Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Appendice II. Le champ d’essais du riziculteur1

Texte intégral

  • 1 Cf. « Amélioration génétique et fumure du riz en Italie, aux Indes, à Ceylan et en Indochine. La m (...)

1Le riziculteur qui s’intéresse à son métier doit rechercher lui-même les améliorations qui conviennent le mieux à son exploitation. C’est à son intention que nous indiquons les précautions à prendre pour réaliser, sans trop de peine, des expériences valables, sur les résultats desquels il pourra s’appuyer.

2En principe, il vaut mieux ne pas aborder trop de problèmes à la fois, mais en étudier un ou deux convenablement, au lieu d’en effleurer plusieurs sans pouvoir tirer de conclusions.

3En deuxième lieu, la rizière de même fertilité en tous ses points, le champ homogène n’existe pas : il n’y en a que de plus ou moins hétérogènes. Aussi un essai doit-il être répété sur plusieurs petits champs placés côte à côte : l’influence des variations de fertilité sera atténuée et la moyenne des résultats obtenus aura plus de valeur. Ainsi pour étudier l’effet sur le rendement en riz d’un fertilisant (fumier, engrais vert ou engrais chimique), il ne suffit pas d’en mettre sur une parcelle et de comparer le rendement obtenu à celui de la parcelle voisine non fumée : la différence de fertilité entre les deux parcelles pouvant être supérieure à l’effet du fertilisant. On comparera la moyenne de rendement de quatre ou cinq parcelles fumées de la même façon à la moyenne de rendement de quatre ou cinq parcelles non fumées.

4En outre, pour mesurer l’effet d’un facteur sur la production, il faut le faire varier seul, tous les autres restant constants, dans la mesure du possible. Ainsi dans la recherche de la meilleure variété, la préparation du sol, la fumure, l’alimentation en eau, etc. devront être rigoureusement les mêmes pour tout le champ d’essai. Si l’on étudie l’influence d’une fumure, tout le champ sera cultivé avec la même variété, les mạ ayant été tous préparés dans les mêmes conditions, si possible dans la même pépinière.

5Le champ d’essais ne devra pas être situé trop près d’un village, ni le long d’un sentier passant, pour éviter les déprédations des animaux : volailles, chiens, et surtout bœufs ou buffles. Il devra être cependant d’accès facile pour qu’on puisse aller le voir souvent. On confiera l’exécution de toutes les opérations culturales à un ouvrier consciencieux et intelligent. Le champ d’essais sera, autant que possible, à l’abri des aléas hydrauliques : assez haut pour ne pas être inondé, près d’un point d’eau permanent pour éviter la sécheresse. En tout cas, l’ensemble du champ sera à peu de chose près au même niveau pour que les opérations culturales et le développement de la plante s’effectuent partout dans les mêmes conditions. On ne pourrait comparer les résultats obtenus dans deux parcelles voisines dont l’une aurait été labourée après dessiccation, l’autre ayant toujours été submergée. Nous allons distinguer deux catégories d’essais, suivant qu’on sépare ou non les parcelles unitaires d’expérience par des diguettes étanches.

ESSAIS OÙ LES PARCELLES UNITAIRES NE SONT PAS SÉPARÉES PAR DES DIGUETTES

6C’est le cas pour la recherche des meilleures variétés de riz ou de l’influence des différentes façons culturales (nombre, époques et conditions des labours, hersages, binages, etc.). On prendra une seule parcelle d’assez grandes dimensions (vingt à quarante ares, soit cinq à dix sào, ou même plus) pour pouvoir y loger l’ensemble des essais. On choisira une parcelle homogène, bien nivelée depuis plusieurs années, éliminant celles qui auraient été constituées récemment par la réunion de plusieurs autres. Dans tous les cas le nivellement sera si bien fait que toutes les parties du champ seront recouvertes de la même hauteur d’eau, facteur essentiel d’un développement homogène du riz.

7Pour les essais de variétés, on délimitera à l’intérieur du champ uniformément labouré et hersé quatre ou cinq fois autant de parcelles élémentaires qu’il y a de variétés à comparer (par exemple, vingt-quatre ou trente parcelles pour six variétés). Ces parcelles seront de préférence en forme de rectangle allongé et auront chacune une surface comprise entre 20 et 50 m2. Pour 20 m2, on pourra adopter par exemple 10 x 2 m et pour 50 m2 :15 x 3,3 m ou 20 x 2,5 m, la plus grande longueur d’un élément étant calculée de telle façon qu’on en puisse loger deux, trois, quatre ou cinq bandes dans la largeur du champ. Les parcelles sont délimitées côte à côte sans intervalle et aboutissent à plus de 1 m de la diguette limitant le champ, dont les abords sont toujours soumis à un régime particulier.

8La figure 38 indique un exemple de disposition. Elle montre qu’une même variété (A, B, C, D ou E) est repiquée en des endroits assez différents pour que la moyenne des résultats ait plus de valeur. Parmi ces variétés figurera nécessairement celle que l’on cultive couramment au voisinage du champ d’essais, et c’est à elle qu’on rapportera les autres résultats. Les divers plants seront semés dans la même pépinière (chacune dans un petit carré à part), recevront la même fumure, les mêmes soins, et seront arrachés le même jour, repiqués en même temps par les mêmes ouvriers et au même écartement. On tendra sur le pourtour de chaque parcelle un cordeau de fil de fer délimitant exactement sa superficie et, entre deux cordeaux limitant des parcelles juxtaposées, on laissera un interligne marqué à chaque extrémité par un piquet de bambou. Au bout de chaque « bande » de parcelle on laissera un intervalle de 50 à 60 cm ; les bordures de diguettes et les coins du champ seront cultivés avec une variété très précoce, récoltée la première.

Figure 38. - Disposition schématique d’un champ d’essais de variétés

9Ensuite, on coupera à la faucille d’abord les quatre ou cinq parcelles de la variété la plus mûre (Β, par exemple) ; on ramènera les gerbes à la ferme, les réunira en un seul lot pour les égrener aussitôt ; le grain sera mis à sécher sur une natte portant l’étiquette B. Quand tout ceci sera terminé, mais pas avant pour éviter les mélanges, on pourra récolter une autre variété mûre, D par exemple, et ainsi de suite.

10Après une dessiccation, aussi bien poussée pour tous les lots (par exemple, un jour ou deux au dixième mois, deux ou trois jours au cinquième mois de fort soleil), quand les grains craquent bien sous la dent, on vannera soigneusement chaque lot – toujours suivi de son étiquette – et on pèsera le paddy obtenu ; la mesure du volume ne donne pas d’indications précises, la densité des différents grains étant trop variable.

11La comparaison des poids de paddy obtenus donnera une approximation de la productivité de chaque variété. Si l’essai est répété plusieurs années, avec des conditions climatiques variées, favorisant tantôt une variété, tantôt une autre, on aura l’ordre de grandeur des possibilités comparées de rendement des variétés essayées.

12Mais l’agriculteur ne choisit pas ses variétés d’après leur seule productivité. On tiendra compte d’une part de la qualité du riz, facteur essentiel quand on produit son riz de consommation, d’autre part des aptitudes culturales. On observera les qualités de résistance aux différents ennemis – rats, crabes, insectes – et maladies de chaque variété, la résistance à la verse, et surtout la résistance à la sécheresse dans les zones hautes, et l’aptitude à végéter sous une forte couche d’eau dans les zones basses.

13Avec la même disposition de champ d’essais on pourra étudier l’influence comparée, sur le riz du dixième mois, des différentes cultures de saison sèche. Sur une série de quatre ou cinq parcelles on cultivera des patates, sur une autre du maïs, puis du soja, ou encore une association de ces cultures.

14On notera la fumure apportée dans chaque cas et au dixième mois on cultivera l’ensemble du champ dans les mêmes conditions, avec la même variété, mais en récoltant à part suivant la technique précédemment indiquée, les parcelles ayant porté patates, mais, soja, etc. On pourra ainsi discerner les cultures sèches constituant le meilleur précédent pour le riz.

15On pourrait à la rigueur se passer de diguettes intercalaires quand on cherche l’influence sur le rendement en riz du fumier de ferme, des engrais verts (crotalaire, etc.), des phosphates naturels et de la chaux : à la condition toutefois que ces engrais, apportés sur chaque série de parcelles quand le champ est encore à sec, soient bien incorporés, mélangés au sol par un labour avant la mise en eau.

ESSAIS OÙ LES PARCELLES UNITAIRES SONT SÉPARÉES PAR DES DIGUETTES

16Ce procédé, préférable pour tous les essais de fumure, devient indispensable dans le cas d’engrais chimiques solubles, ou d’expériences sur le régime de l’eau.

17On sépare une grande ou plusieurs moyennes parcelles en quatre ou cinq fois autant de morceaux qu’il y a de sortes de fumure, plus quelques-uns (série non fumée), à l’aide de diguettes élevées avec de la terre prélevée hors du champ d’essais. Chaque morceau aura environ deux à trois ares (un demi à un sào) et on mesurera sa surface approximativement pour y mettre la quantité d’engrais calculée à l’avance. Une légère erreur dans ces mesures est sans importance. Au contraire, pour évaluer la récolte on délimitera exactement au milieu de chaque parcelle un carré avec quatre fils de fer tendus par quatre piquets plantés dans la rizière. On pourra par exemple découper une surface voisine d’un demi are (carré de 7 x 7 m) ; il n’est même pas utile de la connaître précisément pourvu qu’elle soit toujours rigoureusement la même. Les manipulations de récolte se feront avec les précautions déjà indiquées.

Notes

1 Cf. « Amélioration génétique et fumure du riz en Italie, aux Indes, à Ceylan et en Indochine. La méthode statistique et les essais comparatifs en rizière » dans la Revue internationale d’agriculture (mai 1933) et « Technique des essais comparatifs » dans le Bulletin économique de l’Indochine (février 1933) [deux articles de René Dumont (NdÉ)].

Table des illustrations

Légende Figure 38. - Disposition schématique d’un champ d’essais de variétés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540