Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argument de la filiation

 | 
Pierre Bonte
, 
Enric Porqueres I Gené
, 
Jérôme Wilgaux

Deuxième partie. Apories naturalists

Chapitre 6. Apories de la filiation nobiliaire dans l’Italie moderne (xvie-xviiie siècles)1

Roberto Bizzocchi
Traduction de Céline Frigau

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’italien par Céline Frigau.

1Je me propose ici de mettre en rapport la culture généalogique des noblesses italiennes de l’époque moderne et une coutume qui s’affirme au XVIIIe siècle au sein même de l’ordre social, le sigisbéisme. Comme on le verra, les problèmes que pose ce rapport peuvent nous suggérer quelques réflexions directement liées au thème de la filiation.

La culture généalogique

2Commençons par la culture généalogique. Je partirai d’un texte littéraire de faible valeur artistique, mais particulièrement suggestif. Dans sa comédie Le Généalogiste, le Piémontais Francesco Dalmazzo Vasco, partisan des Lumières, met en scène un chef de famille noble, le marquis Scipione Emiliani d’Alta Polvere (de Haute Poussière), qui veut marier son fils aîné. Avec l’accord de celui-ci, il renonce à une femme belle, riche mais issue d’une famille qui n’est pas assez ancienne, et lui préfère une belle-fille pauvre et plutôt laide mais d’origine plus prestigieuse. En effet, la famille de l’heureuse élue, Gracco, descend des frères Gracchi de la Rome antique, et n’est donc pas indigne de s’unir aux Emiliani.

Sachez donc – explique le marquis – que nous portons le nom d’Emiliani, parce que nous descendons en droite ligne du célèbre Paul Émile ; je vous montrerai l’arbre complet, de père en fils depuis la souche. Nos armes figurent dans un écu en forme de quadrilatère, le même qu’utilisaient les Romains ; au centre de l’écu se trouve une oie dans un champ d’or, car, comme vous le savez, c’est l’oie qui sauva le Capitole (Gazzola, 1973 : 230-231).

3Aux alentours de 1778, lorsque la comédie fut écrite, on pouvait déjà rire de telles prétentions avec les mots d’un Voltaire : l’extrait que l’on vient de citer mais bien d’autres encore de cette comédie, ainsi que sa tonalité générale, font justement penser à l’irrésistible satire des généalogies insérée par Voltaire dans la préface de l’Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand (1763). Mais jusqu’à la fin du siècle précédent, au moins, l’histoire généalogique des familles nobles avait été, en Italie aussi, l’un des filons les plus importants, les plus répandus et les mieux respectés de la production historiographique dite « sérieuse », bien que les résultats de ses reconstructions nous semblent aujourd’hui – c’est-à-dire, depuis la critique des Lumières – audacieux et fantaisistes. Même à l’époque relativement libre et égalitaire des Communes et de l’Humanisme républicain, lorsque semblaient plus fortes les raisons d’adhérer à la version individuelle et non pas héréditaire de la théorie classique de la noblesse (la noblesse comme vertu personnelle : Sénèque), l’Italie n’était pas restée étrangère à la culture généalogique des origines anciennes, sinon mythiques. Celle-ci devint absolument prédominante dans la deuxième moitié du XVIe siècle, tant pour des raisons internes que du fait de la fin de la libertas Italiae – le joug de la monarchie espagnole favorisant le repli aristocratique des classes dirigeantes sur elles-mêmes. Ainsi vint le temps des « verrouillages oligarchiques », autrement dit de lois qui excluaient les nouveaux venus des élites nobiliaires des différentes villes ; vint aussi le temps de la prolifération de généalogies qui, sans bien se soucier du rapport d’une famille avec le passé proche (et communal) d’une ville, visaient au contraire à repousser autant que possible ses origines dans le temps.

4La satire de Vasco dans Le Généalogiste n’a rien d’accidentel : il est évident que se raccrocher à une gens romaine fut l’une des opérations généalogiques qu’affectionnait le plus la noblesse italienne, qui ne manquait d’ailleurs pas de défis plus audacieux encore, visant à remonter jusqu’aux aïeux procréateurs du genre humain. De ces défis Vasco se souvient également, car l’épouse refusée par l’aîné du marquis Emiliani, membre de la famille Oliva, aurait été accueillie à bras ouverts si elle avait pu confirmer ses origines, supposées remonter à l’arche de Noé :

Sachez que c’est la colombe qui apporta le rameau d’olivier : or, l’on dit qu’afin d’en perpétuer le souvenir, le fils cadet de Cam, lui-même fils de Noé, prit le nom d’Olive, et que de lui descend en ligne directe le comte d’Oliva (Gazzola, 1973 : 231).

