Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argument de la filiation

 | 
Pierre Bonte
, 
Enric Porqueres I Gené
, 
Jérôme Wilgaux

Quatrième partie. Le fétichisme de la parenté

Chapitre 15. Filiation et politique dans les démocraties modernes

Marc Abélès

Texte intégral

1Dans les démocraties contemporaines où la représentation politique est fondée sur l’élection, on constate que les rapports de filiation jouent un rôle non négligeable dans la construction de la légitimité. Il vaut la peine d’analyser ces phénomènes d’hérédité élective observables dans la vie politique locale, mais qu’on retrouve dans des contextes plus englobants. L’exemple de la famille Bush aux États-Unis ou celui des Kennedy mettent en évidence la puissance et l’efficacité de la filiation. En France, les candidats à la présidence n’hésitent pas à invoquer ce lien de manière métaphorique, en se réclamant d’une relation privilégiée avec un des détenteurs antérieurs de la fonction suprême. L’imaginaire démocratique est constamment sollicité par cette thématique de la famille, alimenté par les médias qui scrutent en permanence les rapports plus ou moins tendus entre les différents protagonistes. Pour l’anthropologie de la politique, il s’agit là d’un terrain de choix, comme on essaiera de le montrer à partir d’un certain nombre d’analyses de cas en France et aux États-Unis.

Prologue

  • 1 9 février 2008.

2En guise de prologue, un extrait du site internet du journal Libération1 :

Marie-Cécile Ménard, numéro 2 de la liste de Martinon, Arnaud Teullé, ainsi que le fils cadet du président de la République, Jean Sarkozy, tous responsables locaux de l’UMP, décident de se désolidariser, après avoir battu la campagne auprès de Martinon. « Nous avons décidé de conduire la liste de rassemblement pour les élections municipales à Neuilly, afin de faire cesser les divergences au sein de la majorité présidentielle sur notre commune. » Signé par Arnaud Teullé, Jean Sarkozy et Marie-Cécile Ménard, ce texte a été envoyé depuis le mail de Jean Sarkozy. Cette dernière a authentifié ce courriel.

3Le Monde, 11 février 2008 :

Le fils chéri de la Sarkozye est devenu son fils maudit. En un week-end. David Martinon, candidat parachuté à Neuilly (Hauts-de-Seine) par la volonté du chef de l’État ne siégera pas à l’hôtel de ville où son mentor a régné de 1983 à 2002.

4De quoi s’agit-il ? Nous sommes en pleine campagne pour les élections municipales à Neuilly. David Martinon, porte-parole de Nicolas Sarkozy, avait été désigné pour conduire la liste de l’UMP et succéder à l’ancien maire devenu président. Mais voilà, la campagne patine, et l’on voit le propre fils de ce dernier se désolidariser du candidat en titre.

5Devant la presse, François Bayrou, président du Mouvement démocrate (MoDem), critique le style monarchique de Sarkozy et dénonce « le fait que ces histoires politiques se transforment perpétuellement en histoires de famille ». « On ne transmet pas le pouvoir en démocratie par primogéniture mâle », ajout-et-il. « C’est comme si c’était un fief, comme si ça appartenait à la famille. »« J’en ai assez de cette manière de traîner la République dans le perpétuel roman-photo », a-t-il dit, affirmant que « les Neuilléens ne vont pas se laisser faire ».

La patrimonialisation des élections

6Après coup cet épisode peut paraître anecdotique. Du point de vue de l’anthropologue, il est révélateur à bien des égards des pesanteurs propres au système politique français. Ce système peut être décrit comme une démocratie organisée autour des deux piliers que constituent la présidence et le Parlement. C’est le suffrage universel qui choisit les députés et désigne l’hôte de l’Élysée. La vie publique de notre société est dominée par la figure de l’élu(e), l’homme ou la femme qui a su conquérir une légitimité auprès de ses concitoyens et qui incarne pratiquement et symboliquement la collectivité. Si le mot démocratie est présent sur toutes les lèvres quand on parle de la vie politique, on est frappé par la fréquence des références à la filiation et à l’hérédité : ce n’est pas un hasard si l’expression « monarchie républicaine » a été si souvent employée pour qualifier la Ve République, et les notions de « fiefs » et de « primogéniture » auxquelles se réfère Bayrou ont été bien des fois évoquées à propos des « dynasties d’élus », autre expression fréquente dans le vocabulaire des observateurs et des praticiens de la politique.

7La question des rapports entre filiation et politique est donc tout à fait pertinente pour qui veut resituer les caractéristiques essentielles du système politique français tant au niveau local qu’au plan national, les deux étant étroitement imbriqués. En effet, pour faire carrière dans ce système, il importe d’obtenir les suffrages populaires qui permettent d’accéder aux positions de pouvoir. En France il est presque indispensable qu’un homme politique qui exerce des responsabilités nationales détienne simultanément au moins un mandat local. Nous connaissons bien des cas de personnalités qui accèdent à des fonctions gouvernementales en raison de leurs compétences et parce qu’elles ont obtenu un siège à l’Assemblée nationale. Mais elles ne sauraient en rester là, si elles veulent maintenir leur position politique. On verra ainsi des ministres être candidats, lorsqu’une opportunité se présente, à une élection municipale ou à une élection cantonale.

8Dans une longue enquête que j’ai consacrée au département de l’Yonne (Abélès, 1989), j’ai montré combien les élus ont partie liée avec un lieu et ses habitants. Une observation ethnologique menée dans le cadre d’un département français montre à quel point les liens locaux interfèrent dans la construction de la légitimité. Les maires, les conseillers généraux sont rarement des étrangers, venus d’autres régions. Ils appartiennent à des familles reconnues ou leur sont apparentés par le biais d’alliances matrimoniales (Pourcher, 1987 ; Patriat, 1992). Parmi les candidats à une élection locale, on peut distinguer la catégorie des éligibles, ceux qui, de par leur position dans les réseaux politiques, sont en position d’accéder aux mandats convoités.

