Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre III - La scène haïtienne au lendemain du séisme

Chapitre III. La scène haïtienne au lendemain du séisme

Jean-Daniel Rainhorn

Texte intégral

1C’est également par un témoignage que commence ce chapitre. Un témoignage de premier ordre, celui de Max Chauvet, directeur du quotidien Le Nouvelliste, qui lui aussi a vécu le tremblement de terre à Port-au-Prince. Son journal a continué à paraître, souvent dans des conditions indescriptibles, dans les jours qui ont suivi, assumant ainsi dans une capitale dévastée son devoir d’informer. Faisant le bilan de la situation en Haïti un an après le séisme, l’auteur insiste sur le « sentiment de gâchis extraordinaire » qui, selon lui, est « le résultat de cet affrontement entre l’État haïtien, la société civile haïtienne […] et les ONG ». Il note que « la concurrence est déloyale. L’État, la société civile et le secteur privé sont loin de posséder ce qui est mis à la disposition des ONG ou de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) qui est en place en Haïti depuis des années » et dénonce « les institutions internationales, les ONG ou la mission de l’ONU [qui, grâce à leurs salaires attractifs] raflent les ressources humaines les plus qualifiées ». Il met ainsi en place le décor d’une autre tragédie, silencieuse celle-là, qui a débuté dès le lendemain du séisme.

2Présent également à Port-au-Prince le 12 janvier 2010 – « les premiers instants vécus sont ceux de l’expérience d’un chaos qui semble correspondre à un suspens du sens » – Laënnec Hurbon nous propose d’observer les effets du séisme en analysant les comportements et les liens qui existent entre trois acteurs essentiels de la scène haïtienne : les institutions religieuses, l’État et la communauté internationale au chevet d’Haïti. Il montre comment l’absence d’État a permis à la fois une véritable « exploitation religieuse du séisme avec l’invasion de mouvements religieux qui tous ont apporté une aide fort bien accueillie » et la cannibalisation du pays par la communauté internationale qui « se substitue sans difficulté à l’État à travers un nombre impressionnant d’ONG […] qui débarquent et fonctionnent en règle générale hors de tout contrôle de l’État ». Contrairement à l’État, les religions et la communauté internationale ont proposé des réponses concrètes à cet événement démentiel : le pentecôtisme en offrant partout dès les premières heures « le prêt à porter d’un système justificatif du désastre » et l’aide internationale en prenant en main la gestion humanitaire des conséquences du séisme. Comment refonder l’État haïtien dans de telles circonstances alors que ces acteurs ont une « propension à soutenir davantage des demandes individuelles que de soutenir la reconstruction d’un lien social » ?

3Un autre acteur essentiel, la société civile haïtienne, est analysé par Jean Eddy Saint Paul. Historiquement, celle-ci, souvent dans des conditions très difficiles, a « non seulement exercé un rôle de contre-pouvoir », mais a également « travaillé à instaurer un régime politique préoccupé autant de la jouissance des droits sociaux que des droits civils et politiques ». L’auteur montre que depuis le séisme, de nombreuses organisations de la société civile (OSC) ont pris des initiatives en ayant pour objectif de « mobiliser des ressources locales pour aider à la construction d’un nouvel ordre social ». Mais ces initiatives sont-elles suffisantes pour contribuer à une refondation de la société haïtienne ?

4En faisant le bilan des difficultés que rencontre la mise en œuvre d’une politique de décentralisation, principe pourtant inscrit dans la Constitution haïtienne, Jean-Claude Fignolé, maire de la commune des Abricots, montre que le chemin de la construction d’un État moderne sera long. Et pourtant, précise-t-il, au lendemain du 12 janvier il revint aux maires de « s’affirmer comme autorité de réflexion, de décision, d’intervention dans les domaines relevant de leurs compétences administratives indépendamment de toute sujétion vis-à-vis du pouvoir central ». Ceux-ci profitèrent de la période postséisme pour assumer « un pouvoir de gouvernance, imposant de fait au gouvernement central un devoir de reconnaissance du droit à l’autonomie ». Mais comment décider, administrer, gérer alors que les municipalités n’ont pas de ressources propres puisque « la capacité de lever des impôts locaux […] relève du privilège exclusif de l’État » ? Des recettes qui tombent dans l’escarcelle d’un État qui oublie le plus souvent de les restituer aux communes.

5Pour comprendre les enjeux de la reconstruction, il était nécessaire d’interroger des spécialistes de l’aide humanitaire, ceux qui ont pour métier d’apporter des secours aux victimes de catastrophes naturelles ou de conflits. François Grünewald montre que les sommes dépensées sont déjà importantes – 3,6 milliards de dollars US selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA). Mais il insiste surtout sur le fait qu’habitués à gérer des camps de réfugiés et de déplacés en zone rurale, « les acteurs humanitaires n’étaient prêts ni en termes de méthodes, ni en termes de concepts à répondre à un désastre urbain majeur ». Dépassée par les difficultés à travailler dans un contexte de reconstruction urbaine, « l’aide internationale s’est mise à produire, […] sur une base quasi industrielle, une multitude de petites boîtes carrées ou rectangulaires […] plus “boîtes à dormir” que “lieux de vie” […] sans plan d’urbanisme, souvent sans vision municipale ». Finalement, l’aide internationale est-elle vraiment à la hauteur des enjeux de la reconstruction ?

6Pierre Salignon, directeur de Médecins du monde, semble en douter. « Il suffit de se rendre en Haïti pour en revenir […] choqué par l’omniprésence des acteurs humanitaires qui feraient bien d’envisager les effets induits, et parfois néfastes, de leur présence, aussi généreuse soit-elle » Dans un pays dont le tiers du PIB avant le séisme était déjà représenté par l’aide internationale et où l’action humanitaire représente au moins 150 000 emplois, la question essentielle n’est-elle pas de savoir comment aider Haïti à sortir de la dépendance humanitaire ? Et ceci, avant que l’explosion de la « bulle humanitaire » ne provoque « un nouveau séisme, celui-ci économique et social ». De se poser cette question, n’est-ce pas aujourd’hui l’une des meilleures manières d’aider Haïti à se reconstruire ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable