Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argument de la filiation

 | 
Pierre Bonte
, 
Enric Porqueres I Gené
, 
Jérôme Wilgaux

Cinquième partie. Constructions langagières

Chapitre 17. La marranerie comme injure d’origine espagnole utilisée hors de la péninsule Ibérique, xve-xviie siècle

Pedro de Montaner

Texte intégral

  • 1 [El secretario real Lope de] Conchillos y el vicecanciller [Antonio Agustín] son aquí […]. Si yo n (...)

1Le mot castillan marrano adonné « marrane » en français et marrà en catalan, mais il conserve sa graphie originale en portugais, italien et anglais. Il est bien connu que, dans la péninsule Ibérique, un marrano était un descendant de Juifs convertis qui bien souvent continuait à pratiquer la religion juive en cachette, et les vieux chrétiens parlaient au début du XVIe de la marranalla quand ils se référaient à certains de ces groupes. C’est ainsi que Pedro-López de Ayala écrivait en 1516, faisant référence aux tout-puissants politiciens aragonais de la cour de l’archiduc Philippe de Habsbourg et de son épouse, la reine Jeanne de Castille, en Flandres : « [Le secrétaire royal Lope de] Conchillos et le vice-chancelier [Antonio Agustín] sont ici […]. Si je ne coupais la marranalla que voici, il y aurait une synagogue1 ». Le sens péjoratif évident de marranalla est double : en plus de Juif converti, le mot exprime le concept de chusma, « racaille » (Moliner, 1994 : I, 355).

  • 2 Au sens légal, mahram s’applique aux individus dont le mariage est interdit aux musulmans
  • 3 Par exemple : diminutifs marranchón, marrancuelo, marranín, marranico, marranillo, marranito, marr (...)
  • 4 Del tiempo que los Judíos estuvieron en España se llama el puerco marráno. Real Academia Española, (...)

2L’origine du qualificatif marrano, déjà attesté en Castille en tant qu’insulte contre les Juifs au début du XIIIe siècle, a été et est toujours sujet à discussion. Qu’il procède de l’hébreu mar’at’ayin, « apparence des yeux », n’est qu’une hypothèse qui paraît hasardeuse. Certains préfèrent chercher une relation avec l’arabe mahram, « la chose interdite = le cochon », mot prononcé maharram par les Andalous2. Quoi qu’il en soit, ce qu’il faut souligner, c’est que l’on utilise précisément le nom de cet animal pour désigner les personnes pour lesquelles il représente un tabou. En effet, en castillan marrano veut dire « cochon » dès le milieu du Xe siècle, et les nombreux dérivés du mot montrent autant l’usage que l’on fait pour se rapporter à l’animal que pour humilier une personne3. Enfin, marranear c’est « saloper », et une marranería/marranada est une « cochonnerie » ainsi qu’une mauvaise action (Moliner, loc. cit.). Fait intéressant, dans la première moitié du XVIIIe siècle, les académiciens espagnols sont arrivés à la conclusion que « le porc est appelé marrano depuis les temps que les juifs habitaient l’Espagne4 ».

  • 5 Pantagrueline Prognostication, v (= Rabelais, 1994 : 929).
  • 6 La fortuna spira ad questi marrani.
  • 7 Même si les ancêtres des Borja étaient d’une extraction sociale relativement modeste, ils apparten (...)

3Il n’en reste pas moins que l’usage de marrano dans le sens de descendant de Juif a très vite traversé les frontières de la Péninsule. En France, dès 1533, François Rabelais rangeait les marranes parmi les « bourreaux, meurtriers, adventuriers, brigans, arracheurs de den[t]s, barberotz, renieurs de Dieu, alchimistes, etc. »5. En Italie, aux XVIe et XVIIe siècles, aussi bien les catalani (terme qui englobait tous les natifs de la couronne d’Aragon) que les spagnoli (les natifs de tous les royaumes hispaniques) étaient reconnus comme étant des marrani, et on le leur faisait savoir sans autre forme de procès. Vers 1495, un informateur écrivait à Isabella d’Este, marquise de Mantoue, en référence à la famille du pape Alexandre VI : « La fortune favorise ces marrans »6. La fausse idée selon laquelle les Borgia (Borja) étaient des marranos à Valence s’était quelque peu développée dans les cours italiennes7. En fait, l’on voit bien que ce n’est qu’un ingrédient de plus dans l’accumulation de « défauts » qui contribuèrent à la terrible légende des Borgia (Hermann-Röttgen, 1994 : passim).

  • 8 Senza la luce della Grazia, senza la Croce, e senza Dio.

4En France, vers 1494, dans La Prophétie du Roy Charles VIII, Jean Guilloche attribue au roi Ferrante Ier de Naples une soi-disant origine juive convertie, de la région de Valence : « Extrait de la marranerie », écrivait ce poète bordelais (Guilloche, 1869). D’ailleurs, on disait que sa méchanceté était le fruit de son obscure naissance, puisqu’il était le fils bâtard du roi Alphonse V d’Aragon et, affirmait-on, d’une marrane. Plus encore, l’on assurait qu’il n’était même pas fils d’Alphonse, mais de sa concubine et d’un roturier de Valence, lui aussi un marrane (Burckhardt, 1996 : 33). Avec ces précédents, on s’explique la perplexité de son contemporain le bon roi René : « On ne scet dont il est venu » (apud Martínez Ferrando, 1943 : X). Cette même année 1494, quand Ferrante mourut, Johann Burckard, maître de cérémonies du souverain pontife, note laconiquement qu’il est parti dans l’au-delà « sans la lumière de la Grâce, sans la Croix, et sans Dieu8 » (Burcardo, 1983 :170). Tant il est vrai qu’il était courant à l’époque d’attribuer des origines de marranería aux rois et personnages importants à la réputation sulfureuse qui finissaient punis par la damnatio memoriae, comme ce fut le cas pour le roi Pierre Ier le Cruel de Castille qui, quelques instants avant son assassinat, fut insulté par son demi-frère bâtard Henri II dans les termes traduits et commentés par Jean Froissart dans ses Chroniques (1369) (Froissart, 1824 : iv, 462) : « Dès que le roi entra […], il lui dit de la sorte : – Où est ce fils de putain, juif, qui s’appelle roi de Castille ? »

  • 9 Don Servando, obispo de Orense, uno de los más antiguos genealogistas, opina que desciende[n] delR (...)
  • 10 Nunc Guzmán, tunc […] erat Gundemarus ? : J. W. Imhof, Genealogiae viginti illustrium in Hispaniae (...)
  • 11 Par exemple, d’une autre des plus vieilles souches ibériques, les Manrique de Lara seraient des de (...)

5De son côté, Henri savait parfaitement que lui-même, bien que bâtard, était né de la noble Doña Leonor de Guzmán, de la souche qu’on prétendait être la mieux considérée en Espagne. En effet, selon les généalogistes, Guzmán n’était autre chose que Godemán, « bon/homme noble », de l’appellatif d’un frère du duc de Bretagne qui serait venu dans la péninsule Ibérique au VIIIe siècle pour aider les « Goths » (= Espagnols) contre les envahisseurs arabes. C’était une tradition tellement répandue que, vers 1450, même Fernán Pérez de Guzmán, qui reconnaissait se méfier des vieilles généalogies de la noblesse de Castille, la jugeait « croyable » dans ses Generaciones y semblanzas (1998 : 102-103). Encore mieux, selon d’autres, les Guzmán étaient de pure origine « gothique » puisque Guzmán ne saurait être autre chose que Gothmann, « le Goth ». Cette possibilité aurait été déjà enregistrée au VIIIe siècle par l’évêque Don Servando d’Orense, qui la tenait pour véritable parce qu’il était bien renseigné en tant que confesseur du dernier roi wisigoth Rodrigue († 711) et du premier roi asturien Pelayo († 737), ce dernier étant l’ancêtre wisigoth des dynasties qui se succédèrent en Espagne. L’évêque aurait même précisé que le généarque des Guzmán était l’un des fils du roi Gundemar († 611), affirmation toujours prise en compte même si elle est jugée depuis longtemps sans aucune valeur historique9. Dureste, Guzmán ne serait-il pas une dérivation de Gundemarus10 ? De fait, d’autres nobles espagnols se présentaient également comme des descendants de Goths, attribuant ainsi au « sang germanique » la quintessence de l’aristocratie11.

  • 12 Porque la avía parido deseando aver fijo varón.
  • 13 « Memorial del linaje », in Cantera Burgos, 1952 : 60, 276 sq.

6Si ces généalogies ont un caractère assurément légendaire, il est certain que le roi fratricide Henri pouvait se vanter des plus anciennes origines chrétiennes tant par ascendance paternelle que maternelle, tandis que son demi-frère Pierre n’était qu’un fils « caché » de Juifs. Cette origine supposée du roi Pierre est en relation directe avec une rumeur persistante selon laquelle la néophyte Doña María, mère du distingué évêque Don Pablo de Santamaría (jadis rabin Salomón Haleví) († 1435), était une fille « cachée » du roi Alphonse XI de Castille et de son épouse Doña María de Portugal, que cette dernière aurait « donnée » à sa naissance à une famille juive « parce qu’elle en avait accouché alors qu’elle désirait avoir un héritier mâle12 », l’échangeant contre un garçon qu’elle fit passer comme étant du roi et qui au fil du temps serait devenu Pierre le Cruel. Voilà pourquoi les ennemis de ce dernier l’insultaient en l’appelant « juif ». Aujourd’hui, il semblerait que cette Doña María serait une Juive de la famille Bienveniste enterrée sous une stèle datée de 1416, bien qu’elle soit peut-être morte en 141313. Néanmoins, en 1725 encore, un auteur anonyme français qui traduisit en sa langue et à sa manière le manuscrit du Tizón de la Nobleza Española, œuvre datée de 1560, pensait que les Santamaría, étant de souche Halevi, descendaient tout simplement de la fameuse Maison de Lévis-Mirepoix :

La Noble et ancienne famille de gentilshommes et seigneurs trez Illustres de France, qui s’appelloient Levi de Ste. Marie comme il y a dans cette famille le comte de Mirapoix dans la prouince de Limousin, et le duc de Ventadour.

7Il incorporait en même temps le texte du Tizón qui reprenait l’histoire de l’origine royale :

  • 14 Relation que le Cardinal & Archeueque de Burgos Mre. Jean de Mendoza et Bobadilla mis entre les ma (...)

Il y aura bien trois cent ans qu’un gentilhomme de cette famille [de Lévis-Mirepoix] vint en Espagne, et premièrement fut dans le Nauarre, dans le Comté de Foix, et de là ses descendents passèrent au seruice des Roys de Castille à Burgos. Il s’appelloit Simon de Leuy, celuy cy épousa Marie tenue pour fille changée quoyque legitime du Roy Alphonso 2e [sic, pour xi!] dont il eut l’Euêque et Patriarche Paul, qui reconnut que son origine vénoit de ses deux dites personnes […]. Et parce que cette famille, et sa grande Noblesse est sy connue en France on ne se tiend pas dauantage dans ce Discours14.

La marranerie en Espagne

  • 15 Y como esta nuestra nasción es envidiada de los estranjeros, dicen que todos los españoles son mar (...)
  • 16 Porque los estranjeros e enemigos de nuestra nasción dizen que todos son modernos los nobles de nu (...)
  • 17 En eso, en parte tienen razón y en parte no se entienden.
  • 18 Y no avrá quien se acuerde de su defectuoso orígen, y quedarse han por nobles, mezclando su ruín c (...)
  • 19 Pues es refrán de Italia : spagnoleto marrano.
  • 20 Soy tan hidalgo como el Rey, y aún más, porque él es medio flamenco.
  • 21 Le généarqueest Wilhelm Jäger [plus tard Guillem Caçador] (fl. 1520), chausseur de Bâle établi à V (...)

8Dans la péninsule Ibérique du XVIe siècle, il était déjà admis que la « tache juive hispanique », mancha judía, était si connue hors du pays que l’on pensait qu’elle était commune à tous ses habitants. Pour la Castille, le chroniqueur Gonzalo Fernández de Oviedo observait vers 1535 :« Et comme notre nation est enviée par les étrangers, ils disent que tous les Espagnols sont des marranes, et qu’ils nous démontreront que tous ceux que nous appellons nobles et d’illustres lignées ne sont que des marranes ou nouveaux convertis15 ». Et le même auteur considérait vers 1544 qu’il fallait rechercher et écrire la vérité « des lignées [nobles] de la Castille, parce que les étrangers et les ennemis de notre nation disent que les nobles de notre patrie sont tous récents ; et les Italiens et les Français nous traitent même de marranes à bouche ouverte16 ». Et son interlocuteur de répondre : « Sur ce point, ils ont en partie raison, en partie tort17 ». Et il continuait avec une explication sur les homonymies des néophytes, car l’usurpation des noms et armes de la noblesse était déjà monnaie courante à cette époque : « Et il n’y aura personne pour se souvenir de leur origine défectueuse [sic], et ils seront tenus par nobles, et ils mélangeront sa lignée vile avec celle des meilleurs […]. Savez-vous que j’entrevoie […] qu’ils ne seront pas repoussés dans leurs mariages s’ils apportent de l’argent ? Et combien avons-nous déjà vu de ces mélangés ?18 » (Fernández de Oviedo, 1989 : 23 ; 2000 : 40-42). Le fait est qu’en 1619 encore, Sancho de Moncada constatait : « Dicton en Italie : petit Espagnol marrane19 » (1974 : 102). En même temps, et nous le donnons comme contre-exemple, on chantonnait en Espagne : « Je suis autant hidalgo que le Roi, et même encore plus parce que, lui, il est à moitié Flamand20 » (apud Menéndez Pidal, 1991 : 98). Car il y avait précisément en Espagne des soupçons sur l’origine juive convertie de certains Flamands immigrés comme ce fut le cas pour ceux qui s’étaient enrichis et avaient été anoblis, tels les Caçador à Barcelone, devenus seigneurs de Bellesguard, La Torre Pallaresa, La Roca, etc.21. En revanche, les Basques avec leur fameuse hidalguía universal, proclamaient à qui voulait les entendre être hidalgos limpios même si la réalité sociologique était tout autre.

9L’exemple de la soi-disant marranería des Flamands en Espagne démontre que c’était un concept que les Espagnols eux-mêmes avaient fini par attribuer aux étrangers. Ainsi, en Italie, on appelait marrani certains Espagnols, alors qu’en Espagne beaucoup de marchands et banquiers italiens étaient appelés marranos – généralement sans aucun motif. Par exemple, à la fin du XVesiècle on murmurait que les riches Setantí de Barcelone, originaires de Florence, étaient d’origine juive, alors que nous savons qu’ils étaient membres d’une lignée de vieux chrétiens très connus, les Accettanti.

10En Espagne, cette « tache juive » était surtout attribuée aux Génois. Un exemple parmi tant d’autres est celui des Berardo, établis à Alicante. En vérité, le chroniqueur Vicente Bendicho ne l’évoque pas quand il écrit en 1640 :

  • 22 Don Alfonso Álvarez de Bohorques, IIe marquis de Los Trujillos. Fils né illégitime, après légitimé (...)
  • 23 Vinieron a Madrid Don Juan-Bautista y Don Bernardo Berardo, hermanos, de Génova, de la villa de V[(...)

Les frères Don Juan-Bautista et Don Bernardo Berardo sont venus de Gênes à Madrid, de la ville de V[o]ltri où ils ont leur manoir, et où ils sont réputés être de vieille noblesse. Philippe IV nomma ce Don Juan-Bautista trésorier au Conseil des Indes, et il le maria avec Doña Francisca Álvarez de Bohorques, fille de Don Alfonso, marquis de Los Trujillos, d’une très illustre famille de Grenade22. De ce mariage naquirent Don Bartolomé y Doña Hipólita [Berardo]. Et le roi décerna au même Don Bernardo l’habit [de l’Ordre] de Santiago, et il le nomma administrateur des salines de La Mata à Alicante. Et c’est comme ça qu’il s’est établi dans cette ville [d’Alicante], où il fonda sa Maison et son majorat et s’y maria avec Doña Margarita Pasqual de Ibarra23.

  • 24 Y no es que tenga otro fundamento su Nobleza que el Hábito [de la Orden de Santiago] (Arqués Jover (...)
  • 25 Nous avons vu que le IIe marquis de Los Trujillos naquit illégitime (supra, note 22). Le IIIe marq (...)

11Quelques années plus tard, Arqués ne dit rien de bien différent sur les Berardo mais il conclut de façon tranchante en 1678 : « En fait, le seul fondement de sa noblesse est cet habit [de l’Ordre de Santiago]24.» Cependant, un dicton, de nos jours tombé en désuétude, faisait allusion à ce supposé sang juif des Berardo, et même plus : « Berardo, juif bâtard », Berardo judío bastardo. Justement, cette « tache » de bâtardise est due à l’alliance avec cette fille du marquis (d’ailleurs, une pratique matrimoniale assez fréquente quand il s’agissait de s’élever dans l’échelle sociale25).

  • 26 Morales Roca, 1983, i : 278. Don Niccolò del Giudice (1587-1672), premier prince de Cellamare (163 (...)

12Le patriarche de cette famille fut effectivement ce Juan-Bautista Berardo, trésorier du Conseil des Indes. Il n’était pas très honnête, car en 1658 « il est disparu en emportant 400 000 ducats d’argent du roi » ; et un muletier a été arrêté alors qu’il lui apportait de l’argent directement chez lui pour éluder les paiements dus car « il a fait faillite » (Barrionuevo de Peralta, 1996 : 159, 161, 175). À notre avis, et contre la rumeur, il paraît invraisemblable que cette famille soit d’origine juive. En général, en ce qui concerne les Génois émigrés en Espagne, la confusion était grande car ils avaient pour habitude de s’établir ici comme marchands et plus tard, de démontrer être nobles là-bas. Un cas significatif est celui de la lignée des Del Giudice à Barcelone. Un Sebastiano del Giudice genovès figure comme noble lors des Corts de 1626. Marié à une Spinola, elle aussi Génoise, Sebastiano se naturalisa Catalan, fut trésorier de la Sainte Croisade et armateur des galères du roi d’Espagne. Il fut admis dans l’Ordre de Santiago grâce aux influences de son père Agostino del Giudice, marchand à Barcelone et « propriétaire du palais de la rue Montcada [de cette ville] », qui avait réussi à obtenir la « reconnaissance » de sa noblesse génoise en 162026 (c’était un frère du futur prince de Cellamare). Plus tard, Francisco, fils de Sebastiano, sera reçu chevalier dans l’Ordre de la Calatrava : désormais, il n’y avait plus aucun doute « officiel » en Espagne sur la noblesse et la pureté de sang de ces Del Guidice de Gênes.

13Donnons enfin, pour cette époque, deux autres exemples bien documentés de Génois considérés par erreur comme marranos en Espagne : ceux des Spinola à Saragosse et des Serra à Madrid.

14En ce qui concerne cette famille Spinola (Gómez Zorraquino, 1987 : 217 notes 122, 124, 218 et 126), on peut déduire que c’était l’une des nombreuses branches « adoptées » par les Spinola nobles de Gênes. Il est bien connu que le système génois des alberghi permettait que des familles y entrent et soient admises par les titulaires de l’albergo, portant alors, en plus du leur, le nom de la famille qui les « adoptait ». À Saragosse, son généarque est un certain Niccolò Spinola mercader genovés. Il fut le père de Daniel et de Juan-Bautista Spinola.

15Ce dernier se maria avec sa cousine Porcia Spinola. À son tour, son fils Nicolás († c. 1572) fut le père d’un deuxième Juan-Bautista. Celui-ci finit emprisonné par l’Inquisition en 1592, mais pour des raisons autres que religieuses (causas de fe) puisqu’il ne fut pas accusé de judaïser, bien qu’il ait eu la réputation de marrane. Il était marié avec la génoise Paola Serra (fl. 1619), dont il eut une descendance.

  • 27 Questi bottegai non vengono in Consiglio ? Non hanno serrato le botteghe ?

16L’histoire des Serra est différente de celle des Spinola, car eux n’avaient pas été « adoptés » par leurs homonymes Serra nobles de Gênes, mais ils en descendaient en ligne directe. La fréquente allusion à la marranería du riche Filippo Serra († 1715), premier marquis de Riba de Ebro [en Castille] (1683), n’a aucun fondement. On peut supposer que cette rumeur était due à sa qualité de prêteur – surtout de la maison royale – et à ses relations d’affaires avec les Cortizos, des Juifs convertis anoblis en Castille. Filippo avait succédé à son père Giambattista Serra († 1684, Madrid), banquier très actif en Espagne et créé comte de Villalegre [en Castille] (1657). Mais Giambattista n’était pas un nouveau riche. En arrivant à Madrid, il était déjà IIIe marquis de Mornese [en Italie], titre qu’il transmettra à Filippo (1684). En fait, cette famille était l’une des plus anciennes et importantes de Gênes (Serra di Cassano et al., 1999 : passim). Elle n’avait rien à voir avec les « nouveaux » aristocrates descendants de petits commerçants et méprisés par les « vieux », qui les appelaient serrabotteghe, « ferme-boutique ». Même lors de convocations au Maggior Consiglio, ces nuovi étaient raillés ainsi : « Comment ! Ces petits commerçants ne viennent pas au Conseil ? Est-ce qu’ils n’ont pas encore fermé leurs boutiques ?27 » (apud Costantini, 1987 : 343).

17Plus précisément, Giambattista était un frère de l’éminent militaire Gianfrancesco Serra († 1656), second marquis de Strevi, premier seigneur de Cassano (1622), qui avait obtenu en 1628 du roi d’Espagne la confirmation de l’achat de Almendralejo, lieu sur lequel il obtiendra plus tard le titre de marquis (1641). Qui plus est, Gianfrancesco deviendra Grand d’Espagne en 1656, mais il périra peu de jours plus tard devant le port majorquin d’Alcúdia lors d’un affrontement naval inattendu avec des bateaux turcs alors qu’il accompagnait dans un voyage le bâtard royal Don Juan-José de Austria, dont il était gentilhomme. Ceci dit, vu du côté espagnol et malgré l’indiscutable lignage des Serra à Gênes, ils n’étaient rien d’autre en ces règnes que des « banquiers » anoblis ici – et, étant donné l’atmosphère pesante autour des Génois ici, il était facile de les suspecter d’être juifs convertis là-bas.

La marranerie hors d’Espagne

18Nous allons examiner maintenant certains usages – généralement abusifs – du mot « marrane » utilisé de façon péjorative hors de la péninsule Ibérique et appliqué à des personnes ou à des familles dont le comportement social était mis en doute. Ils sont assez significatifs, et nous les avons choisis en Angleterre et en France car nous avons l’impression que leurs « hispanistes » sont ceux qui semblent considérer le problème de la « pureté de sang » comme étant exclusivement « espagnol ».

Perkin Warbek

19Pour reconstruire l’origine de sa marranerie, il faut commencer par parler de l’anglicisé Sir Edward Brampton († 1508), un marrane portugais précédemment appelé Duarte Brandão, converti au christianisme et ensuite adopté – filiolus – par Édouard IV († 1483) (Roth, 1962 : 69-91). Il fut un bon et fidèle guerrier au service de la maison d’York, et Richard III le fit chevalier : il s’agissait du premier Juif converti qui obtint ce privilège en Angleterre. Il exerça des charges politiques. Par exemple, il fut nommé gouverneur de l’île de Guernesey et obtint certaines faveurs d’un point de vue économique. Pour ce qui nous intéresse maintenant, il eut d’intenses relations avec un certain Perkin Warbek, qui avait travaillé chez lui, à Lisbonne, comme « garçon d’atelier », moço ou rapaz, dans ses affaires d’importation de poivre malagueta de Guinée.

  • 28 Perkin lui-même se contredisait au sujet de sa généalogie.
  • 29 Il faut signaler la possibilité que Perkin, n’étant pas le vrai duc Richard, puisse être un fils i (...)

20Il était une fois un marchand appelé Jehan Werbecque [sic], douanier de Tournai, décrit comme « fils de bourgeois né en bourgeoisie ». En Angleterre, l’on disait que sa femme se nommait Catalina de Faro et qu’elle était une marrana d’origine portugaise. Tels seraient les parents de ce Perkin, alias Pierrequin Warbek († 1499), que les Italiens appelaient Perrichino, les Espagnols Periquín, les Portugais Pires, et sa propre famille Pierrechon, de son vrai nom Pierre/Piers. Bien que, officiellement, il ne figurait pas, ni ne figure nulle part, comme fils du douanier, en revanche il était « sûr » qu’il était fils de Catalina28 (Wroe, 2004 : 379-399). À un moment propice, Perkin, poussé par les Yorkistes, assura être lui-même le duc Richard d’York, le petit prince « disparu » avec son frère le roi Édouard V en 148329. C’est-à-dire, Perkin était le deuxième fils d’Édouard IV, prétendant donc à la couronne d’Angleterre contre l’usurpateur Richard III. D’après sa version, très probablement « fabriquée » par Brampton, le prince Richard n’aurait pas péri assassiné sur l’ordre de son oncle Richard III, mais il avait survécu sous ce faux nom de Perkin. Vu les intérêts politiques en jeu, le roi Jacques IV Stuart accorda du crédit à cette histoire, admit Perkin à sa cour et le maria à Katherine Gordon, dame de la reine et fille du comte de Huntly, le chef d’un des principaux clans écossais. De plus, Perkin eut l’appui de la France et même de l’Empire.

21Aujourd’hui, nous savons de source sûre que Perkin est né à Tournai, qu’il a étudié à Anvers et qu’il passa ensuite en Grande-Bretagne. Le moment venu, accablé de problèmes, il abandonna l’Angleterre et se rendit au Portugal. Il traversa et visita l’Europe, et fut protégé par Marguerite d’York, duchesse de Bourgogne, qui l’avait « reconnu son neveu » d’une façon assez semblable à ce qui se passera en 1925 entre la grande-duchesse Olga et sa « nièce » Anna Anderson, alias Anastasie de Russie († 1984). Perkin retourna plus tard en Angleterre pour « récupérer un trône qui lui appartenait ». Il finit en prison et fut tristement exécuté sous l’ordre d’Henri VII. Les historiens s’interrogent sur la nécessité politique de cette exécution, puisque Perkin finit par reconnaître la fausseté de ses prétentions. Mais, en ce qui nous concerne, ce qui compte est la marranerie attribuée à Perkin, discrédité comme un homuncius : « insignifiant sale type artificiel ». En fait, sa mère marrane Catalina n’a jamais existé : Perkin était fils de Nicaise Farou, d’une vieille famille francophone de foulonniers déjà documentés à Tournai au XIIe siècle (Wroe, 2004 : 392).

Le Lord-protecteur Sir Oliver Cromwell († 1658)

  • 30 D’après Roth, Manuel Martínez-Dormido était andalou (1979 : 180). Au vrai, je pense que le nom Mar (...)
  • 31 L’on disait même que le Lord-protecteur connaissait Menassèh depuis son adolescence, car il l’aura (...)
  • 32 A man of superb and florid personality, Carvajo [sic] was known as « The Great Jew » ; he rode fin (...)

22Vers 1648/1658, à l’époque du gouvernement républicain de Sir Oliver Cromwell, il y avait des marranes extrêmement riches en Angleterre : les Fernández de Carvajal, De Robles, Da Costa, De la Cerda, De Cáceres qui se disaient « de la tribu de Juda », Mendes, Martínez-Dormido. Parmi ces derniers se détache Manuel Martínez-Dormido, judaïsant qui avait fui l’Espagne où il avait été emprisonné par l’Inquisition entre 1627 et 163230. À l’époque, il était chargé d’un service de renseignement par Sir Oliver pour les traités avec la couronne du Portugal. En quittant l’Espagne, Manuel resta un certain temps à Bordeaux, puis se rendit à Amsterdam et judaïsa officiellement sous le nom de David Abravanel. Il finit par s’établir à Londres comme le lui avait suggéré Don Samuel Soeiro, fils du fameux judaïsant Menassèh ben Israel [auparavant fidalgo Dom Manuel-Dias Sueiro] qui entretenait des très bonnes relations avec le Lord-protecteur31. Le chef de la communauté marrane londonienne était alors Don Antonio Fernández de Carvajal († 1659), gros importateur de vins des îles Canaries, désormais transformé en Don Mosès de Carvajal/Don Abraham Israël. C’était un personnage : « Homme à la personnalité superbe et chatoyante, Carvajo [sic] était connu comme “Le Grand Juif” ; il chevauchait des beaux chevaux, il collectionnait des armures, et l’on disait qu’il arriva à importer par valeur de 100 000 £ annuels32 » (Fraser, 1997 : 560). Tout d’abord établi à Rouen et plus tard à Londres, il y fut l’agent d’affaires de l’influent converso, mais catholique sincère et dévot, Don Jorge de Paz-Silveira († 1647), banquier d’origine portugaise très influent à la cour espagnole et devenu baron à Naples grâce à Philippe IV.

23Quand l’Inquisition décréta l’expropriation des biens de Manuel, c’est le Lord-protecteur qui intervint personnellement en sa faveur, et c’est précisément lui qui transmit à Sir Oliver un mémorial contre l’Inquisition en 1654 (Fraser, 1997 : 562-563). Au commencement, Manuel et les autres membres du groupe de marranes figuraient comme « espagnols catholiques » et se cachaient pour se rendre à la synagogue. Lorsque des troubles politiques apparurent entre l’Angleterre et l’Espagne et que l’on procéda à la confiscation des biens des marranes entant qu’« Espagnols », ces Juifs convertis se firent reconnaître comme « Juifs de nation nés en Espagne/Portugal ». Ce fut d’ailleurs une idée de Menassèh ben Israël.

24Don Antonio Fernández de Carvajal qui, bien que judaïsant, n’était pas circoncis et se comportait publiquement en catholique pratiquant, fut très protégé par Sir Oliver Cromwell. Mais lorsque celui-ci mourut en 1658 et que le régime républicain tomba, lui et ses collègues manifestèrent qu’ils avaient toujours été royalistes et ils présentèrent des preuves « irréfutables » de ce qu’ils l’avaient été depuis Anvers (Fraser, 1997 : 567-568). En vérité, on peut se poser des questions sur leur double jeu pendant tout le gouvernement républicain qu’ils jugeaient voué à disparaître. Il est évident qu’ils ménageaient leur avenir face à l’inévitable restauration de la monarchie.

  • 33 « Into the bosom of Old Abram » (Stone, 1956 : 6).

25En relation avec la présence des marranes en Angleterre, il est intéressant de constater que Cromwell lui-même fut tenu par quelques-uns de ses détracteurs pour un descendant de Juifs. Cela peut paraître une absurdité quand on connaît sa généalogie, mais peut se comprendre. La confusion est née, nous allons le voir, du fait de la parenté établie entre la famille Cromwell et celle du richissime Orazio Pallavicino, un Génois, grand commerçant en Angleterre, et à propos de qui l’on disait qu’il avait du sang marrane. On disait ainsi qu’après sa mort, Orazio serait accueilli au sein de la famille d’Abraham33.

  • 34 Battina était une fille d’Andrea Spinola. Il est de notoriété publique que les Spinola constituaie (...)
  • 35 Ils étaient neveux du banquier Ansaldo Grimaldi, associé à son tour aux Sánchez, nouveaux chrétien (...)

26Ainsi, l’origine de la fable est cet Orazio. Il était le fils de Tobia Pallavicino († 1560) et de Battina Spinola34. Tobia était un homme cultivé, faisant partie de cette aristocratie mercantile génoise sensible aux idées « modernes », qui s’adonnait au mécénat et dont les palais et villas étaient l’exquise manifestation de ce comportement (Magnani, 1988 : 64) – par exemple sa propre villa delle Peschiere, projetée par Galeazzo Alessi, et celle de ses amis et associés les frères Giambattista et Luca Grimaldi35.

  • 36 Tobia était le fils de Francesco Pallavicino et de Violante Grimaldi, veuve en 1534, sœur à son to (...)
  • 37 Giulio était un fils d’Agostino, frère à son tour de notre Tobia.

27Les Pallavicino appartiennent à un important groupe social prééminent à Gênes avec les Spinola, Doria, Centurione-Oltramarini, Lomellino, Imperiale, Di Negro, Giustiniani, Sauli, Negrone – les principales souches de l’oligarchie vecchia d’extraction autant nobile que popolare36. Dans le cas concret de Tobia, ses enfants étaient mariés au sein de ce groupe, très endogamique (voir Battilana, 1825-1833 : « Pallavicini », tav. 20). D’autre part, un de ses neveux, Giulio Pallavicino, dont l’intérêt pour l’histoire était connu, correspondait avec l’humaniste Torquato Tasso, et Cosimo Bartoli lui dédicacera ses Discorsi historici universali (1582)37. Mais Tobia, qui fut ambassadeur en France près de la reine Catherine de Médicis, était aussi banquier et sa richesse était due en grande partie au fait qu’il possédait le monopole de l’alun de Tolfa sous la domination papale. Ses affaires avaient des succursales à Madrid, Lyon, Anvers, Prague, Londres, etc. (Magnani, 1988 : 130). Son frère Alessandro était le correspondant de la famille à Londres vers 1567.

  • 38 Doña Ana était la fille du cavallero principal y demuchos respetos Don Luis Ramírez de Haro et de (...)

28En Espagne, Tobia entra immédiatement en relation avec le puissant favori royal, le cardinal Antoine Perrenot († 1586), fils du chancelier impérial anobli Nicolas Perrenot († 1550), ce sieur de Granvelle qui arriva très haut, bien qu’il « descendit d’une famille du peuple et selon certains était fils d’un serrurier » (Moréri 1753 : 220). Du reste, à cette époque, la Casa Pallavicina avait la prééminence sur d’autres familles génoises à la cour espagnole. De Madrid, son représentant Niccolò Pallavicino dirigeait des affaires importantes avec Anvers, et surtout était agent d’affaires pour l’Angleterre vers 1564-1568. Un parent homonyme proche de notre personnage, Tobia Pallavicino, encore un autre banquier, épousa la noble madrilène Doña Ana de Guevara alors qu’il était « à la cour d’Espagne »38. Pendant ce temps-là, les fils de Tobia s’occupaient des « maisons » de leur firme : Orazio à Anvers, en très bonnes relations avec le duc d’Aershot, et ensuite à Londres ; Fabrizio à Rome et à Tolfa ; Giannandrea à Gênes.

  • 39 He robbed the Pope to lend the Queen/ he was a thiefe […]/he robb’d but Antichrist.

29C’est Orazio qui nous intéresse. Commerçant qui s’enrichit considérablement en Flandres, il se distingua finalement comme mécène en Angleterre. À cette cour, il fut l’objet d’un très grand respect et ne fut jamais traité en « nouveau riche ». Bien au contraire, il était considéré comme un homme très raffiné. Vers 1557, il est « espion catholique ». Un peu plus tard, il se déclara antipapiste, abjura le catholicisme et se fit protestant (1559). On disait alors que Orazio « vola le Pape pour prêter à la Reine/il fut un larron […]/il vola même l’Antéchrist39 [i.e. le Pape] » (apud Stone, 1956 : 3). En 1583, il était considéré comme athée – of no Church. Cette même année, l’Inquisition l’inculpa d’hérésie et il fut brûlé en effigie à Gênes en 1584. On peut imaginer le scandale dans cette ville et la honte de son frère jésuite Camillo Pallavicino. En revanche, une fois naturalisé anglais en 1586, la reine Élisabeth Ire l’arma chevalier en 1587 sans préjudice de sa qualité héréditaire ab origine – déjà en 1579 il se disait nobilis genuensis « à Londres » (Stone, 1956 : 7). Mais à Gênes, sa situation se dégrada tant et si bien qu’il fut privé de son titre de noblesse en 1591.

  • 40 Sur ce personnage, la référence la plus classique que je connaisse est Hauser, 1892.

30À un moment donné, Orazio essaya d’épouser Anne, fille du meneur huguenot François de La Noue40. Mais celui-ci refusa le projet de mariage, imaginant un triste futur pour Anne : « Elle est laide et le Sr. Palavicino est beau gentilhomme. Elle est pauvre et il est riche. Elle n’a esté nourrye ès cours, et il est gentil courtizan. Toutefoys j’estime qu’elle adelapiété. Et qui sçait, s’il l’avoit vue, s’il en seroyt dégouté » (apud Stone, 1956 : 27). Après l’échec de ce beau projet matrimonial, on ne comprend pas très bien pourquoi l’ambitieux Orazio se contenta d’épouser en 1601 Anna Hooftman, une Flamande d’obscure extraction sociale. Son père était un calviniste riche, mais pas assez pour rivaliser socialement avec Orazio. Il se faisait alors appeler Giles Hooftman († 1581), mais son vrai nom était Gielis van Eychelberg. Banquier flamand, c’était un aventurier qui commença sa fortune en étant propriétaire d’une petite échoppe à Anvers, où il était considéré comme marrane. Mais ces Hooftman avaient décidé de poursuivre leur ascension sociale en Angleterre, et c’est là que Cornelius, frère de Giles, deviendra chevalier.

  • 41 Pour tout ce que touche la vie très compliquée du Dr López, cette prétendue « conjuration » et sa (...)

31Sous couleur de commerce, Orazio entretenait d’inquiétantes relations avec de nouveaux chrétiens un peu partout : Anvers, Lisbonne, Madrid, et à Londres même. Puisque les marranes étaient en même temps des chrétiens publics et des juifs cachés, ils étaient considérés de ce fait comme des gens à « double personnalité » et, ceci dit, des menteurs compulsifs « par nature » (anatura). D’ailleurs, et d’accord avec l’opinion générale, la marranerie était « moralement contagieuse ». Orazio, par ses relations commerciales avec les principaux marranes épiciers, se trouva mêlé aux affaires d’espionnage et contre-espionnage international menées par eux. En principe, ces marranes « aidaient » le prieur Dom António, qui voulait arracher le trône portugais à Philippe II d’Espagne et s’était autoproclamé roi, lui qui n’était qu’un fils bâtard sacrilège du feu infant prieur Dom Luís de Portugal et de la marrane Violante Gómez la Pelicana. En fait, Orazio arriva à paraître sur des listes d’espions qui travaillaient pour Philippe II (Stone, 1956 : 244-253). Ce fut, spécialement, quand on découvrit que le Dr Rodrigo López dirigeait une conjuration. Devenu « médecin de chambre » de la reine Élisabeth, Rodrigo était un marrane établi à Londres, ayant fui l’Inquisition en 1558. Il était fier de sa parenté avec la famille maternelle du propre Dom António, qui le « rapprochait de la famille royale portugaise » (Green, 2003 : 58). Selon ses accusateurs, Rodrigo était chargé par les agents de Philippe II d’empoisonner sa royale patiente. Il périt sur l’échafaud en 1594, probablement sans pouvoir en comprendre lui-même la raison authentique, tant il est vrai qu’il avait joué un double ou même triple jeu et que le projet d’empoisonnement de la reine était sûrement une fausse accusation tramée par des politiciens anglais, très compromis, qui voulaient sauver leur peau41.

  • 42 Pour les origines des Bassano, l’agitée vie d’Émilia, ses écrits et son identification avec la Dar (...)

32William Shakespeare s’inspira du Dr López en rédigeant The Merchant of Venice (1598). Le dramaturge connaissait bien les dessous de la marranerie londonienne, lui qui « souffrait » d’un amour torturé pour la courtisane Emilia Bassano, poétesse passionnée maintenant identifiée avec la Dark Lady de ses sonnets. Cette Emilia, une marrane devenue calviniste, qui insultera les Juifs dans sa Salve Deus Rex Judaeorum (1611), appartenait à une célèbre famille de prodigieux musiciens qui jouaient à la cour de la reine. Du reste, si les Bassano s’affichaient comme protestants devant le public anglais, ils se montraient catholiques à Venise et professaient le judaïsme chez eux42.

  • 43 Il était veuf d’une fille du lord Chancellier sir Thomas Bromley. Sir Oliver Cromwell se nommait a (...)
  • 44 a) Battina Pallavicino († 1618). Mariée depuis 1606 avec Henry Cromwell († 1657), fils de Sir Oliv (...)

33En fin, sir Orazio contourna ses problèmes et mourut en 1600, devenu l’un des hommes les plus riches de l’Angleterre. Il eut trois enfants de Lady Anna, qui, une fois veuve, se maria en 1606 avec sir Oliver Cromwell, lui aussi veuf43. Bien que socialement très influent, sir Oliver avait de toute évidence de sérieux ennuis économiques. Pour améliorer sa situation, il entreprit, peu après son mariage avec Lady Anna, de marier les enfants de celle-ci et de sir Orazio avec les enfants qu’il avait eus de sa première épouse ; des mariages donc entre des « faux » demi-frères et demi-sœurs44.

  • 45 Sir Oliver married twice, and from his second marriage to Anne Hooftman […] sprang the story, stil (...)
  • 46 ¿No viste en Inglaterra introducirse un hijo de un carnicero ahazer carnicería de sangre noble?

34Voilà d’où provient la rumeur de marranisme de sir Oliver Cromwell, neveu homonyme du mari de Lady Anna, médisance certainement alimentée par la protection qu’il accordait aux Juifs. En effet, il est évident que le quartier juif dont était porteuse la descendance de sir Orazio ne touchait en rien le Lord-protecteur, mais exclusivement ses cousins germains45. En tout cas cette fausse réputation, ainsi que celle de sa basse extraction sociale, traversèrent les limites géographiques de la Grande-Bretagne : « N’a pas tu vu en Angleterre un fils de boucher s’introduire et faire de la boucherie avec du sang noble ?46 », demandait Baltasar Gracián († 1658) (1980 : 645).

Les Gondi

35À sa mort, en 1595, ce prince portugais bâtard et demi-marrane Dom António qui causa tant d’ennuis à la communauté marrane de Londres, fut enterré à Paris dans la chapelle des Gondi, église Saint-François. Et à son tour, les Gondi étaient fort « suspects » d’être d’extraction marrane. Nous allons le voir.

36Catherine de Médicis, reine de France de par son mariage avec Henri II, a été accusée, et elle l’est encore, de multiples « désordres », parmi lesquels celui de s’être entourée de courtisans juifs convertis, ce qui n’interférait pas sur les opinions de la reine au sujet des marranes : « Les jeans de Montpeler coment sont marans les plus revechés et movés que je vais jamés et tent d’oyseaulx de rapine », écrit-elle (apud Sales de Bohigas, 1986 : 680). En France, et cela va de soi, les Juifs convertis « de la reine » n’étaient pas considérés d’origine française. C’est ainsi qu’on a pu nier que puisse l’être son médecin astrologue Nostradamus, présenté pendant des siècles comme originaire d’Italie alors qu’il ne l’était pas – comme nous le verrons plus bas.

37Dès son arrivée en France, Catherine de Médicis prit contact avec Catherine de Pierrevive, dame du château du Perron. Vers 1560, celle-ci était gouvernante des princes de France et administratrice de la Reine. Avant 1544, alors qu’elle était seulement dame d’atour, elle lui procurait déjà des potions fertilisantes – ce qui montre qu’elles étaient « très intimes ». En fait, cette « guérisseuse » de la reine de France était une bourgeoise lyonnaise qui se maria en 1516 avec Antoine de Gondi [i.e. Antonio Gondi], qui d’après la critique française, n’était qu’un « petit gentilhomme florentin […], notable commerçant à Lyon » (Mariéjol, 1979 : 379 ; Cloulas, 1979 : 130). Cependant, il était très riche avec des affaires importantes au Portugal, dont il investira les bénéfices à Calcutta vers 1503. Vingt ans plus tard, il financera depuis Lyon et Rouen le premier voyage de son compatriote Giovanni da Verrazano en Amérique. Ce dernier fut le premier européen qui arriva dans la baie de New York. Mais son aventure finira mal sur ce continent, quand, impatient et curieux, il descendit le Río de la Plata et fut mangé vif par les cannibales sous les yeux ébahis de ses compagnons restés à bord.

38Il est vrai que les Gondi faisaient beaucoup de commerce, mais cela ne voulait pas dire qu’Antoine fut « un petit gentilhomme florentin ». En vérité, il descendait d’une vieille famille italienne. Ils avaient beau être considérés par les Français comme des parvenus, ils n’étaient pas le moins du monde des immigrants plébéiens italiens qui s’étaient enrichis en France, pas plus que des nouveaux riches, et encore moins des marranes. Pour commencer, il est inexact de parler de « marranes florentins » si ceux-ci n’étaient pas originaires de la péninsule Ibérique, et les Gondi ne l’étaient pas. Son fils Albert de Gondi († 1602), qui deviendra fameux, était né à Florence, mais certainement pas « par hasard » comme les historiens français le prétendent. Il est vrai que les Gondi tenaient des « boutiques ouvertes » à Florence et plus spécialement à Lyon, et qu’ils allaient et venaient constamment d’une ville à l’autre. Le « hasard » est donc tout relatif. D’autres avaient fait de même, comme par exemple les Salviati, dont personne ne mettait en doute l’illustre lignée, lesquels, vers 1540, avaient une entreprise commerciale à Lyon, plus deux à Pise, une autre dans leur Florence natale et encore une autre à Anvers (Hurtebise, 1985 : 216).

39Donc, déjà à son époque, le maréchal Albert de Gondi fut ouvertement accusé d’être marrane :

Un Gondy, Florentin, issu de race de marranes, fils d’un banquier […] et d’une premièrement courtisane, puis maquerelle […]. On l’a vu suivre quelque temps la mule d’un trésorier : depuis il devint clerc d’un commissaire des vivres au camp d’Amiens, peu après mignon de la reine, maître de la garde-robe du roy (Cloulas, 1979 : 360).

  • 47 L’œuvre classique de référence pour Albert de Gondi reste toujours celle Jullien de Pommerol, 1953
  • 48 Retz était une baronnie de son épouse Claudine de Clermont († 1603), qu’elle avait héritée de son (...)
  • 49 Il vendra l’île en 1658 à Nicolas Fouquet, qui devint ainsi marquis de Belle-Isle.
  • 50 Maddalena Bonaiuti, dame d’atour de la reine dès 1552. Voir Mariéjol, 1979 : 82 ; Cloulas, 1979 : (...)
  • 51 Bien que l’on puisse trouver discutables leurs supposées origines grandioses, il est vrai que les (...)

40Albert était déjà en train de « faire son éducation » à la cour de France vers 1533 (Mariéjol, 1979 : 382 n. 35)47. Très aimé de la reine Catherine dont il était valet royal, mignon de Charles IX, il sera fait baron (1574), premier gentilhomme de la chambre royale, maréchal de France (1577), et finalement premier duc de Retz48, pair de France (1581). Ayant acheté l’île bretonne de Belle-Isle à l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé (1572), il en fut créé marquis par le roi de France moins d’un an plus tard (1573). Il y entreprit ipso facto la restauration du chasteau en ruines, et transforma le vieux fort en bois en magasins de marchandises dont il s’accapara aux fins d’un trafic avec les pirates49. Pendant ce temps-là, son oncle Jean-Baptiste de Gondi était toujours banquier en France, et il était surnommé « le compère de la reine ». C’est la Reine elle-même qui l’a marié en 1558 avec la veuve du diplomate et poète Luigi Alamanni50 († 1556). Selon les chroniqueurs français, ce Luigi/Louis naturalisé français était un simple « écrivain » royal d’une famille italienne de marchands de laine. Par contre, selon les Italiens, il était un pur aristocrate florentin. Et ce sont eux qui avaient raison, car son établissement en France était dû à un exil pour des motifs politiques51. Par ailleurs, c’était un humaniste reconnu, ami de Machiavel († 1527).

  • 52 Les Strozzi, Guadagni [fr. Gadagne], Carnesecchi, Balbani, Del Bene [fr. D’Elbène], Cavalcanti, Tu (...)

41En résumé, le maréchal Albert de Gondi fut considéré comme un « petit bélître », responsable de guerres civiles, de beaucoup de crimes et surtout de « pressuration » du Royaume de France. Tout cela, à cause de sa proximité avec les banquiers italiens qui avaient « maison ouverte » en France52 (Mariéjol, 1979 : 360, 379-381 ; Cloulas, 1979 : 380).

42Mais c’est ce cocktail de familles de diverses origines sociales qu’on mettra dans le même sac sous la rubrique bien connue des origines « mesquines ». Par exemple, « on savait et par conséquent on disait » que le financer Sébastien Zamet (1549-1614), naturalisé Français en 1581, était fils d’un cordonnier de Lucques. Il devint baron de Murat et de Billy sous la protection de la reine, qui le maria avec sa dame Madeleine du Tremblay, ce qui fut jugé comme une mésalliance pour la noblesse française. Par contre, le mariage entre Silvia Pico della Mirandola et le comte François III de La Rochefoucauld († 1572), second prince de Marcillac, ne scandalisa personne, car tout le monde savait qu’en Italie, les Pico della Mirandola appartenaient à une très vieille souche « mi-souveraine ». De leur côté, les Bonvisi, très bien considérés à Lucca, étaient traités de marchands à la cour française : on disait même qu’ils étaient marranes (Bayard, 1971). En fait, les Bonvisi, dont certaines branches commerçaient déjà dans tous les centres italiens importants pendant le dernier tiers du XVe siècle, fondèrent jusqu’à six sociétés à Lyon entre 1575 et 1629, toutes dépendantes de la maison mère de Lucca (Heers, 1974 : 233).

  • 53 Le Cardinal voulait parler de Philippe Cospéan († 1646), évêque de Lisieux, effectivement d’origin (...)
  • 54 Il était un frère de Pierre de Gondi († 1676), IIIe duc de Retz. Ses parents étaient le cadet Phil (...)
  • 55 Fille de Léonore d’Orléans († 1573), Ve duc de Longueville, et de Marie de Bourbon.

43Pour en finir : les Gondi, à leurs débuts courtisans français, « valets de cœur » [jeu de mots pour « cour »] de la reine, obtinrent immédiatement des postes exceptionnels au sein des élites françaises – Pierre de Gondi († 1616), premier cardinal de Retz, sera le premier d’une dynastie épiscopale, très vite archiépiscopale, qui durera un siècle – de sorte que, bien qu’on leur rappelât constamment leur origine italienne, ils se considéraient comme français de pure souche et ils se sentaient si parisiens que le siège épiscopal de cette capitale leur revenait tout « naturellement ». Voilà pourquoi il ne nous paraît pas étrange d’apprendre que Jean-François-Paul de Gondi († 1679), IIIe cardinal de Retz, pût opiner que Monsieur de Lisieux, son maître d’origine flamande, n’avait pas le droit de prétendre à l’Église de Paris parce qu’il était « étranger » et il profitait de l’occasion pour dire qu’il n’était qu’un « bonhomme d’une naissance fort basse »53 (Retz, 1998 : 260). En fait, le cardinal était la dernière personne à pouvoir émettre de tels propos méprisants, alors que ses propres origines sociales étaient à l’époque très controversées en France. Il écrivait dans ses célèbres Mémoires écrites entre 1662 et 1678 : « Je sors d’une Maison illustre en France et ancienne en Italie54 » (Retz, 1998 : 220). Mais ses ennemis profitaient du fait qu’il était laid et noiraud pour insister sur la supposée obscure origine de sa famille. Pendant ce temps, il tirait à boulets rouges contre les origines des autres, tant il est vrai que ceux qui sont méprisés socialement méprisent toujours ceux qui sont encore plus médiocres. Quoi qu’il en soit et devant les yeux ébahis de leurs détracteurs, les Gondi arrivèrent à s’apparenter à la maison royale française lorsque Charles de Gondi († 1595), fils prédécédé d’Albert, épousa Antoinette d’Orléans, fille du Ve duc de Longueville55. Ceci dit, les Français exagéraient beaucoup à propos de l’extraction sociale des Gondi qui, en vérité, appartenaient à la lignée d’une des principales familles de Florence. En Italie, par contre, ces Gondi « français » étaient encore cités en 1754 comme un complément à l’ancienne grandeur de la souche florentine :

  • 56 Dicono d’esser venuti di Roma, quando fu restaurata Firenze da Carlo Magno, ma non si sa con quale (...)

L’on dit qu’ils sont venus de Rome [à Florence], quand Florence a été libérée par Charlemagne, mais l’on ne sait sur quelle base. De toute façon, ils sont très anciens à Florence, où ils possèdent un palais, la tour de Santa Maria degli Ughi, et des seigneuries de châteaux à la campagne. Il y en eut des consuls et des anciens avant le Priorato […]. En France, des maréchaux, des ducs et des pairs, qui ont obtenu les premiers charges du royaume ; et trois cardinaux évêques de Paris ; et Gio-Francesco a été le premier archevêque de cette métropole56 (Mecatti, 1754 : 59-60).

Nostradamus57

  • 57 Notredame est la forme actuelle qui correspond à l’archaïque Nostredame, du provençal Nostradàma, (...)
  • 58 Devenue plus tard reine Jeanne III de Navarre.
  • 59 Pierre d’Hozier est l’auteur de Les noms, surnoms, qualitez, armes et blasons des chevaliers & off (...)

44L’auteur controversé des fameuses Prophéties publiées pour la première fois en 1555, entre officiellement à la cour de Catherine de Médicis cette même année, non seulement grâce à sa réputation mais encore grâce à la protection directe de la maison de Savoie. Il bénéficie surtout de celle de Claude de Savoie, comte de Tenda, grand sénéchal du duché de Savoie, gouverneur de Provence qui « l’aimait et estimait assez » depuis longtemps. Dès son arrivée, Nostradamus obtient l’« admiration » de très importants personnages, et tout spécialement celle du très important Anne de Montmorency, connétable de France et hiérarchiquement premier baron du royaume – et contrairement à ce qui est établi, il n’est pas évident que ce fût seulement dans l’intention de plaire à la reine. Nostradamus, dans sa maison de Salon, reçut les visites, entre autres, de la princesse Marguerite de Valois et du roi Charles IX. En vérité, ses relations avec la haute aristocratie et la royauté n’étaient pas nouvelles, puisque, vers 1545, il avait déjà dédicacé son Orus Apollo à la princesse huguenote Jeanne d’Albret58. Enfin, à la cour de la reine Catherine, le maître Nostradamus ne fut pas seulement médecin de la famille royale et de ses courtisans, mais il en dressait aussi les horoscopes. Marié avec la riche Anne Ponsarde, il mariera ses fils et ses filles au sein de la bonne société. De son côté, son frère Bertrand de Notredame (1518-après 1602), qui fut nommé écuyer, possédait le domaine de Roussan, et il servait comme capitaine le même comte de Tenda que nous venons de citer. Il obtint pour sa progéniture des mariages avantageux. L’un de ses fils, César de Notredame († 1629), auteur d’une Histoire et chronique de Provence (1614), passa sa vie à essayer de « redorer » les origines de la famille. Ce n’est pas par hasard qu’il était le cousin du gentilhomme provençal Pierre d’Hozier († 1660), sieur de La Garde, qui en 1624 entra à la cour de France où il fut nommé juge d’armes59 (1641).

45Mais cela ne veut pas dire que les ennemis de Nostradamus oubliassent les origines de sa famille, détail jugé déterminant à l’époque pour juger la moralité de quiconque. En effet, Michel de Notredame († 1566) descendait de Juifs provençaux, circonstance plus ou moins publique que ses détracteurs vantaient pour dénoncer les « mensonges » puisqu’il était admis que, comme nous l’avons signalé plus haut, l’on assurait partout que les Juifs sont « toujours des menteurs ». Déjà en 1558, Jean de La Daguenière dénonçait que les écrits de Nostradamus « sentent encores leur Judaisme à pleine gorge » (Nostradamus, 2000 : 25). À son avis, on devrait le qualifier de circoncis : retaillat, « terme se me semble de quoy on use fort peu souvent aillieurs qu’en Provence ; et qui n’est propre qu’à ceux qui sont yssus, descendus & extraictz des tribus & races de Judée »(Le Monstre d’Abus, 1558).

46Selon certains, les ancêtres de Nostradamus étaient originaires de l’Italie, où ils se seraient établis après avoir fui l’Espagne. Nostradamus serait donc d’ascendance marrane. En fait, Nostradamus était fils de Jaume de Notredame († 1547), marchand, bailleur de fonds puis notaire, et de Reynière, une fille du médecin Jean de Saintrémy qui servit à la cour royale. Bien que l’on ait pour habitude de dire que ces Saintrémy étaient de vieux chrétiens, il est probable qu’ils fussent juifs convertis et, de toute manière, il paraît clair que les Notredame l’étaient. L’on sait que :

  1. Ce Jaume de Notredame était le fils d’un autre bailleur de fonds et négociant en céréales, le néophyte Pèirot de Notredame [jadis Vidon Gassonèt] († c. 1484), habitant d’Avignon, baptisé vers1455.
  2. Pèirot était fils du néophyte Arnauton de Vélorgues [jadis Daviu Gassonèt] († 1473 ?), marchand à Avignon, christianisé à Carcassonne vers 1453.

47En effet, la famille procédait sûrement du quartier juif de Carcassonne (Leroy, 1993 : 14-51). Pèirot, alors encore le Juif Vidon, se maria deux fois : d’abord avec Estelha Crescas ; et, une fois veuf, avec sa parente Bonastruga Gassonèt. Cette dernière eut des problèmes car, ne voulant pas abandonner la foi de ses ancêtres, il la répudia selon la coutume des Juifs – more judaico – quand il décida de se baptiser (1463). Ensuite Pèirot se maria, en troisièmes noces, avec une Juive convertie : Blànca, fille du médecin néophyte Pèirot de Santamaria qui finira poursuivi à cause d’expériences occultistes et « d’excès verbaux » commis en compagnie d’une nommée Pàcha, sa maîtresse noire.

  • 60 Par exemple, le philosophe ésotériste Jean-Charles Pichon († 2006) écrit que, à la naissance de No (...)
  • 61 On calcule entre 300 et 350 le nombre de familles de Juifs « français » établis en Aragon et Major (...)
  • 62 « Quoi qu’il en soit, avec plus ou moins d’enthousiasme, bon nombre de Juifs français s’installère (...)

48Les origines italiennes attribuées aux ancêtres de Nostradamus brillent donc par leur absence. D’ailleurs, on ne voit pas très bien comment ils seraient arrivés en Italie, ou même directement en Provence, expulsés de l’Espagne au XIIIe siècle : c’est un anachronisme60. L’expulsion des Juifs de l’Espagne, chacun le sait, fut décrétée en 1492. D’ailleurs, même si les Notredame avaient eu une origine « espagnole » antérieure à cette date, ils pourraient très bien provenir du Languedoc, dont les Juifs, expulsés en 1306, s’établirent au nord-est de la péninsule Ibérique (Aragon, Catalogne, Majorque, Navarre)61. Ils seraient, donc, descendants de Juifs « français62 ».

Les Babou

  • 63 Gabrielle était la fille d’Antoine III d’Estrées († 1609), lui-même fils de Jean d’Estrées et de C (...)

49Gabrielle d’Estrées († 1599), première duchesse de Beaufort (1597), célèbre maîtresse du roi Henri IV, se targuait d’être apparentée à la maison royale par sa grand-mère Catherine de Bourbon. Dans ce cas-là, vu l’« énormité » de sa filiation, il n’était pas très important que cette Catherine fût officiellement de lignée bâtarde63. Par conséquent, les courtisans aimaient à « compenser » la généalogie en rappelant la roture de la mère de Gabrielle, la riche Françoise Babou. Riche, elle l’était, et aussi adultère, bien que cela n’eût pas grande importance dans les cercles courtisans. Françoise était galamment chantée sous le poétique appellatif d’Astrée – jeu de mots avec le nom du mari – par le poète Pierre de Ronsard dans ses Sonnets et madrigals pour Astrée (1578) au nom, paraît-il, de Bérenger du Gast, un autre amant de Françoise : « Ronsard, voulant aux astres s’élever/Fut foudroyé par une belle Astrée » (Ronsard, 1974 : 261-275).

  • 64 « [Babou] nom qui, de l’obscurité roturière où il s’était transmis de génération en génération dan (...)

50En revanche, pour Marie de Médicis, reine à son tour socialement très critiquée, Gabrielle n’était qu’« une femme de si basse extraction » (Castelot, 1999 : 238, 240). Ceci, parce qu’elle était une arrière-petite-fille paternelle de Philibert Babou (fl. 1500), un usurier enrichi que l’on qualifiait de « petit juif ». Son ascension sociale ne fut pas très propre, et son « mauvais sang » était considéré coupable du moindre signe de perversion observé chez ses descendants64. Bien sûr, être descendant de Juifs – marranes ou d’autres – n’était pas le seul élément du « mauvais sang », mais il l’était par excellence. Pour ce qui concerne ce concept, il faut signaler qu’il exprimait un « défaut » héréditaire déterminé apriori par l’extraction sociale de la famille, laquelle portait en elle-même les « vices » inhérents à la roture. Par exemple, Anne d’Orléans († 1693), Ve duchesse de Montpensier, la Grande Mademoiselle, méditait sur la charge de cet héritage génétique, très préoccupée du fait que la « mauvaise race » [sic] de sa grand-mère paternelle Marie de Médicis puisse prévaloir dans son comportement sur l’influence de ses autres quartiers – surtout, sur celui de la maison royale de France. Ainsi, elle pensait que les « défauts » de son père Gaston d’Orléans provenaient du sang Médicis : « La nature et le sang, en les rencontres ne donnent que de la terreur ; et même je pensais en moi-même que le venin des Médicis pouvait être venu en moi. » Mais, en même temps, elle se réjouissait « à la pensée que le sang des Bourbons et leur bonté ont prévalu en elle » (Amiguet, 1957 : 285). Selon ce qu’elle raconte elle-même, c’est l’héraldiste Pierre d’Hozier qui, vers 1655, « [me fit] connaître que j’étais de la plus grande et de la plus illustre maison du monde, ce qui est assez agréable à savoir à une personne de mon humeur » (Montpensier, 2005 : 227). Mais nous pouvons douter de cette tardive « découverte », puisqu’elle-même écrivit ce surprenant commentaire en référence à sa grand-mère maternelle Madame de Guise, née Henriette de Joyeuse († 1656), Ve princesse de Joinville : « La naïveté avec laquelle je veux parler de tout ce que je vais raconter me fait remarquer ici un trait de mon enfance. Quand on me parlait de Mme de Guise, ma grand-mère, je disais : Elle est ma grand maman de loin ; elle n’est pas reine » (Montpensier, 2005 : 26). Extraordinaire, cette application du concept de « distance » au degré d’une immédiate parenté sous-estimée. Enfin, deux siècles plus tard, la princesse Marie Bonaparte, psychanalyste freudienne, s’horrifiait à la pensée qu’elle-même pouvait être héritière d’instincts assassins [sic] à cause de son sang Buonaparte : « Mon arrière-grand-oncle Napoléon, quel assassin monumental ! » (Bertin, 2004 : 13).

  • 65 Puisque Marie Babou – une petite-fille de Philibert – se maria en 1560 avec Claude de Beauvillier, (...)

51De Philibert Babou, l’on soupçonnait qu’il descendait d’une lointaine et obscure origine marrane catalane, mais sans en apporter de preuve. En tout les cas, son supposé « mauvais sang », avec ou sans la « tache juive », se serait transmis évidemment à la descendance que son arrière-petite-fille Gabrielle d’Estrées donna au roi à travers son fils César de Bourbon († 1665), IVe duc de Vendôme (1598), légitimé de France. Et ce « mauvais sang » entra aussi dans la parenté de l’orgueilleuse Diane de Poitiers65.

  • 66 Charlotte était fille de Henri I er de Montmorency († 1614), connétable de France, et de Louise de (...)

52D’un autre côté, Isabeau Babou, dame d’Alluyes, une sœur de Françoise, était admirée par le même Ronsard dans son Élégie du printemps. Elle se maria avec François d’Escoubleau, marquis de Sourdis. Le moment venu, la veuve Isabeau chercha une fiancée pour son fils et très riche héritier Charles, né en 1588 et suivant marquis du même titre. Ainsi, elle choisit Charlotte de Montmorency66 († 1650), sans même demander de dot à la fiancée (Noailles, 1924 : 41-42). Elle était fille du connétable Henri Ier de Montmorency, qui « n’estut pas un honnête homme », aux yeux du roi Henri Ier. Cependant, ceci n’avait rien à voir avec des questions d’ordre strictement social : le roi considérait qu’une alliance des Montmorency avec les descendants des Babou était une flagrante mésalliance, et il ne permit pas le mariage.

Les Nogaret

  • 67 Continuation de ce qui s’est passé sous les Regnes de Philippe le Bel, et de Louis, son fils aîné, (...)
  • 68 La vanité des Nogaret était telle que, vers le milieu du XVIIe siècle, Bernard de Nogaret († 1661) (...)

53Aux XVIe-XVIIe siècles, ils étaient barons, puis ducs d’Épernon et pairs de France (1581), comtes de Candale (1611, par succession) ; plus tard, ils furent ducs du même titre et à nouveau pairs de France, marquis puis ducs de La Valette et encore pairs de France (1631). Il est évident qu’ils appartenaient à la haute noblesse française, mais cela n’empêchait pas que « de notoriété publique, leur famille n’était pas noble d’origine ». C’est ce qu’écrivait l’historien et philosophe Henri de Boulainvilliers67 († 1722). Leur généarque était Guilhèm de Nogaret († 1314, empoisonné). Secrétaire royal, il devint immensément riche à l’ombre du roi Philippe IV de France, dont il fut le chancelier et « l’âme damnée ». Il finançait la couronne avec son propre argent. Mais Guilhèm est surtout tristement célèbre pour avoir été le grand responsable de l’expulsion des Juifs de France (1306) ; pour ses abominables accusations contre les Templiers, dont il tira de gros avantages sur leurs biens expropriés (1307) ; et pour avoir manipulé de façon incroyable le procès pour sorcellerie contre l’évêque de Troyes (1308). D’ailleurs, il est l’archétype du fonctionnaire pervers. Il était legium professor de l’université de Toulouse vers 1291, et obtint le titre de chevalier en 1299. La descendance de cet obscur et méphistophélique Guilhèm prospéra et accumula charges et fiefs, et la vanité des Nogaret devint proverbiale68.

  • 69 Boulainvilliers, loc. cit.
  • 70 Je soupçonne que cette idée de la marranerie des Nogaret puisse avoir un lien imaginaire avec l’im (...)

54Guilhèm fut le protagoniste d’une scène stupéfiante quand il gifla publiquement le pape Boniface VIII avec son gantelet de fer, en réponse à l’insulte que celui-ci lui avait adressée (1303). L’insulte était de l’avoir appelé « juif ». Dans ses Lettres aux parlements, très bien documentées, Boulainvilliers se réfère sans ambages à cette origine : « Tel fut entr’autres Guillaume de Nogaret, auparavant Docteur ès Loix de l’université de Toulouse, qui fut un de ceux qui se distinguèrent le plus par ses emportements contre le Pape, et qui lui reprocha qu’il étoit fils d’un Juif qu’il avoit autrefois fait brûler à Toulouse69 ». Même s’il attaqua les Juifs de France, il serait un nouveau chrétien d’origine languedocienne, contre ceux qui ont prétendu qu’il était « issu de race de marranes » et contre ceux qui ont précisé même que les Nogaret appartenaient à une famille de conversos aragonais70. En effet, et comme pour le cas des Notredame, la chronologie ne nous permet pas de soutenir cette opinion.

Conclusion

  • 71 Du fait que les xuetes, descendants « officiels » des Juifs convertis majorquins, étaient identifi (...)

55Si « marrane » était, donc, un péjoratif d’origine ibérique, il a été vite adopté hors de la péninsule Ibérique pour stigmatiser des gens qui, du fait de ce qualificatif, seraient d’origine généalogique et juive et espagnole/portugaise. C’était un moyen expéditif d’éviter la « responsabilité génétique du défaut » en la déplaçant vers la société qui, justement, avait conçu le concept. Mais il faut faire une remarque : en Espagne, même si la société était « obsédée » par la « tache juive », tout le monde se savait suspect de porter du sang juif par n’importe quel proche ou lointain quartier – à l’exception des vieux chrétiens « officiels » de Majorque, qui étaient « sûrs » de leur pureté de sang71. Appelés devant les tribunaux de l’Inquisition, tant les accusés que les témoins devaient commencer par exposer leur généalogie et, en général, ils le faisaient sincèrement, car mentir aux inquisiteurs était très grave. En 1557-1558, au procès contre le sculpteur Esteban Jamete, le chirurgien maître Andrés se présente comme fils du marchand Francisco de Requena, et il dit « que de ce côté il est certain qu’il est vieux chrétien », mais qu’« il est descendant de convertis de juifs » de la part de sa mère Inés Carrillo. Un autre témoin, le greffier Ginés de Gumiel, reconnaît directement qu’il est un descendant de convertis. L’accusé, de son vrai nom Étienne Jamet, après avoir signalé « qu’il est d’origine française, et qu’il est de la ville d’Urliens », trouve tout naturel de donner cette explication sur ses origines : « Et qu’il est d’une famille de gens de sang pur et, qu’en France, il n’y a que des chevaliers, gentilhommes, seigneurs ou ouvriers et, qu’en France, il n’y a pas de Juifs, ni de Maures, ni d’esclaves »(apud Turcat, 1994 : 339-383). Il est clair que cette généralisation n’a rien à voir avec la réalité sociale du pays. En tout cas, l’important, pour l’observateur, est qu’elle montre la conviction qu’en France en l’occurrence mais aussi dans d’autres pays, naturellement en dehors de la péninsule Ibérique, la redoutable marranerie était en soi jugée « étrangère ».

  • 72 Discendeva da ebrei sefarditi rifugiatisi nei Paesi Bassi acausa dell’Inquisizione. Russell Warren (...)

56Pour en finir, nous fournirons un exemple des commencements du XXe siècle : Après le scandale de l’espionnage de Mata Hari et sa fusillade à Vincennes en 1917, les habitants de sa ville d’origine, Leeuwarden, disaient que, en fait, elle descendait de Juifs espagnols établis aux Pays-Bas en fuyant l’Inquisition72. C’était absolument faux. Tout le monde savait que Margaretha-Geertruida Zelle alias Mata Hari, née en 1876, était la fille d’un riche bourgeois baptiste commerçant en chapeaux, et que sa mère appartenait à la vieille noblesse locale. Mais, pour ses compatriotes, une vraie Hollandaise n’aurait pas pu être une traîtresse au service de l’Allemagne. Voilà : ne « pouvant » de par son comportement politique, être de vraie souche hollandaise, la honteuse Mata Hari devenait d’origine marrane.

Bibliographie

Références bibliographiques

Amiguet, Philippe, 1957. Une princesse à l’école du Cid : La Grande Mademoiselle et son siècle d’après ses mémoires. Paris, Albin Michel.

Arqués, Jover Agustín de, 1966 [1678]. Nobiliario alicantino. Alicante, éd. Luis Mas y Gil/Ayuntamiento de Alicante.

Assis, Yom Tov, 1983. « Juifs de France réfugiés en Aragon, XIIIe-XIVe siècles », Revue des études juives, 142 : 285-322.

Atienza, Julio de, 1959. Nobiliario español. Madrid, Aguilar.

Barrionuevo de Peralta, Jerónimo de, 1996. Avisos del Madrid de los Austrias y otras noticias, introduit et édité par J. M. Díez Borque. Madrid, Consejería de Educación yCultura.

Batllori, Miquel, 1994. La família Borja. València, Tres i Quatre.

– dir., 2002-2005. Diplomatari Borja, I-III. València, Eliseu Climent.

Battilana, Natale, 1825-1833. Genealogie delle famiglie nobili di Genova. Genova, Fratelli Pagano.

Bayard, Françoise, 1971. « Les Bonvisi, marchands banquiers à Lyon, 1575-1629 », Annales : Économie, Sociétés, Civilisations, 6 :1234-1269.

Bertin, Célia, 2004. Marie Bonaparte. Paris, Perrin.

Bizzocchi, Roberto, 1995. Genealogie incredibili : Scritti di Storia nell’Europa moderna. Bologna, Il Mulino.

Boulainvilliers, Henri comte de, 1727. Lettres aux Parlemens : Histoire abrégée des Parlemens […], VII. Amsterdam/La Haye, La Compagnie. [Éd. posthume].

Burcardo, Giovanni, 1983. Alla Corte di cinque papi : journal 1483-1506. Milano, Luca Bianchi. [= Johannis Burckardi capelle pontificie magistri ceremoniarum Liber Notarum ab anno MCCCCLXXXIII usque ad annum MDCV].

Burckhardt, Jacob, 1996. La cultura italiana del Renacimiento en Italia. Madrid, Edaf. [Éd. originale Die Kultur der Renaissance in Italien. Basel, Schwieghauser, 1860].

Cantera Burgos, Francisco, 1952. Álvar García de Santa María ysu familia de conversos : Historia de la Judería de Burgos ysus conversos más egregios. Madrid, Instituto Arias Montano.

Caro Baroja, Julio, 1978. Los Judíos en la España Moderna yContemporánea, I-III. Madrid, Istmo.

Castelot, André, 1999. La Reine Margot. Paris, Perrin.

Cloulas, Ivan, 1979. Catherine de Médicis. Paris, Fayard.

Costantini, Claudio, 1987. La Republica di Genova. Torino, UTET.

Duran, Eulàlia, 2004. Estudis sobre cultura catalana al Renaixement. València, Eliseu Climent.

Elliott, John Huxtable, 1991. El Conde-Duque de Olivares : el político en una época de decadencia. Barcelona, Crítica.

Fernández de Oviedo y Valdés, Gonzalo, 1989. Batallas y Quinquagenas, introduction de J. B. de Avalle-Arce. Salamanca, Diputación de Salamanca.

– 2000. Batallas y Quinquagenas, édité par J. P. de Tudela y Bueso. Madrid, Real Academia de la Historia.

Finestrat, barón de, 1983. Nobiliario alicantino. Alicante, Instituto de Estudios Alicantinos.

Guilloche, Raymond, 1869. La Prophétie du Roy Charles VIII par Maître Guilloche [...] Publiée pour la première fois d’après le manuscrit unique de la Bibliothèque Impériale par le Marquis de La Grange. Paris, Académie des bibliophiles.

Fraser, Antonia, 1997. Cromwell : Our Chief of Men. London, Mandarin.

Froissart, Jean, 1824. Chroniques, livre iv, édité par J. A. C. Bouchon. Paris, Verdières.

Giménez Fernández, Manuel, 1984. Bartolomé de las Casas, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas.

Godfroy, Marie-France, 2004. « Les exilés du Languedoc : Cartographie d’une dispersion », in G. Dahan dir., L’expulsion des Juifs de France, 1394. Paris, Éditions du Cerf, 176-186.

Godoy Alcántara, José, 1868. Historia crítica de los falsos cronicones, 1599-1713. Madrid, Rivadeneyra.

Gómez Zorraquino, José Ignacio, 1987. La burguesía mercantil en el Aragón de los siglos XVI y XVII. Zaragoza, Gobierno de Aragón.

Gracián, Baltasar, 1980. El Criticón, édité par S. Alonso. Madrid, Cátedra.

Green, Dominic, 2003. The Double Life of Doctor López : Spies, Shakespeare and the Plot to Poison Elizabeth I. London, Century.

Grendi, Edoardo, 1997. IBalbi : Una famiglia genovesa fra Spagna eImpero. Torino, Einaudi.

Hauser, Henri, 1892. François de La Noue. Paris, Hachette. [Réed. Paris, Slatkine, 1970].

Heers, Jacques, 1974. Le clan familial au Moyen Âge : Étude sur les structures politiques et sociales des milieux urbains. Paris, Presses universitaires de France.

Hermann-Röttgen, Marion, 1994. La familia Borja : Historia de una leyenda. Valencia, Institución Alfonso el Magnánimo. [Éd. originale Die Familie Borgia : Geschichte einer Legende, Stuttgart/Weimar, J. B. Metzler, 1992].

Hervella Vázquez, José, 1992-1993. « Uncronicón de origen orensano : la Historia de Don Servando, obispo de Orense », Porta da Aira : Revista de Historia del Arte orensano, 5 :171-93.

Hurtebise, Pierre, 1985. Une famille-témoin : Les Salviati. Città del Vaticano, Biblioteca Apostolica Vaticana.

Jullien de Pommerol, Marie-Henriette, 1953. Albert de Gondi, maréchal de Retz. Genève, Droz.

Keniston, Hayward, 1980. Francisco de los Cobos, secretario de Carlos V. Madrid, Castalia.

Lasocki, David et Prior, Roger, 1998. The Bassanos : Venetian Musicians and Instruments Makers in England, 1531-1665. Ashgate, Aldershot/Scholar Press.

Leroy, Edgar, 1993. Nostradamus : Ses origines, savie, son œuvre. Marseille, Laffitte Reprints.

Magnani, Lauro, 1988. Il Tempio di Venere : Giardino e Villa nella cultura genovese. Genova, Sagep.

Mariéjol, Jean-Hippolyte, 1979 [1920]. Catherine de Médicis, 1519-1589. Paris, Tallandier.

Martínez Ferrando, Jesús Ernesto, 1943. Privilegios otorgados por el Emperador Carlos v en el Reino de Nápoles : Sicilia aquende el Faro. Barcelona, Consejo Superior de Investigaciones Cientificas.

Martínez Morellá, Vicente, 1956. Linajes yblasones de la ciudad de Alicante. Alicante, Comisión Provincial de Monumentas..

Mecatti, Giuseppe Maria, 1754. Storia genealogica della Nobiltà e Cittadinanza di Firenze, Napoli, Giovanni di Simone.

Menéndez Pidal, Ramón, 1991 [1947]. Los Españoles en la Historia. Madrid, Espasa-Calpe.

Moliner, María, 1994. Diccionario de uso del español, I-II. Madrid, Gredos.

Moncada, Sancho de, 1974. Restauración política de España, édition à charge de Jean Vilar. Madrid, Instituto de Estudios Fiscales. [Éd. originale Madrid, Luis Sánchez, 1619].

Montpensier, 2005. Mémoires de la Grande Mademoiselle, édition présentée et annotée par B. Quilliet. Paris, Mercure de France.

Morales Roca, Francisco José, 1983. Próceres habilitados en las Cortes del Principado de Cataluña, siglo XVII, II, Madrid, Hidalguía.

Moréri, Louis, 1753. El Gran Diccionario histórico ómiscellanea curiosa de la Historia sagrada yprofana, t. vii, édité par Don Joseph de Miravel y Casadevante. Paris, Acosta de los libreros privilegiados [Éd. originale Le Grand Dictionnaire historique, Lyon, J. Girin/B. Rivière, 1674, considérablement élargie au fur et à mesure des rééditions].

Moulinas, René, 1992. Les Juifs du Pape : Avignon et le Comtat Venaissin. Paris, Albin Michel.

Noailles, vicomte de, 1924. La mère du Grand Condé : Charlotte-Marguerite de Montmorency, princesse de Condé (1594-1650). Paris, Émile-Paul Frères.

Nostradamus, 2000. Presagios perdidos : en verso, 1555-1567 ; enprosa, 1550-1559, introduit et édité par B. Chevignard. Madrid : Del Taller de Mario Muchnik.

Pérez de Guzmán, Fernán, 1998. Generaciones ysemblanzas, édition de J. A. Barrio Sánchez. Madrid, Cátedra.

Pichon, Jean-Charles, 2002. Nostradamus : La vie. Paris, E-dite.

Porqueres i Gené, Enric, 1995. Lourde alliance : Mariage et identité chez les descendants de juifs convertis à Majorque, 1435-1750. Paris, Kimé.

Quintana, Jerónimo de, 1629. A la Muy Antigua, Noble y Coronada Villa de Madrid : Historia de su antigüedad, nobleza y grandeza. Madrid, Imprenta del Reyno.

Rabelais, François, 1994. Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon et François Moreau. Paris, Gallimard

Retz, cardinal de, 1998. Mémoires précédés de la Conjuration du Comte de Fiesque, texte établi, présenté et annoté par S. Bestière. Paris, Garnier. [Éd. originale, posthume, 1717].

Ritter, Raymond, 1947. Charmante Gabrielle. Paris, Albin Michel.

Ronsard, Pierre de, 1974. Les Amours, édité par Albert-Marie Schmidt. Paris, Gallimard.

Roth, Cecil, 1962. Essays and Portraits in Anglo-Jews History. Philadelphia, Jewish Publication Society of America.

– 1979. Los judíos secretos : Historia de los marranos. Madrid, Altalena. [Éd. originale AHistory of the Marranos, Philadelphia, Jewish Publication Society of America, 1932].

Russell, Warren Howe, 1996. Mata Hari : La vera storia. Milano, Mondadori.

Sales de Bohigas, Núria, 1986. « Naturals i alienígenes : Un cop d’ull a algunes naturalitzacions dels segles xv a xviii », in Studia in honorem prof. M. de Riquer, Barcelona, Quaders Crema : 675-705.

Serra di Cassano, Alexandra et al., 1999. I Serra. Torino, Testo & Immagine.

Stone, Lawrence, 1956. An Elizabethan : Sir Horatio Palavicino. Oxford, The Clarendon Press.

Turcat, André, 1994. Étienne Jamet alias Esteban Jamete : Sculpteur français de la Renaissance en Espagne condamné par l’Inquisition. Paris, Picard.

Valverde Fraikin, Jorge, 1991. Títulos nobiliariosandaluces : Genealogía y toponimia. Granada, Editorial Andalucía.

Williamson, Audrey, 1990. The Mystery of the Princes : AnInvestigation into a Supposed Murder. Gloucester, Alan Sutton.

Wroe, Ann, 2004. Perkin : A Story of Deception. London, Vintage.

Notes

1 [El secretario real Lope de] Conchillos y el vicecanciller [Antonio Agustín] son aquí […]. Si yo no atajase la marranalla que aquí está, ya estuviera hecha sinagoga. Voir Duran, 2004 : 455 ; Keniston, 1980 : 33 ; Giménez Fernández, 1984 : 8-9. Lope de Conchillos († 1521), issu d’une importante famille de conversos de Tarazona, deviendra bientôt secrétaire royal à vie. Son descendant par voie féminine, le fameux comte-duc d’Olivares (1587-1645), souffrira de moqueries à cause de cet ancêtre d’extraction juive (voir Caro Baroja, 1978 : II, 16 ; Elliott, 1991 : 29-31).

2 Au sens légal, mahram s’applique aux individus dont le mariage est interdit aux musulmans

3 Par exemple : diminutifs marranchón, marrancuelo, marranín, marranico, marranillo, marranito, marranuelo ; superlatifs marranazo, marrancho, marranón, marranote.

4 Del tiempo que los Judíos estuvieron en España se llama el puerco marráno. Real Academia Española, Diccionario de la Lengua Castellana […] dedicado al Rey Nuestro Señor Don Phelipe V, iv, Madrid, 1734 : 504.

5 Pantagrueline Prognostication, v (= Rabelais, 1994 : 929).

6 La fortuna spira ad questi marrani.

7 Même si les ancêtres des Borja étaient d’une extraction sociale relativement modeste, ils appartenaient à une vieille famille chrétienne de Valence (voir Batllori, 1994 ; pour les pièces justificatives, voir Batllori, 2002-2005).

8 Senza la luce della Grazia, senza la Croce, e senza Dio.

9 Don Servando, obispo de Orense, uno de los más antiguos genealogistas, opina que desciende[n] delRey godo Gundemaro, que fundó un solar junto a Entenza, lugar donde los reyes godos criaban asus hijos (Atienza, 1959 : 429). L’œuvre du présumé évêque, Cronicón de Don Servando, aurait été transcrite et mise à jour par l’évêque Pedro Seguino (fl. 1150), un personnage historique. Mais il y a longtemps que ce Cronicón est considéré comme un faux manifeste de la première moitié du XVIIe siècle (Godoy Alcántara, 1868 : 284-288). Voir dernièrement Hervella Vázquez, 1992-1993.

10 Nunc Guzmán, tunc […] erat Gundemarus ? : J. W. Imhof, Genealogiae viginti illustrium in Hispaniae familiarum, Lipsiae, 1712 (apud Bizzocchi, 1995 : 58).

11 Par exemple, d’une autre des plus vieilles souches ibériques, les Manrique de Lara seraient des descendants du roi Recarède Ier († 601). Voir Bizzocchi, 1995, où l’auteur s’occupe du poids idéologique du « sang germanique ».

12 Porque la avía parido deseando aver fijo varón.

13 « Memorial del linaje », in Cantera Burgos, 1952 : 60, 276 sq.

14 Relation que le Cardinal & Archeueque de Burgos Mre. Jean de Mendoza et Bobadilla mis entre les mains du Roy D’Espagne Phelipe 2me […], ms. daté à Madrid le 19 de mars 1725 (Arxiu de Can Vivot, Palma).

15 Y como esta nuestra nasción es envidiada de los estranjeros, dicen que todos los españoles son marranos yque en todos los que llamamos nobles ydeapellidos ilustres, nos enseñarán [sic] marranos o conversos.

16 Porque los estranjeros e enemigos de nuestra nasción dizen que todos son modernos los nobles de nuestra patria, y aún marranos nos llaman a boca llena los italianos e franceses.

17 En eso, en parte tienen razón y en parte no se entienden.

18 Y no avrá quien se acuerde de su defectuoso orígen, y quedarse han por nobles, mezclando su ruín casta con los mejores […]. ¿Sabéis que veo que […] no los reusarán en sus matrimonios si trahen dineros? ¿Y quantos havemos vistovos y yo mezclados?

19 Pues es refrán de Italia : spagnoleto marrano.

20 Soy tan hidalgo como el Rey, y aún más, porque él es medio flamenco.

21 Le généarqueest Wilhelm Jäger [plus tard Guillem Caçador] (fl. 1520), chausseur de Bâle établi à Vic. Son fils Francesc Caçador, enregistré comme marchand à Barcelone en 1545, obtint le privilège de chevalier en 1548. Une génération plus tard, un fils de celui-ci, le donzell Gabriel Caçador fut anobli avec usage du Don en 1585. Voir Morales Roca, 1983 : 186-187.

22 Don Alfonso Álvarez de Bohorques, IIe marquis de Los Trujillos. Fils né illégitime, après légitimé, de Don Antonio Álvarez de Bohorques († 1640), premier vicomte de Caparacena (1627) et marquis de Los Trujillos (1629), alguacil mayor de l’Inquisition de Grenade, chevalier de l’Ordre de Santiago, membre du Royal Conseil des finances. Sa descendance adoptera plus tard le nom Álvarez de las Asturias-Bohorques qui s’est transmis jusqu’à nos jours. Pour les successions du marquisat de Los Trujillos voir Valverde Fraikin, 1991 : 513 ; du vicomté de Caparacena, Ibid. : 155.

23 Vinieron a Madrid Don Juan-Bautista y Don Bernardo Berardo, hermanos, de Génova, de la villa de V[o]ltri donde tienen su casa solariega, siendo los Berardos reputados por de antigua nobleza. A Don Juan-Bautista hizo Felipe IV su Tesorero en el Consejo de Indias, quien casó con Doña Francisca Álvarez de Bo[h]orques, hija del marqués de Los Trujillos, Don Alfonso [Álvarez de Bohorques] : familia ilustríssima en Granada. De este matrimonio tuvieron a Don Bartolomé [Berardo] y Doña Hipólita [Berardo]. [Y] a[lreferido] Don Bernardo [Berardo] dio el mismo Rey el hábito de Santiago, y nombró[le] administrador de las Salinas de La Mata de Alicante. Con esta ocasión yempleo vino Don Bernardo aesta Ciudad [de Alicante] y estableció aquí su Casa y mayorazgo, casado con Doña Margarita Pasqual de Ibarra [etc.] (Martínez Morellá, 1956 : 18). Pour la généalogie des Berardo voir barón de Finestrat, 1983 : 75.

24 Y no es que tenga otro fundamento su Nobleza que el Hábito [de la Orden de Santiago] (Arqués Jover, 1966 : 42-43). Preuves de noblesse de Don Bernardo Berardo : Archivo Histórico Nacional (Madrid), OO. MM., Sant., exp. 220.

25 Nous avons vu que le IIe marquis de Los Trujillos naquit illégitime (supra, note 22). Le IIIe marquis, son fils successeur Don Antonio Álvarez de Bohorques, naquit lui aussi illégitime vers 1630.

26 Morales Roca, 1983, i : 278. Don Niccolò del Giudice (1587-1672), premier prince de Cellamare (1631) et duc de Giovinazzo (1651), IIe maestre mayor de postas de Naples, chevalier de l’Ordre de Santiago, etc. Il était fils de Marcantonio del Giudice, premier marquis de Voghera [au duché de Milan] (1601) et de Longobucco [au royaume de Naples], premier maestre mayor de postas de Naples.

27 Questi bottegai non vengono in Consiglio ? Non hanno serrato le botteghe ?

28 Perkin lui-même se contredisait au sujet de sa généalogie.

29 Il faut signaler la possibilité que Perkin, n’étant pas le vrai duc Richard, puisse être un fils illégitime d’Édouard IV, né de supposées relations adultères du roi avec Catalina de Faro (voir Williamson, 1990 : 169-170). Mais c’est une opinion postérieure aux événements, et ses contemporains ne le croyaient pas – did not think so (Wroe, 2004 : 135).

30 D’après Roth, Manuel Martínez-Dormido était andalou (1979 : 180). Au vrai, je pense que le nom Martínez-Dormido pourrait être Martínez de Ormido.

31 L’on disait même que le Lord-protecteur connaissait Menassèh depuis son adolescence, car il l’aurait rencontré durant un séjour en Flandres ; mais ceci est maintenant contesté. Voir Fraser, 1997 : 563.

32 A man of superb and florid personality, Carvajo [sic] was known as « The Great Jew » ; he rode fine horses, collected armour, and was said to have imported £100 000 worth of bullion a year.

33 « Into the bosom of Old Abram » (Stone, 1956 : 6).

34 Battina était une fille d’Andrea Spinola. Il est de notoriété publique que les Spinola constituaient l’un des principaux alberghi vecchi de l’aristocratie génoise.

35 Ils étaient neveux du banquier Ansaldo Grimaldi, associé à son tour aux Sánchez, nouveaux chrétiens aragonais qui occupent beaucoup de place dans le fameux répertoire généalogique de conversos, connu sous le nom de Libro Verde de Aragón. Ansaldo, marié à sa cousine Battina Grimaldi, créa un fidéicommis sur ses biens (1535). Il y ordonnait que, étant dépourvu de descendance masculine, sa fille et héritière devait se marier avec un parent Grimaldi. L’on voit bien l’importance de la subendogamie chez ces commerçants génois. Voir Grendi, 1997 : 80.

36 Tobia était le fils de Francesco Pallavicino et de Violante Grimaldi, veuve en 1534, sœur à son tour d’Ansaldo dont nous avons déjà parlé. Les Pallavicino génois sont déjà référencés à la fin du Xe siècle. Ils furent célèbres comme seigneurs du dénommé Stato Pallavicino dès le début du XIIe siècle. Concrètement, ceux de Gênes descendaient du marquis Orlando Pallavicino il Magnifico († 1457). C’était un bâtard du marquis Niccolò Pallavicino, mort empoisonné en même temps que son épouse Maria Attendolo.

37 Giulio était un fils d’Agostino, frère à son tour de notre Tobia.

38 Doña Ana était la fille du cavallero principal y demuchos respetos Don Luis Ramírez de Haro et de Doña Isabel Gaytán de Ayala. Celle-ci était la sœur de l’ambassadeur Don Luis Gaytán de Ayala, premier comte de Villafranca de Gaytán (1624), chevalier de l’Ordre de Santiago. Doña Ana portait le nom et le prénom de sa grand-mère paternelle. Voir Quintana 1629 : 260. Pour ces Guevara Ibid. : 222-223.

39 He robbed the Pope to lend the Queen/ he was a thiefe […]/he robb’d but Antichrist.

40 Sur ce personnage, la référence la plus classique que je connaisse est Hauser, 1892.

41 Pour tout ce que touche la vie très compliquée du Dr López, cette prétendue « conjuration » et sa relation avec The Merchant of Venice, voir Green, 2003 : passim.

42 Pour les origines des Bassano, l’agitée vie d’Émilia, ses écrits et son identification avec la Dark Lady de Shakespeare voyez Lasocki et Prior, 1998 : 92-139.

43 Il était veuf d’une fille du lord Chancellier sir Thomas Bromley. Sir Oliver Cromwell se nommait ainsi parce que son grand-père paternel sir Richard Williams († 1545) décida de s’appeler Richard Cromwell parce qu’il ressentait une profonde admiration pour son oncle sir Thomas Cromwell († 1540, décapité), très éphémère comte d’Essex (1540). En fait, sir Richard était son neveu, fils de sa sœur Katharine Cromwell et de Morgan Williams [né Williams ap Williams], un brasseur gallois de mauvaise réputation.

44 a) Battina Pallavicino († 1618). Mariée depuis 1606 avec Henry Cromwell († 1657), fils de Sir Oliver et de sa première épouse Elizabeth Bromley. b) Henry Pallavicino († 1615). Marié en premières noces avec Catherine († 1614), une sœur du même Cromwell. Devenu veuf, il épousa Elizabeth Allington, une petite-fille maternelle de Sir Thomas Cecil, comte d’Exeter et grand ami de Orazio. c) Sir Toby Pallavicino († c. 1644). Il finira ruiné. Marié avec Jane Cromwell († 1637), encore une fille de Sir Oliver. d) Battilana, 1825-1833 : “Pallavicini”, tav. 20, ne cite pas Battina ; en revanche, il nomme une Lucrezia Pallavicino mariée à Bartolomeo Riccio. Je suppose que ceux-ci peuvent être rapprochés d’un certain Francesco Rizzo [sic], agent de négoces de Orazio, et d’une mystérieuse Lucrezia Bans [sic], tous les deux bénéficiaires de legs au testament du même Orazio. Voir Stone, 1956 : 291-292, qui se demande si Lucrezia, qui reçoit une dot, ne serait pas une fille naturelle du testateur. e) Pour les autres, Battilana donne aussi leur nom en italien : Enrico, Tobia. En plus, il cite un Odoardo : sans doute s’agit-il d’Edward Pallavicino († 1630), un fils naturel de Orazio qui eut une triste vie. Voir Stone, 1956 : 316-320.

45 Sir Oliver married twice, and from his second marriage to Anne Hooftman […] sprang the story, still sometimes repeated today, that his nephew Oliver enjoyed Jewish descent. Two Palavicini stepchildren of Anne Lady Cromwell, Baptina and Henry, the offspring of her husband first marriage, made marriages with two of her own Cromwell children. […] These Palavicini-Cromwell marriages […] were obviously of no direct relevance to his branch of the family, […] but of course mayhave gained further credence from Oliver’s favourable treatment of the Jews as Lord Protector half a century later » (Fraser, 1997 : 12-13).

46 ¿No viste en Inglaterra introducirse un hijo de un carnicero ahazer carnicería de sangre noble?

47 L’œuvre classique de référence pour Albert de Gondi reste toujours celle Jullien de Pommerol, 1953.

48 Retz était une baronnie de son épouse Claudine de Clermont († 1603), qu’elle avait héritée de son précédent mari Jean III d’Annebaut.

49 Il vendra l’île en 1658 à Nicolas Fouquet, qui devint ainsi marquis de Belle-Isle.

50 Maddalena Bonaiuti, dame d’atour de la reine dès 1552. Voir Mariéjol, 1979 : 82 ; Cloulas, 1979 : 92.

51 Bien que l’on puisse trouver discutables leurs supposées origines grandioses, il est vrai que les Alamanni étaient d’une famiglia nobilissima ed antica (Mecatti, 1754, i : 17-18).

52 Les Strozzi, Guadagni [fr. Gadagne], Carnesecchi, Balbani, Del Bene [fr. D’Elbène], Cavalcanti, Tuornabuoni, Buonaccorsi, Pico della Mirandola, Adjacet, Zamet, etc.

53 Le Cardinal voulait parler de Philippe Cospéan († 1646), évêque de Lisieux, effectivement d’origine flamande. Son rôle de directeur spirituel de Françoise de Lorraine († 1669), duchesse de Vendôme, fit qu’il se trouva souvent mêlé à de tapageuses et déplaisantes histoires.

54 Il était un frère de Pierre de Gondi († 1676), IIIe duc de Retz. Ses parents étaient le cadet Philippe-Emmanuel de Gondi († 1662) et Marguerite de Sully († 1625).

55 Fille de Léonore d’Orléans († 1573), Ve duc de Longueville, et de Marie de Bourbon.

56 Dicono d’esser venuti di Roma, quando fu restaurata Firenze da Carlo Magno, ma non si sa con quale fondamento. Tuttavia sono antichissimi in Firenze, avendo Palazzo, e Torre da Santa Maria degli Ughi, e Signoria di Castella in Contado. Hanno avuto Consoli, e Anziani prima del Priorato […]. In Francia hanno avuto Maresciali, Duchi, e Pari, che hanno sostenuto le prime cariche del Regno, essendone tre stati Cardinali Vescovi di Parigi, e Gio-Francesco primo Arcivescovo di quella Metropoli.

57 Notredame est la forme actuelle qui correspond à l’archaïque Nostredame, du provençal Nostradàma, lat. Nostradamus.

58 Devenue plus tard reine Jeanne III de Navarre.

59 Pierre d’Hozier est l’auteur de Les noms, surnoms, qualitez, armes et blasons des chevaliers & officiers de l’ordre du Saint-Esprit (1634) et du Recueil armorial des anciennes Maisons de Bretagne (1638).

60 Par exemple, le philosophe ésotériste Jean-Charles Pichon († 2006) écrit que, à la naissance de Nostradamus, « il y avait quatre siècles déjà que, chassés de l’Espagne, les Juifs avaient envahi la Provence » (2002 : 32).

61 On calcule entre 300 et 350 le nombre de familles de Juifs « français » établis en Aragon et Majorque lors de l’expulsion du Languedoc de 1306. Voir Assis, 1983 : 306.

62 « Quoi qu’il en soit, avec plus ou moins d’enthousiasme, bon nombre de Juifs français s’installèrent définitivement dans [l]es royaumes du Nord-Est de l’Espagne » (Godfroy, 2004 : 186). À Carpentras, où beaucoup de Juifs provençaux s’étaient établis lors de l’expulsion de 1306, arrivèrent aussi des Juifs expulsés de l’Espagne, mais ce ne fut qu’en 1492. L’année suivante, les autorités locales décidèrent de « ne pas accepter l’établissement, dans la cité, des réfugiés espagnols qui sont venus y chercher asile ». Il y en eut cependant qui réussirent à y fixer leur résidence (Moulinas, 1992 : 41).

63 Gabrielle était la fille d’Antoine III d’Estrées († 1609), lui-même fils de Jean d’Estrées et de Catherine de Bourbon. Cette dernière était une fille bâtarde de Jacques de Bourbon et de Jeanne de Rubempré. Jacques était lui aussi un bâtard légitimé (1518) de Jean II de Bourbon, comte de Vendôme, et de Philippote de Gournay.

64 « [Babou] nom qui, de l’obscurité roturière où il s’était transmis de génération en génération dans une famille lentement promue du peuple au négoce puis à la grande bourgeoisie » (Ritter, 1947 : 28). Philibert Babou doit en bonne partie son ascension sociale à son mariage avec Marie Gaudin, dame de La Bourdaisière, courtisane connue pour ses flirts avec François I er de France, Charles-Quint, et même le pape Clément VII.

65 Puisque Marie Babou – une petite-fille de Philibert – se maria en 1560 avec Claude de Beauvillier, IIe comte de Saint-Aignan, petit neveu de Diane (plus tard, les Beauvillier seront ducs de Saint-Aignan, pairs de France). Marie était une sœur de Françoise Babou, la mère de Gabrielle d’Estrées.

66 Charlotte était fille de Henri I er de Montmorency († 1614), connétable de France, et de Louise de Budos († 1598).

67 Continuation de ce qui s’est passé sous les Regnes de Philippe le Bel, et de Louis, son fils aîné, dans Boulainvilliers, 1727, vii : 82-84.

68 La vanité des Nogaret était telle que, vers le milieu du XVIIe siècle, Bernard de Nogaret († 1661), II e duc d’Épernon (1639), premier duc [avant marquis] de La Valette, célèbre pour sa perversité, voulait être traité à la cour royale comme un prince souverain, car il était le petit fils par son père de Marguerite de Foix († 1593), IXe comtesse de Candale, VIIe comtesse de Bénauges. On se moqua sans pitié de ses prétentions : « Ridicule chimère de sa roturière principauté » (Retz, 1998 : 620). Peu importait qu’il eût épousé « royalement » en1603 Gabrielle-Angélique de Bourbon, fille bâtarde du roi Henri IV, morte empoisonnée, paraît-il, par Bernard lui-même. En fait, il n’était rien de plus qu’un « simple gentilhomme » (Retz, loc. cit.).

69 Boulainvilliers, loc. cit.

70 Je soupçonne que cette idée de la marranerie des Nogaret puisse avoir un lien imaginaire avec l’important nouveau chrétien aragonais Antón de Nogueras (fl. 1440-1496), secrétaire du roi de Navarre, protonotaire du royaume d’Aragon, etc., qui, à son tour, eut des relations avec le richissime marchand Jacques Cœur († 1456), trésorier royal de France. Je traite du sujet dans mon édition critique du Libro Verde de Aragón, à paraître prochainement.

71 Du fait que les xuetes, descendants « officiels » des Juifs convertis majorquins, étaient identifiables par leurs noms de famille et que depuis le XVIe siècle, ils étaient considerés comme les seuls chrétiens nouveaux originaires de l’île, même si cette exclusivité n’était pas confirmée par les sources. Sur ce groupe social, qui existe toujours à Majorque, voir dernièrement Porqueres i Gené, 1995 : passim.

72 Discendeva da ebrei sefarditi rifugiatisi nei Paesi Bassi acausa dell’Inquisizione. Russell Warren Howe, Mata Hari : La vera storia, Milano, Mondadori, 1996, p. 22. [Je n’ai pas réussi à consulter l’édition originale en anglais Mata Hari : The True Story. New York, Dodd & Mead, 1986].

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540