Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre VII. Le cheptel et les transports

Animaux de trait, porcs, problème des transports

Texte intégral

ANIMAUX DE TRAIT : BUFFLES ET BŒUFS

1Tout le delta mis en culture ne suffisant pas à nourrir sa population, il n’y a pas de pâturages et il ne saurait être question d’en créer ; l’élevage y est donc restreint. On n’entretient que les animaux de trait indispensables aux travaux de préparation du sol. Parfois vaches et bufflesses donnent des produits, mais leur nombre est insuffisant pour remplacer les pertes. Le delta importe chaque année de la moyenne région et du Nord-Annam des milliers de bubalins et de bovins.

2Les buffles se reproduisent lentement, sont peu résistants à la fatigue, aux maladies et aux intempéries ; ils doivent, pour se bien porter, se baigner l’été quelques heures par jour dans une mare ou un cours d’eau. Mais ils sont assez lourds (300 à 600 kg) et peuvent fournir pendant un temps limité un effort de traction supérieur à celui des bœufs. Ils conviennent, surtout les mâles, aux travaux en terrain submergé, labourant sans difficulté sous 50 à 60 cm d’eau. Les bovins se reproduisent rapidement, sont rustiques et résistants ; plus légers (200 à 250 kg), ils sont capables d’un effort moindre, mais plus prolongé. Ils conviennent mieux aux terres hautes, généralement plus légères, donc moins pénibles à labourer.

Répartition

3On peut estimer à 500 000 au maximum le nombre de têtes de bétail du delta, soit un animal pour 2,25 ha de rizière. Il y aurait à peu près autant de bovins que de bubalins dans les secteurs de Vinh-Yên, Phuc-Yên, Phu-Tho, de Hanoï, Ha-Dong et de Ninh-Binh, Ha-Nam (le premier et le dernier de ces secteurs débordent hors du delta) ; tandis que les buffles domineraient dans le rapport de 2/1 à Nam-Dinh et Thai-Binh ; de 2,5/1 à Hai-Duong, Hung-Yên, Bac-Ninh et Bac-Giang ; de 4,5/1 à Kiên-An. A Ha-Dong, d’après M. Angladette, les bovins dominent dans le nord et le centre de la province, et les bubalins dans les rizières du cinquième mois du sud ; exception faite pour Phu-Xuyên et Chuong-My où la proportion élevée de bovins s’explique par la pauvreté des habitants (le bœuf est moins coûteux). D’après les statistiques du Service vétérinaire, inférieures à la réalité mais à peu près comparables entre elles, nous avons calculé une approximation du nombre d’animaux de trait par hectare de rizière, par habitant, et du nombre de porcs par habitant.

Tableau 4. - Répartition des animaux de traits et des porcs par secteur

Secteurs

Ha de rizière par animal de trait

Animaux de trait par habitant

Porcs par habitant

Nam-Dinh, Thai-Binh

4,0

1/32

1/20

Ninh-Binh, Ha-Nam

2,5

1/17

1/10

Vinh-Yên, Phuc-Yên, Phu-Tho

1,8

1/9

1/8

Hai-Duong, Hung-Yên

3,2

1/18

1/8

Hanoï, Ha-Dong

2,4

1/27

1/10

Haïphong, Kiên-An

2,3

1/14

1/8

Bac-Ninh, Bac-Giang

3,3

1/12

1/8

4La densité par hectare, minima dans le bas delta (Nam-Dinh, Thai-Binh) est encore faible dans le moyen delta (Hai-Duong, Hung-Yên). La densité est plus élevée dans le nord (Vinh-Yên, Phuc-Yên, Ha-Dong), dans les provinces limitrophes (Ninh-Binh, HaNam) et dans la partie est, peu peuplée, de la zone maritime (Kiên-An). Plus le sol doit nourrir d’habitants, moins il y a de pâture pour les animaux.

Alimentation

5On ne pourra proposer des méthodes de culture exigeant de la part des animaux une plus grande dépense d’énergie que si on améliore leur état. Le delta ne peut accroître un cheptel qu’il nourrit péniblement mais il doit mieux l’utiliser.

6Buffles et bœufs pâturent l’herbe rase des talus de digues – dans les villages en bordure des digues, le cheptel est toujours en bien meilleur état – et de routes, des cimetières et mamelons incultes, et des petites diguettes qui séparent les parcelles des rizières. Pour l’empêcher de brouter le riz, chaque buffle est tenu à la corde par un enfant. Ils ne vont dans les champs qu’entre deux cultures, moment où la coutume annamite admet le droit de vaine pâture. Le pâturage des diguettes réduit la montée en graines des graminées qui s’y développent, donc l’ensemencement des rizières en plantes adventices. En Californie, où les pâturages ne manquent pas, on fait brouter par les moutons (qui coupent l’herbe bien ras) les diguettes de séparation dans le seul but d’empêcher les graminées de fructifier et de contaminer la rizière. Les diguettes sont moins larges dans le bas delta surpeuplé, où on cherche à récupérer toute la terre disponible, et où on entretient un cheptel moins abondant ; beaucoup d’animaux sont abattus ou revendus aussitôt terminés les travaux de préparation du sol, soit que le propriétaire ne puisse les nourrir, soit qu’il ait besoin d’argent. Dans les provinces limitrophes du delta on dispose de maigres parcours où on peut faire un peu d’élevage.

7Les animaux doivent pâturer de longues heures pour s’alimenter insuffisamment. On évite les sorties par temps de pluie. Au moment des labours on les attelle le matin, l’après-midi étant réservé au pâturage. Si on veut travailler plus longtemps, on porte aux buffles à l’étable, le soir, et quelquefois à midi, une charge d’environ 40 kg d’herbe.

8En saison sèche la constitution de réserves fourragères s’impose. La paille de riz, aliment de complément de mai à novembre, constitue en hiver et au début du printemps l’essentiel de la ration. Aux heures de repos, on attache souvent le buffle ou le bœuf au pied de la meule. Le riz étant souvent coupé à mi-hauteur, on réserve pour le cheptel la partie haute de la paille, plus fine et moins souillée de boue. Cet aliment est abandonné des riziculteurs italiens dès qu’ils disposent de fourrages ; au Tonkin on doit s’en contenter, à défaut d’autre ressource végétale. L’ensilage de la paille assurerait sa conservation en améliorant sa qualité. Une aire surélevée en terre battue, présentant une pente assez forte et des rigoles de drainage, limitée par des murs de terre, constituerait un silo économique dans les zones basses. En terres hautes on pourrait utiliser une fosse, avec puisard dans un coin pour l’évacuation des jus. La paille, fortement tassée par le piétinement des hommes ou même des animaux si le silo est assez vaste, serait maintenue sous pression par une couverture de 20 cm de terre, humectée en saison sèche pour en éviter le fendillement.

9La paille conservée en meule doit être convenablement séchée au soleil pour éviter la moisissure. Séchée sur une aire en terre battue ou dans les champs, on évitera de la retourner trop souvent pour y mêler moins de poussière ; dans le même but il sera toujours bon de la secouer à la fourche avant de la donner au bétail.

10Les villages qui cultivent la canne à sucre trouvent un excellent fourrage dans l’extrémité des tiges ; on les donne aux buffles qui actionnent le moulin à broyer les cannes. Les jeunes feuilles de bambou, consommées surtout par les chevaux, ont peu de valeur ; en saison sèche elles sont, avec les troncs de bananier, appréciées comme seuls fourrages verts. Les cultures fourragères (par exemple, maïs-fourrage sur les berges des fleuves) ne peuvent guère être conseillées dans un pays où la terre manque pour nourrir les hommes. Il faut utiliser au maximum les ressources existantes.

Entretien

11Plus par crainte du vol que par égard pour l’animal, l’Annamite fait coucher la nuit son cheptel dans une étable attenante à la maison, couverte en paillote, entourée d’un mur en pisé ou d’une claie de bambous. Il est ainsi relativement protégé contre les intempéries. Mais il existe encore trop d’abris ouverts d’un ou même plusieurs côtés, où les animaux souffrent des vents froids et humides de l’hiver, de l’excès de chaleur l’été. L’insuffisance de l’alimentation et les froids humides diminuent en hiver la résistance du bétail, trop facilement décimé par la peste bovine et les autres épizooties. Les Services vétérinaires sont maintenant, avec les extraits formolés, en possession d’un moyen de lutte pratique et efficace, et les cultivateurs hésitent moins à faire appel à leur concours. En outre, il faudrait mieux alimenter les animaux et les abriter, après le pâturage, de la pluie, du vent et du soleil dans des étables bien fermées. Les agriculteurs soigneux donnent en hiver, contre le froid, une litière de paille.

12Le croisement avec des races améliorées ne peut être envisagé tant que les conditions du milieu seront aussi défavorables. On pourra chercher dans l’avenir à sélectionner les animaux les plus forts et les plus résistants ; mais on peut dès maintenant castrer les mâles défectueux.

Location1

  • 1 Chiffres de 1930-1931.

13Après la possession de la terre, celle d’un animal de trait constitue le meilleur signe d’aisance de l’agriculteur. Le petit propriétaire s’empresse d’acheter un buffle après une bonne récolte et se désespère quand il doit le revendre pour acquitter une dette ou payer ses impôts. Beaucoup sont obligés de l’emprunter.

  • 2 De tels contrats seraient avantageux pour les locataires s’il savaient utiliser les déjections de (...)

14L’animal est loué d’ordinaire pour une longue durée ; les cultivateurs qui peuvent nourrir leur bête toute l’année préfèrent les femelles (vaches ou bufflesses) car les veaux ou les bufflons qui naissent sont attribués alternativement au propriétaire et au locataire de l’animal, le premier produit revenant au propriétaire. A Thai-Binh, le moyen propriétaire qui cultive une partie de ses rizières loue ses bêtes pour le partage des produits et de la jouissance de l’animal aux labours : il travaille alternativement trois jours chez le propriétaire et trois jours chez le locataire ; celui qui fait travailler la bête la nourrit. Mais pendant la morte-saison (soit neuf mois de l’année), le locataire pourvoit seul à l’entretien de l’animal. A Thanh-Hoa, la location annuelle se fait à un tarif réduit (2 $ pour une bufflesse, 1,2 $ pour une vache) quand il y a partage des jeunes. Le propriétaire a droit à trois demi-journées de travail de l’animal à chaque campagne de culture. Un propriétaire de Nam-Dinh prête ses animaux sans redevance, en partageant la jouissance du travail pendant les travaux, et à condition qu’ils soient nourris par le locataire2, même quand ils travaillent pour le propriétaire et qu’il faut leur apporter de l’herbe coupée. Le grand propriétaire non exploitant abandonne tous ses droits sur l’animal moyennant un prix de location fixé en paddy ou en piastres. Nous avons noté en 1930-1931 les tarifs annuels moyens suivants :

Bœuf

de 80 à 200 kg de paddy ou de 6 à 10 $

Buffle

de 150 à 250 kg de paddy ou de 7 à 13 $

15On observe les plus bas prix dans la province de Son-Tây : trois paniers de paddy pour un bœuf, cinq pour un buffle (un panier contient de 18 à 20 kg). Les prix sont minima à la périphérie du delta et maxima dans la zone maritime.

16Cette location se fait généralement de grand propriétaire à fermier ou métayer, parfois à petit propriétaire. En rizières hautes du dixième mois, le tarif de location pour la période de préparation du sol (d’avril à début septembre) est le même que pour l’année. Le louage pour un mois ne se pratique qu’au moment des labours, aussi le tarif, élevé, peut-il atteindre 5 à 7 $.

  • 3 Nous sommes en rizières du dixième mois.
  • 4 Dans les zones pauvres des Ardennes belges on retrouve ces échanges : journées d’homme contre jour (...)

17La location à la journée se pratique lors des travaux de préparation du sol. Une journée de bœuf ou de buffle valait, suivant l’animal et la région, de 0,5 $ à 0,9 $. Dans les zones inondées (Son-Tây, dans le lit majeur du Fleuve Rouge ; Ha-Nam ; Ha-Dong) les propriétaires étaient plutôt embarrassés de leurs bêtes en été et les louaient bon marché : 0,3 $ à 0,6 $ par jour. A Vinh-Yên et à Phuc-Yên la demande est plus forte et les riverains louent en été au tarif normal. A la location l’emprunteur doit reconnaître au propriétaire une dette égale à la valeur de l’animal, qu’il rembourse en cas de vol ou de décès, sauf parfois en cas d’épidémie de peste bovine. A Thanh-Hoa un petit propriétaire qui veut acheter un buffle emprunte dans ce but une trentaine de piastres, contre intérêt annuel de 6 à 8 $. Le prêteur est sûr de rentrer dans son argent, quoiqu’il arrive à l’animal. La location constitue une lourde charge pour le petit propriétaire mais beaucoup n’ont pas les capitaux nécessaires et ne cultivent pas une superficie suffisante pour occuper une bête. Dans la province de Phuc-Yên (village de Do-Nhân), plusieurs petits propriétaires s’associent pour acheter un buffle en avril et le revendre en septembre3. Le prix d’achat et la perte à la vente sont partagés proportionnellement à la surface cultivée par chacun d’eux. Le plus gros exploitant entretient la bête pendant les périodes de repos mais il est dédommagé par le fumier. L’animal est employé à la préparation des rizières de tous les associés à tour de rôle. La généralisation d’associations de cette nature est souhaitable. Ailleurs, les paysans pauvres paient de leur travail quelques journées d’animal. A Phuc-Yên une journée de buffle est rendue par deux ou trois journées d’homme. A Nam-Dinh, le locataire d’un buffle travaille chez le propriétaire, avec l’animal, vingt-cinq jours par an, durant lesquels il est nourri mais non payé ; il dispose de la bête le reste du temps. Ce chiffre élevé s’explique par l’insuffisance de cheptel dans la province4.

Utilisation

18Les animaux du delta ne sont actuellement employés qu’à la seule traction de la herse et de la charrue. Ils fournissent un travail effectif de quelques heures pendant 40 à quatre-vingt jours, échelonnés sur deux à quatre mois de l’année. L’effort demandé à ce moment-là est tout ce que l’on peut exiger de l’animal ; la recherche d’une meilleure préparation du sol ne peut être recommandée si elle nécessite un surcroît de traction. En somme, l’agriculture tonkinoise est au stade de l’européenne du milieu du XVIIIe siècle : culture presque exclusive de céréales, sans plantes sarclées ni légumineuses fourragères améliorantes ; bétail si rare, si peu amélioré et si mal nourri qu’on n’en peut obtenir ni la traction ni le fumier indispensables aux améliorations fondamentales.

  • 5 Cf. le chapitre XII.

19Il est parfois possible de répartir les labours sur une plus longue période ; et dans tous les cas on peut utiliser les animaux en morte-saison. Le repos absolu n’est recommandable qu’aux époques de disette fourragère. Un exercice modéré maintiendra l’animal en bonne santé et l’entraînera pour le grand effort des labours. Mais à quoi utiliser ces animaux ? Aux transports et accessoirement à l’élévation de l’eau à l’aide d’appareils appropriés5.

PORCS

  • 6 Transport du paddy de la ferme à la distillerie, et surtout retour des drêches aqueuses de la dist (...)
  • 7 Il ne faudrait pas non plus, sous le prétexte de répression de la fraude, obliger les villages à c (...)
  • 8 Décortiqueurs de paddy. Les artisans d’une même profession sont souvent groupés par villages ; ceu (...)
  • 9 La carpiculture en rizière a été introduite à Madagascar, avec un certain succès. Au Tonkin nous l (...)

20Le porc constitue pour le paysan tonkinois une ressource d’appoint appréciable. Il reçoit essentiellement, comme aliments concentrés, du son de riz et des drêches, résidus de la distillation de l’alcool. L’élevage est développé au voisinage des grandes distilleries (Hanoï, Nam-Dinh et surtout Hai-Duong) qui écoulent leurs sous-produits à un prix rémunérateur. Au seul point de vue agronomique, la liberté de distillation est souhaitable. Les drêches seraient utilisées sur place, non fermentées, sans frais de transport onéreux6, ce qui intensifierait l’élevage porcin. Cela dit, nous reconnaissons volontiers la difficulté du contrôle fiscal dans les campagnes ; et le remplacement de la taxe sur l’alcool par un impôt direct ou indirect n’est pas désirable7. Le porc est la viande du paysan. Il complète en matières grasses et azotées la ration de riz et de tubercules. Bœufs et buffles ne sont consommés dans les villages qu’aux grandes fêtes. Le tableau précédent nous montre que le nombre de porcs par habitant oscille entre un pour huit et un pour dix, sauf à Nam-Dinh et Thai-Binh où il tombe à un pour vingt. Ce sont ces provinces surpeuplées qui s’alimentent le plus mal. L’accroissement de cet élevage permettrait d’utiliser sur place le paddy difficile à exporter, et augmenterait la production du fumier, à juste titre fort apprécié des agriculteurs. Les rizières proches des villages de hàng sáo8 où l’on élève beaucoup de porcs sont abondamment fumées, et toujours fort belles. Le développement de l’élevage des volailles présenterait les mêmes avantages : amélioration de l’alimentation, augmentation des ressources du paysan9. Les cours de ces produits d’élevage, en hausse continue jusqu’en 1930, ont été fort atteints par la crise. Ils baissent toujours quand le paysan a besoin de les vendre : après mauvaise récolte ou par besoin de numéraire (impôts), la disette d’argent se produisant en même temps pour tous. L’amplitude de ces baisses saisonnières s’est accentuée avec la crise.

21Le cours des animaux de trait subit des fluctuations analogues. Les années de bonne récolte ou de cours élevé du paddy, les paysans augmentent leur cheptel. Ils se défont de leur bête en cas de besoin, à bas prix. Au printemps 1931, dans la province de Nghê-An, à la suite de plusieurs mauvaises récoltes, l’argent était si rare pour le paiement des impôts que de nombreux paysans durent vendre leurs buffles 5 à 6 $ au lieu de 30 $. Quand le Trésor recouvrait 5 $, le paysan perdait un buffle. A la suite de manque de récoltes, le gouvernement annamite savait exempter de l’impôt.

LE PROBLÈME DES TRANSPORTS

22Les transports des champs à la ferme (récoltes), de la ferme au champ (fumier, vidanges, engrais divers) d’un champ à l’autre, de village à village, les transports sur route, à la gare, au plus proche cours d’eau, à la ville ou au marché voisin, des principales denrées agricoles (paddy et riz, puis mais, tubercules et légumes, porcs et volailles, etc.) absorbent une part trop importante de l’activité du paysan tonkinois.

Le portage humain

23La grande majorité des transports agricoles jusqu’à une dizaine de kilomètres se fait par portage sur l’épaule, au moyen d’un fléau, à chaque extrémité duquel est suspendu un panier. La charge portant sur une épaule, l’effort est dissymétrique ; mais les paniers n’étant soulevés qu’à 10 ou 20 cm du sol, on les reprend aisément après repos, et durant la marche la stabilité est plus grande. L’adoption d’un fléau contournant le cou par derrière, répartissant la charge sur toute la surface des deux épaules, comme celui des anciens porteurs d’eau ou des paysans de Hollande, constituerait déjà un progrès. Chaque porteur pourrait se faire établir, sur mesure, un « joug » en bois analogue à celui de la figure 3, épousant bien la forme de ses épaules.

Figure 3. - Juk de portage hollandais vu par-dessus et en section ; paysannes porteuses hollandaise et annamite : notez les différences d’attitude (dessin de S. Philippon)

24On pourrait conserver la suspension souple de la charge en remplaçant les prolongements latéraux en bois de ce joug par deux bambous flexibles. Les transports par eau, qui demandent le minimum d’énergie, se font par traction humaine le long de la berge, par moteur (chaloupes), à la voile ou à la rame ; on peut proposer la traction animale pour les gros sampans et une plus large utilisation de la voile, que favorisent les vents de mousson. Ces transports, particulièrement économiques, bénéficieront de l’ouverture à la navigation des futurs canaux d’irrigation. La voie ferrée est largement utilisée pour le paddy, les bestiaux, etc. Nous étudierons plus particulièrement les transports sur route et les transports dans les champs.

Transports sur route

–La brouette

25Tous les matins partent de Hanoï vers sa banlieue de longues théories de porteurs, chargés de deux touques de vidanges. A la même heure, on voit sortir des portes de Canton des brouettes, contenant six seaux, valant quatre touques, du même engrais, soit par porteur une charge double. La brouette chinoise, comme l’annamite, comporte une grande roue en bois plein ; mais la charge, au lieu d’être au-dessus de la roue, est disposée de chaque côté (figures 4 et 5). L’abaissement du centre de gravité augmente la stabilité. Toutes deux ont sur la brouette européenne l’avantage de répartir également la charge en avant et en arrière de l’axe de la roue, aussi les soulève-t-on sans effort. Mais il faut pousser davantage, car une fois soulevées elles ne tendent pas, comme l’européenne, à partir seules. Avec une lourde charge, les Cantonais se mettent à deux, l’un tirant de l’avant au moyen d’une corde, l’autre poussant derrière avec les mancherons.

Figure 4. - Brouette annamite, charge au-dessus de la roue (instabilité)

Figure 5. - Plan et coupe schématiques d’une brouette cantonaise ; charge des deux côtés de la roue (stabilité) : a cadres dans lesquels on met les seaux de vidange figurés sur le plan

  • 10 Pour le paysan annamite, le savon est une denrée de luxe qu’il ne peut guère acheter, même pour se (...)

26Près de Vinh-Yên, sur la route de Tam-Dao, on voit en octobre-novembre des brouettes ramenant la moisson à la ferme. On pourrait en généraliser l’emploi en préférant le modèle chinois. A Canton, l’essieu bien rond et fréquemment graissé ne grince pas. Pour tous les frottements bois sur bois le meilleur lubrifiant est l’eau de savon concentrée ; quelques gouttes par essieu suffisent10. On peut employer aussi les huiles de vidange d’auto, ou les résidus d’huilerie.

—La charrette

27Son usage, répandu en ville, tend à gagner la campagne, surtout pour les produits lourds, les matériaux de construction (briques, bois, sable) mais aussi pour le paddy, les vidanges, les légumes et même le fumier. Le seul modèle employé convient aux fortes charges (plus de 2 ou 3 qx) traînées sur bonne route. Il devrait pouvoir aller jusqu’au village, de plus en plus souvent relié à la route ; si c’est par un chemin de terre, les roues enfoncent trop ; en doublant la largeur des jantes, on diminuerait la traction et on épargnerait le chemin. La traction humaine de ces charrettes est la règle ; la traction animale, courante dans le Sud-indochinois, aux Indes, etc., est exceptionnelle, sauf dans la banlieue des villes et les provinces industrialisées (Ha-Dong, Bac-Ninh). Et pourtant rien ne s’oppose à l’utilisation des bœufs et des buffles en dehors des périodes de labour.

28L’exemple de la Cochinchine montre que le dressage, surtout celui du bœuf, est aisé. Même pour les fortes charges l’attelage par paires n’offre aucune difficulté, ainsi qu’on le voit sur la concession de M. Rivière.

29Il ne faut pas dire, avec M. P. Gourou : « Mais alors que feraient les hommes ? ». En épargnant la peine du paysan annamite, nous pourrons lui proposer une série de travaux utiles, susceptibles d’accroître la production de la rizière. Il n’y a jamais intérêt à travailler inutilement ; il vaut mieux réduire la durée du travail journalier, et se reposer plus, surtout quand on est insuffisamment alimenté. Pourtant la traction humaine est déjà un grand progrès sur le portage. Le pays qui fait de grosses dépenses pour son réseau routier doit l’utiliser au maximum. Des régions éloignées qui ne pouvaient exporter leur paddy à cause d’un portage plus coûteux peuvent le faire par charrette depuis l’ouverture d’une route.

  • 11 En Allemagne du Sud, on se sert pour les faibles charges de petits chariots à quatre roues et à tr (...)

30Pour les faibles charges (moins de 3 qx) tirées par une ou deux personnes – cas le plus fréquent – le modèle actuel représente un poids mort excessif. Il vaudrait mieux, comme au Cambodge, faire des bâtis légers11, montés, quand on le peut, sur quatre vieilles roues d’auto. On pourrait les gonfler tant qu’on peut, puis les bourrer de paille pour les user jusqu’à la corde. L’emploi des pneumatiques, diminuant beaucoup l’effort de traction des transports agricoles, est en Europe le dernier cri du progrès.

31De même les vieux pousse-pousse, avec ou sans pneus, peuvent être utilisés pour les charges de 1 ou 2 qx ; un taquet de bois entre les ressorts les empêche de trop ployer. De plus en plus à Thai-Binh, Ha-Dong, etc., des chemins, parfois briquetés, relient les villages aux routes. Il faut encourager leur création qui permet de faire en charrette des transports directs de village à village, sans transbordement.

Transports dans les champs

32Il faut toujours penser à utiliser la voie d’eau ou la route. La création, par les communes, de chemins ou de canaux ruraux permettra d’accroître l’utilisation des barques et des charrettes. Dans les zones basses on prendra le canal, dans les zones hautes la route, mais plus souvent l’un ou l’autre suivant la saison. Les petits canaux construits en vue d’une utilisation hydraulique seront prévus assez larges pour laisser passer les barques.

33La construction du canal parallèle à la route, comme dans le huyện de Bim-Son, présente le gros avantage d’utiliser à peu de distance le déblai de l’un au remblai de l’autre. Mais on devra toujours laisser quelques mètres d’intervalle afin que l’eau n’affouille pas le pied de la route. Il faut donner aux parois de ces deux ouvrages une pente d’autant plus modérée que le terrain est plus sablonneux. Dans les zones basses il suffira de creuser de quelques décimètres une bande de rizières large de deux mètres, pour y permettre le passage des barques à la moisson sans réduire la surface cultivée. En attendant que chaque village ait son réseau de routes ou de canaux, il faut améliorer les conditions du portage. Trop souvent les porteurs marchent difficilement sur des sentiers boueux et glissants après la pluie, où les pas de buffles ont creusé de profondes ornières. Ils ont beaucoup plus de mal et avancent moins vite qu’en terrain ferme ou sur route. Un progrès sensible serait obtenu en réservant aux hommes les sentiers principaux qui mènent aux champs, à la route ou au village voisin. Les buffles et les bœufs ne les brouteraient que par temps sec, et se rendraient au pâturage en empruntant d’autres diguettes, qu’ils défonceraient sans inconvénient. Le briquetage des sentiers est coûteux, mais un peu de sable, renouvelé de temps en temps, les rendrait moins glissants par pluie. En saison sèche on pourrait y faire passer des brouettes, à condition d’augmenter la largeur de la roue en sols mous et de s’abstenir après les pluies. Dans les environs de Canton, comparables à nos rizières du dixième mois, la circulation est aisée sur des sentiers bien aménagés. Les fossés, rigoles d’irrigation, ou coupures de diguettes sont franchis sur des dalles de pierre, ou des madriers de bois. Au Tonkin, de longues files de porteurs de récolte ou de fumier peinent et s’attardent à descendre dans un petit fossé ou à patauger dans l’eau à la coupure d’une diguette, faute d’une passerelle de bambous ou de planches.

Figure 6. - Traîneau de transport en rizière boueuse, vu en coupe et de profil. La plate-forme peut être plus ou moins surélevée et on peut adapter des montants verticaux pour maintenir les charges volumineuses (récoltes)

  • 12 Cf « Le matériel agricole en Cochinchine », Bulletin économique de l’Indochine, 1927.

34Dans les sols vaseux et les terres argileuses saturées d’eau ou trop peu submergées pour permettre le passage des barques, l’usage de traîneaux à traction animale analogue à ceux de l’Ouest-cochinchinois12 (figure 6) rendrait de grands services. On objectera qu’au Tonkin les diguettes trop nombreuses gêneraient leur passage : à moins de s’entendre pour les abattre sur les itinéraires les plus suivis. On préférera le modèle à deux patins de bois - le reste pouvant être établi en bois ou en bambou - à la planche reposant sur toute sa largeur ; la surface de frottement et par suite la traction sont plus réduites ; la plate-forme surélevée évite de mouiller la charge en rizières légèrement submergées. Mais dès qu’il y a un peu d’eau on préfère employer la barque qui demande bien moins de traction.

Notes

1 Chiffres de 1930-1931.

2 De tels contrats seraient avantageux pour les locataires s’il savaient utiliser les déjections de l’animal à la confection d’un bon fumier.

3 Nous sommes en rizières du dixième mois.

4 Dans les zones pauvres des Ardennes belges on retrouve ces échanges : journées d’homme contre journées d’animal.

5 Cf. le chapitre XII.

6 Transport du paddy de la ferme à la distillerie, et surtout retour des drêches aqueuses de la distillerie à la ferme.

7 Il ne faudrait pas non plus, sous le prétexte de répression de la fraude, obliger les villages à consommer un certain contingent d’alcool.

8 Décortiqueurs de paddy. Les artisans d’une même profession sont souvent groupés par villages ; ceux-ci se rencontrent près des centres.

9 La carpiculture en rizière a été introduite à Madagascar, avec un certain succès. Au Tonkin nous lui voyons deux obstacles : primo, il faut être maître du régime de l’eau, ce qui n’est vrai aujourd’hui que pour de faibles surfaces ; secundo, la pauvreté générale du Delta incite au vol ; or il est impossible de garder toutes les nuits les rizières empoissonnées, faciles à pêcher en écoulant l’eau. Il est regrettable qu’on ne puisse par ce moyen accroître la ration azotée très déficiente du paysan tonkinois. Cf. « La pisciculture au Tonkin » (Bulletin économique de l’Indochine, 1933, et Compte rendu des travaux effectués en 1932-1933 de l’Institut des recherches agronomiques de l’Indochine).

10 Pour le paysan annamite, le savon est une denrée de luxe qu’il ne peut guère acheter, même pour se laver.

11 En Allemagne du Sud, on se sert pour les faibles charges de petits chariots à quatre roues et à traction humaine.

12 Cf « Le matériel agricole en Cochinchine », Bulletin économique de l’Indochine, 1927.

Table des illustrations

Légende Figure 3. - Juk de portage hollandais vu par-dessus et en section ; paysannes porteuses hollandaise et annamite : notez les différences d’attitude (dessin de S. Philippon)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Figure 4. - Brouette annamite, charge au-dessus de la roue (instabilité)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende Figure 5. - Plan et coupe schématiques d’une brouette cantonaise ; charge des deux côtés de la roue (stabilité) : a cadres dans lesquels on met les seaux de vidange figurés sur le plan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 6. - Traîneau de transport en rizière boueuse, vu en coupe et de profil. La plate-forme peut être plus ou moins surélevée et on peut adapter des montants verticaux pour maintenir les charges volumineuses (récoltes)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540