Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le miroir et le crâne

 | 
Julien Bonhomme

Note sur la transcription des termes vernaculaires

Texte intégral

  • 1 « Alphabet scientifique des langues du Gabon », Revue gabonaise des sciences de l’homme, n° 2, 1990

1Pour la transcription des termes vernaculaires, j’utilise l’Alphabet scientifique du Gabon, élaboré à partir de l’Alphabet phonétique international par le Laboratoire universitaire de la tradition orale (Université de Libreville)1. Font exception les toponymes et les noms propres dont la transcription écrite courante provient du français. La notation des tons est en outre délibérément omise.

  • 2 Les langues vernaculaires différencient les termes désignant le collectif pluriel de l’ethnie (Mits (...)

2Je donne ci-dessous l’alphabet phonologique du getsɔgɔ (groupe linguistique mεmbε, groupe B30 dans la classification des langues bantu de Guthrie) qui constitue la base de l’idiome rituel du Bwete2.

3Getsɔgɔ :

4– Voyelles : i, e, ε, a, ɔ, o, u

5– Consonnes : b, d, g, k, m, n, p, s, t, v, z

6– Semi-voyelles : w, y

7– Règles particulières de réalisation phonétique :

8v → [β] (fricative bilabiale sonore)

9ny → [ɲ] (nasale dorso-palatale)

10ts → [ts] ou [tʃ] en variante libre

11n → [ŋ] devant/g/, [n] partout ailleurs

12z →/z/ne se rencontre qu’après/n/sous la forme/nz/réalisée [nz] ou [nƷ] en variante libre

  • 3 On note l’absence des phonèmes /l/ et/r/, présents dans des langues voisines du même groupe linguis (...)

13g → [g] après/n/, [γ] (fricative vélaire sonore) partout ailleurs3.

14Le Gabon compte, selon les auteurs, entre 37 et 62 langues différentes qui relèvent toutes de la famille linguistique bantu (à l’exception de la langue des pygmées Baka du Nord Gabon qui appartient au groupe oubanguien). Le français étant la seule langue véhiculaire à l’échelle nationale, nombre de propos rapportés dans ce travail m’ont ainsi été livrés dans cette langue.

  • 4 Mais, ni l’inventaire des langues et ethnies, ni leur appariement en groupes homogènes ne font l’ob (...)

15Cette carte mentionne les ethnies principales du Gabon et les zones de l’enquête de terrain. Elle distingue également les trois groupes ethnolinguistiques les plus cités dans cet ouvrage. Le groupe mεmbε regroupe les six ethnies Mitsɔgɔ, Gapinzi, Bavove, Baviya, Simba, Bakande (groupe B30 dans la classification des langues bantu de Guthrie) et correspond à l’entité administrative Kande-Tsogo. Le groupe mεryε regroupe les Masangu, Bapunu, Gisira, Bavungu, Balumbu, Bavarama, Ngubi (groupe B40 de Guthrie) et correspondent à l’entité administrative Sira-Punu. Le groupe myεnε regroupe les Galwa, Mpongwε, Orungu, Nkomi, Adyumba, Enenga (groupe B10 de Guthrie)4. Sur une population nationale d’un million d’habitants, les Kande-Tsogo représentent 3 à 4 %, les Sira-Punu 34 %, et les Myεnε 5 à 6 %. Cette carte donne à voir le territoire traditionnel d’une ethnie, territoire qui ne correspond pas exactement aux zones effectives de peuplement du fait des mouvements migratoires et de l’urbanisation.

Notes

1 « Alphabet scientifique des langues du Gabon », Revue gabonaise des sciences de l’homme, n° 2, 1990.

2 Les langues vernaculaires différencient les termes désignant le collectif pluriel de l’ethnie (Mitsɔgɔ), un locuteur singulier (motsɔgɔ) et sa langue (getsɔgɔ).

3 On note l’absence des phonèmes /l/ et/r/, présents dans des langues voisines du même groupe linguistique. Le yipunu ou le yisangu (groupe mεryε) font également usage des phonèmes /f/ et /j/.

4 Mais, ni l’inventaire des langues et ethnies, ni leur appariement en groupes homogènes ne font l’objet d’un consensus (Idiata 2002).

Table des illustrations

Titre CARTES DU GABON
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/8059/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540