Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre III - La scène haïtienne au lendemain du séisme

La société civile haïtienne à l’épreuve d’une crise humanitaire

Jean Eddy Saint Paul

Note de l’auteur

L’auteur remercie infiniment les professeurs Jean-Joseph Moisset et Charles Ridoré qui ont lu la première version de cet article et ont fait d’excellents commentaires.

Texte intégral

Vers une approche compréhensive de la société civile

  • 2 Le plus souvent pour agir dans la vie quotidienne, ces acteurs fonctionnent à l’intérieur de struct (...)
  • 3 Tenant compte des lamentables conditions matérielles d’existence du peuple haïtien, certains scient (...)

1La question de « la société civile haïtienne à l’épreuve d’une crise humanitaire » est un sujet assez complexe qui mérite d’être abordé avec beaucoup de tact et de minutie, particulièrement dans le cadre de ce collectif sur la situation d’Haïti près de deux ans après le séisme du 12 janvier 2010. En tout premier lieu, peut-on vraiment parler d’une société civile haïtienne ou d’une société civile tout court ? Notre vision ne participe pas d’une approche totalisante qui veut concevoir cette dernière comme un bloc monolithique et homogène. Cette « chimère insaisissable », pour répéter les termes de Joseph Yvon Thériault (1985), peut être bien comprise si l’on tente de l’appréhender comme une « sphère » (Walzer, 1983) ou un « champ » (Bourdieu, 1994 : 55, 91) dans lequel une pluralité d’acteurs2 lutte pour le contrôle de l’hégémonie, soit en vue de maintenir le statu quo, soit pour parvenir à changer la logique distributive des ressources économiques et des biens symboliques. Les motifs de lutte de ces acteurs ne sont guère uniformes ; pour les appréhender, il faut conceptualiser la société civile comme un espace de compétition entre des individus-sujets très stratégiques. Cette définition permet de soutenir, dans le cas de la république3 d’Haïti, qu’il existe des acteurs de la société civile qui ont travaillé quotidiennement en faveur de la construction d’un État démocratique.

  • 4 Les fraudes électorales enregistrées dans les élections du 28 novembre 2010 ont été une preuve tang (...)

2Il est important de préciser ici que la démocratie est un construit et qu’elle est en perpétuel renouvellement. Celle que nous avons en Haïti est jeune et comporte naturellement des imperfections. Mais au cours de la transition politique, grâce à un ensemble de luttes avant-gardistes menées par certaines organisations de la société civile (OSC), le peuple haïtien a pu accéder à la jouissance d’un ensemble de droits (civils et politiques). Le droit d’expression s’inscrit dans cette logique dynamique. Au cours de presque trois décennies, le peuple haïtien a acquis une conscience politique qui lui est sienne, une conscience que personne ne peut lui enlever. Mais, comme dans toute transition politique, la conquête des droits liés à la citoyenneté n’est pas forcément irréversible4.

Les OSC et la re-création de l’homme haïtien

  • 5 La transition politique d’Haïti comporte plusieurs moments et séquences historiques marquées par de (...)
  • 6 La Constitution du 29 mars 1987, dans son titre III, ses chapitres I à III et ses articles 16 à 57, (...)
  • 7 Colloque international « Haïti : des lendemains qui tremblent », Genève, Centre d’enseignement et d (...)

3Il s’avère important de préciser qu’au cours de la transition politique5 les OSC ont non seulement exercé un rôle de contre-pouvoir, mais ont aussi réalisé des actions concrètes dans le sens de la défense, la promotion et la concrétisation de la démocratie sociale ; c’est-à-dire ont travaillé à instaurer un régime politique préoccupé autant de la jouissance des droits sociaux que des droits civils et politiques qui constituent les trois pierres angulaires de la citoyenneté6 selon la logique marshallienne (Marshall, 1963). En ce sens, la société civile participe d’emblée de l’humanitaire puisque l’humain est placé au cœur de son action sociale et politique. Bien avant de poursuivre l’analyse, il est impératif de consacrer quelques lignes à l’expression « placer l’humain au cœur de la reconstruction », question largement débattue lors du colloque de Genève7.

4Cette approche philosophique est fondamentale pour aborder la reconstruction dans ses dimensions cognitive, subjective, éthique, morale et matérielle. Il s’agit d’une « cosmovision » qui va à contre-courant d’un « humanitarisme assisté », mais qui postule la prise en compte des valeurs et potentiels des propres Haïtiens, afin de faire d’eux des acteurs de premier plan dans le processus de la reconstruction. Pour y arriver, il faut entreprendre un travail de « synergie » et de constellation entre les Haïtiens de l’intérieur, ceux de l’extérieur, les gouvernements d’Haïti dans leurs négociations avec leurs homologues internationaux. Il faut, indiscutablement, reconstruire les relations internationales du pays. Finalement, « placer l’humain au cœur de la reconstruction » implique : 1) une lutte acharnée contre la pauvreté et la mendicité, 2) une re-création de l’homme et de la femme haïtienne, 3) la recherche de nouveaux réflexes et mentalités, et 4) la valorisation de l’épistémologie et de la théorie de manière à bien construire physiquement et matériellement.

