Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argument de la filiation

 | 
Pierre Bonte
, 
Enric Porqueres I Gené
, 
Jérôme Wilgaux

Cinquième partie. Constructions langagières

Chapitre 16. Être-fils dans l’Iliade

Pierre Brulé

Texte intégral

  • 1 Je tiens à souligner l’insigne qualité d’un mémoire de DEA rédigé en 1993 à Rennes-II sur ce thème (...)
  • 2 La récente recherche d’A. Duplouy sur les élites en Grèce ancienne (2006) a le mérite recadrer une (...)
  • 3 Cela signifie qu’on ne trouvera pas en cette étude les n + 1versions de la généalogie de tel ou tel (...)

1L’univers social homérique, et particulièrement celui de l’Iliade, est traversé par une forte contradiction qui le met en danger de façon permanente : la pulsion individuelle obstinée du héros à travailler sans répit à sa propre gloire s’oppose à la tension inverse du corps social qui œuvre à maintenir l’unité du groupe. Cette opposition est aux fondements même de l’Iliade (Redfield, 1984 : 101). Toutefois les deux vecteurs qui rassemblent ces forces qui luttent en sens inverse ne sont pas d’égale valeur : ce qui importe au héros du côté de la communauté des guerriers, ce sont ces brevets de gloire qu’elle est seule apte à délivrer et que, précisément, poursuit toute sa quête existentielle. Comme le dit Pierre Clastres (1980 : 239), le marché est celui du prestige contre l’exploit, avec, en filigrane, ce sur quoi débouche l’échange de la gloire contre la mort : l’éternité. Or, dans le monde d’Achille, cette gloire éternelle pèse pourtant moins pour le héros que son infinie liberté, elle qui comporte précisément aussi une quête de mort1. Mais c’est parler certainement trop vaguement, trop « largement ». À vrai dire, la réputation qui est la sienne dans le cadre de la communauté à laquelle il appartient – disons celle des Achéens (mais elle peut même la dépasser) –, préoccupe secondairement le héros. Dans son discours, cette renommée compte bien moins que la gloire du lignage, et, bien sûr – l’égotisme est là puissant –, de la sienne dans le lignage, M. Finley l’avait bien vu (1978 : 130). C’est cette dernière qui compte. En effet, tout épris qu’il soit de son propre destin, le guerrier n’est pas pour autant un être affranchi de tout lien. Si peu qu’il soit attaché quelque part, sa laisse est courte et son lien principal c’est sa parenté (même si ses amours, amitiés et appuis divins ne comptent pas pour rien). C’est à l’image de ce lien parental, telle que la dessine le poète de l’Iliade, que je consacre l’examen qui suit, en portant au lien de filiation une attention particulière. Je n’entrerai donc pas dans des débats ouverts trop vite, sur des bases biaisées, sur l’existence d’une éventuelle « noblesse », ou sur un « ordre nobiliaire archaïque »2. Fidèle à la méthode que je me suis fixée, il y a déjà quelque temps (Brulé, 1995), je privilégierai l’examen d’un texte unique ; je me propose donc de voyager en l’Iliade, de héros en héros, pour les écouter parler aux autres de leurs ancêtres3.

  • 4 On notera que le mot lui-même n’y figure pas ; entre autres sens, le terme geneè sert à en désigner (...)

2Comme en d’autres cultures, mais singulièrement tout de même, cette parenté d’épopée n’est pas constituée que des liens attendus de consanguinité, de filiation et d’alliance. Bien sûr, ces rapports, qui sont ceux de notre anthropologie, y figurent bien, et notre analyse en dénouera si nécessaire et si possible les composantes. Mais la caractéristique principale de la façon dont ces liens se révèlent à nous, c’est qu’ils se trouvent intimement mêlés les uns aux autres dans la procédure particulière que suit l’aède pour nous donner à entendre cette parenté d’épopée. En effet, aussi bien les éléments qu’on qualifiera de « physiques » que les composants sociaux et symboliques de la filiation se combinent dans un artefact qui, sans être spécifique, joue dans le texte un rôle prépondérant : la généalogie4. Elle (nous) apparaît comme une construction secondaire, une commune enveloppe de représentations déposée en la conscience de chacun et partagée par tous.

  • 5 La place me manque ici pour en faire la démonstration, mais tout prouve en effet que l’eugeneia hom (...)

3Vue d’où nous sommes, cette forte présence de la généalogie dans l’Iliade peut fournir à l’historien le prétexte à une lecture diachronique ; ce serait en montrer la permanence sur plus d’un millénaire, jusqu’en plein Empire romain, en étudier les rôles, qui vont du religieux au politique, et les domaines d’application, qui vont de l’individu aux plus complexes unités politiques. Mais ce serait se lancer dans une tout autre enquête qu’on laissera à d’autres. Il suffira bien de se concentrer sur ce que dit ou fait dire cet aède de l’Iliade, en particulier comment il se sert de ce complexe d’informations sur la parenté que constitue une généalogie quand les héros échangent à son sujet. Qu’il s’agisse d’un héros mineur ou majeur, c’est, au bout du compte, par sa propre généalogie (comme, inversement, celle de l’autre) que le héros s’apprécie et est apprécié ; elle constitue le premier faire-valoir de son « renom », son kudos et son kleos, de son « honneur », sa timè. « Premier » est à prendre surtout dans le sens de « principal », mais aussi, dans la chair du poème, dans sa dramaturgie, dans son sens d’« origine », parce que la séquence de proclamation de la généalogie apparaît ordinairement comme un préalable dans un processus narratif qui prend racine dans la mémoire. Or, d’une part, sans mémoire, point de généalogie, d’autre part, la qualité du genos comme celle de l’individu commencent par la mémoire. Le pauvre hère sans passé est sans mémoire, et sans mémoire pas de genos, tandis que le héros brandit sa généalogie avant même de parler, avant de combattre ou avant de mourir. Non seulement elle lui sert face à l’autre, mais, sans que pourtant toute son eugeneia y figure forcément – puisque ses « œuvres » ne sont pas encore toutes accomplies sur cette terre5 –, il se sait eugenès et gennaios par elle et dit ainsi aux autres le capital sur lequel il vit.

Être-fils de son père : le « Qui es-tu ? » de l’Iliade

Diomède et Glaucos

  • 6 Plus rarement, elles peuvent s’insérer dans un autre contexte, lorsqu’une circonstance quelconque n (...)

4Françoise Létoublon (1983 : 28-29, 31) compte douze scènes de combat singulier dans l’Iliade. Elles obéissent très majoritairement à un type, celui où l’un des héros « s’avance, brandissant ses armes, et provoque un héros du camp adverse ». Ce sont des scènes de défi où retentissent les vocatifs, les apostrophes et les injures ; et des incises figurent régulièrement dans ce discours direct : les généalogies6.

Les aïeux de Glaucos

  • 7 Dans l’état où il nous est parvenu, le fragment 43a du « Catalogue des femmes » d’Hésiode ne permet (...)

5Au Chant vi de l’Iliade, quand les deux matamores Diomède et Glaucos vont s’affronter, le premier crie à l’autre : « Qui es-tu ? » (tis de su essi… ?) (v. 123). On ne se bat pas avec un inconnu – il pourrait être un proche ; et puis Diomède confie qu’on ne sait jamais… s’il s’agissait d’un immortel ayant pris l’apparence d’un mortel (v. 128-143)… Je pense que dans ces scènes typiques, pourtant, la généalogie des héros n’a pas besoin de raison pour apparaître. Alors, Glaucos de justifier sa présence ici, de réciter son pedigree (v. 152-196). Cela commence par Éole (Aïolos), qui n’est pas autrement localisé, cela se poursuit avec Sisyphe, qui, lui, est attaché à une polis dont il fut même le fondateur – Corinthe – puis vient un premier Glaucos qui fut le père de Bellérophon7. Bellérophon, chassé d’Argolide en Lycie par Proïtos, épouse la fille du roi du pays et engendre trois enfants (tekna) : Isandre, Laodamie et Hippolochos (v. 197) ; des « œuvres » de Zeus, Laodamie mit au monde Sarpédon ; Isandre fut tué par Arès, Laodamie par Artémis. Quand Glaucos en arrive à la fin de l’inventaire de ses ascendants, il dit :

  • 8 Voilà en quoi cette traduction diffère très légèrement de celle de P. Mazon (Hésiode, Belles Lettre (...)
  • 9 Mazon traduit par « je me flatte ». Il me semble qu’il faut donner à euchomai (et à euchetaomai), p (...)

Pour moi, c’est Hippolochos qui m’a donné le jour ; c’est de lui que je déclare être né. Et, en m’envoyant à Troie, avec instance il me recommandait d’être partout le meilleur, de surpasser tous les autres, de ne pas déshonorer la lignée de mes aïeux (mède genos paterôn aischunemen), qui toujours furent les plus braves… Voici la généalogie8, le sang dont j’affirme hautement9 être issu (tautès toi geneès te kai haimatos euchomai einai) (v. 208-211).

  • 10 À la recherche de la dimension parentale de Zeus à l’aide d’une enquête sur ses épiclèses, j’ai moi (...)

6À propos de cet usage du « sang » dans le discours pour expliciter la relation parentale, usage qui est signe d’une conception organique de la parenté, on me permettra peut-être de déroger immédiatement à la règle chronologique que je viens de me fixer pour évoquer le commentaire qu’Aristote en adonné. Prenant l’exemple des frères, il écrit : « Étant nés de mêmes parents, […] leur identité avec ces derniers les rend identiques entre eux, de là viennent les expressions de même sang (haima), de même souche (rhiza) » (Éthique à Nicomaque, 1161 b 30)10.

  • 11 C’est ce qu’avait exposé Jérôme Wilgaux lors d’un séminaire du Crescam en février 2003 ; c’est en c (...)

7D’autres façons de dire le parent dans la littérature classique, qui témoignent de la même conception physique de la parenté, utilisent de la même façon un vocabulaire empruntant aux réalités corporelles : le ventre, l’estomac, le lait, le sperme, mais surtout le sang ; autant de lieux et d’objets qui servent à évoquer au moins la proximité des individus, voire plus, leur identité11. Nous allons voir ce qu’il en est dans l’Iliade.

  • 12 Je pense là aux exemples athéniens bien connus des Étéoboutades ou des Kérykes, mais il en est beau (...)
  • 13 Je suis revenu plusieurs fois sur cette question des aspects du temps dans les généalogies grecques (...)

8Comme on l’a plusieurs fois remarqué, dans l’épopée et ailleurs, une des marques de fabrique d’une telle généalogie c’est qu’elle ne présente pas de solution dans la continuité « qualitative » des engendrements : d’Éole, un tout divin, à ce Glaucos en chair, en os et en armes, tout en étant de poésie, coule le même sang, comme il dit. De la même façon qu’en plein âge « historique », tel prêtre ou telle prêtresse, de tel genos, descend de Poséidon ou d’Hermès12. Pas d’hiatus entre les dieux « complets » et ces guerriers13.

Tenants et aboutissants du discours généalogique

  • 14 Que les autres Généalogies connues, aussi bien celle, tardive, de la Bibliothèque, que celle, même (...)
  • 15 Je ne crois pas comme Jean-Claude Carrière que seule compte la dernière génération (1998 : 66-68). (...)
  • 16 Frgt Rose 94, Leipzig, Teubner, 1886.

9L’inventaire généalogique des héros épouse une forme commune, « naturelle », simple au point que ses discrètes figures de rhétorique (pour ne pas parler de structure) peuvent échapper à l’auditeur/lecteur, forme qui constitue une aide dans le rôle fondamental qu’elle joue, celui d’instrument « universel » de mesure de la valeur sociale : elle fixe une origine, puis, déroulant les épisodes du chemin, conduit au géniteur d’Ego (on ne « remonte » jamais ses ancêtres, on les « descend »14). Il est peu douteux que de telles « histoires de famille » obéissent toutes au même archétype formel et constituent un bréviaire pour chaque lignage. Si tous les épisodes de l’aventure généalogique comptent – ils sont tous habillés de symboles et de signes –, ses « extrémités » – le dernier géniteur et le fondateur – sont indispensables et comptent plus15. Diomède a dûment enregistré celles de Glaucos : Éole au départ – ça, c’est respectable ! – et Hippolochos à l’arrivée – ça, ça peut être médiocre. Toutefois, comme tout maillon de la chaîne d’ailleurs, Hippolochos n’est pas qu’Hippolochos, en ce sens que son insertion dans le genos l’enrichit de l’eugeneia accumulée. Il recueille en lui l’héritage génésique (ayant lu Aristote à propos des frères, on a tellement envie d’écrire « génétique » !) ; et l’on ne peut manquer de rapprocher ce trait de cette maxime du même Aristote : « Ce n’est pas de lui-même que le père engendre un agathos, mais parce qu’il est issu d’un tel genos ».16 Et puis le lustre de ce genos-ci vient aussi du passage par Bellérophon, et puis on a cité Sarpédon… Et là, on ne doute pas que Diomède trouve cela très respectable !

  • 17 Cette commune information généalogique dont nous vérifions l’existence – au moins pour l’élite de c (...)

10C’est respectable et, aussi, c’est bien connu. Avant même d’agir, le héros est connu de l’autre. C’est ce qu’on verra mieux avec Énée : avant que son discours ne convoque ses aïeux, son comportement antérieur, plus ou moins eugenès, enrichit ou altère son eugeneia. Avant de réciter ses ancêtres à l’autre (« Tu veux savoir ma naissance ? »), Glaucos n’a pas manqué de glisser cette observation qui n’est pas un détail : « Nombreux sont ceux déjà qui la connaissent » (VI 151). Les héros répètent cette phrase à leurs interlocuteurs. On pourrait presque dire que la communauté joue le rôle de caisse de résonance à l’expression des vertus et des tares des lignages, leurs « histoires » s’y trouvent enregistrées : elles constituent un commun savoir. Parce que ces héros, ce sont des amateurs de généalogie Nestor se souvient ainsi de Pélée qui, en son « manoir », questionnait en lui le savant généalogiste ; ses interrogations, se souvient-il, portaient sur « tous les Argiens, pères et enfants » (pantôn Argeiôn ereôn geneèn te tokon te) (vii 131). Aussi bien pourrait-on presque traduire par ascendance et descendance. À la formulation de Nestor on a bien l’impression que ses réponses à Pélée sont comme des éléments des stemmata des lignées que la science généalogique de Nestor domine au point de pouvoir expliquer le contenu d’une branche quelconque à son hôte ; un savoir encyclopédique qui permet de situer tout preux, même nouveau, parmi eux, comme ce Diomède du Chant xiv qui finit son pedigree par « Tout cela – vous devez l’avoir entendu dire – n’est que pure vérité » (ta de mellet’akouemen) (v. 125). Mais il y a plus et mieux. Un autre savoir commun où puiser les éléments d’une évaluation de l’autre et de son genos, ce sont ces « récits fameux des mortels » auxquels Énée fait allusion quand il veut signifier à Achille que, par-delà l’espace qui les sépare, il sait bien qui il est (« Bien que de nos yeux, nous n’ayons jamais vu encore, toi, mes parents, ni moi les tiens », lui dit-il). « Nous savons, dit Énée, la généalogie l’un de l’autre, nous savons qui sont nos parents » (idmen d’allèlôn geneèn, idmen de tokèas) (xx 203-204) ; les autres aussi, et ils en connaissent les exploits17.

11Un silence du discours de Glaucos mérite aussi un commentaire. S’il s’agit bien de se placer face à l’autre en déroulant son genos, c’est pour se valoriser face à cet autre qui jouit lui aussi d’une origine et d’un genos. Or, dans cette affirmation de soi, certains arguments qui pourraient être attendus sont absents : c’est ainsi qu’à aucun moment Glaucos ne fait allusion à son actuelle position éminente dans sa communauté de combat. Il ne se définit pas comme partageant avec son cousin Sarpédon la direction du contingent lycien. L’auditeur peut le savoir, mais il n’entend pas le héros le dire à Diomède. C’est sans doute que la généalogie suffit, que le genos est le plus important, c’est aussi l’effet de sa relative indépendance vis-à-vis de la communauté « large ».

  • 18 La première formule convient pour Sarpédon (vi 198-199), la seconde pour Tlépolème fils d’Héraclès.
  • 19 Toujours cette humaine difficulté à « figurer » le temps, qui se traduit de façon très générale par (...)
  • 20 Ma supposition est gratuite dans le cas d’espèce, mais je la crois fondée en principe.

12Et Diomède, écoutant, de comparer cette ascendance à la sienne. C’est qu’en effet les généalogies se mesurent au comparatif. L’auditeur sait vite en établir le bilan, comme le fait l’aède ; voir comment il s’exprime lorsque Tlépolème et Sarpédon se trouvent face à face : « Ils marchent l’un sur l’autre et entrent en contact, fils et petit fils de Zeus18 » (V 630-631). L’auditeur soupèse l’« épaisseur » de chaque nouveau nom qui vient modifier la qualité du « sang », il en mesure les valeurs différentielles. Instrument d’appréciation du prestige des lignées, il existe certes un palmarès des héros, donc une hiérarchie des géniteurs ; ce qui fait que celui qui parle n’est pas que d’ici et de maintenant, les trompettes de sa renommée sonnent de façon différente en fonction de ses ascendants et des fondateurs de son genos. Cette anthologie (au sens grec) des genè présente deux faces. L’une, objective parce que partagée, est, comme nous venons de le voir, le savoir commun de la communauté à propos d’elle-même, donc ce qu’elle est profondément. C’est une vraie culture que cette connaissance de toutes ces lignées d’andres (avec, de temps à autre, une femme qui est souvent une nymphe) que le temps rend parallèles19 et qui, toutes assemblées en conscience forment pour chacun et pour tous l’armature mentale de cette communauté, un outil dont se servent les héros pour se jauger les uns les autres. L’autre est subjective, bien sûr. Ainsi voit-on bien que le récitant n’est pas que récitant mais aussi metteur en scène de sa propre généalogie, en ce sens qu’il peut, en fonction de son auditoire par exemple, faire des choix dans sa présentation – nous écouterons Achille tout à l’heure dire deux fois différemment ces aïeux. Ainsi celle que Glaucos donne à Diomède peut lui être spécifique. Il n’est pas sûr en effet que tous les membres du genos de Glaucos ni tous ses descendants citent ou eussent cité dans leur catalogue généalogique, comme il le fait, ce même/autre Glaucos, qui est le père de Bellérophon20. Car il peut avoir un intérêt particulier à procéder ainsi. Dans la mesure où cette séquence généalogique va se clore sur lui-même, l’apparition antérieure du nom même du héros dans la série des andres dit combien son existence à lui est inscrite fermement et de longue main dans le temps de son genos.

  • 21 Sur un phénomène onomastique parallèle à la Renaissance, on consultera Christiane Klapisch-Zuber, 1 (...)

13C’est chose fréquente que cette répétition des noms dans les lignées héroïques ; c’est souvent que nous autres exégètes devons distinguer en les numérotant, par exemple, les deux Pandion à Athènes et ici un Glaucos 1 d’un Glaucos 2. À l’époque homérique, on n’en est pas encore à la régularité d’application de cette règle ultérieure qui adjoint au nom – désignatif individuel – le patronyme. On n’en est pas non plus à l’usage fréquent de la paponymie qui voit le père donner à son fils aîné le nom de son propre père, faisant ainsi « retour » au grand-père. Qu’importe si le Glaucos qui fait face à Diomède ne porte pas le nom de son grand-père, mais celui de son bisaïeul, ce qui doit être relevé ici, c’est ce qu’apporte au genos la dévolution réitérée du même nom : une sensation de continuité en même temps que sa réaffirmation mémorielle21.

  • 22 « D’autres exemples démontrant aussi que sans la généalogie, la xenia, la pratique de l’hospitalité (...)

14Maintenant Diomède sait qui est cet autre ; on va pouvoir se battre ; on est de la même espèce : le dessus du panier. Mais l’histoire (je veux parler du scénario) appelle rebondissement. Voilà qu’à l’écoute de la narration de son ennemi « communautaire », Diomède « aussitôt est en joie » et adresse à Glaucos des paroles de miel : « Évitons, dit-il, dès lors tous deux la javeline l’un de l’autre, même au milieu de la presse » (v. 226). Cette bienveillance a de quoi étonner ! C’est qu’il vient de découvrir en écoutant Glaucos que leurs lignées se sont déjà liées par une fidélité d’hôtes. Leurs guirlandes d’ancêtres se sont déjà croisées. Un sien aïeul, Oinée, avait accueilli Bellérophon en son manoir, des cadeaux de très grand prix avaient été échangés. Les lois de l’hospitalité s’appliquent donc depuis aux deux genè. Sur le pré, les interlocuteurs découvrent que tous deux sont des xeinoi patrôioi (v. 231). Scène à faire, que celle de cette subite étrange douceur survenant dans un monde de brutes : sur la lice, le bras meurtrier des guerriers est arrêté, immobilisé ; la parole échangée a rendu à chacun manifeste ce qu’ils sont l’un à l’autre, et ce qu’ils se doivent, ce contrat religieux, moral et social si spécifique que nouent entre eux les hôtes ancestraux, cet engagement, ils l’ont reçu de leur généalogie22.

15Alors que le héros de quelque importance se libère à l’occasion du poids que la communauté fait peser sur lui, elle qui cherche à condenser les forces disponibles par la loi de meute qui la régit, alors que, même en y restant, il lui arrive de se poser à son gré en rival de ses coreligionnaires, il ne saurait (qu’il le veuille ou non) se désunir de sa lignée ni faire fi des obligations qu’elle suppose. Ainsi se trouve illustrée la prééminence des règles du lignage sur celles de la communauté. Dans la furieuse mêlée, Glaucon et Diomède s’éviteront soigneusement, dût en souffrir la victoire de leur camp.

Énée et Achille

Ils marchent l’un sur l’autre et entrent en contact. Alors, le premier, le divin Achille aux pieds infatigables dit : « Énée, pourquoi viens-tu te poster si loin en avant des lignes ?… Va, je t’engage à rompre, à rentrer dans la masse, sans m’affronter, si tu ne veux qu’il t’arrive malheur. Le plus sot s’instruit par l’événement ».
Énée alors, en réponse, lui dit : « Péléide, ne compte pas m’effrayer avec des mots, comme si j’étais un enfant : je peux aussi bien que toi railler et lancer des insultes. Nous savons la généalogie l’un de l’autre, nous savons qui sont nos parents : il nous suffit d’ouïr les récits fameux des mortels – bien que de nos yeux, nous n’ayons jamais vu encore, toi, mes parents, ni moi les tiens. On te dit rejeton de Pélée sans reproche ; Thétis aux belles tresses, Thétis marine est ta mère. Je proclame hautement être, moi, fils d’Anchise au grand cœur et ma mère est Aphrodite. De ces deux couples, il en est un qui va pleurer son enfant dès aujourd’hui. J’en réponds : on ne nous verra pas revenir du combat ayant réglé notre querelle tout bonnement, avec des mots enfantins. Si pourtant tu veux en apprendre davantage et savoir ma naissance – nombreux sont ceux déjà qui la connaissent – écoute. C’est l’assembleur des nuées Zeus qui d’abord engendra Dardanos. Celui-ci fonda Dardanie. La sainte Ilion ne s’élevait pas alors dans la plaine comme une cité, une vraie cité humaine : ses hommes habitaient alors les pentes de l’Ida aux mille sources. Dardanos, à son tour, eut pour fils le roi Érichthonios, qui fut sans doute le plus riche des humains. Il avait trois mille cavales qui paissaient dans les marais, fières de leurs tendres pouliches. Borée lui-même s’éprit d’elles au pacage et les couvrit, sous la forme d’un étalon aux crins d’azur…
Érichthonios, lui, fut père de Trôs, le roi des Troyens ; et de Trôs naquirent trois fils sans reproche, Ilos, Assaracos, Ganymède, pareil aux dieux, le plus beau des hommes mortels, que, justement pour sa beauté, les dieux enlevèrent à la terre, afin qu’il servît d’échanson à Zeus et qu’il vécût avec les Immortels. Ilos, à son tour, eut pour fils Laomédon sans reproche ; et Laomédon engendra Tithon, Priam, Lampos, Clytios et Hikataon, rejeton d’Arès. Assaracos, lui, eut pour fils Capys et Capys Anchise. Anchise m’a donné le jour, tandis que Priam l’a donné au divin Hector. Voilà la généalogie, le sang dont je proclame hautement être issu. Mais s’il s’agit de courage, c’est Zeus seul qui chez les hommes le fait, à son gré, ou grand ou petit, parce qu’il est tout-puissant.
Allons ! Ne restons pas là à parler, comme des enfants… Quelque mot que tu dises, tu t’entendras riposter par un pareil… Ce n’est pas avec des mots que tu détourneras de toi mon courage impatient » (xx 199-243 ; trad. Mazon avec de menues modifications).

16Elle est curieuse cette insistance d’Énée à refuser d’endosser un comportement enfantin. Elle prend sa source dans le discours que vient de prononcer Achille où celui-ci ravivait ironiquement le souvenir d’une fuite d’Énée lors d’une échauffourée, et cela dans le but de le voir se détourner de l’idée d’un duel contre lui. Il insiste beaucoup pour que l’Infatigable cesse de penser qu’il lui suffit de ce discours pour qu’il l’évite. L’épisode en question qui date de sa jeunesse ne suffit pas à faire de lui un couard. Tout cela n’est que plaisanterie dans les circonstances actuelles. Énée s’est (complaisamment) prêté au jeu de la joute rhétorique, mais il brûle d’agir, car, dit-il, le combat verbal est vain : quelque mot qu’ils s’adressent, ils s’en retourneront d’identiques. Achille ne devrait pas en user ainsi avec lui, quand tous deux savent très bien qui sont les parents de l’autre. Alors, quels sont-ils précisément ces parents ?

Les aïeux d’Énée

  • 23 Je répète que ma seule source est l’Iliade ; il n’y a donc aucun parallèle à chercher autre part à (...)

