Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre X. La pépinière

Choix de l’emplacement, préparation du sol, fumure, choix des semences, semis, irrigation, durée du séjour en pépinière, pépinières sèches

Texte intégral

1Le semis en pépinière est la règle générale dans le delta. Signalons en passant que seuls les riz de culture sèche, désignés par les Annamites sous le nom générique de lúa lốc sont semés directement lors de la campagne du dixième mois sur des terrains élevés, pour la plupart non nivelés et sablonneux, trop perméables pour rester longtemps submergés. Ils sont cultivés en petites surfaces sur les cordons littoraux de la province de Thai-Binh ; on en rencontre encore sur les dépôts de sable formés à la suite de rupture de digues (Ha-Dong, Bac-Ninh, etc.). Ces riz sont semés au début de juin, à raison de 30 à 50 kg/ha de graines, en lignes ou en poquets, recouverts de quelques centimètres de terre ; ils évoluent en une centaine de jours. Dans les zones hautes du lit majeur du Fleuve Rouge, on les sème parfois entre les rangs de mûrier.

2D’autres variétés, telles le nếp sào de Thai-Binh, sont indifféremment semées en place ou repiquées après un très court séjour en pépinière. Tous les riz du cinquième mois sont repiqués. Seule l’étude des riz semés en pépinière en vue de leur repiquage mérite d’être approfondie.

CHOIX DE L’EMPLACEMENT

3Les pépinières sont établies en terres riches, donc souvent à proximité des agglomérations, ou même dans leur enceinte ce qui facilite la surveillance et le portage du fumier. Cependant les mạ destinés aux rizières éloignées sont souvent faits à proximité de celles-ci pour éviter un transport trop onéreux des plants. On recherche aussi la proximité d’une réserve d’eau qui diminue le coût de l’irrigation. On préfère les terres de consistance moyenne ou assez fortes : les terres légères se dessèchent vite et les plants y souffriraient trop du manque d’irrigation à la fin de la vie en pépinière ; on évite les terres très argileuses qui se crevassent sous l’action de la sécheresse, en brisant les racines des jeunes plants : on y a du mal à les arracher et à enlever la terre qui adhère fortement aux racines. Mais surtout on recherche des terrains où l’on soit maître de l’eau, sûrement à l’abri de l’inondation et de la sécheresse. C’est pourquoi les pépinières ne sont pas établies au hasard, mais en un point bien défini ; pratiquement elles reviennent toujours au même endroit, ce qu’exprime le proverbe annamite :

« Khoai đất lạ, mạ đất quen : patate terre nouvelle (défrichée), plants de riz terre connue ».

4Il y a lieu de distinguer entre les deux campagnes de culture. Au cinquième mois, les semis faits en octobre-novembre n’ont plus à craindre un retour de l’inondation. Les pépinières sont établies en rizières basses et moyennes, facilement irrigables et assez fertiles pour donner de beaux plants malgré les froids. Dans l’eau profonde des rizières très basses, le repiquage exige des plants de plus de 50 cm de haut qu’on obtient seulement en terres très riches. Les pépinières n’occupent cependant pas les terrains les plus bas, encore submergés. Ainsi dans les zones basses des environs immédiats de Vinh-Yên elles sont situées à un niveau intermédiaire et ne reçoivent pas d’autres cultures : trop hautes pour être irriguées en saison sèche, elles sont submergées l’été : aussi portent-elles de beaux plants, malgré une fertilité réduite.

5Au dixième mois, on recherche des terrains plus hauts, à l’abri des inondations, bien que moins fertiles s’ils sont loin des villages. Quand les pluies tardent trop il est parfois difficile de les irriguer ; aussi faut-il, même pour cette campagne, préférer la proximité d’un point d’eau, pour ne pas courir le risque d’avoir des plants trop chétifs. Cette distinction est exprimée par le proverbe :

« Mùa ruộng cao, chiêm ao lấp : dixième (mois), rizières hautes, cinquième (mois), mares asséchées ».

6Cependant dans les rizières à deux récoltes où l’on est toujours maître de l’eau les pépinières des deux campagnes de culture peuvent être faites sur le même sol. Dans la province de Nam-Dinh on les établit parfois sur les berges fertiles des arroyos dont le niveau ne varie pas de plus de 25 à 50 cm sous l’influence des marées ; on risque l’entraînement des semences par les mouvements de l’eau.

7Les terrains qui reçoivent deux pépinières dans l’année ne sont repiqués en riz que s’ils sont très fertiles. Sinon il serait impossible d’avoir de beaux ma, tant à cause de l’épuisement du sol que du manque de temps pour préparer convenablement la terre. En tout cas une pépinière du cinquième mois ne peut être faite que sur riz précoce du huitième mois, de faible rendement ; et encore est-on amené à semer trop tard dans un sol mal préparé.

8La culture du riz du cinquième mois avant une pépinière du dixième mois présenterait moins d’inconvénients, puisqu’elle laisse plus de temps mais sur ces terrains hauts elle est peu courante, sauf dans les réseaux d’irrigation. On y fait plus souvent des cultures sèches, ordinairement des légumineuses. Dans certains villages de Quang-Xuong (Thanh-Hoa), on observe parfois la rotation pépinière-jute. Quoique épuisant, ce précédent serait, d’après les paysans, moins néfaste qu’un riz, peut-être parce que c’est une culture exondée : il laisserait une terre mieux aérée. Par contre, les pépinières comprises dans l’enceinte du village succèdent souvent à des légumes (liseron d’eau, etc.) fortement fumés ; aussi donnent-elles de beaux plants.

9Les sols ne portant qu’une pépinière sont souvent repiqués, surtout au dixième mois, mais ne donnent s’ils sont pauvres qu’un maigre riz ; on y met des variétés peu exigeantes. Dans tous les cas cette culture en riz des pépinières n’est pas à encourager chaque fois que le rendement tombe trop bas – en dessous de 300 kg/ mẫu – car elle diminue la vitalité des mạ de la campagne prochaine, donc la récolte suivante.

10Si les sols très fertiles (pépinières de mares, de jardin, de rizières basses ou proches du village) peuvent être indéfiniment cultivés en pépinière, il y aurait intérêt partout ailleurs à ne faire revenir les mạ qu’au bout de quelques années suivant les disponibilités de terres à régime hydraulique satisfaisant. Comme la crotalaire, les jeunes plants exportent une grosse quantité d’éléments minéraux.

PRÉPARATION DU SOL

11Les pépinières sont faites sur de petites parcelles de surface généralement comprise entre un et cinq ares.

Pépinière du cinquième mois

12Sur rizière haute, après un riz précoce, on laboure à sec fin septembre, puis on laisse pourrir les chaumes le plus longtemps possible, jusqu’à un mois ou un mois et demi, pour éviter d’avoir une terre creuse, trop perméable, où les jeunes plants souffriraient. Après un deuxième labour à sec, l’eau est amenée ; on en donne un troisième, suivi d’un ou deux hersages. Comme les rizières, ces terres légères reçoivent plus de labours que de hersages, pour ameublir le sol sans le tasser.

