Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le temps de manger

 | 
Maurice Aymard
, 
Claude Grignon
, 
Françoise Sabban

La modernisation des cultures traditionnelles. Deux histoires

Les partages alimentaires ou la mémoire des temps forts : les dons de nourriture au Japon

Jane Cobbi

Texte intégral

  • 1 En se référant à l’apparition de certaines pousses pour entreprendre une activité agricole ou à la (...)

1Le Japon offre l’intérêt d’une civilisation à profondeur historique suffisante pour qu’on puisse y chercher des constantes culturelles et l’évolution des faits sur une longue durée, à travers documents nationaux et archives locales. La culture japonaise est caractérisée par un découpage minutieux du temps, basé simultanément sur plusieurs calendriers qui sont en quelque sorte superposés : calendrier solaire importé d’Occident à la fin du XIXe siècle sous l’empereur Meiji, calendrier soli-lunaire introduit de Chine au VIe siècle et calendrier phénologique, reflet permanent d’une attention aiguë aux changements saisonniers de la végétation1 - que manifestent les textes littéraires les plus anciens. Cette société très industrialisée a en outre conservé une partie de ses pratiques traditionnelles, encouragées par une exploitation moderne judicieuse ; et, dans ce système de relations sociales où les échanges de nourriture restent primordiaux, l’organisation économique, loin de les faire disparaître, les ravive encore pour tirer profit de cette coutume du partage alimentaire lié aux rythmes saisonniers et à la scansion du temps humain.

Le partage alimentaire

2Le partage alimentaire, fait universel souligné par les travaux des anthropologues (Richards 1939 ; Lévi-Strauss 1949), est un soutien constant de la relation sociale. « Dans toutes les sociétés, qu’elles soient frustes ou complexes, l’établissement et le maintien des relations humaines passent avant tout par le partage de la nourriture » (Farb & Armelagos 1985 : 10). Ces partages s’effectuent le plus souvent sous la forme de repas pris en commun, mais la circulation des dons de nourritures en est un autre aspect important ; les premiers sont le lot des temps ordinaires, les seconds caractérisent surtout les temps d’exception, qu’ils soient prévus et surviennent à un rythme régulier, ou imprévus et marquent les coupures du rythme.

3Au Japon, tout événement important de la vie humaine, tout rite de passage, changement de saison, ou changement d’année sont marqués par une consommation ritualisée de nourritures exceptionnelles, qu’elles soient prises en commun au cours de repas partagés avec un cercle assez large de participants ou distribuées sous forme de cadeaux : cadeaux ponctuels remis aux personnes participant aux banquets à l’intention des absents et cadeaux périodiques adressés à un entourage social plus limité. A la superposition des temps calendaires s’associe donc une superposition des temps sociaux.

Les nourritures prises en commun

Les repas quotidiens

4Dans la tradition japonaise, l’alimentation quotidienne est de nature extrêmement sobre, pour ne pas dire frugale, et repose sur une association simple d’éléments eux-mêmes très simples et peu nombreux. Le nombre des repas quotidiens varie selon la période historique et la classe sociale considérées. Par exemple, les documents laissent à penser que les gens de cour ne prenaient au XIe siècle que deux repas par jour (Morris 1969 : 141), alors que les études contemporaines et l’observation directe révèlent, de leur côté, que la saison agricole amène les paysans à faire quatre ou même cinq repas quotidiens. Mais si l’on considère l’ensemble de la société japonaise d’aujourd’hui, la journée est normalement rythmée par trois repas pris respectivement vers sept ou huit heures du matin, à midi, et vers dix-huit heures, et par un certain nombre de « thés » (o-cha) entre les repas, notamment vers dix heures du matin et vers quinze heures (c’est le « trois-heures », o-sanji).

5Les trois repas quotidiens reposent en principe sur une composition identique (riz, légumes salés, potage, plats d’accompagnement divers). Le repas de midi est néanmoins souvent simplifié, consommé en moins de temps que le petit déjeuner ou le dîner, parfois réduit à un seul bol de vermicelles « chinois » dans un bouillon, et, chose assez rare pour être signalée, il est le seul repas que l’on puisse prendre debout. Même sous sa forme réduite, cette prise alimentaire répond toujours au nom de gohan, « repas », qui signifie d’ailleurs, au premier sens « riz cuit », ou meshi (même double sens).

  • 2 Pour plus de détails sur ces questions cf. Cobbi 1978 : 265 : nom et composition du repas ; 1984a  (...)

6La durée des repas quotidiens est assez courte, car l’étiquette recommande de ne pas manger trop lentement, de ne pas parler, et de ne pas traîner à table. Le temps consacré à la consommation est d’ailleurs délimité par des formules-annonces apprises dès l’enfance, telles que « je reçois la nourriture » (itadakimasu), en saisissant ses baguettes, et « c’était bon » (gochisô-sama-deshita) après avoir terminé, encadrement linguistique lui-même souligné par le thé vert (ou l’eau fraîche en été), servi en début et en fin de repas)2.

Les repas d’exception

7Comme pour permettre de sortir d’une certaine monotonie et de compenser la sobriété du quotidien, le cycle annuel, d’une part, le cours linéaire de la vie humaine, d’autre part, sont jalonnés d’occasions de faire de bons repas, qui sont en quelque sorte les temps forts de la vie alimentaire, où interviennent des produits particulièrement valorisés : saké, poisson cru, nouilles, galettes de riz glutineux, riz aux haricots rouges, etc.

  • 3 Commune de Kaida où a été réalisée, de 1969 à 1978, une étude de terrain sur l’évolution de l’alim (...)

8Le plus régulier et le plus marqué de ces temps forts est la longue période du Nouvel An (de trois à quinze jours), pendant laquelle il s’agit de « manger le plus grand nombre de délices possible », comme l’indique un calendrier rituel local trouvé dans la région centrale du Kiso (département de Nagano)3. De fait les repas de la Nouvelle Année, qui reproduisent fidèlement les menus fixés par la tradition moyennant certaines variations régionales, se trouvent sensiblement « enrichis », dès que les conditions économiques et la variété des produits disponibles le permettent, par l’introduction de mets rares et prestigieux venus d’autres régions ou de pays étrangers. Quoique moins riche en rituels alimentaires, la Fête des Ancêtres (bon), qui réunit normalement tous les descendants d’un même foyer pendant plusieurs jours au milieu de l’été, est aussi prétexte à de grandes consommations copieusement arrosées de bière fraîche.

9Les circonstances de la vie humaine ou de l’année calendaire qui amènent à faire des repas particuliers ou à préparer des mets rituels n’étant pas toutes des occasions joyeuses, on ne peut opposer aux nourritures quotidiennes la seule notion de repas festif, mais plutôt de repas d’exception, qui pourra donc englober, tout aussi bien, les banquets funéraires. Ceux-ci excluent, comme il se doit, des produits à connotation festive tels que les haricots rouges le rouge étant la couleur faste par excellence ; en outre, généralement placés sous obédience bouddhique, ils ne comprennent aucun mets à base de chair animale (elle-même prohibée par la règle bouddhique du respect de la vie) ; le plus souvent ils sont organisés, néanmoins, de façon qu’on puisse y consommer tout son content de nouilles et de saké.

10Au rythme quotidien de l’alimentation, se superpose donc une cadence plus longue déterminée par la succession des saisons, les grandes coupures annuelles et les étapes socialisées du cycle de vie. Toutes ces césures sont l’objet de manifestations diverses, et concrétisées par des rites sociaux et religieux, dont le partage alimentaire est le plus récurrent ; quels que soient en effet les « délices » prévus, ils ne sont pas faits pour être consommés dans la solitude, mais pour être pris en commun, et ils font l’objet de plusieurs types de partage : distributions de mets rituels dans l’environnement social le plus proche de la cellule familiale, comme le riz-aux-haricots-rouges pour marquer un succès scolaire ; repas de type cérémoniel, pensés selon un mode fixe de composition (déterminé par le cadre des tables-plateaux à pieds, d’usage individuel), et toujours pris en groupe - cercle plus ou moins élargi selon les circonstances-, Nouvel An, funérailles, etc.

