Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Conclusion

Texte intégral

1M. Lord à Ceylan disait récemment que les bas cours du paddy n’encouragent guère le riziculteur à améliorer ses conditions de culture. Évidemment le revenu brut de l’exploitation rizicole est trop faible pour justifier l’introduction d’un matériel moderne. Mais il ne faut pas assimiler le progrès au machinisme.

2Nous espérons avoir montré que, même dans la situation difficile actuelle, le paysan annamite peut, sans grands frais, en restant dans le cadre de sa petite exploitation, augmenter le rendement de sa rizière. La surproduction n’est guère à craindre dans un pays où la population s’accroît sans cesse et où des disettes reviennent périodiquement. L’accroissement de rendement des bonnes rizières permettrait d’ailleurs l’abandon en bordure du delta de terres où les rendements sont trop faibles pour qu’on prenne la peine de les cultiver. On peut améliorer, sans les bouleverser, les procédés actuels de culture, « fruits d’une expérience millénaire ».

3De même que nous préconisons le petit outillage agricole (instruments de transport, d’élévation de l’eau, de récolte et de culture), de même nous croyons beaucoup de travaux secondaires (aménagements hydrauliques de villages, construction de petites routes et de petits canaux de transports) plus utiles que de grands projets trop coûteux, tels l’électrification.

4On s’oriente de plus en plus vers l’autarcie économique, fait regrettable car il constitue une régression, mais auquel le Tonkin est obligé de s’adapter. Puisqu’on n’est pas sûr de vendre, on doit chercher à utiliser sur place sa production et à acheter le moins possible au dehors.

5Contraint par la nécessité, le paysan annamite a, ces dernières années, réduit au minimum un standard de vie déjà très bas ; les importations d’objets qui semblaient de première nécessité – parapluies, pétrole d’éclairage par exemple – ont diminué dans d’énormes proportions. L’argent est très rare dans le delta, l’impôt est devenu une trop lourde charge qui devrait pouvoir diminuer avec le cours du paddy.

6Toutes ces améliorations ne sauraient être réalisées sans la collaboration de l’agriculteur annamite ; il discernera lui-même celles qu’il peut économiquement appliquer dans son exploitation. Mais il existe dans le delta assez d’agriculteurs intelligents et industrieux pour les mettre en œuvre.

7L’évolution ne doit pas être brusquée : de l’utilisation de l’énergie humaine, il faut passer d’abord à l’énergie animale et aux forces naturelles (vent, eau…) qui exigent bien moins de capitaux que l’énergie mécanique.

  • 1 Les créanciers de l’agriculture indochinoise – banques et usuriers – devraient comprendre qu’ils n (...)

8Dans l’avenir, une meilleure connaissance de la physiologie du riz et une situation économique plus favorable1 seront les bases indispensables de progrès plus marqués. Nous nous estimerions satisfait si, malgré les imperfections de ce travail, difficiles à éviter dans une première étude d’ensemble de la riziculture, nous avions pu les aider dans une certaine mesure à améliorer leur sort.

9Il ne s’agit pas tant ici de la recherche d’un profit pour les agriculteurs que de donner à manger à des gens qui ont encore trop souvent faim.

Notes

1 Les créanciers de l’agriculture indochinoise – banques et usuriers – devraient comprendre qu’ils n’ont pas intérêt à la ruiner complètement.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540