Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La constitution du chômage en Allemagne

 | 
Bénédicte Zimmermann

I. Du concept a une catégorie de l'action

1. Des mots et de leurs usages

Texte intégral

1Le recours à une même terminologie pour désigner en langue allemande « sans travail » et « au chômage » rend tout exercice de traduction périlleux. La tentation est grande en effet de conférer à arbeitslos son acception contemporaine de chômeur. L’absence d’une entrée Arbeitslosigkeit dans les dictionnaires du XIXe siècle suggère toutefois l’inexistence du concept de chômage à cette époque et milite en faveur d’une traduction par « sans travail ». Le substantif Arbeitslosigkeit n’y est en effet évoqué qu’au détour de la forme adjective arbeitslos. Ainsi en 1807, le Worterbuch der deutschen Sprache propose pour arbeitslos : « Ohne Arbeit, der Arbeit beraubt. Ein arbeitsloser Handwerker, Tagelôhner. Dann ohne Mühe. Davon die Arbeitslosigkeit. » Ou en version française : « Sans travail, privé de travail. Un artisan, un journalier sans travail. S’ensuit sans peine. D’où la situation sans travail. » Il faudra attendre les années 1890 pour que le terme Arbeitslosigkeit fasse l’objet d’une entrée spécifique.

  • 2 Après la Première Guerre mondiale, la définition académique du chômage se décline autour de ces dif (...)
  • 3 C’est dans une telle perspective d’histoire sociale du langage, plus que de philosophie politique o (...)

2Le repérage des premières occurrences terminologiques reste toutefois purement indicatif s’il n’est accompagné d’une étude sémantique permettant de saisir les contours et les transformations de leur champ de validité. Le sens d’un mot ne peut être envisagé d’emblée, mais renvoie à des usages et à des conditions d’énonciation (Goody 1979 : 26). Requérant un souci permanent de mise en situation, il ne saurait se satisfaire d’une analyse strictement interne, mais implique un retour sur les savoirs et les usages qui l’ont forgé. Comprendre sous l’angle de son éclairage sémantique comment le substantif Arbeitslosigkeit a pu se développer dans le sens de « manque de travail » autour des critères de rémunération adéquate, d’aptitude au travail, de volonté de travailler, de moyen de subsistance et de salariat2, invite à esquisser une histoire sociale des termes Arbeit et Arbeitslosigkeit3. En suscitant une réflexion sur l’historicité des concepts (Koselleck 1990 et 1997), l’étude des mots et de leur usage va ainsi de pair avec une interrogation sur les conjonctures, les pratiques et les représentations sous-jacentes à la mise en forme du manque de travail en problème social.

3Partant de la composition du mot Arbeitslosigkeit qui associe le radical Arbeit (travail) au suffixe -losigkeit stipulant une négation, une privation, ce chapitre sera d’abord consacré à l’étude du champ sémantique délimité par le terme Arbeit. Il s’efforcera de montrer selon quelle acception de Arbeit le substantif Arbeitslosigkeit a pu se développer. Il s’agira en particulier d’identifier les moments de rupture au cours desquels le vocable arbeitslos perd son sens générique et littéral de « sans travail, sans peine » pour celui de « chômage ». Mais, loin de déterminer un mouvement linéaire au cours duquel s’imposerait la notion de chômage, ces moments constituent de simples points de basculement posant les conditions de possibilité d’une telle notion. Leur caractère habilitant resterait vain sans leur appropriation par les personnes dans un processus tâtonnant de définition toujours réversible, comme le suggère sa réouverture actuelle. Avant d’envisager ce processus à partir de situations concrètes d’action dans les chapitres suivants, il importe dans un premier temps de s’arrêter sur les transformations qui l’autorisent et qui seront mobilisées ensuite de manière souvent implicite par les différents protagonistes.

Le travail (Arbeit) et la vocation du métier (Beruf)

4Forme dominante de détermination des statuts et des rapports socio-économiques dans nos sociétés contemporaines, le travail n’a pas toujours eu cette valeur étalon (Arendt 1983). Au Moyen Âge, alors que l’aristocratie se devait d’être oisive (Elias 1974), le travail était synonyme de pauvreté et de dépréciation sociale. Quoique incertaine, l’étymologie du mot Arbeit reflète cette évolution. Le terme dériverait d’un vocable germanique aujourd’hui disparu signifiant « orphelin, enfant soumis à de pénibles tâches corporelles », d’où l’acception de Arbeit jusqu’au XVIe siècle comme « difficile effort physique, rude labeur, peine, activité indigne » (Duden. Etymologie... 1989 :43).

  • 4 Comme l’atteste la première strophe de la célèbre épopée des Nibelungen du début du XIIIe siècle (P (...)

5Réservé à la désignation des tâches manuelles et physiques, Arbeit, de l’ordre du vil et du mesquin4, avait au Moyen Âge son équivalent noble dans le terme Dienst (service) destiné à qualifier l’activité des chevaliers et des religieux (Conze 1972 : 161). Sa valorisation ne semble intervenir qu’à la faveur d’importants mouvements de recomposition de la société allemande dont la Réforme et les mesures de libéralisation du XIXe siècle fondent deux moments importants.

Valorisation du travail

6La plupart des études consacrées à la notion de Arbeit (Weber 1967 : 81-104 ; Conze 1972 ; Nipperdey 1992 :40-58) font de Luther, et plus largement de la Réforme, le point de basculement des valeurs attachées au travail. Cristallisant les inclinations d’une époque, l’œuvre luthérienne est pour ces auteurs génératrice d’un important potentiel de changement.

7Là où ses prédécesseurs utilisaient les mots Werk (œuvre, ouvrage) ou Arbeit, Luther préfère dans sa traduction de la Bible celui de Beruf, au double sens de profession et de vocation. Max Weber y voit le « [...] premier cas où le mot allemand Beruf est employé dans son acception moderne, purement temporelle » (Weber 1967 : 86). En référence à cette association entre le métier et le Beruf, au sens de tâche assignée par Dieu, l’accomplissement de l’existence humaine s’inscrit désormais dans le travail. Alors que les bonnes œuvres par lesquelles l’homme se justifiait jusqu’alors perdent leur signification salvatrice, le mendiant se voit privé, en vertu du caractère douteux de tout revenu ne provenant pas du travail, de la légitimité dont il jouissait dans le catholicisme. Dans ce renouvellement de perspective où la pauvreté cesse d’être une qualité religieuse et où la vie contemplative est dépouillée de toute supériorité, l’épanouissement de l’être humain se trouve dorénavant lié au travail et au métier. Avec Luther, « le métier prend la place des bonnes œuvres », selon la formule de Thomas Nipperdey (1992 : 52).

8Expression contemporaine de la relation de l’homme au travail, cette acception du Beruf en tant que profession constituera au XIXe siècle un point de référence central dans la production des représentations du travail. Certes, le système corporatif fondait déjà les structures de la vie en communauté sur les vertus cardinales du métier (Walker 1971), mais au sens de Handwerk (métier manuel) et non de Beruf. Ce n’est qu’à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, une fois précisément l’ordre corporatif aboli, que le Beruf sera mobilisé par les théories néo-corporatistes de l’État, particulièrement florissantes sous le Kaiserreieh (Bowen 1971). Alors que le terme Handwerk sur lequel reposait le système corporatif médiéval évoque le seul travail manuel ou artisanal, le Berufcouvre de manière générique tout le spectre des activités économiques faisant appel à des qualifications ou à des savoirs particuliers. Doté d’une capacité d’assimilation des besoins professionnels nouveaux d’une société en voie d’industrialisation et d’urbanisation, ce terme se révèle d’autant plus apte à présider aux projets de réorganisation sociale que sa connotation morale conforte la hiérarchie existante. En tant que vocation assignée par Dieu, il peut être mis à contribution par les théories néo-corporatistes comme authentique facteur de stabilité sociale. Bien qu’elle ait perdu le sens de vocation spirituelle au profit du dérivé sécularisé d’inclination intérieure (Conze 1972), la notion de Berufreste associée au tournant du siècle à l’idée d’une orientation de l’existence autour de la réalisation de soi, faisant du travail une valeur cardinale de l’activité humaine.

Stigmatisation du non-travail

9Dépouillée de sa connotation péjorative et désignant à partir du XVIIIe siècle des activités aussi bien intellectuelles que physiques, l’Arbeit tend à s’imposer comme une norme d’organisation de la société selon laquelle le chômage pourra, en d’autres conjonctures, être pensé de manière pathologique en tant que problème social. Mais dans un premier temps, cette valorisation du travail suscite une sévère condamnation de tout non-travail qui ne soit imputable ni à l’âge, ni à la maladie. Confondu avec l’oisiveté, le non-travail est réprimé à partir du XVIe siècle dans des « maisons de travail », véritables institutions de rééducation des contrevenants à cette nouvelle morale sociale (Conze 1972 : 164-165). Il faudra un autre tournant historique, et la transformation des représentations qu’il induira à plus long terme, pour que le non-travail soit envisageable indépendamment de la culpabilité individuelle.

  • 5 Sur la notion de marché et les conséquences de sa diffusion, voir Rosanvallon 1989. Sur la nouvelle (...)
  • 6 Par souci de simplification, je m’appuie sur le seul cas prussien, d’autant plus que sa législation (...)
  • 7 Comme le souligne Alain Supiot (1994 :6), « c’est seulement dans une logique marchande que s’estomp (...)

10Ce sont la libération et l’économisation du travail dans la Prusse du début du XIXe siècle qui marquent un tel tournant. Elles apportent une consécration juridique de l’idée de marché, théorisée quelques années plus tôt par Adam Smith5 . Assimilé, dans la période où prévalaient les thèses de l’utilitarisme et des physiocrates, à un facteur de production, le travail est désormais considéré comme la source de la richesse sociale et sa liberté comme le moyen de sa maximisation. La proclamation en 1807 de la Bauenibefreiung (abolition de la sujétion héréditaire) et de la Gewerbefreiheit (liberté d’entreprise), celle en 1833 de la libre concurrence à l’intérieur du Zollverein, enfin de la Freizugigkeit (libre circulation des personnes) en 1842 et de la Gewerbeordnung (Code de l’industrie et de l’artisanat) en 18696 constituent autant de dispositions juridiques qui libèrent le travail. Étendues en 1871 à l’ensemble du Reich, celles-ci font du travail une marchandise vendue selon la loi de l’offre et de la demande et érigent le marché en forme dominante de régulation. Déterminées par les principes du libéralisme économique, elles associent le travail à une manifestation de la liberté individuelle, à un bien propre doté d’une valeur d’échange. Le travail est ramené à une marchandise que chacun doit en théorie pouvoir vendre comme il l’entend à travers des contrats librement consentis et devient, ainsi, par la médiation contractuelle, une catégorie juridique générique et abstraite, indépendante de la personne qui le produit. C’est l’invention du travail abstrait7. Richard Biernacki a montré combien ce principe fondateur du capitalisme se déclinait dans la pratique de manière fort diversifiée selon les pays : selon une acception du travail comme produit en Angleterre, comme force de travail en Allemagne (Biernacki 1995), ce qui n’est évidemment pas sans incidence sur les politiques du travail et du non-travail susceptibles d’en résulter. Mais tenons-nous-en dans un premier temps à l’énonciation de ces principes généraux, afin d’envisager ensuite la manière dont les acteurs les réinvestissent, à travers leur appropriation ou leur critique, dans la production de l’ordre social.

11En vertu de la liberté de contracter proclamée par la Gewerbeordnung de 1869, véritable consécration de la conception libérale du travail, le travailleur, libre et mobile, est désormais considéré comme seul responsable de lui-même. De fait, la situation « sans travail » demeure dans la pensée libérale résolument du côté de la défaillance individuelle. Mais dans le même temps, cette assimilation du travail à une forme de propriété ayant valeur d’échange apporte les ingrédients d’une possible reformulation du non-travail sous l’angle de la dépossession économique. Tirant les conséquences d’une théorisation du libéralisme autour de la figure du citoyen-propriétaire, les réformateurs du XIXe siècle pourront envisager le non-travail comme une forme pathologique de dépossession dans le cas des personnes dont le travail constitue le seul bien et l’unique moyen de subsistance, mais qui en sont privées pour des raisons indépendantes de leur volonté. A travers la critique qu’elle suscite, la logique marchande du travail abstrait contribue ainsi à la définition d’un problème social nouveau : le chômage.

  • 8 Je me réfère ici à la notion de crise telle qu’elle a été définie par Claus Offe : « [...] une situ (...)
  • 9 Il n’existe pas en Allemagne d’équivalent du Trésor de la langue française sur lequel aurait pu s’a (...)

12Les conjonctures de crises, dans lesquelles les ressorts traditionnels de l’équilibre sont remis en question8, constituent de véritables caisses de résonance de cette critique et, du coup, des moments d’observation privilégiés. Mais plus qu’aux crises proprement dites, la suite de ce chapitre sera consacrée aux analyses et interprétations auxquelles elles ont donné lieu. J’essaierai, à partir d’un choix de textes, de restituer la manière dont les témoins de trois crises successives, celle des années 1840 dite de type agraire, celle de 1873 dite de transition, enfin celle de 1892 qualifiée d’industrielle, abordent la condition « sans travail »9.

Éléments constitutifs du vocable « chômeur » (Arbeitsloser)

Le « démuni » (Eigentumsloser) : figure d’un monde agraire en mutation

  • 10 Freiherr vom Stein. « Denkschrift iiber Beschränkung der Ansiedlung auf dem platten Land », in Jank (...)

[...] Le fléau causé par l’afflux d’une racaille sans domicile ni gagne-pain s’aggrave et, avec lui, l’immoralité, les pillages des champs et des bois, même les vols par effraction. En cette période de grande détresse se forment déjà des bandes de dix à douze personnes qui, avec le visage méconnaissable de la nuit, extorquent au paysan des denrées alimentaires10.

  • 11 Pour un historique de l’expression « question sociale », voir Fischer 1977.

13Ce constat dressé en 1830 par le baron vom Stein, ancien ministre prussien, réformateur et promoteur du principe d’autoadministration (Selbstverwaltung) des villes allemandes, pose en quelques lignes les principaux termes dans lesquels se cristallise « la question sociale11 » dans la première moitié du XIXe siècle. « Racaille », « sans domicile », « sans gagne-pain », « pillage », « vol » et « détresse » sont les maîtres mots de cet accablant tableau. Associée à la pauvreté et au déracinement, la situation « sans travail » est dissoute dans un ensemble plus large de forfaits relevant de la sûreté publique.

  • 12 Jankte et Hilger 1965 : respectivement 50,115 et 59.

14L’usage du terme arbeitslos et de ses dérivés dans trente-neuf textes sur le paupérisme datés de 1820 à 1840 et réunis par Jankte et Hilger (1965) confirme cette hypothèse. Moins de dix occurrences jalonnent en effet les quelque quatre cents pages de documents. Rarement identifié à l’Arbeitslosigkeit, le manque de travail y est pourtant présent à travers la formule générique de erwerbslos (sans activité, sans gagne-pain) ou, plus souvent encore, sous forme de périphrases et de métaphores : « Ne pas avoir de travail » (keine Arbeit haben), « manque de travail » (Mangel an Arbeit) ou encore « oisifs involontaires » (unfreiwillige Müssigganger)12. Peu importent en somme la qualification et les causes du non-travail, pourvu que soit suggérée l’absence de gagne-pain et soulignées ses conséquences : la misère et la criminalité, facteurs de trouble de l’ordre public. Arbeitslos (sans travail) se confond avec eigentumslos (sans bien), heimatlos (sans chez-soi), nahrungslos (affamé), brotlos (sans pain), beschafügungslos (sans occupation), erwerbslos (sans activité) : autant de qualificatifs qui paraissent interchangeables. Un seul d’entre eux suffit à suggérer les autres et à évoquer l’image du déraciné rural, sans pain, sans toit, ni travail.

15La dépossession, forme pathologique de l’« individualisme possessif » érigé à la fin du XVIIIe siècle en valeur cardinale de la théorie économique et politique (Macpherson 1971), se trouve au cœur de ce corpus. Alors que l’idéal de possession devient l’expression dominante de la normalité économique et sociale, au point que le travail lui-même est érigé en propriété, le suffixe privatif -los devient le dénominateur commun de la question sociale instituée en écart à cette norme. Suggérant une idée à la fois de privation et de rupture, il confond le démuni et le déraciné en une seule et même figure.

  • 13 Le paysan sans terre est notamment une figure de l’analyse marxiste (Marx 1963,1 : 1171 sq.).
  • 14 Pour une analyse régionale des différentes causes de la « prolétarisation croissante des forces de (...)

16Manifestation de la forte mobilité qui caractérise le XIXe siècle, l’image du déraciné ou du sans domicile est celle d’une société agraire en mutation. Les effets conjugués d’une forte croissance démographique et de la proclamation de la libre circulation des individus jettent sur les routes essentiellement des petits exploitants et des journaliers agricoles. C’est l’avènement du paysan libre, mais sans terre13 . Seule l’Allemagne du Nord-Est se trouve en mesure d’absorber l’explosion démographique des premières décennies du XIXe siècle à travers l’intensification de l’agriculture par les Junkers, grands propriétaires terriens dont les pratiques patriarcales seront analysées par Max Weber (Weber 1892 ; Pollak 1986). Ailleurs, l’émiettement des propriétés et la multiplication d’exploitations non viables génèrent le syndrome du démuni en quête d’une terre où s’établir et se nourrir14.