9Depuis les débuts de la IIIe République, la conception prédominante de la représentation politique a ainsi privilégié deux valeurs : l’autochtonie et la patrimonialité. On met l’accent sur « l’enracinement » des élus, leur capacité à « labourer le terrain » et à « cultiver leur circonscription ». Le choix de ces métaphores exprime bien le ruralisme qui a longtemps imprimé sa marque à notre culture politique. De même l’élu est censé s’identifier à son terroir et se constituer un véritable patrimoine, en faisant fructifier son réseau de relations locales et assurer ainsi sa propre longévité. Réussir c’est faire souche pour pouvoir bien plus tard désigner son héritier et lui transmettre en bonne et due forme le résultat de tant d’années de fidélité mutuelle. Dans ce contexte, la transmission du pouvoir local implique l’existence d’un rapport étroit entre son détenteur et celui qui est appelé à lui succéder, mais aussi une véritable propension du maire à s’identifier à la collectivité qu’il administre, à « sa » commune.

10Le caractère patrimonial du système politique local apparaît à un double niveau : d’une part dans les formes de transmission des mandats ; d’autre part dans la stabilité des oppositions qui structurent la vie politique. Ces oppositions peuvent avoir perdu une grande part de leur virulence ; les personnes concernées peuvent elles-mêmes, comme dans l’exemple cité, avoir perdu toute conviction en la matière. N’en restent pas moins des traces qui permettent à l’opinion de s’orienter spontanément en assignant d’elle-même les affiliations de chacun.

11D’innombrables rituels ont pour effet de rendre visible, de matérialiser la permanence d’une appartenance commune entre l’élu et la collectivité. Rituels de commémoration où, à propos d’événements qui ont marqué la collectivité, les élus doivent agir et parler pour magnifier un passé et des personnalités qui incarnent le patrimoine commun. Cérémonial aussi des inaugurations qui permet de rendre pleinement visible les améliorations du patrimoine collectif auxquelles a contribué l’élu. L’une des activités essentielles d’un député, par exemple, consiste dans ces parcours répétés qu’il effectue chaque fin de semaine dans son département. Or ces rites diffèrent moins qu’il ne paraît de ceux que les anthropologues observent dans des sociétés éloignées : on ne pratique pas ici de sacrifices, on dévoile des monuments, on observe une minute de silence, etc., mais de part et d’autre, la signification accordée à l’autochtonie et aux témoignages d’une territorialité commune est tout aussi fondamentale. C’est un véritable marquage cérémoniel du territoire auquel se livre l’homme public. La campagne électorale s’inscrit bien sûr dans ce jeu de pratiques : on va de réunion en réunion, on se promène dans la rue, on serre des mains, on n’oublie pas les marchés.

12Cette forme traditionnelle de la représentation politique axée sur le territoire a été favorisée par la prégnance d’une forte organisation centralisée, mais aussi par l’incorporation des élites dans des partis politiques solides. De même l’existence de repères idéologiques stables, en référence auxquels se menaient les grands combats politiques, a contribué à la permanence d’un style politique.

13J’ai pour ma part essayé de montrer que le statut d’« éligible » dans le champ politique local est un élément en quelque sorte patrimonial. Tout le monde ne peut accéder à l’éligibilité, qui bien évidemment n’assure jamais de façon automatique l’élection, mais en est la condition sine qua non. Pour faire partie de cette catégorie, il n’est cependant pas nécessaire d’exhiber des antécédents familiaux ou un intérêt particulier pour la politique. En ce qui concerne les antécédents, il suffit que les concitoyens du candidat soient en mesure de se référer à des traces, de déchiffrer un apparentement à une lignée d’élus antérieurs ; pour ce qui est de l’intérêt politique, le destin de l’élu est parfois tracé avant même que ce dernier soit tenté de faire des choix ou même de prendre vraiment au sérieux la chose politique.

14De cet état de choses, l’expérience la plus pure était fournie dans le canton où je travaillais par deux situations correspondant à deux communes différentes. Dans chacune, un apolitisme de surface prévalait. Dans la première de ces communes, Quarré-les-Tombes, j’ai pu observer lors des municipales de 1983 qu’un candidat jeune n’ayant pour tout bagage que son nom (ni profession de foi, ni campagne active) fut élu, alors que la campagne avait opposé la liste sortante et une liste d’opposition au maire. Or cette dernière réussit difficilement à placer un élu. Dans l’autre cas, à Saint-Léger-Vauban, un candidat jeune était élu en 1983, mais il avait été une première fois rejeté en 1977. J’observais que les mêmes caractéristiques auxquelles on attribuait son échec cette année-là se trouvaient curieusement portées à son crédit lors de l’élection suivante. En 1977, ce candidat se présentait à la tête d’une liste complète ; on faisait référence à ses antécédents familiaux : il avait épousé la petite-fille d’un maire radical, et l’on soulignait l’anticléricalisme de cette lignée, sa coloration rouge. En 1983, l’alliance matrimoniale contractée par le candidat était conçue par ses concitoyens dans un esprit d’ouverture ; le candidat, cette fois-ci, ne présentant plus de liste complète, on y voyait la possibilité d’élargir le consensus local à cette descendance radicale. Notons que jamais ne fut évoquée explicitement l’idée d’un clivage idéologique. Tout se passait entre gens qui refusaient toute étiquette, pour affirmer la non-politisation de leur candidature.

15Ce qui nous intéresse ici, c’est qu’à Quarrré-Ies-Tombes comme à Saint-Léger-Vauban, les concitoyens du candidat opèrent quasi inconsciemment un décryptage des traces. À Quarré, le candidat isolé n’est autre que le petit-fils d’un maire et conseiller général, l’arrière-petit-fils d’un conseiller d’arrondissement, tous radicaux, donc « plutôt à gauche ». À Saint-Léger, l’élu était allié à une vieille souche également radicale. D’emblée, tout un chacun peut dire que « la politique c’est dans la famille ». La mémoire autochtone retrace ici une filiation, en jouant sur le vecteur d’une parenté réelle, d’une alliance réalisée.

Le traitement métaphorique de la parenté

16À considérer ces matériaux concernant l’éligibilité dans le système français, on s’aperçoit que la parenté est doublement présente, d’une part comme vecteur de réseaux politiques et fréquemment comme condition d’accès aux mandats politiques territoriaux, mais aussi, en un autre sens, comme métaphore de l’univers politique de l’homme public. L’homme public qui se pose comme représentant des autres ne cesse de se réclamer d’une famille où l’on pratique, pour le meilleur et pour le pire, des alliances, où l’on se réclame aussi d’ancêtres communs, où pères et enfants s’aiment, mais s’affrontent parfois. Entrer à l’Assemblée nationale, c’est découvrir une constellation de parents et d’apparentés. Il est intéressant de se plonger dans l’usage métaphorique de la parenté pour voir comment celle-ci intervient dans la construction d’une légitimité, non plus au seul niveau local, mais au plan national cette fois.

