Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le miroir et le crâne

 | 
Julien Bonhomme

Première partie. Banzi

Chapitre III. Edika et son double

Texte intégral

EDIKA

  • 1 Le délai entre deux étapes n’est pas fixe mais dépend de la volonté et des moyens de l’initié, ain (...)

1La seconde étape du parcours initiatique du Bwete Misɔkɔ est la veillée d’edika au cours de laquelle le banzi mange un ragoût rituel carné1. Au début de la veillée, une parente du banzi- qui n’est pas en période de menstruation – pile les ingrédients du plat rituel que tous les initiés viennent déposer à tour de rôle dans le mortier au milieu du corps de garde : arachides, graines de courge (Cucumeropsis edulis), écorces de geɔmba (Pycnanthus angolensis), muninzi, osambi (Uapaca le testuana) et getodo (Plagiostyles africana). Alors que ce pilage est public, la confection du paquet d’edika a lieu en secret au bwεnzε avec les initiés ayant déjà franchi cette étape, les femmes étant exclues y compris lorsque edika est destiné à l’une d’entre elles.

2Il faut tout d’abord sacrifier un coq (ou une pintade kanga – Guttera plumifera – pour un edika féminin). Une plume rouge de perroquet, dont l’une des significations secrètes renvoie à la langue, est fichée dans le bec du volatile afin d’en faire un auxiliaire de la parole du Bwete. Puis, l’officiant (l’initiateur ou l’un de ses auxiliaires de confiance) secoue frénétiquement le coq jusqu’à ce que mort s’ensuive – modalité singulière de sacrifice car les os du cou doivent rester intacts et le sang ne doit pas couler. La volaille, plumée et grillée superficiellement, est divisée en trois parts : chair, tête et pattes, abats. Le gésier fait l’objet d’un traitement particulier : il est fendu et truffé d’un peu de la mixture pilée, puis refermé à l’aide d’une ficelle.

3Ensuite, deux initiés assis face à face jambes écartées disposent sur de grandes feuilles de bananier placées entre eux tous les ingrédients du plat rituel. Des anneaux et gourmettes sont éventuellement mis au fond du paquet pour en faire des porte-bonheur chargés de la puissance d’edika. Au centre, gésier, tête et pattes sont méticuleusement dressés et ajustés ensemble pour façonner une « personne », le cœur vivant d’edika. La chair du coq, quelques quartiers de viande de gibier (antilope, porc-épic ou éléphant) et la mixture pilée sont agglomérés autour. Plusieurs litres d’huile de palme, de l’huile de mwabi (Mimusops djave), du miel et du sel sont ajoutés. Tous les ritualia du Bwete (instruments de musique, fétiches, chasse-mouches, etc.) sont ensuite grattés symboliquement au-dessus du plat afin de mettre à contribution leur puissance.

4Les feuilles de bananier sont rabattues de manière à former un gros paquet que l’on ficelle à l’aide d’une corde tressée de feuilles de palmier. Le schème de la coopération rituelle est de nouveau mobilisé : la longue corde qui symbolise le python mbɔmɔ passe par tous les initiés avant d’être enroulée autour du paquet au son de la chanson « dwarisa na mikatu mikatunga » (« nous nous renforçons par d’étroits liens de corde »). Les deux officiants, cette fois placés dos à dos, nouent à l’aveugle le paquet qui est disposé entre eux. Procéder de dos est une façon de se soustraire à l’emprise des sorciers, et pour la même raison, le nœud doit être le plus serré possible. Quelques feuilles de palmier sont enfin piquées au sommet du paquet afin de « l’habiller ». On confectionne en outre sur le même modèle un paquet miniature qui renferme les abats du coq, nourriture qui sera offerte aux génies mikuku.

  • 2 À l’edika d’une femme, les mabundi sont admises (alors qu’elles restaient exclues de la confection (...)
  • 3 Pour l’edika d’une femme, l’initiée mange agenouillée avec une peau de mosingi sur son épaule gauc (...)

5Le portage d’edika jusqu’au feu de cuisson se fait de singulière manière : l’officiant, courbé, appuyé sur une canne, chasse-mouches kombo en main et besace pεngε soutenue par le front, porte le paquet à son pied gauche, la boucle du cordon enfilée autour de son gros orteil. Au bout d’une ou deux heures sous la braise, edika est prêt. Sa consommation constitue ensuite la partie la plus secrète de la veillée2. Les abats et de petits morceaux de banane bouillie sont jetés aux quatre coins du bwεnzε pour les esprits mikuku. Puis, sur une peau de genette mosingi, on dispose une feuille de bananier, et sur cette dernière, une portion de chair du coq. Le bénéficiaire de la veillée rampe à plat ventre vers la nourriture, une autre peau de mosingi placée sur sa tête. Il la hume avant de la manger sans s’aider des mains, comme un animal. Lorsqu’il a fini, il se relève pour faire tomber de sa tête la peau de genette et salue l’assemblée3.

6Il mange ensuite le gésier du coq et suce la chair de la tête et des pattes, accompagnée de bananes bouillies, en prenant bien garde de ne pas briser les os qui serviront à confectionner le fétiche tsombi. Les autres initiés peuvent alors se partager avidement le reste d’edika, se frottant le corps avec la sauce afin de s’imprégner de sa puissance. Une fois la viande mangée, les initiés retournent au corps de garde poursuivre la veillée – les reliquats d’edika, feuilles et carcasse du coq, étant mis de côté pour être plus tard enterrés en forêt.

Peau de la genette mosingi

  • 4 Le nzanga ou « vampire » désigne en réalité l’organe de sorcellerie, ou plus exactement l’organe i (...)

7Edika remplit plusieurs fonctions. Il forme tout d’abord le soubassement nécessaire de tous les autres plats rituels : c’est la « maison » des bwete ou le « matelas » sur lequel ils viendront reposer (du fait de sa texture moelleuse). Mais c’est également un « médicament » qui guérit les plaies internes et prévient les empoisonnements en rejetant les nourritures impures (par vomissements ou selles). Edika est conçu comme un véritable auxiliaire spirituel qui alerte son propriétaire en cas d’agressions sorcières. C’est un double du cœur, organe animé et doué d’intentionnalité. En mangeant edika, le banzi a en effet ingurgité une véritable « personne », ce qu’atteste le traitement rituel du gésier et de la tête du coq. Le gésier du coq est son nzanga – son « vampire » – qui lui permet de parler et consulter (le coq est un devin car son chant est un avertissement contre les sorciers)4. Edika forme donc un vampire auxiliaire qui parle à son propriétaire, préfigurant en plus faible et moins fiable l’esprit divinatoire motoba au centre de l’étape rituelle suivante. Il participe ainsi à la construction d’un sujet initié arc-bouté à la maîtrise progressive de la parole divinatoire grâce à des incorporations rituelles.

8Si edika est une personne, c’est parce qu’à l’origine, les initiés étaient censés sacrifier un être humain pour confectionner leur ragoût. Le rituel était donc un repas anthropophage. Afin d’éviter de décimer les villages, les hommes ont cependant décidé de substituer un coq à la personne humaine. Cette équivalence permet de maintenir les « débuts du Bwete » dans un temps mythique à la fois proche et lointain : la substitution de la volaille opère un saut logique tout en réactivant le souvenir du sacrifice humain. Le mythe d’origine d’edika rend compte des raisons de ce sacrifice humain et de l’identité de la victime (qui diffèrent selon les deux versions concurrentes).

Paquet d’edika

Mythe 1 (edika)
« Un jour, une femme trouve le Bwete en brousse et le ramasse. Elle le ramène au village et son mari s’en empare. Le frère de la femme arrive au village pour voir ce Bwete dont tout le monde parle. Les deux hommes se réunissent en secret pour faire le premier edika. Dibenga, la fille du couple, pénètre à l’improviste dans la case et découvre le secret. Les hommes la sacrifient et la mettent dans le paquet d’edika. Le soir, la mère cherche sa fille en pleurant Dibenga ooo... C’est comme cela que le mwago [invocation rituelle] a commencé. Dans la case, les deux hommes se disputent la paternité du Bwete : le père dit que c’est sa fille ; l’oncle dit que c’est sa nièce. Le Bwete reste finalement avec le père et l’oncle retourne dans son village. Mais bientôt, le père installé au corps de garde, voit l’oncle revenir pour les palabres. Il fait mmm... C’est comme cela que le gima [séquence rituelle du murmure] a commencé. »

  • 5 L’épisode de la genette chapardeuse explique l’étrange façon de manger edika qui est celle des ini (...)

Mythe 2 (edika)
« Le premier qui a fait edika, c’était un homme qui s’appelait Mongo mwana ya Pindo [Mongo fils de sa mère Pindo]. Il part en brousse faire son edika sans prévenir sa femme. L’épouse curieuse décide de le suivre pour découvrir son secret. En chemin, elle trouve les pièges qu’il a posés en forêt. Un porc-épic dont il manque un gigot est accroché au premier. Une antilope dont il manque aussi un gigot est accrochée au second. Elle trouve ensuite un éléphant mort dont un gigot avait été arraché. Elle arrive enfin à l’endroit où son mari s’apprête à manger le paquet d’edika dans lequel il a mis la viande de l’éléphant, du porc-épic et de l’antilope. Le mari entend un craquement de brindilles et part se cacher derrière un arbre. Il voit la genette mosingi qui vient goûter edika. Le mosingi entend un autre bruit et se sauve à son tour. C’est une pintade qui vient manger sa part d’edika. Un nouveau bruit fait fuir l’oiseau. C’est la femme qui, affamée depuis le village, goûte à son tour edika. Son mari surgit dans son dos et la tue avec l’herminette kwεto pour la punir d’avoir découvert son secret. Il la découpe en morceaux et la met dans le paquet d’edika. »5

9Les oppositions structurales entre ces deux versions sont évidentes : village versus brousse, enfant sacrifiée par son père et son oncle maternel versus épouse sacrifiée par son mari, sacrifice à cause de la découverte accidentelle de secrets rituels versus sacrifice à cause de la découverte volontaire d’un secret de chasse. Par-delà ces oppositions se dessine néanmoins un schéma d’ensemble : la découverte du secret des hommes par une femme exige un sacrifice. Les deux secrets masculins sont d’ailleurs liés, pour autant que le Bwete a à voir avec la chasse. Et l’identité des deux victimes l’est également, puisque c’est la fécondité féminine qui est sacrifiée à travers l’épouse ou la jeune enfant, comme le prouve la symbolique du paquet d’edika : le paquet de feuilles est le ventre d’une femme, l’huile de palme non filtrée (rouge orangé) son sang menstruel, la plume rouge de perroquet piquée dans les feuilles son clitoris, la corde tressée son cordon ombilical, le nœud son nombril. Les restes d’edika sont en outre enterrés à l’issue de la veillée au pied d’un palmier qui représente encore une femme (les régimes de noix de palme figurant son sang menstruel).

  • 6 La société n’est donc que minimalement matrilinéaire, comparée au modèle trobriandais où le père n (...)
  • 7 Puisque le Bwete, comme nous le verrons, organise l’appropriation rituelle du pouvoir féminin (voi (...)

10La rivalité entre les deux hommes à propos de l’appropriation du Bwete dans la version M 1 évoque alors les tensions structurelles qui existent entre le père et l’oncle maternel dans un système social dysharmonique tendu entre filiation matrilinéaire et résidence virilocale. Malgré la filiation matrilinéaire, l’importance du père est en effet parfaitement reconnue6. Le mythe met ainsi en scène le litige fondamental touchant l’appropriation masculine de la force productive des femmes7. La capacité procréatrice va normalement au lignage du frère (matrilinéarité) et la force de travail au lignage du mari (virilocalité). Mais lorsqu’une femme découvre le Bwete en brousse, qui du frère ou du mari a le droit de le garder dans son village ? La question provoque des palabres interminables comme l’illustre le retour de l’oncle à la fin du récit.

11Les mythes d’origine d’edika racontent ainsi l’histoire d’un sacrifice féminin qui tourne autour du lien entre secret initiatique et exclusion rituelle des femmes. Ce sacrifice originel a une valeur fondatrice puisque c’est lui qui institue véritablement edika : tous les edika requièrent désormais un sacrifice (sacrifice humain ou équivalent animal). Mais qu’avait de si important ce secret découvert par l’enfant ou l’épouse pour qu’il impose leur meurtre ? D’après M 2, le ragoût de gibier d’edika renvoie à l’appropriation secrète par les hommes des produits de la chasse, activité exclusivement masculine contrairement à la pêche. L’épouse qui mange le gibier de son mari est sacrifiée pour cette transgression de la division sexuelle des activités, et le plat rituel commémore cette transgression (d’où la présence de quelques quartiers de gibier en sus du coq).

12La version M 1 est cependant plus ambiguë : il n’est jamais dit ce que les deux hommes faisaient de si secret dans la case d’edika pour que cela nécessite de sacrifier séance tenante leur fille et nièce. Le sacrifice originel n’est donc pas perpétré pour préserver un secret particulier mais bien le secret initiatique en général, pure forme sans contenu. C’est par conséquent le sacrifice originel qui institue le secret, et non le secret malencontreusement découvert qui nécessite le sacrifice. Edika possède ainsi un caractère auto-référentiel : les hommes sacrifient une enfant pour maintenir un secret qui n’est en réalité rien d’autre que le sacrifice lui-même. Et le seul véritable secret initiatique d’edika porte aujourd’hui encore sur le sacrifice rituel du coq et sa signification : à travers un sacrifice animal, edika répète et dissimule l’histoire du sacrifice humain.

13Sacrifice d’edika et secret initiatique renvoient donc conjointement à l’exclusion rituelle des femmes. Or, le récit M 2 justifie paradoxalement l’inclusion des femmes mabundi dans le Bwete : l’épouse sacrifiée est la sœur aînée de toutes les mabundi. C’est depuis ce sacrifice que les femmes sont dans le Bwete : « La première mabundi, c’était la femme du nganga qui avait fait edika en brousse. C’est elle qu’on a sacrifiée pour qu’elle ne dévoile pas le secret. Nos mabundi sont ses sœurs. C’est leur chair qu’on mange. C’est pourquoi on les a acceptées dans le Bwete. » Les hommes n’ont cependant pas accepté les femmes pour se faire pardonner mais bien pour perpétuer le secret d’edika, ou plus exactement pour le sécréter. La sécrétion du secret, au sens que lui donne A. Zempléni, désigne le processus par lequel le secret s’exhibe devant ses destinataires sans être pour autant révélé par ses détenteurs (Zempléni 1976). Cette ostension dissimulatrice manifeste le secret tout en masquant son contenu.

14Or, les mabundi présentes aux veillées de Bwete donnent justement à voir le secret du sacrifice de leur aînée mythique, secret dont elles restent pourtant exclues alors même qu’elles y participent activement. En effet, si les mabundi peuvent manger edika, elles ne peuvent en aucun cas assister au sacrifice de la volaille ni à la confection du paquet. Les hommes sont les détenteurs du secret d’edika, les femmes en sont seulement les destinataires et jamais les dépositaires. La sécrétion du secret se fait ainsi sur un mode particulièrement ironique qui laisse entrevoir la forme relationnelle complexe au principe de l’inclusion des femmes dans le Bwete Misɔkɔ : par leur simple présence, les femmes exhibent à leur insu le secret des hommes dont elles sont exclues.

TSOMBI

15Les os intacts de la tête et des pattes du coq d’edika servent à fabriquer une protection rituelle appelée tsombi, le premier des fétiches bwete que le banzi reçoit des mains de son père initiateur au cours d’une nouvelle veillée. La confection préalable du tsombi s’effectue en secret au bwεnzε, parfois en l’absence du bénéficiaire (voir phot. 15 hors-texte). S’il est présent, les aînés s’emploient de toute façon à préserver leurs secrets par des ruses : « À un moment, on te dit d’aller chercher quelque chose et on met le dernier ingrédient sans te montrer. » Si l’initié possède un bwete, il ne sait donc pas encore ce qu’est un bwete puisqu’il n’en maîtrise pas la fabrication.

  • 8 Le tsombi est à la fois une protection et une arme contre les sorciers – d’où les ingrédients « ag (...)

16Sur un lit d’humus (le « lit » du Bwete) placé sur un petit carré de pagne sont déposées la tête et les pattes du coq imbriquées. Une queue de porc-épic est introduite dans la tête. Des rognures d’ongles et des touffes de cheveux du banzi ainsi qu’une rognure du gros orteil droit du père initiateur sont incorporées comme dans toute protection. Une multitude d’ingrédients disparates est ensuite ajoutée – chacun des officiants apportant sa contribution personnelle selon une logique de l’accumulation maximale : écorces (arbre au tronc glissant pour détourner les attaques des sorciers, arbre qui projette ses graines au loin comme une salve de plomb, etc.), ossements animaux (panthère, hippopotame, buffle, gorille, rat palmiste, aigle, pangolin, éléphant, tortue, daman, écureuil, potamogale, etc.), coquillages, quartz (« écailles de tonnerre »), poudre à fusil, aiguilles8... Mais, cette recette ne serait pas complète sans l’ingrédient principal du Bwete, dont le novice ne connaît toutefois pas encore la véritable nature.

17Le petit paquet de tissu est ensuite refermé et ligoté avec un soin obsessionnel, comme pour le paquet d’edika. Plus le tsombi est solidement emmailloté, plus longtemps il résistera aux sorciers – le relâchement des liens étant une preuve directe d’agression sorcière. Le père initiateur crache cola et nzingo sur le fétiche pour l’animer. Puis, comme tout bwete, le paquet est maquillé au kaolin, orné de cauris, peaux, fragments de miroir ou clochettes. Il est enfin cousu à une cordelette ou à l’intérieur d’un bandeau de pagne, afin de pouvoir le porter en bandoulière.

  • 9 C’est pour ne pas empêcher cette résurrection que le banzi ne doit pas briser les os du coq en man (...)

18Comme edika, le tsombi est une « personne » – le coq ayant été métamorphosé en un génie auxiliaire. D’après une devinette initiatique, le coq qui picore des asticots fut le premier à avoir avalé l’esprit divinatoire motoba. Le tsombi matérialise cette image, les poils de la queue du porc-épic introduite dans la tête du coq représentant les asticots. Si bien que le tsombi est un coq picorant, c’est-à-dire un nganga clairvoyant. Cette métamorphose du coq renvoie également à l’enfant ou l’épouse sacrifiée dans edika puis ressuscitée dans le tsombi. Ces deux étapes rituelles mettent ainsi en scène l’un de ces miracles du Bwete inlassablement racontés : les initiés sacrifient un nourrisson pendant une veillée, le mangent à la vue de tous, puis le ressuscitent au matin9. Mais le tsombi est aussi très clairement un double du banzi, puisqu’il incorpore ses ongles et ses cheveux. C’est ainsi le banzi lui-même qui peut renaître, grâce à l’initiation, dans le tsombi.

  • 10 Le terme maganga désigne l’ensemble des objets rituels du Bwete.
  • 11 Le pεngε, petit sac en fibres végétales porté à l’épaule, est un équivalent de la corbeille.

19À l’issue de cette veillée, l’initié peut également emporter chez lui sa corbeille du Bwete. Il s’agit d’une corbeille en rotin dans laquelle il place tous ses maganga10. S’y entasse un fatras rituel où se mêlent plumes et peaux, graines et écorces, menue monnaie, sonnailles, flacons, tabac, couteau, cartouche et poudre à fusil, morceau de termitière ou terre prélevée sur la tombe d’un parent (voir phot. 16 hors-texte). C’est également là que le tsombi et les autres fétiches sont rangés après une veillée. Cette corbeille accompagne l’initié à chaque cérémonie où elle est posée au geliba devant sa place11. C’est à elle autant qu’aux autres initiés que les saluts s’adressent. Plus encore que le tsombi, la corbeille est en effet un double de son propriétaire. Si l’initié ne l’amène pas à une veillée, on considérera même qu’il n’est pas véritablement présent, du moins qu’il n’est pas venu avec l’intention de faire sérieusement le Bivete.

  • 12 La corbeille doit d’ailleurs toujours être soulevée des deux mains, pour manifester qu’elle est lo (...)

20Au fur et à mesure de sa carrière, l’initié remplit progressivement sa corbeille. Une corbeille bien pleine est l’indice d’un initié qui « pèse lourd » dans le Bwete12. Et les hommes rivalisent entre eux à travers l’exhibition ostentatoire de leurs corbeilles embellies et surchargées. La corbeille est ainsi toute la vie d’un initié du Bwete Misɔkɔ. Des règles tatillonnes entourent d’ailleurs sa manipulation. L’initié doit s’être purifié pour éviter la souillure des relations sexuelles. La corbeille ne doit jamais être enjambée, renversée ou déplacée par autrui. Si elle était par mégarde renversée, c’est en effet toute la vie de l’initié qui basculerait avec elle.

INTERDITS INITIATIQUES

  • 13 La transgression d’un interdit peut provoquer malheur et maladies. La détection rétrospective d’un (...)

21Comme en témoignent les règles de manipulation de la corbeille du Bwete, l’initiation, puis les veillées d’edika et motoba, entraînent un certain nombre de prescriptions et d’interdits. L’initié a mangé le Bwete et doit donc s’efforcer de ne pas gâter ce pouvoir incorporé en respectant des prohibitions initiatiques13. La majorité des interdits sont alimentaires et temporaires (de quelques mois à un an selon la mansuétude du père initiateur). Un novice doit ainsi proscrire citron, ail, feuilles de manioc, oseille, sauces huileuses, alcool et café. Les plats ou boissons trop lourds, trop forts et surtout trop acides risqueraient en effet de détruire le pouvoir du Bwete, notamment celui d’edika et motoba à l’intérieur du ventre. Certaines prohibitions alimentaires sont définitives : sur le modèle des interdits claniques, un initié ne doit jamais manger la genette ou la panthère qui sont désormais ses parents. Enfin, l’initiation aggrave la prohibition commune qui interdit aux hommes de manger des aliments préparés par une femme en période de menstruation.

  • 14 Cette menace est renforcée par l’opinion répandue parmi les hommes, qui veut que la femme soit une (...)
  • 15 La prohibition sexuelle la plus importante concerne le cunnilingus qui représente la souillure max (...)

22L’autre grande classe des prohibitions initiatiques concerne les interdits sexuels. Un banzi doit s’abstenir de tout rapport sexuel pendant les quelques mois qui suivent son initiation. S’il avait des relations sexuelles avec une femme, tout le pouvoir du Bwete passerait dans l’organisme de sa partenaire. Pour les mêmes raisons, après la période d’abstinence, la fellation est normalement réservée à l’épouse ou aux épouses légitime(s). De même, après une veillée, l’initié doit avoir un rapport sexuel avec son épouse avant toute autre femme. Ces interdits montrent que les relations sexuelles constituent de véritables inséminations génitales ou orales du Bwete : le sperme est ou contient le Bwete. C’est pour cela qu’il faut en éviter la dissémination hors du foyer domestique14. En outre, il est interdit à un initié de manipuler les ritualia ou de s’asseoir au geliba, s’il ne s’est pas purifié après des relations sexuelles (purification à l’eau simple, au sel ou au savon végétal mukwisa). Enfin, la corbeille rituelle, souvent rangée dans la chambre, doit être couverte d’un pagne lorsque l’initié a un rapport sexuel. C’est dire qu’outre le risque de dissémination du Bwete, les rapports sexuels portent en eux un risque de souillure15.

Notes

1 Le délai entre deux étapes n’est pas fixe mais dépend de la volonté et des moyens de l’initié, ainsi que de la bienveillance des initiateurs.

2 À l’edika d’une femme, les mabundi sont admises (alors qu’elles restaient exclues de la confection du paquet).

3 Pour l’edika d’une femme, l’initiée mange agenouillée avec une peau de mosingi sur son épaule gauche (côté féminin du corps).

4 Le nzanga ou « vampire » désigne en réalité l’organe de sorcellerie, ou plus exactement l’organe intentionnel de la puissance efficace. Sur l’ambivalence du vampire, cf. chapitre IX.

5 L’épisode de la genette chapardeuse explique l’étrange façon de manger edika qui est celle des initiés : le banzi qui porte une peau de genette sur la nuque, rampe et hume la nourriture imite en fait le mosingi du mythe – premier animal à avoir mangé edika.

6 La société n’est donc que minimalement matrilinéaire, comparée au modèle trobriandais où le père n’est pas reconnu comme géniteur et ne désigne à la limite que l’époux de la mère, un allié plutôt qu’un consanguin.

7 Puisque le Bwete, comme nous le verrons, organise l’appropriation rituelle du pouvoir féminin (voir chapitre XI).

8 Le tsombi est à la fois une protection et une arme contre les sorciers – d’où les ingrédients « agressifs » comme poudre à fusil ou épines.

9 C’est pour ne pas empêcher cette résurrection que le banzi ne doit pas briser les os du coq en mangeant edika.

10 Le terme maganga désigne l’ensemble des objets rituels du Bwete.

11 Le pεngε, petit sac en fibres végétales porté à l’épaule, est un équivalent de la corbeille.

12 La corbeille doit d’ailleurs toujours être soulevée des deux mains, pour manifester qu’elle est lourde.

13 La transgression d’un interdit peut provoquer malheur et maladies. La détection rétrospective d’une transgression offre ainsi une alternative possible à l’étiologie sorcellaire de l’infortune.

14 Cette menace est renforcée par l’opinion répandue parmi les hommes, qui veut que la femme soit une sorte de vampire cherchant à aspirer leur force vitale, notamment au cours des relations sexuelles.

15 La prohibition sexuelle la plus importante concerne le cunnilingus qui représente la souillure maximale, conjonction de la bouche de l’initié et du sexe de la femme. L’analyse de cette proscription définitive est réservée au chapitre XI.

Table des illustrations

Légende Peau de la genette mosingi
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Paquet d’edika
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Deux tsombi
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540