  • 8 En Haïti, dès le début de la transition jusqu’à nos jours, des duvaliéristes, des jeanclaudistes, d (...)

5S’il est vrai que la société civile renferme dans son sein des acteurs qui travaillent avec acharnement pour la « démocratisation de la vie publique », il faut se garder de toute « vision angélique de la société civile » (Houtart, 2001), en la schématisant seulement comme la société conformée par les « bons » (démocrates de tous poils) préoccupés constamment pour la défense du bien commun ; car il s’agit d’un espace pluriel dans lequel il faut prendre en compte la présence d’acteurs (néo) conservateurs et antidémocrates8 : acteurs pervers et pervertis qui travaillent sans relâche pour déstructurer l’État.

  • 9 Pour une critique politique de la rationalité de certaines organisations de la société civile telle (...)

6Au cours de cette longue et douloureuse transition vers la démocratie, la scène politique d’Haïti a été marquée par ce genre d’acteurs qui, profitant des situations de crise ont su thésauriser leurs réseaux de relations pour accumuler statuts, richesses matérielles et autres biens symboliques au détriment de la majorité de la population qui n’a cessé de se déshumaniser9. Mais qu’en est-il des notions de « crise » et de « crise humanitaire » ?

La crise, une fenêtre d’opportunités

  • 10 Pour une approche historique voir Manigat, 2003.
  • 11 Lukács assumait qu’il fut un marxiste orthodoxe, car pour lui c’est l’usage de la méthode du matéri (...)

7Si l’on suit les grands débats qui ont prévalu tout de suite après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, c’est un lieu commun d’entendre qu’Haïti est une société toujours en crise. Généralement, ceux qui travaillent sur les trajectoires historiques de la politique remontent au passé colonial pour situer la crise qui handicape le fonctionnement sociohistorique de la société post coloniale d’Haïti. Une révision pointilleuse de certains travaux relevant de la sociologie historique de l’État autorise à mentionner quatre grands types de crise : 1) d’identité et d’affirmation, 2) de représentation, 3) de confiance et 4) de valeur10. Pourtant, ces faiseurs d’opinions n’ont pas toujours traité avec intelligence la notion de crise qui non seulement renferme une connotation négative : le « danger », mais contient aussi les idées de « revitalisation », de « rénovation » et de « changement social ». En effet, selon Louis Worth cité par Sheldon Wolin, dans la tradition chinoise il y a deux caractères différenciés pour écrire le mot crise : un qui évoque le danger tandis que l’autre traduit l’idée d’opportunité (Wolin, 1973 : 256). De son côté, le marxiste orthodoxe György Lukács11, en réinterprétant la vision gramscienne de la crise, exprime implicitement l’idée que toute crise, qu’elle soit politique, sociale ou culturelle, ne s’accompagne pas seulement d’éléments destructeurs et n’exprime pas simplement le désarroi et la tristesse, mais permet aux sujets sociaux, porteurs par excellence des structures, de se ressaisir et de s’aventurer en vue de mettre en action des stratégies visant à transformer le cours des choses. Ces moments de paralysie – dont parlait Antonio Gramsci – peuvent se révéler cruciaux pour innover et saisir les opportunités qui se dessinent à l’horizon. Mais pour qu’advienne cette rénovation, il faut des sujets-acteurs dotés de volonté et motivés pour entreprendre des luttes de différentes envergures orientées vers cette fin (Keane, 1992 : 26-28).

8Se fondant justement sur cette conception de « crise », il y a lieu de signaler certaines actions qui ont été entreprises depuis la sphère de la société civile en vue d’aider au redressement social d’Haïti. Il s’agit d’un ensemble d’initiatives qui ont participé positivement à la création d’une utopie de l’espérance et d’humanisation de l’être haïtien. Des acteurs de la société civile ont agi afin que le dossier de la reconstruction du pays soit géré avec un peu plus d’intelligence par l’équipe politique emmené par René Préval, ancien président de la République (14 mai 2006-14 mai 2011), qui au cours des seize mois de sa gestion postséisme a donné une grande impulsion à la déshumanisation de l’homme haïtien, les conditions de vie d’une importante tranche de la population étant alors proches de celles de certains animaux. De manière plus explicite, il est question d’actions politiques et de réalisations sociales visant soit à valoriser l’image nationale et internationale d’Haïti, soit à mobiliser des ressources locales pour aider à la construction d’un nouvel ordre social basé sur la création d’un nouveau prototype d’État.

  • 12 Plusieurs articles de cet ouvrage abordent la question de l’aide humanitaire, en particulier les ar (...)