17La présentation d’Énée se décompose en deux parties. La première se limite à la génération de leurs parents réciproques : les noms de ceux d’Achille, d’abord. Ils sont précédés par un phasi : « on te dit ». Qu’on ne se méprenne pas sur ce phasi, il n’est pas mise en doute ni même mise à distance, il introduit plutôt ce qui se répète à tous les échos. Achille est né de Pélée sans reproche et de Thétis aux belles tresses. Énée, de son côté, se glorifie d’être le fils d’Anchise au grand cœur et d’Aphrodite. Face à face, les deux lignées se valent, l’écart n’est pas bien grand. Puisqu’avant de mesurer force, adresse et bravoure, il s’agit toujours de se mesurer à l’autre par l’intermédiaire de la mémoire et de la parole, par généalogie interposée, il faut bien dire que les héros ont parfois le triomphe modeste. En cette circonstance en effet, et encore plus nettement qu’on l’a vu faire par Glaucos, Énée se prive d’appuyer là où cela ferait mal. Ainsi ce père, ce Pélée, ce n’est jamais qu’un mortel. Ce n’est que contrainte, qu’après avoir préféré prendre les formes qu’elle jugeait les moins susceptibles de favoriser le désir de l’homme : eau, feu, vent, serpent, seiche…, que Thétis a concédé aux dieux de partager la couche dudit Pélée in naturalibus. Elle-même le confie, elle a ressenti « mille répugnances, à entrer au lit d’un mortel » (xviii 434). Tout cela n’est pas du meilleur effet ! Il n’est pas d’explication à ce fair play, si ce n’est que l’habitude chevaleresque des héros de l’Iliade, c’est de ne pas abuser de commentaires explicites à propos du genos de l’autre. Énée est tout aussi discret sur les circonstances qui mirent ses propres parents en relation. Après un « Si tu veux en savoir davantage… » provocateur, et ayant souligné, comme d’autres héros, que « nombreux sont ceux déjà qui la connaissent », pour faire un pendant au moins comparable à la lignée de Pélée (fils d’Éaque et d’Endéis, eux-mêmes descendant, le premier, d’Égine – née d’Asopos – et de Zeus, l’autre, d’Endéis – fille de Sciron, roi de Mégare et Chariclô –, soit trois générations), il se lance dans ce qui, en ces circonstances guerrières, compte le plus : la description de sa généalogie troyenne23.

  • 24 Je suis frappé de nouveau par le rapport des noms de ces éponymes des origines avec des noms d’inse (...)
  • 25 Voir mon commentaire dans Brulé, 2005 : 259-261, n 18. Wathelet (1998), étudiant les mêmes textes, (...)

18Il commence par Dardanos24, dont le père est Zeus, mais sans citer la mère qui est Électre, elle-même fille d’Atlas. Nouvelle illustration de ces silences chevaleresques, car, cette maternité-là projetterait une strate temporelle inhabituelle au-dessus des origines de la lignée maternelle de Dardanos : elle renvoie avant les Olympiens, c’est-à-dire à un temps qu’atteignent très rarement les racines des lignées. Mais c’est aussi l’illustration de l’habituelle « discrétion » des généalogies à propos des mères. Puis il enchaîne avec Érichthonios, qualifié de fils de Dardanos, sans qu’une partenaire féminine soit mentionnée. Arrêtons-nous à cet Érichthonios : il constitue une forte exception. C’est l’un des rares personnages au sein de cette généalogie troyenne (au moins jusqu’à Priam) à ne pas porter un nom en rapport avec la géographie-topographie de la Troade. Il est simplement très « terrestre », mais non localisé, comme l’est d’ailleurs, à la différence des autres rois « primitifs » d’Athènes, son homonyme athénien. Car c’est en effet un des traits spécifiques de la « Maison de Troie » que de voir ceux qui la composent, rois, princes et reines et nymphes… porter une très inhabituelle collection de noms, empruntés à un répertoire fort complet des toponymes et hydronymes principaux25 de la région : on s’y nomme Dardanos, Ilos, Trôs, Skamandrios, Idaios… et on engendre les rois successeurs en couchant avec des nymphes « humides ». Nous retrouverons dans un instant cette question du rapport de l’identité « parentale » avec l’endroit d’où l’on est réputé provenir.

  • 26 Duplouy (2006 : 2 n. 5, 40) évoque rapidement des termes tels qu’amumôn (et d’autres comme eus), so (...)

19La généalogie racontée par Énée ne fait pas dans l’allusion, elle détaille complaisamment tous les fils de Laomédon, tous des frères, point de sœur ici : Tithôn, Priam, Lampos, Clytios et Hikétaon. Ils forment une des branches issues de la lignée de Trôs, branche issue d’Ilos, mais à laquelle Énée n’appartient pas, lui qui descend d’un autre fils de Trôs, Assaracos, d’où viennent Capys puis Anchise. Hector, le fils de Priam est donc un sien cousin, et Énée n’appartient pas à la famille régnante de Troie ; ce déficit de naissance est exprimé au Chant xiii quand on le voit bouder : il « en veut toujours au divin Priam, qui malgré sa bravoure entre tous les guerriers, ne lui rend pas hommage » (V. 459-461). Une identité parentale qu’Énée rappelle ici d’un mot : « Anchise m’a donné le jour, tandis que Priam l’a donné au divin Hector ». C’est à l’occasion d’une figure généalogique particulière, celle des « trois fils sans reproche », que surgit cette difficulté dynastique qui aboutit à la segmentation/séparation des lignées. Il est remarquable en effet que la même formule : treis paides amumones26 apparaisse pour les fils de Porthée, préludant au départ de Tydée pour Argos (xiv 115).

20Et Énée clôt sa récitation par la même formule que Glaucos tout à l’heure : « Voilà la généalogie, le sang dont j’affirme hautement être issu » (xx 243).

21Il est apparemment bien difficile d’évaluer lequel l’emporte des deux genè. À s’en tenir aux pères, cela n’est pas si brillant : un vieux mortel délaissé par une vraie-fausse épouse d’un côté, de l’autre un humain aussi, certes aimé d’une déesse, mais puni de boiterie ou de cécité par Zeus pour s’en être vanté… En revanche, et la figure d’opposition est rare, ils sont illustrissimes au plus haut vers l’amont puisque chacun peut revendiquer Zeus au nombre de ses plus lointains ancêtres. Tout bien pesé, pourtant, la balance penche du côté d’Énée. Et c’est par l’effet d’un facteur primordial, le temps, qu’il l’emporte ; d’une part avec ce temps maternel pré-olympien, d’autre part au nombre de générations : trois du côté d’Achille et sept du côté d’Énée (sans compter la pré-olympienne). Il ne fait pas de doute que cette notion de « profondeur » temporelle est fondamentale dans l’appréciation d’un genos.

Achille et Astéropée

  • 27 Une dissymétrie, à la fois nécessaire au drame et tacite, s’introduit sans qu’on y prenne garde dan (...)
  • 28 Les passages les plus célèbres sont ceux où Eumée et Télémaque questionnent Ulysse et Athéna (xiv 1 (...)
  • 29 i 170 ; X 325 ; xiv 187 ; xv 264 ; xix 105 ; xxiv 298. En vii 238, la reine Arété n’adresse à Ulyss (...)
  • 30 Traduit parfois par « Quelle est ta patrie ? »
  • 31 Traduit régulièrement par « race ».
  • 32 « Qui es-tu donc, et d’où viens-tu ? »

22Ce cri : « Qui es-tu ? » a été lancé par Diomède sur le mode informatif. Mais, dans l’Iliade, il peut aussi être lancé avec mépris : quelque chose comme « Mais qui es-tu, toi ? ». C’est comme cela que le jette cet Achille, tout à la joie de tuer, du Chant xxi. Lycaon vient à peine de succomber sous ses coups que se présente à lui Astéropée. Celui-ci sort du fleuve, deux javelines à la main. Le Xanthe amis la furie en son cœur, dans le dépit qu’il éprouve pour les jouvenceaux massacrés qu’Achille a sans pitié mis en pièces dans ses ondes. Ils marchent l’un sur l’autre et entrent en contact. Alors, le premier27, le divin Achille aux pieds infatigables dit : « Qui es-tu, d’où viens-tu parmi les hommes, toi qui m’oses affronter ? »(tis pothen eis andrôn ho meu etlès antios elthein ?) (xxi 150). Ce tis pothen eis andrôn est rare dans l’Iliade, alors que le thème du voyage aidant, il est bien sûr plus fréquent dans l’Odyssée28. Et la formule s’y développe ainsi : tis pothen eis andrôn ? pothi toi polis ède tokèes ?29 : « Quel est ton nom, d’où viens-tu parmi les hommes30, (quelle est) ta cité, (quels sont) tes parents31 ? » Si le sens général du vers est clair, il s’en faut que nous sachions rendre très exactement tout ce qui se cache dedans. Ainsi, faut-il ponctuer après tis comme certains éditeurs ? Mais le plus délicat à traduire c’est ce pothen eis andrôn. Le choix de « d’où viens-tu parmi les hommes » (Mazon n’a pas traduit eis andrôn32) est opéré en fonction de la formule odysséenne, alors que la question sur la polis d’origine renvoie plutôt à la géographie. C’est d’extraction humaine qu’il s’agit avec eis andrôn. La question se pose certes aussi de savoir ce qu’il convient de comprendre par polis dans l’Iliade et dans l’Odyssée, mais, il nous suffit ici de constater qu’une identité héroïque complète comporte le lieu d’où l’on vient. Relisant les généalogies de Glaucos et d’Énée, on y distingue des ancêtres « utopiques »– ainsi Zeus ou un Éole de la généalogie de Glaucos –, de ceux qui sont accrochés à des lieux – toujours chez Glaucos, un Sisyphe à Corinthe, mais aussi Porthée et ses « trois fils sans reproche » (treis paides amumones) « qui habitent à Pleuron dans la haute Calydon » dans la généalogie de Diomède (xiv 115-117) et aussi Dioclès, le père des jumeaux Créthon et Orsiloque, qui habite Phères (v 541-543) et bien d’autres ; des lieux qui, même, n’existeraient pas sans certains d’entre eux ! Ce fréquent souci d’un complément géographique à la formule identitaire se retrouvera en plein âge classique avec l’ethnique et le démotique.

  • 33 Les travaux des médiévistes sur le choix et la dation du nom sont du plus grand intérêt comparatist (...)

23Toutefois les Grecs n’iront jamais jusqu’à fragmenter encore le nom pour y faire entrer cette topographie identitaire jusqu’aux trois parties, comme le fera le Moyen Âge occidental pour les lignages castraux33.

24Dans l’Odyssée comme dans l’Iliade, ce questionnement sur l’identité constitue une véritable dokimasia, une vérification des qualités indispensables à la communication. La filiation y tient à coup sûr deux places : par le nom et par les parents. Les interrogations sur la filiation encadrent celles qui portent sur le lieu. Le « Qui es-tu ? » est le pendant du « D’où es-tu ? ». Le héros – qui n’est bien sûr que masculin – est fils de ses parents, il porte un nom qui intègre celui de son père (L’Éacide, le Péléide…). On verra qu’il peut être aussi le fils de sa mère. Dans la logique sociale de l’Iliade, il me semble que la raison d’être de cette vérification d’identité est du même ordre que celle que j’avais soulignée dans la logique du serment (Brulé, 2006b : 150). Une loi organique de celui-ci veut en effet qu’il ne se prête qu’entre semblables – subjectivement, bien sûr –, entre ceux qui se reconnaissent comme tels, excluant ainsi de jure, dirait-on, toute la série des inférieurs et non-libres, mais aussi de facto la série de ceux que l’on n’apprécie pas assez pour leur reconnaître cet honneur. À l’instant du combat suprême, qui constitue à la fois la quintessence et le révélateur de l’être-au-monde héroïque, il importe que celui qui le vit sache si son éventuel adversaire mérite bien l’honneur qu’il lui fera en l’affrontant. C’est précisément ce qui explique l’anormale absence des aïeux de Diomède (il donne sa généalogie au Chant xiv), ceux qu’il aurait dû mettre en opposition à ceux de Glaucos. Mais, circonstance exceptionnelle, les présents échangés par les ancêtres disent suffisamment que le kleos et la timè de ces deux héros sont de même niveau, ce qui rend l’échange possible.

Les aïeux inefficaces d’Astéropée

25Chaque auditeur/lecteur sait à quel point l’aède utilise fréquemment le substitut du patronyme pour nommer un héros. C’est ainsi qu’il procède avec Achille dans la scène précédente : il est le fils de Pélée. Comme on dit le Cronide, on dit le Péléide, et aussi l’Éacide, et cela suffit à l’auditeur/lecteur. En ce monde, la filiation dit l’être, la personne. Toutefois, l’usage du procédé allusif n’est pas général parce que, dans la panoplie de l’aède, il n’en est pas fait un usage égal : ce serait en pure perte qu’on nommerait Astéropée par le seul nom de son père, pour cette raison simple que son kudos n’est pas tel qu’il permette une commune identification (dans la société des héros comme pour l’auditeur/lecteur). Ce sont seulement les membres du gratin que l’aède nomme par prétérition. Il suffit d’ailleurs d’écouter comment Astéropée donne lui-même sa formule identitaire. Il la développe ainsi : il est (il n’est qu’) Astéropée fils de Pélégon.

  • 34 Ce nom est aussi « géographique », les habitants de la région sont aussi appelés « Pélégoniens » se (...)
  • 35 Encore une fois, ce phasi n’inclut pas une valeur de doute, mais de reconnaissance commune.

26Achille crie la question fondamentale au visage d’Astéropée : « Qui es-tu donc, et d’où viens-tu, qui m’oses affronter ? Malheur aux parents dont les fils viennent affronter ma fureur ! » (xxi 150-151). Les circonstances psychologiques de sa confrontation avec Achille ne se comparent pas avec celles qui servaient de cadre à la rencontre entre Diomède et Glaucos, aussi, lorsqu’Achille lui réclame son identité, Astéropée répond-il ainsi : « Pourquoi me demander quelle est ma généalogie ? »(xxi 153). Il sent bien que celui qui pose la question introduit par ce seul acte de parole une hiérarchie entre eux deux. Pourquoi lui poser cette question en effet, alors même qu’il voit bien à l’œuvre chez Achille cette frénétique libido guerrière qui ne saurait rester sans application et quand lui-même ressent untel désir de vengeance ? N’est-il pas fondé à estimer que la situation est suffisamment antagonique pour qu’elle les pousse l’un contre l’autre et donc que cette docimasie soit, ici et maintenant, hors de propos ? L’ivresse « polémique » d’Achille introduit un contexte fort différent d’une rencontre entre preux se conformant à une éthique relationnelle. Toutefois l’usage chevaleresque est sans doute trop fort, et A stéropée va répondre quand même. « Je suis de la Péonie plantureuse – loin d’ici –… » ; voilà pour le lieu : c’est le Nord de la Macédoine ; et voici maintenant que s’avancent ses aïeux : « Ma génération remonte à l’Axios au large cours… » (v. 141 et 157) ; le fleuve s’unit à Périboia, « la fille aînée d’Akessamènos », un roi de Thrace, et, de leur union naquit Pélégon34 « à la lance illustre ; et c’est de Pélégon, dit-on35, que je suis né » (v. 159-160). Le pedigree du genos du fleuve macédonien s’arrête là, et, comme s’il n’y avait pas à s’éterniser là-dessus, le brave Astéropée enchaîne immédiatement sur cette invite : « Et maintenant, au combat, illustre Achille. »

  • 36 Ce que pratique aussi un Pausanias quand il cherche à asseoir une « vérité » en comparant les disco (...)

27Dans l’exemple du brave Astéropée on perçoit une autre conséquence de la pratique de communication généalogique : puisque « généalogiser » entre soi consiste en un face à face entre deux mémoires36, la « généalogisation » fait sortir Astéropée de son trou, cela lui permet de s’élever, lui et son genos, mais aussi le lieu d’où il vient, au-dessus du particulier, mais aussi du banal.

  • 37 Créthon et Orsiloque, qui sont les proies d’Énée, étaient aussi du genos d’un fleuve, Alphée (v 541 (...)

28La mêlée est furieuse et évidemment funeste au petit-fils du fleuve. Les entrailles d’Astéropée s’épandent au sol, Achille bondit sur sa poitrine et y chante victoire tout en faisant la leçon (à qui ?). « Tu ne fais pas le poids, imprudent ! Il est dangereux, fût-on né d’un fleuve, de lutter avec des fils du Cronide tout-puissant. Tu prétendais que tu avais pour père un fleuve au large cours : je me flatte, moi, de sortir du grand Zeus » (v. 184-187). Et, de façon un peu désordonnée, lui qui ne s’était pas présenté avant de tuer, voilà qu’à son tour il lui jette sa généalogie à la figure. Les bornes en sont Zeus et puis Éaque, « fils de Zeus » et puis Pélée, et puis lui. Sans femme aucune. Si Astéropée a mentionné une nymphe parmi ses aïeux, Achille ne souffle mot ici de sa mère. Plus que les circonstances qui peuvent jouer un rôle, et qui expliquent sans doute la brièveté de cette généalogie (trois générations), cette absence du féminin – et spécialement de la mère d’Achille ! – illustre un des caractères des généalogies, leur dissymétrie sexuelle. « Petite » généalogie, donc – et l’Infatigable n’aurait pu se contenter de ce qu’il lâche là face à Énée –, mais celle d’Astéropée certes vaut encore moins de ce point de vue. Pour le reste, évidemment, le prestige des deux lignées ne se compare pas. D’ailleurs Achille insiste, comme si l’autre n’avait pas compris. « Autant Zeus l’emporte sur les fleuves coulant à la mer, autant sa descendance (geneè) l’emporte sur celle d’un fleuve37 » (v. 190-191). La démonstration est faite : Achille terrasse le brave Astéropée de ses ancêtres – même si, à cet instant, celui-ci n’entend déjà plus les paroles de l’Infatigable –, car c’est bien d’eux qu’il tient cette possibilité de conquérir l’eukhos, de se crier ainsi vainqueur.

  • 38 Même opinion de Duplouy (2006 : 2 n. 5, 41).

29Rappelons que pour rompre leur discours de présentation, la même formule revient à la bouche des braves : Voilà la généalogie, le sang dont je proclame hautement être issu geneè et haima. Le père, l’ultime géniteur de la lignée, est absent. Je crois que ce que dit cette formule, comme toute la conception de la généalogie, c’est que celui qui parle n’est pas seulement le fils de ce dernier « sang », mais celui de toute sa geneè. C’est par tout cela qu’Achille vainc Astéropée38.

Andreia ou geneè ?

30Au Chant x, au matin, après l’avancée d’Hector jusqu’aux nefs, il y a conseil. Nestor propose d’envoyer un héros suffisamment courageux pour aller, « au milieu des Troyens magnanimes », s’informer de leurs desseins – et revenir vivant ! Rien moins ! Mais rien non plus n’égalera alors son kleos parmi les hommes. Seul Diomède ose se porter volontaire. Toutefois, il aces mots : « Mais je voudrais qu’un autre me suivît : j’en aurais plus de réconfort, j’en serais plus assuré » (v. 222-223). Plusieurs se proposent : les deux Ajax, Mérion, Ménélas et Ulysse. Diomède choisit ce dernier. Comme le soulignent les commentateurs, le choix est dans la norme « iliadique » : Diomède-le-fort uni à Ulysse-le-pensant : un équipage à toute épreuve.

31Avant son choix, Agamemnon a adressé le conseil suivant à Diomède :

[…] Tu peux pour compagnon choisir qui tu veux, le plus brave de ceux qui s’offrent, puisqu’ils sont si nombreux à avoir telle envie. Ne va donc pas, d’une âme trop courtoise, laisser là le meilleur, pour en prendre un moins bon, par pure courtoisie, en ne regardant qu’au lignage, quand même il s’agirait d’un roi plus roi qu’un autre (v. 234-239).

32Cette traduction de Mazon mérite qu’on la commente. « Courtoise/ie » est une trouvaille pour rendre aidomenos, aidoi, cette notion de respect à l’implicite d’une hiérarchie généalogique à laquelle précisément Agamemnon déconseille à Diomède de se conformer. L’intervention-conseil d’Agamemnon s’explique : Diomède est jeune, il est donc socialement attendu qu’il ne saurait manquer d’égards vis-à-vis de ces brillants aînés. Quant à l’autre expression intéressante ici, es geneèn horoôn, la rendre par « regarder au lignage » est tout aussi heureux (on a heureusement échappé à la « race »). Si l’on prend Agamemnon au mot, dans le contexte social où Diomède se trouve à cet instant, l’usage, encore une fois social, lui commanderait de choisir son hetairos en fonction de sa généalogie. Ce que lui conseille donc le « roi des hommes », c’est de se laisser aller à son mouvement premier et de choisir le meilleur. Plus l’aristeia que la geneè. Le fait que son choix se porte sur Ulysse évite d’ailleurs toute contestation jalouse de la part des autres, en effet, outre son cœur, son thumos vraiment superbes, il a l’appui de la déesse Athéna.

  • 39 Il en est d’ailleurs d’autres qui composent la valeur. Duplouy (2006 : 2 n. 5,42) rapproche avec ra (...)

33Si les deux qualités ne se conçoivent pas l’une sans l’autre, il est donc admis entre les barons que l’andreia et la geneè ne se recouvrent pas. Dans la durée, les deux valeurs, d’ailleurs, sont conçues à la fois comme variables et comme interdépendantes39. La généalogie souffre des manquements individuels à la virilité. La virilité différentielle appauvrit ou enrichit la généalogie. La généalogie « suppose » une andreia chez celui qui en fait partie, elle n’a qu’à se manifester. Hector dit approximativement cela en parlant de son fils :

Zeus ! Et vous tous les dieux ! Permettez que mon fils, comme moi, se distingue entre les Troyens, qu’il montre une force égale à la mienne, et qu’il règne en souverain à Ilion. Et qu’un jour on dise de lui : « Il est encore plus vaillant que son père », quand il rentrera du combat ! Qu’il en rapporte les dépouilles sanglantes d’un ennemi tué, et que sa mère en ait le cœur en joie (vi 476-481).

34Andromaque, heureuse des exploits guerriers de son fils ? Peut-être, mais ce ne sont là qu’anticipations, ce n’est pas là le temps dans lequel se place le poème, même si tout le monde sait qu’Hector va mourir, que les « Troyens » vont disparaître comme communauté, ce qui importe « aujourd’hui » à la mère, c’est le sort de son mari et de son fils (xxii 485-498). Voyons maintenant, précisément, les mères des généalogies.

Être-fils de sa mère : le « Qui je suis ? » d’Achille

Le maternel de James Redfield

35Ayant lu ce qui précède, on ne peut pas dire des « femmes » ou, plutôt, des mères, qu’elles ont peuplé ces généalogies. À leur sujet, il convient de se tourner vers le remarquable analyste qui a été cité d’emblée au début de cette étude : James Redfield. Au cœur de son livre, en effet, il a réservé un développement sur « les femmes » (1984 : 156-159). Quelle est donc sa thèse à propos de la filiation ?

36Acte i : Tout ce qui occupe le paysage héroïque est masculin. « Viril, le héros lui-même fils de héros ; sa formation reproduit et perpétue la virilité de ses ancêtres… La fonction du fils est de remplacer son père […] son courage dans la mêlée est semblable à celui de son père… ».

37Acte ii : « Mais il est né d’une femme et on trouve chez Homère trace d’un concept opposant les qualités innées, héritées de la mère, à celles conférées par le rôle social… Les aptitudes requises pour emplir [son] rôle, les qualités naturelles viennent de la mère ».

  • 40 Rappelons que le titre de l’ouvrage condense et établit en programme cette opposition nature/cultur (...)

38Bref, Redfield résume ainsi sa conception : « C’est un peu comme si le père était le parent culturel et social, la mère le parent naturel40 » (1984 : 156). Une lecture dichotomique bien claire, bien faite aussi pour séduire ceux qui, comme ses lecteurs, viennent de l’avenir de ce temps d’Iliade, qui ont en tête la conception grecque classique de la génération qui offre au féminin de jouer le rôle de la matière et de nutriment, et au masculin d’être le moteur, le mouvement et aussi la psychè. Dépassant de peu la formulation de Redfield, j’ajouterai que je vois là comme l’application (ou le reflet) d’une conception de l’hérédité qui distingue une hérédité somatique – qui serait d’origine féminine – d’une hérédité génétique – masculine.

  • 41 Comme en Job 14, 1-2, repris par Purcell dans les Funérailles de la reine Mary, et qui se déroule e (...)

39Le héros est né d’une femme, s’écrit Redfield : « born of a woman »41 ; certes, et les héros, bien que fort discrets sur le féminin généalogique, ne font pas de difficulté à citer quelques mères parmi leurs aïeux. Pour autant, les mères (si ce collectif existe bien) tiennent-elles dans l’essence du guerrier la place que leur assigne Redfield ? En d’autres termes, et pour prendre appui sur nos catégories anthropologiques, il s’agit de poser la question de l’existence d’une filiation par la mère.

  • 42 Et non « tendre » comme le démontre définitivement Philippe Monbrun (2007).

40Je n’ai pas cité les passages que Redfield appelle successivement à la rescousse dans sa démonstration. Voyons d’abord la question des « qualités innées », ce que sans trop trahir on appellera l’hérédité somatique, qui viendraient de la mère. Les deux citations dont se recommande Redfield se trouvent dans l’Odyssée. Envi 25, on est chez Nausicaa et c’est Athéna qui parle. La traduction du vers par Mazon donne : « Tudors Nausicaa ! La fille sans que ta mère enfanta. » On apprend donc seulement que Nausicaa est fille de sa mère ! L’autre référence se situe au cours de la scène de l’épreuve de l’arc du Chant xxi ; Liodès, l’haruspice, le premier, vient d’échouer à bander42 l’arc d’Ulysse. Il y voit un funeste présage ; furieux, Antinoos lui lance : « Il faut que cet arc brise à bien des héros et le cœur et la vie, parce qu’un Liodès n’a pas pu le bander ! Si tu as reçu le jour de ton auguste mère, ce n’est pas pour tirer de l’arc, lancer des flèches » (xxi 171-173). Que ce soit dans le geinato mètèr de VI 25 ou dans le egeinato potnia mètèr du xxi 172, il n’y a absolument rien à tirer pour soutenir l’hypothèse d’une hérédité somatique (rien qui aille contre non plus, bien sûr). En l’un comme en l’autre, aucune valeur particulière n’est attribuée à la filiation maternelle. Simplement, elle est. Nausicaa et ce Liodès sont des enfants de leur mère.

  • 43 Plutôt qu’un « homme sans courage » (Redfield, 1984 : 156).

41Une repartie de Pâris dont Redfield se recommande aussi est plus troublante. Mais avançons là avec précaution, car le prince troyen n’est pas un commun héros. Il n’est pas étonnant de le trouver du côté du féminin. Mauvais guerrier parce que mauvais brave, cela va bien avec la part inacceptable de féminité qui est en lui. Alors qu’il est plusieurs fois qualifié de « libidineux » (gunaimanès) (iii 39 et xiii 769), Diomède qu’il a blessé, lui envoie à la figure l’injure de « femme » (xi 389). Et c’est donc face à Hector, qui vient de le traiter de « bellâtre, de coureur de femmes et de suborneur », que Pâris se défend ainsi : « […] Si jamais j’ai pu m’écarter du combat, c’est à d’autres moments, ce n’est pas aujourd’hui. Ma mère, de moi, n’a pas fait un lâche complet43 » (xiii 776-777) (epei oud’eme pampan analkida geinato mètèr). Peut-on tirer de ce passage (1) l’idée d’une transmission spécifique de la mère au héros, (2) qui porterait sur son essence ? Outre le fait que, la misogynie aidant, la deilia ne saurait venir du père, et que le support d’un seul vers sur toute l’épopée rendrait la base de la théorie assez mince, il est difficile de répondre aux deux questions par l’affirmative.

  • 44 Gennaios n’est pas vraiment traduit (pas de sang, même métaphorique dans cette notion). On pourrait (...)

42(1) Il est cependant vrai que cette règle, incontestable celle-ci, selon laquelle le héros tient son andreia de son père n’est pas appliquée ici, que jamais, par exemple, une Hécube n’est évoquée s’agissant de la virilité d’Hector alors que c’est bien le cas pour Pâris ici – et dans sa bouche. Mais est-ce la règle ou bien est-ce seulement le cas de Pâris, en cette circonstance ? Si règle il y avait, il y aurait à exciper de beaucoup plus d’exemples allant dans l’autre sens. En revanche, du fait que l’andreia vienne du père et du genos, entre cinquante autres exemples, il n’est que d’écouter parler Diomède (v 252) :« Ne me parle pas de fuir : aussi bien j’imagine que je ne t’écouterai pas. Il n’est pas de mon sang44 de combattre en me dérobant encore moins de me terrer… ». On en conclura que la sortie de Pâris est exceptionnelle.

43(2) Tenter de répondre à la seconde interrogation, c’est faire face à la difficile question de la définition du « naturel » car, à bien lire Redfield, l’héroïsme viril ressort précisément de la catégorie du masculin (acte i). Il est donc illogique, dans le raisonnement de Redfield, d’attribuer à la mère cette fonction de dispensatrice de « nature », quand ce que lui attribue expressément Pâris – l’andreia – relève, à l’opinion de Redfield, de la « culture ».

44Autant de passages, donc, qui n’apportent rien ou bien peu à la thèse de Redfield. Restent, pour l’éprouver encore, deux instruments de mesure de la filiation maternelle :

  • le sensible, dans la chair du poème, à savoir comment sont dites les relations personnelles mère-fils et fils-mère ;

  • et puis il faudra revenir à ce par quoi on communique en ce monde : les généalogies. Rejoignons pour cela de nouveau le « meilleur des Achéens ».

Achileus Thetidos pais

45Apparemment, tout est égal, Achille aune mère comme il a un père. Lui-même et les autres le disent. Quand Patrocle s’adresse à lui pour se lamenter de sa dureté, de son apparente indifférence, il nie de la façon suivante le fait que sa parenté soit bien celle qu’on prétend : « Tu n’as pas eu pour père Pélée, le bon meneur de char, ni pour mère Thétis ; c’est la mer aux flots pers qui t’a donné le jour » (xvi 35). Dans la bouche de Patrocle, Achille a donc un père et une mère. D’ailleurs Achille-le-fils nomme parfois ses parents de la même façon ; c’est le cas quand il annonce les conséquences de sa fin funeste en cette terre étrangère : « Le vieux meneur de chars Pélée ne m’accueillera pas de retour dans son mégaron, ni ma mère Thétis, et cette terre ici même me retiendra » (xviii 332).

46Mais ce n’est pas la règle iliadique. Plusieurs témoins de son passé et de sa vie, et non des moindres, en effet, n’en pensent pas moins et choisissent entre ses parents. Ainsi Hector, s’adressant à Patrocle, efface la paternité de Pélée pour ne conserver que la maternité de Thétis : « Qui sait si ce n’est pas Achille, fils de Thétis aux beaux cheveux, qui, frappé par ma lance, perdra le premier la vie ? » (xvi 859-861). Il n’est pas le seul : un plus illustre, Zeus, justifie ainsi ses choix au Chant xiii quand il « souhaite seulement glorifier ensemble Thétis et son fils valeureux » (v. 351). Le couple mère-fils est indissociable et Pélée en fait les frais.

47Il n’est pas indifférent de remarquer que, plus souvent que huios, ce fils de Thétis est appelé pais au sein de la formule suivante : Achileus Thetidos pais (vi 512, xvi 860). En simplifiant, on pourrait dire à ce stade qu’Achille est plus l’enfant de Thétis que le fils de Pélée. Ce caractère plus sentimental du lien d’Achille avec sa mère est évidemment plus intéressant à examiner du point de vue de cette dernière que de celui des témoins, même divins. Dans la plus grande partie de l’Iliade, Thétis est angoissée. Elle s’inquiète pour son enfant. Et son inquiétude est publique. Elle va, dès l’ouverture du poème, jusqu’à regretter sa maternité. « Ah ! Mon enfant, pourquoi t’ai-je élevé, mère infortunée ! » (i 414). C’est à son fils, qu’elle désigne par l’expression de proximité maternelle ômoi teknon emon (mon enfant), qu’elle lance cette lamentation. Sans repos ni cesse, elle regrette cet enfantement : « Ah ! Misérable que je suis ! Mère infortunée d’un preux ! » (ô moi egô deilê, ômoi dusa ristotokeia) (xviii 53). Thétis pleure. Et l’aède la fait entrer en scène comme un personnage en pleurs ; la formule Thetis kata dakru cheousa la caractérise (i 413, xvii 94, xviii 428). Non seulement elle constate la détresse d’Achille, mais elle connaît aussi l’avenir. Et elle ne le cache pas à son fils : « Et Thétis, pleurante, à son tour lui dit : “Ta fin est proche, mon enfant, si j’en crois ce que tu me dis ; car tout de suite après Hector, la mort est préparée pour toi” » (xviii 94-96). Et, seule actrice de la sollicitude parentale auprès d’un enfant, c’est elle qui va se jeter aux genoux d’Héphaïstos pour le supplier de lui donner les armes de la victoire (xviii 457-460). Vu du côté du fils, le lien mère-fils est aussi fondamental. On va en voir les aspects psychologiques, mais aussi ceux liés au destin. Il confie ainsi que c’est de sa mère qu’il tient ce qu’il en sait : « Ma mère souvent me l’a dit, la déesse aux pieds d’argent, Thétis : deux destins vont m’emporter vers la mort, qui tout achève » (ix 410-411). L’auditeur/lecteur sait. Achille sait. Et sa liberté de héros lui permet de choisir ; sa réponse ne fait d’ailleurs pas de doute : plutôt la mort et la gloire que la longue vie.

L’amour : les mains et les noms d’une mère

  • 45 Sur les gestes et paroles des mères dans le théâtre d’Euripide, voir Bodiou, Brulé et Pierini, 2005

48Ce n’est pas Pélée qui va prier Zeus, ce n’est pas lui qui se démène pour son fils. Ce n’est pas lui qui accourt lorsqu’il gémit (xviii 33-36). Thétis n’est d’ailleurs pas avec lui en son mégaron quand elle entend sa plainte, mais chez son père Nérée. Est-ce seulement parce que ce père est « vieux » (v. 35-36) ? Toujours est-il que Thétis rend manifeste par ses actes et ses paroles son lien avec Achille et que ce n’est que pour elle que l’aède esquisse des scènes d’amour maternel. Elle est venue plusieurs fois jusqu’à ses côtés. Pleurante, elle s’est assise tout près de lui ; et c’est sa main qui, la première, a parlé. Elle l’a flatté de sa main (xxiv 126), elle a pris la sienne (xix 8). Puis sa bouche forme les mots. Elle l’appelle « de tous ses noms », formule remarquable, répétée en xix 7 et xxiv 127, suivie à chaque fois par « mon enfant » (de nouveau teknon et non huios, et avec le possessif). « Tous ces noms », ce n’est donc pas seulement son nom, son identité sociale. Je forme l’hypothèse que ce sont les façons intimes de se nommer, les diminutifs, les appellations secrètes. La tragédie athénienne classique reprendra ses « motifs » gestuels et langagiers de la maternité45.

49Et son chagrin est à la mesure de son amour. Elle prend deux fois la parole pour détailler ce malheur de mère. C’est dans la justification de sa demande d’armes divines auprès d’Héphaïstos que sa description est la plus complète (xviii 428-443) :

  • 46 À propos de cette traduction, voir la page suivante.

Thétis alors, pleurante, lui répond :« Héphaïstos, est-il une autre des déesses, habitantes de l’Olympe, dont le cœur jamais ait eu à supporter autant de cruels chagrins que Zeus, fils de Cronos, m’aura octroyé de douleurs, à moi, seule, entre toutes ? Seule de toutes les déesses marines, il m’a soumise à un mortel, Pélée l’Éacide ; et j’ai dû, en dépit de mille répugnances, entrer au lit d’un mortel, qui maintenant est couché dans son palais, tout affaibli par la vieillesse amère, tandis que pour moi, voici d’autres douleurs encore. Il m’a donné un fils. Je l’ai enfanté, élevé, héros entre les héros. Il a surgi (en moi) tel un drageon ; et moi je l’ai ensuite tendrement élevé, comme on fait d’un jeune plant au repli d’un vignoble46, je l’ai envoyé sur les nefs recourbées, au pays d’Ilion combattre les Troyens. Mais il est dit en revanche que je ne l’accueillerai pas, rentrant chez lui, dans la demeure de Pélée, et, tant qu’il me reste vivant, les yeux ouverts à l’éclat du soleil, il souffre, sans qu’il me soit possible d’aller l’aider en rien. »

Une histoire de scion

  • 47 « Terme complémentaire d’ampelos et non interchangeable avec ce dernier » (Perpillou, 2004b : § 2.5 (...)

50C’est la seconde fois que l’on trouve évoquée la scène anticipée, à chaque fois plus irréelle, du retour d’Achille au mégaron paternel. À chaque fois, le couple parental s’y trouve reconstitué : au retour du guerrier la mère-déesse quitterait donc son père marin pour reprendre son rôle civil et accueillir aux côtés de son époux son fils bien-aimé. Comme si l’aède ressentait la nécessité de recomposer la scène rituelle en redonnant à Thétis ce rôle d’épouse qui lui manque constamment, elle qui n’est habituellement que mère. Être-mère, selon Thétis, cela se compose de quoi, précisément ? Outre les aspects psychologiques déjà évoqués, outre sa participation à la scène du retour, Thétis vient d’en évoquer l’essentiel qui tient en peu de mots : elle a donné la vie, enfanté un fils à Pélée, un fils puissant et sans reproche ; elle l’a nourri, élevé (toujours trephein), le plus grand des héros, héros entre les héros ; et il a grandi pareil à une jeune pousse, et, après l’avoir « tendrement élevé, comme on fait d’un jeune plant au repli d’un vignoble », il est parti au pays d’Ilion pour la guerre. Dans le même Chant xviii (48-62 et 428-443), elle s’exprime sur ce sujet en deux discours qui s’adressent, l’un à l’Olympien Héphaïstos, son seul recours à ce moment, pour obtenir des armes, et elle insiste sur le fait qu’aucune déesse de l’Olympe n’atteint à ses cruels chagrins – il y a là une injustice –, l’autre à ses sœurs, les Néréides, la plupart mères comme elle, et, à « toutes ensemble qui se frappent la poitrine », elle parle de son thumos. De façon frappante, sur six vers (xviii 57-62 et 437-442), une partie des deux discours est exactement identique. Et, sur ces six vers, de façon frappante aussi, un seul est réellement consacré à la maternité ; je veux dire qu’un seul vers n’aurait pas pu être prononcé par Pélée : ton men egô threpsasa phuton hôs gounô(i) alôès (v. 57 et 437). L’expression est unique dans l’épopée. Phuton est un végétal, cela pourrait être un arbre, mais le sens est probablement plus précis ici, comme en Odyssée xxiv 246 : «  phuton désigne spécifiquement dans ce contexte le jeune plant de vigne encore en pépinière… »47. Mais phuton résonne d’autres valeurs par le jeu de métaphores filées. Alors on quitte le végétal pour l’animal, l’humain compris. Il est ce qui vient d’un autre vivant, et le terme « rejeton » convient bien pour désigner son statut.

  • 48 Caus. plant., i 2, 1 ; iii 5, 1 et aussi Démosthène, C. Aristog., 48.

51Prenant comme élément de démonstration successivement le latin pullus « petit d’animal », spécialement d’oiseau qui désigne aussi la jeune pousse « marcottée ou drageonnée » des espèces végétales arboricoles, puis le grec moskhos « veau », mais aussi « petit d’animal » et puis « pousses d’osier » et puis « plant de figuier » – le verbe moskeuô signifiant aussi bien « élever un veau » ou « élever comme un veau » que « marcotter » chez Théophraste48 –, J.-L. Perpillou met en évidence ce qu’il appelle un universel, « durablement et fortement vécu, et pas seulement dans le langage, puisque la biologie transpose cette démarche : la commutation constante de l’animal au végétal “vivipare” et son double inversé » (2004c : note 53, § 3.8). On dira reproduction parthénogénétique ou végétative, cette reproduction qui, à l’inverse de la reproduction sexuée, conserve au végétal second tous les caractères du végétal-souche.

52Ayant précisé qu’ernos possède aussi ce sens de « drageon », on peut maintenant revenir aux paroles de Thétis (Iliade xviii 56-57 = 437-438) : « Il a surgi (en moi) tel un drageon (ernei) ; et moi je l’ai ensuite tendrement élevé, comme on fait d’un jeune plant (phuton) au repli d’un vignoble. » (trad. Perpillou)

53Deux mots donc pour dire l’être-second, l’être-fils : successivement ernos et phuton. Le premier est et ne peut être que « tout mère », ce drageon en effet s’est comme révélé en elle, il est une partie d’elle-même, il prend souche de la matérialité même du corps maternel – court-circuitant les obligations sexuelles. Le second est séparé du pied-mère : il en dépend encore pour les soins indispensables – cette tendresse maternelle dont Thétis témoigne toujours –, mais, si sa substance corporelle est maternelle, c’est dans une nouvelle perspective individuelle.

  • 49 Sur ce thème, comment ne pas conseiller ici au lecteur de prendre connaissance des magnifiques page (...)

54L’ensemble recèle une autre image qui ne peut mieux se définir qu’à l’aide d’ernos, lorsqu’il est appliqué entre autres au corps de Nausicaa dans l’Odyssée (vi 163) et qui désigne la jeune pousse, la branche, plus spécifiquement encore, dans le passage en question, le « surgeon ». L’image est si commune aux deux termes que, comme phuton, ernos joue sur l’ambivalence tige végétale/rejeton. Et puis, il est une troisième façon de dire encore la même chose, c’est thalos, avec tout son arrière-plan de corps qui poussent et qui fleurissent. Celui qui a été enfanté puis nourri par Thétis, Achille, ou plus singulièrement le corps d’Achille, c’est un scion, ce jeune végétal détaché du tronc, en pleine puissance de croissance par l’effet de la multiplication cellulaire sous le bourgeon apical. Un autre versant occupe la même image, c’est celui d’une certaine beauté qui est celle de la floraison49. Je me permets à ce propos de renvoyer à ce que j’ai écrit des valeurs associées au fameux « tronc » que représente aux yeux d’Ulysse le corps de parthenos de Nausicaa (Brulé, 2001 : 75-79).

55Cette fois, et si tant est que l’on puisse se fonder sur si peu, la maternité que revendique Thétis peut effectivement être placée plutôt du côté du sôma. Nous sommes bien ici dans cette même dimension physique de la parenté qui sera celle des Grecs historiques. La continuité se marque alors, comme dans le bouturage, dans le marcottage, par la reproduction ad libitum des mêmes caractères. Oui, visiblement, par sa main, par sa proximité physique, par le contenu corporel de son rapport à son fils qui va jusqu’à oblitérer le rôle mâle dans la formule ho d’anedramen ernei isos, le corps d’Achille, c’est l’œuvre et c’est l’affaire de Thétis.

Un bilan ?

56Ainsi, sur le fond, James Redfield avait raison, même si les exemples sur lesquels il fondait ses arguments (Nausicaa et Liodès, dits seulement enfants de leur mère) n’emportaient pas la conviction. Même si, on l’a dit plus haut, le passage contenant la défense de Pâris, lorsqu’il désigne clairement sa mère comme partiellement responsable de son manque d’andreia, comporte, compte tenu de la personnalité du locuteur, une trop grande part d’ambiguïté pour qu’il puisse être valablement versé au dossier. On voit bien néanmoins par l’examen des relations mère-fils ainsi que de la manière dont est dite la maternité ce que recueille un héros à être fils-de-sa-mère : sa sollicitude, sa chaude présence corporelle, ses paroles intimes, mais encore sa substance, une contiguïté et aussi une continuité somatique : ernos et phuton sont là pour le dire.

57Toutefois, à son alter ego, dans le face à face des généalogies, le héros ne s’ouvre pas de ces legs maternels. Qu’en dit-il ?

  • 50 On ferait bien d’y regarder à deux fois avant d’écrire des équations du genre « noblesse » = riches (...)

58Nous avons déjà relevé ces absences maternelles, mais reprenons-les une à une. Glaucos ? Il faut compter pour rien la fille du roi de Lycie que Bellérophon épouse « engendre », selon l’heureuse expression de Claudine Leduc (1990). Elle est moins mère-aïeule qu’instrument d’installation du héros déraciné. C’est le cas aussi de la mère de Diomède (qui restera anonyme) pour son père Tydée : « Mon père, lui, s’en fut, au bout de ses erreurs, se fixer à Argos. Ainsi sans doute en avait décidé Zeus et les autres dieux. À Argos il prit pour femme une des filles d’Adraste » (xiv 119-121)50. Et lui-même n’a qu’un père, Hippolochos. Ce n’est pas le cas d’Énée, sa mère est Aphrodite et il ne l’envoie pas dire à Achille. Il faut bien que ce soit elle parce que, par ailleurs, sur sept générations, de Zeus à Anchise, aucune femme ! Et le pauvre Astéropée, qu’en est-il de ses aïeules ? Il n’a pas de mère ! Mais il a bien une grand-mère, c’est l’épouse du fleuve Axios, d’où est né son père, Pélégon. On se souvient qu’à la courte généalogie d’Astéropée répond un cocorico généalogique d’Achille, or il y est fait silence sur Thétis. On ne saurait prendre prétexte du caractère, il est vrai impressionniste, de ce relevé pour prétendre que la place des mères était grande dans les généalogies. Quand ce n’est pas leur absence, c’est leur caractère falot, leur absence d’identité (une nymphe anonyme, une princesse, une épouse sans nom) qu’il faut relever. Bref, en ces discours normés masculins, on n’exhibe les mères que dans la mesure où leur kleos et leur timè rehaussent la valeur du genos. Néanmoins, de l’absence de référence aux mères, on ne saurait déduire que l’aède et ses auditeurs/lecteurs minimisaient ou, encore moins, niaient la part qui revenait au maternel dans la filiation.

59Dans cette logique généalogique, peut-être tout n’a-t-il pas été dit, il y a pour terminer deux histoires de cavales troyennes…

  • 51 D’un point de vue général : E. Delebecque (1951) auquel on ajoutera une contribution au volume d’ho (...)
  • 52 Pour traduire geneès, est ici justifié (v. 268).

60La Dardanie est terre de chevaux, cela déjà du temps d’Érichthonios51, lui qui était le plus riche des humains, « avait trois mille cavales qui paissaient dans le marais… Borée lui-même s’éprit d’elles au pacage et les couvrit sous la forme d’un étalon aux crins d’azur. De cette saillie, douze pouliches naquirent » (xx 220-225). Et puis écoutons Diomède : « La race52 [des chevaux d’Énée] est celle dont Zeus, le dieu à la grande voix, donna jadis les rejetons à Trôs en rançon de son Ganymède, parce que c’était celle des meilleurs coursiers qui soient sous l’aube et le soleil. De ce sang-là (tès geneès), Anchise, protecteur de son peuple, a su dérober un peu : à l’insu de Laomédon, il a fait saillir ses juments par eux » (v 265-269).

  • 53 Pour des sources complémentaires, voir Brulé, 1987 : 27 pour les cavales d’Érichthonios et p. 308-3 (...)

61Il me semble inutile de commenter ici longuement cette image mâle du vent dans la pensée grecque, je l’ai déjà fait ailleurs53. De ces passages deux enseignements peuvent être tirés :

62La conception d’une sélection massale basée sur la croyance à l’hérédité des caractères acquis est bien là à l’œuvre : détourner vers le féminin équin du troupeau les qualités de géniteurs des « meilleurs coursiers » dignes de Zeus pour que soient engendrées des cavales sans égales, est une pratique normale du sélectionneur. Par de telles pratiques, Anchise fait beaucoup de bien à son peuple.

  • 54 Brulé, 1995 : 232-233, spécialement la n° 26.

63Dans les deux histoires, l’amélioration du troupeau – tout femelle, comme il est normal en bonne zootechnie – est le fait du mâle, divin ou quasi divin. Et voilà que nous revenons de nouveau vers Redfield par un rapprochement entre ces usages de sélection animale et les généalogies des humains. Et ce n’est pas la première fois qu’un tel parallèle me semble opératoire pour rendre compte d’une structure généalogique. En effet, dans la seconde partie de la liste des rois d’Athènes donnée par la Bibliothèque, celle où se multiplient les noms de rois de type « métique » – les Métion (deux fois), Eupalamos, Dédalos et Métiadousa –, j’avais décelé un parallèle entre cette instillation progressive de qualités nouvelles dans une souche préexistante et les méthodes anciennes d’amélioration du bétail54. Il n’y a pas lieu de s’en étonner : c’est de l’observation de tout le vivant que l’homme tire ce qu’il croit comprendre de la biologie, aussi bien des végétaux que des animaux, et aussi des humains. L’intervention du mâle – singulier, individualisé – est du côté de la modification du stock des qualités (on dirait génétiques), alors que la partie femelle du troupeau – indifférenciée – est vue et utilisée comme l’est un substrat, non pas vraiment immuable, mais n’évoluant que très lentement ; le rôle du féminin, d’ailleurs, dans la transformation du genos, se situe moins dans la perspective du mouvement que dans celle de la réussite de ce procès, une réussite assurée précisément par ses qualités propres : la stabilité qui va avec la nourriture, l’élevage, la sollicitude. Telles sont aussi les mères dans les généalogies héroïques – si cela n’en constitue pas la raison, il s’agit au minimum d’un écho.

Bibliographie

Index des passages homériques cités

Iliade

I 413

17

I 414

19

II 864-865

6 n. 22

III 39

17

V 243-248

4 n. 14

V 252

18

V 265-269

20

V 541-543

13 ; 15 n. 40

V 630-631

6

VI 25

15

VI 128-143

3

VI 151

6

VI 152-196

3

VI 198-199

6 n. 23

VI 208-211

3-4

VI 226 ; 231

7

VI 476-481

14

VI 512

17

VII 131

5

IX 410-411

17

X 222-223

15

X 234-239

5

XI 786-787

14 n. 45

XI 389

16

XIII 459-461

10

XIII 351

17

XIII 776-777

16

XIII 769

16

XIV 113

4 n. 14

XIV 112-127

3 n. 11

XIV 119-121

20

XIV 115

10 ; 11

XVI 35

16

XIV 125

5

XVII 94

17

XVI 859-861

17

XVIII 48-62 ; 57-62

18

XVIII 33-36

17

XVIII 94-96

17

XVIII 53

17

XVIII 428

17, 18

XVIII 332

16

XVIII 434

9

XVIII 428-443 ; 437-442 ; 437

18 ; 19

XIX 7

17

XVIII 457-460

17

XX 177

11 n. 32

XIX 8

17

XX 203-204

6

XX 199-243

9

XX 382-385

6 n. 22

XX 220-225

20

XXI 150

11 ; 12

XXI 141 et 157

13

XXI 159-160

13

XXI 153

13

XXI 184-187

13

XXI 190-191

13

XXII 485-498

6

XXIV 126

17

XXIV 127

17

Odyssée

I 170

11 n. 33

VI 25

15

VI 163

19

VII 238

11 n. 34

X 325

11 n. 33

XIV 187

11 n. 34

XV 264

11 n. 34

XIX 105

11 n. 34

XXI 171-173

15

XXIV 298

11 n. 34

Références bibliographiques

Bodiou, Lydie ; Brulé, Pierre et Pierini, Laurence, 2005. « En Grèce ancienne, la douloureuse obligation de la maternité », Clio. Histoire, Femmes et Sociétés, 21 : 17-42.

Bonte, Pierre et Conte Édouard, 1991. « Latribu arabe. Approches anthropologiques et orientalistes », in P. Bonte et al. dir., Al-Ansâb. La quête des origines. Anthropologie historique de la société tribale arabe. Paris/Cambridge, Maison des sciences de l’homme/Cambridge University Press : 13-48.

Bourin, Monique, 1990, 1992, 1995. Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Brillet-Dubois, Pascale, 1998. « Généalogie et géographie troyennes dans le discours d’Énée au chant xx de l’Iliade », in D. Auger et S. Saïd dir., Généalogies mythiques. Paris, Centre de recherches mythologiques de l’université de Paris-X : 189-202.

Broadbent, Molly, 1968. Studies in Greek Genealogy. Leyden, E. J. Brill.

Brulé, Pierre, 1987. La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique, cultes, mythes et société. Paris, Les Belles Lettres.

– 1995. « La liste des rois d’Athènes dans la Bibliothèque d’Apollodore. Histoire et politique », in M. -M. Mactoux et E. Gény dir., Discours religieux dans l’Antiquité. Paris, Les Belles Lettres : 209-240.

– 2001. La vie quotidienne des femmes grecques dans l’Antiquité. Paris, Hachette.

– 2005. « Dans le nom, tout n’est-il pas déjà dit ? Histoire et géographie dans les récits généalogiques », Kernos, 18 : 241-269.

– 2006a. « Laparenté selon Zeus », in A. Bresson et al. dir., Parenté, sexe et genre, de l’Antiquité à l’âge moderne. Bordeaux, Ausonius : 97-119.

– 2006b. « Le polythéisme en transformation. Les listes de dieux dans les serments internationaux », in N. Belayche et al. dir., Nommer les dieux. Théonymes, hiéronymes et épiclèses. Brépols, Turnhout : 143-174.

– 2008. « Temps d’aujourd’hui et temps grecs antiques », Europe, 945-946 : 21-34.

Calame, Claude, 2006. Pratiques poétiques de la mémoire. Représentations de l’espace-temps en Grèce ancienne. Paris, La Découverte.

Calhoun, George, 1934. « Classes and Masses in Homer », Classical Philology, 29 : 192-208 ; 301-316.

Carrière, Jean-Claude, 1998. « Du mythe à l’histoire. Généalogies héroïques, chronologies légendaires et historisation des mythes », in D. Auger et S. Saïd dir., Généalogies mythiques. Paris, Centre de recherches mythologiques de l’université de Paris-X : 66-88.

Chantraine, Pierre, 1936. « Homérique meropôn anthropôn », in Mélanges Franz Cumont, i. Bruxelles, Secrétariat de l’institut de philologie et d’histoire orientale et slave : 121-128.

Clastres, Pierre, 1972. Chronique des Indiens Guayaki. Paris, Plon.

– 1980 [1977]. « Malheur du guerrier sauvage », in Recherches d’anthropologie politique. Paris, Seuil : 209-248.

Delebecque, Édouard, 1951. Le cheval dans l’Iliade. Paris, Klincksieck.

Duplouy, Alain, 2006. Le prestige des élites. Recherche sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les Xe et Ve siècles avant J.-C. Paris, Les Belles Lettres.

Finley, Moses I., 1978. Le monde d’Ulysse, traduit de l’anglais par C.-V. Blanc et M. Alexandre. Paris, Maspéro.

– 1981. Mythe, mémoire, histoire, traduit de l’anglais par J. Carlier et Y. Llavador. Paris, Flammarion.

Hartog, François, 1990, « Écritures, généalogies, archives, histoire en Grèce ancienne », in Mélanges Pierre Lévêque, vol. 5, Anthropologie et société. Paris, Les Belles lettres. : 177-188.

Hoffmann, Martin, 1914. Die ethische Terminologie bei Homer, Hesiod und den alten Elegikern und Jambographen, thèse de doctorat. Tübingen, Verlag der Buchhandlung Kloeres.

Homère, 1989. Œuvres I. L’Iliade, texte bilingue présenté par C. M. Cluny, traduit par F. Mugler. Paris, Éditions de la Différence.

Kernaleguen, Y., 2006. Eugeneia, mémoire de master, université Rennes-II.

Klapisch-Zuber, Christiane, 1983. « Parents de sang, parents de lait », Annales de démographie historique : 33-64 (repris dans La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991 : 263-89).

– 1991a. « Le nom refait », La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales : 83-107.

– 1991b. « Les stratégies du nom », La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales : 81-133.

Leduc, Claudine, 1990. « Comment la donner en mariage ? », in G. Duby et M. Perrot dir., Histoire des femmes en Occident, t. I : Antiquité, P. Schmitt-Pantel dir. Paris, Plon : 259-315.

Létoublon, Françoise, 1983. « Défi et combat dans l’Iliade », Revue des études grecques, 96 : 27-48.

– 1987. Fonder une cité. Grenoble, ELLUG.

– 2003. « Ilion battue par les vents. Troie aux larges rues, la représentation de Troie dans l’Iliade », in La naissance de la ville dans l’Antiquité. Paris, de Boccard : 27-44.

Mazel, Florian, 1999. « Mémoire héritée, mémoire inventée, Guilhem de Baux, prince d’Orange, et la légende de Guillaume d’Orange », in Faire mémoire. Aix-en-Provence, Presses de l’université de Provence : 193-225.

Ménager, L. -R., 1980. « Systèmes onomastiques, structures familiales et classes sociales dans le monde gréco-romain », Studia et Documenta Historiae et Iuris, 46 : 147-168.

Menant, François, 1994. « Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, l’espace italien », actes de la table ronde de Milan (21-22 avril 1994). Rome/Paris, école française de Rome/De Boccard (Mélanges de l’École française de Rome. Moyen âge, t. 107, 2).

Menier, Thomas, 1993. L’être-au-monde du héros homérique. Les valeurs existentielles constitutives de l’idéologie héroïque, mémoire de DEA, université Rennes-II.

Monbrun, Philippe, 2007. Les voix d’Apollon. L’arc, la lyre et les oracles. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Muellner, Leonard Charles, 1976. The Meaning of Homeric Euchomai through its Formulas. Innsbruck, Institut für Sprachwissenschaft.

Mugler, Frédéric, 1989. Œuvres. 1 : L’Iliade d’Homère, texte bilingue présenté par C. M. Cluny. Paris, Éditions de la Différence.

Perpillou, Jean-Louis, 2004a [1980]. « Noms d’animaux », in Essais de lexicographie en grec ancien. Louvain/Paris, Peeters : 1-22.

– 2004b [1981]. « Vignes mycéniennes, homériques, historiques », in Essais de lexicographie en grec ancien. Louvain/Paris, Peeters : 41-55.

– 2004c [1981]. « Marcotte, drageon, plant » et « veau, une métaphore », in Essais de lexicographie en grec ancien. Louvain/Paris, Peeters : 215-233.

Pirenne-Delforge, Vinciane, 2008. « Des marmites pour un méchant petit hermès ! ou comment consacrer une statue », in S. Estienne et al. dir., Image et religion dans l’Antiquité gréco-romaine, actes du Colloque de Rome, 11-13 décembre 2003. Naples, Centre Jean Bérard : 103-110.

Pironti, Gabriella, 2007. Entre ciel et guerre. Figures d’Aphrodite en Grèce ancienne, Supplt Kernos, 18. Athènes/Liège, Cierga.

Pisani, Vittore, 1976. « Méropes anthroipoi », Acme, 29 : 5-7.

Redfield, James, 1984. La tragédie d’Hector. Nature et culture dans l’Iliade, traduit par A. Lévi. Paris, Flammarion (éd. orig., 1975, Nature and Culture in the Iliad. The Tragedy of Hector, Chicago, Duke University Press).

Scheer, Tanja S., 1993. Mythische Vorväter. Zur Bedeutung griechischer Heroenmythen im Selbstverständnis kleinasiatischer Städte, Münchener Arbeiten für alten Geschichte Band 7. München, Editio Maris.

Skoda, Françoise, 1982. Le redoublement expressif, un universel linguistique. Paris, SELAF.

Wathelet, Paul, 1989. Les Troyens de l’Iliade. Mythe et histoire. Paris, Les Belles Lettres.

– 1998. « La généalogie de Priam », in D. Auger et S. Saïd dir., Généalogies mythiques. Paris, Centre de recherches mythologiques de l’université de Paris X : 177-188.

Wilgaux, Jérôme, 2006. « Corps et parenté en Grèce ancienne », in Fr. Prost et J. Wilgaux dir., Penser et représenter le corps. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 333-347.

Woronoff, Michel, 1983. « Les chevaux de Troie », in Mélanges Édouard Delebecque. Aix-en-Provence/Marseille, Université de Provence : 489-498.

Notes

1 Je tiens à souligner l’insigne qualité d’un mémoire de DEA rédigé en 1993 à Rennes-II sur ce thème par Thomas Menier, « L’être-au-monde du héros homérique. Les valeurs existentielles constitutives de l’idéologie héroïque ».

2 La récente recherche d’A. Duplouy sur les élites en Grèce ancienne (2006) a le mérite recadrer une grande partie des données d’un dossier d’envergure et d’en ajouter de nouvelles (il envisage d’ailleurs la question ici traitée pendant quelques pages [39-43]) ; elle réagit aussi avec justesse contre la thèse de G. Calhoun (1934) sur l’absence complète de terme connotant la qualité de la naissance chez Homère. Il reste pourtant à poser de nouvelles questions et à en approfondir d’autres. Sur le plan méthodologique, aussi longtemps qu’il n’aura pas été clairement défini en cette culture, je m’interdirai l’usage de concepts comme celui de « noblesse ».

3 Cela signifie qu’on ne trouvera pas en cette étude les n + 1versions de la généalogie de tel ou tel personnage : l’exhaustivité « mythologique » n’est pas à mon programme (on verra dans cette perspective les travaux de P. Wathelet, notamment Wathelet, 1989). Ici, les coups d’œil périphériques aux textes les plus proches ne dépasseront pas Hésiode et les fragments d’épopées perdues.

4 On notera que le mot lui-même n’y figure pas ; entre autres sens, le terme geneè sert à en désigner l’objet.

5 La place me manque ici pour en faire la démonstration, mais tout prouve en effet que l’eugeneia homérique (et l’eugeneia « ultérieure ») n’est pas un donné intangible, mais quelque chose comme un capital variable, sujet à des hausses et à des baisses en fonction du comportement du héros. Les recherches d’Yves Kernaleguen (voir 2006) ont pour objet de reprendre ab ovo une enquête lexicale sur le vocabulaire de l’excellence : eugenès, esthlos, gennaios.

6 Plus rarement, elles peuvent s’insérer dans un autre contexte, lorsqu’une circonstance quelconque nécessite une justification d’intervention, ainsi au Chant xiv (v. 112-127), lorsque Diomède, bien que trop jeune, s’avance au milieu du conseil pour donner son avis. L’écoute des plus braves lui est ouverte par la proclamation de sa généalogie.

7 Dans l’état où il nous est parvenu, le fragment 43a du « Catalogue des femmes » d’Hésiode ne permet pas d’éclairer cet épisode ni comment « [Mestra], au sortir des bras de Poséidon, mit au monde, pour Glaucos, ce Bellérophon très irréprochable, d’une bravoure immense sur la terre sans borne » (traduit par Ph. Brunet, 1999, Paris, Librairie générale française : 215).

8 Voilà en quoi cette traduction diffère très légèrement de celle de P. Mazon (Hésiode, Belles Lettres [CUF]), laquelle constitue la traduction de base de cette étude). Depuis longtemps (voir, déjà, dans « Laparenté selon Zeus » : Brulé, 2006a : 109 n. 47), je me refuse en effet, dans l’immense majorité des cas, dans les contextes de parenté et de généalogie, à traduire, tout uniment, genos par « race », comme c’est malheureusement l’usage dans la « Collection des Universités de France » (et dans d’autres…). Si l’extraordinaire polysémie du mot inclut quelques usages proches de la « notion » de « race », c’est souvent, comme au vers 119, par « lignée » qu’il faut le traduire. P. Mazon répète la même « race » au vers 211 ; on ne trouve pourtant pas là genos, mais geneè et il faut alors préférer « génération » ou bien « généalogie ». J’ai eu le plaisir de constater que Claude Calame, à propos du mythe appelé canoniquement « mythe des “races” », ruait aussi dans ces usages irréfléchis (2006 : 86, 91 et 110 n. 30). Il n’est pas inutile au plan historiographique et méthodologique de constater que, dans un texte paru pour la première fois en 1975, Finley pourfendait ceux (anonymes) qui voyaient des âges dans les étapes hésiodiques du déclin de l’homme dans Les Travaux et les Jours (il s’agissait bien pour lui de « races »), s’en prenant avec raison à ce défaut consistant « à appliquer une réflexion historique moderne, sous l’apparence du sens commun, à un récit mythique, non historique » (1981 : 16). Tout un chacun souscrira à la partie dogmatique de ce discours de la méthode ; toutefois, en l’occurrence, la leçon est mal appliquée par celui-là même qui la professe : une certaine conception, « moderne » de l’histoire empêchait Finley de déceler la présence de l’histoire dans le mythe, mais une « histoire » qui n’est pas celle des modernes ; nous reviendrons plus loin sur ce point. Il y avait bien là des générations, donc des âges successifs.

9 Mazon traduit par « je me flatte ». Il me semble qu’il faut donner à euchomai (et à euchetaomai), précisément dans ce contexte, son caractère de proclamation (voir Muellner, 1976 : 76-79 à propos de l’expression euchomai genos einai que nous retrouverons plusieurs fois à des adaptations près). Quand, pour justifier que, malgré son jeune âge, on porte attention à ses paroles au sein de la palabre du début du Chant xiv, Diomède fait appel, pour se donner de l’importance, à la mémoire de son genos, il emploie, comme d’autres que nous rencontrerons, cet euchomai qu’il faut prendre au sens fort : le héros, se glorifiant à la fois plus et moins qu’il ne se « vante », comme traduit Frédéric Mugler (1989), de l’aretè de ses ancêtres, la proclame à tous : patros d’ex agathou kai egô genos euchomai einai (v. 113). J’admets en revanche que l’idée de vantardise puisse être présente quand c’est un tiers qui évoque une généalogie, ainsi peut-on traduire avec Mugler les paroles de Sthénélos à Tydée : « L’un, Pandaros, est cet archer habile qui se vante d’être fils de Lycaon ; l’autre, Énée, est fils d’Aphrodite et se vante de même d’avoir pour père Anchise » (v. 243-248) (pour tenir compte des différences à introduire entre l’aède parlant des héros et des héros échangeant sur les héros). Mon choix se porte sur une proposition de Létoublon (2003 : 31 et note 30) : « affirmer hautement ». Je rendrai donc ainsi les paroles de Diomède : « Moi aussi j’affirme hautement être issu d’un père insigne, de Tydée… »

10 À la recherche de la dimension parentale de Zeus à l’aide d’une enquête sur ses épiclèses, j’ai moi-même rencontré tout un ensemble de notions cohérentes évoquées par des épiclèses comme genarchès, genethlios, herkeios, homognios, et puis, plus compact encore, l’ensemble xunaimos, enaimos, homaimos surtout (Brulé, 2006a).

11 C’est ce qu’avait exposé Jérôme Wilgaux lors d’un séminaire du Crescam en février 2003 ; c’est en cette circonstance que ce lecteur infatigable de ces auteurs qu’on ne lit pas assez nous avait donné à découvrir la lettre 35 de Michel Italikos (traduit par P. Gautier dans Lettres et discours, Paris, Institut français d’études byzantines, 1972, p. 213 sq.), qui contient un riche commentaire sur homaimôn et sur homognios, en en tirant la matière aux meilleures sources classiques (Wilgaux, 2006).

12 Je pense là aux exemples athéniens bien connus des Étéoboutades ou des Kérykes, mais il en est beaucoup d’autres.

13 Je suis revenu plusieurs fois sur cette question des aspects du temps dans les généalogies grecques telles qu’elles nous sont données à lire aussi bien chez les Atthidographes (par exemple Hellanikos 323F24) dans la Bibliothèque d’Apollodore et dans des inscriptions comme celle qui enregistre la liste chronologique des prêtres de Poséidon à Halicarnasse (Syll.3 1020) (dernièrement, 2005). Ayant donné le bon exemple du même usage dans la Chronique du temple d’Athéna Lindia à Lindos, Tanja S. Scheer (1993 : 43) a cette formule claire : « Zwischen mythischer und historischer Zeit ist… kein Unterschied auszumachen ».

14 Que les autres Généalogies connues, aussi bien celle, tardive, de la Bibliothèque, que celle, même fragmentaire, du Catalogue des femmes d’Hésiode, descendent toujours les générations, cela est moins digne de remarque que lorsqu’un héros doit dire à son interlocuteur de qui il est le rejeton. Il reste à examiner comment procèdent de ce point de vue d’autres cultures (voir Bonte et Conte, 1991, spécialement p. 39 avec la notion de remodelage des généalogies des groupes patrilinéaires). On peut dire qu’une des variables c’est de savoir vers où va la plus grande densité d’intérêt : le présent ou le passé.

15 Je ne crois pas comme Jean-Claude Carrière que seule compte la dernière génération (1998 : 66-68). Par ailleurs, la « règle généalogique » (p. 64) selon laquelle les ancêtres lointains des héros sont exclus des généalogies s’applique mal à la plupart des exemples qui vont suivre.

16 Frgt Rose 94, Leipzig, Teubner, 1886.

17 Cette commune information généalogique dont nous vérifions l’existence – au moins pour l’élite de cette élite – interdit toute tricherie. Elle contredit la thèse de L. -R. Ménager à laquelle Duplouy redonne quelque lustre selon laquelle il n’y aurait « rien de plus facile que de se forger une généalogie » (Ménager, 1980 : 158). Comment rendre compte alors de ce « Nous savons, dit Énée, la généalogie l’un de l’autre, nous savons qui sont nos parents ? » Je ne comprends pas pourquoi il faudrait imaginer une tromperie sur la généalogie dans le fait que des héros disent descendre de quelque nymphe (ii 864-865 et xx 382-385 ; exemples choisis par Duplouy 2006 : 2 n. 5,42) pour abonder dans le sens de Ménager ; descendre d’une nymphe, quoi de plus général et banal en généalogie mythique ?

18 La première formule convient pour Sarpédon (vi 198-199), la seconde pour Tlépolème fils d’Héraclès.

19 Toujours cette humaine difficulté à « figurer » le temps, qui se traduit de façon très générale par un emprunt aux représentations de l’espace qui sont tellement plus aisées. C’est une question que je n’ai pu qu’effleurer dans Brulé, 2008.

20 Ma supposition est gratuite dans le cas d’espèce, mais je la crois fondée en principe.

21 Sur un phénomène onomastique parallèle à la Renaissance, on consultera Christiane Klapisch-Zuber, 1991a, et dans le même volume, sur d’autres questions évoquées ici, 1991b.

22 « D’autres exemples démontrant aussi que sans la généalogie, la xenia, la pratique de l’hospitalité… ne peut fonctionner. Mémoire des ancêtres et inventaire des alliances, la mémoire généalogique est une comptabilité de dettes sociales : qui nous doit ? à qui devons-nous ? » écrit François Hartog (1990 : 179), en renvoyant à propos de la xenia à Finley (1978 : 122-126).

23 Je répète que ma seule source est l’Iliade ; il n’y a donc aucun parallèle à chercher autre part à cette généalogie, en particulier avec celle qui vient d’Hellanikos (Broadbent, 1968 : 27-39).

24 Je suis frappé de nouveau par le rapport des noms de ces éponymes des origines avec des noms d’insectes et d’autres animaux dont le processus de reproduction utilise le sol peu ou prou. J’avais déjà relevé le fait dans La fille d’Athènes (Brulé, 1987 : 25-26), avec cette autre signification du nom de Cécrops : la « cigale », et je l’avais rapproché du nom du héros Mérops, dans l’étrange expression homérique meropôn anthropôn ; P. Chantraine (1936, I : 121-128) à partir de merops « guêpier », avait proposé de voir dans le héros un être né de la terre (comme est aussi pensée la cigale) (voir aussi Pisani, 1976 : 5-7) : le nom donné aux populations « pré-doriennes » de Cos est celui d’un oiseau qui pond dans le sol. À considérer le nom de Dardanos, on est peut-être près d’un début de famille ; une notice d’Hésychios fait s’équivaloir darda à melissa. Par ailleurs, à suivre F. Skoda (1982 :100 ; référence empruntée à Létoublon, 1987 : 82 n. 5), *dardanus, mot dont on infère l’existence en latin à partir de dialectes italiens, désigne le « guêpier ». Cela ajoute un peu de poids à cette remarque d’alors : on a peu examiné l’autochtonie sous cet angle naturaliste – comme c’est le cas pour d’autres constructions imaginaires.

25 Voir mon commentaire dans Brulé, 2005 : 259-261, n 18. Wathelet (1998), étudiant les mêmes textes, mais y cherchant autre chose – comment cette généalogie fut « construite » –, y trouve autre chose ; c’est du même point de vue « génétique » que se place P. Brillet-Dubois (1998).

26 Duplouy (2006 : 2 n. 5, 40) évoque rapidement des termes tels qu’amumôn (et d’autres comme eus), souvent associés à la filiation ; il y a lieu, je crois, de remettre sur le métier leur examen sémantique dans la lignée des travaux de M. Hoffmann (1914) et de l’étendre à la période classique.

27 Une dissymétrie, à la fois nécessaire au drame et tacite, s’introduit sans qu’on y prenne garde dans l’ordre de la prise de parole ; ce n’est pas un hasard si c’était tout à l’heure Diomède et, surtout, si c’est ici Achille qui interroge l’autre. C’est la même chose dans la rencontre entre Énée et Achille en xx 177.

28 Les passages les plus célèbres sont ceux où Eumée et Télémaque questionnent Ulysse et Athéna (xiv 187 et I 170). C’est par cette citation que s’ouvre significativement l’Einführung du livre de Tanja S. Scheer (1993 : 11).

29 i 170 ; X 325 ; xiv 187 ; xv 264 ; xix 105 ; xxiv 298. En vii 238, la reine Arété n’adresse à Ulysse que le début de la formule : « Qui est-il et d’où vient-il ? »

30 Traduit parfois par « Quelle est ta patrie ? »

31 Traduit régulièrement par « race ».

32 « Qui es-tu donc, et d’où viens-tu ? »

33 Les travaux des médiévistes sur le choix et la dation du nom sont du plus grand intérêt comparatiste. Je ne citerai que les trois volumes dirigés par Monique Bourin (1990, 1992, 1995) et celui dirigé par François Menant (1994, vol. 2). Sur la question du rapport du toponyme avec le patronyme, voir spécialement Bourin (1990) : « Bilan de l’enquête : de la Picardie au Portugal, l’apparition du système anthroponymique à deux éléments et ses nuances régionales. » Enfin à propos de l’importance que revêt la volonté d’enraciner le lignage dans le passé lointain, on verra Florian Mazel (1999 : 193-225).

34 Ce nom est aussi « géographique », les habitants de la région sont aussi appelés « Pélégoniens » selon Strabon, vii 1, 39. Mais je sors de l’Iliade.

35 Encore une fois, ce phasi n’inclut pas une valeur de doute, mais de reconnaissance commune.

36 Ce que pratique aussi un Pausanias quand il cherche à asseoir une « vérité » en comparant les discours locaux entre eux et avec la vulgate panhellénique (sur cette procédure on verra dorénavant Vinciane Pirenne-Delforge (2008 : 62)).

37 Créthon et Orsiloque, qui sont les proies d’Énée, étaient aussi du genos d’un fleuve, Alphée (v 541-545). Au royaume des voyants, les borgnes seraient-ils donc aveugles ?

38 Même opinion de Duplouy (2006 : 2 n. 5, 41).

39 Il en est d’ailleurs d’autres qui composent la valeur. Duplouy (2006 : 2 n. 5,42) rapproche avec raison ces mots de Ménoitios à son fils Patrocle : « Mon fils, par son ascendance (geneèi), Achille te surpasse ; mais toi, tu es son aîné (presbuteros), même si par la force, il te surpasse de beaucoup » (xi 786-787) ; ainsi force et rang d’âge concourent aussi à définir la valeur.

40 Rappelons que le titre de l’ouvrage condense et établit en programme cette opposition nature/culture.

41 Comme en Job 14, 1-2, repris par Purcell dans les Funérailles de la reine Mary, et qui se déroule en « Sa vie est courte, sans cesse agitée ».

42 Et non « tendre » comme le démontre définitivement Philippe Monbrun (2007).

43 Plutôt qu’un « homme sans courage » (Redfield, 1984 : 156).

44 Gennaios n’est pas vraiment traduit (pas de sang, même métaphorique dans cette notion). On pourrait le traduire par « noble », mais les connotations historiques, avec leurs lourdes implications socio-politiques qui entraînent l’exégète vers l’anachronisme, sont trop pesantes ici. On peut dire « bien né » si l’on entend « conforme à son genos ».

45 Sur les gestes et paroles des mères dans le théâtre d’Euripide, voir Bodiou, Brulé et Pierini, 2005.

46 À propos de cette traduction, voir la page suivante.

47 « Terme complémentaire d’ampelos et non interchangeable avec ce dernier » (Perpillou, 2004b : § 2.5).

48 Caus. plant., i 2, 1 ; iii 5, 1 et aussi Démosthène, C. Aristog., 48.

49 Sur ce thème, comment ne pas conseiller ici au lecteur de prendre connaissance des magnifiques pages de Gabriella Pironti dans le chapitre de sa thèse (2007) intitulé « La fleur de la jeunesse ». Après un tel régal intellectuel, il pourra se demander ensuite comment des censeurs ont pu refuser la qualification d’historienne à celle qui les a écrites !

50 On ferait bien d’y regarder à deux fois avant d’écrire des équations du genre « noblesse » = richesse. La fortune de Tydée (« […] et il vivait dans une demeure opulente. Il avait là force terres à blé, sans compter les arbres fruitiers en rangées innombrables, et d’innombrables moutons ») lui vient de sa femme.

51 D’un point de vue général : E. Delebecque (1951) auquel on ajoutera une contribution au volume d’hommages qui lui fut offert par M. Woronoff (1983) où ce dernier analyse la riche documentation équine et équestre sur Troie, eupôlos, et les Troyens, hippodamoi.

52 Pour traduire geneès, est ici justifié (v. 268).

53 Pour des sources complémentaires, voir Brulé, 1987 : 27 pour les cavales d’Érichthonios et p. 308-310 pour les rapports des filles avec le vent.

54 Brulé, 1995 : 232-233, spécialement la n° 26.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable