Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La constitution du chômage en Allemagne

 | 
Bénédicte Zimmermann

III. Une catégorie nationale des politiques publiques

III. Une catégorie nationale des politiques publiques

Texte intégral

1Les syndicalistes, tout comme les responsables municipaux, cherchent sous le Kaiserreich à instituer l’État-nation en cadre d’organisation du marché du travail. Mais faire du chômage une catégorie nationale des politiques publiques suppose l’existence d’un espace socialement structuré pouvant transcender la pluralité des expériences locales. Or l’incertitude sur le lien qui attache les ouvriers à ce nouveau groupe d’appartenance rend problématique toute mise en forme nationale du chômage. Au début des années 1890, l’espace public d’intervention sur le chômage reste à inventer, de même que l’expression politique et juridique d’un collectif national responsable et solidaire, intégrant l’ensemble des chômeurs allemands, quelle que soit leur appartenance professionnelle ou municipale.

2Afin d’éclairer la fabrication d’une telle généralité nationale, un nouveau changement d’échelle de l’analyse s’impose, du local vers le national cette fois. Ni procédé rhétorique d’exposition, ni retour en arrière, cette promenade sur les échelles vise à appréhender tant le chômage que le national à travers leur épaisseur située. En d’autres termes, le national ne se réduit pas à une simple échelle d’analyse, mais devient partie intégrante de l’objet d’étude. Partant de ces prémisses, l’objectif de cette troisième partie est d’analyser la constitution croisée de la catégorie de chômage et d’un espace national d’intervention publique de manière processuelle, à partir de la multiplicité des scènes et des actions situées qui s’y articulent.

3La mise en forme du chômage en une catégorie nationale des politiques publiques y sera envisagée comme une coproduction entre des parties et des personnes venant de différents horizons. Se pose dès lors la question de leur coordination en vue d’une politique nationale. Le réseau associatif, lieu de rencontre entre spécialistes de différentes scènes, constitue sous le Kaiserreich un important vecteur de montée en généralité de la pluralité des expériences situées (Boltanski et Thévenot 1991). Il contribue à structurer un espace national de débat sur le chômage, mais échoue, faute de ressources politiques adéquates, à le convertir en espace d’intervention.

4L’inaccessibilité de l’État aux artisans de la réforme détermine, sous le Kaiserreich, la principale entrave à une politique nationale du chômage. Le projet réformateur est certes traversé par des divisions internes, mais, sans épreuve de réalité ni perspective de mise en œuvre, la quête de coordination entre ses différentes variantes reste secondaire. L’impossible institutionnalisation du chômage avant 1914 relève donc davantage des formes de l’État que de la pluralité des projets en présence. D’autant plus que les engagements en faveur d’une intervention du Reich convergent dans un militantisme partagé en faveur de l’égalité des droits des ouvriers avec ceux des autres citoyens (Gleichberechtigung). Cette égalité des droits est appelée à fonder une nouvelle expression du lien social, faisant de la communauté nationale des citoyens un collectif responsable et solidaire. La définition d’une politique de lutte contre le chômage se trouve ainsi étroitement liée à la quête d’un support de formalisation, associée sous le Kaiserreich à la reformulation de la relation d’équivalence politique entre les personnes au sein de l’État-nation. Mais les réformateurs sont tributaires de l’intervention de l’État pour la constitution juridique d’un tel espace national de généralité.

5La reconfiguration de l’État à la fin de la Première Guerre mondiale autorisera, sous la République de Weimar, l’avènement d’une politique nationale de placement et d’assurance chômage. Mais une fois admis le principe de l’intervention de l’État, les controverses se cristallisent désormais sur les modalités pratiques de mise en œuvre. Assistance ou assurance ? Telle sera l’une des questions majeures de près de dix années de débat. Si la redistribution du jeu et des alliances offre, après 1918, les conditions de possibilité d’une politique nationale du chômage, les incertitudes qui pèsent après 1923 sur la coopération entre organisations ouvrières et patronales affectent la quête d’un équilibre de coordination et fragilisent le compromis trouvé en 1927 en faveur de l’assurance.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540