Temps de préparation, temps de consommation

11Dans ces partages exceptionnels, un rôle non négligeable est donné au temps de préparation même, qui intervient comme valeur ajoutée à certains mets : destinées à une consommation strictement familiale mais néanmoins ritualisée, comme l’igname râpée et longuement battue de la période du Nouvel An, ou préparées tout spécialement, comme les nouilles de sarrasin, pour faire honneur à un visiteur, les nourritures de partage sont parfois le fruit d’un investissement considérable en temps individuel immédiat.

12Il est vrai que la plus grande partie des mets considérés comme délicieux ne supportent pas l’attente après leur préparation, ce qui s’explique essentiellement par l’exigence de fraîcheur, valeur suprême de la nourriture au Japon, et par la recherche de qualités gustatives propres aux produits crus ou proches du cru : consistance ferme, couleur vive, aspect brillant, etc. L’idéal étant, pour le poisson cru (sashimi) par exemple, d’être découpé au moment même où il va être consommé, c’est au comptoir des restaurants que s’installe un grand gourmet, et à distance minimale du cuisinier, qui pourra ainsi lui passer directement les plats au fur et à mesure de leur élaboration. Préparation et consommation sont alors rapprochées au point de faire une même séquence ; ce qui peut entraîner une sorte d’étirement de ces repas d’exception où plusieurs mets se succèdent, une durée bien plus longue qu’à l’ordinaire, qui pourtant n’est pas due, comme dans un repas français par exemple, à des conversations animées de convives distraits devant leurs assiettes pleines.

  • 4 Le détail de cette séquence préparation-consommation des nouilles de sarrasin a été exposé au chap (...)

13Dans ces cas de figure, le temps est une véritable valeur ajoutée à la nourriture présentée. Si on considère les nouilles de sarrasin de la région de Nagano, prestement pétries, découpées et ébouillantées devant le visiteur venu présenter ses vœux, il apparaît que celui-ci ne reçoit pas seulement le mets préparé et le travail nécessaire à cette préparation, mais aussi le temps qui y est consacré sur-le-champ, et qui lui est offert comme un don complémentaire, indépendant du temps normalement investi dans cette préparation culinaire4.

14Au temps réel, s’ajoute encore la conscience du temps, et notamment de la saison. Faire honneur c’est aussi présenter des produits « de saison ». Chaque saison a ses « marqueurs alimentaires », dont la présence est indispensable à un repas rituel ou simplement gastronomique. Ces « marqueurs saisonniers », introduits en tant que tels dans certains banquets, font eux aussi l’objet de circulations particulières ; tel est le cas des fruits et légumes de saison, dont les citadins restent aussi friands que dans l’antiquité ; aujourd’hui encore amateurs de « légumes sauvages », sansai (Cobbi 1978), ils doivent une bonne partie des champignons (automne) et des jeunes pousses (printemps) qu’ils consomment au ramassage effectué par un parent ou voisin, qui leur en fait don à titre de partage, et en recevant de parents éloignés agrumes ou spécialités alimentaires régionales, ils en concèdent aussitôt une partie à leur entourage, comme « partage de la chose reçue » (suso-wake). Les produits périssables sont ainsi redistribués dès réception, comme pour être consommés à coup sûr pendant qu’ils sont encore frais. Ce type de don, qui est en quelque sorte un don par ricochet, assure une répartition plus grande, sur un temps plus long, des produits comestibles susceptibles de circuler. D’une certaine façon, ce système de partage assure à chacun la possibilité d’intérioriser le passage d’une saison à l’autre, fidèlement concrétisé par des produits ou préparations culinaires particuliers. Les dates-charnières, comme les équinoxes (higan) de printemps et d’automne, sont également marquées par certains mets à consommer, de même que les « relais » calendaires (sekku) fixés par le système zodiacal chinois : troisième jour de la troisième lune, jour de la célébration des filles, avec consommation de saké à la fleur de pêche ; cinquième jour de la cinquième lune, jour de la célébration des garçons, avec galettes de riz à l’armoise et saké aux tiges d’acore, etc.

