Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre VI. Les cultures sèches en rizière

L’utilité de la rotation, les façons culturales, les cultures alimentaires et industrielles

Texte intégral

  • 1 Nous ne dirons rien des cultures arbustives (mûrier, théier, aréquier, arbres fruitiers, oléagineu (...)

1Une partie des rizières du dixième mois porte en saison sèche diverses cultures ; nous allons en étudier brièvement l’influence sur le riz qui les suit et voir le rôle qu’elles jouent dans l’alimentation du paysan tonkinois. Nous terminerons par une mention spéciale sur le « jonc à nattes » cultivé sur les lais de mer avant leur aménagement en rizière1.

L’UTILITÉ DE LA ROTATION

Avantages techniques

  • 2 Cf. « Étude des micro-organismes décomposant la cellulose dans différents sols du Tonkin » par E. (...)

2Le sol qui vient d’être couvert d’eau pendant toute la campagne du dixième mois doit beaucoup profiter d’une culture sèche. M. E. Castagnol2 a montré la plus grande abondance de certains micro-organismes en rizière haute après culture sèche, donc travaillée et aérée, qu’en rizière haute laissée en friche au printemps. L’aération exalte la vie biologique, termine les combustions organiques incomplètes et favorise la fixation de l’azote de l’air, fort utile en terres pauvres. A la campagne suivante, les racines du riz trouveront dans un sol enrichi en oxygène un milieu plus favorable à leur développement. Enfin les besoins minéraux des cultures sèches diffèrent qualitativement de ceux du riz et leurs racines peuvent explorer d’autres couches de terre. Cette amélioration pourrait être obtenue par la jachère cultivée qui ne peut être conseillée dans un pays surpeuplé. Une jachère rationnelle comporte le travail du sol, c’est-à-dire une dépense, sans recette immédiate.

3Les avantages des cultures sèches sont bien connus des paysans. Dans la province de Ha-Dong, beaucoup de rizières du dixième mois qui portent en hiver des cultures sèches se vendent plus cher que les rizières à deux récoltes, de rendement inférieur à la campagne principale du dixième mois. Dans la province de Vinh-Yên on peut voir, à côté des maigres riz du cinquième mois de l’intérieur du réseau, de bonnes cultures de patates. Ces avantages pourraient être plus marqués si on apportait une fumure abondante, si on prenait soin d’enfouir ou d’utiliser comme litière des animaux tous les débris végétaux qui en proviennent et si la préparation du sol était plus soignée. Par suite de la fixation de l’azote de l’air dans les nodosités de leurs racines, les légumineuses présentent un intérêt tout particulier et on ne saurait jamais trop les recommander. Des agriculteurs d’un canton de Hung-Yên, à qui l’on proposait l’exécution de travaux d’irrigation rendant possible deux récoltes de riz par an, ont préféré continuer le soja au cinquième mois : le riz suivant donnant toujours une belle récolte. Nous estimons qu’une réduction de l’impôt foncier des surfaces consacrées aux cultures sèches constituerait une prime utile, leur conservation et leur développement étant nécessaires au maintien de la fertilité du sol et de l’équilibre de la ration alimentaire du paysan. L’économie générale du pays en tirerait bon profit.

Avantages économiques

  • 3 Cette tendance à l’autarcie économique se développe actuellement dans les pays plus évolués, où el (...)

4Un pays aussi pauvre que le Tonkin, tout proche du moment où il vivait en économie fermée, doit encore chercher à se suffire quand il peut produire dans des conditions acceptables3. C’est d’autant plus nécessaire que le Tonkin a des difficultés croissantes à exporter le paddy qui assurait l’équilibre de sa balance commerciale.

5La polyculture diminue les risques de l’agriculteur, lui procurant des ressources si une calamité détruit la récolte principale. Enfin, les cultures vivrières sont souvent d’un rapport plus élevé que le riz, et se récoltent dans une période de disette d’argent ; grâce à elles l’agriculteur n’est plus forcé d’emprunter.

LES FAÇONS CULTURALES

6Il y a intérêt à labourer les terres asséchées immédiatement derrière les moissonneurs du dixième mois pendant que le sol garde un peu de fraîcheur. Quelques jours après, la terre séchée est beaucoup plus dure ; il arrive même qu’on ne puisse plus l’attaquer à la charrue : on doit employer la pioche et la bêche, donc l’énergie humaine, plus lente et plus onéreuse. Quand les pluies s’arrêtent tôt, il arrive que dès la récolte, la terre est déjà trop dure ; le riz privé d’eau depuis longtemps, en a souffert ; quand les travaux d’hydraulique seront terminés, l’arrosage de la rizière en septembre-octobre aura comme avantage accessoire de rendre plus aisé le labour après moisson. Inversement la terre ne doit pas être trop humide ; la rizière submergée sera drainée dix ou quinze jours avant la moisson et on devra parfois attendre quelques jours avant de labourer. On donne d’ordinaire un deuxième et souvent un troisième labour.