17« Parler famille », c’est dire des choses bien différentes selon les contextes. Un autre aspect par exemple du traitement métaphorique de la parenté est la part réservée dans la représentation du lien politique à la transmission et à l’alliance. Nous observons que la détermination des « héritiers » d’une part, l’intérêt permanent pour ou contre les « unions », les « mariages » (union contre nature, mariage blanc, etc.) sont des traits qui caractérisent la vie politique française. C’est dans ce contexte que le thème de la filiation prend tout son relief au sein de celle-ci et particulièrement sous la Ve République.

18S’il est rentable d’exhiber ses antécédents familiaux dans le cadre des campagnes politiques locales, une référence à la parenté fictive est non moins valorisée quand on brigue une fonction d’envergure nationale. Depuis ses débuts, la Ve République est fertile en assomptions de ce genre. Dès le point de départ, et par réaction aux avatars de la IVe, on s’est inquiété d’assurer la pérennité du régime au-delà de la personne du général-fondateur. Nous voici d’emblée au cœur d’une problématique de la transmission : comment succéder au personnage prestigieux qui incarne à lui seul le régime qu’il a créé ? La IIIe et la IVe Républiques n’ont jamais suscité semblables préoccupations, dans la mesure où l’idéal républicain avait dès le départ emprunté plusieurs visages (Gambetta, les « Jules », etc.). On héritait d’idées, d’idéal, on reproduisait un rituel scandé par un calendrier.

19Durant la Ve République, la transmission devient une affaire de personnes et marque les relations entre vivants, tout autant qu’elle met au premier plan la référence des vivants aux défunts. Même la transition d’un président à son successeur devient un moment inquiétant, prend un caractère dramatique. Symbolique de cet aspect, la mise en scène télévisée de Giscard d’Estaing lorsqu’il quitte la présidence : le président s’éloigne et laisse derrière lui une chaise vide sur laquelle la caméra s’attarde longuement. Après moi… qui rejoint le chantage traditionnel des présidents de la Ve face à leur opposition : moi ou le chaos. La personne du souverain devient garante de la République, alors qu’auparavant c’est la référence républicaine qui garantissait la légitimité des hommes d’État qui gouvernaient le pays. Ceci n’est pas sans implications en ce qui concerne la construction de l’image de l’homme politique qui aspire aux plus hautes destinées. Nous constatons que la référence à la filiation devient un facteur non négligeable de l’ascension politique.

20Dès l’instauration de l’élection du président de la République au suffrage universel en 1962, la question du dauphin de de Gaulle est posée. Et, sans relâche, les observateurs suivront l’évolution des relations entre de Gaulle et Pompidou, pour savoir si ce dernier est bien l’homme que le général destine à la plus haute charge. Pompidou se trouvera peu à peu englué dans ce rôle de dauphin, au point qu’à mesure que le personnage s’affirme comme un politique à part entière, il s’attire la méfiance, voire l’hostilité de celui qui l’a mis en orbite. « Le duel de Gaulle-Pompidou », titre un journaliste (Alexandre, 1970) ; les rapports du président à son Premier ministre prennent la tournure d’une tragédie familiale dont l’épilogue exhale le parfum amer de la trahison.

21Après de Gaulle, les paradoxes de la succession demeurent ; ils se résument ainsi : pour devenir président, il faut peu ou prou incarner la continuité dans son camp, donc recevoir du tenant de la charge une légitimité. Mais celui-ci se refuse toujours à désigner explicitement son successeur, ce qui signifierait creuser symboliquement sa propre tombe. Il n’en est pas moins soucieux de marquer l’existence d’une continuité potentielle, ce qui est indispensable à la stabilité structurelle du système. Tout ceci entretient les spéculations autour du (ou des) héritiers présomptifs du président, et un perpétuel balancement, l’héritier se trouvant tour à tour en position de favori puis de suspect. On se souvient que Le Canard enchaîné dans sa rubrique « La Cour » fit ses délices des intrigues qui ponctuaient le quotidien des sphères élyséennes et de Matignon. La référence à Saint-Simon n’était nullement fortuite.

22Sous Mitterrand, la chronique de la filiation a connu de nouveaux développements. L’un des tournants du dernier septennat est le remplacement au poste de Premier ministre de Pierre Mauroy par Laurent Fabius en juillet 1984. « Le jeune Premier ministre que j’ai donné à la France », ainsi François Mitterrand désigne-t-il le nouveau titulaire de la charge. Et tous les commentateurs emboîtent le pas allègrement, avides de repérer tous les signes de cette filiation. « Laurent Fabius, le benjamin du président », titre Libération ; « Fabius, le surdoué fidèle » : ainsi Le Quotidien de Paris intitule-t-il l’article qu’il consacre au nouveau Premier ministre. « Jeune homme brillant », fidèle entre les fidèles, les qualificatifs pleuvent pour souligner la proximité filiale de Fabius à l’égard de son père en politique. Et il est vrai que Fabius, ou tout au moins sa carrière politique, est une véritable invention du président ainsi que le note Le Monde du 19 juillet 1984 :

Du président, d’ailleurs, il a appris la politique […] Mais, comme toujours, ce jeune homme si « brillant » qu’il paraît avancer à pas comptés lorsqu’il s’agit d’une marche à vive allure apprend vite. Et il sait moduler ses capacités. Voilà ce qui l’a qualifié aux vœux du président. Mais on attend aujourd’hui de lui plus et mieux. De M. Lionel Jospin, seul autre fils spirituel possible, on ne dira jamais qu’il est infidèle à M. Mitterrand, mais on sait qu’il préserve sa propre part de vérité. Du nouveau Premier ministre, on sait qu’il se coule si parfaitement dans le moule qu’on lui dessine et lui destine qu’on ne parvient plus à discerner la part qui lui revient. Tel est le mystère Fabius.

