Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre premier - Chronique d'une catastrophe annoncée

Haïti, également terre de cyclones

Nathalie Barrette et Laura Daleau

Texte intégral

1Haïti est sans contredit une terre de risques. La probabilité qu’une catastrophe survienne lors de la rencontre territoriale entre un phénomène extrême (aléa) et une communauté (vulnérabilité) est considérablement élevée. Cette rencontre est le sens commun que l’on donne à la définition du risque (Veyret, 2004). Pratiquement tous les types de risques (voir tableau 1) se retrouvent sur le territoire haïtien, mais on remarque que dominent les risques naturels (géophysiques, hydrométéorologiques…), pour la plupart à la source des autres types de risques (sanitaires, alimentaires…). En effet, un risque naturel, comme une inondation, peut facilement engendrer un risque sanitaire qui, à son tour, peut conduire à un risque politique et social. En somme, les risques naturels géophysiques et hydrométéorologiques constituent pour le territoire haïtien le point de départ d’une grande variété de risques.

2L’aléa est habituellement défini par son origine (hydrométéorologique, sismique…), mais il importe de le regarder aussi dans sa spatialité (extension, dispersion) et sa temporalité (fréquence, durée, rapidité). Les risques hydrométéorologiques apparaissent alors au premier plan comparativement aux risques sismiques, ceux associés aux passages des cyclones par exemple marquent annuellement le territoire haïtien. L’intention ici n’est pas de comparer entre eux les différentes catastrophes, puisque les conséquences du séisme du 12 janvier 2010 ont montré très clairement l’hégémonie de cet événement, mais d’étudier les risques hydrométéorologiques dans ce nouveau contexte d’après séisme, également dans une perspective à plus long terme qui concerne les changements climatiques. La question qui se pose alors est : peut-on intégrer la réponse aux changements climatiques, en ce qui concerne les risques hydrométéorologiques, dans le processus actuel de « reconstruction » pour permettre un développement durable en Haïti ?

3Mais avant d’aborder cette question, un portrait général des risques hydrométéorologiques en Haïti peut être rapidement brossé (voir tableau 1).

Tableau 1 : Les principaux désastres naturels et technologiques en Haïti, 1900-2011

Types de désastre

Date

Nombre de personnes tuées

Tremblement de terre

12/01/2010

222 570

Tempête

04/10/1963

5 000

Épidémie

22/10/2010

4 787

Tempête

17/09//2004

2 754

Inondation

23/05/2004

2 665

Tempête

21/10/1935

2 150

Accident lié au transport

17/02/1993

1 800

Tempête

12/08/1915

1 600

Tempête

05/11/1994

1 122

Tempête

02/09/2008

529

Inondation

14/11/1963

500

Accident lié au transport

08/09/1997

400

Accident lié au transport

11/11/1986

200

Accident lié au transport

28/03/1996

100

Sources : EM-DAT.

  • 1 Transport vertical de chaleur par l’air échauffé au contact du sol pour une région relativement ci (...)
  • 2 Déplacement de l’air qui rencontre un obstacle du relief (par exemple une montagne) le forçant à s (...)

4Sur le territoire haïtien, plusieurs systèmes locaux (par exemple une forte convection locale1 jumelée à un soulèvement orographique2) et des phénomènes de grande envergure (par exemple un cyclone) peuvent engendrer des précipitations abondantes. Sur le plan temporel, le pays est caractérisé à la fois par une saison cyclonique mais aussi par une ou des saisons de pluies selon les régions. Dans tous les cas, de fortes précipitations peuvent être enregistrées sur le territoire. À l’opposé, Haïti est aussi exposé à d’autres risques hydrométéorologiques comme les sécheresses. Cependant, afin de bien illustrer l’avenir de l’un de ces risques, nous nous intéresserons ici aux cyclones.

L’exemple des cyclones

5La formation des cyclones tropicaux est un phénomène climatique qui prend sa source au-dessus des mers chaudes des tropiques, là où toutes les conditions favorables à son apparition peuvent être réunies. Ces dernières sont une combinaison d’éléments d’origine climatique, que ce soit à l’échelle locale ou à l’échelle régionale, et d’éléments faisant partie des lois géophysiques terrestres (par exemple la force de Coriolis).

Conditions générales de formation

  • 3 Taux de variation de la vitesse et de la direction des vents en fonction de l’altitude.

6L’accumulation de chaleur dans les couches supérieures de l’océan Atlantique constitue la source principale d’énergie menant à une éventuelle cyclogenèse. D’ailleurs, l’évaporation qui en résulte restera le moteur de la formation cyclonique tout au long de sa croissance. Pour que l’eau de surface puisse s’évaporer de manière significative, celle-ci doit atteindre une température d’au moins 26,5 °C sur une profondeur minimale de cinquante mètres (Lutgens et Tarbuck, 2010). Cette évaporation soutenue des eaux de surface favorise l’accumulation d’humidité et de chaleur latente dans la colonne d’air située au-dessus, formant ainsi une masse d’air instable. Pour que la perturbation atmosphérique et la structure nuageuse puissent se mettre en place, un faible cisaillement vertical du vent est nécessaire. En effet, un gradient anémométrique3 trop changeant avec l’altitude peut affaiblir un cyclone mature ou simplement inhiber le processus de convection de l’air pouvant éventuellement mener à la formation d’un vortex (ibid.). En régions tropicales et subtropicales, les mouvements ascendants de l’air sur une grande épaisseur peuvent se combiner pour mener à la formation d’une supercellule autogénérative s’étalant sur des centaines de kilomètres au-dessus des eaux océaniques.

7Finalement, un élément incontournable à la formation d’un cyclone est sa position latitudinale, majoritairement entre 5° et 8° Nord. Pour qu’une dépression puisse amorcer un mouvement tourbillonnaire par l’effet de Coriolis, celle-ci ne doit pas être située trop près de l’Équateur où l’effet est nul. De plus, pour que la température des eaux de surface soit suffisamment élevée dans les conditions climatiques actuelles, celles-ci ne doivent généralement pas se retrouver au-delà de huit degrés de la latitude.

Les conséquences : théorie et réalité

8Le pouvoir destructeur des cyclones provient d’un effet combiné de la pluie torrentielle, des vents violents et des marées de tempête (élévation du niveau de la mer). Les zones côtières sont les plus vulnérables à cette combinaison, mais tout le territoire haïtien peut subir les conséquences du passage d’un cyclone. Les effets premiers d’un tel passage sont les inondations, les glissements de terrain et les raz de marée (Mathieu et al., 2003). Ces conséquences peuvent rapidement engendrer des épidémies et une destruction des habitations, des infrastructures, des cultures et du bétail (ibid.), sans compter les nombreuses pertes de vies humaines.

9En ce qui concerne les effets du vent, il faut savoir qu’ils sont liés à deux facteurs : la vitesse des rafales et la résistance des obstacles. La pression exercée sur une surface (un mur par exemple) est proportionnelle au carré de la vitesse du vent qui est à l’origine de cette pression (Holland, 1993). Ainsi, un vent de 200 km/h aura une action quatre fois plus importante qu’un vent à 100 km/h. La plupart des constructions répondant aux normes internationales actuelles doivent résister à des vents de 240 km/h. Cependant, l’élément le plus destructeur est les rafales qui peuvent atteindre des valeurs supérieures de 50 % au vent moyen.

10Concernant la quantité de pluies générées par un cyclone, il n’y a pas de scénario typique. En moyenne, il tombe 100 mm de pluie en 24 heures dans un rayon de 200 km du centre, mais il n’est pas rare de recueillir jusqu’à 400 mm soit 400 litres par m ² dans cette période (Graham et Riebeeck, 2006). Qui plus est, lorsque l’on considère l’intensité des précipitations, elles peuvent atteindre des valeurs phénoménales de 40 litres en une minute par m2.

11La marée de tempête (ou onde de tempête) correspond à une brusque montée des eaux de mer envahissant les terres, due aux vents forts associés à un cyclone s’approchant des côtes. On affirme souvent, à tort, que la baisse de pression au centre d’un cyclone permet à l’océan de s’élever, et d’être ainsi la cause des marées de tempête destructrices quand le cyclone touche la côte. Cependant, cette élévation induite ne serait que de l’ordre d’un mètre pour un cyclone ayant une pression au centre de 900 hectopascals (hPa). Alors que la hauteur totale d’une marée de tempête pour un cyclone d’une telle intensité pourrait atteindre dix mètres (Holland, 1993).

12Les conditions générales de formation des cyclones tropicaux sont habituellement réunies, dans l’Atlantique Nord, pour la période comprise entre juin et décembre. En Haïti, l’activité cyclonique atteint des sommets entre les mois d’août et d’octobre. Au cours de la période 1900-2011, on a recensé en Haïti 32 catastrophes naturelles (voir figure 1) associées à l’activité cyclonique (EM-DAT). Plus de la moitié (18 sur 32) de ces cyclones se sont manifestés après les années 2000. L’année 2008 fut de loin la plus spectaculaire sur le plan de l’activité cyclonique puisqu’en moins d’un mois, quatre cyclones d’importance (Fay, Gustav, Hanna et Ike) touchaient le pays, affectant près de 800 000 personnes, faisant plus de 1 100 victimes et causant des dommages et des pertes matériels estimés à 897 millions de dollars US (GRH, 2008). L’effet combiné des vents forts et des pluies intenses a provoqué de très fortes inondations. Dans la ville des Gonaïves, certains secteurs ont vu le niveau de l’eau atteindre plus de six mètres en quelques heures. Ces inondations ont eu pour effet de détruire plusieurs infrastructures (ponts, écoles, hôpitaux…) et de dévaster les récoltes de riz de la vallée de l’Artibonite, ce qui a immédiatement accru l’insécurité alimentaire et augmenté les risques sanitaires. À cela il faut ajouter les risques sociaux associés au déplacement de la population qui se retrouve, au lendemain du sinistre, sans logement. Depuis le début du XXe siècle, on estime que plus de 5 millions d’Haïtiens ont été affectés par les cyclones tropicaux (EM-DAT).

Figure 1 - Nombre annuel de cyclones ayant engendré une catastrophe naturelle sur le territoire haïtien de 1900 à 2011

Figure 1 - Nombre annuel de cyclones ayant engendré une catastrophe naturelle sur le territoire haïtien de 1900 à 2011

Source : EM-DAT.

13Suivant ce constat, il ne faut surtout pas conclure que Dame Nature s’acharne contre Haïti. Les cyclones tropicaux, malgré leurs effets dévastateurs, jouent un rôle crucial dans l’équilibre énergétique de la planète. Ils transfèrent l’excédent de chaleur de la surface vers l’atmosphère déficitaire. Par le passé, plusieurs projets d’études (de géo-ingénierie) mis sur pied pour tenter de détruire les cyclones en formation ont échoué, car les conséquences engendrées par un tel contrôle climatique se sont avérées plus néfastes que les cyclones eux-mêmes. Par ailleurs, les cyclones tropicaux fournissent pour le territoire haïtien une grande partie des ressources en eau dont le pays a besoin. Il ne faut pas lutter contre les cyclones tropicaux, il faut les intégrer (s’adapter) à la vie sous les tropiques. Cuba est un pays souvent cité en exemple pour le haut niveau d’intégration de ce phénomène naturel à la vie et à l’organisation de la société. Reprenons l’exemple de 2008, les quatre cyclones n’ont fait aucune victime et ont pourtant détruit 185 maisons en territoire cubain alors que celui-ci fut tout aussi durement touché par ces cyclones tropicaux (Leal et al., 2009). La grande différence entre Cuba et Haïti, c’est la vulnérabilité. Haïti est caractérisé par une très grande vulnérabilité environnementale, économique et sociale. Tous les piliers du développement durable y sont fortement ébranlés.

14Tous les pays des Caraïbes sont touchés de près par l’activité cyclonique. Même les pays développés comme les États-Unis sont exposés d’une façon récurrente à cet aléa. Le cas de l’ouragan Katrina en est un très bon exemple. Le président de l’époque, George W. Bush, a déclaré l’état d’urgence en Louisiane, deux jours avant l’arrivée de l’ouragan sur les côtes. Malgré le déclenchement précoce de l’état d’urgence, celui-ci a fait près de 2 000 victimes. Est-ce à dire que les États-Unis sont eux aussi vulnérables ? En fait, les victimes appartenaient majoritairement à la population noire, ils n’avaient pas accès à des véhicules privés, et une partie importante de la population était trop âgée ou malade pour pouvoir fuir ou même s’offrir une nuit dans un hôtel hors de la région à risque. Les habitants les plus aisés, majoritairement des Blancs, ont appliqué les consignes officielles et ont pour la plupart gagné le nord du Mississippi et les États voisins d’Alabama et de Géorgie. La pauvreté fut donc un facteur de vulnérabilité important dans ce drame. Il faut bien sûr ajouter à cela le fait que les installations de protection de la côte n’étaient pas adéquates pour résister à un tel ouragan. La Louisiane étant, à l’origine, un immense delta envahi de marais, la présence d’une ville sur un substrat aussi vulnérable sur le plan environnemental n’a fait qu’amplifier l’ampleur du désastre.

15Cette description théorique et pratique des conséquences associées au passage d’un cyclone tropical accentue l’inquiétude face à une augmentation possible des cyclones en termes d’intensité et de fréquence dans le contexte des changements climatiques.

Le devenir de l’activité cyclonique dans le contexte des changements climatiques

16Les saisons cycloniques des années 2000 dans le bassin de l’Atlantique ont été particulièrement productives en cyclones tropicaux et ont engendré un nombre important de désastres naturels (voir figure 1), générant un certain questionnement au sein de la communauté scientifique, à savoir si les changements observés depuis la seconde moitié du siècle dernier dans le système climatique planétaire pouvaient également s’observer au niveau de l’activité cyclonique à grande et à petite échelle. En effet, la formation des cyclones étant étroitement liée aux échanges océan-atmosphère, une modification de ces derniers devrait possiblement se répercuter sur le régime cyclonique. Toutefois, devant la complexité de la machine climatique et des nombreux paramètres interdépendants qui la composent, la réponse à cette question est loin d’être évidente et les hypothèses proposées sont loin de faire l’unanimité. Comme il s’agit d’une problématique relativement récente dans le domaine de la climatologie, il est encore ardu de déterminer si les dernières observations nous per mettent d’établir l’existence d’une certaine tendance, ou si elles corroborent plutôt l’influence des cycles naturels comme El Niño Southern Oscillation (ENSO), l’Oscillation nord-atlantique (NAO) et l’Atlantic Multidecadal Oscillation (AMO) sur les activités cycloniques.

17Les températures moyennes de surface (TMS) de l’océan Atlantique ont connu une hausse dans les dernières décennies. Il en résulte une augmentation de la quantité de vapeur d’eau dans la basse troposphère. En effet, depuis 1988, on a enregistré une augmentation de 1,3 % par décennie de la quantité d’humidité présente dans la colonne d’air située au-dessus de tous les océans (Trenberth, 2005). Cette observation est en phase avec les prévisions théoriques et les modèles de projection qui suggèrent que l’humidité augmente de pair avec la température de l’eau. Cela dit, il faut considérer que l’humidité relative de l’air est un facteur déterminant dans la cyclogenèse et la durée de vie d’un cyclone, favorisant notamment l’ascendance de l’air et la formation de nuages à fort développement vertical. Par conséquent, il est pertinent de présumer qu’une hausse des TMS et de la quantité de vapeur d’eau au-dessus des océans, générant davantage d’énergie disponible pour la convection atmosphérique, entraîne un renforcement de l’activité cyclonique. Afin d’effectuer des mesures en lien avec cette hypothèse, des chercheurs utilisent l’indice Accumulated Cyclone Energie (ACE). Cet indice représente l’énergie utilisée par les cyclones lors d’une saison donnée, en tenant compte de l’intensité et de la durée de ces derniers. Depuis 1995, l’indice ACE est au-dessus de la normale pour toutes les saisons cycloniques exceptées deux d’entre elles. Ces deux exceptions seraient dues au phénomène ENSO, qui rend les conditions climatiques de l’Atlantique moins favorables à la cyclogenèse. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), lors des saisons comprises entre 1995 et 2004, on a dénombré en moyenne 13,6 tempêtes tropicales, 7,8 cyclones et 3,8 cyclones dits majeurs (catégories 4 et 5). Par ailleurs, l’indice ACE moyen calculé pendant cette décennie était de 169 % au-dessus de la médiane. A contrario, lors des saisons précédentes, situées entre 1970 et 1994, on a dénombré en moyenne 8,5 tempêtes tropicales, 5 cyclones et 1,5 cyclone majeur avec un indice ACE de 70 % au-dessus de la médiane (Trenberth, 2005).

18Afin d’évaluer si les changements climatiques ont un impact sur les cyclones de l’Atlantique Nord, des chercheurs ont développé un autre système de mesure : le potentiel destructeur des cyclones, fondé sur l’indice de dissipation totale d’énergie (PDI), incluant notamment la durée de vie du cyclone, la vitesse des vents et la densité de l’air (Emanuel, 2005). En appliquant cette mesure aux cyclones enregistrés depuis 1970, une tendance à la hausse a été observée. Celle-ci serait due à la fois à une plus grande durée de vie des cyclones et à une plus forte intensité des cyclones les plus violents. La somme annuelle de la durée de vie des cyclones a augmenté de 60 % depuis 1949 et la moyenne annuelle de la vitesse maximale des vents a augmenté de 50 % au cours de la même période (ibid.). Bref, l’utilisation de l’indice de dissipation totale d’énergie et la hausse des mesures qui a été observée mènent à la conclusion que le potentiel destructeur des cyclones a augmenté depuis la moitié du siècle dernier.

19Cette tendance récente correspond assez bien à ce que les modèles numériques du climat projettent pour le tournant du XXIe siècle. On conclut (IPCC, 2007) que dans un climat plus chaud, les cyclones tropicaux présenteront des pics plus élevés dans l’intensité des vents et des précipitations plus importantes, en pics et en moyenne, avec possibilité de baisse du nombre de cyclones relativement faibles, et d’une recrudescence du nombre de cyclones forts. Cependant, le nombre total de cyclones tropicaux au niveau mondial pourrait diminuer, selon les projections des modèles numériques du climat.

20Ces différents résultats attendus (projections) au tournant du XXIe siècle, qui comportent un niveau d’incertitude variable, nous amènent néanmoins à avoir quelques inquiétudes quant à l’évolution de ce phénomène à court et moyen terme.

Des circonstances pour une adaptation anticipée ?

21L’adaptation dans le contexte des changements climatiques correspond à un ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques présents ou futurs, ou à leurs effets. Pour l’être humain, il y a deux réponses possibles : une adaptation réactive ou une adaptation anticipée.

22L’adaptation réactive consiste à attendre que les effets des changements climatiques se fassent sentir avant de réagir. À ce moment, l’éventail des options est plus limité et les réponses plus coûteuses, aux dépens de la durabilité environnementale et sociale. À ce sujet, Nicholas Stern (2008) concluait dans son rapport qu’il en coûterait 1 % du PIB mondial investi maintenant pour fortement atténuer les effets des changements climatiques et qu’autrement l’on pourrait connaître une récession jusqu’à 20 % du PIB mondial.

23L’adaptation anticipée, quant à elle, en appelle à des mesures de planification minutieuse pour réduire les coûts à long terme et s’assurer de la réalisation d’autres objectifs sociaux et de croissance économique. Les efforts d’adaptation complètent alors les activités déjà en place et viennent soutenir les objectifs de développement national, de réduction de la pauvreté et d’amélioration de la gestion des ressources.

24L’adaptation anticipée est essentielle dans le contexte des changements climatiques, car elle se pose comme la voie appropriée pour réduire la vulnérabilité d’une population, laquelle exprime le niveau des effets d’un aléa sur les enjeux et la sensibilité des êtres humains et de leurs installations à ces différents aléas. Elle sera amplifiée par l’exposition (caractère, ampleur, rythme), la sensibilité (degrés d’affectation) et la capacité d’adaptation de la population. Ce dernier point est extrêmement important pour Haïti, en particulier depuis le 12 janvier 2010, puisque tous les facteurs de vulnérabilité ont été exacerbés. Ces facteurs sont la densité de la population, l’étendue du bâti, les facteurs techniques (par exemple l’application des normes), les facteurs socio-économiques, les facteurs culturels (culture du risque), les facteurs institutionnels et politico-administratifs (absence de programmes de prévention, législation laxiste…) et les facteurs plus fonctionnels (mauvaise gestion de la crise, absence de prévisions efficaces…).

25Dès lors, nous sommes face à une situation redoutable, car d’un côté, les scientifiques indiquent que l’exposition d’Haïti aux risques hydrométéorologiques va fort probablement augmenter – surtout en ce qui concerne les cyclones majeurs –, et d’un autre côté, l’on observe que tous les facteurs de vulnérabilité ont été exacerbés par le séisme de 2010. Devant un tel constat, ne doit-on pas intégrer rapidement la réponse aux changements climatiques dans le processus de « repensée » du territoire haïtien ?

26La majorité des pays occidentaux doivent, au fil des années et des priorités budgétaires nationales, intégrer les mesures d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets lorsque se présente une étape de restructuration majeure (politiques, règlements, schémas d’aménagement…) ou une catastrophe (par exemple des inondations répétées). Le processus est souvent long et très coûteux, car il doit tenir compte des structures déjà bien établies (non détruites). Ainsi, pour limiter les coûts, l’on devra attendre qu’une infrastructure (par exemple un égout pluvial en milieu urbain) devienne vétuste pour la remplacer par une autre qui inclurait la réponse aux changements climatiques (d’une dimension plus importante).

27Dans le cas d’Haïti, l’événement du 12 janvier 2010 a créé, fortuitement, une conjoncture favorable à l’intégration de mesures d’adaptation en obligeant, par l’ampleur des dégâts, à repenser l’aménagement du territoire (politiques et règlements) et à reconstruire une grande partie des infrastructures, deux éléments majeurs souvent propices à l’insertion de telles mesures.

28Le risque, qu’il soit lié à l’activité cyclonique ou autre, n’est pas un phénomène spatial à proprement parler. Il est invisible, abstrait et constitue une projection du futur (Veyret, 2004). Cependant, il est l’objet de décisions individuelles, de mesures de gestion par les collectivités, de dispositions réglementaires et de politiques publiques qui, elles, s’inscrivent d’une manière ou d’une autre dans l’espace. Ainsi, la prise en compte du risque peut devenir une logique de l’organisation spatiale et finalement un facteur structurant de l’espace. Les risques hydrométéorologiques doivent, au même titre que le risque sismique, faire partie de ces nouveaux facteurs structurants pour le territoire haïtien.

Conclusion

29Avec les inconvénients apportés par les changements climatiques, tels que les inondations et les glissements de terrain générés par des cyclones souvent très violents, les conditions de vie ne s’améliorent pas. Il est urgent d’implanter des systèmes de réglementation politique et de protection de l’environnement afin de permettre à la population haïtienne d’évoluer dans un contexte de développement durable.

30Concrètement, les premiers efforts devraient être orientés vers la mise en place d’une formation universitaire courte sur les changements climatiques destinés aux intervenants actuels (fonctionnaires, décideurs…) impliqués dans le processus de repensée du territoire haïtien. Une telle formation universitaire, de type professionnel, permettrait aux acteurs de la reconstruction de savoir comment et où intégrer cette réponse aux changements climatiques dans leur planification. Rappelons que les cyclones tropicaux ne sont pas les seuls éléments du climat qui pourraient subir des changements dans les années à venir. La problématique de la hausse du niveau marin et des sécheresses plus récurrentes constitue aussi d’autres exemples d’éléments dont il faudra tenir compte dans l’élaboration des stratégies d’adaptation.

31À plus long terme, l’investissement dans l’éducation au niveau primaire et secondaire constitue une valeur sûre pour réduire la vulnérabilité et donc favoriser une meilleure capacité d’adaptation au sein de la population. Haïti est en effet aux prises avec une vulnérabilité environnementale particulièrement élevée venant, en partie, du manque d’accès à des ressources énergétiques alternatives qui permettraient de limiter l’utilisation du bois (charbon) et donc la protection des quelques dizaines de milliers d’hectares de forêts restants. Les jeunes générations peuvent opérer un changement en matière de consommation énergétique si elles sont rapidement initiées aux services que la nature, en particulier les forêts, peut rendre à l’être humain. D’où le besoin d’une formation relative à l’environnement par laquelle les jeunes apprendraient à devenir des écocitoyens pour un quotidien durable.

32Et pourquoi pas ? Haïti pourrait devenir le premier pays insulaire à intégrer la réponse aux changements climatiques à l’ensemble de ses activités sur son territoire.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUE

Emanuel, Kerry, 2005, « Increasing Destructiveness of Tropical Cyclones over the Past 30 Years », Nature, vol. 436 : 686-688.

EM-DAT (Emergency Events Database), International Disaster Database, Centre for Research on the Epidemiology of Disasters (CRED), Université catholique de Louvain, documents en ligne : www.em-dat.net

Graham, Steve et Riebeek, Holli, 2006, Hurricanes : The Greatest Storms on Earth, Earth Observatory (NASA), document en ligne, consulté le 21 juin 2011 : earthoservatory.nasa.gov/Features/Hurricanes/Hurricanes_3.php

GRH, 2008, Rapport d’évaluation des besoins après désastres : cyclones Fay, Gustav, Hanna et Ike, Port-au-Prince, Gouvernement de la république d’Haïti.

Holland, Greg J., 1993, Global Guide to Tropical Cyclone forecasting, Genève, World Meteorological Organization.

IPCC, 2007, Contribution of Working Group I to the fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change : The Scientific Basis, Cambridge, Cambridge University Press.

Leal, José, Echeverria, Jaime et Stervins, Alexis, 2009, Étude des impacts socio-économique des changements climatiques en Haïti et réponses d’adaptation, Ministère de l’Environnement, Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Programme des Nations unies pour le développement, novembre.

Lutgens, Frederick K. et Tarbuck, Edward J., 2010, The Atmosphere, Upper Saddle River, Prentice-Hall.

Mathieu, Philipe, Constant, Jean Arsène, Noël, Josué et Piarde, Bobby, 2003, Cartes et étude de risques, de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti, Port-au-Prince, Bureau d’Oxfam-GB Haïti.

Stern, Nicholas, 2008, Stern Review : The Economics of Climate Change, Cambridge, The National Archives Cambridge University Press.

Trenberth, Kevin, 2005, « Uncertainty in hurricanes and global warming », Science, vol. 308 : 1753-1754

Veyret, Yvette (dir.), 2004, Les risques : comprendre, rechercher, s’entraîner, Paris, Bréal.

Notes

1 Transport vertical de chaleur par l’air échauffé au contact du sol pour une région relativement circonscrite. La forte convection locale engendre la formation de précipitations abondantes.

2 Déplacement de l’air qui rencontre un obstacle du relief (par exemple une montagne) le forçant à s’élever. Cette élévation engendre habituellement la formation de précipitations abondantes.

3 Taux de variation de la vitesse et de la direction des vents en fonction de l’altitude.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Nombre annuel de cyclones ayant engendré une catastrophe naturelle sur le territoire haïtien de 1900 à 2011
Légende Source : EM-DAT.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k

Auteurs

Nathalie Barrette est professeure agrégée, directrice des études graduées au département de géographie et chercheuse à l’Institut hydro-Québec en environnement, développement et société de l’université Laval au Canada. Ses champs d’expertise portent sur la climatologie, la modélisation climatique et les sciences de l’environnement. Après avoir animé plusieurs séminaires de formation en gestion des risques et désastres en Haïti, elle y dirige également un projet de coopération interuniversitaire sur les changements climatiques. Nathalie.Barrette@ggr.ulaval.ca

Laura Daleau est détentrice d’une maîtrise en sciences géographiques à l’université Laval au Canada, plus précisément dans le domaine de la climatologie. Elle enseigne la climatologie au premier cycle en tant que chargée de cours. Elle est également professionnelle de la recherche et collabore à plusieurs projets en développement pédagogique au sein de la faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de Laval. Elle termine actuellement un diplôme d’études supérieures spécialisées en enseignement collégial à l’université Laval. laura.daleau.1@ggr.ulaval.ca

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540