres associations départementales, celles-ci n’entreprirent pas de la suivre pour imposer au pouvoir central la décision de décentralisation par la proposition et le vote au Parlement d’une loi de décentralisation. Or c’était le moment ou jamais de penser collectivement la décentralisation comme instrument de lutte efficace contre la corruption institutionnelle – la grande corruption –, promouvoir la défense de l’environnement, concevoir l’aménagement du territoire et le développement régional par la revitalisation des provinces, prévoir le rééquilibrage démographique par la fixation des populations dans leurs lieux d’origine et la création de pôles régionaux de développement. C’était le moment de penser la décentralisation comme un passage obligé pour résoudre les problèmes qui freinent le progrès économique et social d’Haïti, bloquent les mécanismes fonctionnels de la démocratisation du pouvoir politique. Et imposer à tous, citoyens et dirigeants, la double notion de service public et de société conviviale.

Incapacité financière

  • 5 C’est-à-dire de son aptitude à pouvoir agir ou faire légalement.

12La décision de créer l’AMAGA, et ses actions pour soutenir sa capacité d’autonomie administrative et de gouvernance, se heurte aux limites de sa capacitation légale5. Bien que la loi du 22 octobre 1982 et son décret d’application soient venus fixer et ordonner certaines compétences en transférant des droits et privilèges de contrôle, de décision et d’intervention dans quelques domaines de l’administration publique par le jeu de la déconcentration en matière de travaux publics, d’assainissement, d’environnement, d’éducation ou d’habitat rural et urbain, cette capacité légale – non intrinsèque puisque conférée – bute sur un obstacle de taille : l’incapacité financière des municipalités.

13Il faut s’interdire ici d’entendre incapacité au sens juridique du terme, proche de l’interdit et qui s’applique à la personne pour la dépouiller du « droit à être » au regard de la loi. Il faudrait plutôt l’entendre au sens de privation non du « droit à être » mais des « moyens pour être ». L’absence de moyens grève l’action des mairies d’une faiblesse fonctionnelle dans leurs rapports avec le gouvernement qui de fait procure la presque totalité des ressources opérationnelles afin qu’elles puissent faire face à leurs obligations vis-à-vis de leurs administrés.

14Les municipalités n’ont que peu de ressources, pour tout dire presque pas. L’assiette fiscale se limite à la perception de la taxe sur la propriété bâtie, des redevances d’eau et d’électricité, des péages à l’entrée ou à la sortie des villes, des taxes de marché, etc. Gestionnaire privilégié des biens de l’État (patrimoine public et privé), la mairie perçoit des droits d’affermage, de vente, de transfert de titre, sans rémunération pour ses services alors que concernant la contribution financière sur la propriété bâtie (CFPB), elle cède par le biais de la Direction générale des impôts 20 % de frais de gestion à l’État qui fait montre ici d’un sans-gêne administratif révoltant.

15La commune, à cause d’une absence de loi sur la décentralisation, n’a pas la capacité de lever des impôts locaux car lever des impôts relève du privilège exclusif de l’État. Privilège exorbitant, puisqu’il prive les communes de substantielles ressources mobilisables périodiquement comme l’impôt sur le revenu entre autres. Ces recettes tombent dans l’escarcelle de l’État qui oublie de les restituer – tout ou en partie – aux communes pour les besoins de leurs services de voirie, d’eau, d’électricité ou pour des projets d’investissement telles les infrastructures routières intercommunales. Démunies de ressources financières, les municipalités n’ont que la capacité de survivre.

16Payer les fonctionnaires municipaux est soumis à la générosité du gouvernement qui les discrimine (art. 112 du Budget) par rapport aux fonctionnaires de l’État (art. 110 du Budget). Révocables, à la merci des changements de maires, les fonctionnaires municipaux n’ont pas droit à une pension. Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales (MICT) administre littéralement la fonction municipale comme autorité normative, donc de régulation, et comme autorité de tutelle. C’est d’ailleurs sous cette dénomination que le MICT gère ses rapports avec les mairies. En droit civil, la notion de tutelle renvoie à celle de mineur. Elle est appliquée, sur le plan administratif, dans le contexte spécifique de régimes qui refusent de n’être que présidentiels, donc de pouvoirs à vocation autoritaire. Les communes sont donc des mineurs frappés d’interdit pour certains actes qui leur sont pourtant reconnus comme des privilèges accordés par la loi. Ainsi, selon une circulaire du MICT en 2008, les communes ne pouvaient, ni ne devaient, émettre d’arrêté qui n’ait été préalablement approuvé et autorisé par le ministre de tutelle. De la tutelle financière, on glisse vers la tutelle administrative, une épreuve de vassalisation à laquelle résistent difficilement les concepts de décentralisation et d’autonomie.

Vassalisation

  • 6 Les mairies construisent et proposent un budget que le MICT est libre de rejeter sans explication.

17Si du point de vue politique, les rapports entre les maires et l’administration ne sont pas caractérisés par des tensions occasionnées par la tutelle, du fait de la gestion en demi-teinte qui en est faite par l’actuel titulaire du MICT6, la vassalisation des communes demeure évidente à travers les pressions exercées par l’autorité de tutelle, elle-même soumise aux pressions et aux manipulations de la présidence. Bon nombre de maires consentent à cette vassalisation par opportunisme politique. Offrant leurs services ou ne sachant pas les refuser, ils constituent un vivier de choix pour le recrutement de la primature, de la présidence, du ministère des Finances ou de la Planification. Ceux-ci et celles-là utilisent la distribution de fonds publics comme appâts pour séduire/réduire les maires, récompenser leur fidélité, leur zèle dans l’exécution de quelque volonté, le plus souvent occulte. Cela se traduit par des affectations de fonds à des postes budgétaires, sans commune mesure, d’une municipalité à l’autre de même catégorie, selon le degré d’obédience de l’une ou l’autre au pouvoir central. En dehors du budget, cela se traduit par des dotations qui illustrent le niveau de générosité du pouvoir et le degré d’allégeance de la mairie.

18L’exemple est contagieux. Des maires, intéressés par la générosité du prince, reniant leur appartenance à un parti, rallient inconditionnellement le pouvoir central, entraînés parfois par les députés et sénateurs de leur région, eux-mêmes souvent renégats engagés dans la chasse aux prébendes. De tels reniements fissurent le consensus péniblement obtenu ces trois dernières années par certaines associations départementales de maires autour de revendications en faveur de la décentralisation. Tout combat pour la décentralisation et pour l’autonomie des communes est aujourd’hui hypothéqué par des pratiques qui interpellent dangereusement les notions de moralité politique et de morale publique.

Intérêts particuliers

19Tout compte fait, l’importation de la décentralisation dans le corpus administratif haïtien demeure confrontée à des contraintes et à des intérêts très particuliers qui régissent les rapports entre le pouvoir central et le pouvoir communal. Ces intérêts trouvent leur origine dans le jeu des séductions, des perversions de la politique, dans un pays où, malgré des déclarations de position de partis politiques, les certitudes d’appartenance idéologique restent floues. La conviction politique s’érige en luxe pour des consciences exposées à l’attrait du plus offrant. La politique – les certitudes qui l’entourent, les pratiques qui la cautionnent – n’est plus une fin en soi, mais un moyen qui détermine les choix, fixe les fidélités, organise toute démarche – quête du pouvoir, ralliement/reniement – autour d’un opportunisme qui vrille les consciences. Il existe chez les élus locaux et régionaux une émulation, une course vers des frémissements de pouvoir et d’avoir qui éradiquent toute tentation, toute volonté de construire une vision d’un pouvoir local tendu vers l’exercice du bien collectif. Leurs préoccupations s’écartent de leurs responsabilités premières, de leurs préoccupations administratives, de leurs devoirs citoyens. Elles sont si proches de leurs ambitions, de leurs appétits, qu’elles leur dénient tout droit à s’exalter de la vision d’un futur communautaire progressif qu’autoriseraient la décentralisation comme instrument de gestion, l’autonomie comme outil de contrôle d’action pour une prise en charge effective et efficace des communes.

Défaut d’intelligence au pouvoir

20L’un des paradoxes de la course au pouvoir en Haïti revient à souligner que le savoir académique reste indifférent à l’attrait du pouvoir municipal. Un pouvoir qui est pourtant un apprentissage, une étude de cas, car champ d’expérimentation pour prétendre amorcer une carrière politique. Ensuite parce qu’il est un atout de gouvernance pour revendiquer une légitimité au service du bien public dans la mesure où la gouvernance municipale crée des opportunités pour être bâtisseur d’avenir. Arc-boutés à l’idée que Port-au-Prince est centre du pouvoir et espace d’enrichissement, les intellectuels, puisqu’il faut les appeler par leur nom, dédaignent de briguer la périphérie communale comme lieu de pouvoir, comme objectif de pouvoir, comme possibilité transitoire vers la conquête d’autres pouvoirs. Il en résulte une attraction forcée pour Port-au-Prince qui draine le savoir des provinces vers un sanctuaire demeurant, pour la plupart des migrants, un improbable eldorado.

21Les mutations sociologiques qui ont accompagné les régimes de Duvalier, d’Aristide et de Préval ont favorisé l’émergence d’une classe moyenne plutôt formée qui, fascinée par les pratiques d’enrichissement facile, refuse de se construire une carrière dans les communes et évacue ses fantasmes de richesse sur Port-au-Prince. La migration de cette élite/classe moyenne prive les communes de cadres intellectuels capables d’une réflexion sur le présent pour aménager l’avenir. Il n’y a dans les communes personne ou presque plus personne pour penser et mener le combat intellectuel de la décentralisation. Plus personne ou presque plus personne pour unifier les revendications, les soumettre à des débats publics ouverts à tous les acteurs d’un devenir rêvé autres que ceux provoqués par le pouvoir en des simulacres de dialogues. Plus personne ou presque plus personne pour clarifier les enjeux, enlever les interrogations, ruiner les doutes, convaincre en entamant, par interactions municipales, des expériences de modélisation d’initiatives osées, à la limite de la fronde, autour ou à partir des compétences dévolues par les lois aux municipalités. La relative indigence intellectuelle des collectivités territoriales constitue un obstacle sur la route qui mène à la décentralisation. Elle grève lourdement l’avenir des démarches, sinon des luttes, pour faire aboutir des revendications consécutives aux prescrits constitutionnels.

Les luttes

22Dans ce domaine, les luttes devront être menées dans trois directions :

  • Contre la crédulité, la naïveté de la communauté internationale qui ne cesse d’interpeller le pouvoir central pour l’engager à définir les voies et moyens de la décentralisation, l’orienter dans des chemins d’information et de formation des collectivités territoriales, diagnostiquer les points forts de nouvelles relations entre pouvoir central et pouvoir local pour tomber finalement dans le piège de promesses sans lendemain. Depuis le grand « forum-bazar » organisé au club Indigo en 2009 en passant par le colloque de Fort-de-France en 2010, où tant de bonnes résolutions ont été prises, ces promesses ont-elles fait avancer la cause de la décentralisation ? Un projet de loi élaboré par LOKAL7 en concertation avec des associations de maires, déposé au bureau de la Chambre des députés pour examen, n’a jamais fait l’objet d’une attention quelconque de la part du pouvoir législatif. L’exécutif aurait pu prendre, en exécution de ses promesses, l’initiative de présenter un projet concocté par ses soins. Il n’y a jamais songé, malgré ses assurances aux commanditaires internationaux de vouloir réaliser la décentralisation. Le législatif et l’exécutif trouvent, en réalité, leur compte dans la non-certification légale de la décentralisation. Faciles à deviner, les enjeux sont autant politiques que financiers. Le pactole réservé aux collectivités territoriales, alimenté par les taxes – les prévisions sont cette année de l’ordre de deux milliards de gourdes – n’étant pas budgétisé, il est le porte-monnaie idéal pour financer sans problème de conscience les urgences et les impondérables de la présidence.
  • Contre le marronnage de l’exécutif s’appuyant sur des intérêts précis concoctés par des parlementaires portés par leurs appétits au service de projets politiques à référent douteux. Usurpant le rôle d’agents de développement, ils s’ingénient à jouer celui d’exécuteurs de projets incompatibles avec leur statut de non-gestionnaires des deniers de l’État. À l’évidence, il y a collusion d’intérêts entre le législatif et l’exécutif pour bloquer toute démarche visant à mettre en place une législation définissant, réglementant les attributions et les compétences des collectivités territoriales. Aux fins d’ancrer la décentralisation dans des limites légales qui lui assurent son intégrité. Une preuve, s’il en était besoin, de cette collusion ? Un scandale d’emplois fictifs de députés et sénateurs défraie depuis peu la chronique à Port-au-Prince. Plus de vingt-cinq parlementaires sans compétences ni qualifications aucunes ont été épinglés comme émargeant à la caisse des collectivités au titre de consultants ou conseillers au MICT pour un montant dépassant les deux millions de gourdes par mois. C’était, paraît-il, une gratification de la présidence pour aider au financement de leur campagne lors des dernières élections.
  • Contre la situation, relevant d’un système dont la corruption des pouvoirs demeure la note dominante, qui fait que les maires, sans préparation universitaire pour la plupart et plusieurs d’entre eux à la limite de l’analphabétisme, privilégiant souvent des intérêts personnels, ne sont pas toujours conscients des enjeux de pouvoir autour de la décentralisation. Si certains en parlent dubitativement ou ironiquement comme une lointaine ou même hypothétique possibilité, d’autres, très peu heureusement, ne sont plus enclins à la considérer comme une nécessité urgente, comme un défi à relever, comme une obligation à assumer envers leurs administrés, envers leur communauté, envers le pays. C’est une contrainte psychologique de taille qui limite singulièrement tout effort de conjonction des volontés, bloque les actions à entreprendre pour forcer le pouvoir central à se plier aux vœux de la Constitution. Tant que les mairies ne comprendront pas qu’en freinant la mainmise du centre sur les ressources de la périphérie, la décentralisation est une porte ouverte à la prise d’initiative pour l’épanouissement et le développement des communes, le combat pour y parvenir n’aura pas lieu. Sauf à souhaiter le pire, comme en 1946, et à laisser au peuple le soin de suppléer aux carences, aux faiblesses de ses élus, de revendiquer leur place, de forcer le destin envers et contre tous. Car comme l’a dit le juriste genevois Jurieu : « Le peuple est la seule autorité qui n’ait pas besoin d’avoir raison pour légitimer ses actes. »

23En attendant, la décentralisation dans le contexte actuel de duplicité, de faillite du centre pourrait bien n’être qu’un vœu pieu.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Péan, Leslie, 2010, Entre savoir et démocratie, Montréal, Mémoires d’encrier, 2010.

Notes

1 Cité dans Péan, 2010.

2 On l’a vu au lendemain du séisme. Spontanément la population a organisé des secours permettant de sauver de nombreuses vies.

3 Le Premier ministre Bellerive, dans un entretien à la BBC, reconnaissait que le ministère de la Planification n’avait aucun contrôle sur des ONG auxquelles il délivre les autorisations d’opérer.

4 Privilège de prendre des arrêtés – communaux –, partagé seulement avec le président de la République, qui, lui aussi, peut gouverner par arrêtés – présidentiels.

5 C’est-à-dire de son aptitude à pouvoir agir ou faire légalement.

6 Les mairies construisent et proposent un budget que le MICT est libre de rejeter sans explication.

7 LOKAL est une équipe de consultants financés par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour apporter un appui technique aux maires dans l’élaboration d’une loi sur la décentralisation.

Auteur

Auteur majeur de la littérature haïtienne contemporaine, il est le cofondateur avec Frankétienne et René Philoctète du mouvement littéraire « Le Spiralisme ». Après avoir effectué des études de droit, d’agronomie, d’économie et contribué à la fondation du collège Jean-Price-Mars de Port-au-Prince, il s’est tourné vers le développement du tourisme en Haïti. Dans les années 1980, il s’est installé dans la commune Les Abricots, dans la Grand’Anse, qu’il a contribué à transformer : reboisement, éducation, santé, constructions routières, agriculture, aménagement de plages, etc. Il en est actuellement le maire et, à ce titre, se trouve au cœur des enjeux de la décentralisation en Haïti. jcfign@hotmail.com

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540