15En milieu rural, la saison agricole est en outre jalonnée de repas particuliers occasionnés notamment par les grands travaux exécutés dans le cadre de l’entraide villageoise, comme le repiquage au printemps, et la moisson du riz à la fin de l’été : nourritures et boissons y sont prévues en abondance, en compensation de l’aide reçue ; à la fin de ces grands travaux, mets rituels et composition formelle caractérisent les repas de remerciement donnés soit dans la maison de l’hôte pour qui le travail a été accompli (au printemps), soit au-dehors (à la fin de l’été), presque toujours joyeusement arrosés de saké.

Le banquet, lieu de distribution élargie

16La forme la plus officielle et la plus élargie de ces partages alimentaires est représentée par les banquets (en-kai) qui marquent les grands événements d’un cycle annuel et d’une vie humaine : banquets de fin d’année (bônen-kai) et de nouvelle année (shinnen-kai), de mariage, de funérailles, etc.

17Les auteurs japonais (Yanagida 1969 ; Wakamori 1972) considèrent qu’un des buts principaux du banquet est d’échanger des coupes de saké, de « se verser à boire réciproquement » (sake ο kumi-kawasu), tout en échangeant des propos auspicieux ou personnels.

18Lui-même lieu de grand partage alimentaire où le saké joue donc un rôle capital, le banquet cérémoniel est clos normalement sur une remise de dons en nourriture à l’assistance par l’hôte en titre, suite à l’ancienne coutume qui était de « faire remporter des mets à l’intention de ceux qui n’ont pu participer au banquet » (Wakamori 1972) ; on assiste ainsi à une distribution de nourritures allant du plus simple paquet de thé ou de sucre à une véritable gamme de mets cuisinés, porteurs d’une charge symbolique très marquée : ceux-ci visent à prolonger d’autant mieux les effets du banquet qu’ils provoquent une nouvelle participation à l’événement célébré, participation à la fois concrète, puisqu’il y a ingestion des nourritures offertes, et indirecte, puisque différée dans l’espace et dans le temps - de quelques heures voire de quelques jours.

Les dons de nourritures

19Le partage s’effectue donc à deux niveaux : par le banquet proprement dit et, après un banquet cérémoniel, par la distribution de nourritures. Les cadeaux distribués à l’issue du banquet sont identiques pour tous, et composés le plus souvent de produits alimentaires soit pour moitié, soit pour leur totalité. Il s’agit toujours de nourritures solides, présentées dans des boîtes, soigneusement emballées et en outre accompagnées d’un sac ou d’une enveloppe - le plus souvent un carré de toile, le furoshiki - qui permettent de les transporter plus aisément.

  • 5 Des enquêtes menées régulièrement par les grands quotidiens et entreprises, il ressort que les six (...)

20La fréquence de ces cadeaux de nourritures est telle qu’ils peuvent constituer de véritables sources d’approvisionnement, et représentent, du point de vue du temps d’acquisition, un apport considérable : bien des familles en milieu rural n’ont jamais eu à acheter du sucre, car elles disposent d’un stock permanent alimenté par une partie des cadeaux (boîtes contenant 1 à 2 kg de sucre), reçus à l’issue des cérémonies de mariage ou de funérailles. En milieu urbain, le sucre provient en outre des échanges périodiques de cadeaux (une ou deux fois l’an), de même que les huiles alimentaires ou les boissons alcoolisées5.

Les catégories de dons

  • 6 Les arguments développés dans ces paragraphes ont été repris comme point de départ d’une réflexion (...)

21Tradition très ancienne qui perdure intensément dans la société moderne, le don en nourriture est l’objet de pratiques généralisées, sous forme de distribution aux convives à l’issue des grands banquets, mais aussi de cadeaux-souvenirs rapportés de voyages (miyage), de cadeaux de visite à un malade (mimai), de dons périodiques (seibo en fin d’année, chûgen en milieu d’année) envoyés en « remerciement » d’un service à un entourage social déterminé, etc. Les différents types de dons de nourritures se regroupent en catégories de dons réguliers et de dons irréguliers ; les dons réguliers peuvent être quotidiens (offrandes aux divinités et aux ancêtres), annuels (salutations de Nouvel An), ou semi-annuels (cadeaux de fin d’année et de milieu d’année) ; les dons irréguliers sont liés à des faits événementiels, qu’ils soient aléatoires (maladies, déménagements, départs en voyages, etc.), ou attendus et marqués par des cérémonies suivies de banquets : mariages et funérailles principalement. Notons que ces derniers réunissent deux types de dons : les cadeaux en nourriture distribués par l’hôte à la fin du banquet et les dons apportés par l’assistance au début6.