13Sur des sols de niveau intermédiaire, de consistance un peu plus forte, on donne trois labours croisés suivis chacun de deux hersages croisés ; le premier labour est donné en terre détrempée, les autres façons toujours sous l’eau. Enfin en pépinières basses, généralement couvertes d’eau tout l’été, la terre boueuse se contente d’un labour suivi de plusieurs hersages.

14Au retrait des eaux on en maintient une couche assez forte pour éviter l’assèchement temporaire pendant les travaux de préparation : les paysans prétendent qu’on obtient ainsi de plus beaux mạ.

15Dans ces deux dernières catégories de sols plus argileux on laisse entre le labour et le hersage la terre se ramollir dans l’eau ; mais si elle est exondée, on herse de suite avant que le soleil durcisse les mottes. Ces terres assez fortes reçoivent plus de hersages que de labours. On tient à réduire tous les « grumeaux » de terre pour obtenir une boue parfaitement homogène, dut-on passer la herse une douzaine de fois et plus ; jamais on ne la passe moins de cinq ou six fois.

16On évite de labourer trop profond, surtout quand le sous-sol a une composition défectueuse. Il ne faut pas provoquer un développement exagéré des racines en profondeur qui rendrait l’arrachage difficile. De même en Italie où on laboure les rizières à 18-20, parfois 25 cm, on recommande de ne pas dépasser 10 à 15 cm en pépinière.

Pépinière du dixième mois

17Quand il n’y a pas de culture d’hiver ou que le terrain est débarrassé tôt après une culture précoce de patate, on donne de bonne heure (en février-mars) un labour dit « d’aération » et laisse les mottes se dessécher le plus longtemps possible, jusqu’en mai. Après une légumineuse, les cultivateurs soigneux enfouissent les fanes en labourant aussitôt l’enlèvement des graines (avril). Après un riz du cinquième mois, dans les réseaux d’irrigation, on laboure dès la récolte enlevée pour enfouir les chaumes qui se décomposent vite sous l’eau avec les chaleurs de juin.

18Les autres façons sont toujours données en terre submergée, le deuxième labour billonnant pour enfouir les herbes quand celles-ci ont eu le temps de prendre un grand développement. On observe les mêmes règles que précédemment pour le rapport labours/hersages ; dans tous les cas la préparation du sol est beaucoup plus soignée qu’en rizière. Ainsi dans la région de Vinh-Yên, les deux premiers labours sont donnés suivant la longueur et la largeur de la parcelle, le troisième en diagonale les recoupant tous deux afin qu’aucune surface de terre n’échappe à la charrue.

Nivellement et drainage

19Le paysan annamite apporte le plus grand soin à son exécution. Après le dernier hersage, on passe à la surface du sol recouvert d’une couche d’eau peu épaisse (5 à 10 cm) une herse dont les dents sont piquées dans un bambou bien droit de 10 à 15 cm de diamètre, long de 2 à 3 m. Ce bambou lisse parfaitement en deux passages la surface du sol et que les hersages précédents avaient déjà nivelée mieux qu’une rizière. On obtient une surface parfaitement horizontale, la différence de niveau entre les points extrêmes ne dépassant pas souvent 2 à 4 cm. A Thanh-Hoa, à Ha-Dong, on se sert parfois dans le même but d’un rouleau en bois de 15 à 20 cm de diamètre et de 1,5 à 2 m de long. On creuse une rigole sur le pourtour de la pépinière ; au milieu des grandes parcelles, on ajoute un ou plusieurs petits fossés parallèles, pour faciliter le drainage. L’eau est évacuée après le hersage d’aplanissement, quand elle s’est clarifiée pour ne pas entraîner les limons fins. La clarification qui se fait rapidement en terres légères demande plusieurs heures, une journée ou même vingt-quatre heures en terres argileuses. La préparation du sol est réduite à sa plus simple expression sur les pépinières de berge des arroyos : on se contente de niveler à la pioche la boue vaseuse et on sème directement sur la surface ainsi obtenue.

FUMURE1

  • 1 Cf. « La fertilisation des pépinières » par Tranh Quôc Khanh dans le bulletin de janvier 1934 de l (...)

20La pépinière épuise le sol : la location de terrains pour une culture de mạ est aussi élevée, sinon plus, pour la durée réduite de la pépinière que pour toute une campagne de culture. La fumure est une nécessité absolue, sauf dans les pépinières de mares très fertiles où elle pourrait nuire.

21Sur rizière haute ou moyenne, le paysan annamite apporte du fumier de porc ou à défaut du fumier de ferme. La dose moyenne par sào, en charge de 30 à 45 kg, est de six à dix pour le fumier de ferme, de quatre à sept pour le fumier de porc ; dans le bas delta on remplace quelquefois par deux à trois charges d’environ 20 kg de vidanges. Ailleurs on met des cosses ou des fanes de légumineuses ou même on fait pourrir des haricots blancs ou jaunes. La fumure est donc beaucoup plus forte qu’en rizière on met jusqu’à quinze charges de fumier par sào, spécialement quand les plants doivent être repiqués en rizières basses recouvertes en juillet de 50 à 60 cm d’eau. Le cultivateur qui a peu de fumier le réserve à ses pépinières. On l’apporte entre les deux premiers ou avant le dernier labour, ou bien avant le dernier hersage.

22A cette fumure organique, on ajoute souvent un ou deux paniers d’environ 10 kg de cendre arrosée d’urine par sào. Dans le haut delta, on met plutôt la cendre en cours de végétation, quinze jours après le semis, quand les plants dépassent 10 cm. On en apporte aux pépinières qui paraissent souffrir, aux mạ qui jaunissent prématurément ; les cendres les font reverdir en deux ou trois jours et si l’épandage n’est pas uniforme on en lit les irrégularités à la couleur des plants. Nous avons observé un effet analogue avec apport de superphosphate, ce qui permet de supposer que dans les cendres l’acide phosphorique joue un grand rôle.

23Les cultivateurs estiment que cet apport de cendres facilite l’arrachage des plants en terres argileuses, car les racines, trouvant leur nourriture en surface, s’enfoncent moins : quand on n’a pas de cendres on donne l’urine seule aux pépinières pauvres, coupée de moitié ou de deux tiers d’eau ; on commence à en mettre quand les plants ont 6 à 7 cm de haut, puis tous les cinq jours jusqu’à l’âge d’un mois.

24La fumure augmente la vigueur, la taille et le poids des plants. Il ne faut cependant pas l’appliquer sans discernement. L’azote en excès provoque une exubérance de végétation, les mạ ont des tiges peu rigides, les nœuds se détachent de bonne heure du collet et les plants tallent plus tôt en pépinière, ce qui peut présenter de graves inconvénients en cas de retard forcé du repiquage (manque ou excès d’eau dans la rizière à repiquer). Une fumure excessive provoque l’apparition de maladies ou la verse des jeunes plants en pépinière : mieux vaut alors ne pas les utiliser, ils ne donneront jamais que de petites panicules mal fournies, avec beaucoup de grains avortés. A la Station rizicole de Hai-Duong, en terre assez fertile, 15 kg/ha d’azote représentent la dose d’engrais qu’on ne peut dépasser sans danger. A Java, où les pépinières sont plus riches qu’au Tonkin, et sont irriguées par des eaux chargées de limons fertilisants, on n’apporte généralement pas d’azote.

25Cependant en terre peu fertile l’azote est, en pépinière comme en rizière, l’élément essentiel de la fumure ; sans lui on n’a que des plants chétifs et souffreteux, trop petits et trop malingres pour être repiqués. Dans nos champs d’essais, nous avons souvent doublé la taille et le poids des plants en apportant 30 kg/ha d’azote. Sans fumure, en rizière pauvre, on n’obtient que des mạ pratiquement inutilisables.

26Souvent les plants ont faim, surtout à la dernière phase de leur vie en pépinière, quand le sol est épuisé. Il est probable que le rendement final en est diminué. L’apport d’engrais chimiques, non rémunérateur en rizière, le serait peut-être ici, les surfaces à fertiliser étant beaucoup plus réduites ; il faudra des essais pour déterminer l’importance des résultats qu’on en peut attendre.

27Dès à présent, le paysan annamite pourra fertiliser plus ses pépinières en accroissant la production de fumier ; les mạ du dixième mois pourront être engraissés en zones hautes par l’enfouissement quelques jours avant le semis de la première coupe de crotalaire. Le riz semble avoir besoin d’acide phosphorique surtout pendant la première partie de la vie de la plante, donc en pépinière. Cette opinion est confirmée par les Hollandais qui, à java, n’apportent les engrais phosphatés qu’en pépinière. Ils donnent des plants à tige plus rigide, et de ce fait plus appréciés des paysans annamites, plus faciles à repiquer, de reprise plus rapide et de maturité plus précoce. Selon l’acidité de la terre, on pourra essayer en pépinière, à défaut de cendres ou d’os calcinés, les phosphates naturels ou le superphosphate.

CHOIX DES SEMENCES2

  • 2 Cf. « Moyens pratiques de triage des semences pour les cultivateurs annamites », L’Annam nouveau, (...)

28« Tốt giống tốt mạ, tốt ma tốt lúa : belles semences beaux mạ, beau mạ beau riz », dit le proverbe annamite. Mais beaucoup de cultivateurs tonkinois paraissent ignorer ce dicton. Trop souvent ils doivent vendre leur récolte aussitôt la moisson pour payer les dettes, et empruntent aux semailles un paddy très quelconque. Même s’il ne peut garder le riz nécessaire à sa consommation, l’agriculteur annamite devrait s’efforcer de choisir, puis de conserver lui-même ses semences, sauf s’il veut changer de variété ou s’en procurer de nouvelles chez un confrère consciencieux.

29Quelques cultivateurs choisissent les semences de riz gluants destinés aux offrandes rituelles. Une femme se promène dans le champ avant la récolte, en coupant seulement les plus beaux épis. D’autres font ce choix dans les gerbes rapportées à la ferme. Aussi les champs de nếp offrent souvent aux regards un bel aspect d’homogénéité. Ce triage sur le champ pourrait être étendu sans grands frais aux riz ordinaires. C’est le plus pratique : un épi renferme en moyenne une cinquantaine de grains et une touffe une dizaine d’épis ; il est plus rapide d’éliminer une touffe d’une variété différente, souvent très visible dans le champ, que de rechercher après battage dans le paddy cinq cents grains souvent peu distincts du reste du lot.

30On fait passer dans le champ dont le grain doit donner la semence une ouvrière qui élimine toutes les touffes étrangères à la variété ; celles-ci se reconnaissent aisément par une différence de taille, de port de la panicule, de précocité, de coloration, etc.

  • 3 D’après M. Novello Novelli, les meilleures semences seraient produites en terre plutôt argileuse e (...)

31Parmi les autres plants, on récoltera pour la semence les plus belles touffes, les épis les mieux fournis ; cependant les plants qui se sont développés en des points de la rizière particulièrement fertiles (emplacement des tas de fumier, bordure de diguettes, etc.) ne seront pas choisis, leur développement n’ayant aucun rapport avec leurs qualités héréditaires3. Ce choix ne constitue pas une sélection, il ne peut accroître les qualités de la population cultivée mais simplement l’empêcher de dégénérer ; il doit être renouvelé chaque année. D’ailleurs, les travaux de sélection proprement dits sont trop longs et trop complexes pour être entrepris par le cultivateur ; il faut les abandonner aux spécialistes qualifiés.

32Actuellement, le paysan annamite soigneux prélève comme semence le paddy tombé près de la pierre ou du billot à battre, généralement plus lourd. Il le vanne à plusieurs reprises, pour éliminer les grains vides ou légers, puis le fait sécher au soleil plus longtemps que le paddy ordinaire, surtout si c’est un cinquième mois trop souvent récolté dans de mauvaises conditions. Les grains sont mis ensuite en jarres de terre cuite, ou en paniers bien enveloppés en attendant les cinq à huit mois qui séparent la récolte du semis ; on ne garde jamais les semences d’une année à l’autre, elles auraient perdu à peu près tout pouvoir germinatif, sauf dans des conditions particulières de conservation (procédé Vieillard, etc.). Naturellement ces procédés de vannage, séchage et conservation seront appliqués avec autant de soin au paddy provenant des épis récoltés à part sur le champ même. Pour éliminer les grains les plus légers qui risquent de donner des mạ chétifs, nous avons essayé le ventilateur Crévost et Théard et l’immersion dans l’eau salée ; aucun de ces procédés n’a paru nettement supérieur au vannage, répété plusieurs fois, avec l’éventail annamite.

33D’ailleurs il ne faut pas attribuer une importance excessive à la densité des grains et aux réserves nutritives de la graine. D’après les expériences faites aux Philippines, de jeunes plantules séparées de ces réserves à l’âge de trois jours vivent parfaitement quoiqu’elles ne prennent qu’un développement réduit.

34Souvent les variétés à amande blanche renferment en mélange une certaine proportion de plants à amande rouge, les grains étant extrêmement peu différents. Comme leur mélange déprécie le riz, certains cultivateurs annamites éliminent rapidement les épis à grains rouges de la façon suivante : les gerbes de riz sont trempées dans l’eau (une heure ou deux, parfois une journée) après la récolte, ce qui rend les glumelles transparentes ; les épis à grain rouge sont alors visibles par examen direct, ils apparaissent plus foncés ; on les voit mieux encore en étalant en éventail une poignée d’épis et en la regardant face au soleil. La dessiccation des grains ainsi trempés devra être faite avec précaution, commencée à l’ombre ou lorsque le soleil est bas, si l’on ne veut pas provoquer le clivage de nombreuses amandes. Ce procédé, également connu des riziculteurs italiens, est beaucoup plus rapide que le passage à la table Certani, l’élimination ayant lieu épi par épi au lieu de grain par grain. De même le triage par grosseur ne nous paraît pas utile. On élimine de la population les types à petits grains, souvent plus productifs et de meilleure qualité. Dans ses Éléments de biologie et de génétique appliquées à l’amélioration des plantes cultivées, le grand généticien M. Bœuf condamne en ces termes le triage par grosseur :

« Théoriquement, de grosses semences peuvent fournir des plantules plus vigoureuses ; pratiquement, le rôle des réserves est moins important : la jeune plante s’en affranchit souvent avant de les avoir épuisées. Le triage des grosses semences dans une variété mélangée peut avoir pour résultat de faire prédominer un ou plusieurs types à semences volumineuses, mais rien n’indique que ces formes sont les plus productives ; on peut même dire que c’est souvent l’inverse, car un facteur de rendement beaucoup plus important que la grosseur des grains, c’est leur nombre, et celui-ci varie presque toujours en raison inverse (mais non proportionnelle) de leur grosseur. »

LES SEMIS

Date des semis

35Le riz du cinquième mois est semé du 10 octobre au 1er décembre, rarement jusqu’au 10 de ce mois, le semis étant un peu plus précoce dans le haut delta, et dans les zones basses où l’on veut récolter tôt que dans le bas delta et les zones hautes. Toutefois on retarde le semis destiné aux plus basses rizières après un été pluvieux, car on doit attendre plus longtemps la baisse des eaux pour repiquer. La plus grande partie a lieu du 20 octobre au 20 novembre, soit dans un laps de temps relativement court. On ne peut semer plus tôt de crainte que le riz ne fleurisse pendant les froids. Les riz précoces du huitième mois sont semés dans la seconde quinzaine de mai, parfois du 10 au 20 mai en zones très hautes (par exemple dans quelques cantons du huyện de Vu-Bân, province de Nam-Dinh). Ils doivent fleurir au moment des dernières pluies puisqu’on ne peut guère les irriguer. Les riz de saison du dixième mois sont semés de fin mai à fin juin : un peu plus tôt pour les rizières assez hautes après jachère ou culture sèche, un peu plus tard pour les rizières à deux récoltes. Les derniers semis du début de juillet donnent des plants à repiquer en rizières basses fin août ou début septembre, au retrait des eaux. Les semis très tardifs donnent toujours un rendement inférieur.

36Les semis du dixième mois s’échelonnent sur une période plus longue que ceux du cinquième mois. Dans les zones non irriguées, la date de semis est en relation étroite avec le début des fortes pluies, souvent indispensables pour achever les travaux de préparation des pépinières hautes. On les retarde quand les pluies ne viennent pas, de crainte de manquer d’eau pour le repiquage et d’être obligé de laisser les plants trop longtemps en pépinière. C’est souvent dommage. Il semble qu’au dixième mois il faudrait chercher à semer un peu plus tôt, si cela ne présente pas d’inconvénients, en repiquant également plus tôt : en rizières hautes on pourrait cultiver des variétés à plus longue durée d’évolution, quoique fleurissant toujours aux dernières pluies ; en rizières basses les plants atteindraient une plus grande hauteur au moment du plus haut niveau des eaux. L’aménagement hydraulique régularisera la production en libérant partiellement l’agriculteur de la dépendance météorologique ; il permettra de resserrer les dates de semis et d’éliminer les semis trop précoces et surtout trop tardifs.

Germination

37On fait germer les graines avant le semis. Dix à 15 kg de paddy de semence sont mis dans un panier immergé douze, dix-huit ou vingt-quatre heures dans une mare ou un cours d’eau ; les nếp dont les glumelles sont plus épaisses restent dans l’eau jusqu’à deux et même trois jours. En plongeant les paniers dans l’eau, certains agriculteurs brassent la masse de paddy pour éliminer les grains vides et légers qui surnagent. Les paniers retirés de l’eau sont mis à l’ombre, généralement dans une paillote fraîche, en tout cas à l’abri de la pluie qui amènerait un refroidissement brusque très néfaste. La masse de paddy fermente et les germes se développent rapidement. Pour abaisser la température et redonner de l’humidité, on les trempe dans l’eau quelques minutes au bout de douze heures, puis toutes les vingt-quatre heures. La température s’élève d’autant plus à l’intérieur de la corbeille qu’on a pris soin de la couvrir de paille, de feuilles de bananier ou de nattes de jonc ou de bambou ; cette couverture, maintenue par des bambous entrecroisés, empêche également les poissons de manger le paddy immergé. Au dixième mois il fait chaud, le paddy est semé deux ou trois jours après qu’on l’a retiré de l’eau. Par les plus grandes chaleurs on peut semer après trente-six heures ; on ne met que 10 kg de paddy dans le panier, la semence s’échauffe moins puisqu’en masse réduite la surface de refroidissement est proportionnellement plus élevée. Au bout de ce temps les tigelles ne font que pointer et les radicelles ont 1 ou 2 cm de long ; elles sont plus courtes sur les grains de la périphérie, mieux refroidis, et au centre de la masse où l’optimum de température a été dépassé et où l’absence d’oxygène a entravé la germination. C’est pour aérer l’intérieur, en abaisser la température et par là réduire ces irrégularités que les agriculteurs soigneux brassent la masse de semences la veille du semis ; certains vont plus loin, les étalent à terre, puis les remettent en panier sans les tasser ; les radicelles ménagent dès lors entre les grains des intervalles qui favorisent l’aération.

38Aux Philippines, dans des conditions climatiques analogues au dixième mois tonkinois, des essais ont montré que la germination la meilleure était obtenue en trempant les graines deux jours et en les laissant deux jours hors de l’eau. Si on attend après le trempage plus de trois jours sans semer, le pourcentage de germination diminue beaucoup.

39Les semis du cinquième mois, surtout ceux de novembre, sont faits par temps plus froid. On met 15 kg de paddy dans la corbeille et on prolonge la fermentation trois, quatre ou cinq jours, rarement plus. « Mùa nú’t nanh, chiêm xanh đầu : dixième mois semer à l’apparition des tigelles, cinquième au verdissement de leur extrémité ». Ce proverbe annamite dit qu’il faut attendre pour semer le verdissement de l’extrémité de la tigelle, ce qui est beaucoup ; en réalité il exprime que le semis doit être fait à un stade de germination plus avancé pour accélérer le départ de la végétation. Au dixième mois au contraire, s’il pleut aussitôt le semis, les grains dont la tigelle est développée sont plus facilement entraînés par le courant d’eau qui les accumule dans un coin de la parcelle ou les culbute, entravant la croissance de la tige et de la racine qui, par géotropisme, avaient déjà pris leur direction naturelle. C’est pour cela qu’à Thanh-Hoa où l’on sème tôt (début octobre) et où les pluies se prolongent plus tard, on fait germer seulement deux jours après trempage d’une nuit, comme au dixième mois.

40Dans le bas delta (Nam-Dinh et Thai-Binh), on opère un peu différemment. Les paniers de semence sont immergés dans l’arroyo chaque jour, et retirés chaque nuit, pendant trois jours (dixième mois) ou cinq à six jours (cinquième mois). On sème à un stade un peu plus avancé que dans le haut delta quand la radicelle atteint 2 à 3 cm et la tigelle 1 cm. Si les pluies d’orage empêchent d’effectuer au jour fixé le semis du dixième mois, on retarde le processus de germination en étalant les semences en couche mince dans un courant d’air pour refroidir les graines et amener un léger flétrissement des radicelles. Les Annamites appellent ce procédé muối mộng ; le semis peut être ainsi retardé de deux à quatre jours.

41En bordure du delta, sur terres hautes non irrigables, on est obligé de semer aussitôt qu’il est tombé assez d’eau et on ne peut attendre les trois, quatre ou cinq jours nécessaires au trempage et à la germination. Ainsi dans les environs de Kep, quand on espère l’arrivée prochaine des pluies, on fait germer les graines jusqu’à ce que les radicelles atteignent 2 ou 2,5 cm. Puis on les sèche plusieurs jours au soleil et on attend la pluie. Quand celle-ci vient, on sème les graines après douze heures de trempage ; les plants reprennent au bout de deux jours au dixième mois, de six à sept jours au cinquième mois. Ce procédé, très répandu dans la région de Long-Giang avant l’irrigation, est heureusement en voie de régression ; il donne des plants jaunes et chétifs. Enfin, dans cette même région on ne fait pas germer les grains semés en pépinières sèches. Dans certains cantons de Thai-Binh, les grains germés sont saupoudrés de cendre puis la masse est brassée légèrement, la veille du semis, pour briser plus ou moins les radicelles, qui émergent à peu près seules à ce moment, en retarder la croissance et favoriser le développement des tigelles. Les agriculteurs prétendent que les racines allant moins profond, les plants s’arrachent plus facilement et il y en a moins de brisés.

Exécution du semis

42L’agriculteur annamite fait une distinction fort judicieuse :

43En terres sablonneuses, on sème immédiatement après le nivellement et l’évacuation de l’eau, sinon le sol se tasserait trop et les radicelles mettraient plus de temps à s’y enfoncer ; s’il pleuvait avant, les graines seraient accumulées dans un coin de la pépinière.

44En terres argileuses, on laisse les limons se déposer pour évacuer l’eau et on attend encore trois à cinq heures, et même une nuit dans les terres les plus vaseuses, pour que le sol s’affermisse au moins en surface. Sinon les graines s’enfonceraient dans la boue trop fluide, les plants seraient plus difficiles à arracher et on risquerait plus de les briser.

45Quand on a plusieurs pépinières voisines à des niveaux différents, on commence par les plus hautes, l’eau évacuée servant à la préparation des parcelles plus basses. On sème quand on pense avoir deux ou trois jours de beau temps ; s’il fait chaud on préfère semer le soir ou à la fin de l’après-midi, ou très tôt le matin ; jamais en plein midi, pour que les racines soient déjà capables d’absorber de l’eau quand l’évaporation devient intense. Les semences germées sont secouées légèrement dans un van pour isoler les grains entremêlés par leurs radicelles ; ou bien le semeur démêle chaque poignée avant de la projeter devant lui et non comme en Europe par un geste circulaire. La plus grande densité de semis en facilite d’ailleurs la régularité, on peut jeter des grains à plusieurs reprises vers le même point en uniformisant la répartition. L’ouvrier sème d’abord de la diguette tout le pourtour sur une largeur d’environ 4 m : on n’a pas besoin de descendre dans la boue pour les parcelles qui n’ont pas plus de 7 à 8 m de large. Pour les autres le semeur marche ensuite à reculons en suivant l’axe de la parcelle, ou rarement deux axes parallèles, projetant quelques poignées à chaque pas ; ces pas seront autant de petites dépressions où l’eau entravera la germination, aussi en fait-il le moins possible. L’ouvrier soigneux les rebouche à la main et arrive à semer huit sào par jour (0,3 ha) en arrêtant pendant les heures les plus chaudes.

46Si l’agriculteur s’est trompé dans ses prévisions, s’il pleut après le semis, il obture les coupures faites dans les diguettes pour évacuer l’eau, empêche les eaux d’amont de pénétrer dans la pépinière et maintient sur la parcelle l’eau qui y tombe : on l’évacuera ensuite très lentement sans provoquer de courant qui entraînerait les graines non enracinées. Cet accident est assez fréquent pour les semis du dixième mois. Malgré ces précautions, les pluies violentes amènent toujours une perturbation dans la répartition des graines. On pourrait limiter les dégâts en frappant sur les graines avec un balai, pour les enfouir un peu dans la boue dès que les pluies menacent ; ce procédé est employé dans les environs de Hué (Bang-Môn) pour les semis d’automne, saison très pluvieuse. Si on a des semences germées, on peut aussitôt l’évacuation ressemer les zones trop claires ; sinon il serait trop tard car la terre serait trop durcie. On voit l’utilité d’un nivellement parfait ; s’il ne l’est pas une légère pluie suffit à troubler la répartition.

47La germination et l’exécution du semis donnent l’impression de techniques parfaitement mises au point, bien adaptées aux conditions locales. Aux Philippines, des essais ont montré que le pourcentage de germination était plus élevé en terre saturée d’eau qu’en terre non saturée ou sursaturée. Le dépôt de limons qui précède l’évacuation des eaux bouche les interstices du sol qui permettraient un développement exagéré des racines en profondeur.

48La germination représente une avance très appréciable : le grain reste moins longtemps exposé aux rats et aux oiseaux qui ne les consomment plus quand une partie des réserves est épuisée ; il ne risque l’entraînement par les pluies que pendant deux ou trois jours ; il s’enracine plus vite avant que le sol ne soit tassé par les pluies, et atteint au bout de quatre jours en été et de six jours en automne, la hauteur de 4 à 5 cm, nécessaire pour qu’on puisse donner la première irrigation sans submerger les plantes, ni risquer leur arrachage par la force vive des eaux que chasse le vent. Sans germination il faudrait cinq jours de plus au dixième mois et huit ou dix au cinquième ; par temps sec, une attente plus prolongée ferait souffrir les mạ sur une terre trop desséchée ; le fendillement du sol briserait les racines. Les jeunes plants ont une plus grande avance sur les mauvaises herbes : ils sont assez serrés pour entraver leur développement et rendre le sarclage inutile.

49En semant à la surface, la tigelle ne s’épuise pas à trouer le sol, les feuilles tout de suite à la lumière verdissent et dès ce moment contribuent à la nutrition de la plantule. D’autre part la lumière sur le collet, d’après les recherches japonaises, entrave le tallage. Sur une terre exondée, on contrôle plus facilement la régularité du semis, la radicelle se développe la première et va chercher l’eau si nécessaire à ce stade. Tandis qu’en semant sous l’eau c’est la tigelle qui part d’abord, à la recherche de l’oxygène (processus de résistance à l’asphyxie). On observe facilement ce phénomène dans les petites dépressions couvertes d’eau des pépinières mal nivelées ; sur un grain non germé la radicelle ne sort que quand la tigelle a dépassé la surface de l’eau. D’autre part, le nivellement n’étant jamais parfait, si on laissait un peu d’eau elle entraînerait les grains en s’écoulant peu à peu vers les points bas.

50Dans le semis direct au contraire (Italie) on sème derrière une spianone qui trouble l’eau pour que les limons fins en se déposant recouvrent le grain ; on favorise ainsi le tallage mais l’effort supplémentaire demandé à la plante tant qu’elle n’émerge pas est sans doute une cause importante du rendement inférieur des rizières semées en place.

Quantité de semences

51On met un poids de semences plus élevé pour les variétés à gros grains que pour celles à petits grains, mais la différence n’est généralement pas aussi élevée que celle du nombre de grains au kilogramme de sorte qu’il y a plus de grains par unité de surface s’ils sont petits. A Hung-Yên on a noté 18 kg/sào (5qx/ha) avec les variétés à petits grains, 20 et 22 kg/sào pour les moyens et gros grains. Cependant un autre facteur intervient parfois : les riz exigeants sont souvent semés plus clair, surtout en pépinières moyennement fertiles ; il arrive qu’on mette un poids de semences de nếp, à gros grains, inférieur à celui des riz durs, moins exigeants.

52On sème généralement plus clair au dixième mois, les graines bien récoltées germant vite par la chaleur ; plus serré au cinquième, où le pouvoir germinatif est plus faible, la levée souvent irrégulière ; il y a des manquants à cause du froid. On sème aussi plus serré dans les pépinières fertiles du bas delta, capables de nourrir plus de plants par unité de surface, que dans le haut delta ; on sème beaucoup plus dru quand on craint une attaque de la pépinière par les rats.

53Dans le haut et le moyen delta nous avons noté de 17 à 22 kg/sào au cinquième mois et de 21 à 27 kg/sào au dixième. Dans la province de Ha-Dong, on observe une densité plus élevée correspondant à une fertilité plus grande : 22 à 23 kg/sào au dixième mois, 30 kg/sào au cinquième. Dans le bas delta, les chiffres sont plus élevés, atteignant jusqu’à 30 kg et même 35 kg/sào (presque 10 qx/ha).

  • 4 20 et 30 kg/sào correspondent respectivement à 5,5 et 8,3 qx/ha. En Italie on sème 6 à 7 qx/ha de (...)

54On voit souvent à la fin de la vie en pépinière les plants jaunis, parfois faute d’eau, mais aussi par manque d’aliments. Il y aurait sans doute intérêt à diminuer la densité du semis4 surtout en pépinières peu fertiles. Le danger d’un semis trop clair est le tallage en pépinière, surtout quand on doit y prolonger outre mesure le séjour des plants. Ce danger est moindre en pépinières pauvres ; et si le paysan annamite les sème plus dru, c’est qu’il aime voir sa pépinière bien garnie malgré le faible développement qu’y prennent les plants. Il semble qu’on ne devrait atteindre 30 kg/sào qu’en pépinières fertiles et avec de grosses graines. Au dixième mois, avec des variétés de grosseur moyenne et des terres peu ou moyennement fertiles, on ne devrait pas dépasser 20 kg/sào. C’est sur la concession bien cultivée de M. Vu Van An que nous avons noté les plus faibles densités de semis : 17 kg/sào au dixième mois, 19 kg/sào au cinquième. Il doit avoir raison. Il faudrait rechercher l’influence sur les rendements en rizière de la densité de semis en pépinière ; mais c’est un travail de longue haleine, les essais devant être répétés pour chaque variété et chaque nature de sol.

IRRIGATION

55« Chiêm chết se, hè chết đọng : les mạ du cinquième mois meurent sans eau et ceux du dixième mois avec beaucoup d’eau », dit le proverbe. L’irrigation n’est donc pas régie suivant les mêmes principes pendant les deux campagnes de culture.

Pépinière du cinquième mois

56Quatre à cinq jours après le semis, dès que la plantule est bien enracinée, on donne une première irrigation d’une épaisseur d’1 cm, assez pour recouvrir la graine mais non la tigelle. D’autres préfèrent attendre six à dix jours, que les plantules aient au moins 5 à 7 cm, et parfois plus, laissant la terre se durcir, sans aller jusqu’au fendillement qui briserait les racines ; dans ce cas on met 3 à 5 cm d’eau. A Thai-Binh on attend parfois trois semaines quand le temps n’est pas trop sec pour donner le premier arrosage.

57Certains ne font pas d’autres irrigations ; ainsi à Son-Tây on met 4 cm d’eau huit jours après le semis, la submersion est maintenue cinq à six jours en terres légères, trois à quatre jours en terres argileuses, puis, l’eau évacuée, on laisse à sec jusqu’à l’arrachage. A Thanh-Hoa on ne donne même pas la première irrigation et on n’amène un peu d’eau dans les petites rigoles de drainage, sans jamais submerger, que si le fendillement du sol risque de briser les racines. A Ha-Tinh, en pépinières argileuses, on n’arrose jamais après le semis ; mais dans ces deux provinces la saison des pluies se prolonge plus tard.

58Il vaut mieux n’irriguer qu’une fois, et assécher à dix ou quinze jours du semis les pépinières qu’on n’est pas sûr de pouvoir alimenter en eau plus tard, par suite de la sécheresse. Les plants poussent lentement, donnent peu de feuilles, jaunissent mais ne meurent pas ; la végétation repart un peu après chaque petite pluie. Tandis que si l’on donne deux ou trois irrigations et on maintient submergé jusqu’à un mois et plus, les plants forment de nombreuses feuilles, donc évaporent et exigent plus d’eau ; si une sécheresse survient au milieu de la vie en pépinière et qu’on ne puisse arroser, ils résistent bien moins, meurent assez vite. Comme ceux des pépinières sèches, les plants des pépinières asséchées tôt reprennent plus rapidement.

