Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le miroir et le crâne

 | 
Julien Bonhomme

Première partie. Banzi

Chapitre II. Une nuit de Bwete : l’organisation rituelle

Texte intégral

  • 1 Une cérémonie ne dure qu’une seule nuit et non trois comme c’est systématiquement le cas dans le B (...)
  • 2 Une veillée de Bwete Disumba diffère totalement d’une veillée de Bwete Misɔkɔ. Mais entre branches (...)

1Le Bwete est un travail répété que ponctue la succession des veillées cérémonielles qui durent toute une nuit, du coucher au lever du soleil sans interruption1. Ce travail rituel est également minutieux, ce qu’atteste la liturgie complexe d’une veillée ainsi que les amendes et réprimandes qui pleuvent à chaque entorse. Chaque communauté locale étant libre de « faire son Bwete » comme elle l’entend, de nombreuses variations rituelles existent cependant2. La description d’une veillée ordinaire de Bwete Misɔkɔ permet tout de même d’apprécier le sens général du travail rituel au-delà des variations locales. Les innombrables interprétations exégétiques données par les initiés à ces actions rituelles sont réservées à des chapitres ultérieurs – ordre de description ethnographique qui n’est pas différent de l’ordre de l’apprentissage initiatique : un cadet commence par participer au rituel avant d’en apprendre les significations de la bouche des aînés.

  • 3 Alors que les rites du Disumba sont souvent collectifs et parfois périodiques (par exemple, veillé (...)

2L’activité rituelle du Misɔkɔ est occasionnelle plutôt que périodique et concerne l’existence individuelle plutôt que la collectivité3. Les diverses occasions cérémonielles comprennent : une veillée initiatique pour un nouveau banzi, une veillée d’edika (étape suivant l’initiation au cours de laquelle le banzi mange un ragoût rituel), une veillée de motoba (étape suivant edika au cours de laquelle le banzi avale un esprit auxiliaire), une veillée de remise de bwete (au cours de laquelle le père initiateur remet à un initié un fétiche bwete), une veillée de mugongu ou lavage de Bwete (purification sacrificielle pour laver un malheur ou un décès), une veillée de coupure de corde (soins d’un malade), une veillée de mayaya (pour fêter un événement heureux ou donner une bénédiction). Quelle qu’en soit l’occasion, une cérémonie comporte un ensemble de séquences génériques inamovibles qui constituent la trame ordinaire du Bwete Misɔkɔ – les séquences spécifiques à chaque type de veillée venant simplement s’intercaler au cours de la nuit.

  • 4 En ville, le bwεnzε est par nécessité rabattu autour du corps de garde : appentis, petite case aux (...)
  • 5 Dans le Misɔkɔ, il arrive cependant parfois qu’une cérémonie, notamment une veillée de soins, se t (...)

3Le déroulement d’une veillée est scandé par l’alternance entre séquences secrètes et séquences publiques. Les premières ont lieu au bwεnzε (étendue débroussée en forêt à proximité du village, sommairement enclose par une barrière de feuilles) et réunissent les seuls initiés masculins qui se retirent en privé pour accomplir les manipulations rituelles les plus importantes et donc les plus secrètes4. Les secondes ont lieu au corps de garde (mbandja – on dit aussi ebanza ou tsapala) et comportent notamment les chants et danses exécutés devant l’assemblée des spectateurs profanes5. Ce corps de garde servait autrefois effectivement de poste d’observation défensive et était donc situé à l’extrémité du village. Aujourd’hui, il fait office de maison des hommes et de « temple » du Bwete. C’est un bâtiment rectangulaire d’environ huit mètres de long sur quatre mètres de large et deux mètres cinquante de haut, entièrement ouvert sur le devant (voir phot. 2 hors-texte). Les parois sont faites d’écorces fixées sur une ossature de bois. Le toit à deux pentes est recouvert de pailles et feuilles de palmier. Son avant est surbaissé par un auvent de feuilles manga (Sclerosperma mannii), cachant en partie les occupants et obligeant à se courber pour y pénétrer. La paroi postérieure est parfois percée sur sa gauche d’une ouverture formant passage. À l’intérieur, des bancs s’adossent aux deux parois latérales, tandis que les sièges des aînés sont disposés au fond.

  • 6 Il y a parfois des inversions selon les communautés, dans le Bwiti fang ou dans le Disumba – l’imp (...)

