Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

Avant-propos

Olivier Piron

Texte intégral

1Parmi les différents programmes du PUCA, celui concernant l’hospitalité se distingue à la fois par sa durée, son ampleur et ses ambitions.

2Il s’est fondé sur une idée simple, mais forte, ressentie par les pouvoirs publics qui s’efforçaient, après le vote d’une loi d’orientation pour la ville, de mettre en place des actions de mixité urbaine : peut-on imposer par la loi une mixité réelle, avec le respect de l’autre, s’il n’y a pas, à tout niveau, un sentiment d’hospitalité sur lequel l’action publique peut se fonder ? Cette question, dans sa simplicité, a permis de fonder un programme de recherche finalisé d’une ampleur tout à fait exceptionnelle, et jalonné par une série de séminaires et de publications de tous ordres.

3D’abord le premier séminaire pour approfondir les questions théoriques, avec bien entendu au premier chef un recours à l’histoire, car il s’agit d’une question forte pour toute civilisation constituée. Puis des examens de cas concrets en situation.

4La question des gens du voyage a fourni l’occasion d’une relance de cette recherche. En effet, l’examen à la fois des conditions d’élaboration d’une législation spécifique, puis de ses modalités réelles d’application, a permis d’approfondir le débat.

5Et de tout cela résulte un ouvrage majeur, et qui fera date par son contenu. De plus cet ouvrage arrive juste au bon moment. En effet, les débats actuels sur la décentralisation de la politique du logement montrent bien qu’il existe une question centrale : celle du respect du droit au logement, mais que son effectivité dépend d’un point clé : qui décide de l’appartenance communale ? Car, une fois que les communes disposeront des principaux leviers financiers de la politique du logement – ou qu’elles seront chargées de leur mise en œuvre –, les véritables exclus du droit au logement, ce seront les « apatrides communaux », ceux qui ne répondent à aucun critère d’accès d’aucune collectivité territoriale.

6Autrement dit, tout ce travail de recherche mené à son propre rythme débouche, en fait, sur une analyse à la fois théorique et pratique d’un des problèmes politiques les plus délicats qui soit aujourd’hui débattu dans les lieux où s’élabore la politique du logement.

7C’est donc en étant elle-même, en respectant ses méthodes et ses exigences, mais en restant constamment à l’écoute attentive du réel, que la recherche finalisée, telle que le PUCA la comprend, peut apporter ses contributions les plus précieuses à la détermination et à la conduite de l’action publique.

8Bien entendu, une action de ce type ne peut se faire sans une idée directrice majeure, sans une volonté de tous les instants pour piloter l’action globale, pour résoudre les problèmes administratifs et financiers en tout genre, pour nouer les partenariats nationaux et locaux, pour animer les synthèses partielles et déboucher sur une synthèse à la fois claire et forte. C’est dire à quel point Anne Gotman, inspiratrice et conductrice du projet, a dû en permanence faire preuve à la fois d’intuition, de finesse, de fermeté et d’obstination.

9De même, le partenariat de tout instant de la Maison des sciences de l’homme, de ses instances nationales comme de son réseau local, et tout particulièrement de Maurice Aymard, responsable du comité scientifique de cette action, a permis d’assurer à la fois l’indépendance scientifique du projet comme sa bonne intégration à l’ensemble du monde de la recherche qui a collaboré avec ouverture à ce sujet.

10Enfin, ce travail montre ce que peut apporter une coopération constante avec le réseau militant en ce domaine, qui à la fois sait nous faire partager sa connaissance fine du réel, et accepte de nous accompagner dans une démarche théorique souvent ardue, toujours passionnante.

Auteur

Secrétaire permanent du Plan urbanisme construction architecture

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540