59En situation moyenne on donne deux à cinq irrigations complémentaires, suivant la pluviosité, la perméabilité du sol, et aussi l’opinion du cultivateur. La coutume habituelle veut que l’on maintienne le sol submergé ou humide jusqu’à un mois ou quarante jours, suivant la durée du séjour, quand les plants atteignent 20 à 25 cm. La pépinière est asséchée de quinze jours à un mois, souvent plus, avant l’arrachage des plants ; l’assèchement est plus prolongé en sols argileux qu’en terres légères. Les pépinières argileuses, qui ont emmagasiné plus d’eau, gardent longtemps une certaine fraîcheur, même quand elles sont fendillées. En outre, on assèche plus tôt quand on a l’intention d’arracher les mạ en terre sèche ; on évite de laisser trop durcir la terre si on veut les arracher en terre submergée ; mais on évite aussi de les arroser trop près de l’arrachage, opération qu’on gênerait en rendant boueuse la surface que le soleil pourrait durcir. L’irrigation favorise le développement en hauteur des plantes ; aussi arrose-t-on plus les pépinières pauvres ou de fertilité moyenne ainsi que celles qui doivent fournir des plants à repiquer en eau profonde.

60On maintient généralement une hauteur d’eau de 5 cm sinon on ferait « filer » les plants en hauteur en arrêtant exagérément la poussée des racines ; à Nam-Dinh les agriculteurs définissent avec précision la meilleure couche d’eau : elle doit venir à mi-hauteur du point où le limbe de la première feuille se détache de la tige. Dans le haut delta on met plus haut, jusqu’à 7 ou 10 cm, à la moitié de la hauteur des plants. En eau profonde les plants seraient trop tendres et cet inconvénient est plus à craindre dans les rizières fertiles du bas delta.

61L’assèchement final a surtout pour but de donner de la rigidité. En concentrant les solutions du sol, il favorise la nutrition minérale qui donne aux plants la raideur si appréciée des paysans. Un apport d’acide phosphorique a le même effet. Les mạ rigides sont plus faciles à enfoncer dans le sol, reprennent plus vite et résistent mieux aux attaques des crabes.

62L’assèchement ralentit aussi le développement de la plante, les racines moins profondes s’arrachent plus facilement et le premier nœud se détache moins vite du collet, prolongeant la période durant laquelle les plants restent bons à repiquer. Ainsi au dixième mois cette apparition du premier nœud aurait lieu à quarante-cinq jours en moyenne en pépinière constamment submergée, à plus de soixante jours en pépinière asséchée, sauf en sol très riche. Aussi le paysan annamite laisse-t-il volontiers ses pépinières du cinquième mois longtemps à sec même si la terre se fendille. Il semble aller trop loin dans cette voie ; dès que le jaunissement des plants, trop prononcé, indique une souffrance, le rendement en rizière doit diminuer.

63La submersion continue n’est pas recommandable, mais il ne faut arriver ni au jaunissement ni à la rupture des racines par le fendillement du sol ; pour cela l’assèchement ne devrait pas dépasser, suivant la nature du sol, 15 à 25 jours ; trop souvent on le fait durer plus d’un mois, même s’il ne pleut pas ; d’ailleurs le cultivateur sait bien qu’après le jaunissement complet les plants meurent s’il ne peut les irriguer. Dans les cuvettes, l’eau s’accumule dans les pépinières de mares (par exemple aux environs de Hung-Yên) ; aussi ne doit-on pas les irriguer mais évacuer l’excès d’eau en l’élevant, d’abord pour le semis, puis au fur et à mesure que l’infiltration des terres hautes voisines en amène un excès.

Pépinière du dixième mois

64L’irrigation est inutile avec une pluviosité régulière ; on doit même vider l’eau si les pluies en ont trop déversé ; mais quand il fait très chaud une trop faible couche d’eau peut être dangereuse car elle s’échauffe plus vite et fait pourrir les plants. C’est pour faciliter cette évacuation et éviter le risque d’inondation qu’on met en terrains hauts les pépinières du dixième mois.

65En année sèche on doit arroser, parfois même abondamment car l’évaporation est grande ; c’est ainsi que la proximité d’un point d’eau est indispensable. Le premier arrosage est donné trois à cinq jours après le semis, quand les plants ont 4 à 5 cm de hauteur, les autres se succèdent à huit ou dix jours d’intervalle. Certains agriculteurs maintiennent la pépinière constamment humide mais non submergée, d’autres laissent quelques centimètres d’eau, sans jamais dépasser 5 à 6 cm.

66On assèche la pépinière vingt à trente-cinq jours après le semis, de dix à vingt-cinq jours avant l’arrachage, de façon qu’à ce moment – s’il ne pleut pas trop - la terre soit un peu fraîche, ni trop molle ni trop dure. Certains agriculteurs qui arrachent les mạ sous l’eau maintiennent les pépinières constamment submergées, surtout, comme au cinquième mois, en pépinières pauvres et pour le repiquage en eau profonde (Hung-Yên). Généralement on craint la submersion après un mois, car elle provoque un enracinement trop profond. La technique d’arrosage des pépinières sablonneuses, jamais submergées, sera traitée dans le paragraphe spécial aux pépinières sèches.

DURÉE DU SÉJOUR EN PÉPINIÈRE

67Les riz du dixième mois de saison et tardifs restent en moyenne quarante à quarante-cinq jours en pépinière ; les nếp et les riz très précoces ne restant que vingt-quatre à trente jours, les riz hâtifs trente-cinq à quarante jours. Dans la province de Nam-Dinh, les plants à repiquer en rizières basses, où l’on craint l’inondation, restent cinquante à soixante, exceptionnellement soixante-dix jours, jusqu’à ce qu’ils atteignent 50 à 60 cm de hauteur ; en pépinières fertiles ils peuvent rester aussi longtemps sans souffrir de la faim. Dans la province de Vinh-Yên, les mạ destinés au repiquage du lit majeur du Fleuve Rouge, semés au début de juillet, sont parfois repiqués jusqu’au 15 ou 20 septembre.

68On peut être amené à repiquer plus tôt, pour profiter d’une pluie précoce ou plus tard si la sécheresse se prolonge, et cela sans inconvénients dans certaines limites. Cependant des plants trop jeunes (exemple : riz de saison âgés d’un mois) ne donnent que de courts épis. Les points de tallage sont plus élevés sur la tige principale quand le plant est resté longtemps en pépinière ; donc des plants trop âgés, dans lesquels le premier nœud est nettement détaché du collet, tallent peu. Quand l’inondation a anéanti un premier repiquage, si on ne dispose pour le refaire que de plants trop âgés, ou de plants trop jeunes destinés aux rizières très basses après le retrait des eaux, on préfère repiquer serré les mạ trop âgés : car s’ils tallent peu ils donnent de bons épis, tandis que les mạ trop jeunes donnent beaucoup de panicules, mais trop de grains avortés. Dans ce cas, il est souvent plus avantageux d’acheter des mạ convenables provenant d’une autre région, sauf si une grande demande en fait monter les cours à un taux excessif. Au cinquième mois les mạ restent cinquante à soixante jours en pépinière dans le haut delta, quand ils sont semés tôt (en octobre) et soixante à soixante-quinze jours dans le bas delta. Les nếp restent, comme au dixième mois, cinq à six ou même dix jours de moins que les riz durs, soit de quarante-cinq à soixante jours. Cependant le séjour en pépinière peut se prolonger sans grand inconvénient, sauf dans les pépinières très fertiles, constamment irriguées ou trop clairsemées, jusqu’à trois mois et un peu plus, surtout pour les semis de novembre. C’est ce qu’exprime avec un peu d’exagération le proverbe :

« Ma chiêm ba tháng không già, mạ mùa tháng rýởi ắt là không non : les mạ du cinquième mois ne sont pas vieux à trois mois, ceux du dixième mois ne sont pas jeunes à un mois et demi. »

69Au champ d’essais de Binh An, des mạ âgés de plus de trois mois ont donné de très mauvais résultats. Les agriculteurs préfèrent que les mạ du cinquième mois subissent deux ou trois périodes de froid en pépinière ; ils résisteraient mieux aux basses températures après le repiquage, pendant la période critique qui dure jusqu’à la reprise des plants et au cours de laquelle beaucoup périssent. C’est pourquoi dans les hivers froids le repiquage de janvier est préférable à celui de décembre. Le proverbe dit :

« Cấy tháng chạp, đập không ra : repiquer au douzième mois, c’est la réussite assurée. »

  • 5 D’après Sarvayya, Madras Agricultural Journal, vol. XX, n° 5,1932.

70Les riz de trois lunes restent de vingt-cinq à trente-cinq jours en pépinière, d’autant moins qu’ils sont semés plus tard quand il fait plus chaud. Le danger d’un séjour trop prolongé est, outre l’apparition d’un nœud distinct, le tallage en pépinière. Dans des conditions normales, les talles se forment sur l’hypocotyle à environ 13 mm au-dessous de la surface du sol5 : la lumière sur le collet en empêche la formation. Cependant avec un séjour prolongé les plants tallent dans les pépinières trop clairsemées ou trop fertiles ; c’est un gros inconvénient : le tallage, arrêté par l’arrachage, ne recommence plus guère en rizière.

PÉPINIÈRES SÈCHES

71Dans les provinces de Nam-Dinh et Thai-Binh, si les pluies manquent au moment des semis précoces de riz du dixième mois ou si l’on ne dispose pas de terrains assez bas, on emploie une technique particulière.

72Après deux labours croisés, sur la terre finement pulvérisée et bien aplanie, on sème à la volée du paddy germé, trempé le jour et sorti la nuit pendant quatre jours, à une forte densité : 40 kg/sào au lieu de 30 dans la même région en pépinières irriguées. On recouvre d’une couche de 2 cm de terre très fine puis de paille pour diminuer l’évaporation. On arrose abondamment avec un arrosoir ou à son défaut on vide l’eau prélevée dans un seau avec une boîte de beurre au-dessus d’un panier à claire voie qui fait office de pomme d’arrosoir. Quand c’est possible on élève l’eau avec l’écope, assez pour bien mouiller la terre sans submerger. Puis on arrose tous les soirs, ou même matin et soir, jusqu’à ce que les tigelles dépassent le niveau du sol de 2 à 3 cm, ce dont on s’assure en soulevant le paillis et qui demande en général trois ou quatre jours. A ce moment on enlève le paillis en faisant attention de ne pas briser les jeunes pousses, et cesse les arrosages. Ces pépinières sont établies en sol léger, une terre argileuse se fendillerait après quelques jours sans pluie et briserait les racines.

73En recouvrant les graines de terre, on accroît le risque de tallage en pépinière, mais on le diminue en semant plus serré. Les plants sont un peu moins beaux ; d’après les agriculteurs de Nam-Dinh le rendement en rizière serait diminué de 10 %. Les plants sont plus durs à arracher et on doit prendre plus de précautions pour ne pas les briser.

74Dans les terres hautes en amont de Kep, on emploie un procédé analogue. Les graines sont semées non germées sur de petites planches de jardins, assez proches d’un point d’eau mais d’un niveau si élevé que l’irrigation en est pénible. On recouvre le semis d’une mince couche de paille pourrie et on donne de l’eau avec un arrosoir, deux fois par jour, jusqu’à ce que les plants aient atteint 10 à 12 cm. Il faut ainsi beaucoup moins d’eau qu’en pépinières irriguées mais les plants sont moins beaux. Ils poussent moins vite et on doit les laisser une dizaine de jours de plus en pépinière. Il semble qu’on gagnerait quelques jours d’arrosage et de séjour en pépinière en adoptant dans ces régions le semis germé du bas delta, recouvert ou non d’un peu de fine terre.

  • 6 Cf. « Quelques principes d’irrigation dans la riziculture annamite » par M. Trân Trong Khoi, Bulle (...)

75Dans les zones sablonneuses du littoral du Thanh-Hoa6, on donne aux pépinières trois labours et deux hersages et on sème du paddy non pas germé mais seulement trempé quelques minutes. Un troisième hersage enfouit les graines sous une mince couche de terre. Quand les jeunes plants souffrent trop de la sécheresse, quinze ou vingt jours après la levée, on submerge la pépinière quelques heures pour bien humecter le sol, puis on évacue l’eau. On sème seulement 7 à 8 kg de graines par sào ; on herse à nouveau un peu après l’apparition des tigelles. Les plants ayant beaucoup d’espace sont robustes ; ils tallent un peu en pépinière mais dans ces conditions de culture les paysans n’y voient pas d’inconvénients. Les mạ obtenus résistent bien à la sécheresse, on peut les repiquer en terres légères, même sans eau, ce qui est dangereux avec les plants venant de pépinières submergées. La reprise est rapide, le tallage débute de suite, ce qui permet de repiquer peu de brins par touffe. Mais l’arrachage des mạ est plus pénible, il demande deux fois plus de temps qu’en pépinière irriguée, et un sào de pépinière ne fournit des plants que pour une faible surface, environ trois à cinq sào de rizière. Dans la région de Bang-Môn (Hué), on estime que les mạ de pépinières sèches reprennent plus vite mais avec une proportion plus élevée de manquants.

Notes

1 Cf. « La fertilisation des pépinières » par Tranh Quôc Khanh dans le bulletin de janvier 1934 de l’Office indochinois du riz.

2 Cf. « Moyens pratiques de triage des semences pour les cultivateurs annamites », L’Annam nouveau, 27 décembre 1931.

3 D’après M. Novello Novelli, les meilleures semences seraient produites en terre plutôt argileuse et non fumée : notons que les rizières italiennes sont bien plus fertiles que celles du Delta.

4 20 et 30 kg/sào correspondent respectivement à 5,5 et 8,3 qx/ha. En Italie on sème 6 à 7 qx/ha de grains deux fois plus lourds ; la densité des plants y est donc bien inférieure, en terres plus fertiles.

5 D’après Sarvayya, Madras Agricultural Journal, vol. XX, n° 5,1932.

6 Cf. « Quelques principes d’irrigation dans la riziculture annamite » par M. Trân Trong Khoi, Bulletin économique de l’Indochine, octobre 1930.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable