Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre XI. Le repiquage

Avantages du repiquage, préparation des mạ, repiquage, techniques particulières et accidents, coût

Texte intégral

AVANTAGES DU REPIQUAGE1

  • 1 Cf. « Une enquête sur le repiquage du riz » dans Riz et riziculture (t. II, fasc. 4,1927) et plus (...)

1Si le semis en place n’est somme toute pratiqué dans le delta que là où l’on n’est pas sûr de pouvoir alimenter régulièrement en eau la rizière, c’est que le repiquage présente de multiples avantages, dont deux sont essentiels :

  1. Le riz repiqué à l’âge de quarante ou cinquante jours sur un terrain bien nettoyé a sur les mauvaises herbes une grande avance ; on peut mettre de suite sur la rizière une couche d’eau suffisante pour entraver le développement des herbes non aquatiques. Si on le sème en place, les mauvaises herbes, se développant toujours plus vite, risquent de l’étouffer d’autant plus facilement qu’on ne peut mettre beaucoup d’eau sans submerger le riz.
  2. A l’époque du semis beaucoup de terres ne peuvent recevoir le riz : les unes, très difficiles à irriguer, peuvent manquer d’eau au début de la campagne du dixième mois, si les pluies tardent ; les autres sont encore recouvertes d’une trop forte couche d’eau (rizières basses du cinquième mois, au début de la saison sèche). Tandis qu’il est relativement aisé de trouver pour la pépinière un emplacement de surface quinze à vingt fois moindre, hydrauliquement bien placé, facile à préserver de la sécheresse ou même de l’inondation.

2Sans le repiquage une grande partie des rizières tonkinoises ne pourrait, dans les conditions hydrauliques actuelles, être cultivée régulièrement à une époque assez favorable pour espérer une récolte normale : il n’est donc pas besoin de discuter son opportunité.

3Signalons cependant ses autres avantages : s’il ne repiquait pas, l’agriculteur n’aurait guère le temps, en rizières à deux récoltes, d’exécuter les travaux de préparation du sol et ne pourrait le laisser se dessécher.

4Pendant la première partie de leur vie les plants, concentrés sur une surface réduite, peuvent être mieux irrigués, plus abondamment fumés. Contre les maladies et les insectes on peut leur donner des soins plus minutieux, comme la récolte manuelle, impossible sur de grandes surfaces. Le repiquage accroît la résistance à la verse et aux maladies et augmente le rapport grain/paille.

5Enfin il permet une économie de semence appréciable dans un pays si pauvre : en comptant une moyenne de 25 kg/sào de pépinière pour repiquer deux mẫu, il faut moins de 35 kg/ha de semence, au lieu de 70 à 100 ou même 150 par le semis direct. Sur un million d’hectares, une économie de 50 kg/ha représente 50 000 t de paddy, soit le quart de l’exportation normale du Tonkin. Cette économie présente aussi un grand intérêt pour la multiplication rapide de semences sélectionnées : en semant clair en pépinière et en repiquant plant par plant à grand espacement en rizière bien fumée on peut en une campagne obtenir facilement cent à deux cents fois le poids de la semence (15 à 25 qx/ha avec 10 à 15 kg de semence).

  • 2 C’est pour cela que dans le Delta du Nil le repiquage se substitue progressivement au semis direct

6Si le repiquage demande beaucoup de main-d’œuvre, le delta n’en manque pas. Ce n’est pas du travail inutile, même pour les rizières si bien placées qu’on pourrait les semer en place : en Italie le désherbage des riz semés directement absorbe plus de journées de travail que le repiquage et le nettoyage des rizières repiquées2. Plaçant la plante dans de meilleures conditions de développement, le repiquage accroît le rendement. En Cochinchine où la main-d’œuvre est plus rare et plus chère, un essai de semis en place tenté par M. Bec a échoué par suite du développement excessif des mauvaises herbes. On aboutirait sans doute au même échec en le refaisant au Tonkin.

PRÉPARATION DES Mạ

Plants trop vieux ou trop jeunes

7La durée du séjour en pépinière, précédemment indiquée, nous donne l’âge des plants – des mạ comme disent les cultivateurs annamites – au moment du repiquage. Le plant bon à repiquer est bien plat, on le vérifie en le prenant entre les doigts au dessus du collet ; la section des gaines de feuilles qui constituent la partie aérienne est elliptique allongée. Un mạ rond indiquerait un début de formation de tige, donc un plant déjà âgé ; si en l’ouvrant on trouve un premier nœud séparé du collet par un entrenœud, le plant est trop vieux. Un seul nœud durci au niveau du collet indique un plant juste à la limite.

8Des plants trop vieux se développent peu, la tige se coude, rampe près du sol en émettant des racines adventives, ce qui rend la récolte plus difficile ; ils n’ont pas le temps de finir leur tallage avant la floraison, les épis sont peu fournis même les dernières talles ne donnent que des grains avortés. On ne doit les employer que s’il est impossible de s’en procurer d’autres.

9Quand on est obligé de prendre des mạ beaucoup trop âgés, ayant déjà deux ou trois nœuds lignifiés et séparés par des entre-nœuds, un palliatif consiste à sectionner les bottes de plants à la faucille à quelques centimètres au-dessus du collet, mais en dessous d’un nœud nettement différencié. On jette collet et racines, et les parties aériennes mises à tremper dans l’eau quelques jours émettent des racines adventives au niveau des nœuds ; au dire des paysans annamites, on obtient ainsi d’assez bons résultats. Cependant la récolte obtenue, même dans les conditions les plus favorables, n’est que les 7/10e de la normale ; elle descend parfois au-dessous de la moitié, surtout si on n’a pas pris la précaution de tremper les parties aériennes avant de repiquer. La fragilité des jeunes racines exige, pour la reprise, une terre très bien ameublie.

  • 3 C’est aussi l’avis de M. Van De Goot à Batavia ; il ajoute que le repiquage prématuré d’une variét (...)

10Si l’on est parfois obligé de repiquer les mạ trop vieux parce qu’on a dû attendre l’arrivée des pluies ou le retrait des eaux, l’emploi de mạ trop jeunes est tout à fait exceptionnel ; on attend leur développement satisfaisant, espérant toujours des circonstances climatiques favorables pour l’époque où ils seront bons à repiquer. L’emploi de trop jeunes plants diminue plus encore la récolte3. S’ils reprennent vite racine, on doit mettre un grand nombre de brins par touffe car ils tallent peu et surtout ne donnent que des épis très courts, donc une faible récolte. Ils résistent très mal aux variations extrêmes de température, froids au cinquième mois ou fortes chaleurs au dixième mois.

Arrachage des mạ

11On extrait les mạ de la pépinière en tirant à la main, par leurs feuilles, une poignée de plants. L’arrachage se fait de préférence en terre sèche dans les sols légers peu durcis : on peut y procéder ainsi sans briser trop de racines. Bien que la fonction des racines primaires soit entièrement assurée dans l’avenir par les racines adventives, leur présence réduit la crise du repiquage, en permettant à la plante de s’alimenter, tout au moins en eau. Ceci importe plus encore au cinquième mois où le froid ralentissant l’émission de nouvelles racines retarde la reprise. Pendant l’hiver rigoureux de 1930, des plants repiqués à la mi-janvier n’avaient encore, au début de mars, que des racines de 1 cm de longueur et commençaient seulement à verdir, sans taller. Aussi un proverbe annamite dit que « perdre des racines à l’arrachage des mạ du dixième mois n’est rien, mais il est très utile d’en garder beaucoup aux mạ du cinquième ».

12On assèche la pépinière quelques jours avant, plus ou moins tôt suivant la nature du sol et l’intensité du soleil, de façon qu’à l’arrachage la terre ne soit ni trop dure – on casserait beaucoup de racines – ni trop humide : la terre empâtée s’enlève difficilement, les repiqueuses ont du mal à séparer les brins entre eux, et surtout la présence de terre enrobant le collet est un grave obstacle à l’émission de racines adventives. En attendant la désagrégation par l’eau de la rizière de la terre adhérente aux mạ, le plant souffre tellement qu’il en peut périr, surtout si l’arrachage a brisé beaucoup de racines primaires.

13En terre un peu humide, s’il n’est pas possible de drainer complètement ou s’il a plu la veille du repiquage, il vaut mieux submerger et arracher sous 4 à 5 cm, même 8 cm d’eau : la terre s’enlève en secouant énergiquement dans l’eau les poignées de mạ arrachées. On termine en frappant les poignées contre ses pieds, contre un bambou fiché dans le sol ou tout autre corps dur. Dans l’arrachage à sec, la terre légère se pulvérise assez facilement pour être enlevée en frappant violemment les poignées de mạ sur le sol ou sur ses pieds.

14En terre argileuse on préfère dans tous les cas arracher sous l’eau ; à sec la terre durcie briserait trop de racines et blesserait les collets. Quand c’est nécessaire on irrigue la pépinière la veille, ou même en terre très forte deux, trois ou même quatre jours avant l’arrachage, pour qu’elle ait le temps de s’amollir.

15D’après les cultivateurs annamites, les plants arrachés à sec reprennent plus rapidement ; la plante qui a moins souffert de la « crise du repiquage » rend sans doute mieux. Mais l’arrachage à sec exige plus de temps ; comme il faut pour extraire les plants une plus forte traction, on en prend moins dans chaque poignée et il est plus pénible d’enlever la terre par percussion que par lavage dans l’eau.

16L’arrachage se fait le plus près possible du repiquage ; un petit cultivateur travaillant avec sa famille arrache sans inconvénient chaque soir la provision de plants nécessaire au repiquage du lendemain ; mais il vaut mieux ne pas dépasser cet intervalle. En grande culture on peut organiser un chantier d’arrachage fournissant continûment des plants frais aux repiqueuses. On peut arracher à toute heure : cependant il vaudra mieux laisser refroidir en un lieu frais, jusqu’au lendemain matin, les plants arrachés au début d’après-midi excessivement chauds ; dans ce cas, il serait même préférable d’arracher le soir d’autant que le travail est très pénible.

17On est parfois obligé d’arracher des mạ à l’avance : quand une pépinière basse est submergée par de fortes pluies et qu’on ne peut évacuer l’eau, les plants sont asphyxiés s’ils restent plus de trois ou quatre jours recouverts d’eau ; aussi les arrache-t-on même si on ne peut les repiquer tout de suite. Les plants qui doivent être conservés deux ou trois jours seront mis à l’ombre et arrosés de temps en temps avec de l’eau pas trop chaude. Beaucoup de cultivateurs ont tort de négliger cette précaution, bonne même pour un court laps de temps ; ils disent que :

« Mạ vàng cấy lúa chóng xanh : les mạ jaunis en attendant le repiquage reverdissent vite. »

18Dans tous les cas le plant qui a jauni a souffert, et c’est tellement vrai que si l’on attend un peu plus il meurt : cette souffrance ne peut que diminuer le rendement.

19Si l’on doit attendre plusieurs jours avant de repiquer, par exemple le retrait d’une crue venue alors qu’on avait arraché une provision de mạ d’avance, il est bon de mettre les bottes de plants en jauge, racines et collets couverts de terre, à l’ombre, en arrosant de temps en temps. Dans tous les cas, il vaut mieux repiquer aussitôt que possible.

Bottelage, écimage, pralinage

20Les poignées de plants, soigneusement débarrassés de la terre adhérant aux racines, sont bottelées avec des liens de bambou, de paille ou d’autres fibres. Certains, pour travailler moins courbés, mettent les plants sur un tabouret apporté dans la pépinière. Les bottes ont de 12 à 15 cm de diamètre, d’une grosseur telle qu’on les enserre juste dans les deux mains. C’est sous cette forme que les plants sont portés à la rizière ou même au marché voisin pour y être vendus.

21On coupe fréquemment l’extrémité des feuilles après la mise en bottes. Cet écimage se pratique sur les plants à grand développement foliacé que l’on doit repiquer en rizière couverte d’une faible couche d’eau. Le mạ repiqué est placé dans les meilleures conditions si les feuilles émergent de 7 à 15 cm, suivant la hauteur des plants ; au dessus, la trop grande surface d’évaporation accroît la crise du repiquage.

22Il ne faut pas aller trop loin dans cette voie : un plant repiqué sous 10 cm d’eau sera écimé à 20 ou 25 cm. On ne doit pas descendre en dessous de 15 cm même avec moins de 5 cm d’eau. D’autre part, l’écimage est proportionnel à la hauteur des plants ; si on coupe trop bas, on sectionne l’extrémité très fragile des jeunes feuilles en formation. Jamais on n’écimera les plants à moins de la moitié de la hauteur de leurs plus grandes feuilles. Ainsi en reprenant l’hypothèse du repiquage sous 10 cm d’eau, un plant issu de pépinière de mare, atteignant 60 cm de hauteur, sera écimé à 30 ou 35 cm. Il est rare qu’on doive écimer autant : le cultivateur qui prévoit la couche d’eau sous laquelle il repiquera y adapte la hauteur de ses plants, en choisissant une pépinière plus ou moins fertile et en y réglant la fumure. Il vaut mieux préparer des mạ d’âge et de taille convenables que de soumettre à un écimage exagéré des plants trop hauts ou trop vieux : la plante s’est épuisée inutilement à élaborer des tissus à supprimer.

23Le « pralinage » des plants ou trempage des racines dans une solution fertilisante, est très rare au Tonkin : on trempe parfois les bottes dans un baquet où l’on a mis du phosphate naturel ou un mélange phosphates-cendres, parfois du fumier.

24Cette opération, localisant l’engrais à proximité des racines, peut être conseillée dans ce pays où les matières fertilisantes sont plus rares que la main-d’œuvre. On pourra tremper quelque temps les bottes dans de l’urine diluée ou du fumier délayé. Le pralinage est surtout utile lorsqu’on a brisé beaucoup de racines à l’arrachage. C’est ainsi qu’en Malaisie les bottes trempées dans une dissolution de guano sont ensuite mises en tas à l’ombre, recouvertes de nattes ou d’herbes : il se développe au collet un grand nombre de racines adventives, capables de fonctionner dès le repiquage. S’il manque des racines, on conseille aussi l’écimage qui diminue l’évaporation.

Commerce des mạ

25Les cultivateurs de certaines zones très basses sont parfois dans l’impossibilité d’établir des pépinières ; celles-ci sont très aléatoires, menacées de submersion à la moindre pluie. Ils doivent se procurer ailleurs des plants : ainsi des villages de la circonscription de Cam-Giang (Hai-Duong) en cultivent pour approvisionner les zones basses de Gia-Binh et de Lang-Tai (Bac-Ninh). Une inondation peut encore obliger à recommencer le repiquage de toute une région après le retrait des eaux. Les agriculteurs qui n’ont pas assez de plants de réserve et qui n’ont plus le temps d’en refaire, en doivent acheter et souvent à des taux très élevés. Les agriculteurs qui ont fait des mạ en excès en retirent alors un grand bénéfice ; mais d’autres années ils risquent de garder leurs plants ou de les vendre bien en dessous du prix de revient. C’est donc une spéculation très aléatoire. En 1930, le prix de dix bottes (đon) de 12 à 13 cm de diamètre oscillait, dans des conditions normales, de 5 à 7 cents. Certains de ces « marchands de mạ » ont la réputation de choisir de bonnes semences et de soigner leurs pépinières : ils écoulent plus régulièrement leurs plants et à meilleur compte. On pourra plus tard, par leur intermédiaire, répandre les variétés sélectionnées.

LE REPIQUAGE

26Les bottes de mạ sont transportées de la pépinière au champ, le plus souvent avec le fléau sur l’épaule, parfois en barque si la distance est grande (bas delta), plus rarement sur route, en pousse ou en charrette à traction humaine. C’est pour réduire ce transport qu’il y a intérêt à rapprocher le plus possible pépinière et rizière. Arrivé à la rizière, le porteur descend dans l’eau et y jette ses bottes, en les dispersant dans le champ à portée des repiqueuses.

État de la rizière

27Les agriculteurs soigneux font ramasser, soit juste avant le repiquage, soit au cours des dernières façons d’ameublissement du sol, les mauvaises herbes traînant en surface que la charrue a mal enterrées. Comme pour le semis, la préparation du sol dépend de sa nature.

28En rizière sablonneuse, perméable, on repique immédiatement derrière le hersage, avant que la terre soit tassée et rende le repiquage plus difficile. En sol trop dur les racines se rebroussent quand on les enfonce et la reprise est contrariée. En outre, les particules terreuses en suspension, éléments fins plus fertiles, se déposent après le repiquage, s’accumulant en plus grande quantité dans les trous laissés par les doigts des repiqueuses, donc à proximité immédiate des jeunes plants.

29Dans les plus « battantes » de ces terres, on ne donne après le labour qu’un hersage, sans chercher à bien niveler, pour éviter le tassement. On va même, dans ce but, jusqu’à supprimer tout hersage : on donne juste avant repiquage un labour dont on égalise rapidement les plus grosses dénivellations avec un râteau. On repique vite aussi pour éviter dans ces terres perméables, l’infiltration trop rapide de l’eau d’irrigation.

30En terre argileuse, au contraire, on repique le lendemain du dernier hersage pour laisser la boue prendre un peu plus de consistance : sinon en terre peu affermie les plants seraient facilement arrachés par le vent ou les vagues.

  • 4 Un peu avant le Têt, on met une couche d’eau assez élevée dans les rizières à repiquer, pour n’êtr (...)
  • 5 Par la suite, ces dernières souffrirent plus de la sécheresse.

31Si on est maître du niveau de l’eau – ce qui reste l’exception – on cherche à maintenir sur la rizière une hauteur de 6 à 12 cm ; pour les repiquages tardifs du cinquième mois, certains agriculteurs préfèrent 10 à 12 cm afin d’abriter les plants du froid4, l’eau amortissant les grandes variations de température et diminuant l’évaporation pendant la période critique qui va jusqu’à la reprise, beaucoup plus lente en hiver. Quand on est obligé, dans les bas-fonds, de repiquer sous plus de 12 cm d’eau, le travail plus pénible avance moins rapidement et la reprise est difficile ; en janvier 1934, il y eut beaucoup plus de manquants dans les zones basses, repiquées en eau profonde avec le nu’ốc qu’en rizières élevées5.

32Au dixième mois et pour les repiquages précoces du cinquième quand il ne fait pas trop froid on préfère une couche d’eau moins épaisse, de 5 à 7 cm, qui diminue le risque de déracinement par les vagues, l’asphyxie des plants trop petits et les dégâts des crabes parfois si importants que le repiquage est à recommencer. De plus, la lumière atteignant une plus grande surface de feuilles active les fonctions chlorophylliennes. Rappelons la relation entre la hauteur des plants et celle de l’eau : le plant qui émerge de plus de 15 à 17 cm risque d’être arraché par le vent et celui qui est enfoncé dans l’eau de plus des trois quarts de sa hauteur s’expose au déracinement par l’action des vagues, surtout en sols sablonneux, les terres argileuses retenant mieux les racines.

33Un juste milieu consiste à avoir des plants dont la hauteur dépasse un peu le double de l’épaisseur de la couche d’eau, tant que celle-ci reste comprise dans des limites courantes, 8 à 15 cm. Il est à noter qu’on peut avoir à repiquer sous 40 et 50 cm d’eau des mạ très élevés dans les bas-fonds, ou sous 2 à 3 cm d’eau et même à sec dans les rizières hautes.

Exécution du repiquage

34Travail de souplesse car il oblige à se tenir toujours courbé, le repiquage est exécuté par des femmes qui, tenant dans la main gauche une poignée de plants, en prennent quelques-uns, serrés entre le pouce et les doigts de la main droite et les enfoncent aisément dans la boue. Le travail n’est pénible qu’en sol mal ameubli, et nous avons déjà cité le proverbe : « Quand le riz est repiqué trop clair, demande pourquoi au herseur » (ou « au laboureur », suivant les versions). La recherche d’un emplacement où l’on puisse enfoncer les plants est une perte de temps : un ameublissement imparfait est toujours une mauvaise économie.

  • 6 En Italie, M. Sampietro recommande 3 à 5 cm.

35On repique en reculant contre le vent dominant pour éviter qu’il ne renverse les plants, les doigts de la repiqueuse ayant laissé un trou dans le sol du côté où elle est placée. Il faut enfoncer le plant de quelques centimètres6 en terre, assez pour l’y maintenir, mais pas trop : le sous-sol présente souvent une composition défectueuse, la reprise d’un plant trop enterré est plus pénible.

36En été, par les journées les plus chaudes, on préfère repiquer aux heures fraîches, depuis l’aube jusqu’à 11 heures ou midi et un peu le soir ; le riz reprend mieux et risque moins la chlorose. Pour le cinquième mois au contraire, et surtout par les plus grands froids de janvier-février, on repique au milieu du jour, quand le soleil se montre, non pas tant pour le riz que pour les ouvrières. La paysanne tonkinoise peu vêtue travaillant les pieds dans l’eau résiste mal à une température inférieure à 13 ou 14° C, surtout s’il souffle un vent chargé d’humidité.

Écartements et nombre de plants par touffe

37Les touffes de riz sont repiquées à intervalles de 13 à 18 cm dans les terres hautes les plus pauvres du bas delta, tandis que l’écartement normal va de 35 à 40 cm, rarement 50 dans les rizières basses fertiles du bas delta (Nam-Dinh, Thai-Binh). Entre ces deux chiffres, on rencontre tous les intermédiaires, les intervalles les plus fréquents étant de 18,20 à 25 cm dans le haut delta et de 30 à 35 cm dans le bas delta. Le tallage est plus vigoureux en sol riche ; il est aussi fonction de la température ; dans un même sol, on note souvent 5 cm d’intervalle de plus au dixième mois. Il dépend encore de la date du repiquage ; plantés trop tard, les riz n’ont plus le temps d’émettre un grand nombre de talles : une rizière du dixième mois repiquée fin juillet à 25-27 cm le serait à 18-20 cm au 1er septembre.

  • 7 Le repiquage à 40 cm correspond à 6,25 touffes par m2 et à 15 cm à 44,4 touffes sur la même surfac (...)
  • 8 Mais dès que les dernières pousses n’arrivent plus à fructifier, un tallage trop prolongé affaibli (...)

38On repique aussi à plus grand intervalle les variétés exigeantes, riz gluants et parfumés, d’autant qu’on choisit pour elles des sols plus fertiles. Ainsi, à Ha-Dong, M. Angladette note un intervalle de 18 à 22 cm pour les riz ordinaires du dixième mois, et 25, même jusqu’à 30 cm, pour les tám tho’m et les nếp les plus exigeants. En rizière riche, le repiquage à grand écartement est tout indiqué : le travail est plus rapide7, le nettoyage ultérieur de la rizière plus aisé, le buttage possible ; la présence de nombreux épis secondaires8, dont les derniers restent plus petits, constituerait au dire des paysans des touffes plus compactes, résistant mieux à l’action du vent donc à la verse. Enfin, le facteur économique intervient ; un cultivateur qui achète le mạ à prix fort repique moins serré que celui qui en a un excès, à un moment où il se vend mal.

39Le nombre de plants par touffe varie comme l’écartement : on met un plus grand nombre de plants en rizière pauvre, au cinquième mois, et avec une variété ordinaire. On repique couramment huit ou dix plants en rizière pauvre du cinquième mois, tandis que certains nếp tels le nếp gạo gẫy, ne sont jamais plantés, dans la province de Hung-Yên, à plus de deux plants par touffe : sinon le tallage est plus pénible, et la maturation irrégulière. De même certains riz hâtifs du dixième mois sont plantés à deux ou trois brins, sauf si le repiquage est en retard. Un riz hâtif de la province de Vinh-Yên le dé dảnh est parfois appelé dé một ou « brin unique » indiquant qu’on peut le repiquer à un plant par touffe. Les chiffres les plus couramment adoptés sont six à sept plants en sol pauvre, et trois à quatre en terre riche. Cependant avec les plus grands écartements on augmente parfois le nombre de plants ; ainsi à Hai-Duong on met en terres moyennement fertiles trois ou quatre plants écartés de 20 à 25 cm, et en terres très fertiles cinq à sept plants écartés de 30,35 ou 40 cm.

40La grosseur du plant intervient, la repiqueuse qui prend une pincée de plants de dimension constante en met moins s’ils sont plus gros : c’est logique, les gros plants étant généralement plus vigoureux. Le plus gros facteur de variation est le rapport entre la hauteur des plants et l’épaisseur de la couche d’eau sous laquelle on repique : quand les plants émergent peu on en met un plus grand nombre, les petits devant périr par asphyxie ; d’autre part les dégâts dus aux crabes sont plus sensibles en eau profonde. Enfin, les grands froids qui font périr beaucoup de plants obligent à en mettre davantage. Le repiquage d’un mẫu de rizière exige, suivant les cas, de cent cinquante à deux cents et jusqu’à huit cents bottes de mạ de 12-15 cm de diamètre. Le nombre de plants par unité de surface, et le rapport des surfaces pépinière/rizière repiquée varient donc beaucoup. Le chiffre « un sào de pépinière pour un mẫu de rizière », soit un rapport de 1/10e, couramment admis, n’est pas une moyenne : c’est la proportion nécessitée par les rizières pauvres repiquées serrées ; très peu de cultivateurs consacrent à leurs pépinières du cinquième mois plus de 1/10e de la surface de rizières, et cela n’arrive jamais au dixième mois, sauf si on a élevé un excès de plants de crainte que l’inondation ne fasse recommencer le repiquage. En terres de fertilité moyenne la proportion la plus fréquente est un sào de pépinière pour 1,5 à 2 mẫu de rizière, soit 1/15e à 1/20e . Dans les terres fertiles du bas delta il suffit de l/20e au cinquième mois, l/25e à l/30e au dixième mois. Cette proportion peut descendre, avec des pépinières fertiles et des rizières repiquées à grand écartement, jusqu’à l/40e et même exceptionnellement l/50e.

41Il est difficile de proposer au paysan annamite de modifier ces données, à défaut d’expérimentation indiquant les chiffres optima d’écartement et de nombre de plants par touffe en différentes conditions. Pour l’écartement, il n’y a peut-être pas beaucoup à changer, cependant il ne paraît pas utile de repiquer trop serré, moins de 15 cm, comme on le voit parfois dans la province de Son-Tây : même si l’on a un plus grand nombre de tiges – ce qui n’est pas sûr, puisque le tallage ne peut plus jouer-, le rendement ne doit pas être augmenté, les épis étant très petits et mal fournis. On faciliterait le sarclage en serrant un peu plus les touffes sur les lignes, ce qui permettrait de ménager entre les rangs de plus grands intervalles : ainsi à Java les touffes sont à 15-20 cm sur des lignes écartées de 30 cm.

42L’agriculteur annamite s’est lui-même rendu compte qu’il repique parfois trop dense, un proverbe disant : « Repiquer clair c’est avoir beaucoup de paddy, repiquer serré c’est avoir peu de paddy ». Mais c’est le nombre de plants par touffe qu’il y aurait souvent intérêt à réduire. En rizière profonde, il vaudrait mieux repiquer peu de plants de taille plus élevée que d’en immerger de nombreux trop petits, tous ceux qui se noient ne servant qu’à gêner les autres. En réduisant le nombre de plants, donc la superficie de la pépinière, on pourrait la fumer plus copieusement et obtenir des mạ plus élevés.

43Le repiquage de dix, douze ou même treize plants au même point est inutile, sans doute nuisible : en Malaisie et à Java on a obtenu la meilleure récolte avec trois plants par touffe ; au-dessus de ce chiffre, le rendement a diminué. Le nombre optimum est sans doute, en beaucoup de situations, plus élevé au Tonkin où le sol est plus pauvre et le climat plus rude. Cependant, sauf circonstances particulières telle une forte attaque de crabes, il n’est peut être pas utile de dépasser cinq ou six plants par touffe.

44Dans les essais comparatifs de variétés, nous avons obtenu des touffes normales avec un seul plant ; mais nous ne recommandons pas cette pratique, le moindre accident nécessitant le remplacement des manquants qui, en sol tassé, avec des plants restés trop longtemps en pépinière, donne toujours des résultats très inférieurs. Sur la station de Hai-Duong, au cours des essais de 1933, le repiquage plant par plant a donné un peu moins que touffe par touffe. L’amélioration de la fumure de la rizière permettra de réduire la quantité de plants nécessaire au repiquage d’un mẫu, donc les frais de pépinière, avantage dont on devra tenir compte dans le bilan économique de la fertilisation, rendue par là moins onéreuse.

TECHNIQUES PARTICULIÈRES ET ACCIDENTS

Repiquage à sec

45Dans certaines rizières légères de la province de Thai-Binh, quand les pluies tardent, on repique un riz hâtif du huitième mois, râu sớm, en terre bien ameublie, aussi sèche que lors de la plantation des boutures de patate. S’il pleut après le repiquage, assez pour humidifier le sol, même sans le submerger, la reprise est facile. S’il ne pleut pas, il faut réduire les pertes d’eau du sol par évaporation à l’aide de sarclages ou de binages répétés tous les huit ou dix jours comme pour les lôc ou riz de culture sèche semés en place. Dans les rizières sablonneuses du Thanh-Hoa, les mạ de pépinières sèches sont parfois repiqués en terre à peine mouillée, les plants enfoncés dans le sol entre deux raies de charrues. Malgré cela, le travail est pénible et demande deux fois plus de temps qu’en rizière irriguée. Les agriculteurs prétendent qu’il est préférable de ne pas arroser, même quand on en a la possibilité, pendant le premier mois de végétation, l’infiltration de l’eau contribuant à tasser ces terres « battantes », et à en réduire l’aération : on préfère briser la croûte par deux ou trois binages. A partir d’un mois, on peut irriguer sans inconvénient. Cette technique force les plants de riz à développer leur système radiculaire en profondeur, et à explorer pour s’alimenter un plus grand cube de terre.

Double repiquage

  • 9 En Assam, d’après D. M. Sengupta (Agricultural and live-stock in India, vol. III, 1933) le double (...)

46Cette pratique, courante dans une partie de la Cochinchine, est tout à fait exceptionnelle au Tonkin. Au dixième mois, si l’on ne dispose pour repiquer des bas-fonds couverts de 50 ou 60 cm d’eau que de trop petits mạ, on les repique une première fois en mare, donc en terre riche, à 5 ou 8 cm d’intervalle, et on les met en place quand leur développement en hauteur est suffisant. Dans le Thanh-Hoa, on repique provisoirement en rizières basses, au même intervalle, les plants destinés aux terrains élevés, quand les pluies tardent trop et que les plants souffrent en pépinière. D’autres fois les crues se retirent tard, à un moment où l’on n’a plus de mạ : on repique alors ces rizières basses avec des éclats prélevés sur des touffes mises en place depuis quelque temps. Mais ce ne sont là que des pis-aller qui ne donnent jamais d’excellents résultats. Cependant la recherche de variétés du dixième mois ou encore de variétés importées, bien adaptées à ce mode d’évolution, présente un grand intérêt. Les rizières basses à deux récoltes, souvent trop inondées l’été, pourraient être repiquées avec des plants plus âgés et plus élevés, donc plus tard et en eau plus profonde ; on échapperait aux inondations d’août et on obtiendrait de meilleurs résultats qu’en laissant les plants en pépinière jusqu’en septembre9. Un essai de double repiquage en mare, tenté par M. Vu Van An au cinquième mois 1930, a complètement échoué ; tous les plants sont morts après la seconde transplantation.

ACCIDENTS CONSÉCUTIFS AU REPIQUAGE : LE lúa von10

  • 10 D’après une étude de M. Pham Van Nhu, directeur de la Station rizicole de Thai-Binh.

47Un peu après la reprise on voit parfois dans la rizière des plants qui tranchent nettement par leur taille plus élevée, la couleur jaunâtre des feuilles, leur tige inclinée et coudée au point que les feuilles beaucoup plus longues trempent parfois dans l’eau. En regardant ces plants de près, on voit que les feuilles de base sont fanées, presque pourries. Les entre-nœuds sont beaucoup plus longs et au niveau des premiers nœuds se développe une collerette de racines adventives se dirigeant vers le haut tant qu’elles ne peuvent déchirer la gaine des feuilles qui les enserre. Ces plants sont appelés lúa von ou tim san par les agriculteurs annamites.

48Cet accident, assez répandu au dixième mois et au cinquième mois dans les rizières basses du Thanh-Hoa, est nuisible dans tous les cas, malgré un dicton populaire qui l’admet pour désastreux au dixième mois et favorable au cinquième : les plants ainsi atteints ne peuvent former d’épis et meurent aux environs de la floraison. Si dans une touffe un seul plant est touché, il épuise le sol par la rapidité de son premier développement et les autres restent chlorotiques. On peut aussi formuler l’hypothèse d’émission de toxines entravant le développement des plants voisins. Si quelques touffes seulement présentent ce phénomène, on les arrache, pour les remplacer quand il n’est pas trop tard ; si dans une touffe un seul plant est atteint on peut l’enlever en respectant les autres ; mais si le phénomène est généralisé il n’y a pas de remède : quand on s’en aperçoit il est trop tard pour recommencer le repiquage avec espoir d’une récolte normale, il faut s’attendre à un rendement très médiocre.

  • 11 Cette maladie du sommet érigé comme on l’appelle en Italie, serait, d’après certains auteurs, en r (...)

49Une explication vraisemblable de cet accident physiologique11 a été fournie par les agriculteurs du huyện de Thu-Tri (Thai-Binh) : on observe ce phénomène quand les plants, surtout un peu jeunes, ont été arrachés dans de mauvaises conditions, par exemple en sol sec trop durci. De même des mạ arrachés en terre insuffisamment détrempée, après une petite averse, ont été atteints de von, tandis que ceux qui avaient été arrachés les jours précédents en terre sèche bien meuble, ou les jours suivants en terre submergée, étaient normaux. On peut expliquer ce fait soit par des blessures au collet lors de l’arrachage, soit par la subsistance des noyaux de terre durcie au niveau du collet : dans les deux cas l’émission des nouvelles racines est entravée. Ceci explique l’émission de racines adventives au niveau des premiers nœuds ; les riz von ont toujours un système radiculaire insuffisamment développé. L’immersion des bottes de mạ dans une mare dont l’eau est trop chaude favoriserait aussi la production des von.

Surface repiquée par jour

  • 12 D’après M. Angladette (Ha-Dong).

50Un homme peut arracher dans sa journée, en pépinière submergée de densité moyenne, une surface de cinq thu’ớc (un tiers de sào ou 120 m2), qui donne trois cents ou quatre cents bottes de mạ, liées par un aide. On compte qu’un homme peut fournir de mạ quatre femmes repiquant à 20-25 cm d’intervalle. Dans les cas de grande presse, le travail est prolongé une partie de la nuit et chaque ouvrier peut arracher jusqu’à cinq cents et même six cents bottes12.

51En pépinière sèche, le travail est plus lent : dans les pépinières riches du bas delta, un homme peut arracher et lier cent dix bottes dans sa journée, bottes un peu plus grosses que la moyenne. Une femme suffit à porter le plant arraché par quatre hommes et mis en place à 500 m de là par une quinzaine de repiqueuses.

52La surface repiquée par ouvrière et par jour dépend beaucoup de l’écartement : ainsi on compte 7/10e de sào au cinquième mois et un sào au dixième mois à Son-Tây (intervalle de 15 à 18 cm) ; 1,1,5 ou 2 sào au dixième mois dans l’ensemble du haut et du moyen delta (20 à 25 cm) ; 2 à 2,5 sào au cinquième mois, et 2,5 à 3 sào au dixième mois (les journées sont plus longues) dans le bas delta (30 à 35 cm) : avec les plus grands écartements (40 cm) une femme très exercée y repique jusqu’à 4 sào au cinquième mois et 5 sào au dixième.

Notes

1 Cf. « Une enquête sur le repiquage du riz » dans Riz et riziculture (t. II, fasc. 4,1927) et plus particulièrement les réponses de M. Braemer pour le Tonkin.

2 C’est pour cela que dans le Delta du Nil le repiquage se substitue progressivement au semis direct.

3 C’est aussi l’avis de M. Van De Goot à Batavia ; il ajoute que le repiquage prématuré d’une variété hâtive retarde beaucoup la maturité.

4 Un peu avant le Têt, on met une couche d’eau assez élevée dans les rizières à repiquer, pour n’être pas obligé de venir les irriguer pendant les fêtes.

5 Par la suite, ces dernières souffrirent plus de la sécheresse.

6 En Italie, M. Sampietro recommande 3 à 5 cm.

7 Le repiquage à 40 cm correspond à 6,25 touffes par m2 et à 15 cm à 44,4 touffes sur la même surface, soit sept fois plus.

8 Mais dès que les dernières pousses n’arrivent plus à fructifier, un tallage trop prolongé affaiblit inutilement la plante.

9 En Assam, d’après D. M. Sengupta (Agricultural and live-stock in India, vol. III, 1933) le double repiquage, d’abord plant par plant à 20 cm, puis après l’émission de cinq ou six talles à deux plants par touffe écartée de 35 cm, a accru le rendement d’environ 30 %, augmenté la résistance à la verse et le rapport grain/paille, tout en diminuant le nombre des grains vides et la surface des pépinières ; le retard du deuxième repiquage permet d’éviter les pertes dues aux inondations tardives et donne au riz une plus grande avance sur les mauvaises herbes.

10 D’après une étude de M. Pham Van Nhu, directeur de la Station rizicole de Thai-Binh.

11 Cette maladie du sommet érigé comme on l’appelle en Italie, serait, d’après certains auteurs, en relation avec la distribution de l’eau.

12 D’après M. Angladette (Ha-Dong).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540