4Un poteau central, situé en fait sur l’avant du corps de garde, soutient le faîtage, palliant l’absence de paroi frontale. Ce poteau central (eεngo) au pied duquel sont enterrés des fétiches concentre toute la puissance du Bwete dans le mbandja. Il est décoré (peint au kaolin rouge et blanc, habillé de pièces de raphia ou de pagnes, serti de morceaux de miroir ou orné d’un crâne animal) et parfois sculpté d’une figure anthropomorphe (voir phot. 3 et 4 hors-texte). Toute l’orientation de l’espace rituel se fait par rapport à ce poteau central qui divise le corps de garde en deux côtés symétriques selon le point de vue absolu d’un initié situé à l’extérieur face à l’entrée. Le côté droit du mbandja est masculin, le côté gauche est féminin. On entre toujours par la droite, côté masculin, pour contourner le poteau central et ressortir par la gauche, côté féminin6.

Mbandja en construction

5Liturgie d’une veillée de Bwete Misɔkɔ (séquences génériques)

  • Installation des corbeilles (vers 18 h)
  • Arrivée des initiés
  • Prise d’eboga
  • Offrandes
  • Séquence introductive de la circulation des objets rituels (vers 22 h)
  • Invocation masculine mwago
  • Invocation féminine mosema
  • Bain purificateur mososo
  • Habillage
  • Rentrée du Bwete (vers 1 h)
  • Accueil des esprits mikuku
  • Début de la consultation
  • Danse des nganga (vers 3 h)
  • Danse des mabundi (vers 5 h)
  • Danse de consultation des mibele (vers 6 h)
  • Danses finales
  • Séquence conclusive tsobula (vers 8 h)
  • Déshabillage
  • Repas
  • Réunion au bwεnzε (vers 11 h)

Préliminaires

6À la tombée de la nuit, les femmes disposent les corbeilles des initiés (contenant leurs ritualia) au corps de garde, en les portant solennellement à deux mains comme si elles pesaient lourd. Chaque corbeille est placée sur les nattes qui occupent tout le pourtour de l’espace central, en face de la place occupée par son propriétaire. Plus rarement, les corbeilles sont toutes disposées ensemble sur un carré de nattes vers le fond du mbandja. La première disposition souligne l’individualisme du Misɔkɔ : chaque initié vient avec son propre « bagage » rituel. La seconde respecte davantage le communautarisme du Disumba : tous les ritualia concourent indistinctement à la force de la veillée. Une fois les corbeilles installées, l’espace intérieur du corps de garde devient le geliba (ou gediba), c’est-à-dire qu’il est désormais sacré. Ainsi, quand la veillée a lieu dans une maison particulière, l’espace domestique devient espace rituel dès lors que les corbeilles sont posées sur les nattes. Au son des appels de la corne getsika mbudi (corne du sitatunga mbudi, Tragelaphus spekei), les initiés arrivent progressivement, par petits groupes. Le nouvel arrivant se déchausse, salue l’assemblée d’un vigoureux « bwεkaye ! » (la formule rituelle du salut), donne son kombo (nom initiatique), puis choisit sa place derrière le geliba en fonction de son rang dans le Bwete.

  • 7 Ce chapitre décrit une veillée mixte, bien que certaines communautés du Misoko maintiennent l’excl (...)
  • 8 Malgré cela, il subsiste toujours des flottements dans la hiérarchie (présence d’initiés étrangers (...)

7Cette spatialisation hiérarchique obéit à deux règles simples (voir schéma infra). D’une part, une division sexuelle : un initié nganga s’assied du côté droit donc masculin du corps de garde, une initiée mabundi du côté gauche féminin7. D’autre part, un principe d’aînesse initiatique. Les relations entre initiés sont en effet régies par une hiérarchie fondée sur la parenté initiatique. L’initiateur est un père (tεta) pour ses initiés. La mère des banzi est une figure mythique : c’est le Bwete lui-même, à travers les figures maternelles que sont Disumba, Myɔbε ou Ngɔndε (dénominations éponymes des diverses branches initiatiques). Tous les initiés d’un même père initiateur sont germains ; et par extension, tous les initiés d’une même branche, voire du Bwete, le sont également. Entre eux, les rapports sont réglés par un principe d’aînesse initiatique : celui qui a été initié avant l’autre est l’aîné et est appelé grand frère (yaya). Les plus anciens des aînés sont appelés les « vieux », le père initiateur entrant naturellement dans cette catégorie. Cet ordre de la parenté initiatique se traduit directement dans la hiérarchie spatiale du corps de garde. Le père initiateur est assis sur un fauteuil en bois au fond du mbandja. À sa gauche, l’aîné des initiés puis son cadet immédiat et ce, jusqu’au benjamin des banzi qui se trouve proche de la sortie, le plus éloigné du père initiateur. Les femmes mabundi s’assoient selon une symétrie latérale : l’aînée est située la plus au fond le long du côté gauche, ses cadettes se répartissant de proche en proche à sa droite8.

8Assis à sa place avec ses affaires du Bwete devant lui, l’initié est désormais « posé » au geliba, son Bwete y étant « assis ». Il y a alors certaines règles à respecter sous peine d’amendes : ne pas somnoler, ne pas s’adosser ou reposer sa tête entre ses mains, ne croiser ni les jambes ni les bras (sous peine de bloquer le Bwete), ne pas piétiner par inadvertance les pieds d’un voisin, ce qui constituerait une agression sorcellaire minimale (l’excuse rituelle consiste à se joindre mutuellement les auriculaires pour former un maillon de chaîne rétablissant la solidarité).

9Toute la partie avant la séquence rituelle introductive se déroule sur un rythme décousu, plein de temps morts. S’il y a lieu, les aînés se retirent au bwenze pour accomplir les séquences spécifiques d’edika, motoba, mugongu ou de coupure de corde. Au mbandja, les premiers chants et morceaux musicaux sont lancés. L’arc musical à résonateur buccal mongɔngɔ est l’instrument majeur du Misɔkɔ (alors que la harpe ngɔmbi est l’instrument dominant du Disumba). Les autres instruments comprennent tambours à membranes, corne d’appel getsika, sonnailles et grelots, hochet musical sokε, baguettes entrechoquées, tringle sonore bakε, percussions en bambou creux et cloche kendo.

10Le père initiateur distribue une pincée de râpures d’écorces d’eboga à chaque initié et parfois même aux spectateurs. Cette petite dose doit permettre aux initiés d’avoir le corps « léger » pour danser toute la nuit (l’eboga est un tonique) et de « réveiller leur Bwete » pour être vigilants contre les sorciers et obtenir de bonnes visions (l’eboga est un stimulant de la vigilance). Il y a toutefois une quantité limite d’eboga à ne pas dépasser au cours d’une veillée afin de ne pas empêcher l’exécution d’un travail rituel réglé : en aucun cas l’initié ne doit se retrouver dans l’état de confusion du banzi qui mange le bois sacré le jour de son initiation.

  • 9 On donne la bénédiction en soufflant ou crachant dans les mains ou sur la tête (bénédiction se dit (...)

11Cette partie préliminaire est le temps des offrandes rituelles entre initiés (« poser le Bwete » ou « poser les mikuku [esprits] »). Le donateur, à genoux, présente à son donataire une offrande symbolique – on donnera ainsi une pièce de 25 francs CFA en affirmant que ce sont des millions – et obtient en contrepartie une bénédiction9. Ces offrandes circulent généralement des cadets vers les aînés, réaffirmant ainsi le respect de la séniorité et la soumission aux anciens. C’est pourquoi, malgré les montants dérisoires, ce geste rituel réitéré en maintes occasions (enseignement initiatique, visites) est l’un des plus importants du Bwete.

Organisation spatiale d’une veillée

Séquence introductive

12Après le discours du père initiateur exposant les motifs de la veillée, la première séquence d’importance peut alors commencer vers dix heures : la circulation d’objets rituels parmi tous les initiés, séquence appelée « poser le Bwete » comme pour une simple offrande. Cette séquence marque le début véritable du travail rituel, puisque les initiés enchaînent une série d’actes qui les obligent à collaborer tous ensemble, coopération harmonieuse dont dépend directement le succès de la veillée. Un premier stade est ainsi franchi dans le sérieux exigé par l’entreprise collective : chacun doit être à sa place derrière le geliba, prêt à accomplir sa part du travail.

  • 10 Il s’agit, non du père initiateur qui observe la cérémonie depuis son fauteuil, mais d’un jeune ho (...)

13Brandissant la torche mopitu, le bénéficiaire de la veillée tend un à un les objets rituels au nganga chargé de diriger la cérémonie ce jour-là, tandis que ce dernier lance la chanson correspondante et accomplit les gestes rituels appropriés10. L’objet est ensuite transmis, toujours de la main droite, au benjamin des banzi qui exécute les mêmes gestes avant de le passer à son voisin. L’objet circule ainsi de proche en proche jusqu’au père initiateur puis passe aux femmes mabundi avant d’être rendu au dirigeant de la veillée. Au final, tous les objets auront circulé parmi tous les initiés. Cette chaîne instaure donc bien un collectif solidaire et néanmoins différencié, puisque l’ordre de transmission procède selon l’ordre hiérarchique.

  • 11 Au cours de la veillée, les offrandes seront d’abord déposées dans l’assiette de sel avant d’être (...)

14Le premier de ces objets est une aiguille, le geste consacré consistant à se piquer la langue avec. La chanson et la symbolique gestuelle associent l’aiguille (ndongo) à la parole divinatoire qui « pique » et tombe toujours juste. Le second objet est une bougie allumée, le geste consistant à passer la flamme devant ses yeux. Cette lumière est associée à la clairvoyance des initiés qui démasque les sorciers. Le troisième objet est un billet de banque, le geste consistant à porter le billet à la bouche, puis à le frotter contre ses jambes et ses flancs, avant de l’agiter devant soi. Ce geste, accompli à chaque offrande reçue, attire à soi la réussite matérielle. Le quatrième objet est du tabac, et le geste consiste à souffler un peu de fumée sur sa corbeille rituelle afin d’activer la puissance des ritualia et réjouir les esprits mikuku. Le cinquième objet est une série de boissons (soda, bière, « petit vin ») et le geste consiste à feindre de boire au goulot, la boisson étant une rétribution du Bwete aux initiés. Le sixième objet est du sel passé dans une assiette et dont les initiés portent une pincée à la bouche. Le sel symbolise la richesse (c’était autrefois une denrée précieuse, circulant depuis la côte jusque loin dans l’intérieur des terres) mais aussi une protection contre les sorciers11.

Invocations

  • 12 Il existe en réalité deux types d’invocations masculines, souvent mal distinguées : le mwago et le (...)

15Annonçant le mwago, les appels de la corne getsika redoublent pour appeler les esprits. Puis, chacun des initiés pousse à tour de rôle un long murmure interrompu par un coup de glotte. L’orateur masculin, maquillé pour l’occasion, entame alors son invocation, la flamme de la torche mopitu lui faisant face afin de lui procurer le courage nécessaire. Dans la branche du Myɔbε, ce mwago s’étire en une sorte de longue lamentation mi-parlée michantée. Dans la branche du Ngɔndε, réputée pour ses rythmes frénétiques, l’invocation est exécutée à une cadence haletante. Le mwago est un appel aux ancêtres pour qu’ils viennent seconder les vivants le temps de la veillée – d’où la récurrence au milieu des couplets de formules comme « yagagayi ! » (« venez ! ») ou « kɔkɔ dyano, ngongo dyano ! » (demande respectueuse d’intercession). Sont évoqués « tous les aïeux qui sont passés avant nous dans le Bwete » : pères initiateurs défunts, fondateurs légendaires et personnages mythiques. Pour l’initiation d’un banzi, le mwago sert également à présenter aux ancêtres le nouveau venu dans le Bwete et les raisons de son initiation12.

  • 13 La gémellité représentant le comble bénéfique de la fécondité féminine.

16Lorsque l’orateur a fini, les autres initiés font à tour de rôle une invocation beaucoup plus brève, les moins experts se bornant à appeler « Bangooo ! » (synonyme énigmatique du Bwete). Une série de chansons et une bénédiction collective viennent clore la séquence. C’est alors au tour des femmes mabundi de faire leur invocation appelée mosema. Il s’agit d’une série de chants rythmés par le petit tambour à membrane mokiki, frappé à l’aide d’une baguette et d’usage strictement féminin. Chaque chanson est bissée par une seconde initiée afin d’évoquer la gémellité, thème dominant dans la branche des mabundi13.

Bain et habillage

  • 14 Le seau purificateur comprend écorces, sel, jus des feuilles mukwisa (savon indigène utilisé notam (...)
  • 15 Jusqu’à présent, ils étaient torse et pieds nus, vêtus d’un pagne simplement noué à la taille.

17Bénéficiaire de la veillée en tête, les initiés masculins partent ensuite au bwεnzε (site secret en brousse) pour le bain mososo qui sert à la fois à laver les pollutions qui risqueraient de souiller le Bwete (notamment celle des relations sexuelles) et à se protéger contre les agressions sorcellaires14. Un conciliabule se tient ensuite afin de se répartir le travail rituel de la veillée : choix des trois premiers danseurs parmi les cadets à éprouver (le premier étant normalement le bénéficiaire de la veillée) et des trois derniers parmi les aînés expérimentés (danse de consultation). Les initiés vont après cela s’habiller et se maquiller pour les danses15. Cet accoutrement manifeste que, lors d’une veillée de Bwete, les initiés ne sont plus les personnes qu’ils étaient dans le monde diurne et profane.

  • 16 L’habillage est méticuleux : si une pièce du costume venait à tomber au cours d’une danse, il faud (...)

18L’accoutrement minimal d’un nganga comprend un pagne de coton noué à la taille et passé dans l’entrejambe, une pièce de raphia tissé portée de la même manière, une peau de genette mosingi pendant entre les jambes, ainsi qu’une plume rouge de perroquet piquée dans les cheveux au-dessus du front16. Tout le corps est en outre badigeonné de kaolin blanc pεmba. La plupart des nganga ajoutent à cet accoutrement de base de nombreux atours : autres pièces de raphia pendant à la taille, bracelets de raphia non tissé aux bras et aux jambes, grelots pour être le plus sonore possible en dansant, folioles de palmier glissées à la ceinture, colliers de coquillages ou de crocs de panthère, couvre-chefs de raphia ornés de cauris ou de frag ments de miroir ou diadèmes de plumes (voir phot. 11 hors-texte). À ce costume, il faut encore ajouter tous les fétiches bwete en bandoulière ou en sautoir, cannes sculptées mopango, chasse-mouches kombo en fibres de raphia ou en poils d’éléphant ou de buffle, etc. Plus un initié est âgé dans le Bwete, plus richement il sera vêtu. Certaines parures sont réservées à certains grades (par exemple, canne et peau de panthère pour les pères initiateurs). Le code du maquillage est strict : un banzi ne se badigeonne qu’au kaolin blanc ; il faut avoir avalé motoba pour tracer un trait rouge du nombril à la bouche ; il faut posséder l’herminette kwεto pour porter un trait rouge aux lèvres ; il faut avoir traversé le Bwete pour posséder un maquillage corporel et facial plus élaboré (composition individuelle de points et de traits, blancs, rouges, ocre et noirs).

19L’accoutrement des femmes mabundi, qui sont allées s’habiller à part, est un peu moins chargé que celui des hommes : pagne brodé, rouge, blanc et noir, noué autour de la poitrine, trois tresses « civils » (collées le long de la tête), orné par une plume rouge de perroquet d’un côté et une plume de pintade kanga de l’autre, colliers de perles multicolores en sautoir et en bandoulière, grelots ou raphia non tissé à la ceinture, hochet soke, couteau ou sabre de bois. Le front est maquillé au kaolin rouge ainsi que la tresse centrale, un point de kaolin blanc est ajouté au milieu des sourcils.

20Ainsi habillés et maquillés, nganga et mabundi méconnaissables se sont métamorphosés en véritables esprits mikuku. La pénombre, la fatigue et les effets de l’eboga aidant, il n’est d’ailleurs pas difficile de prendre ces initiés accoutrés de peaux, plumes et feuilles pour d’étranges entités mi-animales mi-végétales. Ils sont alors prêts à entamer la partie décisive de la veillée, celle des danses.

La rentrée du Bwete

  • 17 Cette grosse torche cylindrique posée au sol a été allumée au début de la séquence et brûlera sans (...)

21Autour d’une heure du matin, le rythme effréné des tambours a débuté à l’intérieur du mbandja. En file indienne serrée, premier danseur en tête, tous les initiés dansant et chantant quittent le bwεnzε pour rejoindre le corps de garde. La file des initiés s’enroule en spirale à l’intérieur du mbandja pour converger vers la torche centrale itsamanga17 en un cercle compact oscillant à l’unisson en une sorte de houle centripète. Cette séquence marque l’ouverture de la phase décisive de la cérémonie et revêt une importance rituelle considérable : les initiés sont allés chercher les esprits mikuku et le Bwete au bwenze (en brousse) pour les faire rentrer avec eux au mbandja (au village) – d’où le nom de la séquence. S’asseyant de nouveau au geliba (l’espace intérieur du corps de garde), les initiés « font asseoir le Bwete » parmi eux, comme on fait asseoir un chef coutumier sur le siège kwanga lors de son intronisation. Avec la rentrée du Bwete, un nouveau stade est ainsi franchi dans l’implication collective : la houle compacte des initiés massés autour du feu est bien le climax collectif de la veillée, climax qui se maintient sur un plateau pour décroître lentement jusqu’au matin.