5Le fait que de tels discours, désormais franchement ridiculisés au XVIIIe siècle, par certains du moins, eussent été pleinement en vigueur dans l’historiographie officielle face au développement même du pyrrhonisme, et surtout face aux débuts et aux progrès de la science philologique et archéologique – ce fait pose un important problème épistémologique, dont je me suis occupé ailleurs (Bizzocchi, 1995). J’entends plutôt aborder ici plusieurs implications sociales de la culture généalogique, de la volonté d’ordonner le monde autour d’un principe de filiation.

6Il est bon de souligner que cette prétention ne tient pas seulement de la folie du point de vue de la fiabilité historico-documentaire, mais qu’elle tient aussi de la prévarication au niveau de la gestion des rapports entre les êtres humains. Je le montrerai bientôt. Parfois l’origine ancienne d’une famille est affirmée selon la méthode que les ethno-historiens ont qualifiée de floating gap : l’origine est énoncée isolément, comme principe légitimant en soi, pour parvenir ensuite, d’un bond, à des périodes historiques beaucoup plus proches et mieux connues de celui qui écrit (Vansina, 1976). D’autres fois, au contraire, on prétend faire descendre depuis la souche une chaîne ininterrompue de personnages qui démontrent et confirment de génération en génération le lien entre l’époque de la composition de la généalogie et l’époque très ancienne de la fondation de la famille en question. Voici, pour illustrer cette seconde typologie, deux généalogies qui concernent les Visconti de Milan, seigneurs d’Angera (en latin Angleria) et donc, bien sûr, descendants du Troyen Anglo, fils d’Ascanius et neveu d’Enée.

  • 2 Leandro Alberti, Descrittione di tutta Italia, Bologna, Giaccarelli, 1550, c. 399v.
  • 3 Jacopo Foresti, Supplimento delle croniche universali del mondo, a cura di Francesco Sansovino, Ve (...)

7« Anglo premier Roi d’Angiera eut pour fils Abido et celui-ci Phisoch, qui enfanta Philo, qui enfanta Punecio, qui enfanta Elimach, qui enfanta Albanico, et puis Gemebondo, Albanico le deuxième, Ascanio, Galeremondo, Elimach le deuxième, Rachim, Beloveso… », je m’arrête là, contrairement au texte que je cite ici2. Oubien, inversement : « Eriprando comte d’Angleria fut le fils de Fatio, lui-même fils d’Opizzone, fils d’Atto, d’Adiberto, de Berengario, de Ugo, de Guido, de Bernardo, de Desiderio Re, d’Astolfo, de Rachi, de Perideo, de Galvagno… », et je m’arrêterai là encore, bien avant d’arriver à Anglo3.

8Bien qu’elle soit illustrée, et, d’une certaine façon, autorisée par le modèle indiscutable par définition, celui de la généalogie du Christ dans les Évangiles (pour être exacts, les deux généalogies : Matthieu 1,1-17 à partir d’Abraham et Luc 3,23-38 jusqu’à Adam), cette seconde typologie – d’un nom à l’autre, de père en fils ou de fils en père – n’est pas seulement pour le bon sens de l’historien un défi encore plus impudent que celui du floating gap ; il va jusqu’à révéler plus explicitement encore la discrimination apparente sur laquelle se fondait, de l’intérieur même, le système nobiliaire de l’Italie (et de l’Europe) moderne. En effet, ces chaînes de filiation des généalogies nobiliaires postulent une sorte d’ordre génétique hiérarchique, tout à fait masculin et à tendance primogéniturale. Sur ce point, la vision historiographique doit être confrontée à la réalité sociale.

Ordre généalogique, ordre social

  • 4 Voir Berriot-Salvadore, 1996 : 367-70.
  • 5 Voir à ce propos la partie introductive de la thèse de Giulia Galeotti (2003).

9Il faut rappeler, en guise de prémisse, qu’aux XVIe et XVIIe siècles, était encore répandue dans le domaine médical la conception aristotélicienne de la matrice qui n’accordait à la femme qu’un rôle purement passif dans la génération : l’idée que la semence masculine fût le seul acteur dans l’œuvre de la propagation du genre humain n’était certes pas sans rapport avec l’organisation fortement « machiste » de la société4. Quant au problème de la certitude de la paternité, le contexte italien de culture juridique, qui donnait du sens aux constructions de généalogies familiales suivant la ligne masculine, était celui du principe de la présupposition cher au droit romain : « pater est quem nuptiae demonstrant5 ». Dans une telle configuration intellectuelle, dictée par les savoirs médicaux et juridiques du temps, le fait d’accorder tant d’importance à la continuité génétique de père en fils ne devait donc pas s’avérer aussi déraisonnable qu’il l’est à nos yeux. Mais ce qui lui conférait une plausibilité de fond, c’étaient surtout le système économique patrimonial et la politique matrimoniale des noblesses italiennes.