9Quant à l’expression « crise humanitaire », l’espace imparti ici ne permet pas de la traiter dans toute sa rigueur, mais derrière ce vocable se cachant toute une propagande raciste visant à rabaisser l’être haïtien tout en ternissant l’image internationale d’Haïti, il s’avère pertinent de faire certaines remarques12.

  • 13 Peu de temps après ses déclarations, Ariel Gómez León fut expulsé du PRD par les dirigeants du part (...)
  • 14 Plusieurs médias ont commenté les propos racistes d’Ariel Gómez León et il y a des vidéos de cette (...)

10Tout d’abord, il faut remarquer que dans la lexicologie politique d’Haïti l’on commençait à parler de crise humanitaire bien avant le tremblement de terre du 12 janvier 2010. En effet, en avril 2008, peu de temps après le saccage de dépôts de provisions alimentaires et de centres commerciaux par certaines couches de la population haïtienne, des médias nationaux et internationaux par souci de vendre des informations sensationnalistes ont évoqué la fameuse expression « émeutes de la faim ». Et généralement l’on tend à faire de ces événements la variable explicative de la chute du gouvernement du Premier ministre Jacques-Édouard Alexis, qui reçut alors un vote de défiance d’un groupe de dix-sept sénateurs de la République. Après le tremblement de terre du 12 janvier les médias internationaux ont capitalisé sur l’expression « crise humanitaire » pour se référer à la réaction brutale et féroce des Haïtiens qui luttaient pour obtenir un peu de l’aide alimentaire dont Haïti avait bénéficié grâce à la solidarité internationale ; or une grande partie de cette aide a été accaparée, entreposée pour ensuite être vendue sur les étagères des supermarchés, par des gens proches du pouvoir Inite de René Préval ou du Groupe des 184 (regroupement d’associations et d’acteurs orientés à droite et se réclamant de la société civile). Cette conception raciste tournée autour du vocable de « crise humanitaire » peut nous aider à comprendre les réactions de certains ; par exemple, les propos racistes d’Ariel Gómez León, député mexicain du Parti de la révolution démocratique (PRD) pour l’État du Chiapas qui, opinant sur les réactions brutales des sinistrés haïtiens face à l’aide humanitaire internationale, a exprimé l’idée que « […] ce sont des nègres irrationnels, et des bêtes de somme indisciplinés […] ne pouvant pas réagir comme des Blancs […]13 », alors qu’il était plutôt question d’une situation de désespoir qui provoquerait, à coup sûr, la même réaction dans n’importe quelle culture, groupe ethnique ou race14.

Des mécanismes de contre-pouvoir versés dans la critique politique

Reconnaissance de la solidarité internationale et sauvetage de la dignité nationale

  • 15 D’après les statistiques officielles au 9 février 2011, cette épidémie avait déjà causé 4 549 décès (...)

11Du tremblement de terre du 12 janvier 2010 au second tour des élections le 20 mars 2011, quatre grands problèmes ont dominé la scène politique d’Haïti : 1) la reconstruction du pays, 2) les élections du 28 novembre 2010, 3) la crise postélectorale qui s’en est suivie, et 4) l’épidémie de choléra15. Les OSC ont fait de ces quatre questions leurs principaux domaines d’intervention dans la sphère publique. Pour des contraintes d’espace, l’on se concentrera ici sur la relation entre les OSC et le projet de reconstruction d’Haïti.

  • 16 Lire Gouvernement de la république d’Haïti, « Conférence internationale pour le développement écono (...)
  • 17 Sans volonté d’entrer dans la polémique sur le bilan du tremblement de terre, on opte pour les chif (...)
  • 18 Mentionnons l’aide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Oxford Committee for Famine Rel (...)

12On ne peut pas parler de cette reconstruction sans la lier au tremblement de terre, même si, officiellement, l’idée de la reconstruction d’Haïti16 précède le passage du séisme dévastateur17. Dès les premiers moments postséisme, des acteurs de la société civile sont montés au créneau pour défendre l’image internationale d’Haïti. On sait qu’immédiatement après le séisme, le peuple haïtien a bénéficié d’une grande solidarité internationale. La République dominicaine a été l’une des premières nations à voler à notre secours. Son exemple fut suivi par d’autres nations qui ne tardèrent pas à envoyer de l’aide humanitaire en Haïti18. Mais cette solidarité internationale a été précédée par une grande solidarité nationale manifestée par des Haïtiens de l’intérieur. Or, justement, cette dimension de la solidarité nationale a été, le plus souvent, oblitérée par la presse internationale qui présenta une Haïti à genoux, livrée à des professionnels étrangers, donnant comme l’impression que le pays ne possédait pas de professionnels qualifiés et sensibles à l’égard du mauvais sort de leurs compatriotes. Face à cet affront et à cette distorsion de la réalité, des OSC de différentes filiations idéologiques ont su mobiliser leurs réseaux nationaux et internationaux pour informer l’opinion internationale de ce qui se passait exactement au pays. Ils ont reconnu la grande solidarité internationale et ont exprimé leur gratitude à l’égard de toutes les instances ayant volé au secours des Haïtiens tout en faisant ressortir les mouvements de solidarité interne. Depuis ce premier moment, leur message était clair :

  • 19 L’entrevue que Suzy Castor a concédée à Blanche Petrich, journaliste de La Jornada s’inscrit dans c (...)

Haïti a besoin des agences humanitaires, des organisations non gouvernementales (ONG) et de la communauté internationale, nonobstant, la reconstruction doit être d’abord et avant tout l’œuvre des Haïtiens. Il sera question d’une reconstruction fondée sur le respect et la dignité : une reconstruction qui prendra en compte les nécessités réelles des Haïtiens et leur implication dans toutes les grandes décisions. En synthèse, les acteurs internationaux doivent comprendre qu’il est important de travailler aux côtés du peuple haïtien, en partant de l’idée que ces derniers sont les principaux acteurs du changement que requiert le pays19.

13On peut appeler ce moment, le moment du sauvetage de la dignité et du respect de l’être haïtien en tant que personne humaine.

Rationalité communicative face à l’État-fantasme

  • 20 Le vocable d’État-fantasme a été utilisé par Maesschalck, 2010.
  • 21 Monsieur Préval, alors président de la République, a mis presque 72 heures avant de se prononcer pu (...)
  • 22 Le « Plan d’action pour le redressement d’Haïti : les grands chantiers de l’avenir » est l’un des d (...)
  • 23 L’ex-président américain Bill Clinton est le principal pivot de la CIRH. Aucune décision ne peut êt (...)

14Une deuxième forme de contribution des OSC se situe dans ce que l’on pourrait appeler le moment de critique de l’« État fantasme20 ». À ce stade, les OSC ont agi comme mécanismes de contre-pouvoir. En tout premier lieu, ils ont vitupéré contre le laxisme, l’immobilisme et l’incompétence du pouvoir politique dirigé par le président René Préval qui n’a pas su se montrer à la hauteur de la magnitude de l’événement21. Ils ont condamné l’approche individualiste et non participative privilégiée par le pouvoir qui n’a pas pris en compte les forces vives de la nation et a recouru aux think tanks internationaux pour accoucher un projet de reconstruction, en dépit des propositions préalablement élaborées par des acteurs de la société civile22. Le plan officiel de la reconstruction, aux dires de ces acteurs, ne répondait pas aux aspirations et besoins réels de la population. Les OSC ont, par ailleurs, exprimé leur désaccord sur la composition de la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti (CIRH)23.

  • 24 Pour une compréhension de cette république des ONG, lire Fatton, 2011.
  • 25 La question de l’aide humanitaire transitant par le biais des organismes humanitaires a fait des re (...)
  • 26 C’est surtout après la confirmation de l’importation du choléra par des soldats népalais de l’ONU q (...)

15Parmi les autres critiques ayant trait à la reconstruction du pays, il est important de souligner que des OSC ont plaidé pour une meilleure coordination de l’aide humanitaire internationale. Ils ont condamné la croissance exponentielle des ONG24 qui, pour la plupart, ont profité de l’incapacité de l’État moribond prévalien pour faire leurs fortunes en exploitant la situation de misère du peuple haïtien. Bref, ils ont fustigé leurs méthodes de travail, leur inefficacité et inefficience25. Last but not least, les acteurs de la société civile ont vertement critiqué le déploiement par le gouvernement américain – sous le leadership du président Barack Obama – d’un contingent de marines sur le territoire haïtien pour occuper stratégiquement l’aéroport international Toussaint Louverture en vue de contrôler la distribution de l’aide humanitaire internationale. Ils ont inscrit ce contrôle militaire dans le cadre d’une politique internationale de fragilisation de la souveraineté nationale, et ont exigé des autorités haïtiennes le départ des soldats de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah)26.

Les « petites » actions dont on ne parle pas assez souvent

Des critiques constructives pour la réinvention

  • 27 Les contributions de Charles Ridoré et Dominique Desmangles dans cet ouvrage s’efforcent de répondr (...)

16La reconstruction d’Haïti est un processus long et complexe qui requiert un ensemble d’actions à plusieurs niveaux. Il faut agir sur les mentalités. Comme l’a si bien dit Suzy Castor au cours d’une intervention lors du colloque de Genève : « Haïti ne peut pas redevenir ce qu’elle était ni rester ce qu’elle est. » La reconstruction du pays doit obligatoirement passer par la promotion de nouvelles valeurs sociales et de nouveaux codes de civilité tant chez les Haïtiens de l’intérieur que chez ceux des diasporas27.

17Au niveau de la critique, les OSC haïtiennes ont beaucoup travaillé, elles ont exercé pas mal de pressions sur les acteurs étatiques pour les amener à prendre conscience de la nécessité de faire des choix économiques et d’opter pour des policies adaptés aux besoins réels de la population. Ce travail permanent de critique de l’État se révèle très utile, puisque l’Haïti que nous devons réinventer devra être un pays dans lequel existe un État détenteur du double monopole de la « violence légitime » et de la « fiscalisation ». Une Haïti où existera un État de compromis, c’est-à-dire des agences étatiques aptes à faire appliquer les lois avec équité, selon les principes de la « justice distributive » ; un État où la décentralisation, telle qu’elle est consacrée dans le chapitre I et les articles 61 à 87-5 de la Constitution du 29 mars 1987, cessera d’être une utopie abstraite ; un État enfin qui s’attaquera à la criminalité qui doit cesser d’être l’élément d’huilage de sa gouvernementalité. Donc, Réinventer Haïti consiste avant tout à réinventer l’État, acteur fondamental dans la refondation de l’État-nation. En ce sens, certaines OSC, de par leur capacité critique, ont beaucoup contribué à l’avancement des idées indispensables pour la refondation. Mais, parallèlement à ce travail de dénonciation et de critique ouverte du système politique et de ses principaux acteurs, certains organismes civiques ont entrepris des « petites actions » sociales qui participent positivement à la résolution de la question alimentaire, élément fondamental pour résorber toute situation de catastrophe humanitaire.

Des pistes pour reconstruire l’économie paysanne

  • 28 Rappelons que Leslie Delatour fut le principal opérateur de la junte militaire de gouvernement qui, (...)

18Haïti, dit-on ou disait-on, est un pays essentiellement agricole. Pourtant l’agriculture, depuis l’époque postcoloniale, n’a jamais été véritablement prise en compte par l’État haïtien. Si, jusqu’à la fin des années 1970, les paysans haïtiens pouvaient encore compter sur leurs récoltes et leurs bétails pour prendre soin de leurs familles, les premières vagues de libéralisation économique initiées par le régime de Jean-Claude Duvalier allaient compliquer la situation des habitants du pays « en dehors », pour répéter le terme de l’anthropologue Gérard Barthélemy (1990). Ajoutés à cela, l’abattage des porcs créoles, les réformes macroéconomiques entreprises par le technocrate Leslie Delatour28, l’introduction sur le marché haïtien des volailles étrangères (poulets, dindes) et la poursuite des programmes d’ajustement structurel par les gouvernements de Jean-Bertrand Aristide (1994-1996) et de René Préval (1996-2001) allaient aggraver la situation de la paysannerie haïtienne, laquelle empira encore après le tremblement de terre. Pour redonner confiance aux agriculteurs, influer positivement sur les vagues de migrations internes et externes et contribuer au relancement de l’économie paysanne, des OSC, dans le contexte postséisme, ont développé un ensemble d’initiatives qui méritent d’être commentées. Par exemple, à travers un projet cofinancé par l’Agence canadienne pour le développement international (ACDI), l’Oxfam en collaboration avec la PAPDA ont procédé à l’achat de la production des cultivateurs haïtiens et, de concert avec d’autres partenaires, leur ont fourni des outils, des semences et des engrais. Six départements, au moins, ont déjà été incorporés à ce programme qui s’inscrit dans la relance de la production agricole et de l’accroissement de la sécurité alimentaire. Certaines actions du Groupe de recherche et d’appui en milieu rural (GRAMIR) sont également orientées dans le même sens. Toujours dans ce domaine, on peut noter également une grande coopération entre le secrétariat de l’Agriculture et des organisations civiles telles que l’Association nationale des agroprofessionnels haïtiens (ANDAH) et le Veterimed.

19Telles sont quelques-unes de ces « petites » actions dont on ne parle pas assez souvent car généralement, à cause de la surpolitisation de la société civile dans la sphère publique d’Haïti, dès que l’on parle des OSC on tend à faire référence à des groupes spécifiques tels que le Groupe des 184, l’Initiative de la société civile (ISC), l’Initiative citoyenne, entre autres, c’est-à-dire, des acteurs de la société civile plus intéressés aux questions de conflits, de médiations politiques et aux thèmes électoraux.

20L’une des idées fortes qu’on défend ici est qu’il ne faut pas seulement voir la société civile dans ses conflits avec l’État, mais il est important de chercher à appréhender les actions sociales d’un ensemble d’acteurs qui, depuis les sphères de la société civile, réalisent quotidiennement de petites révolutions orientées vers le relèvement en dignité de certaines couches de la population haïtienne dans ces moments extrêmement difficiles, notamment pour le monde paysan.

21Pendant que certains acteurs de la société civile ne se préoccupent que de questions essentiellement politiciennes, comme placer leurs amis à des postes ministériels dans le plus prochain gouvernement, d’autres agissent comme mécanismes de contre-pouvoir en recourant assez souvent à la critique pour porter les élites (politiques, économiques, religieuses, entre autres) à se responsabiliser par-devant la nation. En ce sens, on peut conclure qu’en Haïti, il existe toute une kyrielle d’acteurs et d’organisations qui, spécifiquement, dans le contexte postséisme, ont développé leurs activités dans la sphère de la société civile et se sont comportés comme courroies permettant d’avancer dans l’établissement de la démocratie dans ces temps fondamentaux où la reconstruction du pays doit transiter par la reconstruction de l’homme et de la femme haïtienne, qui devront être les porteurs de nouveaux schèmes de comportement. Et surtout, à côté de cela, d’autres acteurs, encore, travaillent sans relâche en vue de reconstruire l’économie haïtienne, pan fondamental dans la reconstruction nationale, d’aider des familles à sortir de la misère et de l’ornière du sous-développement, bref, pour recouvrer leur humanité.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Barthélemy, Gérard, 1990, L’univers rural haïtien. Le pays en dehors, Paris, L’Harmattan.

Bourdieu, Pierre, 1994, Raisons pratiques, Paris, Seuil.

Cohen, Jean et Arato, Andrew, 1992, Civil Society and Political Theory, Boston, Massachusetts Institute of Technology (MIT).

Fatton, Robert, 2011, « Haiti in the Aftermath of the Earthquake : The Politics of Catastrophe », Journal of Black Studies, vol. 42, n° 158.

Houtart, François, 2001, « Vers une société civile mondiale : celle d’en bas et celle d’en haut », Louvain-la-Neuve, Centre tricontinental (Cetri), document consulté en ligne le 7 avril 2010 : http://www.cetri.be/IMG/pdf/Vers_une_societe_civile_mon-diale___celle_d_en_bas_et_celle_d_en_haut.pdf

Keane, John, 1992, La vida pública y el capitalismo tardío. Hacia una teoría socialista de la democracia, México-Madrid, Patria-Alianza.

Le Nouvelliste, 2010, « 12 janvier 2010 : Tremblement de terre. 35 secondes fatales… plus de 220 000 morts », hors-série du mardi 12 janvier au vendredi 12 février.

Louis, Ilionor, 2010, « L’après-séisme en Haïti », Revue du CREMIS, vol. 3, n° 1, hiver.

Lukács, György, 1960, Histoire et conscience de classe : essais de dialectique marxiste, Paris, Minuit.

Maesschalck, Marc, 2010, « Haïti. Leçons pour l’avenir », Louvain-la-Neuve, Centre tricontinental (Cetri), document consulté en ligne le 2 avril 2010 : http://www.cetri.be/spip.php?article1589&lang=fr

Manigat, Leslie F., 2003, Éventail d’Histoire vivante d’Haïti. Des préludes à la Révolution de Saint-Domingue jusqu’à nos jours (1789-2003). Une contribution à la nouvelle histoire haïtienne, tome III : La crise de dépérissement de la société traditionnelle haïtienne (1896-2003), Port-au-Prince, Chudac.

Marshall, Thomas Humphrey, 1963, Sociology at the Crossroads and Other Essays, Londres, Heinemann Educational.

MSPP, OPS et OMS, 2011, « Bulletin du groupe sectoriel santé », Port-au-Prince, Ministère de la Santé publique et de la population, Organisation panaméricaine de la santé et Organisation mondiale de la santé, n° 19, 18 février.

Saint Paul, Jean Eddy, 2008, Patrimonialismo, política de vientre y depredación en el funcionamiento del Estado de Haití, 1957-2004 : un enfoque histórico y sociológico, thèse de doctorat, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Sociológicos.

— à paraître, « Haití, la sociedad civil y la reconstrucción del Estado », in G. Vega Cánovas et C. Alba Vega (éd.), México-Haití : hacia una nueva relación de cooperación, Mexico, El Colegio de México, Centro de Estudios Internacionales.

Thériault, Joseph Yvon, 1985, La société civile ou la chimère insaisissable : essai de sociologie politique, Québec, Québec/Amérique.

Walzer, Michael, 1983, Spheres of Justice. A Defense of Pluralism and Equality, New York, Basic Books.

Wolin, Sheldon, 1973, Política y perspectiva. Continuidad y cambio en el pensamiento occidental, Buenos Aires, Amorrortu.

Notes

2 Le plus souvent pour agir dans la vie quotidienne, ces acteurs fonctionnent à l’intérieur de structures institutionnelles qui peuvent être dénommées associations, organisations, plateformes, centres de recherche, groupes de réflexion, entre autres dénominations. Dans cet article, le vocable « organisations de la société civile » (OSC) est une manière générale de se référer à ces acteurs. Pour une bonne typologie organisationnelle concernant les acteurs localisés dans les sphères de la société civile, lire Cohen et Arato, 1992.

3 Tenant compte des lamentables conditions matérielles d’existence du peuple haïtien, certains scientifiques sociaux haïtiens ont une certaine tendance à affirmer qu’Haïti n’est pas une république. Certains sociologues haïtiens spécialisés dans l’étude de la pauvreté ont une obsession à faire des « droits sociaux » une condition sine qua non de la république, alors que dans les pratiques des régimes politiques contemporains, il n’y a pas nécessairement une relation causale entre république et jouissance des droits sociaux de la citoyenneté. Comme l’a affirmé l’historien Georges Michel « toute nation qui n’est pas dirigée par un prince, un duc ou un monarque est une république » (Jean Eddy Saint Paul, entrevue avec Georges Michel, Port-au-Prince, 21 juin 2005). Haïti est une république, mais une république dans laquelle se dénotent, au cours de ces deux dernières décennies, un solipsisme, une érosion accélérée des valeurs républicaines à la française, telles que le respect du bien public, la pratique du civisme, l’utilisation rationnelle de la chose publique, le respect de l’autre et de l’alternance politique, la culture de la tolérance et la pluralité religieuse, valeurs fondamentales pour construire une république démocratique.

4 Les fraudes électorales enregistrées dans les élections du 28 novembre 2010 ont été une preuve tangible de la possibilité de régression des droits civils et politiques acquis.

5 La transition politique d’Haïti comporte plusieurs moments et séquences historiques marquées par des réalités sociopolitiques diversifiées. Le processus de libéralisation initié à la fin des années 1970 n’a pas été le même que celui de démocratisation débuté avec le départ pour l’exil de Jean-Claude Duvalier le 7 février 1986. On peut différencier : 1) la transition, 1986-1990, d’essence militaire, 2) la première administration de Jean-Bertrand Aristide, avant le coup d’État, 3) le régime putschiste, 1991-1994, 4) la deuxième version d’Aristide, 1994-1996, 5) Préval I, 1996-2001, 6) le gouvernement d’Alexandre-Latortue, 7) la troisième version d’Aristide, 2001-2004 et 8) Préval II, 2006-2011. Pour des contraintes d’espace, on ne peut pas faire ressortir ici ces différences.

6 La Constitution du 29 mars 1987, dans son titre III, ses chapitres I à III et ses articles 16 à 57, contient toute une conceptualisation de la citoyenneté. La qualité du citoyen est définie au chapitre I, ses droits fondamentaux au chapitre II, et le chapitre III s’occupe des obligations de l’individu-citoyen.

7 Colloque international « Haïti : des lendemains qui tremblent », Genève, Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire (CERAH) et Université de Genève, 12-14 janvier 2011.

8 En Haïti, dès le début de la transition jusqu’à nos jours, des duvaliéristes, des jeanclaudistes, des (néo) tontonmacoutes, des lavalassiens (Aristide I et II, Préval I et II), sous le couvert du vocable de société civile, ont envahi l’espace public en vue de défendre leurs intérêts mesquins, sans toutefois avoir le moindre souci pour l’avancement des luttes sociales pro-démocratiques.

9 Pour une critique politique de la rationalité de certaines organisations de la société civile telles que le Groupe des 184, l’Initiative de la société civile (ISC) et la Société civile majoritaire de Fanmi Lavalas, lire Saint Paul, à paraître.

10 Pour une approche historique voir Manigat, 2003.

11 Lukács assumait qu’il fut un marxiste orthodoxe, car pour lui c’est l’usage de la méthode du matérialisme dialectique qui permet d’établir la différence entre un marxiste orthodoxe et d’autres qui ne le sont pas. En d’autres termes, le matérialisme dialectique est la clé de voûte des orthodoxes (Lukács, 1960).

12 Plusieurs articles de cet ouvrage abordent la question de l’aide humanitaire, en particulier les articles de François Grünewald et Pierre Salignon.

13 Peu de temps après ses déclarations, Ariel Gómez León fut expulsé du PRD par les dirigeants du parti qui ne partagent pas la posture raciste de ce législateur.

14 Plusieurs médias ont commenté les propos racistes d’Ariel Gómez León et il y a des vidéos de cette retransmission disponible sur Internet : http://www.youtube.com/watch?v=qa8hCElUt4I

15 D’après les statistiques officielles au 9 février 2011, cette épidémie avait déjà causé 4 549 décès pour un total de 231 070 cas détectés (MSPP, OPS et OMS, 2011).

16 Lire Gouvernement de la république d’Haïti, « Conférence internationale pour le développement économique et social », Port-au-Prince, 2006.

17 Sans volonté d’entrer dans la polémique sur le bilan du tremblement de terre, on opte pour les chiffres officiels qui ont été repris et commentés dans d’autres travaux (Le Nouvelliste, 2010 ; Louis, 2010 : 46).

18 Mentionnons l’aide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Oxford Committee for Famine Relief (Oxfam), du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), du Programme alimentaire mondial (PAM), de Médecins du monde, de Médecins sans frontières, des ambassades, des institutions d’éducation supérieure, des partis politiques et de nombreuses organisations caritatives.

19 L’entrevue que Suzy Castor a concédée à Blanche Petrich, journaliste de La Jornada s’inscrit dans cette logique (« “Para refundar Haití, tenemos que pensar en grande” : académica », article en ligne : http://www.jornada.unam.mx/2010/01/25/index.php?section=mundo&article=025n1mun).

20 Le vocable d’État-fantasme a été utilisé par Maesschalck, 2010.

21 Monsieur Préval, alors président de la République, a mis presque 72 heures avant de se prononcer publiquement sur la catastrophe sismique.

22 Le « Plan d’action pour le redressement d’Haïti : les grands chantiers de l’avenir » est l’un des documents fondamentaux élaborés par le gouvernement haïtien, sans consultation aucune des acteurs de la société civile, dans le cadre du projet de reconstruction du tissu institutionnel. Pour combler ce déficit, des activistes de la société civile ont élaboré un document alternatif et l’ont confié au gouvernement haïtien qui devait le prendre en compte lors de la première conférence internationale sur la reconstruction qui s’est tenue le 31 mars 2010 à New York.

23 L’ex-président américain Bill Clinton est le principal pivot de la CIRH. Aucune décision ne peut être validée sans son consentement. Ce qui est interprété comme une mise sous tutelle de la reconstruction d’Haïti, pays qui dépend des États-Unis d’Amérique dans tous les domaines, depuis le financement des élections jusqu’aux grandes décisions politiques, lesquelles devraient, au premier chef, concerner le peuple haïtien. Les OSC ont rappelé que ce fut sous l’administration Clinton que les forces militaires étrangères étaient revenues, après soixante ans, comme force d’occupation en Haïti. La présence de Bill Clinton au sein de la CIRH est interprétée comme une mainmise de l’Empire sur le processus de la reconstruction.

24 Pour une compréhension de cette république des ONG, lire Fatton, 2011.

25 La question de l’aide humanitaire transitant par le biais des organismes humanitaires a fait des remous lors du colloque de Genève. Beaucoup de participants ont exprimé l’idée que l’aide internationale doit être acheminée directement aux acteurs gouvernementaux et étatiques et non canalisée via les ONG, instances qui pour la plupart blanchissent de l’argent en Haïti, allouent seulement 10 % de leurs budgets afin d’aider les personnes victimes du tremblement de terre, alors qu’elles en dépensent 90 % dans le paiement d’experts internationaux et dans la location d’hôtels, de voitures et de luxueuses salles pour l’organisation de colloques, séminaires et conférences. La plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (PAPDA), du mouvement altermondialiste, est l’une des OSC ayant joué un rôle d’avant-garde dans la formulation des critiques pour dénoncer ce genre de pratiques.

26 C’est surtout après la confirmation de l’importation du choléra par des soldats népalais de l’ONU que les citoyens haïtiens ont fortement demandé le départ des forces de la Minustah.

27 Les contributions de Charles Ridoré et Dominique Desmangles dans cet ouvrage s’efforcent de répondre à la question : quel rôle pour la diaspora ? Simplement, on voudrait souligner l’importance que ce sujet a soulevée à Genève. L’une des grandes idées sur lesquelles les élites étatiques haïtiennes doivent réfléchir, définitivement est comment regrouper les différentes diasporas haïtiennes éparpillées un peu partout dans Les Antilles, en Allemagne, au Canada (Montréal, Québec), aux États-Unis (Floride, New York, Boston, Texas, etc.), en France, au Mexique, en République dominicaine, en Suisse, entre autres espaces géographiques. Comment combiner leurs idées et les intégrer dans le processus de reconstruction nationale ? Car ces organisations diasporiques telles que le Groupe de réflexion et d’action pour une Haïti nouvelle (GRAHN), la diaspora haïtienne en Suisse, celle de France ont leurs petits projets de reconstruction, mais généralement fonctionnement comme des vases non communicants, sans aucun lien avec les OSC à l’intérieur d’Haïti.

28 Rappelons que Leslie Delatour fut le principal opérateur de la junte militaire de gouvernement qui, après le départ de Jean-Claude Duvalier le 7 février 1986, favorisait l’importation massive du riz étranger vendu à plus bas prix que le riz national. Cette politique a contribué au démantèlement de l’économie paysanne locale.

Auteur

Docteur en sciences sociales spécialité sociologie du El Colegio de México, A.C. (Colmex), il est professeur-chercheur à plein-temps au département des études politiques de la division de droit, politique et gouvernement de la Universidad de Guanajuato et chercheur du Sistema Nacional de Investigadores au Consejo Nacional de Ciencia y Tecnología (gouvernement du Mexique). Il a été, au cours du printemps 2011, chercheur invité du Centre d’études et de recherches internationales de Sciences Po Paris. Il a travaillé comme chercheur du projet « Mexique et Haïti : vers une nouvelle relation de coopération » au Centre d’études internationales du Colmex et, entre 1994 et 2006, a été professeur à la faculté des sciences humaines de l’Université d’État d’Haïti et directeur de sa bibliothèque. Ses recherches portent principalement sur la société civile, la politique du ventre et la culture (néo) patrimoniale, la citoyenneté et la démocratisation en perspective comparée ainsi que la théorie sociologique notamment l’œuvre de Max Weber. dejapsa@gmail.com

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable