Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre II - Les médias en question

La presse haïtienne face aux victimes

Jean-Max Saint Fleur

Texte intégral

1Dans les publications postséismes des médias haïtiens qui ont pu continuer à fonctionner au lendemain de la tragédie du 12 janvier 2010, la victime est reléguée au second plan au profit de l’acteur politique ou de l’acteur humanitaire international. Et dans le peu de place qu’elle occupe dans les colonnes des journaux ou dans les reportages de la radio et de la télévision, elle apparaît sous un jour entaché de stéréotypes : rescapé en quête de réconfort spirituel, survivant transformé en pillard, corps blessé, amputé ou inerte… Des représentations qui ne diffèrent malheureusement pas vraiment des images stéréotypées sur Haïti ou sur le peuple haïtien parues dans la presse internationale au lendemain du tremblement de terre.

  • 1 L’estimation de l’ONG FOKAL sur le secteur médiatique haïtien après le séisme du 12 janvier est pu (...)

2Très peu de médias haïtiens notamment à Port-au-Prince et à Léogâne ont résisté au puissant tremblement de terre de ce 12 janvier qui a laissé une partie du pays à genoux, tout au moins durant les premiers jours qui ont suivi la tragédie. Selon une estimation faite le 12 mai 2010 par l’ONG haïtienne, Fondation connaissance et liberté (FOKAL) : « Dans les tout premiers moments après le séisme, seuls Signal FM et Mélodie FM étaient en onde1. » Ceux qui sont parvenus à tenir tête au séisme meurtrier, bien que désorganisés dans leur mode de fonctionnement à cause des pertes en matériel et en ressources humaines, ont pu répondre à leur fonction première qui est celle d’informer. Parmi eux, on retiendra la Télévision nationale d’Haïti (TNH), la Radio Télé Caraïbes (RTC), les quotidiens Le Nouvelliste et Le Matin, quelques agences en ligne telles qu’Haïti Press Network, l’Agence haïtienne de presse et l’agence AlterPresse. D’autres, au fur et à mesure, ont repris timidement du service. « Parmi la cinquantaine de stations de radio que compte Port-au-Prince, vingtcinq ont pu reprendre leurs programmes au cours du mois suivant le séisme », indiquait Reporters sans frontières (RSF) dans un texte publié en ligne le 19 avril 2010 : « Bientôt trois mois d’activité pour le Centre opérationnel des médias ; la presse renaît lentement. »

3Quoi qu’il en soit, l’information postséisme diffusée dans les médias haïtiens s’est fréquemment heurtée à des difficultés tant au niveau de la régularité et du format de publication que du temps de diffusion des éditions d’information et du contexte même de production de l’information à cause des pertes matérielles et techniques subies. En fait, le tableau du paysage médiatique haïtien présenté au lendemain de la catastrophe par la presse internationale fait état d’un secteur paralysé : locaux et installations effrités ou détruits, personnel insuffisant, manque de revenus, difficultés d’impression des éditions papier des deux quotidiens du pays.

4Certains médias ont même été obligés de fonctionner sous des tentes ou de petites constructions de fortune. Tel fut le cas de la RTC qui a repris ses émissions sur la chaussée devant son immeuble complètement fissuré à Port-au-Prince. « Le public nous appelle pour nous dire qu’ils ont un besoin d’eau, de nourriture et de médicaments, nous faisons passer ces messages. De temps en temps nous faisons venir à nos micros, à notre studio de fortune, des ingénieurs qui conseillent la population, nous recevons des psychologues, des travailleurs sociaux… », confiait le chef de programmation de la RTC, Anderson Bregard, à un journaliste de la Radio Suisse romande le 21 janvier 2010.

5Quelques journalistes, photographes et rédacteurs, fidèles au micro, amoureux de leur métier, ont fait preuve d’un grand courage, malgré des conditions difficiles, pour maintenir la population informée. C’est en particulier le cas de Danio Darius, présentateur d’une édition d’informations à la radio Magic 9, dont les locaux ont été totalement détruits lors de la tragédie : « Je me suis rendu compte malgré tout qu’il était nécessaire et urgent de garder la population informée de ce qui se passait. » La salle des nouvelles de Signal FM restera fonctionnelle en dépit des peurs liées aux répliques. L’équipe de rédaction du journal Le Nouvelliste, bien que réduite, continuera à alimenter le site du journal.

  • 2 « Le cadrage de l’information consiste à sélectionner certaines parties d’un fait ou d’un événemen (...)

6S’ils se sont mis d’une certaine manière au service de la population sinistrée par la diffusion rapide d’informations sur l’évolution de la situation postcatastrophe, les médias haïtiens n’ont pas échappé au schéma classique du cadrage de l’information tel que décrit par Robert Entman2, qui consiste à sélectionner certains aspects de la situation postséisme et à leur donner la priorité, selon leurs intérêts, pour les placer ensuite dans des champs de signification. Mais aussi, à participer d’une certaine manière, à la circulation de formes de représentations, notamment de représentations humanitaires des victimes du tremblement de terre dans leurs publications. Avant de décrire les formes de représentations dominantes des victimes du séisme dans le discours médiatique haïtien, soulignons quelques paramètres qui, à notre sens, ont joué sur le cadrage de l’information dans les médias haïtiens.

Plusieurs facteurs ont influencé l’information

7Le traitement de l’information postséisme dans les médias haïtiens peut avoir été influencé par plusieurs facteurs déterminants, à commencer par leurs intérêts économiques. Les recettes publicitaires, principales sources de revenus, étant en chute libre après le séisme, ce choc financier a poussé certains patrons de médias à réduire rapidement leur salle des nouvelles ou de rédaction en vue de diminuer les dépenses. Ce choix n’est pas sans conséquence sur la production médiatique dans la mesure où cela a pu limiter le volume de production et restreindre le choix des sujets à traiter, car d’un côté on avait un flux d’information et de l’autre peu de journalistes disponibles. Bref, la réalité financière des médias au lendemain de la tragédie peut être vue comme un élément qui, par effet cascade, a joué sur le cadrage et le contenu de l’information.

8Ensuite, on peut analyser le cadrage de l’information en fonction des engagements sociopolitiques de certains médias. À ce sujet nous verrons ultérieurement la place qu’ils ont accordée aux acteurs et aux questions politiques dans leurs publications comparée au temps de parole donné aux victimes du tremblement de terre, notamment au cours des deux premières semaines qui ont suivi le séisme. Enfin, on peut observer la situation en prenant en compte les difficultés temporelles, techniques et contextuelles qui étaient celles des salles des nouvelles et des conférences de rédaction à la suite du séisme. À notre sens, le temps, le contexte et l’environnement de travail peuvent influencer le choix des sujets, l’angle de traitement des informations et les types d’images des victimes véhiculées dans les médias.

  • 3 La victime dans notre corpus n’est ni acteur politique, ni membre du gouvernement, ni acteur human (...)

9Quels que soient les facteurs en cause, les médias haïtiens se sont davantage focalisés sur le domaine politique que sur les conditions de vie des victimes du tremblement de terre. L’analyse de trois médias, TNH, Signal FM et le journal Le Nouvelliste, au cours de la période allant du 18 au 22 janvier 2010 montre que l’information politique a occupé de 56 à 60 % de l’ensemble des programmes de diffusion. L’information postséisme diffusée dans les médias haïtiens a donc d’une certaine manière été influencée par l’engagement politique et/ou militant et a conduit à privilégier ainsi l’acteur et l’action politiques au détriment de la victime3 du séisme, de ses souffrances et de ses besoins.

La présentation de l’acteur politique comme défenseur de la victime

10Sur la TNH, les informations qui concernent les rescapés sont majoritairement centrées sur les acteurs politiques haïtiens et internationaux qui décident pour la victime. Cette dernière apparaît généralement comme une personne incapable de prendre des décisions ou de participer à son propre relèvement. Ceux qui auront suivi les éditions de nouvelles de la TNH au lendemain du séisme du 12 janvier en auront probablement déduit que le gouvernement haïtien, contrairement aux informations qui viennent de l’extérieur du pays, a bien le contrôle de la situation postséisme sur l’ensemble du territoire. La raison principale en est que la majorité des éditions de nouvelles diffusées par cette chaîne de télévision – notamment au cours de la deuxième semaine qui a suivi la tragédie – porte essentiellement sur les actions du gouvernement haïtien en faveur des victimes du séisme. Pour l’édition de nouvelles du 20 janvier 2010 qui a duré 116 minutes, plus de 65 % du temps soit environ 76 minutes ont été accordés aux acteurs politiques et aux actions gouvernementales. Ce constat n’est pas différent pour l’édition du 18 janvier 2010 dans laquelle la victime était absente.

  • 4 Extrait du mémoire de Jean-Max Saint Fleur, 2011.

11Les reportages et les interviews mettent en avant des discours de légitimation et de crédibilité de l’acteur politique haïtien. « En tant que personne humaine, en tant que première dame qui est dévastée par ce drame humanitaire, je vais voir comment trouver de petites tentes pour ces gens qui se trouvent dans les rues » (Elizabeth Préval, TNH, 18 janvier 2010). « Moi, en tant que ministre à la Condition féminine, je fais partie d’une commission de gestion de l’alimentation et de l’eau venant de la République dominicaine » (Marjorie Michel, TNH, 20 janvier 2010). « Ce matin, j’ai personnellement, moi Jean-Max Bellerive, Premier ministre de la république d’Haïti, signé trois autorisations spécifiques […] dans le cadre du processus d’adoption qui était en cours avant le cataclysme » (TNH, 21 janvier 2010)4.

L’acteur politique haïtien responsable du malheur des victimes du séisme

  • 5 Luc Boltanski traite la question des topiques d’accusation et de dénonciation sociale dans son ouv (...)

12Certains médias au contraire se sont appuyés dans leurs publications sur une topique de dénonciation sociale et d’accusation – au sens de Luc Boltanski5 – mettant dans une relation de cause à effet le malheur des survivants du séisme et l’acteur politique haïtien comme étant responsable des souffrances des victimes. C’est le cas de la radio Signal FM. « L’État est absent en temps normal, l’État a été absent pendant ces jours-ci » (18 janvier 2010). « Les Haïtiens peuventils espérer un mieux-être à l’avenir dans un pays qui souffre d’une très grave absence de leadership ? » (19 janvier 2010).

13D’autres ont fait le choix de passer de l’acteur gouvernemental haïtien à l’acteur politique international. Sur trente-six personnalités politiques repérées dans les publications du journal Le Nouvelliste pendant la période du 18 au 22 janvier 2010, seulement cinq responsables politiques haïtiens ont été cités ou interviewés. Un choix qui peut être vu soit comme une expression de l’incapacité du gouvernement haïtien à prendre en main la situation au lendemain de la catastrophe, soit tout aussi bien comme une forme d’accusation et de responsabilisation de l’État haïtien dans la souffrance des rescapés du séisme non pas par l’acte de la parole mais par l’indifférence.

14Un autre élément essentiel qui peut également expliquer pourquoi les médias ont catapulté la victime à l’arrière-plan dans leur hiérarchisation de l’information est le fait qu’ils ont privilégié dans leurs publications des sujets concernant la coordination et la distribution de l’aide humanitaire, l’organisation des secours, les promesses financières, les grandes décisions nationales et internationales pour venir en aide aux survivants. Ils ont, de fait, finalement négligé voire oublié la victime dans les camps de fortune, dans les hôpitaux ou encore ceux qui fuient la capitale ou le pays. À trop se focaliser sur le médecin, ils en sont venus à négliger le malade.

Le visage de la victime dans les médias haïtiens

15Bien qu’ils donnent globalement un temps de parole quelque peu insignifiant aux victimes dans leurs reportages et leurs articles de presse, les médias haïtiens participent à la circulation de certaines formes de clichés, généralement présents dans le discours médiatique occidental sur les pays du Sud, dans leur façon de représenter les victimes de la tragédie du 12 janvier à travers les images et les reportages qu’ils publient. Plusieurs de ces représentations dominantes des victimes du tremblement de terre dans les médias haïtiens, notamment dans Le Nouvelliste, la TNH et la radio Signal FM sont particulièrement patentes.

Un sans-abri qui attend la manne… internationale

16Si les premiers bilans du séisme ont fait état de 1,3 million de personnes sans abri (Radio Métropole, 16 mars 2010), répartis dans plus de mille camps de fortune à Port-au-Prince, la victime, sous ce visage-là, apparaît peu dans les reportages et interviews. Dans des médias comme la TNH, on ne la voit ni ne l’entend, sinon dans la bouche des membres du gouvernement haïtien ou des présentateurs qui appellent constamment à la solidarité locale dans les camps. L’image la plus représentative de la victime sans abri est celle d’un camp de fortune improvisé dans la cour de la TNH. Des séquences de 5 à 25 secondes sont passées à l’écran de la télévision plus d’une vingtaine de fois.

17Dans d’autres médias, la victime apparaît plutôt comme une personne sinistrée qui dépend essentiellement de la générosité de la communauté internationale. Sur 60 articles et remous de l’actualité publiés entre le 18 et le 22 janvier 2010 sur le site du Nouvelliste, 39 traitent du volet humanitaire. De ce nombre, 28 – soit environ les deux tiers – mettent en avant l’aide internationale alors que la solidarité locale est qualifiée de misère (Le Nouvelliste, 21 janvier 2010). À Signal FM, la victime sans abri est privée de tout et a recours par moments à la solidarité pour survivre. « Déboussolés, meurtris, les sinistrés tentent de s’organiser dans le chaos ambiant ». « Pas d’eau potable, pas de vêtements et de médicaments » (21 janvier 2010).

Un rescapé en quête de réconfort spirituel

18L’image de la victime dans les médias haïtiens est souvent un rescapé, un homme ou une femme désespéré qui cherche réconfort dans la religion, dans la divinité et dans la chose spirituelle. « J’espère que l’Éternel va faire cesser tout ça » (Le Nouvelliste, 18 janvier 2010). « L’Éternel des armées dit au peuple haïtien, à mes frères et sœurs dans ces moments difficiles, de ne pas avoir peur. Il leur dit qu’il est avec eux et qu’il les aime toujours » (TNH, 18 janvier 2010). « Si vous voyez que le peuple haïtien essaie de se démerder, essaie de vivre, c’est à cause du vodou » (Signal FM, 21 janvier 2010).

Un accusateur qui cherche des explications au drame

19Dans son désespoir, la victime apparaît aussi dans les reportages et les articles des médias haïtiens comme un accusateur qui, à défaut de trouver des explications scientifiques à la catastrophe et aux répliques, pointe du doigt « Dieu » ou les forces invisibles comme responsables de son malheur. « Certains estiment que Dieu dans son jugement a été impitoyable envers Haïti. D’autres pensent que c’est à cause de nos péchés. C’est la main de Dieu qui pèse sur nous » (Signal FM, 18 janvier 2010). « Ce n’est pas Dieu, Dieu n’est pas méchant. – Si, c’est lui, si, c’est Dieu. Un doigt accusateur vers le ciel. » (Le Nouvelliste, 20 janvier 2010.)

Un blessé, un amputé ou un corps sans vie

20La victime au corps blessé et meurtri apparaît peu dans les médias haïtiens. La TNH n’en a pas véritablement fait mention. On retrouve la victime sous cet angle dans deux des 44 reportages et interviews de Signal FM. Sept des 67 articles du journal Le Nouvelliste y font référence. Toutefois, elle peut s’inscrire, tout comme pour la presse internationale, dans une perspective de voyeurisme et de déclenchement d’émotion immédiate et de pitié chez les récepteurs. « Blessés arrivés sur des brouettes, hommes sur le point d’être amputés. Pied gauche écrasé… » (Le Nouvelliste, 18 janvier 2010). « Cadavres qui pourrissent sous des décombres depuis six jours » (Signal FM, 19 janvier 2010).

La question des stéréotypes

21On pourrait encore évoquer d’autres formes de représentations de la victime du séisme dans les médias haïtiens. Citons, entre autres, la victime vue comme un fuyard qui cherche à quitter Port-au-Prince ou le pays, comme un survivant transformé en pillard pour trouver de quoi manger. Bref, des formes de représentations de la victime qui ne diffèrent pas trop de certaines images stéréotypées sur Haïti ou sur le peuple haïtien parues dans la presse internationale au lendemain de la tragédie.

22Cette question avait déjà été soulevée de façon plus pointue par des spécialistes dont Alice Colbert. Dans un texte intitulé « L’impitoyable fatalité de la “tragédie haïtienne” ou la représentation collective du séisme selon les médias », qu’elle a publié sur le site de la revue Humanitaire, cette anthropologue critique le fait que les images et les informations qui venaient d’Haïti étaient entachées de stéréotypes portant ainsi atteintes à la dignité des victimes (Colbert, 2011). « Les corps montrés sans pudeur par les télévisions et les photographes étaient des plus exsangues, suppliciés, et l’image en devenait souvent indigne. » Dans le cas des médias haïtiens, nous hésiterons à parler d’une surenchère de mots et d’images morbides sur la victime. Néanmoins il y a manifestement lieu de dire que leurs publications ont offert une représentation déséquilibrée de la victime qui n’est pas vraiment différente de celle de la presse internationale. Soulignons, par exemple, que la victime apparaît rarement comme un acteur obligé de se débrouiller seul pour survivre durant les premières semaines qui ont suivi le séisme, sans aide humanitaire. Ses capacités et ses efforts à se prendre en main, à trouver un endroit où dormir, à enterrer ses morts, sans l’aide internationale ni l’intervention de l’État, n’ont été que très peu mis en évidence.

Conclusion

23Il y a certainement beaucoup d’autres considérations à faire sur ce sujet, mais nous voulons nous arrêter ici avec deux tentatives de propositions qui, nous l’espérons, pourront servir de piste de réflexion aux spécialistes des médias et aux chercheurs.

24S’il faut réinventer l’avenir en Haïti, nous n’hésiterons pas à placer les médias, aux côtés des décideurs politiques, des institutions sociales, de la société civile, de l’université, des acteurs nationaux et internationaux, sur la liste des réinventeurs possibles de cet avenir.

25Des réinventeurs de l’avenir, parce qu’ils peuvent contribuer, en tant qu’acteurs sociaux, à la mise en place de nouveaux fondements solides pour une société haïtienne plus égalitaire et plus juste, à l’édification de principes et de structures démocratiques dans le pays, à la construction d’une nouvelle image d’Haïti et du peuple haïtien notamment au travers du discours médiatique qu’ils produisent ou reproduisent. Puisque l’information, selon Wilbur Schramm, a une portée très dynamique dans le sens où elle peut conduire à changer les perceptions (Schramm, 1966 : 16).

26Des réinventeurs de l’avenir d’Haïti, parce qu’ils peuvent tout aussi bien, comme le souligne le journaliste haïtien Godson Pierre (2010), contribuer au respect des droits humains dans la gestion de l’urgence et la mise en œuvre de la reconstruction, à travers une information professionnellement correcte, socialement articulée et dont la diffusion se fait sur une base globale et locale.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Boltanski, Luc, 1993, La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Métailié.

Charaudeau, Patrick, 1997, Le discours d’information médiatique : la construction du miroir social, Paris, Nathan.

Colbert, Alice, 2011, « L’impitoyable fatalité de la “tragédie haïtienne” ou la représentation collective du séisme selon les médias », Humanitaire, n° 27, janvier.

Entman, Robert, 1993, « Framing : Toward Clarification of a Fractured Paradigm », Journal of Communication, vol. 43, n° 4, automne.

Le Marec, Joëlle et Babou, Igor, 2006, « Cadrages médiatiques et logiques commémoratives du discours à propos de sciences : musées, télévision et radioactivité », Communication, vol. 25, n° 2.

Pierre, Godson, 2010, « Haïti-Reconstruction : Rôle des médias », Alterpresse, 3 mai, document disponible en ligne : www.alterpresse.org

Renseignements généraux, 2008, Réinventer les médias : l’industrie médiatique et ses alternatives, brochure de communication, France.

Saint Fleur, Jean-Max, 2011, Discours médiatique post-séisme, fluctuation de cadrages sur Haïti, une étude comparée de six médias haïtiens et suisses romands, mémoire pour l’obten tion d’un master en action humanitaire, CERAH/Université de Genève, juillet.

Schramm, Wilbur, 1966, L’information et le développement national, Paris, Unesco.

www.médiaalternatif.org (consulté le 14 juillet 2011).

http://humanitaire.revues.org (consulté le 8 juillet 2011).

Notes

1 L’estimation de l’ONG FOKAL sur le secteur médiatique haïtien après le séisme du 12 janvier est publiée dans un texte intitulé « Médias : un aperçu du secteur après le séisme » posté sur le site de cette organisation le 12 mai 2010.

2 « Le cadrage de l’information consiste à sélectionner certaines parties d’un fait ou d’un événement et à les rendre plus saillantes dans un texte de communication, de manière à promouvoir une définition d’un problème particulier, l’interprétation causale, l’évaluation morale, et/ou recommandations de traitement. » (Entman, 1993 : 52.)

3 La victime dans notre corpus n’est ni acteur politique, ni membre du gouvernement, ni acteur humanitaire, ni leader religieux, ni responsable du secteur privé. Elle renvoie plutôt au survivant anonyme sur le terrain, victime physique ou morale de la tragédie, en attente d’aide humanitaire.

4 Extrait du mémoire de Jean-Max Saint Fleur, 2011.

5 Luc Boltanski traite la question des topiques d’accusation et de dénonciation sociale dans son ouvrage La souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique publié en 1993.

Auteur

Communicateur social de formation, il est aussi journaliste et détient un master en action humanitaire au Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire (CERAH) de Genève. Assistant rédacteur en chef de la revue haïtienne Raj Magazine, il est rédacteur au quotidien haïtien Le Nouvelliste et coordinateur de projet pour le CERAH en Haïti. Ses articles, recherches et publications concernent principalement des thématiques telles que la gestion des risques et les désastres, le discours médiatique et les catastrophes naturelles, les médias et les représentations sociales. lemaxner@yahoo.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540