  • 6 Voir Giovanni Battista De Luca, Commentaria ad constitutionem sanctae memoriae Inno centii XI de s (...)
  • 7 On trouve une synthèse des nombreuses recherches effectuées sur ces sujets dans l’essai de Gérard (...)

10Le repli des élites entrepreneuses du bas Moyen Âge sur la rente foncière – la « trahison de la bourgeoisie » selon Fernand Braudel – a conduit les familles, tout au long de l’époque moderne, à dépendre toujours plus de leurs biens immobiliers, qu’il fallait donc garder intacts et indivis. À partir de la deuxième moitié du XVIe siècle, suivant un processus qui atteignit son apogée entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, s’affirmèrent ainsi en Italie également des institutions juridiques telles que le fidéicommis et la primogéniture, ou du moins des pratiques testimoniales qui avaient pour but, de fait, de transmettre un patrimoine d’une génération à une autre, dans son intégrité et sans fractionnement, sous le contrôle du chef de famille masculin. L’exclusion de la ligne héréditaire était souvent totale pour les filles, qu’on indemnisait avec la dot. Je rappelle à ce propos que la législation pro agnatione était réellement inflexible dans nombre de régions et, qui plus est, soutenue par la seule autorité qui s’étendait sur le pays entier, celle de la papauté, qui intervint lourdement en 1680 avec Innocent XI pour soutenir les statuts particuliers qui excluaient les femmes des successions dans l’intérêt des familles nobles6. Mais la situation n’était pas fondamentalement différente pour les cadets : même quand les fidéicommis étaient théoriquement divisibles, il arrivait en fait qu’un seul des fils se marie, si bien que le patrimoine familial se reconstituait à chaque génération, ou mieux ne se fractionnait jamais, car les autres frères renonçaient à réclamer leurs parts. Qu’ensuite l’aîné ne fût pas toujours et partout celui qu’on destinait au mariage, ne changeait rien à la conservation de la richesse aux mains d’un seul homme, voué à la propagation de la lignée7.

  • 8 L’essai de Christiane Klapisch-Zuber (1986) est à ce propos fondamental.
  • 9 Evans-Pritchard, 1975 : 298-306 ; 1976 : 459-484.

11Si l’on reconsidère les chaînes de filiation généalogique à la lumière de ces derniers éléments, on peut admettre que, malgré leur caractère peu plausible au niveau historique, ces chaînes suivaient de très près l’ordre social existant. Il s’avère très instructif de les confronter aux plus « ouvertes » des généalogies nobiliaires de l’époque des Communes – il s’agit souvent, qui plus est, des mêmes familles. En effet, à partir du XVIe siècle, disparaît toute trace de l’intérêt, encore vi faux siècles précédents8, pour les parentés horizontales, les époux de la domus dans son ensemble, et les liens tissés par l’intermédiaire des femmes. Ne demeure au centre de l’attention que la vertigineuse ligne verticale remontant jusqu’aux anciennes origines, avec pour seule indication les hommes qui l’ont tracée de père en fils. Ce processus de réélaboration et de réadaptation de la mémoire familiale peut sans doute paraître brusque, mais il ne sera ni surprenant ni même incroyable aux yeux de qui aura été sensibilisé à ces questions par les si nombreuses recherches menées à ce sujet dans le champ de l’anthropologie. Il suffit de rappeler à ce propos un classique comme Evans-Pritchard et ses études sur la mémoire horizontale des Nuer et sur la mémoire verticale des Azande9.

Le sigisbée

12Je peux dès lors introduire le second terme du rapport annoncé au départ, le sigisbéisme. À cette fin, la référence au Généalogiste de Vasco s’avère de nouveau utile. En effet, la satire du culte de l’origine antique y est très finement insérée dans le cadre d’une analyse sociologique en ronde-bosse, qui fait clairement apparaître les conséquences de la stratégie patrimoniale et matrimoniale que j’ai décrite plus haut. À la scène quatre du deuxième acte, le plus jeune des frères Emiliani manifeste à son aîné son insatisfaction vis-à-vis de la pratique en vigueur, en même temps que son désir de se marier. La réaction brutale de l’aîné mérite une citation in extenso :

Oh, le beau mari que voilà ! il est sans le sou, il est cadet. Ah, ah, ah ! La belle affaire que vous auriez faite : la faim accouplée à la soif. Vous pouvez être bien sûr que le père de la demoiselle ne serait pas assez bête pour vous accorder sa main. Les cadets doivent faire la cour aux dames mariées, ils sont faits pour être chevaliers servants (Gazzola, 1973 : 234).