23Ce commentaire qui définit Fabius comme le parfait élève du père au point de s’identifier à merveille au rôle qu’on lui a assigné, introduit une comparaison entre les deux « fils » de Mitterrand. Il suggère, en outre, une possible rivalité entre ces deux héritiers – rivalité qui, d’ailleurs, se concrétisera dès l’été 1985, quand il s’agira de désigner le leader des socialistes pour la campagne des législatives. Les commentaires soulignent les points de ressemblance entre le fils et le père : « Laurent Fabius, note Le Quotidien de Paris du 16 juillet 1984, se comporte en élève, copie jusqu’au rythme et au ton du maître et adopte jusqu’à la caricature ses allures de fuite. » Reste cependant qu’à gauche comme à droite, on n’en est pas moins troublé par une autre ressemblance : la calvitie, la faculté de jongler sans notes avec les chiffres, pour tout dire le « look » général du jeune homme « brillant », tout cela évoque irrésistiblement un autre président, Valéry Giscard d’Estaing. Alors, a-t-on affaire au fils légitime ou à la réincarnation d’un autre univers, celui du « château », tant dénigré par le prédécesseur de Fabius à Matignon ? Longtemps le doute persistera, et l’affaire n’est pas tranchée.

24Mais les observateurs s’accordent sur un point : s’il y a bien identification volontaire du fils au discours et aux attitudes du père, inversement le père s’est reconnu dans cette aptitude à la réussite dont témoigne étonnamment le fils. En Fabius, Mitterrand retrouve le jeune homme qu’il fut trente ans auparavant : « Les romanciers auraient trouvé du sel à cette identification, au soir de sa vie, de M. Mitterrand au plus jeune et au plus personnel des enfants déjà perdus du socialisme » (Ibid.). Comme le note Serge July :

L’extraordinaire, c’est qu’ils se fascinent mutuellement. Pour Fabius, Mitterrand est un maître, le meilleur de tous auprès de qui il convient d’apprendre « la politique ». Pour Mitterrand le rapport est plus narcissique : Fabius lui rappelle irrésistiblement la star montante qu’il fut après la guerre (July, 1986 : 186).

25Le même auteur n’hésite pas à qualifier Fabius et Jospin de « demi-frères en mitterrandisme, les deux enfants préférés du président, ses hommes de confiance, soudain dressés l’un contre l’autre comme Abel et Caïn », ou même comme « le lobe droit et le lobe gauche de Mitterrand » (Ibid.). Après quelques mois de pouvoir, au cours desquels Fabius semble s’affirmer dans les sondages comme l’incarnation d’un style nouveau, les relations entre le président et le Premier ministre seront scrutées avec soin par les journalistes qui ont perçu de légères fissures dans le dispositif, voire un certain agacement de la part du chef de l’État. Décidément les fils trouvent difficilement grâce aux yeux des pères, sous la Ve République, plus soucieux d’apparaître comme des héritiers que comme des élèves fidèles.

26Il y a cependant des descendances qui n’ont pas ce caractère problématique : c’est le cas de la relation qui unit Jacques Chirac à Georges Pompidou. On sait que Chirac fit ses classes dans l’équipe pompidolienne ; il entra au cabinet du Premier ministre en 1962, et très vite entre les deux hommes s’établit une véritable amitié. Comme Chirac l’a lui-même rappelé dans sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, lors de son entrée en fonction comme Premier ministre le 5 juin 1974 : « Georges Pompidou est l’homme qui m’a formé, qui m’a amené à la vie politique, qui m’a inculqué le sens du devoir de l’État. » On a souvent souligné le contraste physique entre les deux hommes, rondeur d’un côté, raideur de l’autre ; différence de culture aussi entre le normalien amateur de littérature et de peinture et l’énarque « bulldozer » comme l’appelle Pompidou. Mais la fascination joue, et Chirac, comme l’écrit un de ses biographes, « se trouve un second père… Avec ce père-ci, pour s’affirmer, il faut obéir, exécuter sa pensée, se montrer non pas “aussi bien”, non pas rival, non pas héritier, mais indispensable, fidèle, obéissant » (Desjardins, 1983 : 92). Le dévouement de Chirac à l’égard de Pompidou semble en effet, du vivant de ce dernier, échapper à toute préoccupation relative à l’héritage potentiel du président. Les boutades de Pompidou reflètent bien cette relation : « Si je dis à Chirac : cet arbre me fait de l’ombre, cinq minutes plus tard, l’arbre aura disparu. »

27La fidélité de Chirac à la mémoire de Pompidou sera par la suite exemplaire. À maintes reprises, devenu Premier ministre, puis leader de la droite, Chirac évoquera sa dette envers le président disparu. À ce point l’attachement filial envers Pompidou devient aussi un argument dans le contexte des joutes électorales. Facteur de légitimité, la référence revient dans les situations difficiles : d’abord bien sûr il est fait appel à des hommes comme Édouard Balladur, connus comme pompidoliens, mais on observe aussi une véritable mise en spectacle de la relation, comme ce sera le cas, en pleine crise étudiante, lors de l’émission télévisée « Question à domicile ». Dans le bureau de Matignon, la caméra s’attarde à maintes reprises sur la photo de Pompidou qui accompagne partout Jacques Chirac. On nous montre aussi un coq d’église en fer forgé du XVIe siècle ; questionné à propos de cet objet, le Premier ministre indique qu’il s’agit d’un cadeau du président Pompidou. La petite histoire veut que Chirac ait un jour dit à Pompidou en manière de plaisanterie : « Monsieur le Premier ministre, si ce coq venait à disparaître, ne cherchez pas longtemps le voleur, ce sera moi. » Le temps passa et Pompidou quitta Matignon : « En plein déménagement, raconte Jacques Chirac, Georges Pompidou a passé son bras sous le mien et m’a déclaré : “Jacques ne devenez pas voleur à cause d’un coq. Il est à vous, je vous le donne” » (Ibid. : 37). Dans « Questions à domicile », la présence du coq sur le bureau du Premier ministre est donc un élément de premier plan. Les Français doivent voir dans ce symbole la matérialisation de cette filiation prestigieuse. Filiation assumée par l’intéressé, plus aisée à porter du fait que le père fait désormais partie de la catégorie des ascendants, voire des ancêtres émérites.

28Notons à ce point que l’on aborde ici un autre aspect fondamental de la transmission en politique, qui concerne les rapports à des personnes qui font désormais partie du panthéon républicain. Le lien Pompidou-Chirac n’est pas voué au même destin que celui qui unissait le même Pompidou et plus tard Fabius à leurs « Pygmalions » politiques respectifs. Ici l’usage de la filiation dans un contexte de transition se donne comme naturel, de la même manière qu’une référence en forme d’hommage toujours bienvenu à un ancêtre éminent.

29Cette seconde acception de la filiation (la filiation-référence, par opposition à la filiation-Pygmalion qu’incarne Fabius) est aussi présente que la précédente dans l’univers de la Ve République. On peut l’illustrer par divers exemples. Ainsi Valéry Giscard d’Estaing, après son échec de 1981, rendra hommage à Raymond Poincaré. La filiation revendiquée se fonde ici sur une double analogie : d’une part Poincaré a laissé la réputation d’un homme politique modéré, soucieux de rigueur économique et doué d’une remarquable clarté dans l’exposé de ses idées (en 1920, il avait exposé sa politique économique à l’Assemblée, sans notes, durant sept heures) ; d’autre part Poincaré ayant quitté la présidence de la République au terme de son mandat, fut rappelé quelques années plus tard pour rétablir une situation économique fortement compromise. Le déplacement de Giscard sur la tombe de Poincaré a donc une signification bien précise. Une autre référence, souvent invoquée dans les années 1980, était celle d’Antoine Pinay, incarnation de la stabilité dans la tourmente économique. Tour à tour, Valéry Giscard d’Estaing, Raymond Barre et Édouard Balladur ont matérialisé leur attachement aux valeurs de la France moyenne par des visites à l’ancien président du Conseil. Autre rituel attaché à cette valeur vivante : le coup de téléphone du responsable en titre à M. Pinay avant chaque dévaluation du franc.

Les successions politiques l’enjeu « dynastique »

30La métaphore de la filiation est au cœur des représentations du pouvoir dans le contexte de la Ve République, au point que l’on puisse évoquer l’idée d’un héritier potentiel. Mais cette idée est battue en brèche par deux constatations. La première est que, si la « monarchie républicaine » se caractérise bien par la prééminence d’un homme, le chef de l’État, comme c’était le cas de la royauté d’Ancien Régime, elle en diffère sur un point précis : le pouvoir ne se transmet pas, il se conquiert par la voie du suffrage universel. En d’autres termes, la notion d’héritage politique semble particulièrement inappropriée dans le cadre républicain. En second lieu, la relation entre le président en titre et ceux qui se profilent comme de possibles successeurs est fondamentalement ambivalente. La monopolisation de l’autorité suprême par le président le conduit à se situer à l’égard de la cohorte des prétendants à la succession dans une position démiurgique : non pas désigner un successeur, mais de manière plus ou moins explicite encourager ou décourager tel ou tel candidat. Parmi les quatre premiers présidents de la Ve République, ni Pompidou, ni Giscard ne se sont trouvés dans cette situation : l’un disparut prématurément, l’autre était lui-même candidat à sa propre succession.

31Dans les cas de Mitterrand et de de Gaulle, comme, par la suite, avec Chirac, les choses sont plus complexes. Les uns et les autres ont tour à tour ouvert et refermé des pistes. Dans leur sillage, on a pu suivre l’ascension de trois hommes dont le point commun est d’avoir été promus rapidement aux plus hautes responsabilités. Pompidou, Fabius, Juppé doivent à l’onction présidentielle leur accession éclair au poste de Premier ministre. Tout se passe comme si le président voulait s’assurer la maîtrise du futur en ouvrant la voie d’une possible succession. Détenteur de la puissance, le monarque présidentiel veut aussi assurer les conditions de transmission de sa mémoire. Cette obsession est mise en spectacle dans ce qu’on a appelé les grands travaux présidentiels : Orsay, la pyramide du Louvre, l’Opéra Bastille, le musée des Arts premiers, etc. sont porteurs de l’empreinte des chefs d’État démiurges. Leur mémoire marque ainsi à jamais le patrimoine architectural. Même Pompidou demeure immortalisé par le musée d’Art contemporain qui porte son nom. Cela suffit-il aux tout-puissants ? Idéalement, ils voudraient ne jamais mourir, dignitas non moritur, comme disait l’adage monarchique. Mettant cette idée en pratique, leur première préoccupation est de se faire réélire ; notons à ce sujet que tous les présidents de la Cinquième – sauf bien entendu Pompidou – ont postulé à leur propre succession, alors même que le mandat était plus long que dans tous les autres pays occidentaux. On notera que, à la différence des États-Unis, la Constitution n’a pas avant 2008 instauré en France une limitation du nombre des mandats.

32Sous la Ve République, la souveraineté est devenue tellement individuée que la notion de perpétuation semble passer au second plan. Le détenteur de la présidence voudrait n’avoir jamais à s’effacer. Il tend à s’accrocher. Par ailleurs intervient comme une transcendance de l’institution dont la perpétuation est suffisamment assurée sans qu’il soit fait recours à des ressources symboliques qui en consolideraient les entours. Dans la monarchie, la problématique de la succession était une composante intrinsèque de l’institution elle-même. La conjonction du sacré et du profane s’y donnait à voir. Dans le cas de la présidence, la succession relève d’un arbitrage externe, celui du peuple dont le vote désignera le nouveau président. La perpétuation de l’institution a pour garant cette procédure démocratique. Il y a désormais découplage entre la souveraineté et son détenteur temporaire. Dans ces conditions, la question de l’héritage n’a plus aucun impact sur l’institution elle-même. Aussi ne s’étonnera-t-on pas que les souverains républicains soient tentés de la traiter sur le mode du jeu, un jeu qui peut revêtir des allures retorses, voire cruelles. C’est qu’il y a par définition une inégalité entre le titulaire et le prétendant. Pour qui veut un jour briguer la fonction suprême, il importe d’avoir été reconnu par le président régnant comme un candidat virtuel, comme un éligible. Alors qu’à l’inverse ce dernier n’a rien à attendre, en matière de légitimité, des prétendants qui gravitent autour de lui. Cette inégalité de position ne peut qu’inciter le souverain à déployer toute sa capacité d’arbitraire.

33La montée en puissance de Georges Pompidou et la dégradation parallèle de ses relations avec de Gaulle illustre bien la relation quasiment freudienne qu’entretiennent les gouvernants à l’égard de leurs successeurs potentiels. Lorsqu’il est question du pouvoir suprême, les commentateurs mettent souvent l’accent sur le fait que, pour accéder au pouvoir, le prétendant doit s’affirmer contre le souverain. Comme dans l’Œdipe, le désir de tuer le père serait au cœur de la relation. Mais si on y regarde de plus près, on peut tout aussi bien inverser la proposition. La séquence serait la suivante : le souverain tire une jouissance réelle et/ou symbolique à choisir et à façonner son héritier. Voici ce dernier en capacité d’assumer la succession : c’est alors que le souverain prend conscience qu’il suffirait que lui-même disparaisse de la scène politique pour que son héritier reçoive l’onction populaire et occupe la place. D’initiateur, de bon génie, il s’est transformé en obstacle : la terre pourrait tourner sans lui, la société n’en serait que mieux gouvernée (tel a pu être du moins le sentiment de de Gaulle en voyant Pompidou négocier la sortie de crise en 1968). Dès lors la perspective de la succession devient une menace. Elias Canetti résume bien cette situation :

Les rapports du souverain avec son successeur sont des plus caractéristiques. L’un, qui tient la puissance, sait qu’il doit mourir avant l’autre. Celui qui n’a pas encore la puissance, se sent assuré de survivre. Il désire ardemment la mort de l’ancien, qui est de tous les hommes celui qui veut le moins mourir (il ne serait justement pas, sinon, un puissant souverain). D’autre part tous les moyens sont mis en œuvre pour retarder l’arrivée du fils au pouvoir. C’est un conflit dont il n’existe pas de solution vraie (Canetti, 1966 : 259).

34Il faut à tout prix exorciser cette menace, quitte à mettre en échec l’héritier présomptif. On peut appeler complexe de Laïos cette propension du souverain à tuer (politiquement) la personnalité la plus susceptible de lui succéder, et notamment s’il l’a lui-même formée.

35Du complexe de Laïos, la présidence mitterrandienne offre une illustration remarquable, lorsqu’en 1985 une divergence d’appréciation sépare le chef de l’État et son Premier ministre à propos de la visite du général Jaruzelski : Fabius commence à connaître l’usure du pouvoir et il tente de marquer sa différence lorsque Mitterrand reçoit très officiellement le chef du gouvernement communiste polonais qui s’est surtout distingué en réprimant durement les actions du syndicat Solidarité. Le Premier ministre intervient lui-même à l’Assemblée et répondant à une question à ce sujet se dit « troublé » par cette visite. Mitterrand alors en déplacement à Pointe-à-Pitre est informé de l’incident. Devant ses proches il se livre à un commentaire en forme d’apologue :

Dans un laboratoire, il y avait deux singes. Le premier, d’un certain âge, était si rôdé aux décharges électriques qu’il les supportait avec autant de stoïcisme que de patience. L’autre, beaucoup plus jeune, n’avait pas l’habitude : à chaque décharge, il croyait qu’il allait mourir. Et il s’effondrait (Ibid. : 267).

36Comme il l’a dit souvent par la suite, le brillant Fabius est non seulement un peu jeune mais surtout un peu « tendre » pour faire un successeur crédible. Et Mitterrand a laissé se développer les rivalités qui opposaient Fabius, Jospin et Rocard sans jamais trancher clairement entre les prétendants, même si ce qui semble avoir surtout préoccupé le président durant son second septennat était de faire échec à Rocard.

37La mise à mort programmée du principal prétendant, celui dont la candidature était la plus crédible au seuil des années quatre-vingt-dix, est l’un des épisodes politiques les plus significatifs du second septennat. S’agissait-il de privilégier un autre scénario ? En réalité nous nous trouvons face à une sorte de triangle infernal : Mitterrand semble privilégier Fabius, mais il en use avant tout pour contrer Rocard. Le look moderne du « plus jeune Premier ministre donné à la France » fait merveille pour ringardiser la deuxième gauche. Mais l’héritier présomptif ne doit pas devenir encombrant. Œdipe ne tuera pas Laïos. Ce dernier gardera jusqu’au bout toutes les cartes en main. Dans cette structure triangulaire, tous les prétendants sont voués à perdre. Tel est du moins, conscient ou non, le désir de celui qui mène le jeu. La souveraineté trouve ici son accomplissement. Survivre, tel est le « bon plaisir » du souverain, alors qu’autour de lui les cadavres politiques s’amoncellent. Ce n’est pas un hasard si nous voyons cette structure triangulaire se profiler dans les fins de règnes.

38Plus récemment c’est le triangle Chirac/Sarkozy/Juppé qui a occupé le devant de la scène. Il n’était pas difficile de désigner celui qui occupait la place du mort (politique) dans le désir du souverain, et celui qui détenait le rôle (à haut risque) de l’héritier destiné à contrecarrer le prétendant encombrant. Au départ rien de bien dramatique : Juppé était de longue date préparé à accéder aux plus hautes responsabilités. Après la victoire de 1995, il fut appelé à Matignon. Lorsque la situation commença à se dégrader sérieusement, Chirac n’étant pas en mesure de tenir les promesses qu’il avait généreusement dispensées, le président ne chercha nullement à utiliser Juppé comme un fusible. À l’inverse, loin d’envisager de s’en séparer, il préféra dissoudre l’Assemblée, afin d’obtenir une majorité conforme à ses projets. L’échec qui s’ensuivit et les rivalités à droite n’entamèrent pas la confiance de Chirac envers celui qu’il a désigné comme « le meilleur d’entre nous ».

39Par la suite, Juppé prit en charge tout naturellement la construction et la direction du parti du président, tout en jouant le rôle d’inspirateur de la politique gouvernementale. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes… Mais le conte de fées commença à se détériorer avec la montée en puissance de l’Autre, le rival. Dans la geste chiraquienne, Nicolas Sarkozy apparaît d’abord comme un disciple doué, un fils cadet dont l’appétit de vie et de pouvoir évoque irrésistiblement celui de son mentor. Organisateur efficace lors de la campagne législative de 1993, il entre dans le gouvernement Balladur. Lorsque ce dernier décide de se présenter, Sarkozy lui emboîte le pas. Le coup est rude pour Chirac qui ne lui pardonnera jamais ce qu’il considère comme une trahison. La victoire du patron du RPR marque un coup d’arrêt à la carrière de Sarkozy qui restera plusieurs années à l’écart du pouvoir. La comparaison entre Juppé et Sarkozy qu’on peut lire dans L’Express est significative :

  • 2 C. Barbier, D. Jeambar, E. Mandonnet, L’Express, 2 février 2004.

Le premier fut un fils aîné fidèle et irréprochable, bon élève, toujours au côté de son « père », à Paris, au RPR ou au cœur de l’exécutif. Le second fut un fils rebelle, traître en 1995 et faux prodigue depuis. Il est venu chercher sa part d’héritage, mais sans demander pardon : avec les dents. Juppé, c’est Iphigénie ; Sarkozy, c’est Iago2.

40La rivalité entre Sarkozy et Juppé fut ainsi codifiée par la presse au moment où commença à se profiler la question de la succession. Dans son rôle de ministre de l’Intérieur, speedy Sarko dans sa lutte hypermédiatisée contre l’insécurité acquit une forte popularité. La stratégie choisie par le ministre de l’Intérieur consistait à se poser bien avant terme comme un prétendant sérieux, quitte à provoquer l’ire du souverain. « Pour agir, il ne faut pas avoir peur de perdre » : Sarkozy est prêt à prendre des coups. S’interrogeant sur la nécessité de limiter le nombre de mandats présidentiels successifs, il indiquait clairement le sens de sa démarche. « La question n’est pas celle-là, mais : “Comment résister à la tentation naturelle de durer ?” » Autant dire que Chirac aura fait son temps en 2007… Effectuant un voyage en Chine très orchestré par les médias, il ironisa sur le sumo, l’un des sports favoris de Chirac. D’ailleurs il omettra de citer le nom de ce dernier dans ses discours officiels. Un autre procédé cher à Sarkozy consistait à avancer des idées qui se veulent progressistes et heurtent les hiérarques de l’Élysée. Exemple, la discrimination positive, proposition qui fut aussitôt récusée par le président : « ce n’est pas convenable ! ». De son côté, Juppé incarnait l’orthodoxie chiraquienne. Mais à l’inverse de son rival, il plafonne dans les sondages. La peine d’inéligibilité qui le frappa début 2004 vint régler à son détriment la question de la succession, en l’éliminant de la course à la présidence.

41On connaît la suite et la manière dont Sarkozy parvint à déjouer les multiples obstacles placés par le président sur sa route. Durant cette période on a pu mesurer le poids des références à l’héritage, mais aussi l’extraordinaire ambivalence du rapport à la filiation, et la manière dont, dans un système où le choix de l’élu revient au peuple, la chronique de la souveraineté et des guerres de succession devient un élément prépondérant du spectacle politique.

Dynasties nord-américaines

42La situation française est-elle exceptionnelle ? Pendant l’hiver 2007-2008 où les commentateurs ont eu les yeux rivés sur les élections américaines, l’une des questions qui a surgi dans le débat outre-Atlantique concernait précisément la relation entre parenté et politique. Un mot résume à lui seul l’un des enjeux de l’élection : « dynastie ». Il nous renvoie à un aspect non négligeable de la politique américaine : l’emprise des grandes familles sur le destin du pays. Chacun pense évidemment aux Kennedy, et d’abord au patriarche Joseph Patrick Kennedy Sr, surnommé Joe, qui fit fortune dans les affaires. Il épousa la fille du maire démocrate de Boston et devint un soutien influent de Franklin D. Roosevelt ; il fut nommé ambassadeur au Royaume-Uni en 1938. Après la mort de son fils, Joseph Patrick Kennedy Jr, tué au combat en 1942, il reporta tous ses espoirs sur John Fitzgerald. On connaît la suite, triomphale puis tragique, l’élection de John en 1960 et son assassinat en 1963. Son frère cadet reprend le flambeau et se présente à l’élection de 1968 : à son tour, il sera assassiné juste après avoir remporté les primaires de Californie. Le plus jeune frère Edward a continué à jouer un rôle de premier plan dans le camp démocrate.

43Richesse, pouvoir caractérisent aussi la famille Rockefeller qui opta, elle, pour le camp républicain. Son plus éminent représentant, Nelson, petit-fils du magnat du pétrole John Davidson Rockefeller, devint tour à tour gouverneur de New York puis vice-président entre 1974 et 1977, lorsque Gerald Ford succéda à Richard Nixon. Son frère était Winthrop Rockefeller, gouverneur de l’Arkansas, et son neveu le gouverneur et sénateur de Virginie-Occidentale, Jay Rockefeller.

44Si les Rockefeller n’ont jamais conquis la présidence des États-Unis, tel n’est pas le cas d’une autre dynastie qui a marqué durablement la politique américaine, celle des Bush. Prescott Bush, sénateur républicain modéré du Connecticut et homme d’affaires est à l’origine de la fortune familiale. George Bush, son fils, est élu de 1966 à1968 à la Chambre des représentants des États-Unis dans le septième district du Texas, mais il perd son siège en 1970. Tout au long des années 1970, sous les présidences de Richard Nixon et de Gerald Ford, il occupe de nombreux postes politiques, dont ceux de président du Comité national républicain (Republican National Committee), d’ambassadeur des États-Unis d’Amérique auprès de l’Organisation des Nations Unies, d’envoyé des États-Unis en République populaire de Chine et de directeur de la CIA.

45En 1980, George Bush se présente aux primaires et échoue contre Reagan. Ce dernier le choisit comme vice-président. Après huit années à ce poste, il succède à Reagan en l’emportant lors de la présidentielle de 1988 contre le démocrate Michael Dukakis. La récession économique lui sera fatale et il sera battu par Bill Clinton en 1992. Mais l’histoire de la famille Bush ne devait pas s’arrêter là. Après les deux mandats du président Clinton, les républicains revinrent en force et leur candidat n’était autre que George Walker Bush qui devint en 2001 le quarante troisième président des États-Unis d’Amérique. Il est arrivé en 2009 au terme de son second mandat. Notons enfin que son frère cadet John Ellis « Jeb » Bush a lui aussi fait une carrière politique, également dans le camp républicain, en accédant en 1998 au poste de gouverneur de Floride. Les liens familiaux ont sans aucun doute joué leur rôle dans la conquête du pouvoir. On se souvient aussi qu’au coude à coude avec Al Gore, lors de sa première élection, ce fut en Floride (fief du frère Bush), et au terme d’une controverse tendue, que le scrutin se conclut en faveur du candidat républicain. George W. Bush a pu en effet disposer des réseaux mis en place par son père, de la confiance des bailleurs de fonds et des compétences de conseillers issus de l’équipe de l’ancien président.

46On constate dans le cas américain le caractère opératoire des liens de filiation, non seulement dans la production d’une légitimité, mais aussi dans la dynamique de la campagne électorale. Un parallèle s’impose avec les primaires de 2008, où la question des rapports entre famille et politique revient à nouveau sur le devant de la scène, mais cette fois dans l’autre camp. La candidature d’Hillary Clinton présente un cas de figure quelque peu différent – on a affaire à l’alliance et non à la filiation – et cependant, elle a donné matière à la même interrogation sur la compatibilité entre démocratie et pratiques dynastiques. L’idée qu’une ex-first lady, aussi compétente soit-elle, revienne comme présidente à la Maison-Blanche évoquait aussi le retour d’une équipe qui avait gouverné. Cela pouvait ressembler à une restauration. Face à Barack Obama, Hillary Clinton se prévalait de son expérience, et le fait que son époux, l’ancien président, se mobilise pour la campagne devait constituer un atout. Or, très vite la présence de Bill Clinton est devenue un handicap. L’idée que la présidence américaine aurait été monopolisée sur plus de vingt ans par deux familles heurtait la conception la plus répandue de la démocratie, synonyme de renouvellement des responsables grâce au processus électoral.

47Cet exemple illustre une évolution plus générale qui tend à donner une importance croissante à l’alliance dans les pratiques politiques. On a vu ainsi en Argentine Christina Kirchner succéder à son époux en 2007. Elle avait auparavant fait une carrière politique en tant qu’élue à la députation provinciale, puis au Sénat. Cristina et Nelson Kirchner, Hillary et Bill Clinton, ou Ségolène Royal et François Hollande en France, ont pour point commun de constituer des couples dont les membres sont tous deux profondément investis dans la chose publique. D’un point de vue pragmatique, l’efficience de chacun des deux partenaires contribue à maximiser le capital politique familial. À la différence de la filiation cependant, l’alliance ne garantit pas une stabilité dans la relation qui, comme on a pu le constater dans le cas Royal-Hollande, peut se fissurer, voire se rompre, non sans avoir des conséquences sur la configuration politique nationale.

48Contrairement à l’idée reçue selon laquelle la démocratie moderne marque le triomphe de l’individu, il y a ici matière à réflexion sur les formes d’association, aussi bien entre conjoints qu’entre descendants et ascendants, qui s’avèrent opératoires, et sur la symbolique du lien familial qu’elles mettent en œuvre. Ce qui est sûr, c’est que, loin d’être condamnée à l’obsolescence, la thématique de la famille, de l’alliance et de la filiation a encore de beaux jours devant elle dans le domaine de la politique. Cela tient pour une bonne part aux conditions contemporaines de la médiatisation de la vie politique. Comme je l’ai indiqué ailleurs (Abélès, 2005), les campagnes électorales trouvent d’autant plus d’écho qu’elles mettent en scène les protagonistes, et construisent autour d’eux un discours qui leur donne progressivement une consistance en les rendant à la fois concrets et proches pour un public qui par la télévision et, de plus en plus, par internet, a le sentiment d’atteindre une dimension plus intime de leur personnalité.

49Dans ce contexte, le récit familial devient un élément central et porte en lui une garantie d’authenticité qui semble paradoxalement déniée à l’activité politique du candidat, en tant qu’élu et/ou responsable de parti. L’importance accordée à la filiation renvoie alors moins à la fonction mémorielle qu’à une frénésie d’images. À cet égard, l’affrontement entre Hillary Clinton et Barack Obama est tout à fait significatif : la première était fortement associée à la success story de l’ancien président ; le récit de l’ascension d’Obama est inséparable d’une image d’elle-même que se donne l’Amérique, comme pays de la diversité ethnique. Le fait qu’Obama incarne, de par ses origines, cette diversité fait de lui le symbole d’une nouvelle dynamique possible dans une situation de crise en matière économique et de fragilisation de l’hégémonie militaire. Une fois encore, c’est une référence aux racines, même s’il s’agit d’un autre mode d’authenticité que celui qui caractérisait les candidats traditionnels, qui devient vecteur d’éligibilité pour le candidat démocrate.

Retour à Neuilly…

50Pour revenir à notre point de départ, que dans un cadre urbain moderne (Neuilly) le fils d’un président ex-maire se retrouve en concurrence avec l’héritier métaphorique de ce dernier, est révélateur de cette présence du vecteur dynastique au cœur des pratiques d’élection. On ne saurait minimiser cette question des rapports entre filiation et politique qui mérite d’être analysée, non seulement dans un cadre monographique, mais dans une perspective comparative et qui s’inscrit dans une réflexion critique sur le contenu et les limites de la démocratie représentative dans ses aspects les plus contemporains. Cette réflexion doit bien évidemment tenir compte des conditions dans lesquelles se déploie l’action politique, de la fringale permanente d’images et de récits, alimentée par les technologies de l’information et de son impact sur l’exercice contemporain de la citoyenneté.

Bibliographie

Références bibliographiques

Abélès, Marc, 1989. Jours tranquilles en 89 ; ethnologie politique d’un département français. Paris, Odile Jacob.

– 2005. L’échec en politique. Belval, Circé.

Alexandre, Philippe, 1970. Le duel de Gaulle-Pompidou. Paris, Grasset.

Canetti, Elias, 1966. Masse et puissance. Paris, Gallimard.

Desjardins, Thierry, 1983. Un inconnu nommé Chirac. Paris, La Table Ronde.

July, Serge, 1986. Les années Mitterrand. Paris, Grasset.

Patriat, Claude dir., 1992. L’hérédité élective. Paris, Éditions Economica.

Pourcher, Yves, 1987. Les maîtres de granit. Les notables de Lozère du XVIIIe siècle à nos jours. Paris, Olivier Orban.

Notes

1 9 février 2008.

2 C. Barbier, D. Jeambar, E. Mandonnet, L’Express, 2 février 2004.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable