Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre II - Les médias en question

Le poids des mots, le choc des photos

Valérie Gorin

Texte intégral

  • 1 Time, 25 janvier 2010.
  • 2 Paris Match, 21 janvier 2010.
  • 3 Le Point, 21 janvier 2010.

1« Haiti’s Tragedy1 », « Haïti : au cœur du malheur2 », « Le martyre haïtien3 ». La liste pourrait encore s’allonger, longue litanie de titres se faisant l’écho du malheur et de la tragédie de la nation haïtienne, de « unes » médiatiques destinées à interpeller les publics aux lendemains du séisme du 12 janvier 2010. Ce qui frappe d’emblée, c’est le choix du cadrage opéré par la plupart des médias, les newsmagazines ici en l’occurrence, sur le tremblement de terre. Sur ces couvertures prédominent des figures individuelles, des visages en gros plan, incarnant la terreur et l’incrédulité, parfois dans un décor qui laisse deviner l’amas de ruines. Survivants et rescapés sont ainsi les icônes visuelles de la souffrance, symboles du récit victimaire et victimisant adopté par les médias (Mesnard, 2002). Ce rapide constat n’est en rien étonnant ; il témoigne d’une longue pratique de la part des médias, depuis la presse illustrée jusqu’aux récentes évolutions techno logiques du web, des téléphones portables et des réseaux sociaux, dans la manière de décrire, mettre en images les catastrophes humanitaires : « […] l’histoire de l’action humanitaire semble se diluer dans une immense iconographie de la pitié, où la représentation visuelle prédomine et conditionne les modes de perception des crises humanitaires. Celles-ci semblent ne plus exister que par les images qui en sont faites, au détriment souvent d’une contextualisation qui rendrait compréhensibles leurs causes et leurs conséquences » (Gorin, 2009 : 141).

  • 4 Il est d’ailleurs étonnant de voir à quel point la Seconde Guerre mondiale, pourtant éloignée en to (...)
  • 5 Ensemble de critères généralement retenus par les médias, qui déterminent les faits susceptibles d’ (...)

2Les médias aiment les symboles, les formules faciles, l’usage de la photographie dont les capacités de dénotation – au sens premier, ce qui est montré – comme de connotation – au sens second, les références auxquelles la photo fait allusion, les symboles associés – (Huxford, 2001) garantissent des grilles de lecture immédiates et des raccourcis d’information pour les publics. Haïti offre tous les paradoxes qui satisfont les règles – souvent attendues – du reportage journalistique des tragédies : la souffrance, le cataclysme, les rapports avec le tiers-monde, les parallèles antérieurs4, qui en font une parfaite incarnation du martyre. La catastrophe du 12 janvier accentue ainsi la tentation du cliché et remplit les critères du newsworthiness5 :

  • 6 « Les nouvelles doivent être immédiates, dramatiques et originales. Les histoires sont simplifiées (...)

News must be immediate, dramatic and novel. Stories are simplified and personalized, with viewers or readers encouraged to identify with characters or to make judgements about them. There is titillation […] through emphasis on the horrific – blood, injury and violence6. (Berrington et Jemphrey, 2003 : 227.)

3Un tel cas d’étude permet de tester plusieurs concepts, voire certains effets, à l’œuvre dans cette couverture médiatique. Tout d’abord la position des spectateurs (en l’occurrence les publics occidentaux) contemplateurs de la « douleur des autres » (Sontag, 2003). Cette rhétorique de la « souffrance à distance » se traduit par une mise en images et en mots qui, selon Boltanski (1993), favorise la « topique de l’esthétique » (la beauté des images), la « topique du sentiment » (les émotions ressenties face à la mort, à la détresse des survivants) mais aussi la « topique de la dénonciation » (face à l’injustice ou l’inaction des gouvernements). À cela se superpose une utilisation stratégique des figures victimaires, dans une sorte de hiérarchie de l’innocence selon l’âge et le sexe (Brauman, 1993). Ces actions conjuguées peuvent mener à une banalisation de la compassion (Moeller, 1999).

4Ce sont ces différents aspects que nous nous efforcerons d’évoquer dans les paragraphes qui suivent. Une étude exhaustive de la couverture médiatique planétaire du tremblement de terre haïtien serait impossible ; toutefois, les exemples issus d’un corpus constitué de la presse magazine américaine et française permettent de souligner le rôle prépondérant du photojournalisme et des mécanismes de cadrage. De plus, la comparaison entre États-Unis et France permet de repérer les schèmes de représentation et le poids de la politique américaine, en particulier parce que ses représentants essentiels (le président Obama et l’ex-président Clinton, émissaire de l’ONU à Haïti) ont choisi la presse magazine pour s’exprimer.

Le schéma médiatique traditionnel d’une crise humanitaire

5En 1993, Brauman étudie déjà les effets de la médiatisation dans son article « When suffering makes a good story ». Il y soulève plusieurs constats fondamentaux. Tout d’abord, le fait que ce sont les images, et non les mots, qui font l’événement, et ce d’autant plus que celles-ci sont disponibles de nos jours dans un flot continu. Le matraquage par l’image est indéniable – que ce soit par les photoreportages ou les diaporamas disponibles sur les sites Internet des magazines –, mais l’effet cumulatif par les mots doit être accentué par rapport à ce que dit Brauman.

6Ainsi, comme cela est courant, on constate un usage répandu de la sémantique de la mort (« agonie », « État décapité » à l’image devenue iconique du Palais national effondré, parue dans tous les médias), y compris religieuse (« martyre »), du désespoir (« tragédie », « misère »). Le choix des mots fait partie de la stratégie discursive pour accentuer l’effet dramatique, mais aussi susciter des parallèles évidents chez les publics. Preuve en est l’éditorial de Claude Imbert pour Le Point, où en l’espace de quelques lignes et figures de style, il fait l’exercice de la surenchère et de la tension des extrêmes :

  • 7 « Le glas d’Haïti », 21 janvier 2010.

« la fracture caraïbe », « une ville s’engloutit », « l’épouvante déferle sur nos écrans », « la face hideuse du désastre », « Port-au-Prince grouille des plus gueux de tous les gueux de la planète », « bidonville géant », « ectoplasme de nation », « Haïti massacrée », « villégiature de l’enfer », « historique malédiction », « fond des âges »7.

  • 8 À titre d’exemple, mentionnons les titres de chacune des photos qui paraissent dans les reportages (...)

7Est ainsi créé un décor qui s’aligne avec l’illustration des images et pointe du doigt ce qui doit être retenu, et vite, par des publics sollicités par le flux d’information. À un deuxième niveau, il faut aussi mentionner les effets de cadrage du message médiatique induits par les mécanismes simples que sont les titres ou les sous-titres, voire les légendes des photos, qui fonctionnent comme de véritables tableaux8.

  • 9 Newsweek, « Why God hates Haiti », 25 janvier 2010 ; Le Nouvel Observateur, « La seule excuse de Di (...)
  • 10 Time, « Haiti’s History of Misery », 25 janvier 2010 ; Le Nouvel Observateur, « Deux cents ans de m (...)

8Deuxième constat fait par Brauman, celui de la victime innocente qui doit être spontanément acceptée par les publics. Ce qui change des cas évoqués par Brauman (les conflits armés) est ici aboli par la catastrophe naturelle : l’imprévisibilité du tremblement de terre fait que tous les Haïtiens sont des victimes. On ne peut pas faire justice – punir les oppresseurs – car il n’y a pas de tyran identifiable ; on peut juste secourir, voire se lamenter sur l’injustice de la nature et recourir à Dieu quand il ne reste plus rien9. Cela amène forcément des parallèles avec le « mauvais sort » d’Haïti, qui se traduit dans le langage médiatique par l’usage de référents antérieurs. Liste des maux, rappel des faits historiques qui ont fait basculer l’île d’un pays-paradis avant-gardiste – première république noire indépendante10 – en un pays marqué par l’acharnement du sort et la pauvreté. Les ressorts narratifs que sont la victimisation et la faiblesse participent et contribuent donc au discours sensationnaliste et compassionnel.

  • 11 Couverture de Newsweek, photographie d’Eduardo Munoz pour Reuters, 25 janvier 2010.
  • 12 Couverture de Time, photographie d’Ivanoh Demers pour AP, 25 janvier 2010.
  • 13 Couverture de Paris Match, reportage photo de Bernard Wis, 21 janvier 2010.
  • 14 Le récit de la réunion de la petite avec son sauveteur russe sera publié dans Paris Match, « Haïti  (...)
  • 15 Photographie de Nick Ut, prise au Sud-Vietnam le 8 juin 1972.
  • 16 Photographie de James Mason, prise en avril 1993

9De manière évidente, l’image intervient comme vecteur premier de la victimisation. On le constate en tout premier lieu sur les couvertures des magazines qui ont eu recours au portrait d’une victime : une femme qui pleure, le visage caché dans ses mains, victime rendue anonyme11 ; un jeune enfant, le regard dans le vide, recouvert de poussière, entouré d’un bord noir identique aux faire-part de décès12 ; Lovely, une petite fille nue et hurlante, sortie des gravats par des sauveteurs13. Cette conclusion heureuse n’est pas sans rappeler celle plus tragique de la petite Omayra, prise au piège de la boue du volcan Nevado del Ruiz en Colombie et dont l’agonie avait été filmée en direct pendant près de 60 heures par les caméras de télévision en 1985. Chaque tragédie a besoin de son icône, dont les spectateurs peuvent suivre le récit du sauvetage14. Le Vietnam a eu Kim Phuc, la petite fille brûlée au napalm15 ; la guerre en ex-Yougoslavie a eu Sead Bekric, jeune Bosniaque musulman aveuglé lors du siège de Sarajevo16. Haïti, ou du moins le public français, a eu Lovely. Cela témoigne de l’intérêt grandissant, pour les médias, d’utiliser la figure victimaire absolue de l’enfant, symbolisant à lui seul le futur fauché d’une nation, bien que ce ne soit là qu’une vision fragmentaire de la réalité :

  • 17 « Les désastres d’aujourd’hui, qui ne sont pas faciles à suivre même avec une carte de pointage, so (...)

Today’s disasters, which are hard to follow even with a scorecard, are made more comprehensible and accessible by the media’s referencing of children – even if that focus on children is a false or distorted consciousness, a simulacrum of the event17. (Moeller, 2002 : 37.)

  • 18 Paris Match, « France, terre promise », 28 janvier 2010.
  • 19 L’Express, « Le cœur et la raison », entretien avec Philippe Mattei, président de la Croix-Rouge, 2 (...)

10Focaliser sur les enfants permet d’investir émotionnellement les lecteurs dans celui qui est encore sauvable, et donc susceptible de susciter une réaction – au-delà du compassionnel, celle de l’indignation. On retrouve ici le cliché dominant de la pitié en marche, mieux encore quand il conforte le duo victime-secouriste devenu « les totems » de notre époque (Brauman, 1993 : 154). Cette rhétorique est aussi celle de l’espoir, particulièrement quand elle se centre sur l’après-catastrophe, à l’image du groupe d’orphelins adoptés par des Français18. Après l’indignation morale, c’est la bonne action qui s’étend par l’adoption, bien que cette conception du « geste secourable » ne soit pas sans rappeler les dérives humanitaires françaises avec le spectre de l’Arche de Zoé19.

  • 20 Le Nouvel Observateur, « Pourquoi nous ? », 21 janvier 2010 ; Paris Match, « Le martyre des Haïtien (...)
  • 21 Le Nouvel Observateur, « J’entends encore ce silence », 21 janvier 2010 ; Le Point, « Le martyre ha (...)

11Au-delà des icônes de la souffrance, le choix des témoins joue un rôle déterminant pour exemplariser et permettre aux lecteurs de s’identifier à travers des récits individuels de la souffrance, qui mettent en scène les histoires personnelles de disparus ou les calvaires d’Haïtiens sortis des décombres20. Ces victimes restent toutefois passives, comme pour mieux laisser place à la glorification des héros étrangers (français, russes) qui les ont sauvés. Très peu d’acteurs haïtiens, quels qu’ils soient, ont d’ailleurs la possibilité de s’exprimer, et quand c’est le cas, ce sont des personnalités médiatiques (le président, le Premier ministre ou l’intellectuel Dany Laferrière21, prix Médicis 2009). La parole locale est ainsi effacée au profit de celle de l’étranger blanc, ce qui n’est guère surprenant dès lors qu’il s’agit de médiatiser des crises situées dans les pays du tiers-monde (Dupaquier, 2002).

12Enfin, dernier ressort médiatique attendu, celui de la concurrence des chiffres, vertige de la surenchère que les médias aiment, tant il incarne le caractère exceptionnel des catastrophes naturelles. Il « labellise » en quelque sorte le degré d’urgence, de « monstruosité » de l’événement et donc sa place dans l’agenda médiatique. Cela concerne d’une part le nombre de morts des récentes catastrophes de grande ampleur qui ont ravagé certaines régions de la planète ces dernières années – le parallèle le plus évident étant le tsunami de 2004, mais aussi le tremblement de terre au Cachemire en 2005 ou le cyclone Nargis en Birmanie en 2008, voire, pour les parallèles les plus anciens, le tremblement de terre de Lisbonne en 1755 –, d’autre part la course aux chiffres des donations et des promesses de l’aide internationale.

Vers de nouvelles tendances ?

13Ces images permettent aussi de repérer les seuils de sensibilité, notamment autour des représentations de la mort de masse et de sa gestion par les vivants (Clavandier, 2004), pour lesquelles il manque encore des études empiriques. On constate une relative frilosité dans la manière de montrer cette mort, surtout quand elle porte atteinte à l’intégrité physique du corps, ce qui est forcément le cas quand des milliers de corps sont morts écrasés sous les décombres (Gorin, 2011, à paraître). Quand ils sont montrés, ces corps évoquent une mort plutôt obscène : un corps exhibé dans la rue ou des cadavres alignés, amassés dans des morgues à ciel ouvert. L’état boursouflé, noirci des corps n’est pas sans rappeler les visions des cadavres lors du tsunami de 2004 en Asie. Comme si les catastrophes naturelles servaient en quelque sorte à rappeler la fragilité de l’homme face à la nature. Devant l’hécatombe, les images témoignent aussi de l’égalité des hommes devant ce type de mort, plus aucune distinction d’âge ou de sexe n’étant possible.

  • 22 Le Nouvel Observateur, « Pourquoi nous ? », 21 janvier 2010.

14Cette mort a aussi une odeur, ce que l’on oublie encore dans les médias dont la portée sensorielle reste réduite au regard, et à l’ouïe pour l’audiovisuel. De nombreux récits font part de cette odeur nauséabonde, de la mort qui imprègne le vivant, dans l’air comme dans l’espace géographique puisque chaque tas de ruines est susceptible de cacher un mort : « Combien sont-ils, là, devant nous ? Recroquevillés, rigides, gonflés, difformes, tout noirs, allongés à même le ciment de l’allée, encore habillés ou à moitié nus, le corps offert aux mouches et aux regards22. »

  • 23 Paris Match, « Le martyre des Haïtiens », 21 janvier 2010.
  • 24 « France, terre promise », 28 janvier 2010.

15Cette dimension ressort sur certaines photographies où l’on reconnaît le symbole du masque, mais aussi celui de la mort qui se mêle aux vivants, dans des scènes qui apparaissent d’abord comme une sorte de mauvais jeu de cachecache : un « simple » tas de ruines duquel on finit par distinguer un corps qui se dégage, une pierre parmi d’autres pierres, dont la couleur se confond avec les gravats. Autre profanation d’un rite sacré, le fait que la plupart de ces corps n’auront pas de sépulture, à l’image de ceux utilisés « pour former des barricades23 », puisque domine avant tout la peur des épidémies. Enfin, caractéristique particulière de ce regard « à l’occidental », l’« obsession du dernier survivant » telle qu’elle est – trop peu ! – soulignée par Paris Match24 : le fait de s’acharner à tout prix pour tenter de sauver quelques vies sous les décombres, alors qu’il y aurait tant à faire pour aider les vivants. En évoquant ce reproche adressé par un groupe d’Haïtiens à des sauveteurs, cet article donne, comme c’est rarement le cas, la parole à des acteurs locaux et souligne l’antagonisme d’une vision de l’aide humanitaire faite par et pour les donateurs étrangers, obsédés par leur (auto)glorification et leur voyeurisme macabre.

  • 25 À titre d’exemple, les diaporamas successifs au fil de la catastrophe sont visibles sur les sites I (...)

16Le choix de ces images dénote aussi la réalité indéniable du flux médiatique en ce début de XXIe siècle : les particularités des cultures journalistiques ont tendance à s’effacer de plus en plus dans les récits faits par les images. D’un média à l’autre, mais aussi d’un pays à l’autre, on retrouve les mêmes illustrations. Dans le cas des photographies des magazines, que celles-ci soient le résultat d’un travail mandaté par le magazine à l’un de ses reporters ou l’achat de l’œuvre à un photographe indépendant, les mêmes caractéristiques sont repérables dans les composantes plastiques et iconiques. Ce sont des photographies extrêmement esthétisées (lumière douce, couleurs travaillées et contrastées, gros plans sur les expressions, perspectives, lignes brisées, plongées ou contre-plongées selon que l’on veut écraser ou magnifier un détail, etc.). Elles sont traversées par les mêmes thématiques : portraits d’individus (symbolisant les rescapés) ou masse (le flot de cadavres), chaos et ruines, deuil, mort et cimetières, camps de réfugiés et moyens dérisoires, pillages et présence des armes, armada américaine et figure du soldat, prégnance de Dieu, de la croix et de la foi25. Si ces photographies sont la réalité des agences de presse qui constituent de formidables banques de données pour les magazines, elles traduisent une forme d’universalisation du regard, des référents collectifs à venir, et donc de la mémoire mondiale.

  • 26 Le terme évoque dans le milieu un journalisme qui consiste à chercher les informations depuis son b (...)
  • 27 Le reportage du Time du 25 janvier 2010 est en partie construit sur la base de citations et de « st (...)

17Cette globalisation du spectacle est aussi illustrative du travail en rédaction, qui plus est face à des événements inattendus, chaotiques, pour lesquels il faut réagir vite sans pouvoir forcément envoyer des journalistes sur place. Aux lendemains du 12 janvier, alors que les lignes téléphoniques sont coupées, que toutes les infrastructures locales restées debout sont réquisitionnées pour les secours, les journalistes doivent contourner les obstacles afin de s’informer. Si les envoyés spéciaux arrivent sur place quelques jours plus tard, on peut constater que le journalisme « assis »26 prévaut dans certaines rédactions – à l’exemple de Newsweek et de Time qui font leurs reportages majeurs le 25 janvier 2010 depuis Washington, New York et Miami ! On voit toutefois la prévalence des nouvelles technologies de l’information comme sources privilégiées : alors que le tsunami de 2004 avait été filmé sous la forme de vidéos amateurs par les touristes présents au moment des faits, Twitter et Facebook semblent être devenus des canaux d’information dès les premiers jours suivants la catastrophe27. De telles pratiques interrogent nécessairement sur la capacité à rendre compte d’une tragédie de cette ampleur par une forme de journalisme « à distance ».

  • 28 Newsweek, « Why Haiti Matters », 25 janvier 2010.
  • 29 Time, 25 janvier 2010.
  • 30 Europe 1 s’associe avec la Croix-Rouge française ; Paris Match avec Première Urgence ; RTL, M6, Le (...)

18Enfin, dernier constat qui suscite l’interrogation, la mobilisation compassionnelle des médias quand ceux-ci servent de relais aux dons. Que ce soit dans les mots de Barack Obama appelant à verser de l’argent à la Croix-Rouge américaine28, ou sous la forme de rubriques « How You Can Help »29, ce relais questionne forcément les limites de l’indépendance de l’aide. Ce constat est encore plus évident du côté français, puisque médias et ONG ont fait des partenariats30, ce qui sera dénoncé par Médecins sans frontières, à l’instar de son ancien président Rony Brauman :

  • 31 Cité par L’Express, « Médias et ONG. La polémique Haïti », 28 janvier 2010.

Que des médias relaient les appels aux dons tout en gardant un regard critique sur la situation, c’est très bien. Mais ils n’ont pas à se mettre au service d’un organisme d’aide. Ils doivent rester au service de l’information. Tout mélange des genres est malsain31.

La figure du sauveur américain : nouveau héros humanitaire ou acteur politique ?

  • 32 Paris Match, « Le calvaire du peuple haïtien n’a pas commencé le 12 janvier », 21 janvier 2010.

19Dans son article évoqué plus haut, Brauman fait un troisième constat concernant la médiatisation des crises humanitaires. Celles-ci doivent normalement être isolées et sans concurrence avec un événement identique pour faire la une, en particulier si elles se produisent dans un pays jouissant d’une proximité géographique, politique ou culturelle avec un pays occidental. Si le tremblement de terre du 12 janvier fait partie des « mégadésastres », sa proximité avec différents acteurs occidentaux interroge la présence de ceux-ci dans le discours médiatique. On constate ainsi une présence forte des politiques américains dans leurs magazines, beaucoup plus que les Français d’ailleurs. Si cela s’explique en partie par la proximité géographique d’Haïti avec son puissant voisin américain et les intérêts politico-économiques historiques des États-Unis dans les Caraïbes, il est curieux de constater que, malgré la proximité culturelle et historique de la France avec Haïti, la seule personnalité française à s’exprimer dans le corpus sélectionné est Philippe Douste-Blazy, qui évoque le savoir-faire haïtien32.

20Les États-Unis dominent donc largement le discours médiatique de tout leur statut de sauveurs. Ce qui n’est guère étonnant, car cela correspond au dernier point du schéma identifié par Brauman, à savoir le fait qu’il faut un médiateur (une personnalité ou un acteur humanitaire) susceptible de créer un lien avec les victimes mais aussi de prendre de la distance critique. L’effacement des journalistes derrière ces personnalités médiatiques, certes plus présent dans les magazines américains, mérite que l’on s’attarde sur les véritables intentions dans ce type de pratiques. Est-ce la volonté de faire profiter les lecteurs de l’éclairage par un spécialiste, d’une ligne éditoriale clairement alignée sur des idéologies politiques, ou doit-on y voir un professionnalisme hésitant ? Le débat reste ouvert.

  • 33 « Why Haiti Matters », 25 janvier 2010. L’origine de cette initiative n’est pas claire. S’agit-il d (...)

21Fait exceptionnel, Barack Obama choisit de s’exprimer dans Newsweek sous la forme d’un article signé de sa main33. Cet article est entièrement centré sur la politique et l’humanitaire « à l’américaine » : le président y apparaît désireux de justifier les motifs de son intervention en Haïti, qui ne doit pas être perçue comme une invasion ! On sent ici la volonté de rompre avec l’image écornée des États-Unis à la suite des guerres dans lesquelles ils se sont lancés dans les années 2000, pour redorer le blason de la nation :

  • 34 « En période de tragédie, les États-Unis d’Amérique se portent volontaires et aident. C’est ce que (...)

In times of tragedy, the United States of America steps forward and helps. That is who we are. That is what we do. […] That advances our leadership. […] America is acting on behalf of our common humanity34.

  • 35 « I have ordered », « I have instructed », « our national capacity », « our armed forces », « the A (...)
  • 36 « Les États-Unis seront là avec le gouvernement haïtien et les Nations unies à chaque étape du chem (...)

22Bien qu’en bon « réconciliateur », Obama s’efforce d’insister sur la morale d’une communauté internationale charitable et unie, il apparaît dans ses mots une véritable dimension de commandant en chef prêt à lancer une opération de guerre et désireux d’obtenir le consensus national autour de lui35. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, une opération « militaro-humanitaire » d’envergure ; même s’il évoque les perspectives de développement et de coopération avec le gouvernement haïtien, il ressort tout de même de son article l’image d’une nation mise sous tutelle : « The United States will be there with the Haitian government and the United Nations every step of the way36. »

  • 37 « What Haiti Needs », 25 janvier 2010.
  • 38 « “Many Hands Lighten the Load” », 25 janvier 2010.
  • 39 « “Beaucoup de mains allègent le fardeau” », 21 janvier 2010. Ici aussi, il serait intéressant de c (...)
  • 40 « As President, I worked… », « I continued », « my foundation », « I was honored », « I’ve traveled(...)

23L’héroïsation prédomine aussi dans le « bon-américanisme » qui imprègne les articles de Bill Clinton, fort présent dans les médias puisqu’il s’exprime dans Time37, Newsweek38 et Paris Match39. Il y souligne avant tout le rôle central de la personne40 – comme une sorte de continuité logique du rôle de leader que se donne la nation américaine. Il y fait tout de même l’apologie de la nation haïtienne, en évoquant les perspectives de reconstruction et de développement à travers la coopération de tous : « Le peuple haïtien mérite d’avoir la chance de construire une nation qui reflète ses efforts, ses talents, ses désirs. » Une telle distance, appuyée par ses mots détrompant les clichés victimaires et la malédiction, permet de réinvestir dans la rhétorique de la solidarité active, pour revenir au statut prometteur d’Haïti d’avant la catastrophe et de rompre ainsi avec la fatalité du désespoir.

Les limites de l’humanitaire ?

24En définitive, ce rapide survol met en relief une couverture médiatique du 12 janvier qui balance entre tentation sensationnaliste et victimaire, et discussion de la politique internationale. Les acteurs ne sont plus uniquement les french Doctors ou les spécialistes de la sécurité civile. Ce sont aussi les ministres, les présidents, les gouvernements étrangers. Sont-ils le signe d’une réaffirmation d’un humanitaire d’État, à l’image des soldats américains débarquant à Port-au-Prince, les bras chargés de caisses de vivres et de bouteilles d’eau ? La scène n’est toutefois pas totalement nouvelle puisqu’elle n’est pas sans rappeler le débarquement des marines à Mogadiscio en 1992. C’est un peu le constat qu’en fait Jacques Julliard, chroniqueur au Nouvel Observateur :

  • 41 « L’homme nu », 21 janvier 2010.

Comment, cette semaine, ne pas parler d’Haïti ? Tout autre sujet paraît obscène. Oui, mais aussi, comment en parler ? Comment éviter la commisération un peu facile, un peu gratuite ? À l’inverse, comment échapper à l’émotion, à la mauvaise conscience […] ? Priorité absolue aux sauveteurs. Les Américains ont pris les choses en main, vive les Américains ! […] Désormais l’humanitaire, c’est-à-dire le début d’une conscience civique internationale, doit se conjuguer avec l’ordre éternel des nations pour traiter ensemble les problèmes d’urgence de la planète au lieu, comme souvent, de rivaliser l’un avec l’autre41.

  • 42 Le Point, « Haïti, année zéro », 28 janvier 2010.

25Car du milieu de l’apocalypse peut aussi surgir la promesse d’un futur meilleur, comme si le pays devait renaître de son chaos total, vécu comme une sorte de purge, d’« année zéro42 » qui lui permettra de faire table rase et de se reconstruire, sous la tutelle – bien marquée – de ses puissants voisins et bienfaiteurs étrangers. C’est le discours commun des magazines américains et français qui soulignent le réinvestissement des nations et de la communauté civile, la nécessité d’utiliser la mobilisation mondiale autrement que pour provoquer des guerres pétrolières et la vaste armada américaine pour faire « le bien », au contraire des années Bush.

  • 43 « Averting Disaster », Newsweek, 25 janvier 2010 ; « Les sismologues sont incapables de prédire l’i (...)

26Les diverses études sur les pratiques journalistiques en temps de crise ont largement souligné le rôle des discours compassionnels et sensationnels, qui favorisent l’implication émotionnelle des publics. De telles considérations poussent forcément vers la schématisation simpliste des causes de la catastrophe, qui ont une explication tout à la fois moderne – scientifique, tectonique – et traditionnelle – Dieu, ce qui marque ici un retour de la foi dans le discours médiatique ! Ce type d’explications est tentant, d’autant plus qu’à travers ce schéma réductif, les journalistes gagnent du temps et de l’espace rédactionnel : l’état de faiblesse et de passivité du pays est aggravé par sa présence sur une grande faille sans que l’État corrompu ne fasse rien (« on vous avait prévenu » !). Les signifiants sont évidents ; la catastrophe aurait été évitable si les standards européens (antisismiques, mais aussi de gouvernance) avaient été respectés43. Mais on peut aussi se demander pourquoi les médias n’insistent pas davantage sur les causes humaines de la tragédie, bien plus réelles mais à peine évoquées, qui permettraient une véritable mise en perspective de la catastrophe et un regard plus poussé vers une véritable chance pour la reconstruction, comme le souligne encore une fois Le Nouvel Observateur :

  • 44 « Pourquoi nous ? », 21 janvier 2010.

Contre ceux qui parlent de « malédiction haïtienne » alors qu’il ne s’agit que de passivité, de maisons mal construites, de démission de l’État, de corruption des élites créoles, riches, gavées, égoïstes, de leur mépris pour le peuple d’en bas, celui qui souffre et meurt en silence44.

  • 45 « Global-focusing events ».

27Cette tension est palpable dans les scénarios des différents magazines qui oscillent entre effondrement total d’Haïti, et reconstruction possible, à grands renforts de figures politico-humanitaires penchées sur le berceau haïtien placé en soins intensifs. Ce type d’événements extraordinaires que sont les catastrophes de cette ampleur qualifiés d’« événements au centre d’intérêt global45 » met en scène une nouvelle solidarité internationale dépassant ainsi les « frontières nationales » de la compassion (Cottle, 2009 : 503). Entre voyeurisme et compassion, désespoir et espoir, le discours médiatique marque ainsi le parcours d’une nation au « banc d’essai » de la bonne conscience occidentale.

28Aux lendemains du 12 janvier 2010, la nation haïtienne est donc perçue dans les médias occidentaux comme un pays à la dérive, dont les représentations exaltent les icônes victimaires et le fatalisme quasi séculaire. Il est indéniable qu’une telle tragédie ne pouvait pas ne pas être représentée sans éviter le levier émotionnel et dramatique, tant les scènes de désolation et les témoignages de tous les habitants se prêtaient à la mise en images et en récits. Mais au fur et à mesure des semaines, ce regard médiatique s’est déplacé vers la « mise sous tutelle » de la nation face à ses bienfaiteurs, américains avant tout. Le « totem » attendu du duo victime-secouriste, qui certes reste présent, n’est que l’emblème le plus perceptible d’une présence étrangère qui sera dorénavant mêlée au futur de la nation, à l’image des mots du président Obama ou de Bill Clinton. Deux années après la catastrophe, il est difficile de faire le bilan d’une telle couverture médiatique et de la « trace » qu’elle laissera dans les mémoires collectives. Il est très vraisemblable néanmoins que le 12 janvier 2010 restera un moment exceptionnel où l’humanitaire d’urgence, l’humanitaire des ONG et des secouristes, la douleur et la souffrance des victimes se sont mêlés au retour d’un humanitaire d’État et d’une solidarité désormais politique.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Berrington, Eileen et Jemphrey, Ann, 2003, « Pressures on the Press. Reflections on Reporting Tragedy », Journalism, vol. 4, n° 2 : 225-248.

Boltanski, Luc, 1993, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié.

Brauman, Rony, 1993, « When Suffering Makes a Good Story », in F. Jean (éd.), Life, Death and Aid. The Médecins Sans frontières Report of World Crisis Intervention, Londres, Routledge : 149-158.

Clavandier, Gaëlle, 2004, La mort collective. Pour une sociologie des catastrophes, Paris, CNRS Éditions.

Cottle, Simon, 2009, « Global Crises in the News : Staging New Wars, Disasters, and Climate Change », International Journal of Communication, vol. 3 : 494-516.

Dupaquier, Jean-François, 2002, « Informer sur l’Afrique : “Silence, les consommateurs d’informations ne sont pas intéressés, ou ne sont pas solvables” », Mouvements, n° 21-22 : 89-95.

Gorin, Valérie, 2009, « La photographie de presse au service de l’humanitaire : rhétorique compassionnelle et iconographie de la pitié », in G. Haver (éd.), Photo de presse. Usages et pratiques, Lausanne, Antipodes : 141-152.

— 2011 (à paraître), « “Le martyre des innocents” : mises en scène visuelles et discursives de la mort de masse dans les crises humanitaires (1967-1994) », Questions de communication, n° 20.

Huxford, John, 2001, « Beyond the Referential. Uses of Visual Symbolism in the Press », Journalism, vol. 2, n° 1 : 45-71.

Mesnard, Philippe, 2002, La victime-écran. La représentation humanitaire en question, Paris, Textuel.

Moeller, Susan, 1999, Compassion fatigue. How the Media Sell Disease, famine, War, and Death, Londres, Routledge.

— 2002, « A Hierarchy of Innocence. The Media’s Use of Children in the Telling of International News », The International Journal of Press/Politics, vol. 7, n° 1 : 36-56.

Sontag, Susan, 2003, Devant la douleur des autres, Paris, Christian Bourgois.

Notes

1 Time, 25 janvier 2010.

2 Paris Match, 21 janvier 2010.

3 Le Point, 21 janvier 2010.

4 Il est d’ailleurs étonnant de voir à quel point la Seconde Guerre mondiale, pourtant éloignée en tout point par sa forme et sa nature d’une catastrophe naturelle, sert encore parfois de référent dans certains magazines pour symboliser l’état de désolation postséisme. La destruction de Port-au-Prince est comparée aux bombardements nazis et le plan monétaire monté par le FMI comparé à un « plan Marshall ».

5 Ensemble de critères généralement retenus par les médias, qui déterminent les faits susceptibles d’être traités médiatiquement, d’avoir de l’intérêt pour le public. Ces critères concernent en général la chronologie, la proximité, l’importance ou l’impact de l’événement, la controverse, le sensationnalisme, la nouveauté ou le caractère particulier de l’événement.

6 « Les nouvelles doivent être immédiates, dramatiques et originales. Les histoires sont simplifiées et personnalisées, avec les spectateurs ou les lecteurs encouragés à s’identifier avec les personnes ou à faire des jugements sur eux. Il y a une titillation […] par l’emphase sur l’atroce – le sang, la blessure et la violence. » (Toutes les traductions de l’anglais sont de l’auteure.)

7 « Le glas d’Haïti », 21 janvier 2010.

8 À titre d’exemple, mentionnons les titres de chacune des photos qui paraissent dans les reportages suivants : « Miraculée », « Horreur », « Solidarité », « Détresse », « Armada », « Pietà » dans Le Point, « Cinq siècles de tragédie », 21 janvier 2010 ; « Lost », « Buried », « Past and Present », « Escape », « Faith », « Survival », « Nations united », « Pallbearers », « Congregation », « Compassion », « Improvised hygiene », « Force of nature », publié sur le site Internet de Time, « Haiti : Out of the Ruins », 28 janvier 2010. Voir : http://www.time.com/time/photogallery/0,29307,1957522,00.html, consulté le 14 juin 2011.

9 Newsweek, « Why God hates Haiti », 25 janvier 2010 ; Le Nouvel Observateur, « La seule excuse de Dieu… », 21 janvier 2010.

10 Time, « Haiti’s History of Misery », 25 janvier 2010 ; Le Nouvel Observateur, « Deux cents ans de malheur », 21 janvier 2010.

11 Couverture de Newsweek, photographie d’Eduardo Munoz pour Reuters, 25 janvier 2010.

12 Couverture de Time, photographie d’Ivanoh Demers pour AP, 25 janvier 2010.

13 Couverture de Paris Match, reportage photo de Bernard Wis, 21 janvier 2010.

14 Le récit de la réunion de la petite avec son sauveteur russe sera publié dans Paris Match, « Haïti : les enfants d’abord », 28 janvier 2010.

15 Photographie de Nick Ut, prise au Sud-Vietnam le 8 juin 1972.

16 Photographie de James Mason, prise en avril 1993

17 « Les désastres d’aujourd’hui, qui ne sont pas faciles à suivre même avec une carte de pointage, sont rendus plus compréhensibles et accessibles par la référence des médias aux enfants – même si cette focale sur les enfants est une connaissance fausse ou biaisée, un simulacre de l’événement. »

18 Paris Match, « France, terre promise », 28 janvier 2010.

19 L’Express, « Le cœur et la raison », entretien avec Philippe Mattei, président de la Croix-Rouge, 28 janvier 2010.

20 Le Nouvel Observateur, « Pourquoi nous ? », 21 janvier 2010 ; Paris Match, « Le martyre des Haïtiens », 21 janvier 2010.

21 Le Nouvel Observateur, « J’entends encore ce silence », 21 janvier 2010 ; Le Point, « Le martyre haïtien », 21 janvier 2010.

22 Le Nouvel Observateur, « Pourquoi nous ? », 21 janvier 2010.

23 Paris Match, « Le martyre des Haïtiens », 21 janvier 2010.

24 « France, terre promise », 28 janvier 2010.

25 À titre d’exemple, les diaporamas successifs au fil de la catastrophe sont visibles sur les sites Internet de chacune des revues explorées.

26 Le terme évoque dans le milieu un journalisme qui consiste à chercher les informations depuis son bureau, en usant des outils informatiques ou des contacts par téléphone, au contraire de l’enquête du journalisme d’investigation.

27 Le reportage du Time du 25 janvier 2010 est en partie construit sur la base de citations et de « statuts » écrits par des acteurs humanitaires sur les pages Facebook, Twitter ou le blog de leur ONG.

28 Newsweek, « Why Haiti Matters », 25 janvier 2010.

29 Time, 25 janvier 2010.

30 Europe 1 s’associe avec la Croix-Rouge française ; Paris Match avec Première Urgence ; RTL, M6, Le Figaro, Le Monde, Radio France et France Télévisions avec Fondation de France.

31 Cité par L’Express, « Médias et ONG. La polémique Haïti », 28 janvier 2010.

32 Paris Match, « Le calvaire du peuple haïtien n’a pas commencé le 12 janvier », 21 janvier 2010.

33 « Why Haiti Matters », 25 janvier 2010. L’origine de cette initiative n’est pas claire. S’agit-il d’une requête du magazine ou d’une stratégie communicationnelle de la Maison-Blanche ? Alors qu’il est connu pour avoir largement eu recours aux réseaux sociaux lors de sa campagne électorale, Obama fait preuve ici d’un retour vers un média plus « traditionnel ». Le choix de Newsweek est toutefois logique, puisque même moins diffusé que Time, il est plus démocrate que son concurrent et lu plus facilement par la classe moyenne.

34 « En période de tragédie, les États-Unis d’Amérique se portent volontaires et aident. C’est ce que nous sommes. C’est ce que nous faisons. […] Cela fait avancer notre leadership. […] L’Amérique agit au nom de notre humanité commune. »

35 « I have ordered », « I have instructed », « our national capacity », « our armed forces », « the American people ».

36 « Les États-Unis seront là avec le gouvernement haïtien et les Nations unies à chaque étape du chemin. »

37 « What Haiti Needs », 25 janvier 2010.

38 « “Many Hands Lighten the Load” », 25 janvier 2010.

39 « “Beaucoup de mains allègent le fardeau” », 21 janvier 2010. Ici aussi, il serait intéressant de connaître les circonstances qui ont poussé Bill Clinton à s’exprimer dans la presse magazine, ou s’il a été contacté par les rédactions.

40 « As President, I worked… », « I continued », « my foundation », « I was honored », « I’ve traveled », « I made a call », « Ban Ki-moon asked me », dans Newsweek, « Many Hands Lighten the Load », 25 janvier 2010.

41 « L’homme nu », 21 janvier 2010.

42 Le Point, « Haïti, année zéro », 28 janvier 2010.

43 « Averting Disaster », Newsweek, 25 janvier 2010 ; « Les sismologues sont incapables de prédire l’instant précis d’un séisme », Le Point, 21 janvier 2010.

44 « Pourquoi nous ? », 21 janvier 2010.

45 « Global-focusing events ».

Auteur

Diplômée en histoire de l’Université de Genève, elle travaille depuis plusieurs années au département de sociologie, dans l’unité « médias et communication ». Elle termine une thèse de doctorat sur la médiatisation des crises humanitaires dans la presse magazine française et américaine des années 1960 aux années 1990. Ses domaines de recherche portent sur la visibilité de la violence, les conflits armés au XXe siècle mais aussi la réinsertion des anciens combattants. Elle est également enseignante au Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire de Genève sur l’histoire de l’humanitaire et le rôle des médias en politique internationale. Valerie.Gorin@unige.ch

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable