Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le miroir et le crâne

 | 
Julien Bonhomme

Première partie. Banzi

Chapitre IV. Motoba ou la parole du Bwete

Texte intégral

LE GÉNIE-SILURE MOTOBA

  • 1 Motoba a lieu indifféremment avant ou après la veillée du tsombi. L’étape exige en outre d’être dé (...)
  • 2 Comme il y a habituellement plusieurs alevins disponibles, les initiés présents – qui ont tous déj (...)

1Après l’étape initiatique d’edika vient la veillée de motoba, au cours de laquelle l’initié gobe en secret le génie-silure éponyme1. Le banzi, assis sur une natte au bwεnzε, est maquillé d’un trait rouge du nombril à la bouche qui figure le trajet du silure dans l’œsophage, mais aussi le chemin inverse de la parole du motoba. Il commence par manger momεnε, mixture gluante de feuilles budyambu (Senecio gabonensis) et tangimina (commelinacée indéterminée), de blanc d’œuf et de miel, assortie de tranches de bananes mûres. La banane sert de nourriture au génie motoba, tandis que les autres ingrédients facilitent le passage du silure pour qu’il glisse bien dans la gorge du banzi et circule dans son organisme afin de lui envoyer des signaux corporels. La feuille tangimina (litt. « se souvenir ») constitue en outre un aide-mémoire pour la parole divinatoire véhiculée par le motoba. Le père initiateur administre ensuite le petit alevin de silure, ébarbé mais toujours frétillant, sur lequel il a déposé un peu de la mystérieuse poudre du Bwete afin de le métamorphoser en génie divinatoire. Le banzi doit alors gober le silure vivant, tout rond pour ne pas tuer motoba2. Pendant tout ce temps, on entend le génie Mwiri gronder.

  • 3 Un homme qui a déjà avalé le silure peut toutefois transmettre motoba à une mabundi en ayant avec (...)

2Le génie-silure va se loger au fond du ventre du banzi, dans le « marigot » d’edika. Le ragoût moelleux d’edika permet en effet au motoba de retrouver son biotope naturel, le marécage, hors duquel il ne saurait survivre. Le silure représente ainsi le génie Mwiri qui, selon le mythe d’origine de la société initiatique masculine homonyme, est un caïman monstrueux qui vit dans un lac boueux en maître de la faune aquatique. Mais le silure représente également un de ces esprits-embryons que les femmes enceintes sont censées aller puiser dans une calebasse à la rivière pour ramener au village l’esprit de l’enfant à naître. Et ce sont d’ailleurs des femmes qui doivent aller pêcher à la rivière les mitoba, alors même qu’il leur est strictement interdit d’avaler motoba. Les hommes justifient cette exclusion initiatique (qui redouble l’exclusion du Mwiri masculin) par un argument physiologique : la femme, ouverte par son sexe, ne pourrait retenir le silure dans son corps. C’est dire que pour une femme, l’insémination d’un esprit est nécessairement une procréation qui appelle un accouchement. Tandis que pour un homme, cette insémination orale sert non pas l’enfantement mais le pouvoir rituel et la parole divinatoire3.

3Le banzi qui gobe motoba avale ainsi un esprit supplémentaire qui s’ajoute à celui qu’il avait déjà reçu à sa naissance. Les propriétés attribuées à cet auxiliaire spirituel le rapprochent encore davantage qu’edika d’une sorte d’homoncule incorporé. Il est animé – animation visible dans le fait que le silure est avalé vivant. Il est personnalisé : plutôt de sexe féminin comme la plupart des génies aquatiques, l’image la plus répandue étant celle d’une sirène, belle femme à la peau blanche et à la chevelure immense. Il est également doté d’une intentionnalité saillante : motoba alerte et défend l’initié en cas d’agression sorcière, notamment pendant le sommeil.

  • 4 Il ne faut pas confondre le « vampire » (nzanga) organe spirituel qui n’est pas nécessairement mal (...)

4Le sommeil, associé à une mort temporaire, est en effet synonyme de vulnérabilité maximale : le cœur continue de battre, tandis que l’esprit vagabonde hors du corps du dormeur. Et les rêves proviennent de ce vagabondage erratique. Or, les sorciers sortent également de leur corps la nuit venue. Cette excorporation, appelée « sortie en vampire », diffère de l’errance du dormeur innocent : l’esprit du sorcier se dirige tout droit au chevet de sa victime pour l’assaillir4. Cette agression sera d’abord perçue par la victime dans un rêve, avant d’être douloureusement ressentie dans son corps au réveil. Un cauchemar n’est donc rien d’autre que l’effraction violente d’un sorcier dans le rêve d’autrui. L’acharnement des sorciers exigerait une vigilance de tous les instants, mais le sommeil est le contraire de l’état de veille du fait de la vacance de l’esprit. Cette âme surajoutée qu’est motoba sert alors à pallier le manque de vigilance de l’esprit inné. Elle veille le dormeur et l’alerte en cas d’attaque nocturne : elle le réveille brusquement avant que le sorcier n’ait eu le temps d’agir, ou bien provoque un rêve agressif contre l’assaillant. Motoba est ainsi le vigile du sommeil de l’initié, son gardien de nuit.

LA PAROLE DE MOTOBA

5Au-delà de ces rêves d’alerte, le motoba possède une fonction divinatoire qui fait de lui un agent essentiel de la consultation des nganga : il est le messager indispensable de la parole du Bwete, cette modalité spécifique de communication au cœur du Misoko. Génie loquace, le motoba parle à son propriétaire, et dit toujours vrai. Il peut parler en n’importe quelle occasion, mais c’est pendant une veillée qu’il le fait le mieux : « pendant la veillée, quand tu danses, tu bouscules ça, le motoba monte au cœur et te transmet des pensées, te fait dire des vérités. Alors tu parles devant tout le monde, il faut avoir le courage. Ce que tu dis, c’est vrai. Personne ne peut rien dire, on peut juste dire : base ! » Cette parole à valeur divinatoire emprunte trois canaux : les rêves, les visions et pensées inspirées, les signaux corporels. Motoba garantit la véracité et la pertinence d’une production onirique jusque-là déjà signifiante mais hasardeuse : de simples songes, il fait des vérités prémonitoires. De même, motoba amplifie la valeur divinatoire des pensées inspirées ou des visions que l’initié pouvait déjà obtenir en ingérant une petite dose d’eboga. Ce sont néanmoins les signaux corporels qui constituent le canal spécifique de la parole du motoba.

6Ces signaux comprennent l’ensemble des manifestations épidermiques involontaires : tressaillements musculaires, frissons, picotements, impatiences, palpitations. Motoba convertit ainsi en messages divinatoires toutes ces minuscules perturbations corporelles qui surviennent constamment, mais échappent à tout contrôle et sont d’ordinaire tenues pour parfaitement insignifiantes. Il est possible – et même plausible – de considérer que ces manifestations automatiques du corps sont bien des signaux envoyés par motoba, dans la mesure où elles sont à la fois involontaires et immanentes au corps : aucune volonté intérieure ne les déclenche, aucune cause extérieure ne les provoque. Elles proviennent donc de l’action d’un autre que soi qui agit à l’intérieur de soi : il s’agit du petit silure ingéré vivant qui, par ses frétillements, titille l’initié pour l’avertir de quelque chose.

  • 5 Avant de boire, il faut toujours prendre soin de verser quelques gouttes au sol en libation aux an (...)

7Dans le même registre, les faux pas sont également tenus pour des signaux prémonitoires : bon augure quand on trébuche du pied droit, mauvais augure du pied gauche. De même, éternuements et bâillements indiquent la proximité des génies mikuku. Et si un initié renverse par maladresse boisson ou nourriture, c’est seulement le signe que les mikuku veulent prendre leur part5. Il y a là une parenté évidente entre faux pas, maladresses, éternuements et tressaillements, qui sont tous en quelque sorte des « erreurs » du corps. On pourrait appeler à juste titre « lapsus corporels » l’ensemble de ces phénomènes corporels ou comportementaux involontaires, puisque lapsus signifie étymologiquement faux-pas. Si la psychanalyse freudienne postule que le lapsus linguae ou calami est un acte manqué qui constitue un message voilé où affleure l’inconscient, le Bwete Misɔkɔ postule plutôt que le lapsus corporel est un message divinatoire par lequel le Bwete parle aux initiés.

  • 6 Si l’ingestion du motoba suffit à rendre signifiants les tressaillements involontaires, il faut en (...)

8Ces signaux corporels du motoba s’organisent en un véritable code divinatoire, relativement stable et univoque : la signification d’un tressaillement diffère selon sa localisation corporelle6. La symétrie corporelle fournit la dichotomie organisatrice. Le code divinatoire exploite en effet le couplage entre différence sexuelle et latéralité, association sémantique qui se retrouve dans la majorité des langues bantu : la droite est masculine, la gauche féminine (en getsɔgɔ par exemple, l’homme momogo et la droite gemogo s’opposent à la femme mogεto et la gauche gegεto). Un tressaillement au pied gauche annoncera ainsi l’arrivée d’une femme, au pied droit d’un homme. En réalité, la symétrie corporelle hésite souvent entre division sexuelle (homme-femme) et division lignagère (patrilignage-matrilignage). Ainsi, au cours d’une consultation, le nganga peut interpréter un tressaille ment du côté gauche comme le signe de la responsabilité sorcellaire soit d’une femme, soit du matrilignage. Les couples fondamentaux du code divinatoire sont donc : droite : gauche : : homme : femme : : patrilignage : matrilignage.

  • 7 La liste ci-dessus cumule les informations recueillies auprès de plusieurs nganga.

9Le code corporel repose ensuite sur un jeu d’analogies simples (sachant que les signaux concernent la personne en vis-à-vis – exemplairement le patient lors d’une consultation–, ou bien la personne à qui l’initié est en train de penser, voire l’initié lui-même)7.

  • Orteil = atteinte par fusil nocturne (qui touche le pied)
  • Plante des pieds = arrivée imminente d’un étranger
  • Côté (ou plante) du pied = atteinte par le serpent invisible mbumba
  • Cheville = prise d’un gibier au piège (lacet)
  • Tibia = accident imminent
  • Talon (ou mollet) = mauvais esprit qui poursuit la personne
  • Genou = il faut aller prendre la bénédiction (se mettre à genoux)
  • Dessus du genou, mouvement ascendant = rentrée imminente d’argent
  • Dessus du genou, mouvement descendant = sortie imminente d’argent
  • Devant de la cuisse = adulte malade
  • Arrière de la cuisse = enfant malade
  • Cuisse = décès imminent (on se tape sur les cuisses en cas de malheur)
  • Entrejambe = adultère
  • Sexe = maladie vénérienne
  • Sexe, mouvement ascendant = homme viril (érection)
  • Sexe, mouvement descendant = homme impuissant
  • Flanc = femme enceinte
  • Sein = femme allaitante
  • Ventre, mouvement ascendant = ventre sale (empoisonnement, impureté) qui exige un vomitif
  • Cœur = palpitations
  • Main = quelqu’un va venir offrir quelque chose
  • Poignet = prison (menottes)
  • Avant-bras = problème
  • Coude gauche = concerne le Mwiri (les scarifications initiatiques du Mwiri sont sur le coude gauche)
  • Bras = grossesse sans problème (la femme enceinte porte des protections rituelles en brassard)
  • Haut de l’épaule = promotion sociale (« recevoir un galon »)
  • Épaule = mauvais esprit, colère
  • Derrière de l’épaule = mauvais esprit qui « colle » la personne (le mauvais esprit s’accroche dans le dos des gens pour les persécuter)
  • Haut de l’épaule à la base du cou = mort imminente (on porte le cadavre sur l’épaule)
  • Gorge = empoisonnement qui exige un vomitif
  • Nuque (ou front) = céphalées
  • Mâchoire = personne qui garde des ossements humains chez elle (la mâchoire est l’os humain le plus important pour les fétiches)
  • Bouche = palabres
  • Lèvre = personne qui a déjà mangé edika
  • Bas de la lèvre = annonce d’une bonne nourriture
  • Joue = personne qui a déjà mangé eboga (on garde longtemps l’eboga dans les joues avant de pouvoir l’avaler)
  • Nez = personne qui sent mauvais suite à un mauvais sort et à qui il faut administrer un bain purificateur
  • Oreille = personne qui entend des voix
  • Oreille = quelqu’un est en train de critiquer la personne
  • Pavillon de l’oreille = personne qui n’écoute pas les conseils
  • Lobe de l’oreille = personne malentendante
  • Derrière de l’oreille = personne intelligente
  • Yeux = personne qui a les yeux ouverts (clairvoyante)
  • Yeux – mort imminente d’un parent (larmes)
  • Entre les deux yeux = bonne étoile (la chance est logée entre les yeux)
  • Front = un sorcier travaille mystiquement avec l’esprit de la personne (l’esprit se loge au niveau du front)
  • Sommet du crâne = avertissement d’un danger
  • Fontanelle = tête ouverte (l’esprit sort par la fontanelle)
  • 8 Le motoba, spécificité du Bwete Misɔkɔ, permet ainsi aux initiés de « voir » tous les jours, alors (...)

10Le motoba permet en définitive d’inscrire durablement dans le corps de l’initié une modification qui n’était que ponctuelle avec la veillée initiatique. Grâce à lui, le nganga peut avoir des pensées inspirées ou des images mentales analogues aux visions initiatiques, tout en se passant de l’ingestion répétée de fortes doses d’eboga8. Le dispositif du motoba permet en effet de pérenniser la structure ambivalente de la parole initiatique, avec sa voix flottante cachée derrière le locuteur de chair et d’os : pour rapporter à autrui les messages transmis par son motoba, l’initié use de la tournure « le Bwete (ou motoba) me dit que... », reproduisant de la sorte la modalisation spécifique des énoncés visionnaires. L’intentionnalité au fondement de l’énoncé est ainsi déplacée du locuteur vers le motoba, entité à la fois étrangère et proche. L’intentionnalité propre de l’initié n’est pas pour autant complètement annulée au profit du génie, elle est plutôt creusée de l’intérieur et mise en suspens, au sens où les véritables lieu et auteur des productions psychiques et verbales de l’initié sont suspendus dans l’ambivalence.

LES MAGANGA : ENTRE FÉTICHES ET MÉDICAMENTS

  • 9 Termes mis en équivalence puisque la corbeille qui contient les fétiches du Bwete représente le ve (...)

11Des rites de passage à l’étape du motoba, le banzi est mis en relation avec une série d’entités étranges : silure motoba, gésier d’edika, paquet enterré mbando, corbeille du Bwete ou fétiche tsombi. Ces entités appartiennent toutes à la catégorie des maganga, terme que les initiés traduisent spontanément « médicaments » ou « fétiches »9. Ces maganga sont les opérateurs essentiels de la fabrication du sujet initiatique, car ils servent de médiations constitutives de la personne et de l’intentionnalité du banzi. On peut distinguer deux mouvements croisés dans ces médiations par lesquelles le sujet initiatique est composé, décomposé et recomposé : l’incorporation au soi et la projection du soi.

  • 10 D’où la méfiance constante d’un empoisonnement sorcier par « médicament » trafiqué.
  • 11 Sur les fétiches comme artefacts médiateurs, cf. Latour 1996, Gell 1998.

12Le premier mouvement correspond aux maganga-médicaments incorporés. L’ingestion des esprits auxiliaires que sont edika et motoba est ainsi une dimension essentielle de la transformation initiatique – l’expression « manger le Bwete » désignant d’ailleurs métonymiquement l’initiation. L’initié est ce qu’il mange, puisque les maganga sont les ingrédients actifs de sa personne10. Le second mouvement correspond aux maganga-fétiches dans lesquels l’initié se projette : tsombi, mbando et corbeille rituelle sont des doubles de l’initié, incarnés dans des objets auxquels on attribue une forme d’intentionnalité. Le terme « fétiche » ne désigne donc pas un objet de culte doté de pouvoirs surnaturels, mais plus simplement un artefact rituel servant de médiateur de la personne initiée. Les fétiches acquièrent ainsi le statut de quasi-sujets, sujets prothétiques à travers lesquels les initiés distribuent leur intentionnalité pour mieux la manifester11.

  • 12 Pour D. Winnicott, l’espace transitionnel forme une aire intermédiaire entre la réalité psychique (...)

13Le Bwete Misoko fabrique ainsi des initiés à travers un double processus de diffraction de la personne dans des objets rituels et d’adjonction d’instances à l’intériorité. L’ensemble des rapports entre l’initié et ces maganga constitue un espace transitionnel où, par un jeu dialectique d’introjections et de projections, se construit un sujet complexe12. La fabrication du sujet initiatique s’opère en effet dans un espace de relations entre entités dont le lieu est indécidable car il se situe à la fois à l’intérieur du corps de l’initié et dans le monde extérieur. Les frontières de la personne ne s’arrêtent désormais plus à la surface du corps propre, puisque le corps de l’initié est « caché en brousse » dans le fétiche enterré mbando et est simultanément présent au geliba sous forme d’une corbeille rituelle. De son côté, le corps propre du banzi ne s’en sort pas indemne, puisqu’il est lui-même travaillé de l’intérieur par des entités incorporées. Et le cas emblématique du motoba illustre que cette complication de soi peut littéralement être ressentie par l’initié : ce qui traverse son esprit, ce qui chatouille son épiderme provient désormais d’un autre que lui-même à l’intérieur de lui-même. Le rapport intime à soi perd alors son évidence.

14La construction de la figure singulière du nganga passe ainsi par la mise en relation sérielle avec des maganga. Et derrière la logique substantielle des médicaments et des fétiches se cache en réalité une logique toute relationnelle : le processus initiatique utilise des substances pour faire des relations. L’exemple paradigmatique est l’incorporation systématique dans les fétiches de la relation de subordination de l’initié à son père initiateur sous la forme de rognures d’ongles et de cheveux de l’initiateur qui s’ajoutent à ceux du banzi. Dans le Bwete Misɔkɔ, devenir sujet, c’est ainsi être assujetti aux maganga et au père initiateur qui les a « travaillés ». Le travail concret de manipulation, accumulation et agrégation des substances est donc un travail sur les relations. Les maganga sont des entités hybrides où se mêlent inextricablement les figures du père initiateur, des génies, des ancêtres, des esprits sylvestres et animaux, figures auxquelles le banzi est désormais lié. Doubles du banzi dont ils incorporent les exuviae, ils font en définitive de l’initié un être hybride qui se définit moins par une identité substantielle que par l’ensemble des relations accumulées dans ses fétiches. Les maganga sont ainsi les index réifiés des relations constitutives du sujet initiatique.

Notes

1 Motoba a lieu indifféremment avant ou après la veillée du tsombi. L’étape exige en outre d’être déjà initié au Mwiri car il y a un lien entre le silure motoba et le génie aquatique Mwiri, mais de nombreux initiateurs font des entorses à cette règle. Enfin, parmi les branches du Bwete Misɔkɔ, seul le Ngɔndε – spécialisé dans la divination – possédait à l’origine motoba.

2 Comme il y a habituellement plusieurs alevins disponibles, les initiés présents – qui ont tous déjà franchi l’étape – peuvent en profiter pour recevoir un nouveau motoba qui viendra renforcer leur pouvoir divinatoire.

3 Un homme qui a déjà avalé le silure peut toutefois transmettre motoba à une mabundi en ayant avec elle un rapport sexuel, le génie embryon passant dans le sperme.

4 Il ne faut pas confondre le « vampire » (nzanga) organe spirituel qui n’est pas nécessairement maléfique – et la « sortie en vampire » (du verbe vembaga en getsɔgɔ) – acte d’excorporation de l’esprit toujours à des fins maléfiques.

5 Avant de boire, il faut toujours prendre soin de verser quelques gouttes au sol en libation aux ancêtres.

6 Si l’ingestion du motoba suffit à rendre signifiants les tressaillements involontaires, il faut encore une période d’instruction au cours de laquelle l’initié apprend à comprendre cette parole. Le motoba n’est qu’un premier jalon, encore insuffisant pour faire de l’initié un devin professionnel.

7 La liste ci-dessus cumule les informations recueillies auprès de plusieurs nganga.

8 Le motoba, spécificité du Bwete Misɔkɔ, permet ainsi aux initiés de « voir » tous les jours, alors que les banzi du Bwete Disumba se contentent de voir la seule nuit de leur initiation (même s’ils voient plus « loin » en raison d’une prise d’eboga plus importante et du caractère plus religieux des visions).

9 Termes mis en équivalence puisque la corbeille qui contient les fétiches du Bwete représente le ventre du nganga : les fétiches sont donc à la corbeille ce que les médicaments sont au ventre de l’initié.

10 D’où la méfiance constante d’un empoisonnement sorcier par « médicament » trafiqué.

11 Sur les fétiches comme artefacts médiateurs, cf. Latour 1996, Gell 1998.

12 Pour D. Winnicott, l’espace transitionnel forme une aire intermédiaire entre la réalité psychique interne et l’environnement extérieur, un espace ni au-dedans ni au-dehors du sujet, lieu indécidable du jeu des projections et des introjections qui relient par exemple le pouce du nourrisson, son ours en peluche et le sein maternel (Winnicott 1975).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540