Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre III - La scène haïtienne au lendemain du séisme

Témoignage. Où en est Haïti un an après le séisme1 ?

Max Chauvet

Texte intégral

  • 1 Discours prononcé par Max Chauvet pour la soirée de commémoration du premier anniversaire du séism (...)

1Ce n’est pas la destruction des édifices et les conséquences de tous les ravages que l’on peut constater sur place, ou que rapporte la presse, qui ont causé le plus de mal lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010. C’est avant tout, pour nous, Haïtiens, la mort d’hommes et de femmes que nous avons connus et chéris, qui est le plus grand traumatisme. Leur mort en grand nombre, dans un même et bref instant, est le vrai choc du tremblement de terre. Les 200 000 à 300 000 morts avaient chacun une famille et des amis, et la destruction des liens humains est irremplaçable. Je m’en rends compte avec acuité, aujourd’hui que je dois faire le bilan du séisme.

2Du 12 janvier, ce qui me marque le plus ces jours-ci, c’est d’abord la joie que j’ai ressentie quand j’ai su que ma femme était saine et sauve et, plus tard, mes enfants. Quand je dis plus tard, pour mes deux garçons, je ne fus rassuré sur leur sort que huit heures après les secousses, alors que nous étions tout près, dans la même ville, à quelques kilomètres les uns des autres. Mais le 12 janvier, aucun des moyens modernes de communication ne fonctionnait à notre satisfaction. Il a fallu marcher des kilomètres pour avoir des nouvelles. Tout Port-au-Prince s’est retrouvé dans ce geste si simple : marcher. C’était la seule façon de s’informer à la source.

3Pour ceux qui n’étaient pas en train de porter secours à un proche, à un ami, à un inconnu, ou en train de chercher assistance, se saluer, échanger des nouvelles était le premier geste de solidarité ce jour-là quand nous étions seuls, en face de la catastrophe.

4L’angoisse des premières heures, le soulagement de rencontrer des amis et des connaissances dans les rues déjà endeuillées de la capitale, la joie de retrouver les miens, tels sont mes premiers souvenirs de ce 12 janvier. Ensuite, ce fut la sensation d’un immense dénuement devant l’étendue des dégâts. Nous n’étions pas prêts. Personne n’était prêt à faire face à ce qui nous est tombé dessus ce jour-là. Le lendemain, c’est ma plongée personnelle dans le deuil, avec la découverte de l’hécatombe chez des parents de ma femme. Sur les ruines de leur résidence effondrée, j’ai dû participer à la récupération des corps de personnes que j’ai connues et aimées, et, de la façon la plus sommaire, procéder à leur inhumation. Le tremblement de terre du 12 janvier, pour moi, c’est avant tout une aventure humaine éprouvante et que chacun a vécu en serrant les dents. Car, autour de moi, il n’y avait pas une larme ni aucun de ces cris qui accompagnent les trépassés en Haïti. Nous étions tous comme tétanisés.

5Très vite, la solidarité du monde entier a fait irruption dans le paysage national. Il était temps. Nous étions à bout de souffle. Permettez qu’ici, encore une fois, je remercie tous ceux qui, à travers le monde, ont participé à cet élan général de générosité envers Haïti. Votre geste, votre argent, votre temps, votre compassion demeurent inestimables. Sans prix. Merci du fond du cœur.

Où en est Haïti ?

6Un an plus tard, quel bilan faut-il faire du séisme et de la reconstruction ? Comme me l’impose le thème de ce discours inaugural, je dois répondre à la question suivante : « Où en est Haïti un an après le séisme ? » Je ne vais pas refaire le bilan de ce dont parle si bien la presse, surtout ces jours-ci. Car pour moi, honnêtement, à cette question, je n’ai qu’une réponse : je ne sais pas.

7Il y a d’abord l’Haïti qui n’a pas été physiquement touché par le séisme ou qui l’a été très peu. Ce « pays en dehors », comme l’a nommé Gérard Barthélemy, on en parle rarement. Il est là. Oublié. Le processus de décentralisation n’a pas été enclenché. Personne ne songe à y créer de nouveaux pôles pour délester la république de Port-au-Prince de son fardeau. Port-au-Prince, la blessée, est encore l’objet de toutes les attentions, de toutes les convoitises et de tous les tourments. Comment une ville qui s’essoufflait à faire vivre, à faire cohabiter ses deux ou trois millions d’habitants peut-elle se payer le luxe de continuer à les accueillir après une telle hécatombe ? Voici la question que personne n’a posée quand on a commencé à parler de refondation et de reconstruction.

8À côté de cela, il y a tout l’amalgame qui se produit depuis des mois : sommes-nous déjà en période de reconstruction ou encore en période d’urgence ? Officiellement, la reconstruction est lancée. Mais comment reconstruire avec un État plus faible qu’il ne l’était avant et une myriade d’organisations non gouvernementales qui lui font concurrence ? Ce sentiment de gâchis extraordinaire que nous éprouvons un an après le séisme est bien le résultat de cet affrontement entre l’État haïtien, la société civile haïtienne – qui n’ont pas beaucoup d’argent pour entreprendre des actions sur le terrain – et les ONG qui en reçoivent beaucoup, mais n’ont pas de plan d’ensemble, ne sont astreintes à aucune supervision haïtienne, ne participent à aucune intégration dans un projet haïtien de reconstruction. Pas encore, tout au moins.

9Ce modèle sans nom ni base théorique qui se met en place en Haïti est unique au monde, et permettez que je vous dise que je doute qu’il donne des résultats dans le sens souhaité par les Haïtiens et annoncé partout par les pays amis d’Haïti. Le cercle vicieux est parfait et je l’expose comme je le vis, devant vous, ce 12 janvier, un an après le meurtrier tremblement de terre dont le souvenir nous rassemble aujourd’hui. La première chose que je dois dire, c’est qu’avant le tremblement de terre, nous étions un pays pauvre ayant à sa tête un État faible. La catastrophe n’a pas arrangé les choses. Nous sommes devenus plus pauvres et plus faibles, d’autant que le monde et nous, nous nous retrouvions, pour la première fois, devant un tel enchevêtrement de destruction en temps de paix. Aucune catastrophe naturelle n’a provoqué autant de ravages que ce « Goudougoudou », comme mes compatriotes nomment le tremblement de terre.

10Si pour le tsunami de 2004 en Asie il s’agissait de régions reculées qui avaient été frappées, si en Italie, en Chine ou au Chili des tremblements de terre avaient dévasté des zones éloignées de la capitale de ces pays, en Haïti, c’est le cœur, l’unique centre névralgique, la capitale, la république de Port-au-Prince comme nous l’appelons, qui a été touché et c’est sans doute ce choc qui nous a portés à accepter avec plus d’engouement toutes les aides offertes.

11Dans deux secteurs en particulier, le journal Le Nouvelliste a pu constater les ravages causés par la mauvaise utilisation de l’aide : le secteur de l’eau et celui des soins de santé.

Des millions de dollars

12Des centaines de millions de dollars US ont été dépensées pour apporter de l’eau aux centaines de milliers de sinistrés qui logent dans les camps de la région métropolitaine de Port-au-Prince entre Cité Soleil et Léogâne principalement. Ces millions de dollars sont venus renforcer un système archaïque de pompage de la nappe phréatique. Ce transfert massif d’argent frais, le jour où il s’arrêtera, ne laissera que ruine et désolation. Les équipements ne seront pas plus efficients ni les forages plus modernes. Le contrôle sur la ressource hydrique ne sera pas mis en place. Le modèle de distribution de l’eau ne sera pas plus efficace. Le prix du mètre cube d’eau ne diminuera pas et aucun système d’adduction d’eau ni aucune installation supplémentaire de traitement de l’eau ne seront mis en place. Tout redeviendra comme avant le séisme, des centaines de millions de dollars plus tard. L’eau, qui est aujourd’hui distribuée à la population par les ONG, était disponible avant le séisme, mais inaccessible pour la majorité de la population. Cela risque de redevenir la norme le jour où les ONG cesseront d’étancher notre soif. Les donneurs d’aide s’en iront, le problème de l’eau restera intact.

13Dans le monde hospitalier, le séisme nous a permis de recevoir des médecins et des médicaments venus du monde entier. Des hôpitaux de campagne et des unités d’urgence ont été mis en place. Cependant, les hôpitaux haïtiens – un petit système de santé à dominante privée qui était au service de la population avant le séisme et qui a souffert dans ses locaux des ravages du tremblement de terre – n’ont reçu aucune aide, sinon un programme que l’État haïtien essaie de mettre en place actuellement. Que s’est-il passé entre-temps ? Avec leur budget infini et généreux, les ONG du secteur médical ont mis en place un système de soins de qualité et gratuits et ont débauché sans restriction les cadres qui faisaient marcher le secteur. On ne peut pas se plaindre que des médecins, des infirmières et le petit personnel de santé aient trouvé du travail et de meilleurs salaires pendant que les hôpitaux haïtiens étaient sous les décombres ni que les malades reçoivent des soins gratuitement. Mais que se passera-t-il après, quand une autre urgence nécessitera que les ONG partent ailleurs ? Comment assurer la continuité du service quand les principales ONG du secteur ont pu disposer chacune de budget plus important pour prendre en charge le département de l’ouest que le ministère haïtien de la Santé publique n’en a jamais reçu pour les dix départements du pays ?

14Un jour, on fera le bilan des milliards dépensés en Haïti. Aura-t-on le courage de souligner tout ce qui se fait jusqu’à présent dans des programmes sans lendemain ? Acceptera-t-on de comparer les budgets, les moyens et les résultats ? Et par une mortelle ironie, voilà que le choléra – qui n’existait pas en Haïti – se déclenche au moment même où nous avons de l’eau et des équipes médicales comme cela ne nous avait jamais été permis d’en avoir au cours de notre histoire. Le choléra est la preuve que le conjoncturel ne peut pas remplacer l’institutionnel ni le structurel. On craignait de voir l’épidémie éclater dans les camps ; elle éclot dans un petit village de province épargné par le séisme et qui n’avait pas de réfugiés, mais qui se trouve sur les rives du fleuve Artibonite. Je ne vais pas faire le procès de qui nous a apporté le choléra dans ses bagages. L’Organisation des Nations unies, juge et partie dans cette affaire, vient de nommer une commission scientifique à cet effet. Mais cette nouvelle plaie nous ouvre les yeux sur les étapes fondamentales du développement humain : on ne peut pas passer outre aux bases d’hygiène et de salubrité. L’eau potable ne suffit pas pour éloigner de nous les maladies.

La solidarité internationale

15En peu de mots, le développement doit être durable, et les objectifs du millénaire auxquels Haïti a souscrit doivent fonder la philosophie de l’action de ceux qui nous aident. Il faut un schéma directeur et non pas des actions non imbriquées dans un plan d’ensemble, sinon, comme on dit chez nous, ce sera « lave men siye ate » (« se laver les mains et les essuyer par terre »). Dans toutes leurs actions, ceux qui nous aident doivent se rappeler que nous sommes un pays plus pauvre encore que ce qui est visible, plus fragile encore qu’il n’y paraît, et qu’il faut nous aider à panser nos blessures, mais aussi à traiter nos maux en profondeur. Bien entendu, il ne revient pas aux ONG, aux organisations internationales, aux pays amis d’Haïti de planifier ni d’exécuter les plans de développement en lieu et place des autorités haïtiennes. Mais je ne peux le cacher : la concurrence est déloyale. L’État, la société civile et le secteur privé sont loin de posséder ce qui est mis à la disposition des ONG ou de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) qui est en place depuis des années.

16Et comme nous parlons des disparus du séisme, nous pouvons aussi évoquer les disparus de la reconstruction : ces cadres qui ne sont plus dans la fonction publique ni dans les entreprises haïtiennes, car avec leurs salaires attractifs, les institutions internationales, les ONG ou la mission de l’ONU raflent les ressources humaines les plus qualifiées sur le terrain. Comment enclencher le relèvement, la refondation, la reconstruction sans les ressources matérielles ni les ressources humaines adéquates ? Je vous pose cette question et la laisse à votre sagacité.

  • 2 Article de Jean Pharès Jérôme publié le 4 janvier 2011.

17Dans un récent article du journal Le Nouvelliste titré « Les ONG ont-elles peur de rendre des comptes2 ? », nous avons cité un rapport publié par l’ONG américaine Disaster Accountability Project sur les activités des ONG en Haïti. Le rapport fait état d’un manque de transparence dans leur mode de gestion. Très peu d’informations, a noté le rapport, sont disponibles sur la manière dont elles ont dépensé les millions de dollars US collectés aux États-Unis à la suite du séisme. Seules 38 des 196 ONG considérées dans le cadre du rapport ont rempli le questionnaire qui leur a été soumis. Sur ces 38 ONG, 35 disent fournir des informations régulières sur leurs activités de terrain. « Nous avons cependant constaté que seules 8 des 196 organisations donnent effectivement des informations régulières sur leur site », a indiqué Ben Smillowitz, directeur exécutif de Disaster Accountability Project. Les 38 ONG ayant rempli le questionnaire ont collecté à elles seules 1,4 milliard de dollars US. Elles n’ont, dans leur majorité, pas répondu à la question sur les intérêts que la somme collectée leur rapporte en la plaçant en banque. Seules cinq ont accepté de répondre à cette question. Les intérêts gagnés sur l’argent reçu par ces cinq organisations s’élèvent à 1,8 million de dollars US. Sur le 1,4 milliard collecté par les 38 ONG ayant rempli le questionnaire, presque la moitié n’est pas encore engagée. Selon le rapport, de janvier à décembre, environ 730 millions de dollars US de cette somme, soit 52 %, ont été dépensés dans des actions en faveur des victimes du séisme. La plupart des ONG considérées n’ont pas répondu aux questions posées. Une situation qui laisse perplexe Ben Smillowitz. « Une telle situation va porter les gens à réfléchir avant de participer aux collectes de fonds suite à une catastrophe. Un meilleur partage d’informations peut augmenter la crédibilité des ONG aux yeux des donateurs », a dit au Nouvelliste le directeur de Disaster Accountability Project.

18Ce rapport ne prend en compte que les ONG américaines qui inter viennent en Haïti. La situation est-elle différente pour les autres ? Je ne sais pas. Ce que je sais comme directeur de médias, c’est qu’il y a un désert d’information sur le fonctionnement des ONG en Haïti et une absence totale de responsabilité et d’obligation de rendre des comptes pour elles. Pour elles toutes. L’État haïtien via l’Unité de coordination des activités des ONG du ministère de la Planification ne dispose que d’une liste de 495 ONG opérant à travers les dix départements géographiques du pays, a-t-on appris lors de la conférence nationale sur l’aide humanitaire organisée récemment à Port-au-Prince par l’Observatoire citoyen de l’action des pouvoirs publics en Haïti (OCAPH). La loi du 14 septembre 1989 en vigueur sur les ONG leur fait injonction de soumettre, chaque 30 septembre au plus tard, un rapport d’activités à l’État haïtien. Pour l’année fiscale 2008-2009, seules 56 ONG avaient soumis leur rapport au ministère de la Planification. Elles n’étaient que 19 à respecter cette exigence légale pour l’exercice fiscal 2009-2010.

19Voilà qu’un État réputé corrompu est en train d’être remplacé par des organisations peu transparentes… Cela n’augure rien de bon.

Une année électorale

20Tout cela nous arrive en pleine année électorale. En février 2010 déjà, on avait dû repousser les élections législatives. Les élections de novembre dernier sont venues alourdir le climat. La machine électorale mise sur pied par le Conseil électoral provisoire haïtien – malgré les actifs supports des experts en la matière de la communauté internationale – n’était pas prête le 28 novembre. Les partis politiques n’étaient pas plus prêts pour une compétition électorale générale où il fallait désigner députés, sénateurs et président. Ils n’avaient ni les ressources humaines ni les ressources matérielles nécessaires pour surveiller le processus et y prendre part correctement. Mais cela n’est pas une surprise, car on avait vu tous les signes de faiblesse avant le 28 novembre. La population, non plus, n’était pas prête pour des élections, empêtrée qu’elle était dans d’insurmontables problèmes quotidiens de survie. Cela, on l’a vu avec le faible taux de participation.

21Quand on ajoute le sentiment partagé par tous les candidats qu’il ne doit pas y avoir de perdants, on a la fraude qui se généralise à tous les niveaux. La crise électorale – qui a pris naissance avec la proclamation des résultats préliminaires – couvait depuis des mois, des années, disent certains observateurs. Le fait qu’il n’y avait pas de candidats vraiment populaires avant les élections a précipité les événements lorsque la population a embarqué dans le vaisseau de la passion. La passion, plus que la raison, est le premier moteur des affaires électorales en Haïti.

22Là encore, il y a un travail énorme à abattre. Il nous faut nous y atteler, avec le support de nos amis. Il nous faut inventer les mécanismes modernes de participation à la vie politique de notre pays. On ne pourra pas faire la démocratie sans les partis politiques, et les partis ont besoin de la démocratie pour exister.

Où est Haïti un an après le séisme ?

23La vulnérabilité de notre société et la précarité de notre État, aggravées par plus de vingt ans de turbulences politiques et de paupérisation, n’ont jamais été aussi criantes que depuis le 12 janvier 2010 qui a mis en relief l’ampleur de multiples problèmes nationaux, notamment l’extrême concentration de nos ressources dans la république de Port-au-Prince, le laisser-faire séculaire de l’administration publique, la crise de connaissance et des valeurs, la dégradation environnementale, etc. En d’autres termes, le séisme n’a été en fait qu’un détonateur, après le coup d’État-embargo (1991-1994) et la chute mouvementée du président Jean-Bertrand Aristide en 2004. Si la situation d’Haïti était déjà déprimante, voire désespérante, avant le séisme, elle l’est devenue encore plus. Lorsque moins d’un mois après le séisme, les plus hautes autorités nationales – le président de la République René Préval en tête –, questionnées sur les perspectives d’après le 12 janvier 2010, prononçaient le mot « refondation », on pensait à une entreprise radicale de remodelage sociétal. Refonder, reconstruire, repenser, changer et certainement moderniser : les mots ne manquent pas pour signifier apparemment la résolution des autorités, de la société civile et de la communauté internationale de ne plus faire comme avant. En réalité, la refondation annoncée, en tous points, est plus difficile à réaliser.

24Compte tenu de la multiplicité des secteurs concernés ainsi que de l’étendue des réformes à effectuer, il faut créer les conditions d’une consultation nationale sur l’avenir du pays. Il faut à la fois reconstruire et refonder. Mais comment ? La transparence promise, l’esprit de dialogue revendiqué et le partenariat secteur public/secteur privé, qui était supposé être au centre de l’effort national, sont ici occultés.

25Comment donc aborder ce face-à-face inégal entre les vœux et les dures réalités, entre deux niveaux de logique : les structures à rendre adéquates ou à transformer et leur mise en œuvre. Je regrette que ce colloque ne se tienne pas à Port-au-Prince, car dans ma ville en refondation, rien n’est plus urgent que de recommencer à penser, à partager nos idées, à les confronter même.

26Un an après le terrible tremblement de terre qui a ravagé mon pays, je me vois obligé de vous dire que nous devons tous faire très attention pour que la catastrophe qui est en train de prendre place en Haïti ne soit pas plus dommageable que celle dont nous célébrons le premier anniversaire. Il y a obligation de vigilance et d’attention soutenue envers Haïti, et cela doit commencer en Haïti. C’est un impératif pour nous tous, donneurs comme receveurs de cette aide et de cette solidarité si nécessaires pour le relèvement d’Haïti, de ne pas rater le rendez-vous.

27Le colloque auquel nous prenons part et qui s’ouvre ce soir s’intitule « Haïti, des lendemains qui tremblent… ». Tremblons, chers amis, mais ne nous effondrons pas.

Notes

1 Discours prononcé par Max Chauvet pour la soirée de commémoration du premier anniversaire du séisme du 12 janvier 2010 organisée à Genève par le Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire (CERAH) et l’Université de Genève à l’occasion de l’ouverture du colloque « Haïti : des lendemains qui tremblent ».

2 Article de Jean Pharès Jérôme publié le 4 janvier 2011.

Auteur

Propriétaire et directeur du journal Le Nouvelliste, le plus ancien quotidien en Haïti, il joue un rôle de premier plan dans les médias nationaux. Il assure la présidence du conseil d’administration de l’Association nationale des médias haïtiens et est membre du conseil d’administration du Centre pour la libre entreprise et la démocratie, après en avoir assuré la présidence. Très impliqué dans la vie culturelle de son pays, il est l’organisateur du plus grand événement littéraire haïtien : « Livres en folie ». maxchauvet@yahoo.com

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540