Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre premier - Chronique d'une catastrophe annoncée

Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 : un désastre prévisible ?

Jean-Jacques Wagner

Texte intégral

1Avec un peu de recul, peut-on s’inspirer pour qualifier le tremblement de terre d’une magnitude moment de 7,0 qui secoua Haïti et plus particulièrement sa capitale Port-au-Prince le 12 janvier 2010 du titre de l’ouvrage de l’auteur colombien Gabriel García Márquez Chronique d’une mort annoncée (1981) ? On pourrait le croire si l’on se rapporte aux diverses mises en garde antérieures dont celle de l’ingénieur géologue haïtien Claude Prepetit dans un article paru dans le journal Le Matin d’Haïti en date du 9 octobre 2008 sous le titre « Tremblements de terre en Haïti : mythe ou réalité ? » :

Les tremblements de terre dans le pays d’Haïti-Thomas, serait-ce un mythe ou une réalité ? La question ne se pose même pas, car la menace sismique au niveau de la plaque caraïbéenne, en général, et de l’île d’Haïti, en particulier, est plus qu’une réalité. Sans vouloir adopter une attitude systématiquement pessimiste ou alarmiste, je refuse toutefois de me baigner dans l’illusion que les secousses sismiques désastreuses ne se produiront que chez les autres. Un peuple sans mémoire, dit-on, est un peuple sans avenir. À nous Haïtiens de prendre dès aujourd’hui des mesures de mitigation pour limiter les dégâts comme les autres nations de la plaque caraïbéenne, particulièrement Porto Rico, Martinique et Guadeloupe, le font pour préserver les vies et les biens de leurs populations. (Prepetit, 2008.)

2Il est vrai que, dans l’état actuel de nos connaissances, on ne peut pas prédire l’occurrence spatio-temporelle d’un tremblement de terre mais l’avertissement contenu dans cet article reflète ce que l’on sait sur la base de nombreuses observations qui permettent de déduire où la terre est susceptible de trembler dans le futur (Giardini et al., 1999) avec des conséquences qui peuvent être tragiques si l’on ne prend pas des mesures de protection appropriées.

3Il ne s’agit pas ici uniquement de se focaliser sur ce tremblement de terre car l’on ne peut ignorer la potentialité qu’un autre, aussi désastreux, survienne dans la région dans un avenir plus ou moins proche. Pour mieux saisir les enjeux et les conséquences de ce type de phénomène, il est nécessaire de placer notre analyse dans le contexte du risque sismique qui par définition est la convolution de la probabilité d’occurrence de l’aléa d’une « intensité donnée » par la vulnérabilité. En d’autres termes, le risque est la possibilité ou probabilité de pertes de vies, de dommages à la propriété et à l’héritage culturel dans une région exposée au danger d’un aléa naturel, dans ce cas le tremblement de terre, la catastrophe étant la réalisation du risque. Il faut cependant relever que, dans le cas d’Haïti, si la magnitude a été élevée pour être dangereuse, c’est avant tout la vulnérabilité socio-économique du pays et plus spécifiquement de la région capitale qui a contribué à l’ampleur de la tragédie. Cette vulnérabilité n’est pas une fatalité, elle peut se réduire par une approche multidisciplinaire et multi-acteurs.

Situation sismo-tectonique d’Haïti

4La distribution géographique de la sismicité, pour des tremblements de terre de magnitude supérieure à 5,5 dans les années 1900-2002, entre l’Amérique centrale et les Caraïbes, délimite sous la forme d’une « langue » une grande unité géologique dénommée « la plaque des Caraïbes » qui inclut dans sa partie nord le sud de Cuba et les îles d’Hispaniola et de Puerto Rico. Cette plaque a une frontière dans sa partie nord et nord-est avec celle d’Amérique du Nord et dans sa partie sud-est et sud avec celle d’Amérique du Sud. C’est l’inter action dynamique entre ces différentes plaques qui va générer, entre autres, les tremblements de terre. Il est important de réaliser à ce stade que l’île d’Hispaniola est partie intégrante de ce que l’on peut appeler la « ceinture sismique caraïbe » ce qui implique que le phénomène de tremblement de terre n’y est pas exceptionnel. Il est par ailleurs intéressant de relever que l’expérience planétaire indique qu’un événement d’une magnitude de 5 dont le foyer est localisé à faible profondeur est déjà susceptible de provoquer des dégâts sérieux dans un environnement vulnérable.

  • 1 Mouvement de glissement d’un des deux compartiments géologiques formant une faille verticale. Il e (...)

5Pour analyser plus spécifiquement le danger sismique d’Haïti, il faut prendre en compte l’ensemble de l’île, Hispaniola étant dans une zone complexe où les plaques des Caraïbes et d’Amérique du Nord coulissent l’une par rapport à l’autre par un décrochement sénestre1 de l’ordre de 20 mm/an en moyenne. Ce mouvement est essentiellement répercuté sur l’île par l’intermédiaire de deux systèmes majeurs de failles actives, au nord celle dite septentrionale dont le mouvement serait de 13 mm/an et au sud celle d’Enriquillo-Plantain-Garden (EPG) avec 7 mm/an (OVSG, 2010). La carte de la figure 1 indique non seulement l’emplacement de ces failles principales mais aussi la localisation approximative des tremblements de terre historiques majeurs dans la région. Ces derniers confirment l’importance du danger sismique dans et aux alentours de l’île.

Figure 1 - Zones de failles et séismes historiques de l’île d’Hispaniola

Figure 1 - Zones de failles et séismes historiques de l’île d’Hispaniola

Note : les traits indiquent l’emplacement des zones de faille et les cercles la localisation approximative des séismes historiques.
Sources : d’après Éric Calais, United States Geological Survey (USGS) (Bilham, 2010).

Observation sismologique

6Pour appréhender l’aléa sismique, il ne s’agit pas seulement de savoir que le pays est sismiquement dangereux mais il faut tenter d’en établir le niveau de dangerosité ! Pour ce faire, il faut évaluer la probabilité d’occurrence d’un événement dommageable et définir dans la mesure du possible l’événement potentiel extrême, afin de construire des scénarios plausibles. Pour connaître ce comportement sismique temporel régional, on fait généralement appel à trois approches complémentaires. La première est l’étude des failles sub-récentes par des observations géomorphologiques directes sur le terrain ou indirectes par imageries aériennes et satellitaires de haute résolution : c’est le domaine de la paléosismicité. La deuxième est le décryptage des chroniques anciennes et des articles de presse relatant des tremblements de terre : c’est le champ de la sismicité historique (figure 1). La troisième et la plus importante de ces approches prend en compte l’observation instrumentale à l’aide de sismomètres de divers types : c’est le domaine de la sismicité instrumentale qui est essentiel pour mieux typifier l’activité sismique locale. Signalons aussi la surveillance du mouvement des failles actives et potentiellement actives à l’aide du système de positionnement global par satellites-GPS (Calais, 2007).

7Ce travail de recherche et de surveillance est difficilement réalisable en l’absence d’un observatoire sismologique national en Haïti. Certes pour des séismes de grandes magnitudes, on peut se fonder sur des observatoires existants plus loin dans les Caraïbes, comme par exemple en Jamaïque ou à Puerto Rico, sans oublier, sur l’île même, l’Institut de sismologie de l’université autonome de Santo Domingo. À la suite du séisme du 12 janvier plusieurs missions scientifico-techniques ont installé des stations temporaires pour faire un suivi des répliques, comme par exemple celle du Service géologique des États-Unis (Eberhard et al., 2010). En novembre 2010, l’ambassade des États-Unis a offert aux autorités d’Haïti un système de surveillance sismique composée de cinq sismomètres ; les vibrations détectées sont transmises par l’intermédiaire d’Internet. À l’avenir, une telle surveillance avec une densification des sismomètres est absolument indispensable pour mieux appréhender l’évolution sismique (répliques et nouveaux événements) et faciliter la localisation des failles actives. À cela, il faut ajouter la nécessité d’un réseau d’observation complémentaire, celui des accélérations sismiques (Strong Motion Net) dont l’information primordiale permet une mise en œuvre plus appropriée des mesures parasismiques lors de la reconstruction et du développement du pays.

Le tremblement de terre et ses effets collatéraux

8Par effets collatéraux, on entend la liquéfaction de certains sols, les instabilités de terrain (chutes de blocs rocheux, glissements de terrain) et éventuellement, suivant l’emplacement de l’épicentre du séisme, les conséquences d’un tsunami. D’une certaine manière, on pourrait aussi y inclure les répliques au tremblement de terre principal. Analysons sommairement le contexte d’Haïti :

  • La liquéfaction se manifeste lorsqu’un sédiment saturé en eau perd sa cohésion et réagit comme un fluide sous l’effet des vibrations d’un séisme : en d’autres termes le sol perd de sa portance. Ce phénomène a été observé dans la région côtière, dans les deltas de rivières et aussi dans le port principal de Port-au-Prince qui a été sérieusement endommagé (Rathje et al., 2010).
  • Les instabilités de terrain comme les chutes de blocs rocheux ou les glissements de terrain ont été observés en de nombreux endroits (Rathje et al., 2010). Concernant ces phénomènes déjà existants dans un contexte de déforestation du relief accentué par l’action des pluies torrentielles générées par les nombreux cyclones (NHC, 2010) qui traversent ou côtoient le pays, les vibrations sismiques ont joué le rôle de facteur aggravant.
  • Le tsunami correspond normalement à une série de « grandes vagues déferlantes » suivant un séisme de magnitude 7 et plus, dont la source est localisée sous le fond de l’océan ou de la mer et qui est créé par un mouvement vertical brusque de la faille, ce qui n’est pas la situation d’ici. Cependant les experts (Hornbach et al., 2010) qui ont parcouru la côte rapportent que des vagues de tsunamis ont été signalées à Jacmel, Les Cayes, Petit-Goâve, Léogâne, Luly et Anse-à-Galets et que quatre personnes au moins en seraient mortes au Petit-Paradis près de Léogâne. Ce tsunami a aussi été enregistré à Saint-Domingue (République dominicaine) avec une hauteur de vague de 12 cm. On peut considérer dans ce cas que le tsunami observé est un épiphénomène probablement généré par les mouvements de surrection et subsidence2 notés sur la côte, voire par des glissements de terrain sous-marins provoqués par le séisme.
  • Les répliques localisées durant les six semaines après le choc principal comprennent 59 événements de magnitude 5 et plus. En particulier, il y en a eu deux dont les magnitudes étaient respectivement de 6,0 et 5,9. Le premier se déclencha sept minutes après l’événement majeur et le second huit jours après (USGS-NEIC, 2010). L’importance de ces répliques qui peuvent générer des destructions additionnelles et des victimes supplémentaires est une vraie plaie tant pour la population en souffrance que pour les opérations de sauvetage d’urgence ! Les répliques peuvent continuer de se manifester pendant plusieurs mois ; les statistiques démontrent qu’en principe leur magnitude décroît avec le temps, mais si le phénomène initial majeur est égal ou supérieur à 6, les premières répliques restent dangereuses comme l’a démontré la situation d’Haïti.

Zonage sismique d’Haïti

  • 3 À la différence de la magnitude fondée sur une mesure instrumentale du mouvement du sol, l’intensi (...)
  • 4 Ou Peak ground acceleration (PGA). Cette mesure indique la variation de vitesse de la déformation (...)

9Le zonage sismique voire le microzonage sismique (OFEG, 2004) est un outil essentiel pour la gestion à moindre risque du territoire. Il s’agit de la cartographie de la réponse sismique spatiale qui inclut ou non l’effet de site en termes d’intensité de Mercalli modifiée (MMI)3 ou en termes d’accélération pointe au sol4. Ces informations permettent de délimiter les zones constructibles avec ou sans réserves et celles qui ne le sont pas. C’est une aide précieuse pour les autorités à tous les niveaux. Il faut noter d’ailleurs que le tremblement de terre du 12 janvier a généré un intérêt tant pour un office gouvernemental comme le Service géologique des États-Unis (Frankel et al., 2010) que pour le secteur privé comme la compagnie suisse de réassurance SwissRe.

10Le premier a produit une carte de l’aléa sismique d’Hispaniola en terme d’accélération maximale du sol qui a 10 % de chance d’être dépassée en cinquante ans ainsi qu’une carte de l’effet de site (amplification ou atténuation) fondée sur une approche empirique de l’évaluation de la vitesse de cisaillement déduite de la morphologie (Wald et Allen, 2007). La combinaison des deux fournit une carte de l’aléa sismique qui conforte la dangerosité sismique d’Haïti, d’une part de la région nord avec la faille septentrionale et d’autre part de la région sud avec la faille EPG. En République dominicaine voisine, le document montre une dangerosité non négligeable mais plus diffuse.

11La SwissRe (Tscherrig, 2010) a pour sa part élaboré une carte (figure 2) de l’aléa probable fondée sur l’intensité sismique MMI qui a 10 % de chance d’être dépassée en cinquante ans. Là aussi, ce qui est logique, on voit comme sur les cartes de l’USGS les deux zones d’Haïti sujettes à un danger sismique plus important. Si actuellement l’on est focalisé sur le sud avec Port-au-Prince, il ne faudrait pas négliger la zone nord avec la ville principale de Cap-Haïtien qui a déjà été détruite en 1842 et sérieusement endommagée en 1904 par des séismes importants.

Prévention, mitigation et préparation

12Devant l’ampleur de cette catastrophe, l’on pourrait certes rechercher des responsabilités et l’on pourrait en trouver à différents niveaux, car s’il est vrai qu’il existe de nombreuses incertitudes, il n’y a pas de fatalité et l’humain joue un rôle essentiel dans les conséquences de l’exposition à l’aléa sismique en particulier et aux aléas dits naturels en général. Plutôt que de mettre en évidence les défauts, passons en revue les actions positives qui peuvent améliorer la vie des citoyens d’Haïti dans le futur au travers de la prévention et de la mitigation d’une part et par la préparation d’autre part. Ces actions ont deux objectifs généraux : le premier est d’agir – sachant que le risque zéro n’existe pas – de manière à ce qu’une catastrophe en devenir soit la plus petite possible, et le second de pouvoir agir dans la catastrophe le plus efficacement possible pour limiter la souffrance de la population affectée.

Figure 2 - Carte de l’aléa sismique d’Haïti en intensité de Mercalli modifiée pour une probabilité de dépassement de 10 % en cinquante ans, établie par la Swiss Re

Figure 2 - Carte de l’aléa sismique d’Haïti en intensité de Mercalli modifiée pour une probabilité de dépassement de 10 % en cinquante ans, établie par la Swiss Re

Sources : d’après Patrice Tscherrig, Swiss Re, 2010.

13Pour réduire le risque, il faut analyser les éléments qui le constituent. Dans le cas du risque sismique, comme on ne peut agir sur l’aléa, toute l’attention se porte sur la réduction de la vulnérabilité. Celle-ci est complexe car elle est formée de plusieurs composantes dont les principales sont sociale, économique, environnementale, physique ou structurale. Toutes ces composantes ne sont pas facilement quantifiables pour une évaluation numérique du risque, cependant leur prise en compte qualitative permet de cibler des actions nécessaires pour le réduire. Dans le cas d’Haïti, et comme déjà mentionné précédemment, la vulnérabilité socio-économique est dominante mais, au vu des dégâts importants infligés aux constructions, la vulnérabilité physique apparaît comme la composante principale à laquelle il faut s’attaquer en priorité.

14Pour ce faire, il faut mettre en œuvre des recommandations pour que les maisons, édifices, lignes vitales soient construits de manière sismo-résistante ; un code du génie parasismique est ainsi absolument indispensable. Cependant comme le pays est également fréquemment exposé aux passages de cyclones dévastateurs, il est indispensable d’y inclure simultanément des mesures anticycloniques. Ce code intégré doit être national pour correspondre aux réalités du pays et être utile tant en milieu urbain qu’en milieu rural ; et une campagne appropriée pour la diffusion de ses recommandations est nécessaire pour les constructions formelles comme informelles (formation des « boss maçons »). Dans ce contexte, l’aide internationale posturgence peut être d’un appui certain ; on peut citer le Centre de compétences Reconstruction du Bureau de la coopération suisse en Haïti qui facilite l’échange d’informations et d’expériences entre les divers acteurs de la réhabilitation et de la reconstruction (DDC, 2010).

15La réduction de la vulnérabilité passe aussi par le développement de la résilience des divers acteurs de la société. Pour cela, l’éducation et la formation à tous les niveaux incluant la prise en compte des stratégies pour la réduction du risque de catastrophes sont indispensables. La prévention et la mitigation vont de pair avec la préparation à l’intervention en cas de catastrophes.

Conclusion

16Le tremblement de terre d’Haïti nous a, de nouveau, fait prendre conscience de nos limites face aux énergies libérées par la nature, mais cela ne doit pas servir d’excuse pour la non-mise en œuvre de nos savoirs dans le domaine de la réduction du risque de catastrophe. Certes dans le cas présent de nombreux éléments tels que la pauvreté, l’illettrisme, une gouvernance en difficulté ont joué le rôle de facteurs aggravants, mais comment expliquer qu’un pays, fier de son passé, a oublié que son histoire est aussi parsemée de catastrophes sismiques importantes sans compter celles liées aux cyclones et que des mesures appropriées prises à temps peuvent sérieusement diminuer l’impact de la nature sur son environnement ? Ce n’est pas de l’utopie, puisque, quelques semaines plus tard, un tremblement de terre d’une magnitude moment de 8,8, soit cinq cents fois plus énergétique que celui d’Haïti secoua le Chili. Les dégâts furent importants, mais le nombre de victimes fut relativement bas grâce à l’appli cation des mesures parasismiques. Il est vrai que la prévention et la mitigation n’offrent pas la même visibilité qu’un sauvetage spectaculaire lors d’une catastrophe, mais elles contribuent à la sécurité dont la population a besoin pour un développement durable harmonieux.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bilham, Roger, 2010, « Lessons from the Haiti Earthquake. Opinion », Nature, n° 463 : 878-879.

Calais, Éric, 2007, Mesures GPS en Haïti, application à l’aléa sismique. Rapport d’étape, West Lafayette, Purdue University.

DDC, 2010, Haïti : Centre de compétences Reconstruction, Port-au-Prince, Bureau de la coopération suisse en Haïti, Direction du développement et de la coopération de la Confédération suisse, document en ligne : http://www.cooperation-suisse.admin.ch/haiti/

Eberhard, Marc O., Baldridge, Steven, Marshall, Justin, Mooney, Walter et Rix, Glenn J., 2010, The MW 7.0 Haiti Earthquake of January 12, 2010, USGS/EERI Advance Reconnaissance Team Report : US Geological Survey Open-File Report 2010–1048.

Frankel, Arthur, Harmsen, Stephen, Mueller, Charles, Calais, Éric et Haase, Jennifer, 2010, Documentation for Initial Seismic Hazard Maps for Haiti, US Geological Survey Open-file Report 2010-1067.

García Márquez, Gabriel, 1987 [1981], Chronique d’une mort annoncée, Paris, Le Livre de Poche, trad. Claude Couffon.

Giardini, Domenico, Grünthal, Gottfried, Shedlock, Kaye M. et Zhang, Peizhen, 1999, « The GSHAP Global Seismic Hazard Map », Annali di Geofisica, vol. 42, n° 6 : 1225-1228.

Hornbach, Matt J. et al., 2010, « High tsunami frequency as a result of combined strike-slip faulting and coastal landslides », Nature Geoscience, vol. 3 : 783-788.

New York Times, 2010, « Moving Plates », New York Times, 26 janvier, document disponible en ligne : http://www.nytimes.com/imagepages/2010/01/26/science/26fault_graphic.html

nhc, 2010, NHC Archive of Hurricane Season, Miami, National Hurricane Center NOAA, documents disponibles en ligne : http://www.nhc.noaa.gov/pastall.shtml

OFEG, 2004, Principe pour l’établissement et l’utilisation d’études de microzonage en Suisse. Directives de l’OFEG, Berne, Office fédéral des eaux et de la géologie.

OVSG, 2010, Communiqué relatif au séisme d’Haïti du 12 janvier 2010, Observatoire volcanologique et sismologique de Guadeloupe, document disponible en ligne : www.ipgp.fr/files_lib/819_Communiqué_OVSG_Haïti.pdf

Prepetit, Claude, 2008, « Tremblements de terre en Haïti : mythe ou réalité ? », Le Matin, 9 octobre.

Rathje, Ellen et al., 2010, Geotechnical Engineering Reconnaissance of the 2010 Haiti Earthquake, version 1, 22 février, Geo-engineering Extreme Events Reconnaissance Association (GEER).

Tscherrig, Patrice, 2010, Swiss Re’s Probabilistic Earthquake Hazard Map for Haiti, Zurich, document disponible en ligne : http://media.swissre.com/documents/Earthquake_Haiti_Factsheet.pdf

USGS-NEIC, 2010, Aftershock Report in Magnitude 7.0, Haiti Region, 2010 January 12, 21:53:10, UTC Earthquake Summary, US Geological Survey, National Earthquake Information Center, document disponible en ligne : http://earthquake.usgs.gov/earthquakes/eqinthenews/2010/us2010rja6/

Wald, David J. et Allen, Trevor I., 2007, « Topographic Slope as a Proxy for Seismic Site Conditions and Amplification », Bulletin of the Seismological Society of America, vol. 97 : 1379-1395.

Notes

1 Mouvement de glissement d’un des deux compartiments géologiques formant une faille verticale. Il est dit sénestre lorsqu’un observateur face à l’un d’eux voit l’autre glisser vers la gauche.

2 Ce sont respectivement des mouvements de surélévation et d’affaissement dans la croûte terrestre qui peuvent être liés au séisme.

3 À la différence de la magnitude fondée sur une mesure instrumentale du mouvement du sol, l’intensité est estimée statistiquement à partir d’effets observés et/ou ressentis lors d’un séisme. C’est essentiellement une échelle de la sévérité des dégâts, elle comporte douze degrés (de I à XII) : les premiers dégâts sont visibles avec MMI = VII alors qu’avec MMI = IX la destruction est majeure.

4 Ou Peak ground acceleration (PGA). Cette mesure indique la variation de vitesse de la déformation du sol lors d’un séisme, les unités sont des mètres par seconde carrée (m/s2) ; elle est souvent exprimée en % de la gravité g (%g).

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Zones de failles et séismes historiques de l’île d’Hispaniola
Légende Note : les traits indiquent l’emplacement des zones de faille et les cercles la localisation approximative des séismes historiques.Sources : d’après Éric Calais, United States Geological Survey (USGS) (Bilham, 2010).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 2 - Carte de l’aléa sismique d’Haïti en intensité de Mercalli modifiée pour une probabilité de dépassement de 10 % en cinquante ans, établie par la Swiss Re
Légende Sources : d’après Patrice Tscherrig, Swiss Re, 2010.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

Auteur

Professeur honoraire à la section des sciences de la terre et de l’environnement de la faculté des sciences de l’Université de Genève où il a développé une formation en analyse et gestion des risques naturels (CERG), il est l’un des grands spécialistes suisses en évaluation et gestion des risques géo logiques. Ses recherches portent sur les tremblements de terre, les volcans et sur la perception et le management intégré des risques liés aux aléas naturels. Il est membre de la commission extraparlementaire suisse sur les dangers naturels (PLANAT). Il a animé plusieurs conférences et séminaires sur les caractéristiques sismiques d’Haïti. Jean-Jacques.wagner@unige.ch

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540