22Après avoir fait rentrer le Bwete et les esprits mikuku, il faut encore les accueillir dignement. Avec son chassemouches, un initié balaie le sol du corps de garde au son de la chanson « vengo, vengo » (« dehors, dehors » – sous-entendu la saleté, les sorciers) : c’est la séquence mogɔmbo (litt. « balayer »). Il entonne ensuite la chanson « samba ο samba » (litt. « bienvenue ») et fait le tour de l’assemblée dont il badigeonne mains ou coudes d’une pommade servant à anéantir toute attaque sorcellaire. Il jette ensuite de la poudre de kaolin blanc tout autour de l’étendue centrale du corps de garde, afin de délimiter l’espace des danses et de le protéger des sorciers.

La rentrée du Bwete

Début de la consultation

23Les nganga invitent ensuite les spectateurs qui souhaitent recevoir la consultation divinatoire (ordinairement une à trois personnes par veillée) à se faire connaître et à payer leur écot. Le nganga choisi pour la divination se fait passer aiguille et bougie, puis demande au patient son nom ainsi que ceux de son père et de sa mère. Le patient doit se présenter de face puis de dos, afin de ne rien cacher de sa vie au nganga. On lui demande alors d’aller se rasseoir, la consultation proprement dite n’ayant lieu qu’au matin. Mais lors de leurs danses, les nganga pourront déjà concentrer leur puissance de clairvoyance sur ces cas.

Danse des nganga et des mabundi

  • 18 Cette danse extrêmement rapide, appelée mwεnge, est caractéristique du Misoko Ngɔndε. Dans le Miso (...)

24Autour de trois heures, après une brève invocation, les trois premiers danseurs – les trois nganga – vont sortir danser. La torche mopitu à ses pieds, flamme dirigée vers la sortie afin de lui montrer le chemin, le premier nganga empoigne un chasse-mouches et des rameaux de mabunza qu’il secoue frénétiquement tout en bousculant furieusement la tête. Il entonne alors une chanson reprise en chœur, saisit la torche et se lève pour danser devant le feu central itsamanga, courant frénétiquement sur place en secouant violemment la torche devant lui18. Le danseur va ensuite prendre la bénédiction du père initiateur – et s’il s’agit d’une veillée de remise de bwete, c’est à ce moment que celui-ci lui remet son nouveau fétiche – puis sort du corps de garde pour aller jusqu’au bwεnzε chercher les mikuku (sous-séquence de la « sortie en dibadi »). Après avoir invoqué « Bangooo ! » face à l’entrée, il rentre au mbandja et danse un moment avant de saluer l’assemblée d’un vigoureux « bwεkaye ! » Il tend enfin à la femme qui l’avait remplacé à sa place au geliba (sa propre épouse ou une initiée mabundi) la torche qu’elle éteint avec un rameau de mabunza.

Balayage rituel mogɔmbo

25Les deux autres nganga accomplissent à la suite leur tour de danse selon la même chorégraphie. Les trois danseurs enchaînent enfin une longue série de danses, danses lentes au son de l’arc musical ou danses rapides au son des tambours, puis vont rejoindre leur place au geliba, épuisés par l’effort. Les autres initiés masculins vont ensuite danser à tour de rôle, selon l’ordre hiérarchique inversé. Sans sortir du mbandja ni brandir la torche, ils peuvent faire étalage de figures acrobatiques (voltes mobisa), rivalisant d’agilité en sortant leurs « bottes secrètes ». Reprenant les analyses de V. Turner sur la communitas, J.W. Fernandez fait du sentiment de communion (oneheartedness) l’objectif principal du rituel du Bwiti fang (Fernandez 1982 : 532-564). Dans le Misɔkɔ, l’expression de la solidarité du groupe initiatique est pourtant tempérée par des séquences où rivalité et agressivité trouvent à s’exprimer. Ainsi ces danses masculines qui peuvent aller jusqu’à prendre une connotation sorcellaire, lorsque des nganga malintentionnés lancent à leurs rivaux des « fusils nocturnes » afin de les faire chuter en public.

  • 19 Ce type de danse se retrouve dans la plupart des sociétés initiatiques féminines au Gabon (Nyεmbε, (...)

26Arrive ensuite le tour de danse des femmes, après une nouvelle invocation. Les deux aînées, tenant un petit miroir, du kaolin rouge, un couteau ainsi qu’une torche mopitu, sortent du mbandja en dansant de manière synchronisée. Elles rentrent pour faire le tour de l’assemblée et marquer au kaolin rouge spectateurs et initiés, au poignet pour les femmes, à la cheville pour les hommes, d’une large croix sur la poitrine pour les pères de jumeaux. Les autres mabundi vont ensuite danser en duos au milieu de l’espace central, brandissant un petit couteau et le hochet soke. Cette danse, moins rapide et acrobatique que celle des hommes, consiste en déhanchements vigoureux (rythme appelé mademba)19.

Danse de consultation

27C’est ensuite au tour des « vieux » d’effectuer la danse de consultation (danse des mibele) autour de six heures. Ces trois ou quatre aînés, dont le père initiateur, sont richement vêtus et arborent d’impressionnants visages mouchetés ou zébrés de rouge, de blanc et de noir. Leur danse, alternant figures acrobatiques et moments de pose affectée, ressemble à celle des trois premiers nganga en plus démonstratif. La danse des deux derniers mibele possède en outre une fonction divinatoire. Brandissant torche, miroir de consultation et kaolin (blanc pour l’avant-dernier mobele, rouge pour le dernier), ils parcourent l’assemblée et consultent chacun au passage en lui traçant sur le corps des marques de kaolin. Ces signes divinatoires possèdent une signification précise selon leur localisation corporelle. À ses co-initiés, le mobele fait généralement un signe de bonheur. Aux spectateurs, qui sont tous des malades potentiels pour un nganga, il fait plutôt des signes d’infortune – ceux qui avaient précédemment demandé à se faire consulter faisant l’objet d’une attention particulière. Les interprétations orales de ces signes attendront toutefois le matin.

Séquence conclusive

  • 20 De même, il faut attendre le soir pour se laver, car sueur et crasse de la veillée portent chance.

28Après un ultime tour de danse, il est temps de clore la veillée car, dehors, le soleil est déjà levé (séquence tsobula Bwete – litt. « terminer le Bwete »). Réunis en cercle autour de la torche centrale, les initiés, mains tendues et paumes ouvertes, reçoivent la bénédiction collective d’un aîné qui se lance dans un long récitatif alternant chants et discours. Quand tout est dit, la grosse torche itsamanga est éteinte à l’aide d’un bouquet de mabunza au son de la formule « etsobu-tsobu » (« c’est fini »). Les initiés sortent alors un instant contempler les premiers rayons du soleil. Le premier nganga salue une dernière fois par un « bwεkaye ! » auquel tout le monde répond « haaayye ! » : la veillée est finie. Les initiés peuvent alors se dévêtir et, avec les spectateurs profanes, profiter ensemble du repas servi au corps de garde dans une atmosphère désormais détendue et informelle. Au fur et à mesure de la matinée, les initiés s’en vont progressivement, sans se retourner ni saluer l’assemblée pour ne pas rendre la bénédiction du Bwete20.

Réunion au bwεnzε

  • 21 Le bwεnzε désigne d’abord le lieu où les initiés accomplissent les séquences rituelles secrètes, m (...)

29La matinée est consacrée au bwεnzε, réunion privée qui peut se poursuivre jusque tard dans la journée21. Sa partie semi-publique (avec des profanes) comprend l’achèvement de la consultation avec les patients, ainsi que les conseils et la bénédiction donnés au bénéficiaire de la veillée et à ses parents. Sa partie privée (entre initiés) consiste à tirer les enseignements de la veillée et à prolonger l’instruction initiatique des cadets (concernant les multiples significations secrètes des séquences rituelles). Les amendes pour infractions rituelles pleuvent et les palabres entre initiés ne manquent jamais. En effet, la solidarité de façade est de mise pendant la veillée : lorsqu’une dispute menace d’éclater, l’aîné s’exclame « base ! » sur un ton impératif jusqu’à extorquer au cadet un autre « base ! » en réponse. Cela ne signifie pas que ce dernier approuve, mais seulement qu’il accepte de reporter la discussion au bwεnzε du matin. Ce « base ! » forcé sert ainsi à faire référence au contexte contraignant du rituel afin d’éviter de le mettre en péril par un acte non-pertinent. Si le mbandja est le théâtre public où s’exprime la solidarité officielle entre initiés, le bwεnzε est donc le lieu privé de gestion des conflits.

Notes

1 Une cérémonie ne dure qu’une seule nuit et non trois comme c’est systématiquement le cas dans le Bwiti fang. Une cérémonie importante peut cependant être dédoublée en deux veillées successives (une première veillée propitiatoire, appelée « veillée de mwago », permettant d’assurer le bon déroulement de la seconde).

2 Une veillée de Bwete Disumba diffère totalement d’une veillée de Bwete Misɔkɔ. Mais entre branches du Misoko et même entre communautés d’une même branche, les variations rituelles existent également.

3 Alors que les rites du Disumba sont souvent collectifs et parfois périodiques (par exemple, veillée pour les travaux de saison sèche).

4 En ville, le bwεnzε est par nécessité rabattu autour du corps de garde : appentis, petite case auxiliaire ou pièce de l’habitation.

5 Dans le Misɔkɔ, il arrive cependant parfois qu’une cérémonie, notamment une veillée de soins, se tienne au domicile d’un particulier, dont la pièce commune est alors dégagée pour l’occasion.

6 Il y a parfois des inversions selon les communautés, dans le Bwiti fang ou dans le Disumba – l’important étant de toute façon l’existence d’une division latérale porteuse de significations (Mary 1999).

7 Ce chapitre décrit une veillée mixte, bien que certaines communautés du Misoko maintiennent l’exclusion des femmes. Pour se faire une idée d’une veillée exclusivement masculine, il suffit de retrancher les séquences féminines et d’imaginer le côté gauche également occupé par les nganga.

8 Malgré cela, il subsiste toujours des flottements dans la hiérarchie (présence d’initiés étrangers ou d’invités d’honneur, décalage entre aînesse et étapes initiatiques franchies), ce qui entraîne immanquablement des luttes de placement entre nganga.

9 On donne la bénédiction en soufflant ou crachant dans les mains ou sur la tête (bénédiction se dit littéralement « salive », matε). On peut aussi prendre la bénédiction en étreignant les flancs et en glissant les mains dessus comme pour attirer à soi le pouvoir contenu dans le ventre. Dans tous les cas, le sens du geste est le même : donner la bénédiction, c’est transmettre le pouvoir fécondant du souffle vital qui réside à l’intérieur du corps.

10 Il s’agit, non du père initiateur qui observe la cérémonie depuis son fauteuil, mais d’un jeune homme vigoureux, habile pour les danses et versé en liturgie.

11 Au cours de la veillée, les offrandes seront d’abord déposées dans l’assiette de sel avant d’être touchées par le donataire, afin d’éviter les mauvais sorts cachés à l’intérieur (les dons étant toujours potentiellement empoisonnés).

12 Il existe en réalité deux types d’invocations masculines, souvent mal distinguées : le mwago et le buluma. Le buluma, plus bref, brode sur des thèmes cynégétiques et devait donc être à l’origine une invocation préparatoire à une expédition de chasse. Aujourd’hui, il vaut plutôt comme invocation préparatoire à la consultation, chasse et divination étant symboliquement associées.

13 La gémellité représentant le comble bénéfique de la fécondité féminine.

14 Le seau purificateur comprend écorces, sel, jus des feuilles mukwisa (savon indigène utilisé notamment pour la toilette intime des femmes).

15 Jusqu’à présent, ils étaient torse et pieds nus, vêtus d’un pagne simplement noué à la taille.

16 L’habillage est méticuleux : si une pièce du costume venait à tomber au cours d’une danse, il faudrait payer une amende (notamment pour la peau de mosingi qui symbolise le pénis).

17 Cette grosse torche cylindrique posée au sol a été allumée au début de la séquence et brûlera sans interruption jusqu’au matin.

18 Cette danse extrêmement rapide, appelée mwεnge, est caractéristique du Misoko Ngɔndε. Dans le Misoko Myɔbε, la danse est plus lente, l’initié tournant autour du feu central.

19 Ce type de danse se retrouve dans la plupart des sociétés initiatiques féminines au Gabon (Nyεmbε, Ombudi, etc.).

20 De même, il faut attendre le soir pour se laver, car sueur et crasse de la veillée portent chance.

21 Le bwεnzε désigne d’abord le lieu où les initiés accomplissent les séquences rituelles secrètes, mais aussi par extension métonymique toute réunion privée entre initiés.

Table des illustrations

Légende Mbandja
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Mbandja en construction
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Organisation spatiale d’une veillée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Nganga
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Mabundi
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende La rentrée du Bwete
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Balayage rituel mogɔmbo
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8063/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540