Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Préface

Michaëlle Jean

Texte intégral

1Le 12 janvier 2010, dans les minutes qui ont suivi le tremblement de terre en Haïti, j’ai été immédiatement saisie et informée à Ottawa de l’ampleur du désastre. En ligne, par satellite, toute la soirée et jusque tard dans la nuit, avec l’ambassadeur canadien à Port-au-Prince, les comptes rendus étaient des plus alarmants. Puis vinrent les images tragiques et insoutenables de souffrance, de destruction et de dévastation, diffusées par la télévision. À mon horloge, le temps s’est mis à s’accélérer à une vitesse folle. Sans perdre une minute et usant de tous les pouvoirs dont je disposais en qualité de gouverneure générale et commandante en chef du Canada, j’ai pu, en lien avec l’État-major des Forces canadiennes et le ministre de la Défense, distribuer des consignes d’urgence pour un déploiement rapide des secours et contribuer, dans les jours et les semaines qui ont suivi, à la mobilisation de ressources humaines et matérielles. La population canadienne a été d’une générosité infinie. Les dons sont venus des collectivités les plus isolées de l’Arctique comme des populations des grandes villes, de toutes les régions du pays, provinces et territoires, de tous les paliers gouvernementaux. Ils ont également afflué d’innombrables institutions publiques, entreprises privées, écoles et associations. Par milliers, civils et militaires se sont fraternellement portés volontaires. Personne n’est resté indifférent. À ce point, c’était du jamais vu.

2À l’automne 2010, mon mandat prenant fin à la tête de la plus haute institution de l’État canadien, j’ai acquiescé, sans la moindre hésitation, à la demande pressante d’Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco, d’agir en qualité d’envoyée spéciale pour Haïti. D’emblée, le gouvernement du Canada s’est engagé à soutenir ma mission. Je mène depuis une croisade incessante à travers le monde. Alors que d’autres crises sociales et humanitaires, d’autres catastrophes naturelles, et de graves soubresauts économiques affligent la planète, il faut s’assurer qu’Haïti reste sur l’écran radar. Déjà la communauté internationale et les organisations multilatérales donnent l’impres sion d’être dans l’impasse, noyées dans le fouillis de leurs propres interventions, faute de coordination. Sur le terrain, c’est l’agitation et l’implosion de milliers d’agences, groupes et entreprises humanitaires qui ont fait d’Haïti l’un de leurs laboratoires de prédilection. Ces dernières décennies, combien de stratégies coûteuses, certaines douteuses, toutes éparses, désordonnées et lacunaires ont été déployées sur l’ensemble du pays. Elles n’ont rien produit d’autre qu’une dépendance chronique, malsaine et gravement intériorisée. Haïti doit à tout prix, pour se développer, émerger de la charité et de l’assis tanat. Mes tournées servent à le dire. J’estime qu’il est de mon devoir de susciter certaines interrogations, de jeter quelques pavés dans la mare. J’ose également secouer l’envie de se défiler des uns et des autres, leur rappeler l’obligation morale d’honorer leurs engagements. J’estime que l’heure est venue de réviser en profondeur les façons de faire et d’être au diapason du désir et de la volonté d’Haïti de se réinventer, de réinventer son avenir. Or, pour y arriver, le pays doit en avoir les moyens. En lieu et place de l’aide internationale, il faut des investissements majeurs dans tous les secteurs vitaux de la société haïtienne. Des investissements qui permettent un renforcement des capacités, des connaissances, des compétences et de tous les savoir-faire afin de propulser le développement humain et socio-économique du pays, de stimuler l’autonomisation des personnes et des collectivités haïtiennes. Réinventer l’avenir d’Haïti, c’est pouvoir créer, multiplier et pérenniser les opportunités en favorisant le bien de l’ensemble de la population.

3Vaste est le chantier des rêves à construire et à réaliser : tous les espoirs sont permis. À condition de sonder et de labourer les contradictions au cœur de ce pays gravement disloqué. À condition de s’attaquer au seuil de tolérance beaucoup trop élevé des Haïtiennes et des Haïtiens aux misères les plus accablantes et au chaos. À condition de rétablir urgemment un espace de dignité, propre et sécuritaire, pour toutes les femmes, tous les hommes, tous les enfants de ce pays. Il est essentiel également de désamorcer la mentalité du chacun pour soi et pour son clan, matrice de tant d’inégalités et d’injustices.

4L’aventure doit être collective, la démarche inclusive, responsable et coordonnée. À l’État haïtien de jouer pleinement son rôle en prenant énergiquement les commandes. La bonne gouvernance repose notamment sur des institutions fortes, un système de justice indépendant, une administration publique transparente et efficace. Elle suppose aussi l’implication et la participation des citoyennes et des citoyens du pays, qui doivent assurément être reconnus comme faisant partie des solutions, être respectés dans leurs droits, mais rappelés néanmoins à leurs devoirs.

5La réflexion n’est pas en panne au sujet d’Haïti. Celle rassemblée dans ce livre pose de nombreux diagnostics, tous pertinents. J’ose croire que toutes les leçons sont tirées et tous les bilans complétés. Il nous reste maintenant à passer, de manière responsable et avec assurance, de la parole aux actes.

Auteur

Née à Port-au-Prince en Haïti, elle est arrivée au Canada en 1986 avec sa famille, après avoir fui le régime dictatorial de l’époque. Elle a étudié la littérature comparée à l’université de Montréal où elle a ensuite enseigné l’italien au département de littératures et langues modernes. Parallèlement à ses études, elle a œuvré pendant huit ans auprès des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale et a participé à la mise sur pied d’un réseau de refuges d’urgence au Québec et ailleurs au Canada. Elle a ensuite connu une brillante carrière de journaliste, de présentatrice et d’animatrice d’émissions d’information à la télévision de Radio-Canada et sur le réseau anglais CBC News World. Elle a été la 27 e gouverneure générale du Canada du 27 septembre 2005 au 30 septembre 2010. À la fin de son mandat, elle a été nommée envoyée spéciale de l’Unesco pour Haïti. Elle copréside de plus la fondation Michaëlle-Jean qui soutient partout au Canada des actions citoyennes utilisant les arts et la culture comme moyens de transformation sociale et de mobilisation de la jeunesse au Canada. infoHaiti.unesco@uottawa.ca

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540