13C’est précisément sur cette dernière réplique que j’entends attirer l’attention, autrement dit sur la figure du chevalier servant, ou, comme l’on disait avec moins d’égards, du sigisbée.

  • 10 Bacci, 1983 : 926 ; Hunecke, 1995 : 25.
  • 11 Je résume et je simplifie ici à l’extrême les résultats d’une recherche sur la coutume des sigisbé (...)

14Le sigisbée était un homme noble, pas nécessairement mais généralement célibataire, qui servait d’accompagnateur officiel, à la lumière du jour, à une dame noble mariée à un autre noble. Accompagnateur, qu’est-ce que cela signifiait ? Il lui rendait visite dès le matin dans l’intimité de ses appartements, l’emmenait en promenade, à la messe, converser auprès d’autres dames, en voiture sur l’avenue, aux bals, aux fêtes, au théâtre, tout cela habituellement en l’absence du mari de la dame, et avec son accord explicite. En somme, nous voilà face à une sorte de triangle matrimonial, que l’on doit toutefois bien distinguer de la liaison adultérine clandestine, d’une part parce que la présence du sigisbée n’était pas du tout cachée, d’autre part parce qu’en principe son rôle n’était bien sûr que platonique. Prévue et soumise à des règles, la figure du chevalier servant répondait de façon tout à fait compréhensible à la situation créée par les stratégies familiales des noblesses italiennes aux XVIe et XVIIe siècles. En ce sens, la polémique de Vasco vise juste. Le mariage d’un seul fils à chaque génération laissait libres et disponibles sur ce que nous pourrions appeler « le marché des rapports entre les sexes » un grand nombre d’hommes célibataires : les démographes ont calculé qu’à la fin du XVIIe siècle dans les noblesses milanaise, vénitienne et florentine, un homme sur deux était encore célibataire à cinquante ans10. Ajoutons qu’au contraire, celui qui se mariait ne le faisait certes pas par amour pour une femme de son choix qui l’aurait à son tour choisi. Dans le nouveau contexte intellectuel qui s’ouvre entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, marqué par la sociabilité des Lumières, la fonction du sigisbée était donc un facteur d’équilibre et de compensation démographique, et pouvait même offrir une soupape de sûreté, un exutoire notoire et contrôlé, aux inclinations individuelles dont la gestion familiale des patrimoines et des mariages tenait bien peu compte11.

  • 12 Pitt-Rivers, 1977 : 18-47 (special. 40-45) ; Turner, 2002.

15Ainsi comprise, la coutume des chevaliers servants n’était pas si bizarre que cela ; j’en veux pour preuve qu’en dépit d’une tradition qui la voulait (et la veut) exclusive et propre à caractériser la morale dissolue des Italiens, on en reconnaît bien les traits dans d’autres sociétés européennes, même si aucune ne semble en avoir connu une diffusion aussi large et une reconnaissance aussi institutionnelle. Cela dit, il n’en reste pas moins que ce modèle de mariage triangulaire (parfois même polygonal, du fait de la présence simultanée de plusieurs sigisbées) pose justement quelques problèmes concernant une interprétation de l’ordre mondain et du rapport entre passé et présent, fondé sur la continuité généalogique et sur la filiation génétique. On ne compte pas les boutades malveillantes de voyageurs et d’observateurs du XVIIIe siècle sur les jeunes épouses servies par leurs gaillards de chevaliers bien plus efficacement que par leurs vieux chapons déplumés de maris. Mes recherches personnelles, sur lesquelles je ne peux ici m’étendre trop en détail, démystifient en grande partie le présupposé d’une énorme différence d’âge entre les maris d’une part, les épouses et les sigisbées de l’autre : les triangles étaient pour la plupart composés de personnes du même âge. Il faut pourtant admettre que la fréquentation continuelle et la familiarité de la dame avec son accompagnateur pouvaient les inciter tous deux à la tentation. Notons bien que le problème n’est pas tant celui de l’infidélité conjugale en soi. Bien des recherches sur divers pays européens, depuis celle de Pitt-Rivers, pionnière en la matière, sur l’Andalousie, jusqu’à une étude plus récente sur l’Angleterre, ont mis en lumière qu’au cours du XVIIIe siècle la trahison féminine se configura peu à peu auprès des classes nobles en des termes moins tragiques que par le passé. En effet, la culture de la « conversation » propre aux Lumières dédramatisait le lien anciennement établi entre la sexualité et l’honneur12. Mais dans ces conditions, le vrai problème tenait à la filiation, à la certitude de la transmission des biens à la progéniture légitime, en particulier à l’aîné ou du moins au fils choisi à l’avance, sur qui l’on continuait à miser comme l’unique héritier et propagateur de la lignée. Comment concilier de telles expectatives avec la désinvolture des relations de sigisbéisme ?

