Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argument de la filiation

 | 
Pierre Bonte
, 
Enric Porqueres I Gené
, 
Jérôme Wilgaux

Cinquième partie. Constructions langagières

Chapitre 18. Götternamen revisited. La génération des dieux selon Hermann Usener

John Scheid et Jesper Svenbro

Texte intégral

1Avant de commencer, nous devons confesser que, même si nous sommes d’anciens lecteurs des œuvres de Claude Lévi-Strauss, nous ne sommes pas des spécialistes de la parenté, et que notre participation à cet ouvrage est largement usurpée. Nous avons choisi cependant de présenter un petit dossier qui fait un usage intéressant des termes de parenté. Il s’agit d’une théorie présentée en 1896, qui était liée à une nouvelle approche du polythéisme et des religions de l’Antiquité, fondée sur la pratique plutôt que sur le mythe, qui a inspiré tout un courant de la recherche, en dépit des résistances qu’elle a pu susciter, dans le détail et sur un plan plus général.

  • 1 En particulier à travers le petit livre d’Ernst Cassirer, 1973. Voir aussi de manière Mette, 1979-1 (...)
  • 2 Wessels, 2003 : 65-75.
  • 3 Di Donato, 1982.
  • 4 U. von Wilamowitz-Mœllendorff, lettre à Usener, du 7 décembre 1895, reproduite Mette, 1979-1980 : 7 (...)

2C’est donc en 1896 que Hermann Usener publia ses Götternamen. Versuch einer lehre von der religiösen Begriffsbildung. Le schéma évolutionniste de Usener est bien connu1 : selon lui, l’étude des appellations rituelles des dieux permet de reconstruire trois phases dans la conception des dieux, des Augenblicksgötter, dieux de l’instant, que l’esprit associait fugitivement à un phénomène donné au moment où il se produisait, aux Sondergötter, aux dieux spécifiques, à qui l’esprit attribue telle ou telle fonction, et qui portent des noms dont le sens est toujours transparent, et enfin aux dieux personnels, qui sont d’anciens dieux spécifiques qui ont attiré et soumis en quelque sorte un certain nombre de leurs congénères. Usener reconnaissait les dieux spécifiques chez les Romains et trouvait la confirmation du caractère quasi universel de sa découverte en pays balte, et chez les Grecs : il fut étonné par la présence massive des dieux, suggérée déjà par le chiffre de 3000 chez Hésiode (Travaux, 252), qui a fait éclater le cadre traditionnel de l’étude des dieux grecs. Usener exerça une profonde influence sur un certain nombre de ses élèves, comme Albert Dieterich, l’initiateur de l’étude des papyrus magiques grecs, Aby Warburg2 ou, en France, Marcel Mauss et sans doute Louis Gernet3. Usener a été critiqué à son époque pour ses audaces étymologiques, qui ne tenaient pas assez compte de l’évolution contemporaine de la phonétique, et pour l’utilisation acritique de documents illusoires comme la liste des prétendues divinités baltes. Une deuxième opposition fut suscitée par son approche ritualiste de la religion, notamment de la religion des Grecs, qui se présentait à l’époque comme une piété élevée, fondée sur l’émotion et la contemplation du mystère divin. Réduire cette religion au rang des règles pratiques du culte, et la mettre à égalité avec la religion romaine parut à beaucoup de ses contemporains intolérable4. Les objections techniques étaient justifiées, les oppositions fondées sur une certaine représentation de la religion grecque l’étaient beaucoup moins. On peut également aujourd’hui sourire de la certitude de Usener que par l’onomastique cultuelle il pourrait atteindre les conduites religieuses premières. Mais il reste que son œuvre attira l’attention de beaucoup de savants sur la pratique et les détails du culte, des détails qui ont exercé une grande influence sur l’histoire des religions.

3Or tout n’est pas à rejeter dans la grande théogonie usenérienne. Usener a indéniablement découvert un certain nombre des ressorts des religions que nous appelons polythéistes, des inclinations attestées en Grèce comme à Rome, et ce qui est intéressant, à toutes les époques. Et parmi les ressorts de la formation des dieux figure la filiation. Mais voyons d’abord la démarche de Usener.

La démarche de Usener

  • 5 Usener, 1896 : 3. « Der vorgang der begriffsbildung findet seinen vorläufigen abschluß in der auspr (...)

4« Le processus qui mène à la formation des concepts s’achève, de façon préliminaire, dans l’élaboration (ausprägung) du mot », dit Usener dans la première phrase de son livre5. Comment faut-il l’entendre ? Prenons un exemple : on pourrait dire que les Grecs ont créé le terme poiētḗs, au terme d’un processus où l’activité d’un Simonide ou bien d’un Pindare est apparue comme une activité moins religieuse qu’artisanale – et donc digne d’une rémunération –, activité intéressée que le verbe poieîn et ses dérivés traduisent de façon appropriée : désormais, le poète est un poiētḗs. En Grèce, cette notion s’élabore au début du Ve siècle dans les poèmes des poètes choraux, avant que le terme ne se fixe vers 450.

5C’est ainsi que le processus qui mène à la formation de la notion s’est achevé avec l’élaboration du mot poiētḗs.

6Usener continue à peu près en ces termes : si l’on veut observer les notions et les représentations d’un peuple dans leur devenir, dans leur processus de formation, il faut passer par les faits de la langue. Pour étudier le processus par lequel se sont formées les premières représentations du divin et des dieux il faut s’intéresser au résultat langagier de ce processus. Comment se forment le mot (le nom) et la notion ? Usener répond de façon abstraite et apriorique en parlant de l’interaction entre le monde et le moi, une interaction qui provoque l’acte de nommer. Mais, dit-il, c’est seulement par la répétition que le mot s’établit dans la durée de la langue. Si on laisse de côté les mots empruntés à une langue étrangère, tous les noms contiendraient ainsi les représentations qui, aux yeux des locuteurs de la langue, sont les plus essentielles et les plus significatives par rapport aux choses concernées. Le mot n’est ni un signe conventionnel (nómōi) ni un signe naturel (phúsei). Usener voit dans le mot ce qu’il appelle le « fragment d’une description » (bruchstück einer beschreibung). Entant que désignation d’une chose, le mot n’est, à l’origine, que le prédicat d’un sujet non défini, qui ne se laisse pas encore nommer mais seulement indiquer du doigt. Toutes les désignations (appellativa) de la langue seraient ainsi de nature adjectivale, un mot qu’il faut ici prendre au pied de la lettre, car il ne se réfère pas seulement aux adjectifs au sens strict.

  • 6 Usener, 1896 : 5. «  Denn sie fällt zusammen mit der frage nach der entstehung polytheistischer rel (...)

7Peut-on mettre les noms des dieux sur le même plan que les autres noms, noms communs ou noms propres ? Si je montre du doigt la table qui est devant moi en disant « table », et si nous considérons ce mot comme une espèce d’« adjectif » s’ajoutant à une chose non définie, nous pouvons peut-être suivre Usener. Mais qu’arrive-t-il si le mot n’est pas « table » mais « Zeus » ? Les désignations des dieux ont une origine. Il faut postuler qu’à une époque donnée, il n’existait pas de noms pour les dieux. Et la question pour Usener, c’est précisément de savoir de quelle façon les dieux ont reçu leur nom, de quelle façon les « impressions du surnaturel et de l’infini » ont atteint les esprits (die seelen) pour que naissent représentations et désignations. En fait, c’est la question pour Usener. C’est la question fondamentale de la mythologie et, dans une certaine mesure, de l’histoire des religions. Car, dit-il, elle coïncide tout simplement avec la question de l’origine du polythéisme6.

8Le seul témoignage qui nous est offert pour étudier ce processus est celui des mots, qui, dit Usener, en reprenant une expression d’Euripide, « parlent à ceux qui savent les écouter ». Ce n’est pas que la notion ait été créée par le mot, mais la désignation appartient au processus de la formation des concepts (la begriffsbildung) et elle constitue sa première forme observable – qui va déterminer ce qui va suivre. Bref, les noms des dieux constituent le seul témoignage sur la façon dont les représentations de l’infini se sont formées.

9Or, les noms des dieux se présentent à nous comme des faits accomplis. Mais malgré les progrès de l’étymologie, dit Usener, il ne faut pas concevoir la recherche sur les noms des dieux comme une recherche étymologique ou une recherche sur l’origine des noms (comme si le sens originel était le « vrai » sens). L’intérêt de Usener est ailleurs. Selon lui, il faut considérer les noms des dieux comme des données situées historiquement ; chercher la vérité des origines, le sens originel, fait oublier que le sens des noms divins est sujet au changement historique. En les étudiant à tel ou tel moment de leur transformation historique, le chercheur peut espérer apprendre quelque chose sur la dynamique même de la formation des mots, s’il est vrai que les mêmes forces sont à l’œuvre dans la formation première du mot, ainsi que dans ses transformations ultérieures et dans son renouvellement. Au fond, le processus en révèle autant que les origines.

10Comme dans la nature, continue Usener dans le chapitre suivant, intitulé « Formale Wucherung », « Prolifération formelle » (1896 : 6 sq.), on peut observer, dans la langue, le « désir mystérieux de la reproduction, du rajeunissement et du renouveau ». Et on constate que, comme dans la nature, ce désir s’éteint dans la langue à un certain âge. C’est aux époques les plus anciennes dans l’histoire de la langue que la force créative est la plus efficace : à ce stade appartient la formation du vocabulaire et de la morphologie. De même qu’un seul grain peut faire proliférer les mauvaises herbes sur un sol fertile, de même une seule racine peut faire proliférer un grand nombre de mots formellement différenciés mais de valeur (wert) souvent identique. Ce n’est pas que les moyens de cette prolifération, à savoir les suffixes, soient privés de signification précise, ou qu’il leur manque une fonction précise dans la langue achevée ou épanouie (vollendet). Mais il existe une période dans le développement de la langue où ces éléments, à l’origine notionnels, semblent figés en éléments exclusivement formels et où la langue, se réjouissant de ces moyens inédits, ne cesse de les combiner pour produire des créations nouvelles.

11Enfance de la langue, donc. « Enfance » qu’on retrouve dans la poésie grecque la plus ancienne, à savoir la poésie homérique qui, selon Usener, utilise ces variantes formelles afin de rendre la versification plus commode (par exemple, dans l’Odyssée, Laértēs et Laertiádēs, dont le deuxième nom est formé à partir de Laértios, qui n’apparaît que chez les tragiques). Or, selon Usener, ceci n’est pas un phénomène confiné à la poésie : il faut penser que le langage ordinaire a fonctionné suivant les mêmes principes. C’est-à-dire qu’à ce stade de l’histoire de la langue, le locuteur se serait plu à utiliser toutes les possibilités formelles qui lui étaient offertes, sans se soucier d’établir une nette distinction entre, par exemple, Laértēs et Laertiádēs. À la base de cette prolifération de formations parallèles, se trouve donc l’analogie formelle ; ce qui d’après Usener veut dire que les formes différenciées possèdent une valeur identique. C’est seulement plus tard, lorsque la langue s’est intellectualisée (vergeistigt) et est devenue plus abstraite, qu’apparaît l’analogie conceptuelle, prescrivant la fonction précise de chaque suffixe, distinguant clairement, pour garder notre exemple, entre Laértēs et Laertiádēs.

12Il serait facile de critiquer la perspective évolutionniste qui soutient cette vision de l’histoire de la langue. Si l’enfance de la langue grecque n’est pas terminée à l’époque d’Homère, combien de temps a-t-elle duré ? On entrevoit une enfance d’une durée exceptionnelle, suivie d’un âge mûr extrêmement court… Et pourquoi attribuer cet état de création formelle continue à une époque dont nous savons si peu ? L’analogie entre les âges de la langue et les âges de l’homme risque de poser plus de problèmes qu’elle n’en résout. Usener refuse en fait cette perspective évolutionniste, comme il refuse l’étymologie. En tout cas, il s’en méfie pour se mettre du côté du changement historique qui, tôt ou tard, abolira le « vrai sens originel » des mots. Les faits linguistiques observables sont assez instructifs pour que l’on ne perde pas son temps à chercher le sens originel des mots. En prenant cette position, Usener considère que, sur le plan théorique, le changement qu’on peut observer à un stade plus récent vaut le changement supposé à une époque plus reculée, mais pour lequel nous n’avons pas d’informations directes. En fait, il considère que la « prolifération » continue même lorsque la langue a évolué vers une plus grande abstraction. Tout en devenant plus abstraite, la langue garde donc sa capacité de création formelle.

La formation des noms propres

13Nous en arrivons maintenant aux noms propres. De nombreuses racines ont montré une fertilité considérable dans la formation des noms propres, qu’il s’agisse de noms désignant des hommes ou de noms désignant des dieux. Un nom porté par un être humain désigne un individu défini et lui appartient ; on comprend donc pourquoi il n’est pas tellement susceptible de subir des transformations (celles-ci se limitent à des déformations moqueuses ou à des hypocoristiques).

  • 7 Pour ces exemples voir Usener, 1896 : 8 sq.

14Un nom porté par un dieu semble d’abord obéir au même principe et, même si ce n’est qu’une illusion puisque l’identité ou la substance de l’être divin est conditionnelle, on peut, dans un premier temps, ignorer la différence, tant que la substance individuelle de telle ou telle divinité reste la même7 :

Marmar (voir Mamers)

Mamurius

Angerona

Angeronia

Mellona

Mellonia

(Iuno) Populona

Populonia

Larentia

Larentina

Tutela

Tutelina Tutilina

Lubia

Lubentia Lubentina

Libitina

Stata mater

Statina

Fabula

Fabulinus

Anna

Annona

Bona dea

Bonona Bononia

Iuno Iuna

Iunia Iunonius Iunonalis

Vitula

Vitellia

Lara

Larunda

Maia

Maiesta

Vesper

Auertere

Vesperugo

Auerro Auerruncus

15ou en grec

Aídos

Aídēs

Háidēs

Oidípous

Oidipódēs

Pēnelópeia

Pēnelópē

Persephóneia

Persephónē

Bákkhos

Bakkheús

Gēruṓn

Gēruónēs

Gēruoneús

masc.

Pérsēs

Persaîos Perseús

fém.

Pérsē

Persēís

Perseía

16C’est à ce point que Usener développe ce qui nous intéresse ici. Dans la Théogonie d’Hésiode, 1011 où il est question de « Circé, fille de Êélios Huperīonídēs », faut-il comprendre « fille de Soleil, fils d’Hypérion » ? Non, dit Usener ; mais le poids analogique du suffixe -ídēs obligeait les Grecs à croire que la généalogie hésiodique avait précédé la forme Huperīonídēs. En fait, la généalogie qui fait d’Hélios le fils d’Hypérion et de Théia est postérieure à la forme Huperīonídēs, qui constitue le point de départ de la construction généalogique, une fois que le suffixe avait pris une valeur patronymique.

17Si Homère quant à lui qualifie Hélios d’Huperíōn, il ne se réfère pas, d’après Usener, au Titan de ce nom. Le Titan Huperíōn est seulement l’homonyme d’Hélios Huperíōn. Mais lorsque le deuxième élément de la formule Êélios Huperíōn est devenu opaque, le suffixe -íōn a suggéré à Hésiode le sens patronymique. Même développement pour Héraklès Alkeídēs < Alkaîos (grand-père inventé à partir de l’épithète à l’allure patronymique Alkeídēs, mais qui au départ avait un sens général se rapportant à la alkḗ d’Héraklès).

  • 8 Contra Chantraine, 1999, s.v. Krónos ; kraínein repose sur *kraiaínein.
  • 9 Voir Pindare, Olympiques 2, 12 ; Euripide, Troyennes 1288. Usener, 1896 : 25.

18C’est l’exemple de Kronos qui est particulièrement significatif. Pour Usener, s’appuyant sur Sophocle, Trachiniennes, 126, Krónos vient de *kránjō (kraínō)8, « j’accomplis, je règne ». Si l’on accepte cette étymologie, Krónos serait donc le synonyme des noms d’agent krántōr krantḗr krántēs (= kraínōn) et signifierait « l’Accomplisseur ». Or, si nous donnons au nom propre Krónos sa force adjectivale, Zeus lui-même – et pas seulement lui – peut-être désigné comme Krónos, « Celui qui accomplit », et, naturellement, aussi par les formes parallèles Krónios, Kroníōn et Kronídēs, qui sont effectivement des épithètes attribuées à Zeus9.

  • 10 Pausanias, 6, 20, 1.

19Seulement, nous avons l’habitude de prendre ces trois dernières épithètes au sens de « fils de Kronos » et non pas comme des synonymes de Krónos. L’idée de Usener est que la valeur patronymique des suffixes -íōn et -ídēs représente une spécialisation d’un sens plus ancien et plus général (cf. drapétēs et drapetídēs, tous deux signifiant « fugitif »), spécialisation intervenue à un stade précis de l’histoire de la langue et qui est à peine accomplie dans les poèmes homériques. Jusqu’à un certain point, on pouvait donc se référer à Zeus avec le nom (à force adjectivale) Krónos aussi bien qu’avec les épithètes Krónios, Kroníōn et Kronídēs. Usener fait remarquer, par exemple, que la « colline de Kronos », le Krónion, est le siège du plus ancien culte de Zeus à Olympie10. Il pense en fait que Zeus y a reçu un culte sous le nom de Krónos.

20Selon Usener, c’est seulement sous la pression d’un usage plus récent que des noms comme Kroníōn et Kronídēs ont perdu leur sens général de « Celui qui accomplit » pour prendre le sens – qui nous est familier – de « fils de Kronos ». C’est à ce stade que Krónos, fait son apparition en tant que père de Zeus : l’épithète Kronídēs semble tout d’un coup exiger l’existence d’un père nommé Krónos et, par un procédé que nous appellerions volontiers génératif, la mythologie invente le récit du rapport généalogique entre Kronos et Zeus. Du même coup, Krónos, l’« Accomplisseur » ne peut plus désigner Zeus. À sa place, nous retrouvons désormais son synonyme Téleios, où la notion d’accomplissement transparaît beaucoup plus clairement que dans Krónos, désormais transformé en nom propre, porté par un dieu individuel, comme doté d’intériorité, de substance.

21Avec l’analyse du rapport entre Krónos (= Téleios) et Zeus, Usener est passé, discrètement, de l’analyse des formes à l’analyse des notions. La prolifération de formes qui avaient une valeur pratiquement identique a obligé la langue à faire un tri, dit-il, car, à la longue, elle écarte le superflu, mais elle n’est pas obligée à supprimer les formes parallèles si elle parvient à leur donner un sens spécialisé ou une valeur spécifique. Un Krónos identique à un Kronídēs se transforme en père et fils par un procédé de réinterprétation. D’après Usener, le fait que Krónos et Kroníōn se trouvaient côte à côte a engendré [verbe : erzeugen] tout un tissu de récits mythologiques. Une association de noms devenue contradictoire a donc donné naissance au récit généalogique.

La construction généalogique

22Il faut souligner que Usener considère le caractère généalogique de la mythologie grecque comme un fait plutôt récent : il invoque le cas des hymnes védiques, où la généalogie est peu développée et où les dieux sont autonomes, sans origine ni naissance. Le caractère généalogique du panthéon grec, son caractère anthropomorphe sur le plan des relations entre les divinités, serait le résultat d’une vaste réinterprétation généalogique de noms d’agent comme Krónos et d’épithètes comme Kronídēs. Or de façon surprenante, Usener ne trouve pas cet aspect de l’affaire essentiel. Il parle lui-même de « fausses conclusions » à propos des réinterprétations comme celle qu’on vient de présenter à partir de l’exemple de Krónos et Kronídēs. Lorsqu’on prend Kronídēs au sens patronymique, on tire donc la « fausse conclusion » qu’il y a eu un personnage nommé Krónos, père du Kronídēs.

23L’essentiel pour Usener est que cette capacité que présente la langue de développer et de transformer – sans modification de la notion propre au porteur du nom (des persönlichen begriffs) – des noms mythologiques établis révèle la nature même de ces mots. Leur malléabilité et leur fonction comme noms propres sont deux propriétés qui, en fait, s’excluent et qui ne peuvent s’unir que dans le cas où le sens étymologique du nom est toujours perçu : tant que le sens « Accomplisseur » est perçu pour la série Krónos Krónios Kroníōn Kronídēs, chacune de ces formes parallèles peut être appliquée à Zeus. Au contraire, lorsque Kroníōn et Kronídēs prennent le sens de « fils de Kronos » et perdent le sens d’« Accomplisseur », Krónos devient le nom propre, individuel et relativement opaque, du père de Zeus.

24Désormais, il faut sortir de la perspective étroite où l’identité (la substance) du dieu paraît immuable comme celle d’un personnage réel. Car aussi longtemps que Krónos garde son ancienne force adjectivale et sa transparence notionnelle, ce mot désigne partout la même notion. La ressemblance des noms propres dans la mythologie est en réalité une ressemblance, ou une identité, non pas des porteurs des noms mais de la notion à laquelle ils renvoient. Chez nous, les prénoms « Pierre » ou « Paul » désignent chacun un grand nombre d’individus qui, pour des raisons diverses et assez aléatoires, se retrouvent porteurs du même nom. Au contraire, les homonymes de la mythologie renvoient à une seule et même notion.

25Deux autres faits confirment ce processus génératif. Exception faite de deux ou trois déesses – mentionnons, dans le domaine gréco-romain, Gaía et Tellus, Éōs et Aurora –, les Indo-européens n’ont créé que des dieux masculins. À partir de noms masculins, de caractère quasi adjectival, pour désigner ces dieux masculins, la langue élabore des formes au féminin, qui deviendront autonomes. Usener (1896 : 32 sq.) cite l’histoire de la côte d’Adam et la création d’Ève comme une espèce de fable ou allégorie mettant en scène ce processus, qui est particulièrement frappant en latin :

Limentinus

Limentina

Volumnus

Volumna

Cacus

Caca

Dius fidius

Dea Dia

Iouis

Iouia

Faunus

Fauna

26Et Usener retrouve le même processus en pays grec, chez les héros : Ádmētos Admḗtē, Alkáthoos Alkathóē Alkithóē, Álkandros Alkándra, et chez les dieux, même si le fait est plus rare : Zeus-Día (remplacée par Héra), Zeús-Diṓnē, Trítōn Tritṓnē (Tritōnía, Tritōnís), Ploútōn Ploutṓnē, etc.

27Si, pour Usener, la « prolifération formelle » désigne l’acte par lequel l’esprit créateur de notions et la matière langagière s’unissent pour créer des mots en grand nombre sans qu’on puisse donner à l’un ou à l’autre – à l’esprit ou à la matière – une quelconque priorité, Usener tient également compte de ce qu’il appelle la « prolifération notionnelle » (begriffliche wucherung) qui désigne la variation de la notion fondamentale. Cette variation ne se fait plus par de simples suffixes mais en ajoutant des éléments précisant le sens de la notion fondamentale. Plus simplement, il s’agit de formes composites, de mots composés tels que Hékatos et Hekátē et la variante notionnelle Hekaérgē ; pour Hékatos la liste est plus importante, pour Zeus elle devient énorme.

La génération des dieux

28L’expérience du monde extérieur provoque, à un stade donné, dit Usener, la formation de mots et de notions ; mais ce processus de création a ceci de particulier qu’il s’arrête et s’affaiblit au fur et à mesure que les termes s’établissent dans notre esprit. Au contraire, l’expérience intérieure, religieuse, se renouvelle sans cesse et entraîne ainsi une création ininterrompue de mots, une prolifération de synonymes. Voilà, en bref, la perspective de Usener, qui se limite à donner un seul exemple – peu contestable, selon lui – de ce qu’il appelle la « régénération de la notion ». Il s’agit de la notion de « Celui qui éclaire tout », l’Allerleuchter (Usener, 1896 : 57-73). Son point de départ est l’épithète du Soleil, d’Hélios lui-même, pamphaḗs, « qui éclaire tout », glissant vers la notion voisine « qui voit tout ». Dans le chapitre sur la « Régénération de la notion » (erneuerung des begriffs), Usener pense avoir découvert ainsi un processus de la langue ressemblant à celui qui a créé les premières notions religieuses. En d’autres termes, il assume que le processus de régénération est essentiellement le même que le processus de génération, trop éloigné de nous pour être étudié. Usener passe ensuite à la religion romaine, qui lui offre les sources qui permettent d’aller plus loin. C’est à ce point du livre qu’il introduit le concept qui est resté associé à son nom, et qui forme l’un des concepts clés de sa théorie, à savoir celui des sondergötter, « dieux spécifiques » liés chacun à une action spécifique dans un processus donné, comme le labour. Il retrouve des divinités de ce type en Lituanie et en Grèce.

29Nous n’allons pas poursuivre, d’autant plus que l’évolution reconstruite par Usener a déjà été mentionnée. La seule indication intéressante pour nous est qu’il considère ce processus comme l’un des ressorts du polythéisme, ce qui nous a poussés ailleurs (Scheid et Svenbro, 2005) à qualifier son entreprise de grande théogonie.

  • 11 Voir des exemples chez Svenbro, 2004.

30Plus important, pour conclure, est le fait que Usener a manifestement mis le doigt sur un processus lié à la création de notions divines et de divinités. De toute évidence, les exemples donnés le prouvent : les Anciens autant que Usener lui-même recourent au paradigme de la filiation, de la génération pour résoudre des problèmes suscités par le vocabulaire, mieux : pour explorer des concepts. Même si les jeux étymologiques de Usener sont souvent tributaires d’un état dépassé de la linguistique, son étude a prouvé que les noms des dieux sont capables de générer d’autres figures cultuelles, de même que les noms des héros ou des dieux sont capables de générer des récits11.

  • 12 Scheid, 1998 : 177 sq., n° 62, a, l. 23-73.

31Dans le domaine romain, le processus mis en lumière par Usener est attesté, non pas comme un processus originel, mais comme l’un des modes de reproduction du panthéon. Ainsi, lorsque le 25 mars 101 apr. J.-C., au cours d’une formulation officielle de vœux12, un prêtre romain veut circonscrire l’action de Jupiter, il invoque deux divinités, Jupiter Optimus Maximus, qui exprime le mode d’action du dieu souverain, et Iouis Victor, qui traduit le résultat de son intervention ; au cours du même rite – qui concerne le départ en guerre de l’empereur Trajan –, il invoque, dans l’ordre, Mars, le dieu de la violence guerrière, Mars uictor, le résultat de son action, et Victoria, la divinité représentant cet état. Les autres divinités qui se joignent à celles que j’ai mentionnées précisent toutes un aspect du vœu qui portait sur l’aller, la victoire et le retour heureux du prince et de son armée. L’action du dieu était explorée d’un côté par l’association d’autres divinités au vœu, de l’autre par une génération de divinités à partir d’un dieu père, que ce soit Jupiter ou Mars. Et chaque année, quand les consuls au début de l’année formulaient les vœux pour le salut de l’État, c’est-à-dire du peuple romain, ils invoquaient la triade capitoline, patronne de l’État, et le résultat attendu de leur action, la Salus du peuple romain. L’unique différence avec le dossier grec réside dans le fait que ces figures divines ne possèdent, à notre connaissance, pas de mythologie qui mettrait en lumière leurs relations.

  • 13 Pour ces figures divines, voir Dumézil, 1987 : 399 ; 282.
  • 14 Plus anciennement, il a pu y avoir un Volcanus *Maius, un Saturnus *Luens, ou quelque épiclèse semb (...)
  • 15 Dumézil, 1987 : 312-313.

32On peut encore mieux voir ce processus à l’œuvre en examinant les exemples suivants, dont Usener n’a étrangement pas tenu compte. Lorsqu’une divinité est en rapport avec une autre, dans un rite ou dans un temple, elle prend souvent une épiclèse qui la caractérise comme dépendante de la première, qui est la titulaire du temple : Venus Iouia, par exemple, se trouve intégrée dans un sanctuaire ou un culte de Jupiter. Dans certains cas, ces divinités sont aussi mentionnées au génitif, comme le serait une femme par rapport à son époux : Maia Volcani, Lua Saturni, Salacia Neptuni13. Alors qu’il s’agit de divinités dont le nom est transparent, pour citer Usener, elles sont finalement réinterprétées comme des épouses des dieux nommés au génitif, ce qui ouvre la voie à leur mythologisation. Maia exprime la violence du feu dévoreur, Vulcain, et Lua la dissolution patronnée par Saturne14. On voit l’importance de cette observation pour comprendre correctement le rôle des parèdres dans les religions grecque et romaine. D’ailleurs, Maia prit par la suite une épaisseur mythologique puisqu’elle devint, à Rome aussi, la mère de Mercure. De même, certaines traditions semblent attester que Nerio a été rapprochée de Minerve dans le cadre des aventures de Mars et de Minerve15.

33La forme généalogique du panthéon grec apparaît, elle aussi, dans la perspective usenérienne, comme le résultat d’une grande réinterprétation des épiclèses divines, selon le schéma Kronídēs, l’« Accomplisseur » > Kronídēs, « fils de Kronos ». Naissance du père, donc, pour expliquer le nom du fils ! Mais cette forme généalogique n’est pas quelque chose qui caractériserait les religions polythéistes en général. Usener présuppose, par exemple, un stade de la religion grecque qui ne le connaissait pas encore. La grande « réinterprétation » des épiclèses devenues patronymes est en effet susceptible d’être située historiquement, créant à une époque donnée le panthéon grec, qui nous frappe précisément par les « naissances de ses dieux ». Prenons un ultime exemple. Penser la parole poétique dans son rapport au pouvoir politique, dans sa relation à la mémoire, soumise au contrôle du groupe, ainsi que dans son rapport à la transmission du savoir, c’est, en Grèce ancienne, dresser la généalogie qui commence par Zeus, dieu du pouvoir suprême, et son épouse Mnèmosynè, dont les trois, voire neuf filles, sont les Muses avec leurs spécialisations. Dire que le poète grec reçoit sa parole de la Muse Kalliopè, c’est donc le situer dans tout un système de réalités notionnelles (pouvoir, mémoire, technique, etc.) qu’incarnent Zeus, Mnèmosynè et les Muses ; en particulier celle de l’épopée, Kalliopè. Mentionner Kalliopè, c’est donc suggérer une parenté métaphorique aux multiples implications et qui définit on ne peut plus clairement la parole poétique sous ses aspects divers.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arrighetti, Graziano et Momigliano, Arnaldo dir., 1982. Aspetti di Hermann Usener. Filologo della religione. Pise, Giardini Editori.

Cassirer, Ernst, 1973. Langage et mythe. À propos des noms de dieux. Paris, Les Éditions de Minuit (trad. fr. Cassirer E., 1925, Sprache und Mythos – Ein Beitrag zum Problem der Götternamen, Leipzig-Berlin, Teubner = Id., 1994, Wesen und Wirkung des Symbolbegriffs, Darmstadt : 71-167).

Chantraine, Pierre, 1999. Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Paris, Klincksieck.

Di Donato, Riccardo, 1982. « Usener n’habite plus ici. Influenze tedesche negli studi francesi di storia comparata delle religioni antiche », in G. Arrighetti et A. Momigliano dir., Aspetti di Hermann Usener. Filologo della religione. Pise, Giardini Editori : 213-228.

Dumézil, Georges, 1987. Religion romaine archaïque, 2e éd. Paris, Payot.

Mette, Hans Joachim, 1979-1980. Nekrolog einer Epoche. Hermann Usener und seine Schule. Ein wirkungsgeschichtlicher Rückblick auf die Jahre 1856-1979, Lustrum 22. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Scheid, John, 1998. Commentarii fratrum arvalium qui supersunt. Les copies épigraphiques des protocoles annuels de la confrérie arvale (21 av.-304 apr. J.-C.). Rome, École française de Rome.

Scheid, John et Svenbro, Jesper, 2005. « Les Götternamen de Hermann Usener : une grande théogonie », in N. Belayche et al. dir., Nommer les dieux. Théonymes, épithètes, épiclèses dans l’Antiquité. Tournai, Brepols/Presses universitaires de Rennes : 93-104.

Svenbro, Jesper, 2004. « Lemythe d’Ajax. Entre aietos et AIAI », in Europe, 82 (904-905), août-septembre (numéro spécial « Mythe et mythologie dans l’Antiquité gréco-romaine ») : 154-173.

Usener, Hermann, 1896. Götternamen. Versuch einer lehre von der religiösen begriffsbildung. Bonn, F. Cohen (rééd. Francfort, 1928, préf. E. Norden ; 1948, préf. M. P. Nilsson).

Wessels, Antje, 2003. Ursprungszauber. Zur Rezeption von Hermann Useners Lehre von der religiösen Begriffsbildung. Berlin/New York, De Gruyter.

Notes

1 En particulier à travers le petit livre d’Ernst Cassirer, 1973. Voir aussi de manière Mette, 1979-1980, le colloque Arrighetti et Momigliano, 1982, et Wessels, 2003.

2 Wessels, 2003 : 65-75.

3 Di Donato, 1982.

4 U. von Wilamowitz-Mœllendorff, lettre à Usener, du 7 décembre 1895, reproduite Mette, 1979-1980 : 79-81 : « Gefühl ist alles, Name ist Schall und Rauch. »

5 Usener, 1896 : 3. « Der vorgang der begriffsbildung findet seinen vorläufigen abschluß in der ausprägung des wortes. »

6 Usener, 1896 : 5. «  Denn sie fällt zusammen mit der frage nach der entstehung polytheistischer religion überhaupt. »

7 Pour ces exemples voir Usener, 1896 : 8 sq.

8 Contra Chantraine, 1999, s.v. Krónos ; kraínein repose sur *kraiaínein.

9 Voir Pindare, Olympiques 2, 12 ; Euripide, Troyennes 1288. Usener, 1896 : 25.

10 Pausanias, 6, 20, 1.

11 Voir des exemples chez Svenbro, 2004.

12 Scheid, 1998 : 177 sq., n° 62, a, l. 23-73.

13 Pour ces figures divines, voir Dumézil, 1987 : 399 ; 282.

14 Plus anciennement, il a pu y avoir un Volcanus *Maius, un Saturnus *Luens, ou quelque épiclèse semblable.

15 Dumézil, 1987 : 312-313.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540