Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre premier - Chronique d'une catastrophe annoncée

Chapitre premier. Chronique d’une catastrophe annoncée

Jean-Daniel Rainhorn

Texte intégral

1Pouvait-on éviter la catastrophe du 12 janvier 2010 ou au moins en réduire les conséquences ? Comment peut-on expliquer une telle tragédie ? Est-ce essentiellement à cause de la fragilité des constructions qui, à l’exception d’une minorité d’entre elles, ne respectaient pas les règles antisismiques ? Est-ce parce que les secours sont arrivés trop tard et qu’ils étaient mal organisés et coordonnés ? Sans doute, tout cela a joué un rôle significatif dans le bilan monstrueux de ce séisme. Mais cela n’explique pas pourquoi le tremblement de terre qui a détruit une partie de Port-au-Prince et quelques villes voisines a été l’un des plus meurtriers dans le monde depuis un siècle. Alors, faut-il accuser la fatalité ?

2En Haïti, les risques d’aléas naturels sont importants et sont connus depuis longtemps : cyclones, pluies torrentielles mais également sécheresses, inondations et glissements de terrain, tremblements de terre avec pour conséquences crises alimentaires et épidémies. Haïti est un pays à risque, et il y a plusieurs explications à cela. Nombreux sont les scientifiques, de diverses disciplines, qui l’ont répété régulièrement et depuis longtemps. Alors pourquoi tant de victimes ? La réponse tient en un constat simple qui parcourt l’ensemble des articles réunis dans ce premier chapitre : l’extrême vulnérabilité sociale de la grande majorité de la population haïtienne et l’impréparation aux conséquences prévisibles des risques et désastres.

  • 1 Le 14 octobre 1954, le cyclone Hazel traversa Haïti avant de se rendre aux États-Unis puis au Cana (...)

3Ainsi que le rappelle Suzy Castor, on ne peut « construire l’avenir sans interroger le passé qui donne au présent toute sa densité et ses ambiguïtés ». La vulnérabilité sociale haïtienne plonge ses multiples racines dans l’histoire du XXe siècle. Et elle n’a fait que s’aggraver depuis la période de « prospérité » qui a suivi la fin de l’occupation américaine en 1934 et s’est achevée au milieu des années 1950, années marquées par « la fin de la guerre de Corée et une catastrophe naturelle – le cyclone Hazel1 » ainsi que par la prise de pouvoir et l’instauration d’une dictature par François Duvalier. C’est le demi-siècle d’une « spirale de “développement du sous-développement” » qui a laissé le pays exsangue. Malgré une liberté de parole retrouvée qui « permet l’expression, individuelle et collective, des revendications », Haïti connaît aujourd’hui un véritable « collapsus économique », l’État y est à peu près inexistant et la majorité de la population fait face à une crise sans équivalent dans le continent américain.

4Ernst Mathurin en trace les contours avec précision. L’auteur montre, grâce à quelques indicateurs, l’importance de la vulnérabilité sociale des Haïtiens à la veille du 12 janvier : trois quarts de la population vivant avec moins de 2 dollars US par jour, deux tiers n’ayant pas accès aux soins de santé, plus du quart en état d’insécurité alimentaire – c’est-à-dire ne mangeant pas à leur faim –, plus de la moitié sans accès à l’eau potable, sans parler du surpeuplement de Port-au-Prince où s’entassait plus du quart de la population haïtienne dans des habitations précaires, généralement autoconstruites, « exposées aux cyclones, aux intempéries en général et aux inondations », sans « structure parasismique ». Une situation dramatique qu’aucune politique sociale véritable ne tente d’endiguer.

5Or, la probabilité d’une catastrophe est la rencontre entre un phénomène extrême – un aléa – et le niveau de vulnérabilité d’une communauté. Survenant au sein d’une population déjà très fragilisée, une catastrophe naturelle va encore en aggraver sa vulnérabilité. Pour Nathalie Barrette et Laura Daleau, c’est ce qui s’est passé ces dernières années en Haïti. Le pays a connu une augmentation du nombre et de l’intensité des cyclones qui a culminé au cours de l’année 2008 faisant plus de 1 100 victimes et provoquant des inondations qui ont affecté plus de 800 000 personnes. Également frappée par ces mêmes cyclones, l’île voisine de Cuba n’a eu à déplorer que quelques dégâts matériels sans aucune victime, soulignant « le haut niveau d’intégration de ce phénomène naturel à la vie et à l’organisation de la société ». Dans une telle situation, les auteures se demandent si « l’on ne doit pas intégrer rapidement la réponse au changement climatique dans le processus de “repensée” du territoire haïtien » afin que les Haïtiens deviennent des « écocitoyens pour un quotidien durable ».

6C’est donc une population fatiguée, fragile, vulnérable et vivant dans des conditions de grande promiscuité dans des logements souvent insalubres qui est soudainement frappée le 12 janvier 2010 par un violent tremblement de terre. Jean-Jacques Wagner rappelle qu’Haïti est situé dans une zone d’activité sismique très intense, la plaque des Caraïbes. Or le pays semblait avoir « oublié que son histoire est aussi parsemée de catastrophes sismiques importantes », et ce malgré la potentialité d’un séisme signalée depuis plusieurs années par des experts, y compris haïtiens. Il ajoute que, plus que la magnitude du séisme, « c’est avant tout la vulnérabilité socio-économique du pays […] qui a contribué à l’ampleur de la tragédie ». Il précise enfin que si la date de survenue et l’intensité d’un aléa naturel restent imprévisibles, ses conséquences sont, elles, en revanche, tout à fait prévisibles et peuvent être prévenues.

7Il apparaît donc que deux objectifs doivent être prioritairement intégrés à la politique de reconstruction d’Haïti : la réduction de la vulnérabilité sociale de la population et la mise en œuvre d’une politique de prévention et de gestion des risques. C’est à ce prix que le pays pourra prévenir les conséquences potentiellement dramatiques des aléas naturels qui ne manqueront pas, on le sait, de survenir dans l’avenir.

Notes

1 Le 14 octobre 1954, le cyclone Hazel traversa Haïti avant de se rendre aux États-Unis puis au Canada : il tua plus de mille Haïtiens et détruisit une partie importante des plantations de caféiers et des cocaïers.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540