Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La constitution du chômage en Allemagne

 | 
Bénédicte Zimmermann

II. Le chômage en situations

II. Le chômage en situations

Testo integrale

1Le saisissant contraste entre la position non-interventionniste des instances fédérales et les initiatives municipales et syndicales invite à déplacer l’échelle d’analyse du national vers le local. Défini par le « caractère [...] spatialement situé des rapports sociaux et des représentations sociales qui en découlent » (Briquet et Sawicki 1989 : 6), le local ne s’épuise pas dans sa relation au national. Comme l’atteste l’étude des référents de l’action conviés sur chacune des scènes, le local est d’abord un espace mû par des logiques propres. Mais la seule analyse de la mobilisation conflictuelle des principes généraux de justification ne suffit pas à entrer dans le processus de catégorisation. Par-delà les déclarations de principe, doivent être prises en compte les situations dans lesquelles sont effectivement négociés les arrangements relatifs au traitement social du non-travail. Or, sous le Kaiserreich, ces arrangements relèvent essentiellement des municipalités et des syndicats. Les chapitres suivants seront consacrés à l’analyse de cette production située d’une nouvelle catégorie de l’action sociale.

2Envisagés du point de vue des pratiques qui les caractérisent, les municipalités et les syndicats déterminent des cadres de coordination où se jouent des interactions d’un type particulier. L’action y est dite située en ce qu’elle procède de configurations et d’usages qui puisent leur cohérence dans une logique interne spécifique. Or le chômage est défini en fonction du champ des solutions envisageables dans un cadre d’action donné, de telle sorte que la diversité de ces logiques préside, sous le Kaiserreich, à la variabilité des conventions d’équivalence au fondement de la procédure sociale de qualification du chômage. Alors que les acteurs syndicaux désignent la profession comme principe d’équivalence entre les personnes, les responsables municipaux privilégient la notion de résidence, plus exactement de domicile de secours, dans l’identification du chômeur « secourable ». Expression du lien qui matérialise l’appartenance à chacun de ces deux collectifs, la profession organisée et le domicile de secours impliquent, par-delà les registres de qualification, des matrices d’action particulières. Si la matrice municipale porte les stigmates de l’assistance, jusqu’alors forme dominante d’intervention sur le non-travail, l’hypothèse formulée par Christian Topalov, selon laquelle « la notion de paupérisme naît de la ville, du quartier populaire, celle de chômage de la profession » (Topalov 1987 : 85), ne semble pas pour autant vérifiée dans le cas de l’Allemagne. Certes, les syndicats sociaux-démocrates jouent un rôle décisif dans l’inscription de la question sur l’agenda politique des municipalités, mais l’« invention » du chômage procède également sous le Kaiserreich de logiques communales internes de rationalisation et de professionnalisation administratives.

  • 1 Pour une réflexion sur les caractéristiques et les limites du développement local, se reporter à M (...)

3Les expériences de coordination des actions syndicales et municipales qui se développent avant la Première Guerre mondiale illustrent l’importance du rôle de certains acteurs municipaux dans le processus de catégorisation. Suggérant une montée en généralité des formes situées de qualification du chômage, ces expériences demeurent cependant limitées par les incertitudes qui pèsent sur l’inscription territoriale du travail. En effet, le développement local d’une politique concertée de lutte contre le chômage met en cause des espaces dont la taille et le statut ne sont pas forcément compatibles1 . Les espaces économiques ou professionnels au sein desquels sont identifiées les causes de chômage ne coïncident pas nécessairement avec l’espace d’intervention politique territorialement circonscrit des municipalités. Entrave à l’efficacité de l’action publique, cette double détermination, économique et politique, du chômage est érigée par les acteurs locaux, aussi bien syndicaux que municipaux, en principe de justification d’une intervention du Reich. Seul le cadre élargi du territoire national leur semble propice pour lever les restrictions qui affectent leurs expériences situées de coordination.

Note

1 Pour une réflexion sur les caractéristiques et les limites du développement local, se reporter à Mabileau 1993.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540