  • 7 Pour des exemples de passage à l’échange monétaire voir Ushiomi (1962 : 36), qui mentionne des don (...)

22Les cadeaux apportés sont une contribution de l’assistance aux dépenses matérielles engagées pour l’événement, ce qui explique d’abord que, évaluées essentiellement en nourritures, ces prestations aujourd’hui se fasse aussi en billets de banque7.

  • 8 Statistiques diffusées par la banque Tôkai. Des chiffres plus détaillés seront accessibles dans «  (...)

23Il n’en est pas de même pour les dons réguliers, qui sont toujours fournis en nature et notamment en produits alimentaires, en dépit ou à cause de la modernisation, la société industrielle ayant trouvé le moyen de tirer le meilleur parti de cette tradition, en fondant sur elle un secteur commercial relativement nouveau, le marché du cadeau ; les échanges de fin d’année, par exemple, principalement en produits alimentaires, en constituent une source importante qui concerne 88 % de la société japonaise8.

Les listes de dons

24Les dons périodiques, comme si leur régularité même en garantissait la survie, ne sont pas plus consignés, semble-t-il, que l’ensemble des faits de la vie sociale : parfois enfouis dans la mémoire, parfois transmis oralement, ils peuvent aussi être conservés, au gré du pinceau des protagonistes ou des témoins, parmi une multitude de détails relevés par écrit dans leurs journaux personnels, selon une tradition littéraire très ancienne.

  • 9 Un premier ensemble de carnets (une vingtaine), dont le plus ancien datait de 1844, m’avait été co (...)

25La catégorie des dons irréguliers, au contraire, est l’objet d’un relevé systématique, en listes soigneusement gardées dans chaque foyer, aujourd’hui comme par le passé, pour être consultées quand il en est besoin. Car la coutume est de noter en toute circonstance sur deux colonnes, chaque don reçu, avec le nom de son donateur, sur des feuillets prévus à cet effet. En témoigne toute une série de carnets découverts en milieu rural, attestés dans l’ensemble du Japon (Ishimori 1984), et indiquant dans le détail les dons reçus par des familles dans des occasions déterminées : mariages, funérailles, passage à l’âge adulte, maladies, départs en conseil de révision, mort d’un cheval, etc.9

  • 10 En 1844 ces 156 dons venaient de 72 personnes, à raison de deux ou trois dons par personne (par ex (...)

26Outre qu’ils permettent de faire le bilan des événements considérés comme les plus importants, ces documents originaux, qui ne visent pas l’histoire et n’entrent pas dans les archives officielles d’une localité, offrent une garantie d’authenticité et de valeur utilitaire. Leur analyse montre le rôle primordial des produits alimentaires dans ces échanges traditionnels : une liste de dons reçus dans une famille paysanne à l’occasion d’un mariage en 1844 énumère, pour 24 dons de natures diverses, 132 en produits alimentaires (sarrasin, saké, poisson) ; ceux-ci couvrent la totalité des dons dans une liste de 1911, de même que dans un carnet de 1873 inventoriant les cadeaux reçus pour un cas de maladie, etc.10.

27La motivation de ces enregistrements est claire pour tous. Il s’agit de déterminer, le moment venu, ce qu’il faudra « donner en retour » aux autres foyers, en vertu du principe de réciprocité et du maintien de la relation sociale. La règle veut en effet que l’on se réfère aux cadeaux reçus pour évaluer les dons à effectuer dans des circonstances analogues ; qu’elle marie un enfant ou perde un aïeul, une famille reçoit des dons différents sinon en nature du moins en degré, selon l’intimité de la relation qui l’unit à la famille qui lui adresse le cadeau, et elle se dit redevable d’une prestation équivalente quand une situation semblable affecte cette dernière. Car au fil des générations chaque groupe entretient avec telle autre cellule familiale de son entourage un échange de cadeaux dont la valeur dépend principalement du degré de parenté - ou de voisinage-, mais le nombre d’années qui peuvent s’écouler entre des événements d’égale importance ne permet pas de retenir avec précision le montant de ce dû, et rend nécessaire le recours à la mémorisation écrite.

28Il s’ensuit que l’examen des listes de dons reçus par un même foyer permet de comprendre non seulement quelles sont ses familles alliées, mais aussi quelle est l’importance des relations qu’il a avec chacune d’elles : un seul de ses carnets d’enregistrement montre, pour un moment donné, et en quelque sorte en raccourci, l’ensemble du réseau social d’une même maison. On peut donc admettre que ces listes de cadeaux, qui tiennent lieu d’aide-mémoire des relations sociales et constituent en fait les archives familiales les plus importantes, fonctionnent comme les témoins constants des temps forts qui, avec les dons périodiques de nourritures, rythment la vie d’un foyer et de ses membres.

29Pour conclure on retiendra que la société japonaise offre trois champs d’observation qui permettent de mesurer la scansion du temps par le biais de l’alimentation :

  • banquets et repas d’exception, différenciés des repas quotidiens par la présence du saké et d’aliments particuliers, porteurs de charges symboliques ou marqueurs saisonniers ;
  • distributions générales de nourritures à l’issue des banquets ;
  • cadeaux en nourritures échangés dans un cercle restreint, à certaines dates du calendrier rituel ou à l’occasion d’événements déterminés, et répertoriés dans des listes aide-mémoire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Barrau, J., 1983, Les hommes et leurs aliments, Paris, Temps actuels.

Cobbi, J., 1978, Le végétal dans la vie japonaise, Paris, POF.

– 1978 (paru en 1981), « Terminologie culinaire au Japon : des modes de préparation aux mets consommés », Bulletin de l’Asie du Sud-Est et du Monde insulindien, IX, 3-4.

– 1981, « La vie alimentaire des Japonais, son évolution récente - étude centrée sur un village de montagne : Kaida-mura », Thèse de troisième cycle, Université de Paris X.

– 1984a, « Yô, chû, wa, dilemmes culinaires », Tokyo, numéro spécial de la revue Autrement, Paris, Éd. Autrement.

– 1984b, « Tradition et adoptions, cuisines du Japon », Cuisines et Cultures, 2.

– 1987, « Don et contre-don : une tradition à l’épreuve de la modernité » in A. Berque (éd.), Le Japon et son double, Paris, Masson.

– 1989, « Tampopo ou la voie des vermicelles » in P. Noirot & F. Sabban, L’honnête volupté, Paris EVRSH-ERTI/Michel de Maule.

– 1992, « Recevoir aujourd’hui, c’est donner demain », Asie, 1.

– 1993, « L’échange des cadeaux au Japon », in J. Cobbi (textes réunis par), Pratiques et représentations sociales des Japonais, Paris, L’Harmattan.

– 1993, « Le marché du cadeau », in J. Cobbi (textes réunis par), Pratiques et représentations sociales des Japonais, Paris, L’Harmattan.

Farb, P. & G. Armelagos, 1980, Consuming Passions - The Anthropology of Eating, Boston, Hougton Mifflin Company (trad. fr. William Desmond, Anthropologie des coutumes alimentaires, Paris, Denoël, 1985).

Hemardinquer, J.J. (éd.), 1970, Pour une histoire de l’alimentation, Paris, A. Colin. (Cahiers des Annales, 28).

Ishige, N., 1979-1983, The Way We Eat, Aji Communications, Tokyo, Aji no moto : 1-19.

Ishimori, S., 1984, « Shi to zôtô » [Mort et échange de cadeaux], in Ito & Kurita (éds), Nihonjin no zôtô [L’échange des cadeaux entre Japonais], Kyoto, Minerva Shobô.

Lévi-Strauss, C., 1949, Les structures élémentaires de la parenté, Paris, PUF.