7Pour briser les mottes, la herse est rarement employée, une équipe d’hommes et de femmes vient après le labour les frapper avec un maillet de bois (cylindre de 8 à 10 cm de diamètre, long de 30 cm, muni d’un manche en bambou de 1,4 m de long) ; on emploie plus rarement un fléau analogue à celui qui servait autrefois à battre le blé en France (figure 1). Cette opération très longue demande souvent cinquante journées de travail à l’hectare, parfois plus ; elle n’est effectuée minutieusement que pour les taros, les cultures maraîchères et les légumineuses.

Figure 1. - Maillet (à droite) et fléau brise-mottes

  • 4 D’après MM. Roule et Trân Trong Khoi, le tabac et les patates s’accommodent mieux de terres un peu (...)

8Quand la terre est trop argileuse, elle devient si pénible que certains agriculteurs renoncent aux cultures sèches4 (par exemple, dans la région de Ke-Sat). Quand on pourra les arroser, ce type de terre devra porter du riz. En attendant, on pourrait les améliorer par de fortes fumures organiques - qui apporteraient de l’humus – complétées par un chaulage modéré. Les sols légers, ou de consistance moyenne, peuvent être ameublis à l’aide d’instruments traînés par les animaux. Les régions à cultures sèches font généralement très peu ou même pas du tout de riz du cinquième mois. Dans tous les cas on peut, dans une même région, décaler les travaux de préparation des riz du cinquième mois de ceux des cultures sèches, de façon à disposer des animaux pour les uns et les autres. A l’objection qu’on retire ainsi du travail aux hommes, nous répondrons que ce procédé permettra l’extension des cultures sèches sur des terres actuellement laissées en jachère en hiver par leurs propriétaires qui trouvaient l’émottage à la main trop coûteux.

9Aussitôt le labour si la terre n’est pas trop humide, quelques jours après dans le cas contraire, on pourra passer sur le sol un rouleau de pierre calcaire ou de grès (figure 2). Dans le bas delta on se sert d’un tel instrument (diamètre : 0,25 m ; longueur : 0,65 m ; poids : 120 kg) muni d’un tourillon en bois formant essieu pour dépiquer le paddy et accessoirement pour briser les mottes des terres à coton.

Figure 2. - Rouleau de pierre du Bas-Delta

  • 5 On utilise en Forêt Noire des rouleaux de pierre de 0,3 m de diamètre, longs de 1, 2 m.
  • 6 Cf. leur description dans « Le matériel agricole en Cochinchine », Bulletin économique de l’Indoch (...)
  • 7 Il s’agit d’un bois dur, comparable au bois de fer [NdÉ].

10Un bœuf le traîne sans fatigue. Avec une herse et un rouleau, deux hommes et deux petits bœufs ameublissent quatre ou cinq sào dans leur journée. Son emploi est généralisé à Ninh-Binh, assez répandu à Nam-Dinh et à Thai-Binh, parce qu’on y trouve, au pied de certaines collines, des villages de tailleurs de pierre. Pour la préparation des terres il serait préférable d’adopter un modèle plus lourd (diamètre 30 cm5) par unité de longueur et peut-être un peu plus long (80 cm) si on veut l’atteler à un buffle. Comme le transport à grande distance de ces rouleaux lourds en augmenterait le prix, il faudrait en apprendre la taille – qui ne présente aucune difficulté particulière – aux habitants des villages du delta placés au pied des autres collines de pierre. On pourra également essayer des rouleaux en bois, de plus grand diamètre pour éviter le bourrage, cannelés ou dentés, analogues à ceux de Cochinchine6. Le bois de nghiên paraît convenir à cette fabrication7.

11Une partie des mottes est brisée, l’autre enfoncée en terre. La herse annamite en ramène la plus grande partie à la surface. On peut ainsi alterner à deux ou trois reprises roulages et hersages. Si l’on veut un émottage parfait, on complète à la main (maillet ou fléau) le travail des instruments ; le sol est aussi bien préparé en un temps plus court.

12Dans tous les cas (maillet ou rouleau), l’émottage sera beaucoup plus aisé s’il est pratiqué immédiatement derrière la charrue. Sinon, dès qu’il y a un peu d’argile, la terre durcit au soleil. Si la rizière est trop humide il vaut mieux attendre qu’elle soit ressuyée pour labourer et émotter aussitôt que de passer la charrue trop tôt.

13D’autres appareils peuvent servir. Mentionnons seulement, car ils sont trop coûteux, les instruments d’origine européenne : herse norvégienne en étoile, rouleau crosskill, etc. (à moins que dans l’avenir on ne les fabrique sur place dans de bonnes conditions).

  • 8 Cet instrument rappelle la spianone employée en Espagne et en Italie pour parfaire l’ameublissemen (...)

14Dans la province de Nghê-An où le cheptel est abondant, on emploie une planche de 0,9 x 0,25 m, munie sur sa face inférieure et à l’arrière de deux rangées de clous recourbés, analogue à des vertigelles8. Un bœuf la traîne et le conducteur monte dessus pour augmenter la pression. Le résultat obtenu est excellent dans une terre sablonneuse facile à effriter. On se sert aussi d’une herse munie de couteaux courbes, instrument déjà plus difficile à établir, donc plus coûteux. L’emploi de la planche à clous pourra être essayé, avec chances de succès, dans les terres légères ; en terres un peu plus consistantes, le rouleau est préférable.

  • 9 Cf. la figure 10 au chapitre VIII.

15Beaucoup de cultures sèches sont conduites sur des planches de 1,2 m de large séparées par des petits fossés, ou même (pour les patates, par exemple) sur des billons hauts de 30 ou 40 cm, sur lesquels on rassemble toute la couche de terre atteinte par la charrue. Ces planches et ces billons, établis pour drainer l’eau des pluies précoces et éviter la submersion avant maturité, ont d’autres avantages : le labour, qui dépasse rarement 10 à 12 cm, serait insuffisant pour assurer aux plantes à tubercules un développement normal ; avec cette disposition la couche de terre est plus épaisse. Dans les terres profondes et légères (cordons littoraux), une fois les billons dressés on passe dans les intervalles la charrue qui arrache un peu de terre pour surélever les billons ; c’est aussi un sous-solage partiel : on atteint à ces endroits une couche de terre jamais explorée par les labours normaux. En outre, une plus grande surface de sol est exposée à l’air et à la lumière. Mais le dressage de ces planches et de ces billons, esquissé par la charrue, est fait en grande partie à la main. La charrue annamite améliorée9 qui rejette la terre de côté en la remontant facilite beaucoup ce travail ; la pioche n’a plus qu’à parfaire le dressage. Les avantages de cette charrue sont encore plus grands en cultures sèches qu’en rizières.

16Les binages et les buttages donnés en cours de végétation contribuent à une meilleure aération du sol. Dans certains cantons du Tonkin, et d’une façon plus générale dans le Thanh-Hoa, on ne fume pas assez les cultures sèches alimentaires et cependant le riz suivant est plus beau qu’après un cinquième mois. La bonne préparation du sol, et les diverses façons qui l’ont aéré et assaini ont donc d’heureux effets. Mais les récoltes des cultures sèches et du riz du dixième mois seraient bien plus élevées avec une meilleure fumure.

LES CULTURES ALIMENTAIRES

Maïs

17Le mais est cultivé au Tonkin : d’une part dans le lit majeur des fleuves, inondé et fertilisé l’été par les crues, et asséché l’hiver ; d’autre part sur les rizières hautes du dixième mois. Les rendements sont plus élevés dans le premier cas (15-20 qx/ha) que dans le second (8-12 qx/ha).

18Le maïs demande un sol soigneusement et profondément ameubli. C’est une plante épuisante, exigeante en azote, sensible aux fumures. Il est donc bien adapté à la culture sur berges mais n’est pas pour le riz un excellent précédent ; on ne doit pas le cultiver en terres trop pauvres bien qu’il soit encore préférable à un riz du cinquième mois qui n’aère pas la terre.

19S’ils disposent de fumier, les annamites en apportent au maïs et lui appliquent souvent une quantité plus élevée qu’aux autres cultures sèches. A Vinh-Yên, certains agriculteurs mettent 6 t/ha de fumier. A Phu-Lang-Thuong on applique parfois des doses encore plus élevées mais c’est exceptionnel.

20Quand on peut alimenter en eau une rizière peu fertile, le riz moins exigeant y donne d’ordinaire plus qu’un mais ; si on craint de ne pouvoir irriguer, on préférera le maïs. L’excès d’eau et la trop forte sécheresse sont cependant les principaux aléas de cette culture. Le mais pourra être continué dans le périmètre des réseaux d’irrigation convenablement drainés et les arrosages (sans submersion) en augmenteront le rendement.

21Le maïs se cultive souvent avec intercalation de soja, doliques ou autres phaséolées à évolution plus rapide, semées après la levée du maïs et récoltées avant celui-ci ou, avec des arachides récoltées après, ce qui est très rationnel ; la légumineuse rend au sol une partie de l’azote exporté par le maïs. Dans la région de Tân-Dê, on cultive l’association maïs-patate-arachide sur billons très élevés. En petite culture familiale, les difficultés supplémentaires de récolte n’ont pas d’importance. Dans le sud-ouest de la France, l’association maïs-haricot est de même largement répandue. Une autre combinaison intéressante est l’association maïs-crotalaire striée : le maïs récolté le premier, l’engrais vert poursuit son développement.

22Le mais est en partie exporté, en partie consommé sur place. A peu près aussi riche en matières azotées que le riz, il présente pour la consommation locale un grand intérêt par sa teneur en matière grasse (5 % au lieu de 1 ou 2 % pour le riz) ; mais il est plus lourd à digérer.

Patate et autres tubercules

23La patate constitue, avec les taros et accessoirement les ignames, le manioc (à la périphérie du delta), les arrow roots, et quelques autres plantes racines cultivées ou sauvages, le fond de l’alimentation de la classe pauvre en dehors des périodes suivant les récoltes de riz. Une partie est vendue en ville mais n’est pas exportée. Ce sont des aliments pauvres, à faible teneur en azote et en graisse, convenant mal à une population qui ne consomme presque pas de viande et peu de poisson. La patate provoque à la longue des irritations intestinales et fatigue le foie. Certaines variétés sont plus dangereuses que d’autres : d’après M. Bui Quang Chiêu, les khoai nghệ (safran) et vàng (jaune) valent mieux que les khoai xà et tím (rouge) ; mais ces dernières sont plus productives en sols pauvres. La sélection ou l’acclimatation de variétés peu exigeantes, productives et ne provoquant pas de troubles organiques rendrait un grand service à la classe pauvre. Il y a là une tâche urgente et fort utile à remplir.

24Les patates sont plantées sur les rizières hautes en fin septembre-octobre, après la récolte d’un riz précoce du huitième mois ; aussitôt après l’arrachage, en janvier, on peut planter des boutures sur des billons refaits dans l’intervalle des premiers, et récolter en avril-mai.

25La production est très variable, habituellement faible. Les cultivateurs annamites qui disposent de fumier en apportent une moyenne de trois charges (une charge de deux paniers pesant environ 40 kg) par sào, soit 3 t/ha. Certains mettent jusqu’à cinq ou six charges ; généralement on apporte à la patate moitié de ce que l’on a mis au maïs ou aux taros. Dans le bas delta (Hai-Duong, Thai-Binh, Nam-Dinh), on met souvent cinq charges par sào d’un mélange d’engrais humains et de cendres. Quand il y a des doliques et des haricots en culture intercalaire, on ajoute au pied de leurs poquets la valeur de trois charges par sào de ce même engrais.

26La patate aime les terres légères et craint l’excès d’eau ; on la cultive en billons surélevés pour l’abriter de la submersion. Elle souffre souvent de la sécheresse, et bénéficierait d’arrosages modérés.

27Les taros végètent en terrains plus frais, certaines variétés sont cultivées jusqu’en juillet, en sols saturés d’humidité. Ce sont des plantes très exigeantes ; la préparation du sol, généralement très soignée, comporte jusqu’à quatre labours, deux émottages et deux hersages dans les environs de Phu-Lang-Thuong (alors que pour maïs, patate, ricin, etc., on n’y donne que deux ou trois labours, un hersage et un émottage).

  • 10 Melia azedarach (Linn., famille des Méliacées).

28Dans la province de Nam-Dinh, le sol et le sous-sol sont retournés à la bêche, mais pour ne pas les mélanger on ouvre une large jauge, de 15 cm de profondeur, à un bout de la parcelle, et on porte la terre enlevée à l’autre extrémité. Le sous-sol ainsi dégagé est retourné sur place, sur une profondeur de 10 cm puis on y répand une couche de 3 cm d’engrais vert (feuilles de patate, de xoan10, lục bình ou autres plantes aquatiques, etc.). On le recouvre alors de la deuxième tranche de sol bêché, le sous-sol dégagé est retourné sur place, recouvert d’engrais et de la troisième tranche de sol, etc., jusqu’au bout de la parcelle. La terre, ameublie à une profondeur de 25 cm, fertilisée, donne une production élevée de taros, et un beau riz au dixième mois. On apporte parfois, sur quelques parcelles, vingt à trente charges de 40 kg de fumier de buffle, ou quinze charges de fumier de porc par sào, ce qui est bien la fumure la plus élevée employée dans le delta.

29Leur réputation de plantes épuisantes provient aussi de leur arrachage tardif, qui ne laisse pas toujours le temps de préparer la terre convenablement pour le riz qui suit. L’agriculteur soigneux s’efforcera de donner le nombre de labours et de hersages nécessaires pour un bon ameublissement du sol s’il veut avoir un beau riz. Patates et même taros sont parfois cultivés, quoique moins souvent que le mais, en association avec les légumineuses alimentaires.

Les phaséolées

30Nous groupons sous ce terme les différents Phaseolus, Dolicbos, soja, Vigna, etc., cultivés par les Annamites sous le nom générique de đậu pour leur alimentation seuls ou associés aux plantes précédentes. Elles représentent le type de culture sèche idéale, tant pour le sol que pour l’alimentation de la population et l’économie générale du pays ; on ne saurait jamais trop les étendre.

  • 11 Les recherches récentes de Gabriel Bertrand ont montré la nécessité de doser les éléments minéraux (...)

31Après la récolte des graines, les tiges et les feuilles sont broutées sur place par le bétail ou, arrachées vertes ou sèches, servent de combustible. On les brûle parfois dans le seul but de se procurer des cendres pour les mélanger à d’autres matières fertilisantes. C’est une pratique néfaste, surtout pour les variétés consommées avec leurs gousses avant maturité, dont les tiges et les feuilles encore vertes constitueraient un engrais de premier ordre. Même si on restitue les cendres on prive le sol de la totalité de l’humus, de presque tout l’azote et d’une partie des éléments minéraux11. Il faudrait enfouir les débris végétaux aussitôt la récolte des gousses vertes ou des graines. Pour que le riz en tire le profit maximum il faut repiquer peu après l’enfouissement des fanes, ou maintenir le sol submergé afin d’éviter une décomposition rapide de la matière organique. En terres exondées il y a nitrification et les nitrates solubles peuvent être entraînés par les pluies ou réduits à l’état de nitrites toxiques.

32Ces différentes légumineuses sont semées de décembre à mars. Leur développement est souvent retardé jusqu’aux petites pluies de crachin. Elles occupent le sol deux à trois mois, rarement quatre. Avec la maîtrise de l’eau, on pourra faire en hiver deux cultures sèches sûres au lieu d’une aléatoire : par exemple une patate et une légumineuse, ou deux légumineuses sur le même terrain.

33Ces fanes de légumineuses sont parfois utilisées pour l’alimentation du bétail, et un agronome européen conseillerait plutôt cet emploi, les éléments minéraux retournant par les déjections au fumier. Mais tant que ce dernier sera recueilli dans de mauvaises conditions nous conseillerons l’enfouissement direct, sauf le cas de disette fourragère.

34Les deux obstacles à l’extension de ces cultures sont les exigences de main-d’œuvre pour l’émottage nécessairement soigné du terrain, et leur faible rendement. En dehors des rizières riches des environs de Hanoï (Ha-Dong, Yên-Viên, etc.), de quelques cantons de Hung-Yên et du bas delta, la production tombe souvent à 2 ou 3 qx/ha en culture intercalaire, 4 ou 5 qx/ha en culture pure. C’est un problème de fumure. On met une poignée de fumier par poquet, soit d’après nos pesées de 1 à 4 t/ha, selon les ressources de la ferme ; l’agriculteur annamite apporte aux haricots la même fumure qu’à la patate ; il y ajoute souvent un peu de cendres : les légumineuses ont besoin d’un peu d’azote (fumier) au départ de la végétation, mais plus tard surtout d’acide phosphorique (os calcinés, phosphate naturel en terres acides, superphosphate) et de potasse (cendres, suie ou à défaut urines qui apportent azote et potasse).

  • 12 Les sojas de Mandchourie en contiennent 18 %.

35Ces graines sont des aliments fortement azotés (24 % en moyenne pour les doliques et haricots). Le plus riche est le soja (dậu tru’ởng ou đậu nành) qui renferme 36 % de matière azotée et 15 % de matière grasse12 C’est aussi la plante capable de donner les plus forts rendements à cause de sa plus longue durée d’évolution (de décembre-janvier à avril-mai) : jusqu’à 7 qx/ha en culture intercalaire, et jusqu’à 15 ou 20 qx/ha en culture pure dans les terres fertiles de la province de Ha-Dong. L’extension du soja permettrait de supprimer les importations de Chine.

36Les cultivateurs annamites connaissent les bons effets des cultures de légumineuses, puisqu’ils s’efforcent de les faire revenir périodiquement sur le même sol. Dans les rizières du dixième mois de la province de Ha-Dong, M. Angladette a noté au cours d’hivers successifs les assolements suivants :

37a) assolement biennal :

1er année

maïs-dolique ou plus rarement mais

2e année

patate

38b) assolement triennal :

1er année

maïs

2e année

doliques

3e année

patates

39A Thai-Binh, au cours d’une même campagne la culture en mélange patate-maïs-haricot succède à un chou-navet.

40L’irrigation permettra de faire chaque hiver deux cultures sèches, dont une légumineuse, à la condition d’augmenter la production du fumier.

Les oléagineux

41L’arachide et le sésame occupent de faibles surfaces. Ils sont produits surtout pour l’alimentation, de moins en moins pour l’extraction de l’huile. L’arachide, qui vient dans les terres légères (provinces de Bac-Giang, Bac-Ninh, une partie de celles de Hai-Duong et Hung-Yên), est la plus intéressante : c’est une légumineuse dont la graine, outre ses 50 % d’huile renferme autant d’azote que les haricots et les doliques. Ses tiges et ses feuilles constituent un bon fourrage et un excellent engrais vert. Le rendement moyen est faible, de l’ordre de quelques quintaux à l’hectare.

  • 13 M. Castagnol, dans son excellente « Monographie de la province de Nghê-An » (Bulletin économique d (...)

42Le sésame, culture dérobée, peut évoluer en deux à trois mois ; aussi est-il parfois cultivé dans les rizières hautes à deux récoltes ; semé fin mai après la moisson d’un riz précoce du cinquième mois il est récolté fin juillet-début août. Leurs tourteaux, et ceux de ricin, oléagineux industriel dont la culture est en régression (Vinh-Yên, Phuc-Yên, Bac-Giang, Bac-Ninh) sont utilisés pour la fumure13.

Les cultures maraîchères

43L’annamite est en agriculture le digne émule du Chinois, un excellent maraîcher. Le climat et le sol du Tonkin, l’abondance et la qualité de la main-d’œuvre font de ce pays une terre d’élection pour les légumes en hiver. Leur extension n’est limitée que par les ressources en matières fertilisantes. Comme les vidanges sont les plus employées, la culture est répandue près des villes (surtout Hanoï et Haiphong) et dans le bas delta. Vidanges et urines sont les meilleurs engrais pour les légumes feuillus et le tabac. Une bonne fumure pour ces plantes, dans le bas delta, est de cinq à dix charges par sào d’un mélange d’engrais humain et de cendres ; on ajoute en cours de végétation des arrosages d’urine : on met aux choux, choux-fleurs et choux-raves jusqu’à 200 à 250 l d’urine par sào, en plusieurs arrosages (environs de Hai-Duong). Il vaut mieux réserver le fumier de porc ou de buffle aux patates, au mais, un peu aux légumineuses, avec les cendres. Mais les maraîchers leur apportent tous les fertilisants dont ils disposent. Pour augmenter leurs ressources, les riverains des routes passagères y installent de petites fosses qui sont des W.-C. publics, ou des marmites servant d’urinoirs. Dans le bas delta où l’engrais humain est la fumure la plus abondante, on l’applique, avec le fumier de porc, à toutes les cultures sèches, tandis que le fumier de buffle est réservé aux rizières.

44Les légumes sont de plus en plus consommés par les paysans du Tonkin : surtout les légumes feuillus (diverses salades et plantes aquatiques : liserons d’eau, etc.) et comme légumes européens, les navets, les choux, les oignons, etc. Ils apportent dans l’alimentation des éléments rafraîchissants et de la diversité. La pomme de terre, bien payée pour la consommation locale et la vente au dehors, prend de l’extension. Les meilleures semences viennent de France, celles de Yunnan ne donnent qu’un rendement inférieur. Les possibilités d’exportation sont très grandes. Déjà une partie des légumes des environs de Haïphong, et de là jusque dans la province de Thai-Binh (navets), sont vendus à Saïgon. Les conditions climatiques rendent la culture des légumes européens beaucoup plus ardue en Cochinchine. Il en est de même en Malaisie et aux Philippines que le Tonkin peut prétendre un jour ravitailler en légumes frais. Le paysan tonkinois fume volontiers ses cultures sèches qui répondent à la fumure plus visiblement que le riz. Mais c’est encore insuffisant. Nous indiquerons le moyen d’augmenter la production des matières fertilisantes, et par là de fumer plus abondamment tant les cultures sèches que le riz.

  • 14 D’après M. Bui Quang Chiêu (« Notice provisoire sur la riziculture au Tonkin », Bulletin économiqu (...)

45Si l’Annamite de Cochinchine mange du riz toute l’année, les cultures vivrières secondaires tiennent une place importante dans la nutrition du paysan tonkinois, surtout dans certaines provinces (Ha-Dong)14.

46Le Protectorat ne doit pas les considérer comme des spéculations accessoires, mais les maintenir, les sélectionner et en perfectionner la culture. Il devra propager les légumineuses alimentaires, et plus particulièrement le soja et l’arachide, qui complètent heureusement en matières grasses et azotées l’alimentation à base de tubercules et améliorent le sol, et les cultures maraîchères qui utilisent la main-d’œuvre surabondante et procurent au pays de nouvelles ressources.

LES CULTURES INDUSTRIELLES

47Dans un pays surpeuplé, à sol pauvre, ces cultures ne peuvent être entreprises que pour la satisfaction des besoins locaux ; on ne doit guère viser l’exportation.

Le tabac

48Les variétés locales sont normalement peu riches en nicotine, aussi n’obtient-on le tabac fort, exigé par l’Annamite, qu’avec d’abondantes fumures.

49Dans la circonscription de Tiên-Lang (Kiên-An) l’engrais humain est mis en tas recouverts de terre ; on laisse fermenter quinze jours à un mois ; puis on mélange avec de la terre de rizières (un tiers d’engrais humain, deux tiers de terre), ou des curures de mares préalablement séchées au soleil et pulvérisées, ou des cendres : cinq paniers de cendres (très légères) pour un de vidanges. On met à chaque pied de tabac un bol (cái bát) de ce mélange au repiquage, deux bols à vingt jours, 5 kg à deux mois. La terre ainsi fumée peut porter, sans autre fertilisation, une pépinière de dixième mois, puis un riz repiqué. Dans le huyện de Vinh-Bao (Hai-Duong), on apporte en moyenne, par sào de tabac, quinze charges de fumier de porc et cinq charges d’un mélange d’engrais humain et de cendres.

50Dans la circonscription de Thuy-An (Thai-Binh), l’engrais humain constitue la fumure fondamentale. Cette culture est répandue dans le bas delta où abondent les ressources d’engrais humain et de main-d’œuvre.

51La préparation du sol, faite à la houe, est très soignée : le riz sur tabac donne toujours de beaux rendements. On peut recommander l’extension du tabac puisqu’en 1928 le Tonkin en importait 400 t d’Algérie.

Les textiles

52On a jadis fondé de grands espoirs sur la culture du coton et du jute, l’expérience les a démentis : ces plantes sont trop épuisantes ; et le paysan tonkinois, surtout préoccupé de son riz du dixième mois, les cultive en saison sèche. Le coton souffre du manque d’eau durant sa végétation ; à la récolte en juin, les pluies peuvent détériorer la fibre. Au début de la crise certains agriculteurs ont de nouveau pensé à le propager. Ce serait une erreur. Aucun produit n’a été aussi touché par la mévente que le coton et les fibres très courtes actuellement produites sont à peu près invendables à l’étranger. L’introduction de variétés à longues fibres, exigeantes et délicates, serait très difficile.

53De même le jute, cultivé sur le bord d’arroyos coulant à l’intérieur des casiers, est trop épuisant et donne de trop faibles rendements. Un essai a montré que l’emploi des engrais chimiques sur les variétés actuellement cultivées n’accroît guère les rendements. La culture de ces plantes est en régression rapide, tant au Tonkin que dans le Thanh-Hoa, depuis la récente baisse des cours.

L’indigo

54Donnons une mention spéciale à cette légumineuse fort peu répandue : nous l’avons vue cultivée en bordure de la route de Hung-Yên, au Kilomètre 6 après son embranchement sur la route Hanoï-Haïphong. Semée en janvier, la plante est récoltée en juillet-août et les rameaux, après macération dans l’eau qui extrait la matière colorante, sont enfouis en rizière peu avant le repiquage, donc sans déperdition de matières fertilisantes. Les paysans apprécient à juste titre cet engrais vert, les producteurs d’indigo en vendent une partie très cher à leurs voisins.

Le « jonc à nattes »

55Nous employons le terme courant de jonc bien que les plantes cultivées soient des Cyperus. Dans les alluvions récentes, encore saumâtres et vaseuses de Dong-Quan, Thai-Ninh, Thuy-An et Tiên-Hai, sur les rives du Diêm-Hô, on repique des griffes de jonc dès que le sol est assez ferme pour que le pied enfonce au plus de 20 cm. On plante clair (30-35 cm) dans les terres neuves où l’on craint l’échec de la culture, plus serré ailleurs. Les premières tiges, courtes et médiocres, servent à la confection des toitures ; les suivantes, lorsqu’elles atteignent un mètre, au tissage des nattes. Leurs tiges séchées se vendent au poids, d’autant plus cher que leur longueur est plus grande. Dans quelques terres fertiles les joncs atteignent au moins 2 m et rapportent beaucoup plus que le riz ; aussi ne se presse-t-on pas de les transformer en rizières.

  • 15 De même la végétation spontanée (lục bình, etc.) ou cultivée (lotus) des étangs, jointe à l’apport (...)
  • 16 Orthographe peu fiable pour le deuxième et le quatrième termes [NdÉ]

56Une plantation de jonc dure de trois à dix ans, parfois plus en terres alluvionnaires fertiles. Les tiges enchevêtrées retiennent les particules de limon, brisent le mouvement des eaux et favorisent le colmatage. Les racines et la base des tiges, en se décomposant sur place, exhaussent le sol15. Après une ou deux plantations, la deuxième faite avec une variété plus exigeante à longue tige, le terrain suffisamment dessalé par les pluies peut porter un riz rouge du dixième mois : lùa hom, lùa châm, dé đô, dé mong16. Ces variétés supportent en saison des pluies une invasion d’eau salée de quelques jours, surtout si elle n’a lieu qu’un mois après le repiquage. Mais on doit attendre de longues années avant d’y cultiver du riz de saison sèche, l’évaporation faisant remonter le sel à la surface ; à moins d’irriguer avec de l’eau douce que l’on va chercher loin en amont dans un bras du Fleuve Rouge.

57Le jonc, utilisé pour le tissage des nattes appelées à tort « de Chine » sert, dans la région de production, à l’emballage du paddy.

Notes

1 Nous ne dirons rien des cultures arbustives (mûrier, théier, aréquier, arbres fruitiers, oléagineux, etc) ni des plantes aquatiques (lotus, légumes divers) quoique les terrains qui les reçoivent puissent ultérieurement porter un riz (étang en voie de comblement, par exemple le Grand Lac près de Hanoï ; riz sur défrichement de mûraie). Le riz de culture sèche se sème parfois entre les lignes de mûrier (dans l’île du pont Doumer, par exemple).

2 Cf. « Étude des micro-organismes décomposant la cellulose dans différents sols du Tonkin » par E. Castagnol, dans le Compte rendu des travaux exécutés en 1932-1933 de l’Institut des recherches agronomiques de l’Indochine (1934).

3 Cette tendance à l’autarcie économique se développe actuellement dans les pays plus évolués, où elle est beaucoup moins désirable.

4 D’après MM. Roule et Trân Trong Khoi, le tabac et les patates s’accommodent mieux de terres un peu argileuses que les autres cultures sèches dans le Thanh-Hoa.

5 On utilise en Forêt Noire des rouleaux de pierre de 0,3 m de diamètre, longs de 1, 2 m.

6 Cf. leur description dans « Le matériel agricole en Cochinchine », Bulletin économique de l’Indochine, 1927.

7 Il s’agit d’un bois dur, comparable au bois de fer [NdÉ].

8 Cet instrument rappelle la spianone employée en Espagne et en Italie pour parfaire l’ameublissement des rizières submergées.

9 Cf. la figure 10 au chapitre VIII.

10 Melia azedarach (Linn., famille des Méliacées).

11 Les recherches récentes de Gabriel Bertrand ont montré la nécessité de doser les éléments minéraux des plantes avant incinération

12 Les sojas de Mandchourie en contiennent 18 %.

13 M. Castagnol, dans son excellente « Monographie de la province de Nghê-An » (Bulletin économique de l’Indochine, 1931) recommande l’extension des cultures oléifères pour augmenter la production des tourteaux qui fertilisent les rizières. Cette pratique ne peut être conseillée à l’intérieur du Delta du Tonkin, mais pourrait parfaitement convenir à la Moyenne-Région (abrasin, bancoulier, gardénia, camélia, etc) qui alimenterait les petites huileries du delta et y laisserait ses tourteaux.

14 D’après M. Bui Quang Chiêu (« Notice provisoire sur la riziculture au Tonkin », Bulletin économique de l’Indochine, 1906), quatre sur dix seulement des habitants du delta peuvent, pendant toute l’année, faire du riz la base de leur alimentation.

15 De même la végétation spontanée (lục bình, etc.) ou cultivée (lotus) des étangs, jointe à l’apport de limons entraînés par les pluies, favorise le comblement des étangs et dépressions de l’intérieur du delta.

16 Orthographe peu fiable pour le deuxième et le quatrième termes [NdÉ]

Table des illustrations

Légende Figure 1. - Maillet (à droite) et fléau brise-mottes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7957/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Figure 2. - Rouleau de pierre du Bas-Delta
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7957/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540