Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La constitution du chômage en Allemagne

 | 
Bénédicte Zimmermann

II. Le chômage en situations

4. Le syndicat, le chômage et la profession

Texte intégral

1Les syndicalistes sont, au titre de leurs responsabilités professionnelles, des acteurs privilégiés du traitement du chômage. Ils interviennent dans ses mises en forme tant nationales que municipales. Par le développement de pratiques d’indemnisation des adhérents sans travail, ils contribuent à associer le chômage aux risques professionnels de l’ouvrier qualifié. Ils produisent ainsi une définition qui sera mobilisée à partir de 1903 par les services du Reich dans l’élaboration d’une statistique nationale des fluctuations du marché du travail. Mais, conscients des limites d’une telle définition, les syndicalistes cherchent également à définir des critères interprofessionnels d’identification des chômeurs, au travers d’enquêtes statistiques qu’ils conduisent au niveau municipal.

2Cet effort de spécification de définitions professionnelles et interprofessionnelles du chômage, dont les termes varient selon qu’elles se limitent à la sphère syndicale ou qu’elles s’étendent à un éventail plus large de la population, est marqué d’un côté par les logiques internes de l’action collective, de l’autre par des enjeux de coordination des actions syndicales et municipales de lutte contre le chômage. Qu’elles soient professionnelles ou interprofessionnelles, ces définitions présentent cependant le même caractère situé, limité à une organisation de métier ou à un espace communal. Lorsqu’elles sont appelées à fonder une statistique nationale, elles consacrent le travail plutôt que le territoire comme principe de généralité et de mise en équivalence.

Le chômage : un risque professionnel

3Né des associations de secours mutuel qui fleurirent après la révolution de 1848, le mouvement ouvrier allemand s’est développé dans la deuxième moitié du XIXe siècle autour de l’activité des caisses de solidarité, seule forme de regroupement ouvrier alors légalement autorisée. Ce tissu associatif, conjuguant la tradition corporative des solidarités de métier au dogme libéral de la Selbsthilfe (Tennstedt 1983 : 125 et 164 sq.), constitue une filiation commune revendiquée par les trois principales forces syndicales du Kaiserreich : les Hirsch-Duncker Gewerkvereine d’obédience libérale, créés en 1869 par les députés Franz Duncker et Max Hirsch, les syndicats sociaux-démocrates (Freie Gewerkschaften), fédérés en 1890 en une structure nationale autour de la Generalkommission, enfin les syndicats chrétiens dont l’essor plus tardif date du début du XXe siècle.

4Chacune de ces organisations cultive son identité à partir d’une valorisation spécifique de l’héritage des caisses libérales d’entraide (Tennfelde et al. 1987). Les Gewerkvereine, fidèles à l’interprétation libérale de la Selbsthilfe, se définissent essentiellement par une mission de secours mutuel. Les syndicats sociaux-démocrates subordonnent cette mission à une exigence d’efficacité politique pour en faire un instrument de lutte des classes (Forberg 1987). Les organisations chrétiennes occupent quant à elles une position intermédiaire. Ce clivage, révélateur de conceptions divergentes du syndicalisme, marque de son empreinte les définitions du chômage développées par les Gewerkvereine et les syndicats sociaux-démocrates.

Aide aux personnes et cause collective

  • 2 Boll 1992 : 252 sq. Friedhelm Boll montre notamment que la mobilité des ouvriers allemands était bi (...)

5En dépit du cri d’alarme lancé en 1871 par la Première Internationale contre la « misère résultant du chômage » (Dubois 1962 : 245), les associations ouvrières allemandes ignorent jusqu’au début des années 1880 le chômage dans leurs prestations, essentiellement dédiées à la maladie, à l’invalidité et au décès. Le viaticum, aide au voyage pour les adhérents à la recherche d’un emploi, est proposé par la plupart des organisations2, mais dans la mesure où il est hérité des pratiques corporatives, son octroi n’est pas nécessairement subordonné à la perte du travail. Il doit permettre de faire la route, plus que d’entretenir l’ouvrier et sa famille pendant une période de non-travail, comme le suggère l’absence de couverture équivalente pour les membres sédentaires.

6Les premières indemnités de chômage sont versées à partir de 1879 par le syndicat social-démocrate des imprimeurs, suivi en 1880 par le syndicat Hirsch-Duncker des ébénistes (Michels et Michels-Lindner 1910 : 424). Mais cette nouvelle prestation reste limitée jusqu’au début des années 1890 à quelques professions particulièrement bien organisées et aux caisses richement dotées. Son adoption relève par ailleurs de motifs diversifiés selon les organisations. Alors que les Gewerkvereine mettent en avant l’aide aux personnes et le traitement des conséquences individuelles de la perte du travail, les syndicats sociaux-démocrates insistent sur sa dimension politique et sa contribution à la défense de la cause collective.

  • 3 Pour une biographie de Lindemann, voir Reichshandbuch der deutschen Gesetlschaft 1931 : 1126.

7Ainsi le texte adopté en 1879 par l’assemblée générale du syndicat des imprimeurs précise que les indemnités de chômage ne relèvent en aucun cas d’une « initiative de bienfaisance », mais d’une « mesure de prévention contre la pression sur les salaires exercée par les chômeurs » (Imle 1903 : 9 et 10). Le réformiste Hugo Lindemann, spécialiste de la politique municipale du SPD3, sera au début du XXe siècle le théoricien de cette déclinaison du chômage selon le registre de la lutte des classes.

8Le chômage est une conséquence de l’organisation capitaliste privée. Seul l’écrasement de cette dernière pourra le faire disparaître en tant que phénomène social de masse.

9Les différents projets d’indemnisation [...] présentent par conséquent le danger de contrarier et d’affaiblir la lutte contre le système de production capitaliste. (Lindemann 1909 : 228-229.)

10Lindemann réserve toutefois un traitement particulier à l’indemnisation syndicale du chômage, indispensable selon lui au renforcement de la lutte des classes.

[...] Le but de l’aide-chômage syndicale n’est pas le soulagement de la détresse sociale induite par le chômage, même si dans la pratique ce résultat est atteint, mais le maintien du salaire de référence et des conditions de travail minimales arrachés par le mouvement ouvrier. Elle doit éviter la perte de ces acquis que menace la pression des chômeurs. (Ibid. : 229.)

11Reprenant la distinction, chère aux réformateurs sociaux, entre chômeurs fautifs et non fautifs, Lindemann précise :

Les réformateurs sociaux veulent aider les chômeurs involontaires. Le socialisme, au contraire, entend d’abord soutenir les ouvriers responsables de leur chômage pour avoir défendu le salaire de référence ou les autres conditions de travail. Ce n’est qu’à titre secondaire que le chômeur involontaire perçoit une indemnité, afin d’éviter une pression sur les conditions de travail. (Ibid. : 230.)

  • 4 Le relevé des taux de chômage aux recensements de 1895 n'a pas été possible pour l'ensemble des pro (...)

12Révélateur de l’instrumentation du chômage promue par les syndicats sociaux-démocrates réformistes, ce compromis entre credo révolutionnaire et volonté de transformation de la condition ouvrière à plus court terme n’est pas du goût de l’ensemble de la social-démocratie, et certainement pas de sa frange révolutionnaire. Jusqu’au début du XXe siècle, l’indemnisation des chômeurs demeure en effet controversée au sein des syndicats « libres ». Son instauration n’est pas tant conditionnée par l’ampleur du chômage dans la profession, que par la ligne idéologique dominante au sein de l’organisation. D’après les résultats du double recensement de 1895, sur les quatorze activités encadrées par un syndicat social-démocrate offrant des prestations de chômage, seules quatre, l’imprimerie, la verrerie, la reliure et la chaudronnerie, se retrouvent en juin parmi les vingt-cinq professions les plus touchées par le chômage ; les autres se situent autour de la moyenne interprofessionnelle4.