Morris, I., 1969, La vie de cour dans l’ancien Japon, trad, française de M. Charvet, Paris, Gallimard (The World of the Shining Prince, Londres, Oxford University Press, 1964).

Richards, Α., 1939, Land, Labour and Diet in Northern Rhodesia, Londres, Oxford University Press.

Ushiomi, T., 1962, La communauté rurale au Japon (Bulletin), Paris/Tokyo, PUF/Maison franco-japonaise.

Wakamori, T., 1972, « Zôtô » [Echanges de cadeaux], in Nihon Minzoku Jiten [Dictionnaire des coutumes japonaises], Tokyo, Kôbundô.

Yanagida, K., 1969, « Shokumotsu to shinzô » [Cœur et nourriture], in Yanagida Kunio zenshû [Œuvres complètes de Yanagida Kunio], Tokyo, Chikuma-shobô : vol. 14.

Notes

1 En se référant à l’apparition de certaines pousses pour entreprendre une activité agricole ou à la floraison des cerisiers pour commencer une fermentation, les Japonais font appel implicitement à cette science qu’est la phénologie, « branche de la météorologie qui étudie les variations que les divers climats font subir à la floraison et à la feuillaison des végétaux, au point de vue de leur durée, de l’époque où elles se produisent, etc. » (Larousse). La superposition des trois calendriers ne va pas sans difficultés, résolues différemment selon les régions et les rites à célébrer ; ainsi la Fête des Ancêtres est célébrée autour du 15 août dans le nord-est de l’archipel, et du 15 juillet dans d’autres régions.

2 Pour plus de détails sur ces questions cf. Cobbi 1978 : 265 : nom et composition du repas ; 1984a : 102 : déjeuner pris debout ; 1984b : 18 : consommation de thé avant et après le repas ; 1989 : loi : importance des nouilles.

3 Commune de Kaida où a été réalisée, de 1969 à 1978, une étude de terrain sur l’évolution de l’alimentation japonaise (Cobbi 1981).

4 Le détail de cette séquence préparation-consommation des nouilles de sarrasin a été exposé au chapitre IV de ma thèse de troisième cycle (1981), voir plus haut, note 3.

5 Des enquêtes menées régulièrement par les grands quotidiens et entreprises, il ressort que les six cadeaux de fin d’année les plus vendus à Tokyo étaient au cours des années quatre-vingts : 1) les alcools d’importation, 2) les condiments (sauces et glutamates), 3) les huiles alimentaires, 4) le café, 5) les algues, 6) le thé vert. Dans les cadeaux de milieu d’année on trouve en outre : bière, eau minérale, fruits frais, etc., produits adaptés à la saison chaude.

6 Les arguments développés dans ces paragraphes ont été repris comme point de départ d’une réflexion sur les listes de dons reçus, que l’on trouvera sous le titre « Recevoir aujourd’hui, c’est donner demain », dans la revue Asie, n° 1, 1992.

7 Pour des exemples de passage à l’échange monétaire voir Ushiomi (1962 : 36), qui mentionne des dons en riz complétés dès 1920 par une somme d’argent, et Cobbi 1987 : 161-162 et 166.

8 Statistiques diffusées par la banque Tôkai. Des chiffres plus détaillés seront accessibles dans « Le marché du cadeau au Japon » (Cobbi 1993).

9 Un premier ensemble de carnets (une vingtaine), dont le plus ancien datait de 1844, m’avait été confié en 1976 par une famille de paysans-lettrés dans la commune de Kaida, et a pu être complété au cours d’une mission accomplie en 1981-1982, par des listes retrouvées dans d’autres foyers de la même commune ; on trouvera une analyse de ce corpus de listes dans « L’échange des cadeaux entre Japonais » (Cobbi 1993).

10 En 1844 ces 156 dons venaient de 72 personnes, à raison de deux ou trois dons par personne (par ex., sarrasin + kakis séchés) ; en 1873, les 41 visites de sympathie enregistrées étaient toutes accompagnées d’un don de nourritures (par ex., farine de riz ou de sarrasin + fruits ou gâteaux secs), une seule fois complété d’une étoffe (« essuie-main », te-nugui).

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540