17Ainsi la question sociale se pose au milieu du XIXe siècle dans les termes de l’instabilité et de la recomposition des divers espaces géographiques, sociaux et économiques au sein desquels se structurent les trajectoires individuelles et collectives. Coupé des groupes d’appartenance familiaux, villageois ou professionnels – au sens de communautés authentiques de la Heimat (Jankte et Hilger 1965 : 134-148) et de cadres légitimes de solidarité qui dotent l’individu d’une identité-, le déraciné se caractérise par une double dépossession : matérielle et identitaire. Suggéré par l’image du voleur au « visage méconnaissable de la nuit » choisie par le baron vom Stein (ibid. : 132), ce diagnostic d’un déficit identitaire, présenté comme le prélude aux pires déviances, se trouve au cœur des préoccupations réformatrices.

  • 15 Pour une mise en perspective historique des notions de plèbe et de prolétariat, voir Conze 1966.

18Si à la veille de 1848 certains observateurs, à l’instar de Wilhelm Riehl ou de Marx et Engels, commencent à associer cette instabilité au monde des fabriques et des villes, les maîtres mots restent cependant crise agraire et déracinement (Heimatlosigkeit, Entfesselung). Le non-travail, envisagé sous l’angle de la dépossession, demeure intimement lié au journalier agricole, figure plébéienne des classes dangereuses15 . L’homme des fabriques, qui à partir de la fin des années 1840 fait une entrée massive dans la littérature sociale, n’est pas encore l’objet d’une telle association. Son lot quotidien est certes identifié à la misère, mais davantage au titre de ses conditions de travail et de vie que du non-travail. Personnage central de la grande fresque sociale dont les premiers contours se fixent alors, celui que l’on appellera dorénavant l’ouvrier (Arbeiter) a pour lui le travail (Arbeit), valeur positive sur laquelle se fondent à la fois son inscription dans le champ sémantique et son identité sociale.

De l’ouvrier (Arbeiter) au chômeur (Arbeitsloser)

  • 16 En français dans le texte.

19Jusqu’au début du XIXe siècle, Arbeiter désigne le journalier (Tagelöhner) des villes et des campagnes : celui qui peine, qui vit de la vente de sa force de travail dans l’incertitude du lendemain. Par souci de différenciation, le terme français « ouvrier » est alors utilisé, y compris par l’administration prussienne, pour les travailleurs qualifiés et les artisans des manufactures et fabriques (Conze 1972 : 216-242). C’est dans l’effervescence de 1848 que le mot Arbeiter prendra une nouvelle signification. « Le Arbeiter au sens nouveau du terme devient alors un ouvrier16 germanisé” » pour reprendre l’expression de Wilhelm Riehl (Jankte et Hilger 1965 : 394).

  • 17 Riehl. « Die Arbeiter. Eine Volksrede aus dem Jahre 1848 », in Jankte et Hilger 1965 : 395.

20Née de la rencontre entre artisans, ouvriers qualifiés et intellectuels dans le mouvement révolutionnaire, cette nouvelle acception est le produit d’une démarche volontariste d’unification du groupe autour d’une identité commune. Comme l’indique son appellation, le Congrès général des ouvriers allemands d’août 1848 fait des Arbeiter une catégorie fédératrice à laquelle tous les congressistes proclament leur appartenance (Baiser 1962 :47 sq.). Cette valorisation du terme par le biais de sa politisation induit une reconfiguration sémantique faite de nouvelles inclusions, mais également de l’exclusion de ceux qu’il désignait jusqu’alors. Une double délimitation s’opère : par le bas autour de la notion de qualification avec l’exclusion des journaliers, par le haut autour du salariat avec l’exclusion des travailleurs indépendants dans un rejet de l’ordre corporatif. Fruit d’une construction politique, l’Arbeiter de 1848 est, à l’image de la composition du Congrès, un travailleur manuel qualifié et salarié, le plus souvent artisan sans avenir, représentatif d’un monde artisanal en mutation où les structures corporatives ne parviennent plus à assurer la promotion de l’apprenti en maître artisan indépendant (Fischer 1972b). Comme le souligne Riehl, « ce n’est pas le travail (Arbeit) qui fait l’ouvrier (Arbeiter), mais le travail dépendant sans biens personnels17 ».

  • 18 Ibid. : respectivement 395 et 397. C’est moi qui souligne.

L’ouvrier (Arbeiter) n’appartient pas au monde bourgeois, mais il n’est pas non plus du monde agricole. Il travaille en ville, éventuellement dans une fabrique à la campagne, mais une fabrique est toujours un morceau de ville, même si elle se trouve au milieu de la forêt. [...]
Ce serait par conséquent le travailleur manuel de l’industrie et de l’artisanat, sans biens, ni attaches sociales, que l’on appelle l’ouvrier (Arbeiter)18.

21Loin de se réduire à un simple glissement sémantique, la nouvelle signification de Arbeiter s’inscrit pour Riehl dans la filiation d’une triple révolution : celle qui depuis le Moyen Âge a contribué à doter l’Arbeit, en particulier le travail manuel, d’une reconnaissance sociale ; celle qui dans un temps plus proche a libéré l’individu des liens qui le soudaient à un groupe d’appartenance villageois ou professionnel ; celle enfin qui ne fait que commencer en 1848 et qui déplace le centre de gravité du travail des champs vers les fabriques et les villes.

  • 19 Dans la bibliographie établie par Ruth Hoppe sur la littérature sociale entre 1820 et 1850, l’expre (...)

22En ces quelques pages écrites dans l’effervescence de 1848, Riehl suggère les termes de ce qui tend à devenir la « question ouvrière ». Mais le non-travail en est alors absent19 . Dans la nouvelle acception du terme, l’ouvrier se trouve en théorie protégé du manque de travail par la qualification qui le caractérise. S’il ne travaille pas, ce ne saurait être que volontairement, dans une stratégie délibérée de protestation économique ou politique (Jankte et Hilger 1965 : 403). A l’inverse, le non-travail du journalier est envisagé comme constitutif de sa condition et de son quotidien. En raison de son manque de qualification, il ne peut accéder à un monde du travail socialement structuré dans la filiation luthérienne, autour des valeurs du Beruf (Weber 1967 : 62-63). Sa condition semble le reléguer de manière quasi naturelle à la sphère des pauvres et des miséreux auxquels la dignité du travail fait défaut.

23Tant que le non-travail des personnes valides se décline sur ce registre de la marginalité, il reste confondu dans la catégorie générique de la pauvreté. C’est l’association du non-travail à la « question ouvrière » qui occasionnera à la fin du XIXe siècle sa traduction en une nouvelle catégorie de pensée : le chômage. La récession économique de 1892, dont les conséquences affecteront jusqu’aux travailleurs qualifiés, en sera le catalyseur. Aussi est-ce dans une conjoncture où le non-travail est associé à l’Arbeiter, dont l’identité se fonde précisément sur le travail, que s’enracine le processus de définition du chômage en problème social. Mais la situation « sans travail » ne pourra devenir chômage qu’une fois la question de la pauvreté transposée du registre moral au registre économique.

24Les analyses marxistes ont été parmi les premières à proposer un tel déplacement. Ace titre, elles constituent un point d’appui important pour les tentatives ultérieures de spécification du non-travail pour cause économique. Partant de la figure de l’ouvrier dépossédé de tout, dont l’ultime bien reste sa force de travail et dont les moyens d’existence reposent sur la perception d’un salaire, Marx et Engels ont contre toute orthodoxie érigé le non-travail en objet essentiel de l’économie politique.

  • 20 Marx, « Oekonomisch-philosophische Manuskripte », in Marx et Engels 1982,I, 2 : 208. Cité d’après l (...)

Il va de soi que l’économie politique ne considère le prolétaire qu’en tant que travailleur : c’est celui qui, n’ayant ni capital, ni rente foncière, vit uniquement de son travail, d’un travail abstrait et monotone. Elle peut donc affirmer que, tout comme une bête de somme quelconque, le prolétaire mérite de gagner suffisamment pour pouvoir travailler. Quand il ne travaille pas (arbeistlo.se Zeit), elle ne le considère pas comme un être humain ; cette considération, elle l’abandonne à la justice criminelle, aux médecins, à la religion, aux statistiques, à la politique, à la charité publique20.

  • 21 Marx, « Zur Kritik der Hegelschen Rechtsphilosophie. Einleitung », in Marx et Engels 1982.I, 1 : 39 (...)
  • 22 Marx, Das Kapital I, in Marx et Engels 1982,23 :661-662. Pour la version française, Marx 1963,I : 1 (...)

25En dépit de cette introduction du non-travail au cœur de l’économie politique, aucune place n’est faite à la conceptualisation du chômage dans les travaux de Marx et Engels. Le registre lexical utilisé reste celui de la pauvreté. Le mot Arbeitslosigkeit n’apparaît que rarement et lorsqu’il est utilisé c’est dans un tableau de stigmatisation de la dépossession et de la pauvreté. Proche de l’usage du terme qui prévaut dans la littérature sociale des années 1830-1840, arbeitslos y est synonyme d’unbeschäftigt (sans activité), de brotlos (sans pain), d’Etend (misère) ou de Not (besoin). Mais à la pauvreté rurale et préindustrielle, principal objet de cette littérature, Marx et Engels opposent de manière novatrice la pauvreté de l’ouvrier salarié (Lohnarbeiter) « artificiellement produite21 » par la machine et le système capitaliste. C’est ainsi que se constitue une « armée de réserve industrielle », partie de la population ouvrière sans travail ou occupée seulement partiellement22.

26Dans ses deux discours d’Elberfeld rédigés en 1845, Engels suggère même les principaux traits de définition du chômage, tels qu’on les retrouvera dans l’Allemagne des années 1890, mais sans jamais utiliser le terme Arbeitslosigkeit.

  • 23 Souligné par l’auteur. Engels, « Zwei Reden in Elberfeld », in Marx et Engels 1969. 2 :544. Il n’ex (...)

Un autre gaspillage de la force du travail est directement induit dans notre société contemporaine par les effets de la concurrence, qui génèrent une importante population d’ouvriers sans pain qui souhaiteraient travailler, mais ne trouvent pas de travail23.

27L’Arbeitsloser, l’ouvrier sans travail d’Engels, préfigure en quelque sorte le chômeur du Kaiserreich. Il se caractérise d’abord par la dépossession de ses moyens de subsistance. Privé de la jouissance de son seul bien propre, le travail, l’ouvrier se retrouve sans ressources, sans pain (brotlos). Il est par ailleurs celui qui ne porte pas la responsabilité de sa situation : la volonté de travailler ne lui manque pas, mais c’est le travail qui fait défaut. Cette formulation du problème autour des moyens de subsistance de celui qui, dans une situation de dépendance économique, sans autre ressource que le fruit de son travail, se trouve involontairement privé de son exercice, sera celle retenue par les réformateurs du Kaiserreich (Kaiserliches Statistisches Amt 1906, 1 : 3 sq.). Travail dépendant, moyens de subsistance et absence de culpabilité individuelle, tels sont en effet les principaux critères qui présideront à la traduction de certaines formes de non-travail en chômage. Cette traduction se fondera sur la dimension matérielle et marchande du travail envisagé comme une nécessité pour l’individu et un facteur de production pour la collectivité, et non sur son acception spirituelle d’épanouissement de soi telle qu’elle fut développée par Luther ou Hegel.

28Mais pourquoi distinguer le chômeur du pauvre, puisqu’ils se caractérisent tous deux par le même défaut de moyens de subsistance ? Là encore Engels annonce ce qui sera une des motivations des réformateurs du Kaiserreich : si des individus, pour lesquels le travail dépendant constitue le seul moyen de subsistance, viennent, sans aucune faute de leur part, à en être privés, on ne peut les condamner à la dégradation induite par le recours à l’assistance sanctionné par la perte des droits civiques.

  • 24 Souligné par l’auteur. Engels, ibid.

Si la charge des ouvriers sans travail (Arbeitslose) incombe à la société, celle-ci devrait veiller à ce qu’ils gagnent leur subsistance en tout honneur. Mais cela n’est pas dans les moyens de la société concurrentielle actuelle24.

  • 25 Ibid.

29Et c’est ici que se séparent les chemins d’Engels et des réformateurs du Kaiserreich. Là où le premier voit la solution dans un partage du travail, dans l’« union des forces individuelles au sein d’une force sociale collective25 » dont l’avènement se fera par la révolution, les seconds entendent inscrire leur action dans les structures existantes de la société. En somme, la matière sur laquelle Marx et Engels fondent leurs développements est celle que leurs successeurs formaliseront en chômage ; mais alors que les uns l’envisagent comme un moteur de la révolution qui sera amené à disparaître avec le système capitaliste lui-même, les autres cherchent à en faire une nouvelle catégorie d’intervention publique. Si différentes que soient ces deux approches, elles se construisent toutes deux autour du facteur révolutionnaire. Au cœur des analyses marxistes, la révolution hante également, d’un spectre rendu vivant par les événements de 1848, les défenseurs de la réforme sociale (Bruch 1985). Le travail salarié et la pauvreté qu’il engendre déterminent ainsi à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, mais surtout dans son dernier quart, un espace de rencontre des différents discours sur la société, qu’ils soient d’inspiration conservatrice, libérale ou socialiste. Cet espace est celui de la « question ouvrière » au sein duquel se nouent les enjeux, les tensions et les compromis au fondement de la catégorie Arbeitslosigkeit. Il est plus généralement celui du déploiement d’un projet de société construit sur les vertus intégratives du travail.

L’émergence d’un nouveau concept : le chômage (Arbeitslosigkeit)

30Si l’on trouve posés par Marx et Engels les principaux traits de différenciation entre le chômeur et le pauvre, ce sera la préoccupation des réformateurs du Kaiserreich de produire un concept nouveau : le chômage. Pour ce faire, ils chercheront à agréger en une catégorie de l’intervention publique les situations individuelles qui, chez ces deux auteurs, sont mobilisées dans la définition d’une catégorie de l’action révolutionnaire. Une étude bibliographique permet de situer l’émergence d’une telle préoccupation dans la décennie 1890. Quasi inexistantes jusque-là, les publications relatives au chômage se multiplient à partir de 1893 (Krüger 1904). Dès 1879, Lujo Brentano préconise certes dans son ouvrage sur les assurances ouvrières une protection sociale contre les conséquences du chômage (Brentano 1879), mais sa démarche reste marginale. Ce n’est qu’à partir de 1893-1894 que l’on recense les premiers écrits spécifiquement consacrés à la question, comme si les difficultés économiques de 1892 s’en étaient faites le révélateur.

La définition d’une catégorie d’intervention publique

31Alors que la crise des années 1840 a révélé le démuni (Eigentumsloser), celle de 1892 produit le chômeur (Arbeitsloser). Unanimement envisagé par les observateurs de l’époque comme « une manifestation du nouvel ordre économique » (Sombart 1912 : 122), le chômage est institué en objet légitime de l’économie politique à l’occasion des premières perturbations de cet ordre. Au démuni de la crise agraire répond comme par écho le chômeur de la crise industrielle. Pourtant la grande dépression de 1873, première récession de l’Allemagne industrialisée, bien plus importante que celle de 1892, n’a suscité aucune réflexion collective sur le chômage. Le non-travail s’exprime alors essentiellement selon le registre des années 1840, infirmant certaines thèses qui ont fait de 1873 le point de départ trop évident de la problématisation du chômage (Rosenberg 1967 ; Heilman 1982). Selon Jastrow qui s’est intéressé à cette question au début du XXe siècle, l’Arbeitslosigkeit ne pouvait, en tant que manifestation spécifique de l’activité industrielle, être conceptualisée en 1873 en raison du caractère transitoire de cette crise qui affectait encore très largement le marché du travail agricole (Jastrow 1904 : 183). Expression des troubles produits par un marché du travail industriel, le chômage s’apparente pour cet auteur à une forme particulière de dépossession qui tendrait à devenir dominante dans un « ordre économique où les moyens de subsistance dépendent de la conclusion d’un contrat de travail ». En somme, « nous disons chômage, mais nous pensons défaut de moyens de subsistance » (Jastrow 1920 : 49).

  • 26 A titre indicatif et par ordre chronologique, voirArbeitslosigkeit und Arbeitsvermittlung... 1894 ; (...)
  • 27 Voir Faisst 1894 ; Schanz 1895 ; Buschmann 1897 ; Foerster 1898 ; Enck 1899.
  • 28 Voir Thiess 1893 ; Bohmert 1894 ; Oldenberg 1895 ; Schikowski 1895 ; Berndt 1899.
  • 29 Richard Biernacki a montré combien les catégories d’analyse économique développées par Marx et Enge (...)

32Partageant cette acception, les premiers ouvrages sur le chômage parus à la fin du XIXe siècle s’inscrivent dans une logique délibérément réformatrice. Les préoccupations des auteurs s’y cristallisent autour de trois principaux axes : le développement de moyens préventifs tels que l’organisation du marché du travail par l’intermédiaire du placement26, la mise en place de dispositifs palliatifs tels que l’assurance27, enfin la mesure du chômage afin d’en déterminer l’ampleur controversée28. Comme l’illustrent les maîtres mots, « placement », « assurance » et « statistique », autour desquels s’organisent ces discours sur le chômage, c’est au nom de préoccupations pratiques d’intervention sociale, et non au titre de concept économique, que la forme substantivée Arbeitslosigkeit fait son entrée dans le lexique de l’économie politique. Sa définition, dans la filiation des travaux de Marx et Engels29, autour du travail dépendant et des moyens de subsistance, est l’objet d’un large consensus sous le Kaiserreich.

Le chômage est la situation de l’ouvrier qui, en dépit de sa volonté de travailler et de ses aptitudes, ne peut trouver de travail, parce qu’il n’existe pas de demande de sa force de travail sur le marché. (Sombart 1912 : 122.)

33Telle est la définition partagée, mais trop générale pour fonder une catégorie d’action publique. Encore faut-il pouvoir identifier les personnes qui, dans leur position particulière, relèvent de cette situation. Comment s’assurer de la volonté de travailler de l’ouvrier et de sa non-culpabilité en cas de licenciement ? Faut-il comprendre « force de travail » au sens large ou selon des spécialités professionnelles ? Le marché du travail s’entend-il comme une entité localement circonscrite ou comme un espace plus vaste qu’il convient de délimiter ? Autant de questions qui soulèvent la controverse dès lors qu’il s’agit de passer de la définition abstraite à une catégorie opératoire d’intervention sociale.

34Si « le concept qualifie une liste d’éléments empiriques qui, sous diverses compositions, constituent le spectre de significations qu’il est possible de conférer à un mot » et si la catégorie renvoie « à une suite de procédures cognitives opérant les mises en relation qui façonnent les diverses modalités de la connaissance » (Ogien 1994 : 245-246), l’histoire de la constitution du chômage montre combien ces deux activités – de définition des qualités requises et de mise en équivalence – sont intimement liées. Les entités constitutives du concept sont indissociables des règles organisant leur mise en série et inversement. Référer la catégorie, comme c’est le cas dans cet ouvrage, à un principe d’opérationnalité de l’action publique ne signifie pas sa réduction à une simple technique de classification. L’entrée par le processus de catégorisation permet au contraire de l’envisager comme le fruit d’activités sociales qui conjuguent dimensions cognitives, normatives et pratiques. La pluralité de ces activités, résultant de situations et de cadrages spécifiques (Goffman 1991), illustre la latitude d’interprétation et d’aménagement d’un concept dans le cours de l’action, tout en révélant l’exigence de stabilisation du sens et des équivalences requise par le caractère public de cette action.

Le ou les chômages ?

35Les principes généraux sur lesquels se fonde le consensus relatif à la définition du concept s’estompent en effet, dans la pratique réformatrice, derrière l’impératif d’énonciation de critères précis d’identification des chômeurs. Variables selon le type de mesures envisagées, ces critères s’affinent dans l’élaboration de projets spécifiques. Ainsi pour les libéraux progressistes tels que Brentano ou Buschmann, qui entendent inscrire la lutte contre le chômage dans le cadre des organisations ouvrières, la profession et les différents facteurs qui contribuent à définir une position en son sein fondent des critères déterminants d’identification du chômeur. « Le vrai chômage est l’absence d’opportunité de travail à un salaire convenable, dans la profession et le lieu adéquats », écrit Buschmann (1897 : 6). D’autres dénoncent cette prégnance de la profession et du salaire dans laquelle ils voient non seulement une confusion condamnable entre le non-travail pour raison économique et celui qui résulte des luttes ouvrières, mais encore une exclusion inadmissible des ouvriers non qualifiés et non syndiqués (Berndt 1899 : 44).

  • 30 L’association entre formalisation du chômage et quête de vérité est clairement posée dans les débat (...)

36Tiraillée entre une diversité de logiques politiques et institutionnelles, la figure générique du chômeur allemand reste sous le Kaiserreich du domaine des conflits d’énonciation. La « vérité30 » sur le chômage, traquée par la plupart des réformateurs de l’époque, se révèle plurielle à la mesure de la fragmentation et de la multiplicité de ses sources. Ce sont les conditions de production, de même que l’espace de légitimité des représentations sur lesquelles se fondent ces différentes « vérités » qu’il convient maintenant d’envisager. Ce sont enfin les enjeux, notamment en termes d’intervention ou de non-intervention des pouvoirs publics, l’identité des acteurs et leurs rapports de force dans ce conflit d’énonciation qu’il importe de restituer.

Notes

2 Après la Première Guerre mondiale, la définition académique du chômage se décline autour de ces différents éléments en tant que « manque d’opportunité de travail pour une rémunération adéquate, dans le cas des personnes valides et désireuses de travailler dont les moyens d’existence dépendent de la perception d’un salaire » (Blockhaus Enzyklopädie 1966).

3 C’est dans une telle perspective d’histoire sociale du langage, plus que de philosophie politique ou d’histoire des idées, que s’inscrit cet essai d’analyse historique des termes Arbeit. Arbeitslosigkeit et Beruf. Pour le développement d’une telle perspective voir notamment Febvre 1948 : Noiriel 1995 ; Brunner, Conze et Koselleck 1972.

4 Comme l’atteste la première strophe de la célèbre épopée des Nibelungen du début du XIIIe siècle (Prinz 1994).

5 Sur la notion de marché et les conséquences de sa diffusion, voir Rosanvallon 1989. Sur la nouvelle conception du travail, source de toutes richesses, développée par Adam Smith dans ses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776), voir également Castel 1995 : 171 sq.

6 Par souci de simplification, je m’appuie sur le seul cas prussien, d’autant plus que sa législation servira de référence à celle du Kaiserreich. Mais comme le montre Max Weber dans son Histoire économique, cette législation se caractérise avant l’unification par d’importantes disparités régionales (Weber 1991 : 29-138). Pour une présentation plus récente de cet ensemble de mesures de libéralisation du travail, voir Steindl 1984 : 29-135.

7 Comme le souligne Alain Supiot (1994 :6), « c’est seulement dans une logique marchande que s’estompe la diversité des travaux humains : dans la mesure où la relation de travail cesse d’y apparaître comme une relation personnelle entre un usager et un travailleur, la variété de ces travaux peut se fondre dans une même catégorie abstraite [...] ». Voir également Méda 1995 : 62 sq.

8 Je me réfère ici à la notion de crise telle qu’elle a été définie par Claus Offe : « [...] une situation où les institutions établies et les allant-de-soi se trouvent subitement remis en question, où surgissent des difficultés inattendues mais fondamentales, où enfin l’avenir est ouvert » (Offe 1984b : 7).

9 Il n’existe pas en Allemagne d’équivalent du Trésor de la langue française sur lequel aurait pu s’appuyer une telle étude. Pour les années 1840, le recueil de textes constitué par Jankte et Hilger 1965 sur le paupérisme et la question sociale des années 1820 à 1840 est reconnu par les historiens allemands comme une référence en la matière. Je me suis par ailleurs appuyée sur les écrits de Marx et Engels, absents du recueil mais à peine postérieurs à cette période. La première raison de ce choix est qu’ils peuvent pour partie être considérés comme le fruit de cette conjoncture de crise, la seconde est que par-delà le travail, c’est le constat d’une contradiction entre la réalité du travail (le travail marchandise, facteur de production) et son essence (le travail comme expression de soi dans la tradition luthérienne et hégelienne) qui se trouve au cœur de la réflexion de ces deux auteurs. Enfin, pour les crises de 1873 et du début des années 1890, j’ai constitué un corpus à partir de la recension systématique des ouvrages d’époque relatifs à la pauvreté, au paupérisme, à la question sociale et au chômage.

10 Freiherr vom Stein. « Denkschrift iiber Beschränkung der Ansiedlung auf dem platten Land », in Jankte et Hilger 1965 : 132.

11 Pour un historique de l’expression « question sociale », voir Fischer 1977.

12 Jankte et Hilger 1965 : respectivement 50,115 et 59.

13 Le paysan sans terre est notamment une figure de l’analyse marxiste (Marx 1963,1 : 1171 sq.).

14 Pour une analyse régionale des différentes causes de la « prolétarisation croissante des forces de travail rurales », voir Weber 1991 : 133.

15 Pour une mise en perspective historique des notions de plèbe et de prolétariat, voir Conze 1966.

16 En français dans le texte.

17 Riehl. « Die Arbeiter. Eine Volksrede aus dem Jahre 1848 », in Jankte et Hilger 1965 : 395.

18 Ibid. : respectivement 395 et 397. C’est moi qui souligne.

19 Dans la bibliographie établie par Ruth Hoppe sur la littérature sociale entre 1820 et 1850, l’expression « question ouvrière » (Arbeilerfrage) figure pour la première fois en 1848 dans l’un des 400 titres répertoriés. Les occurrences se multiplient très nettement dans les années suivantes, alors que jusque-là, on s’intéressait essentiellement à la «question sociale » (soziale Frage). Pour indication, l’item arbeitslos apparaît une seule fois dans les 400 titres et ce en 1846 dans un opuscule sur l’affermage des grandes propriétés foncières (Hoppe 1960).

20 Marx, « Oekonomisch-philosophische Manuskripte », in Marx et Engels 1982,I, 2 : 208. Cité d’après la version française : Marx 1963, II : 46. Je remercie Florian Tennstedt d’avoir attiré mon attention sur ce passage.

21 Marx, « Zur Kritik der Hegelschen Rechtsphilosophie. Einleitung », in Marx et Engels 1982.I, 1 : 390. Pour la version française. Marx 1975 : 211.

22 Marx, Das Kapital I, in Marx et Engels 1982,23 :661-662. Pour la version française, Marx 1963,I : 1148 sq.

23 Souligné par l’auteur. Engels, « Zwei Reden in Elberfeld », in Marx et Engels 1969. 2 :544. Il n’existe pas à ma connaissance de traduction française de ce texte.

24 Souligné par l’auteur. Engels, ibid.

25 Ibid.

26 A titre indicatif et par ordre chronologique, voirArbeitslosigkeit und Arbeitsvermittlung... 1894 ; Hirschberg 1894 ; Adler 1894 ; Wolf 1896 ; Meyerinck 1896.

27 Voir Faisst 1894 ; Schanz 1895 ; Buschmann 1897 ; Foerster 1898 ; Enck 1899.

28 Voir Thiess 1893 ; Bohmert 1894 ; Oldenberg 1895 ; Schikowski 1895 ; Berndt 1899.

29 Richard Biernacki a montré combien les catégories d’analyse économique développées par Marx et Engels, en particulier la marchandisation du travail sous forme de travail dépendant et de force de travail, n’étaient pas des inventions mais s’enracinaient dans les expériences prussiennes - et non pas britanniques - du début du XVIIIe siècle, plus précisément dans des conditions spécifiques de passage à l’économie de marché (Biernacki 1995).

30 L’association entre formalisation du chômage et quête de vérité est clairement posée dans les débats du Reichstag. Voir Stenographische Berichte der Verhandlungen..., 12 et 14 janvier 1893 : 430 sq., 483 sq.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540