Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre II - Les médias en question

Chapitre II. Les médias en question

Jean-Daniel Rainhorn

Texte intégral

1Montrer avec discernement et sans voyeurisme, car l’on sait aujourd’hui combien les images ont un impact sur une opinion publique avide de mots simples et d’images fortes. Raconter le plus justement possible pour ne pas offrir une vision déformée de la réalité. Donner la parole aux acteurs, aux témoins, sans parti pris. Analyser ce qui se passe, en temps réel, avec le plus de recul et d’objectivité possibles. Savoir faire la part entre l’émotion légitime face à un événement – le séisme du 12 janvier 2010 – qui dépasse l’entendement et le devoir d’informer, de permettre à ceux qui sont ailleurs de comprendre. Mais comment rapporter au reste de la planète, en quelques images et quelques phrases, ce qui se passe vraiment dans les jours qui suivent une tragédie de cette ampleur : l’incompréhension, l’effarement, la sidération, la souffrance bien sûr, mais aussi la solidarité, l’altruisme, l’énergie incroyable d’une population blessée qui fait face d’abord pour survivre puis, malgré le drame, pour continuer à vivre… puisque la vie continue ? La responsabilité des journalistes est immense. C’est ce qui fait la grandeur et la difficulté de leur métier.

2Même avec les meilleures intentions du monde, les mots qui sont utilisés pour décrire des moments d’une aussi forte intensité émotionnelle émergent des tréfonds de l’imaginaire, là où se sont lentement construits depuis des temps lointains, les présupposés, les images toutes faites, les regards déformés jusqu’à la caricature. Mais de quoi les Haïtiens sont-ils donc coupables ? Pourquoi l’image de « pays maudit », de victime, d’incapacité à s’en sortir revient-elle toujours ? Quelles fautes Haïti, qui fut pourtant la colonie la plus riche des Caraïbes et l’un des premiers pays à se libérer du colonialisme, aurait-il donc commises pour qu’à chaque occasion on lui accole des épithètes dévalorisantes ? Pourquoi un tel parti pris ? Pourquoi les médias, dans leur majorité, continuent-ils de présenter le pays comme une « île-purgatoire condamnée à s’en remettre à Dieu » comme le dit Arnaud Robert ?

3Dans de tels moments, le journaliste est un passeur de ce que l’opinion publique a envie d’entendre, ou de voir, à la fois pour laisser vibrer sa compassion mais aussi pour se rassurer qu’il s’agit bien des autres et non de soi-même. Mais il est aussi un être humain avec ses sentiments ! Dans son témoignage, Philomé Robert nous emmène au cœur de sa déchirure et de son questionnement personnel. Être à la fois soi-même et être capable de donner une information objective. Comment filmer, c’est-à-dire « saisir par la caméra ce que mes yeux ont du mal à saisir eux-mêmes » ? Comment travailler avec le sentiment que « mon métier de journaliste ne suffisait pas pour expliquer l’horreur ». Témoin ou acteur ? « À l’heure de la consommation de l’information à la vitesse grand V, à l’heure où la moindre vidéo se retrouve postée instantanément sur un réseau social de partage sur Internet », le journaliste haïtien se demande gravement : « d’Haïti, que faut-il montrer à la télévision aujourd’hui ? »

  • 1 « C’est le mot utilisé par la majorité de la population haïtienne, notamment à Port-au-Prince, pou (...)

4Ayant vécu le « Goudougoudou1 » à Port-au-Prince comme journaliste, Jean-Max Saint Fleur nous montre que la presse haïtienne, ou ce qu’il en restait dans les semaines qui ont suivi le séisme, a employé des « représentations qui ne diffèrent malheureusement pas des images stéréotypées sur Haïti ou le peuple haïtien parues dans la presse internationale ». Il remarque que les victimes montrées comme « incapable[s] de prendre des décisions ou de participer à [leur] propre relèvement » et qui dépendent « essentiellement de la générosité de la communauté internationale » laissent dans les reportages rapidement la place aux « acteurs politiques haïtiens et internationaux », c’est-à-dire à ceux qui décident. Faut-il également réinventer la presse haïtienne ?

5Valérie Gorin souligne que la presse écrite aime bien « les symboles, les formules faciles, l’usage de la photographie [qui] garantissent des grilles de lecture immédiates et des raccourcis d’information pour les publics ». Et elle ajoute : « Haïti offre tous les paradoxes qui satisfont les règles – souvent attendues – du reportage journalistique des tragédies. » En analysant la presse écrite dans les semaines qui ont suivi le 12 janvier, elle montre comment l’on est peu à peu passé de « discours compassionnels et sensationnels qui favorisent l’implication émotionnelle des publics » à une « schématisation simpliste des causes de la catastrophe » – un pays en « état de faiblesse et de passivité » qui se situe sur « une grande faille » géologique, avec peu de références à la crise socio-économique et humaine – pour, au bout de quelques semaines, laisser la place à une communication sur les bienfaits de l’aide internationale, seule capable dans de telles conditions de gérer la reconstruction.

6Enfin, Arnaud Robert souligne que « le séisme de Port-au-Prince aurait pu servir à un questionnement profond de l’attitude des médias face aux terrains circonstanciels de l’actualité ». Les journalistes sont en effet souvent pris dans leur contradiction entre décrire et expliquer. Or, constate-t-il, « en Haïti, la description ramène sans cesse au spectaculaire de la pauvreté, de la destruction et de l’impuissance. L’explication […] renvoie à une histoire nationale qui n’a rien au fond d’extraordinaire. Et blase donc vite. » Et de conclure : « Le journalisme se nourrit de l’effarement. » Mais alors comment raconter le quotidien et continuer à captiver le lecteur, ailleurs dans le monde ? Une belle question à méditer quand on sait l’importance de la mobilisation internationale pour la reconstruction d’Haïti.

Notes

1 « C’est le mot utilisé par la majorité de la population haïtienne, notamment à Port-au-Prince, pour imiter, désigner, traduire et interpréter le son ou le bruit provoqué par les mouvements du séisme du 12 janvier 2010 suivi de nombreuses répliques. C’est depuis l’onomatopée la plus populaire par laquelle les gens expriment le sentiment de l’effet ressenti à l’intérieur des maisons, à l’occasion des secousses. » (Lucmane Vieux, Le Nouvelliste, 3 mars 2010.)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540