13Si, dans une perspective réformiste, l’indemnisation des chômeurs participe à l’efficacité du combat syndical et au renforcement de l’organisation, les défenseurs de l’orthodoxie révolutionnaire dénoncent, eux, le « racolage » à l’adhésion (Schoenhoven 1980 : 168 sq.). Le rapport de force, favorable dans un premier temps à ces derniers, se renversera au cours des années 1890. Sur le plan interprofessionnel, le Congrès national se prononce en effet en 1896 pour les allocations syndicales de chômage (Protokolle... 1980 : 121). Les résistances demeurent cependant importantes dans un certain nombre de secteurs. C’est le cas de la métallurgie, composante révolutionnaire la plus importante du syndicalisme social-démocrate, qui reste jusqu’en 1899 opposée à toute indemnisation du chômage. Sa conversion en 1900, au nom de « la lutte contre la pression sur les salaires et [de] la stabilisation des adhérents » (Imle 1903 : 31), marque un renversement de tendance jusque dans les bastions les plus réfractaires. Symptomatique de la recomposition idéologique qui affecte les organisations sociales-démocrates dans les années 1890, l’adoption quasi généralisée des indemnités de chômage avant la Première Guerre mondiale marque le triomphe incontesté de la ligne réformiste.

14En 1913, sur quarante-deux syndicats sociaux-démocrates, seuls sept ne versent pas d’allocations chômage. Cinq d’entre eux relèvent des professions du bâtiment, le sixième est celui des tailleurs de pierre et le septième celui des musiciens. Autant d’activités soumises à d’importantes fluctuations saisonnières, qui font de l’indemnisation du chômage un gouffre financier. L’homogénéité professionnelle, base de la solidarité syndicale, et en théorie garante d’un partage équitable du risque, génère, dès lors que le secteur connaît une réduction importante d’activité, une démultiplication des risques difficile à assumer par le collectif (Swaan 1988 : 148 sq.).

15Cette généralisation des indemnités syndicales de chômage s’accompagne d’un assouplissement des positions en matière d’intervention publique. Le système de Gand, qui permet d’atténuer le coût de ces nouvelles pratiques allocatives par l’apport de subventions publiques, est fortement plébiscité par les syndicats « libres » à partir du début du XIXe siècle. Pour les professions exposées de manière récurrente au chômage en raison du caractère saisonnier de leur activité, l’éventualité d’une assurance obligatoire du Reich est même envisagée par certains (Lindemann 1909 : 211). Dans tous les autres cas, cette solution, défendue au sein du SPD par Molkenbuhr, est cependant rejetée. L’accepter serait renoncer à la maîtrise de l’indemnisation des chômeurs et, de fait, à la vocation d’instrument de lutte économique qui lui est assignée.

16Cette dimension de lutte des classes est inexistante chez les syndicats chrétiens et chez les Hirsch-Duncker. L’allocation chômage n’y est pas moins appelée à servir la consolidation de l’organisation à travers ses vertus d’incitation à l’adhésion et de fidélisation des membres sans travail. Les syndicats chrétiens y voient même un « instrument d’agitation » (Loth 1991 : 298), alors que les Gewerkvereine en font un modèle de la Selbsthilfe et une expression sociale du libéralisme. Là aussi, l’idée d’une assurance obligatoire du Reich se révèle incompatible avec les usages internes d’indemnisation des chômeurs. Les syndicalistes chrétiens sont les seuls à en défendre le principe à partir de 1904, au nom du caractère trop élitiste de pratiques réservées aux seuls travailleurs organisés (Schneider 1982 : 354). Les Gewerkvereine reconnaissent quant à eux dans le système de Gand, à l’instar des organisations sociales-démocrates, un compromis idéal entre Selbsthilfe et intervention des pouvoirs publics. Il permet de pallier d’éventuelles défaillances financières internes, tout en respectant la diversité des logiques collectives d’indemnisation.

Solidarité entre égaux et exclusion des autres

  • 5 Sur la notion d'identité professionnelle et sa construction autour des qualifications, voir Dubar 1 (...)

17Le caractère élitiste du système de Gand, dont les subsides publics ne servent qu’à consolider la couverture de chômeurs déjà indemnisés par leur syndicat, ne semble guère émouvoir les militants sociaux-démocrates et Hirsch-Duncker. Composées d’ouvriers qualifiés, les associations ouvrières puisent leur cohésion dans une identité professionnelle commune5 que les indemnités de chômage sont appelées à renforcer, à l’instar des autres prestations de solidarité. Leur octroi est de fait strictement conditionné par l’appartenance au collectif de la profession organisée. Les syndicats sociaux-démocrates revendiquent très ouvertement la limitation des bénéfices de l’assurance chômage aux ouvriers qualifiés. Pour les autres, il préconisent des travaux d’urgence, sous prétexte qu’ils ne risquent pas, contrairement aux ouvriers qualifiés, de perdre leur savoir-faire et leur dextérité en se consacrant à des activités de terrassement par exemple (Lindemann 1909 : 211 ; Michels et Michels-Lindner 1910 :481).

  • 6 Cité d'après Weitensteiner 1976 : 92.

18Ce réflexe discriminatoire tend parfois à se doubler d’une évidente suspicion de paresse à l’encontre des chômeurs sans qualification professionnelle. Ainsi à Francfort-sur-le-Main en 1902, à la suite d’une manifestation de chômeurs qui dégénère en affrontements avec les forces de l’ordre, les représentants locaux des organisations sociales-démocrates mettent leurs membres en garde contre la participation à de telles manifestations « où les vrais ouvriers se confondent avec les paresseux6 ». Cette volonté affichée de distinguer les militants ouvriers d’un Lumpenproletariat à la moralité douteuse montre combien, y compris dans les milieux syndicaux, l’association entre chômage et présomptions de mauvaises mœurs est restée forte. A côté de cette distanciation clairement marquée avec les travailleurs sans qualification, les ouvriers qualifiés, mais non organisés, font l’objet d’à peine plus d’égards.

La priorité est l’indemnisation des travailleurs organisés. L’ouvrier, qui aujourd’hui n’a pas encore compris qu’il devait se syndiquer, ne mérite aucune aide. (Cité d’après Michels et Michels-Lindner 1910 : 481.)

  • 7 Y compris bâtiment, mines et transports. Pourcentage calculé d'après les résultats du recensement d (...)
  • 8 En 1908. les syndicats anglais comptent 2485000 membres, dont 63 %, soit 1455638 personnes, sont co (...)
  • 9 Sur la notion d'identité de métier, voir Zarca 1988 ; Supiot 1992.

19Ce jugement sans appel prononcé en 1908 par Max Quarck, conseiller municipal social-démocrate de Francfort, reflète une position partagée par la majorité des organisations sociales-démocrates et des Gewerkvereine. Or les ouvriers syndiqués ne représentent en 1908 qu’environ 20 % des salariés de l’industrie et du commerce7, de telle sorte que les 80 % restants sont exclus de cette conception élitiste de l’assurance chômage. De plus, le syndicalisme allemand, force comparable en nombre d’adhérents aux puissants syndicats britanniques8, est implanté surtout dans les métiers traditionnels et très peu dans la grande industrie (Groh 1978 ; Mommsen et Husung 1984 ; Cattaruza 1991). L’exemple du syndicat de la métallurgie suggère le début d’un glissement vers le syndicalisme d’industrie, mais les logiques de regroupement et d’action collective demeurent sous le Kaiserreich largement déterminées par la force des identités de métier9. Ainsi, localisés dans le secteur de l’industrie, des mines et du bâtiment, les travailleurs organisés se concentrent essentiellement au sein de petites et moyennes entreprises. Plus de 70 % d’entre eux bénéficient d’une assurance en cas de chômage ; les 30 % non couverts relèvent en grande majorité des professions du bâtiment, sujettes à d’importantes fluctuations saisonnières.

4. FORCES SYNDICALES ET TAUX DE COUVERTURE DES MEMBRES EN CAS DE CHÔMAGE

 

NOMBRE D’ADHÉRENTS

ADHÉRENTS COUVERTS (EN %)

Syndicats sociaux-démocrates 1910

1 865 000

72

Syndicats chrétiens (1908)

192 443

73

Gewerkvereine (1908)

101 617

97

  • 10 Pour compléter ce tableau des forces syndicales, il faudrait y ajouter les wirtschaftsfriedliche Be (...)

D’après Feig 1911 : 13-1410.

Les définitions syndicales du chômage

  • 11 Les statuts des syndicats offrant des indemnités chômage sont reproduits dans l'étude réalisée en 1 (...)

20Si les discours syndicaux interprofessionnels nationaux sur l’assurance chômage reflètent les orientations politiques des principales forces syndicales, le chômage n’en constitue pas moins une affaire essentiellement professionnelle. Ce sont les syndicats de métier qui, en dernière instance, déterminent leur ligne en la matière, de même que les conditions d’indemnisation de leurs membres. Les définitions du chômage mises en œuvre sont consignées dans leurs statuts qui stipulent les conditions d’octroi de l’ensemble des prestations syndicales11.

21La dissociation du chômage de la grève, de la maladie, de la vieillesse et de l’invalidité est une constante. Chacune de ces situations fait l’objet de prestations particulières et d’une comptabilité séparée (Kaiserliches Statistisches Amt 1906, vol. 3 : 466). En dépit de cette différenciation, le soutien aux grévistes et l’aide aux chômeurs sont cependant sujets à de nombreux chevauchements. Sont en effet considérés comme chômeurs les ouvriers non grévistes privés de leur travail en raison d’une grève et les grévistes sans emploi au terme d’un conflit. De même, en cas de lock-out, de démission ou de licenciement liés à la défense des conditions de travail, et en l’absence d’allocations spécifiques, l’adhérent est assimilé à un chômeur. Quelle que soit leur orientation politique ou confessionnelle, les organisations syndicales indemnisent toutes le chômage de dignité de l’ouvrier refusant de travailler en dessous du salaire et des conditions de référence. Les divergences apparaissent lorsqu’il s’agit de préciser la notion de chômage économique.

  • 12 En raison de la focalisation de cette recherche sur la genèse d'une catégorie des politiques publiq (...)

22Les statuts des syndicats sociaux-démocrates restent évasifs sur ce point. La délimitation catégorielle, caractérisée par son élasticité, s’y opère de manière résiduelle par rapport aux autres prestations existantes. Tout membre sans travail pour d’autres raisons que la grève, la maladie, la vieillesse ou l’invalidité est assimilé au chômeur. Traduction pratique des positions théorisées par Lindemann, la plupart des statuts demeurent en effet vagues, sinon muets sur une éventuelle distinction entre chômage fautif et non fautif (Brüggerhoff 1908 : 60). Lorsqu’une spécification est apportée, elle l’est par l’élimination de fautes jugées répréhensibles. « L’absentéisme et le retard en dépit d’avertissements répétés » chez les maroquiniers, la « faute grave » chez les tapissiers, « l’alcoolisme et la bagarre » pour les selliers et bourreliers, « l’absentéisme et l’alcoolisme » pour les ouvriers des moulins, « le mauvais travail et autres fautes personnelles » chez les cigarettiers constituent autant de motifs d’exclusion de l’indemnisation (Kaiserliches Statistisches Amt 1906, vol. 3 : 240-247)12.

23Sur les trente-huit syndicats sociaux-démocrates offrant en 1904 des allocations chômage, seuls les cinq susnommés stipulent dans leurs statuts une délimitation entre chômage fautif et chômage indemnisable. Pour les autres, une telle distinction ne semble pas s’imposer au sein d’un collectif construit autour d’une élite ouvrière qualifiée, dont la conscience de classe tient lieu de morale d’action. La proximité et le dévouement fraternel qui la caractérisent ne sont-ils pas censés exclure d’éventuels adhérents à l’intégrité morale douteuse ? Alors que le refus de différenciation entre chômage involontaire et volontaire – c’est-à-dire occasionné par un licenciement ou une démission en raison de différends sur les conditions de travail – est justifié par la nature même du projet syndical, le rejet d’une distinction entre chômage non fautif et fautif-au sens de faute personnelle – procède de la confiance entre égaux sur laquelle se fonde la solidarité syndicale. Dans les deux cas, les objectifs de renforcement syndical et de contribution à la lutte contre le patronat assignés à l’indemnité chômage supposent une relative souplesse des critères d’identification des chômeurs.

24Si les allocations chômage sont accordées sans grandes restrictions par les sections locales, les chômeurs, une fois indemnisés, font en revanche l’objet d’un contrôle étroit. Garante de l’intégrité morale des ouvriers et rendant superflue la quête de responsabilité en cas de perte du travail, la conscience de classe ne semble pas pouvoir, à elle seule, prémunir les chômeurs contre les vices de l’inactivité. En cela, les sociaux-démocrates n’échappent guère aux représentations du chômeur alors en vigueur. Afin d’éviter que l’avant-garde ouvrière désœuvrée ne succombe aux tentations de l’oisiveté, un encadrement rigoureux est prévu par l’ensemble des statuts : présentation quotidienne au bureau de placement ou à la permanence syndicale, suppression de l’indemnité en cas de refus d’un emploi satisfaisant aux qualifications individuelles et aux conditions requises par le syndicat (ibid. : 464-465).

25Chez les Gewerkvereine, en revanche, l’octroi d’une allocation est subordonné à une étude plus attentive des causes. Seuls les cas de chômage ne pouvant être imputés à une faute personnelle font l’objet d’une indemnisation. A charge pour l’ouvrier d’apporter la preuve de son innocence. Les différentes causes recevables de perte du travail recoupent, avec plus ou moins de précisions, les deux grandes catégories distinguées par le syndicat des tisserands :

Par chômage non fautif est principalement à comprendre :
1. Licenciement en raison d’une baisse d’activité économique ;
2. démission en raison de mauvais traitement par l’employeur ou son représentant. (Ibid. : 462.)

26Contrairement aux syndicats sociaux-démocrates qui construisent le chômage indemnisable de manière résiduelle après élimination des autres prestations possibles, éventuellement de certaines causes personnelles de non-travail, les Gewerkvereine tentent de promouvoir une définition positive, afin d’éviter une trop grande élasticité de la notion. Les organisations chrétiennes oscillent quant à elles, selon les statuts, entre ces deux procédures de formalisation du chômage en une catégorie de l’action syndicale.

  • 13 Pour les syndicats chrétiens la question se pose moins, dans la mesure où parmi les huit organisati (...)
  • 14 En juin, les chômeurs représentent 1,35 % de la population salariée, en décembre 3,43 %. L'amplitud (...)

27Les Gewerkvereine se distinguent par ailleurs par l’exclusion du chômage saisonnier de leurs prestations. Alors que les organisations sociales-démocrates renoncent, à de rares exceptions près comme celle des paveurs et carreleurs, à couvrir leurs membres dans le cas d’activités sujettes à des fluctuations saisonnières, les Gewerkvereine placent la ligne de démarcation sur la nature du chômage plus que sur le type d’activité13 . Ainsi, les ouvriers du bâtiment bénéficient d’allocations de chômage, mais uniquement entre début avril et fin novembre. De même, l’indemnisation du chômage saisonnier est exclue pour les sculpteurs et les cigarettiers et réduite à une durée de quatre semaines pour les menuisiers. Au total, dix des dix-sept Gewerkvereine versant des indemnités à leurs chômeurs prévoient de telles clauses restrictives (ibid. : 247-252). Caractéristique de certaines activités conditionnées par l’alternance des saisons, le chômage saisonnier est considéré comme une interruption « normale » de travail. En raison de sa récurrence et de sa prévisibilité, il est intégré aux rythmes des personnes supposées en assumer les contrecoups par la prévoyance individuelle, que celle-ci prenne la forme d’une activité complémentaire ou d’économies réalisées sur les salaires, dont les montants sont censés compenser la baisse d’activité de la morte-saison. L’inactivité saisonnière, dont l’importance a été révélée par le double recensement de 189514, est donc étrangère à la définition syndicale du chômage. Celle-ci est au contraire placée sous le signe de l’imprévisibilité et de l’incertitude que l’on cherche à maîtriser à travers des dispositifs d’indemnisation.

  • 15 Si, en vertu de cette circonscription de l'espace social de qualification du chômage autour de la p (...)
  • 16 Voir tableaux 7 et 8 en annexes. Max Lazard a étudié cet aspect des résultats du recensement allema (...)

28A la croisée entre attentes individuelles et logiques de l’action collective, les premières initiatives de qualification du chômage à des fins pratiques se développent autour du déterminant commun de la profession au sens de Beruf. Quelles qu’en soient les variantes, elles mettent en exergue l’impossibilité pour l’ouvrier de trouver du travail dans la profession, conformément à sa qualification et aux conditions localement admises par le syndicat15. Une telle définition, procédant d’une double rationalité individuelle et collective, active la profession comme ressource identitaire. Expression du lien social qui attache l’individu au groupe, l’appartenance à la communauté de métier ou d’activité constitue le premier critère d’identification du chômeur. C’est dans l’espace déterminé par ce lien et objectivé par le syndicat que sont définies ensuite, selon les logiques d’action et les règles propres à chaque organisation, les modalités plus précises de qualification. Les importantes disparités professionnelles du risque, attestées par le recensement de 189516, en fondent moins le facteur explicatif que la structuration historique des syndicats autour d’un projet de défense d’intérêts professionnels.

29La profession ne suffit pas cependant à identifier un chômeur indemnisable. Encore faut-il que celui-ci témoigne d’une allégeance à la profession organisée. Pour prétendre à son soutien, il doit pouvoir justifier d’une durée minimale d’adhésion, variable selon les statuts qui prévoient pour la plupart une allocation progressive selon l’ancienneté. Délimitant l’espace de solidarité syndical, les critères d’appartenance au collectif et de reconnaissance par les pairs conditionnent ainsi l’identification du chômeur « secourable ».

30Loyauté à la profession organisée et logique interne de l’action collective, telles sont les deux dimensions constitutives des différentes variantes syndicales de définition du chômage. De fait, le recours par l’Office statistique du Reich aux statistiques syndicales des chômeurs indemnisés, pour le lancement en 1903 d’une statistique nationale du chômage, est pour le moins surprenant. D’autant que la majorité des réformateurs et responsables politiques du Kaiserreich sont attachés à l’énonciation de critères rigoureux de différenciation entre le chômage fautif ou volontaire et le chômage pour causes économiques, seul susceptible d’une intervention publique. Mais l’Office statistique du Reich se contente de produire un indicateur de l’évolution des tendances sur le marché du travail des professions. Dans cette perspective, où seules comptent les variations d’un trimestre à l’autre et non pas les chiffres bruts, peu importe le caractère fragmentaire et socialement déterminé des données agrégées. Cet usage gouvernemental de chiffres découlant de pratiques et de définitions professionnelles du chômage, par ailleurs réprouvées, est assurément habile, mais il tend également à consacrer la reconnaissance des syndicalistes comme acteurs et interlocuteurs légitimes en matière de chômage.

Statistiques et procédures interprofessionnelles de qualification du chômage

31Risque professionnel, déterminé autant par les contraintes économiques du marché que par les usages locaux de la profession organisée, le chômage est dans son acception syndicale doublement situé : dans un métier ou une activité, mais également dans un espace géographique donné. Son traitement est laissé au soin des sections locales, au plus près de ses manifestations, avec pour seules prescriptions nationales des dispositions statutaires relativement souples. En dépit de la prégnance de la profession sur sa définition, le chômage donne également lieu chez les sociaux-démocrates, à partir des années 1890, à des actions interprofessionnelles visant à en faire un objet de revendication politique. Les municipalités, dont les délimitations territoriales coïncident le plus souvent avec le découpage géographique des sections interprofessionnelles, constituent alors des arènes d’intervention privilégiées. Sous-tendues par la revendication du système de Gand, ces actions interprofessionnelles peuvent de manière inattendue prendre une tournure plus généraliste s’adressant aussi aux chômeurs non organisés.

  • 17 L'argument est par exemple utilisé en 1893 à Hambourg. BdA Koblenz, R 1501, n° 1044 : 16 sq. D'aprè (...)

32L’étroite collaboration avec les représentants du SPD qui assurent la défense des revendications au sein des conseils municipaux n’est pas étrangère à cet élargissement du spectre d’action. D’un point de vue politique, l’objectif est de prémunir l’ensemble des ouvriers privés de travail contre le recours à l’assistance et contre la perte des droits civiques dommageable à la force de l’électorat socialiste17. D’un point de vue syndical, la prise en charge des chômeurs non organisés par les pouvoirs publics vise à réduire la pression sur les salaires tout en permettant d’atténuer le caractère élitiste de la seule revendication du système de Gand. Ainsi la démarche interprofessionnelle demeure largement déterminée par une logique professionnelle de traitement du chômage. Les mesures défendues sont hiérarchisées selon une échelle d’excellence ouvrière au sommet de laquelle se trouve le groupe des ouvriers qualifiés organisés. L’assurance selon le modèle de Gand leur est réservée, tandis que les travailleurs qualifiés non syndiqués sont invités à cotiser à des caisses d’épargne municipales, quand ils ne sont pas assimilés à la masse des « sans qualification » pour laquelle sont préconisés les travaux d’urgence. En aucun cas, la logique interprofessionnelle de formalisation du chômage ne se déploie au détriment de la logique professionnelle qu’elle contribue plutôt à renforcer.

  • 18 Parmi les villes de plus de 100000 habitants figurent Leipzig, Nuremberg. Stuttgart. Cologne et sa (...)

33Privés d’accès direct aux instances de décisions, en dehors de la médiation des représentants sociaux-démocrates, dont un certain nombre, comme Max Quarck à Francfort, exercent également des responsabilités syndicales, les syndicats se lancent dans des opérations de pression, dont l’une des expressions favorites est l’enregistrement des chômeurs à l’échelle de la ville. Les premières initiatives de ce type, menées au cours de l’hiver 1892-1893 dans une trentaine de localités18, sont, à trois exceptions près, motivées par le refus du Magistrat d’entreprendre de telles enquêtes. Appelées à suppléer aux défaillances des instances municipales, ces statistiques syndicales visent à couper court aux controverses sur l’ampleur du chômage et à étayer les revendications défendues par le SPD au sein des conseils municipaux. A Hambourg, le cartel syndical, structure interprofessionnelle des syndicats « libres », justifie sa démarche dans les termes suivants :

  • 19 « Die Statistik der Arbeitslosigkeit », BdA Koblenz. R 1501, n° 1044 : 7.

On prétend que le chômage n’a pas l’ampleur dénoncée par la population ouvrière. Eh bien, nous allons tenter de montrer la véritable valeur de cette affirmation. Nous voulons, à travers cette statistique, adresser une dernière mise en garde aux classes dominantes19.

34Censées établir la vérité à travers l’évidence des chiffres et jeter le discrédit sur les arguments municipaux de non-intervention, ces investigations s’étendent en général à l’ensemble de la population active d’une ville. Les statistiques internes d’indemnisation des chômeurs, pourtant mises à contribution par le Reich, ne sont pas mobilisées ici par les syndicalistes. La réalité partielle qu’elles reflètent contribuerait d’emblée à atténuer la force escomptée de la démonstration. Destinées à stigmatiser l’ampleur du phénomène et l’urgence d’une intervention, les statistiques syndicales municipales font de l’exhaustivité une condition de leur efficacité.

35Avec le développement de mesures allocatives, les syndicalistes ont contribué à briser l’association traditionnelle du chômage au journalier et à en faire un risque professionnel, désormais associé à l’ouvrier qualifié. A travers ces statistiques, ils se positionnent aussi en artisans de sa mise en forme en catégorie des politiques municipales. En tant que maîtres d’œuvre des premiers enregistrements directs du chômage à l’échelle d’une ville, ils participent à l’énonciation de critères interprofessionnels d’identification du chômeur.

36Ce volontarisme syndical suscite, du reste, quelques troubles au sein du SPD. Alors que les défenseurs de l’orthodoxie révolutionnaire dénoncent l’intervention ouvrière dans un domaine qu’ils considèrent comme étant du ressort des municipalités, les réformistes, qui constituent le vivier de recrutement des élus municipaux (Saldern 1976 ; Rebentisch 1985), soutiennent les initiatives syndicales. Certains d’entre eux contribuent même activement au déploiement de la première campagne statistique au cours de l’hiver 1892-1893. Adolph Braun en particulier, rédacteur au Vorwärts, organe de presse du SPD, publie en octobre 1892 un appel en faveur d’une telle campagne, assorti d’un modèle de questionnaire (Braun 1892).

Pluralité des pratiques et consignes nationales d’uniformisation

37En novembre 1892, alors que les syndicalistes hambourgeois viennent d’inaugurer la formule et que ceux de Berlin, Cologne, Breslau, Dresde, Fürth et Mannheim annoncent des intentions similaires, la Generalkommission, instance nationale interprofessionnelle des syndicats « libres », s’engage dans le débat. Elle estime qu’« une statistique fiable et exhaustive du chômage ne peut être réalisée sans l’aide de l’administration étatique ou municipale », mais reconnaît qu’« en ce domaine comme dans tant d’autres, les travailleurs doivent montrer l’exemple avant que les responsables de l’État et des communes daignent bien remplir leurs devoirs » (Correspondenzblatt..., 1892, II/26 : 1).

La constatation de l’ampleur du chômage constitue un instrument d’agitation par excellence parce que la statistique est le meilleur moyen de montrer sous leur véritable jour les incohérences de notre ordre social. Elle fournit les informations chiffrées sur lesquelles fonder les revendications syndicales. (Ibid.)

38En dépit des vertus qu’elle leur reconnaît, la Generalkommission n’incite pas pour autant les cartels syndicaux à entreprendre de telles investigations, invoquant leur coût, l’inexpérimentation des syndicalistes et les difficultés techniques qui en découlent. Préoccupée de la qualité et du succès de ces premiers enregistrements, elle organise cependant, dès novembre 1892, une réunion de concertation avec les représentants des sections impliquées dans de telles opérations. Les résultats des discussions sont publiés sous forme de recommandations dans le Correspondenzblatt, de manière qu’« en tous lieux où seront décidées de telles statistiques, elles puissent être conduites selon des principes identiques » (ibid.). Destiné à éviter des erreurs nuisibles à la qualité de l’enquête, ce b.a.-ba de méthode pour apprentis statisticiens, diffusé par les instances nationales, introduit des exigences d’uniformisation et de comparabilité, étrangères au départ aux initiatives locales. Ces exigences, qui résultent d’une volonté politique de détermination nationale du chômage, viennent se superposer à une pluralité de logiques situées d’enregistrement des chômeurs, avec lesquelles elles ne sont pas forcément compatibles.

  • 20 En dépit de l'exhortation lancée aux travailleurs hambourgeois à « remplir leur devoir », le taux d (...)
  • 21 BdA Koblenz, R 1501. n° 1044 : 150.

39Les prescriptions de la Generalkommission, sans obligation pour les cartels locaux, commencent par la date et la méthode. La période conseillée se situe dans la troisième semaine de janvier, au moment où culmine le chômage saisonnier ; avant, « le travail temporaire de Noël, puis d’inventaire viendrait fausser l’image » (ibid.). Après l’échec de l’expérience hambourgeoise de distribution des questionnaires en différents points de la ville20, la méthode préconisée et unanimement adoptée est celle du porte-à-porte. Le recrutement des enquêteurs se fait en général au sein des organisations ouvrières sur la base du volontariat, mais il peut aussi prendre des formes plus atypiques, comme à Francfort, où la collecte des données est proposée en 1903 comme travaux d’urgence aux chômeurs de la ville21. Succinctes quant aux modalités de mise en œuvre, les consignes nationales se montrent beaucoup plus précises sur l’élaboration du questionnaire, allant jusqu’à proposer un modèle prêt à l’emploi.

Les statistiques qui apprennent le moins de choses sont celles qui en demandent trop. Simples et courtes doivent être les questions, (ibid. : 2.)

40Tel est le préambule introductif aux douze « questions incontournables de toute enquête sur le chômage » (ibid.).

QUESTIONNAIRE SYNDICAL 1892

1. Adresse
2. Nom et prénom
3. Âge
4. Célibataire ou marié
5. Dernière activité exercée
6. Au chômage depuis quelle date ?
7. Nom et adresse du dernier employeur
8. Le chômage est-il causé par la maladie ?
9. L’épouse participe-t-elle d’habitude à travers son travail à la subsistance de la famille ?
10. En a-t-elle actuellement la possibilité ?
11. Nom des enfants de moins de 14 ans
Âge
Type d’activité professionnelle
Actuellement en activité
12. Autres personnes à charge (parents...)

Correspondenzblatt... 1892, II/26 : 3.

  • 22 La question de la profession initiale, formulée dans cette première version, disparaît, au profit d (...)

41A deux exceptions près, ce questionnaire reprend mot à mot la formulation proposée un mois plus tôt par le social-démocrate Adolph Braun22, reflétant l’étroite collaboration entre syndicalistes et réformistes du SPD dans cette expérience inédite d’enregistrement des chômeurs. Leurs efforts convergent sur la scène municipale dans une même tentative de formalisation du chômage en une catégorie de l’intervention publique, selon un partage des tâches où les uns se consacrent à la diffusion politique du discours revendicatif et les autres à la fabrication des preuves susceptibles de l’étayer.

Une logique professionnelle de qualification du chômage

42Les critères d’identification du chômeur énoncés par le questionnaire type de 1892 frappent par leur indétermination, laissant à l’appréciation des personnes interrogées l’assimilation de leur non-travail au chômage. Les questions relatives à la dernière activité exercée et au dernier employeur identifient certes le chômeur à partir de sa qualité de salarié sans travail, mais aucune indication ne permet de spécifier les causes du manque d’ouvrage. L’ouvrier sans travail pour toute autre cause que la maladie est enregistré comme chômeur, dans une grande proximité avec les critères d’octroi des allocations syndicales. Stigmatisant cette acception large du chômage, le réformateur Karl Oldenberg dénonce « la chasse aux chômeurs menée par les syndicalistes » (Oldenberg 1893 : 377).

43Le caractère attrape-tout des enquêtes est cependant moins le fruit d’un choix délibéré que de l’inexpérimentation de ces apprentis statisticiens, peu avertis des biais induits par la transposition d’un modèle de qualification interne du chômage à une population plus large. L’implicite, en particulier, dont les ressorts se fondent sur une communauté d’usages et une proximité de groupe, perd toute valeur opératoire de codification en dehors de la sphère de socialisation militante. Le réajustement des questions en vue de la recherche des causes, au cours de la deuxième vague de statistiques syndicales de 1901-1903, visera à remédier à cette négligence.

44Loin de satisfaire aux vœux d’homogénéité de la Generalkommission, les enregistrements de l’hiver 1892-1893 furent conduits au niveau municipal selon diverses variantes du modèle proposé. Mineures, ces modifications sont le plus souvent limitées au rajout ou à la suppression de quelques questions. Mais, conjuguées au décalage des dates d’enquête qui diffèrent en chaque lieu selon une fourchette allant d’octobre à février, elles compromettent la comparabilité des résultats escomptée par les instances nationales. Sur le fond, les questionnaires se caractérisent pourtant par une grande proximité : la question des causes de chômage est systématiquement éludée, alors que celle de la dernière activité professionnelle est omniprésente. Ils se réfèrent tous à la définition du chômage sous-tendue par le questionnaire type, à savoir l’absence de travail dans la profession pour toute autre cause que la maladie.

45La profession ou l’activité exercée jouent par ailleurs un rôle central dans l’exploitation des données. Conformément aux consignes diffusées par la Generalkommission (Correspondenzblatt... 1892, II/28 : 113), elles constituent le premier critère de tri des cartes réponses, avant l’état civil et la durée du chômage, de telle sorte que les résultats sont publiés par professions et que la caractérisation sociale des chômeurs s’opère au sein de chacune d’entre elles. Ainsi la logique professionnelle de mise en forme prend le dessus sur la logique interprofessionnelle de collecte des données. Qu’elle soit limitée au groupe des travailleurs organisés ou qu’elle s’étende à l’ensemble de la population d’une ville, la définition syndicale du chômage se décline toujours selon le registre du risque professionnel.

46Reproduisant les principes de structuration du monde du travail, une telle formalisation statistique est conforme à la différenciation et à la hiérarchisation des mesures de lutte contre le chômage prônées par les syndicalistes sociaux-démocrates. Avant l’état civil, la situation familiale et les ressources du ménage, ce sont l’activité professionnelle et le niveau de qualification du chômeur qui contribuent à déterminer le type d’aide dont il est susceptible de bénéficier. Ses autres traits, tels que le nombre d’enfants ou l’activité de l’épouse, peuvent dans un second temps lui permettre de prétendre à des ordres de priorité, mais uniquement au sein de sa catégorie d’appartenance. A l’instar de l’absence d’enquête sur les causes du non-travail, le rôle central de la profession reflète la transposition de la procédure syndicale interne de qualification du chômage à l’ensemble de la population d’une ville. Mais à la différence du premier point, la prégnance de la profession résulte d’un choix délibéré, auquel il ne saurait être question d’apporter des correctifs.

Logique professionnelle et inscription territoriale

  • 23 Parmi les vingt-deux villes, les plus importantes sont : Breslau, Leipzig, Hanovre. Dantzig, Halle, (...)
  • 24 Libéral de gauche, membre du Vereinfur Socialpolitik et conseiller exécutif de Charlottenbourg dans (...)

47Abandonnées à partir de 1894 dans une conjoncture de reprise économique, les enquêtes syndicales connaissent un second souffle au cours de la récession de 1901-1903. Dans les trois derniers mois de 1901, elles touchent vingt-deux villes, dont sept avaient déjà fait l’objet d’investigations en 1892-189323 . Cette deuxième vague statistique se caractérise par une tendance à la précision, à la diversification des questions et à l’introduction de critères municipaux d’identification des personnes. Les enseignements tirés des expériences des années 1890, dont un bilan national fut dressé à l’occasion du congrès de 1896 (Protokolle... 1980 : 27), ne sont pas seuls en cause. Ils se conjuguent à une stratégie revendicative plus offensive à l’origine de cette nouvelle génération de statistiques syndicales, où il ne s’agit plus uniquement d’apporter la preuve de la détresse, mais également de contribuer à la définition de catégories opératoires des politiques municipales. Ainsi la question sur les causes du chômage fait son entrée dans la plupart des questionnaires, selon le modèle élaboré, à la demande des organisations syndicales, par Ignaz Jastrow, directeur de l’hebdomadaire Der A rbeitsmarkt24.

48Dès lors qu’ils sont appelés à délimiter des catégories de l’action publique, les critères d’identification statistique s’affinent et se multiplient. Les personnes interrogées ne s’autodéterminent plus en tant que chômeurs, c’est au statisticien qu’incombe leur classement en fonction des causes indiquées. En rupture avec la logique de qualification syndicale du chômage, l’implicite cède le pas à un effort de formalisation. A l’explicitation des causes de non-travail, s’ajoute une série de questions mettant en œuvre des critères municipaux d’identification des personnes à secourir, tels que le lieu de naissance et la durée de résidence dans la ville. Lorsque celle-ci est inférieure à deux ans, le chômeur ne peut, en vertu de la loi sur le domicile de secours, prétendre aux prestations municipales.

49Expression institutionnelle du lien qui détermine l’appartenance à la collectivité locale, le domicile de secours est seul à même de conférer à l’individu une existence pour les services municipaux. Au même titre que la profession pour les syndicats, le lieu et la durée de résidence constituent pour les municipalités les critères premiers d’identification du chômeur. Étrangers à la logique syndicale interne de qualification des personnes, ces critères sont désormais activés par les syndicalistes lorsqu’il s’agit d’ébaucher une catégorie de l’intervention publique.

50La désignation du collectif responsable en matière d’action sociale, en l’occurrence la municipalité, détermine un faisceau de principes liminaires d’identification, comme autant de traductions institutionnelles du lien social constitutif du groupe. Suggérant l’ajustement entre les visées de l’action – susciter l’intervention des pouvoirs publics – et les structures particulières dans lesquelles elle s’inscrit – les municipalités-, la prise en compte de critères municipaux dans les statistiques syndicales reflète l’imbrication étroite entre projet de connaissance et visées pratiques dans laquelle se déploie la démarche statistique. Elle coïncide avec le revirement des dernières organisations réfractaires, en particulier la métallurgie, en faveur du système de Gand. Officiellement inscrit au rang des revendications syndicales par le Congrès national interprofessionnel de 1902 (Protokolle... 1980 : 188 sq.), ce dernier nécessite une reconnaissance simultanée des chômeurs par le syndicat et par l’administration locale.

QUESTIONNAIRE SYNDICAL 1902

STATISTIQUE DES CHÔMEURS À … LE … 1902
1. Nom et prénom
Adresse
2. Sexe : masculin, féminin (rayer la mention inutile)
3. Lieu de naissance Date de naissance
4. Depuis quand habitez-vous en ville ? (mois et année)
5. Célibataire, marié, veuf, divorcé, délaissé (rayer les mentions inutiles)
6. L’épouse habite-t-elle au foyer ? Exerce-t-elle une activité professionnelle ?
7. Des enfants habitent-ils au foyer ? Combien Combien d’entre eux
exercent une activité professionnelle ?
8. D’autres parents habitent-ils le foyer ? Combien ? Combien d’entre
eux exercent une activité professionnelle ?
9. Habitez-vous dans un appartement, une chambre meublée, un centre d’hébergement ? (rayer les mentions inutiles)
10. Quelle est votre profession initiale ? Celle exercée lors de votre dernier
emploi dans l’entreprise ? (indiquer le nom de l’entreprise)
11. Depuis combien de jours vous trouvez-vous sans travail ?
12. Pour quelle raison êtes-vous devenu chômeur ? Maladie, âge, invalidité, fin du travail saisonnier, grève, lock-out, fin de contrat, baisse d’activité de l’entreprise, faillite de l’employeur, fin de période d’apprentissage, libération des obligations militaires (rayer les mentions inutiles) ou
13. Êtes-vous actuellement en incapacité de travail (malade) ? ou apte au travail ?
14. Percevez-vous actuellement des indemnités maladie, une rente d’invalidité, d’accident ou de vieillesse ? Des allocations chômage ? (rayer les mentions inutiles)

D’après Jastrow 1902 : 263.

51En dépit de consignes nationales réitérées, les enquêtes syndicales conduites au cours de l’hiver 1901-1902 ne sont cependant guère plus homogènes que celles de 1892-1893 (Correspondenzblatt..., 1901, XI-3 : 41 sq.). Si certaines reprennent, plus ou moins fidèlement, les principales rubriques du questionnaire type de Jastrow – en particulier sur le lieu de résidence, la cause et la durée du chômage, le nombre de personnes à charge et d’éventuelles ressources complémentaires-, d’autres restent plus proches du modèle de 1892. La question sur les causes, surtout, se caractérise par une grande variété de formulations. Ainsi à Halle, la question est posée en 1901 dans sa version la plus dépouillée, laissant le choix aux personnes interrogées entre « maladie » et « autres causes », alors qu’à Brême, la même année, sont différenciés « le manque de travail pour raisons économiques et saisonnières, la maladie, les obligations militaires, la grève et le lock-out ou d’autres causes » (Kaiserliches Statistisches Amt 1906, vol. I : 431 et 436). Autant d’exemples qui attestent l’hétérogénéité des énoncés, sans que ceux-ci n’atteignent jamais l’exhaustivité de la version présentée par Jastrow. En raison des incidences directes de la formulation des questions sur les réponses, mais également sur les catégories statistiques finalement produites, ces ajustements locaux compromettent à nouveau toute comparabilité et toute tentative de généralisation. A l’instar de la précédente campagne, les dates d’enquête s’étendent d’octobre à février, alors que les moyens financiers, de même que les compétences disponibles, diffèrent d’un cartel à l’autre.

  • 25 L'expression est empruntée à Laurent Thévenot (1990 : 39).

52Si la Generalkommission s’attribue un « devoir d’unification des statistiques syndicales » (Protokolle... 1980 : 25), elle reconnaît toutefois la possibilité d’une incompatibilité entre usages locaux et visées généralisatrices nationales. « Les conditions locales jouent un rôle important dans ces statistiques » (ibid. : 27), leur imposer une forme commune, jusque dans ses moindres détails, pourrait dans certains cas les rendre inadéquates. La formulation et le degré de précision des questions dépendent en effet des objectifs recherchés : selon qu’il s’agit de créer une agitation politique autour de l’ampleur du chômage comme à Halle ou de faire avancer les discussions sur le système de Gand et les travaux d’urgence comme à Brême, elles resteront ouvertes afin de toucher le plus grand nombre possible d’individus sans travail ou se caractériseront au contraire par leur finesse et leur degré de précision. Aussi la Generalkommission se trouve-t-elle prise en contradiction entre ses aspirations à la généralité et son souci de préserver la liberté des instances locales de déterminer « l’action qui convient25 » à chaque situation particulière. Quant à la solution d’une statistique nationale conduite indépendamment des enquêtes locales, la Generalkommission clame son incapacité à assumer une telle opération (ibid.). Elle préfère appeler les pouvoirs publics à remplir leur devoir en ce domaine. Maintenant que les syndicats ont « montré l’exemple » (Correspondenzblatt..., 1892, II/26 : 1), il est urgent qu’ils prennent la relève, tant au niveau municipal que national.

  • 26 L'expression est empruntée ici à Richard Herbst, mais cette critique est propagée par la plupart de (...)

53Les réactions des instances municipales à cet appel syndical sont contrastées d’une ville à l’autre. Mais les initiatives statistiques syndicales ne demeurent jamais sans incidence. Si elles débouchent rarement sur la coordination escomptée, elles obligent les municipalités à s’engager dans le débat et à justifier leurs positions, comme l’illustre l’exemple berlinois. Bien souvent même, elles les incitent effectivement à conduire leurs propres statistiques, afin de produire une vérité contraire à ces enregistrements syndicaux, dénoncés comme des « travaux de dilettantes aux fondements scientifiques insuffisants26 ».

  • 27 Protokolt über die am 18., 19. und 21. Mai 1894 in Gorlitz abgehaltene IV. Conferenz der Vorstande (...)
  • 28 Idem : 2-5.

54La première inscription de la statistique du chômage à l’ordre du jour de la conférence des statisticiens de villes en 1894, afin d’établir, selon leurs propres termes, « une ligne commune de réponse aux pressions et aux sollicitations statistiques que font peser les sociaux-démocrates sur les municipalités27 », atteste le rôle moteur des initiatives syndicales dans le développement des statistiques municipales du chômage. Soucieux de ne pas laisser aux organisations ouvrières la maîtrise des enquêtes sur le chômage, les statisticiens se prononcent cependant contre le principe d’enregistrements municipaux, pour en appeler à une statistique du Reich, seule garante d’exhaustivité et d’homogénéité28. Tout en contrariant les attentes sociales-démocrates au niveau municipal, ils se révèlent des alliés inattendus en exportant l’activisme des syndicalistes vers les sphères nationales. Investies au départ d’une mission localement circonscrite, les statistiques syndicales du chômage ont probablement eu des répercussions plus larges que ne l’escomptaient leurs initiateurs. Par la médiation des statisticiens des villes, dont la démarche, motivée par des enjeux professionnels internes, est pourtant sans accointance avec les stratégies syndicales, ces enquêtes participent de manière centrale à la campagne en faveur d’une statistique nationale du chômage. Cette campagne débouchera en 1895 sur l’inscription de la question du chômage au recensement, en 1903 sur l’agrégation nationale des statistiques syndicales d’indemnisation des chômeurs et des bureaux municipaux de placement.

55Parce que « la base de toute intervention sur le chômage est son observation et sa quantification » (Correspondenzblatt..., 1902, ΧII-23 :2), la statistique constitue pour les syndicalistes un préalable nécessaire à l’action réformatrice. Clé de la complémentarité entre travail statistique et politique, cette conception fait de la statistique un moyen privilégié pour rendre le réel familier, prévisible et accessible à l’intervention publique. Procédant par mise en équivalence des individus en fonction d’un nombre restreint de qualités partagées, elle préside à la délimitation de catégories opératoires de l’action publique. A la base de l’opération de mise en équivalence, le choix de ces qualités relève d’une « procédure sociale de qualification » (Desrosières 1992 : 94), variable selon l’échelle et la population de référence.

56Plus ou moins précise selon qu’elle s’adresse aux seuls adhérents ou à un spectre plus large de la population, la procédure syndicale de mise en équivalence active quatre principes essentiels de qualification du chômage : le salariat, la profession, la cause du non-travail et de manière subsidiaire, en fonction des objectifs assignés à la statistique, le lieu de résidence. Mais la tentative de formalisation interprofessionnelle du chômage autour de la profession et du territoire communal, de même que l’appel à la coordination de l’action qui l’accompagne, se heurte à l’inversion des hiérarchies de qualification entre syndicats et municipalités. Chargées de l’assistance aux personnes sans travail, ces dernières produisent, à partir de contraintes et de ressources spécifiques, leurs propres conventions d’équivalence. Elles privilégient les qualités municipales d’appartenance tandis que les syndicalistes mettent en exergue les qualités professionnelles. Or toute coordination de l’action suppose un accord minimal sur les critères d’identification du chômeur et implique l’adhésion à une procédure commune de qualification.

Notes

2 Boll 1992 : 252 sq. Friedhelm Boll montre notamment que la mobilité des ouvriers allemands était bien plus importante que celle de leurs voisins anglais et français.

3 Pour une biographie de Lindemann, voir Reichshandbuch der deutschen Gesetlschaft 1931 : 1126.

4 Le relevé des taux de chômage aux recensements de 1895 n'a pas été possible pour l'ensemble des professions encadrées par un syndicat social-démocrate versant des indemnités chômage, dans la mesure où les structures des organisations syndicales ne recoupent pas nécessairement la nomenclature des 61 professions. Voir tableau 9 en annexes.

5 Sur la notion d'identité professionnelle et sa construction autour des qualifications, voir Dubar 1991 : 166 sq.

6 Cité d'après Weitensteiner 1976 : 92.

7 Y compris bâtiment, mines et transports. Pourcentage calculé d'après les résultats du recensement de 1907 (Neuhaus 1911 : 65) et du nombre de syndiqués comptabilisés en 1908 par Johannes Feig, membre de l'Office statistique du Reich (Feig 1911 : 12).

8 En 1908. les syndicats anglais comptent 2485000 membres, dont 63 %, soit 1455638 personnes, sont couverts en cas de chômage (Southall 1995 : 14).

9 Sur la notion d'identité de métier, voir Zarca 1988 ; Supiot 1992.

10 Pour compléter ce tableau des forces syndicales, il faudrait y ajouter les wirtschaftsfriedliche Berufsverbände (121000 adhérents en 1910), syndicats jaunes qui ne dispensent pas d'indemnités en cas de perte du travail (Woytinsky 1925 : 112).

11 Les statuts des syndicats offrant des indemnités chômage sont reproduits dans l'étude réalisée en 1906 par l'Office statistique du Reich sur l'assurance chômage. Kaiserliches Statistisches Amt 1906, vol. 3 : 283-461. Les statuts restitués sont ceux en vigueur en 1904. A cette date, 38 des 63 syndicats « libres » prévoient l'indemnisation de leurs chômeurs, 17 des 21 Gewerkvereine et 6 des 8 syndicats chrétiens.

12 En raison de la focalisation de cette recherche sur la genèse d'une catégorie des politiques publiques, je n'ai pas consulté les archives syndicales qui auraient pu apporter des précisions sur la manière dont est déterminée ou négociée, selon les situations, l'évaluation des différents cas.

13 Pour les syndicats chrétiens la question se pose moins, dans la mesure où parmi les huit organisations existantes en 1904 (ouvriers du bois, du cuir, de la métallurgie (deux organisations), tailleurs, bouchers, graphistes, ouvriers du plomb et du zinc), seule celle des tailleurs se trouve, d'après les résultats du double recensement de 1895, exposée au chômage saisonnier.

14 En juin, les chômeurs représentent 1,35 % de la population salariée, en décembre 3,43 %. L'amplitude s'accentue si l'on considère le seul secteur secondaire (mines, industrie, artisanat et bâtiment) : respectivement 1,5 et 4,22 %. C'est le bâtiment et en son sein la catégorie des ouvriers non qualifiés qui connaît la plus grande amplitude. D'après Vierteljahreshefte zur Statistik des Deutschen Reichs 1896.

15 Si, en vertu de cette circonscription de l'espace social de qualification du chômage autour de la profession, aucun chômeur ne peut être tenu d'accepter un travail en dehors de son activité habituelle, la plupart des statuts prévoient également la suppression de l'allocation pour les célibataires refusant un emploi en dehors de leur lieu de résidence.

16 Voir tableaux 7 et 8 en annexes. Max Lazard a étudié cet aspect des résultats du recensement allemand en comparaison avec la situation française (Lazard 1909 : 187 sq.).

17 L'argument est par exemple utilisé en 1893 à Hambourg. BdA Koblenz, R 1501, n° 1044 : 16 sq. D'après le recensement de 1895.63 % des chômeurs se concentrent en décembre dans l'agriculture et le bâtiment, activités saisonnières par excellence qui ne sont pas couvertes par les allocations chômage syndicales. Kaiserliches Statistisches Amt 1906, vol. I : 386.

18 Parmi les villes de plus de 100000 habitants figurent Leipzig, Nuremberg. Stuttgart. Cologne et sa banlieue. Barmen. Elberfeld. Hambourg, Braunschweig et Halle. Si l'on considère l'ensemble des villes, leur taille est très variable, de même que leur répartition géographique et leur spécialisation économique, à dominante tantôt industrielle tantôt artisanale. Voir Oldenberg 1893 : 375.

19 « Die Statistik der Arbeitslosigkeit », BdA Koblenz. R 1501, n° 1044 : 7.

20 En dépit de l'exhortation lancée aux travailleurs hambourgeois à « remplir leur devoir », le taux de réponse fut extrêment faible. Sur les 172000 questionnaires distribués, seuls 7 000 d'après les forces de police, 18000 d'après le cartel syndical furent retournés. Les non-chômeurs avaient pourtant également été conviés à répondre, afin de permettre la mise en relation entre population active et chômage. Tandis que cette indifférence suscite amertume et consternation parmi les syndicalistes de la ville, les autorités municipales exploitent cet échec comme preuve de la faible ampleur de chômage. BdA Koblenz. R 1501, n° 1044 : 6, 15-16 et 55.

21 BdA Koblenz, R 1501. n° 1044 : 150.

22 La question de la profession initiale, formulée dans cette première version, disparaît, au profit de celle du dernier employeur (Braun 1892).

23 Parmi les vingt-deux villes, les plus importantes sont : Breslau, Leipzig, Hanovre. Dantzig, Halle, Magdebourg. Braunschweig. Hambourg et Brème. Sur l'ensemble, on relève une très nette sous-représentation des municipalités du sud de l'Allemagne (du Bade, de la Bavière et du Wurtemberg). Contrairement à la Prusse, de nombreuses communes y conduisent, dès cette époque, leurs propres statistiques du chômage, rendant l'intervention syndicale superflue. Les sept villes ayant déjà fait l'objet d'investigations sont : Leipzig, Ludwigshafen, Hambourg, Gotha, Braunschweig, Halle et Rixdorf. (Kaiserliches Statistisches Amt 1906, vol. 1 :431.)

24 Libéral de gauche, membre du Vereinfur Socialpolitik et conseiller exécutif de Charlottenbourg dans la banlieue berlinoise, Jastrow est un fervent militant en faveur du système de Gand et du placement paritaire.

25 L'expression est empruntée à Laurent Thévenot (1990 : 39).

26 L'expression est empruntée ici à Richard Herbst, mais cette critique est propagée par la plupart des statisticiens des villes (Herbst 1914 : 9).

27 Protokolt über die am 18., 19. und 21. Mai 1894 in Gorlitz abgehaltene IV. Conferenz der Vorstande der statistischen Aemter Deutscher Slädte : 2, in GStA PK, I. HA, Rep 77, n° 3852.

28 Idem : 2-5.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540