16Le médecin anglais Samuel Sharp, un des observateurs contemporains les plus hostiles à l’égard de l’Italie du XVIIIe siècle, propose au milieu des années soixante cette rude explication :

La certitude de l’attachement de son épouse à un amant atténue et étouffe toute affection qu’un mari pourrait éprouver pour elle ou pour ses enfants. Le mari n’est sûr que du premier enfant : mais pour qu’il acquière une telle conviction il faut que l’enfant naisse au cours de la première année de mariage, car il est bien rare que les femmes résistent plus d’un an au désir d’avoir un sigisbée (Sharp, 1911 : 25-26).

17Trente ans plus tôt, dans une lettre écrite de Venise, le président de Brosses s’était montré moins brutal, plus malicieux, et peut-être aussi plus près de la vérité :

Notre ambassadeur me disoit, l’autre jour, qu’il ne connossoit pas plus d’une cinquantaine de femmes de qualité qui couchassent avec leurs amans. Le reste est retenu par la dévotion. Les confesseurs ont traité avec elles, qu’elles s’abstiendroient de l’article essentiel ; moyennant quoy ils leur font bon marché du reste tout aussi loin qu’il puisse s’étendre, y compris la permission de n’être pas manchottes (de Brosses, 1991, i : 272).

  • 13 Vassalli, 1956 ; Brugnoli, 1998 : 169-218 ; Capra, 2002 : 188, 269.

18Que les dames de la noblesse italienne du XVIIIe siècle fussent en mesure d’appliquer quelque technique de contraception, outre la spécifique solution de repli insinuée par de Brosses, me semble hors de doute. Reste que les exemples de filiation illégitime ne manquent pas. Le terrain d’étude est glissant, mais avec un peu de patience et un peu de chance on peut aboutir dans certains cas à des affirmations quasi certaines. Nous nous souvenons tous, parmi les muses inspiratrices de Stendhal, de Giulia, la siennoise Giulia Rinieri de’ Rocchi. C’est en vain qu’en 1830 l’écrivain demanda sa main à l’« oncle » de celle-ci, le chevalier Daniello Berlinghieri, ministre toscan à Paris. Sigisbée de la mère de Giulia au temps de sa naissance, Berlinghieri en était le père selon une opinion communément partagée, et qu’avait semblé confirmer au grand jour le fait qu’en 1826, envoyé comme ministre en France, il avait emmené avec lui la jeune fille qui avait alors seize ans (Benedetto, 1934). Le grand poète et romancier italien contemporain de Stendhal, Alessandro Manzoni, eut ses enfants de la très sérieuse et rigoureuse Suisse calviniste, puis catholique, Henriette Blondel, qu’il avait épousée en 1808. Les ancêtres de Manzoni s’étaient montrés bien plus turbulents. Sa mère, Giulia Beccaria, fille de l’auteur du traité Des délits et des peines, s’était si vivement comportée dans sa jeunesse que le vrai père d’Alessandro ne fut pas le comte Manzoni, mais un frère cadet de l’autre grand penseur des Lumières Pietro Verri, nommé Giovanni. Quant aux parents de Giulia, sa mère Teresa Blasco, avant de mourir jeune de la syphilis, avait avorté plusieurs fois et eu un fils de son sigisbée Bartolomeo Calderari. Pendant un certain temps, elle fut également l’amante de Pietro Verri, et l’hypothèse existe – bien que non démontrée – que Giulia fût la fille de ce dernier et non de Cesare Beccaria13.

19J’ai donné deux exemples concernant des personnages très célèbres et très étudiés du point de vue biographique même. On peut facilement imaginer d’ajouter à ceux-là de nombreux autres, en plongeant dans les vies de nobles restés obscurs et inconnus des lettres : j’en aurais pour ma part quelques-uns que je ne cite pas ici par souci de brièveté. Une question se pose donc : pourquoi persista-t-on à se conformer tout au long du XVIIIe siècle à une coutume qui présentait de tels inconvénients vis-à-vis d’un point aussi central et aussi délicat que celui de la filiation légitime ? On peut naturellement présumer que ces inconvénients, bien que conséquents, sont restés exceptionnels. Et l’on peut ajouter que de toute façon, même si peu de gens en Italie partageaient véritablement les idées de Voltaire, la culture des Lumières, qui tournait en ridicule les généalogies remontant à l’arche de Noé, aurait pu aider quelque peu à prendre davantage à la légère des liens génétiques plus rapprochés et plus étroits. J’avance cependant une explication ultérieure, qui tient moins aux arguments intellectuels qu’aux phénomènes sociaux. Elle me semble confirmer le fait que la rigidité de la représentation culturelle de la filiation généalogique s’adaptait et se conformait à la réalité des pratiques de vie.

Le destin des familles nobiliaires au XVIIIe siècle

20C’est ce qu’a également saisi le perspicace Vasco. Dans l’une des dernières scènes du Généalogiste, il nous montre un ami du marquis Emiliani, qui, pour le convaincre de permettre à son fils cadet de se marier aussi, lui tient le raisonnement suivant :

Il me semble que la prudence d’un père de famille exige de penser avant toute autre chose à assurer la conservation de la famille, à plus forte raison s’il s’agit d’une famille aussi ancienne, aussi illustre : que dirait-on de vous, si par avarice ou par une prédilection aveugle et excessive pour l’aîné, la glorieuse lignée des Emili était sur le point de s’éteindre ? (Gazzola, 1973 : 258-259).

21L’alternative est claire : se multiplier en se subdivisant, ou risquer de périr. Dans la comédie, le cadet réussit à réaliser son projet de mariage, avec la femme qu’il aime, celle-là même qu’a refusée son frère parce qu’elle ne descendait pas de père en fils de Noé. Dans les faits, les choses se passaient tout autrement ; d’autant qu’un des aspects les plus importants de l’histoire des noblesses italiennes du XVIIIe siècle est la crise démographique qu’elles connaissaient alors, et qui se manifestait par une réduction dramatique du nombre de branches d’une famille et par une quantité remarquable de cas d’extinction de familles entières. Pour prendre acte de ce phénomène, il suffit de dépouiller les inventaires des archives nobiliaires italiennes, où abondent les cas de noms de famille composés (un exemple pisan : Upezzinghi Lanfranchi Lanfreducci). En général, on trouve à la source de ce fait un mariage qui amène une fille, dernière héritière d’une famille restée sans héritiers masculins, à apporter son patrimoine et son nom dans une autre famille ; ce qui représente déjà, pour l’idéologie de la filiation génétique masculine, un bouleversement considérable.

  • 14 Archives nationales de Lucca, Archivio Mansi, enveloppe 19, fascicule 13.

22Mais il existe également une typologie beaucoup moins visible, plus problématique aussi pour la filiation génétique de père en fils. Un exemple concret me permettra de l’illustrer. Le plus important écrivain de l’histoire de Lucca, un noble vivant dans la première moitié du XIXe siècle, a publié son œuvre sous le nom d’Antonio Mazzarosa (Mazzarosa, 1833). Antonio Mazzarosa était le petit frère d’Ascanio Mansi, le principal homme politique de Lucca du duché des Bourbons sous la Restauration. Antonio avait pris son nouveau nom de famille en 1800, lorsqu’on avait mis à exécution les dernières volontés de Francesco Mazzarosa, mort sans enfants, à avoir d’adopter Antonio et d’en faire l’héritier fidéicommissaire d’une part de son énorme patrimoine. L’histoire ne s’arrête pas là, ou plutôt ne commence pas là, puisque le père de ce Francesco, Tommaso Mazzarosa, portait le nom de sa mère, lui dont le père était pourtant un Nieri14. Au cours de trois générations donc, la continuité de la filiation des Mazzarosa, de masculine était devenue féminine, puis s’était carrément interrompue sur le plan génétique pour ne plus se maintenir que comme un projet de perpétuation du nom de famille.

  • 15 Je me réfère à la réflexion interculturelle sur le lien adoption/filiation/propriété proposée par (...)

23Un cas comme celui-ci, qui n’a rien d’exceptionnel face à la fréquence des extinctions de lignées nobles, peut nous aider à éclairer comme il convient les conséquences virtuelles de l’érotisme du sigisbéisme. Essayons un instant de sortir de notre habitude (disons, d’une habitude malgré tout fort répandue chez nous) à charger d’affectivité, si ce n’est même d’amour passionnel, le mariage, la vie de couple et la famille. Essayons de raisonner comme l’un de tous ces maris qui considéraient leur femme, plus ou moins aimablement mais en tout cas sans le moindre romantisme, comme la cosignataire d’une alliance politico-patrimoniale entre des blocs familiaux. Nous pouvons nous demander, non sans un brin de provocation et de paradoxe, quelle différence cela faisait de transmettre son nom et son patrimoine à un jeune homme adopté, qui appartenait peut-être à l’un de ces blocs, mais lui était génétiquement éloigné si ce n’est étranger, ou de le transmettre plutôt à quelqu’un qui était du moins assurément le fils de sa femme. Sans paradoxe aucun, l’importance de fait de la filiation féminine et de la filiation par adoption auprès de la noblesse italienne du XVIIIe siècle laissent supposer que la ferme idéologie de la filiation généalogique masculine était d’autant plus radicale dans son programme qu’elle était dans la pratique impossible à réaliser. L’acceptabilité – je ne dis pas la programmation – des conséquences virtuelles de l’érotisme induit par le sigisbéisme doit donc être replacée dans une situation historique où la filiation d’une lignée par agnation participait d’un effort global et solidaire de perpétuation d’une élite de privilégiés très exclusive envers l’extérieur et consolidée en son sein par une myriade de liens et d’entrecroisements, où occupait une place importante l’adoption comme méthode – pour reprendre les termes de Jack Goody – pour assurer à une propriété et à une maison un héritier par le biais de rapports pas forcément de sang mais de contiguïté politique et sociale15. En somme, la culture et la pratique de la filiation familiale dans l’Italie moderne (et le sigisbéisme au XVIIIe siècle) se comprennent dans le cadre d’une filiation – si je puis m’exprimer ainsi – de classe.

24Du reste, ce n’est certes pas par simple coïncidence chronologique que tous les aspects du système – conception généalogique masculine, transmission patrimoniale à un seul fils, sigisbéisme – rencontrent une crise au même moment. La Révolution exportée par les Français en Italie compléta de façon plus expéditive le travail de corrosion laborieusement enclenché par le Romantisme : quand les généalogies furent discréditées, les fidéicommis interdits et le célibat découragé, le rôle du chevalier servant s’avéra également inopportun aux yeux des nobles mêmes ; en effet, fut imposée légalement une sociabilité mixte qui contaminait leur caste par la fréquentation de bourgeois et de nouveaux riches, et éliminait ainsi la possibilité d’une filiation de classe.

25Une remarque comme apostille : Après tout ce qui vient d’être dit, la tentation de donner un sens au monde sous le sceau de la filiation n’était pas destinée à disparaître totalement. Même la véritable légitimation généalogique familiale allait avoir encore un certain avenir, du reste au-delà même des frontières italiennes et à une époque plus proche de la nôtre. Au cours du XIXe siècle, s’affirmerait dans toute l’Europe une culture de la filiation qui reprendrait tout en la bouleversant celle de l’Ancien Régime. Le problème est trop général pour être ici traité en conclusion, mais trop important et trop lié à ma thématique pour que je n’y fasse pas au moins allusion ; il est au centre du livre récent d’Anne-Marie Thiesse (1999) sur la généalogie des nations. La construction historico-mythologique des identités nationales réutilisa amplement des matériaux et des procédés argumentaires qui s’étaient trouvés à la base des discours de noblesse sur la famille ; mais les implications de ce nouveau « sommeil de la raison » furent bien plus inquiétantes, il n’est guère besoin de le rappeler. Quant au contrôle sexuel de la pureté de la filiation, celui qu’exerçait la nation ne pouvait pas ne pas être moins tolérant que celui qu’exerçaient la famille et la noblesse : une nation qui refusait les appartenances de classe, et consistait en une communauté d’individus qui étaient tous ses fils respectifs, devait prétendre de chacun d’eux un « pedigree » sans taches. Dans l’Italie du Risorgimento, où la réalité mais surtout l’image négative du sigisbéisme projetée par les étrangers avaient répandu une véritable obsession vis-à-vis de l’honnêteté des femmes et de la pureté de la lignée, commença à s’imposer le modèle destiné à durer d’une famille sérieuse, exclusive, où la femme, et mère, était subordonnée et vouée à la maison – famille qui a vu grandir encore les moins jeunes d’entre nous.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bacci, Massimo Livi, 1983. « Ebrei, aristocratici ecittadini : precursori del declino della fecondità », Quaderni Storici, 18 (54) : 913-939.

Benedetto, Luigi-Foscolo, 1934. Indiscrétions sur Giulia. Paris, Le Divan.

Berriot-Salvadore, Évelyne, 1996. « Il discorso della medicina e della scienza », in a cura di Natalie Zemon Davis e Arlette Farge, Storia delle donne in Occidente, Dal Rinascimento all’età moderna vol. III., traduit de l’italien par Fausta Cataldi Villardi et al. Roma-Bari, Laterza : 351-95.

Bizzocchi, Roberto, 1995. Genealogie incredibili. Scritti di storia nell’Europa moderna. Bologna, il Mulino.

– 2007. « Une pratique italienne du XVIIIe siècle : le sigisbée », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54 : 7-31.

Brosses, Charles de, 1991. Lettres familières, texte établi par Giuseppina Cafasso, 3 tomes. Naples, Centre Jean Bérard.

Brugnoli, Anna, 1998. « Ritratto di un libertino del ‘1700 : il cavalier Giovanni Verri (1745-1818) », Cheiron, 29 : 169-218.

Capra, Carlo, 2002. Iprogressi della ragion. Vita di Pietro Verrii. Bologna, il Mulino.

Delille, Gérard, 1996. « Strategie di alleanze edemografia del matrimonio, in Storia del matrimonio », inacura di Michela De Giorgio e Christiane Klapisch-Zuber, Storia del matrimonio, traduit de l’italien par M. Beer et al. Bari, Laterza : 283-303.

Evans-Pritchard, Edward Evan, 1975. I Nuer : un’anarchia ordinata. Milano, Angeli.

– 1976. Gli Azande. Storia e istituzioni politiche. Milano, Angeli.

Galeotti, Giulia, 2003. La ricerca della paternità in Italia dal codice Pisanelli al codice del 1942, thèse de doctorat, Università di Roma La Sapienza.

Gazzola, Franco Paolo, 1973. « Commedie e sonetti inediti di Dalmazzo F. Vasco », Annali della Fondazione Einaudi, vii : 207-349.

Goody, Jack, 1969. « Adoption in cross-cultural perspective », Comparative Studies in Society and History, 11 : 55-78.

Hunecke, Volker, 1995. Volker Hunecke, Der venezianische Adel am Ende der Republik, 1646-1797. Demographie, Familie, Haushalt. Tübingen, Max Niemeyer Verlag.

Klapisch-Zuber, Christiane, 1986. « Les généalogies florentines du XIVe et du XVe siècle », in Le modèle familial européen. Rome, École Française de Rome : 101-131.

Mazzarosa, Antonio, 1833. Storia di Luccadalla suaorigine finoal1814, 2tomes. Lucca, Giusti.

Pitt-Rivers, Julian, 1977. The Fate of Schechem, or the Politics of Sex. Essays in the Anthropology of the Mediterranean. Cambridge, Cambridge University Press.

Sharp, Samuel, 1911. Lettere dall’Italia, 1765-1766, a descrizione di quelli usi ecostumi in quelli anni : Napoli, traduit de l’italien par C. et G. Hutton. Lanciano, R. Carabba.

Thiesse, Anne-Marie, 1999. La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe siècle. Paris, Éditions du Seuil.

Turner, David M., 2002. Fashioning Adultery. Gender, Sex and Civility in England, 1660-1740. Cambridge, Cambridge University Press.

Vansina, Jan, 1976. La tradizione orale : saggio di metodologia storica. Roma, Officina.

Vasco, Dalmazzo Francesco, 1973. « Il genealogista » (II. IV), in F. P. Gazzola, « Commedieesonetti ineditidiDalmazzo F. Vasco », Annali dellaFondazione Einaudi, VII.

Vassalli, Donata Chiomenti, 1956. Giulia Beccaria la madre del Manzoni. Milano, Ceschina.

Notes

1 Traduit de l’italien par Céline Frigau.

2 Leandro Alberti, Descrittione di tutta Italia, Bologna, Giaccarelli, 1550, c. 399v.

3 Jacopo Foresti, Supplimento delle croniche universali del mondo, a cura di Francesco Sansovino, Venezia, Salicato, 1581, c. 398r.

4 Voir Berriot-Salvadore, 1996 : 367-70.

5 Voir à ce propos la partie introductive de la thèse de Giulia Galeotti (2003).

6 Voir Giovanni Battista De Luca, Commentaria ad constitutionem sanctae memoriae Inno centii XI de statutariis successionibus,(prima ed. postuma 1684), Napoli, Luca Laurenzi, 1758.

7 On trouve une synthèse des nombreuses recherches effectuées sur ces sujets dans l’essai de Gérard Delille (1996).

8 L’essai de Christiane Klapisch-Zuber (1986) est à ce propos fondamental.

9 Evans-Pritchard, 1975 : 298-306 ; 1976 : 459-484.

10 Bacci, 1983 : 926 ; Hunecke, 1995 : 25.

11 Je résume et je simplifie ici à l’extrême les résultats d’une recherche sur la coutume des sigisbées, dont j’ai anticipé certaines parties par ailleurs (Bizzocchi, 2007).

12 Pitt-Rivers, 1977 : 18-47 (special. 40-45) ; Turner, 2002.

13 Vassalli, 1956 ; Brugnoli, 1998 : 169-218 ; Capra, 2002 : 188, 269.

14 Archives nationales de Lucca, Archivio Mansi, enveloppe 19, fascicule 13.

15 Je me réfère à la réflexion interculturelle sur le lien adoption/filiation/propriété proposée par Jack Goody (1969).

Auteur

Céline Frigau (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540