Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre V. L’aménagement hydraulique1

Alimentation en eau, assèchement, les travaux réalisés et projetés, conséquences techniques et économiques

Texte intégral

  • 1 Cf. L’Hydraulique agricole au Tonkin par A. Pouyanne (1931).

1Les travaux d’aménagement hydraulique ont pour but de fournir au riz l’eau que les pluies n’apportent pas en quantité suffisante pour assurer son développement normal, et d’enlever l’excès accumulé dans les régions basses après des précipitations trop abondantes. Nous allons étudier les exigences de la rizière, les travaux et leurs conséquences.

ALIMENTATION EN EAU

Campagne du cinquième mois

  • 2 A Java, cette donnée serait un minimum tout à fait exceptionnel : on compte une moyenne de 1, 5 1/ (...)

2Les rizières les plus basses, que l’on repique les premières ont alors une réserve d’eau suffisante. Les rizières à deux récoltes, une fois déchaumées, n’ont, sauf attaque d’insectes, plus besoin d’eau avant les dernières façons précédant immédiatement le repiquage, jamais avant le 10 ou le 15 décembre. Une mise en eau plus précoce serait même nuisible. Si les pluies sont rares, ces rizières, bien desséchées, ont besoin, pour les derniers labours et les repiquages d’environ 20 cm d’eau, soit 2 000 m3/ha ; afin d’humecter la terre et de la recouvrir d’une dizaine de centimètres. Comme une partie seulement des rizières a besoin d’eau et que le repiquage peut s’échelonner, sans inconvénient, de la mi-décembre à la fin de janvier ou même aux premiers jours de février, une large rotation réduira le débit maximum exigé des canaux d’irrigation. Il ne faut pas aller trop loin : le rendement diminue beaucoup si le repiquage a lieu fin février et surtout début de mars. En cours de végétation, les besoins en eau sont limités, surtout en terres argileuses, car l’évaporation est réduite. Le débit de 0,40 litres par seconde et par hectare (1/s/ha), adopté par les Travaux publics, semble une moyenne suffisante2. La floraison de la généralité des rizières a lieu pendant les deux dernières décades d’avril et les deux premières décades de mai ; il faut prévoir l’apport d’eau jusqu’au 20 mai. Les pluies peuvent venir trop tard pour assurer une fécondation normale, dans la première quinzaine de mai ; le vent d’ouest, sec et chaud, provoque certaines années une forte évaporation (par exemple, en mai 1926) ; d’autant que ce sont les rizières à deux récoltes, les plus hautes du cinquième mois, qui fleurissent les dernières. Les riziculteurs italiens estiment très utile de donner à ce moment une forte couche d’eau fréquemment renouvelée. Il y a avortement d’un grand nombre de grains quand la plante fleurit sur un terrain non submergé, fut-il humide.

3Le besoin d’eau est impératif, et ne souffre pas de retard ; chaque casier et sous-casier contenant des rizières de toute altitude, cultivées avec un grand nombre de variétés, la rotation ne peut être qu’à très courte période. La situation n’est pas du tout la même au repiquage, que le cultivateur peut retarder sans inconvénient. Pendant les trois semaines (cinq jours avant, une semaine pendant, dix jours après) qui englobent la floraison, la rizière ne doit jamais manquer d’eau.

4Le débit maximum de 0,61/s/ha, adopté sur nos instances par les Travaux publics, suffira dans la grande majorité des cas ; il sera souvent trop fort, mais certaines années les exigences peuvent être encore plus élevées.

5La période moyenne d’irrigation s’étend du 10 décembre au 20 mai. Dans l’état actuel de nos connaissances nous estimons que le riz du cinquième mois a besoin en moyenne de moins de 80 cm d’eau, ce chiffre variant dans des limites étendues suivant la perméabilité du sol et l’intensité de l’évaporation. Cette donnée est plus faible que toutes celles adoptées par d’autres pays tropicaux (exemples : les Indes et Java). Ce n’est pas étonnant si l’on réfléchit que, par suite d’une particularité du climat tonkinois, la culture du cinquième mois commence avec la montée de l’état hygrométrique et se prolonge pendant la période de l’année où, bien qu’en saison sèche, l’évaporation est minima. Dans les autres pays, au contraire, le maximum d’évaporation a lieu en saison sèche. D’autre part, notre chiffre s’applique aux terres actuellement cultivées en riz du cinquième mois, de consistance moyenne ou plus ou moins argileuses : les sols légers étant généralement réservés aux cultures sèches. Les pluies fournissent pendant cette période une trentaine de centimètres d’eau (à Hanoi) ; ce serait une moyenne de 50 cm, soit 5 000 m3/ha, qu’il faut pouvoir apporter à la rizière pendant la campagne du cinquième mois. Les recherches poursuivies par l’Office indochinois du riz et les Services de l’hydraulique agricole permettront d’estimer les variations de la quantité d’eau nécessaire en différents sols, suivant les conditions climatiques. Tant que l’on continuera l’irrigation par eau stagnante, non renouvelée, il suffira de fournir à la rizière :

  1. L’eau infiltrée dans le sous-sol ou déversée vers une rizière plus basse (rupture de diguette) ;
  2. L’eau évaporée à la surface soit par la nappe d’eau, soit par la plante. L’eau infiltrée dépend de la nature du terrain et, dans une certaine mesure, des façons aratoires. D’après les mesures de Copeland aux Philippines, le riz évapore, suivant les variétés et les conditions de son développement, de 800 à 1 100 g d’eau par gramme de matière sèche formée3. On peut estimer comme poids moyen d’une récolte du delta convenablement séchée à l’air libre :

15 qx/ha de paddy,
20 qx/ha de paille et racines,
soit 45 qx de matière contenant encore 15 % d’eau en moyenne, par conséquent : 3 825 kg de matière sèche.

6En prenant 950 g d’eau par gramme de matière sèche, on trouve 3 600 t/ha et par campagne rizicole, ce qui correspond à une épaisseur d’eau de 36 cm. Nous n’avons pas de données précises sur la répartition de cette évaporation au cours de la vie de la plante (du semis à la récolte), mais nous pensons qu’elle va en croissant d’abord lentement, puis rapidement jusqu’à un maximum situé aux environs de la floraison ou un peu avant, pour décroître rapidement ensuite.

7A l’évaporation de la plante s’ajoute celle de l’eau de la rizière, plus petite que celle d’une surface d’eau libre : deux évaporations en un même point se contrarient et le total est inférieur à la somme des deux données séparées (nous ignorons dans quelle proportion). Il est probable que dans une rizière récemment repiquée l’eau évapore plus que la plante, mais qu’ensuite l’inverse se produit. Seules des mesures directes nous renseigneront sur le total des deux évaporations.

8Il existe des apports d’eau autres que la pluie. La rosée apparaît à l’automne, à une date assez précise pour déterminer le semis de certaines variétés du cinquième mois ; néanmoins elle est peu abondante. La fixation de vapeur d’eau atmosphérique par le sol et la plante est peut-être importante, surtout en période de crachin.

Campagne du dixième mois

9Les besoins en eau de la plante doivent être un peu plus élevés qu’au cinquième mois : l’évaporation est plus importante, les rendements supérieurs. Si la quantité moyenne apportée par les pluies – plus de 1 m de juillet à octobre – suffit, certaines années les précipitations sont déficientes ou mal réparties.

  • 4 En 1931, on n’a pu, faute d’eau, repiquer en juillet qu’une faible surface, très inférieure à la n (...)
  • 5 Par contre, en hiver, les eaux du fleuve, peu limoneuses, sont assez froides pour ralentir la végé (...)

10La possibilité d’irriguer les rizières hautes permettra d’y obtenir sûrement une récolte qui pourra dépasser celle que l’on obtient actuellement dans les années les plus favorisées par l’abondance et la régularité des pluies : on pourra substituer aux variétés hâtives fleurissant fin août-septembre, période normalement pluvieuse, des variétés moins résistantes à la sécheresse, à évolution plus longue, donc plus productives, fleurissant en octobre. C’est en juillet, au repiquage4, et surtout en fin septembre-octobre, à la floraison, qu’on doit pouvoir fournir de l’eau ; certaines années il faudra même irriguer en août, mois où pourtant les précipitations sont maxima (Hanoï, août 1911 :80 mm, août 1915 :108 mm ; Bac-Ninh, août 1930 :85 mm, septembre 1930 : 63 mm). Nous ne pouvons chiffrer les besoins en eau, parfois nuls ; tout dépend de la répartition des pluies. C’est en octobre où la moyenne des précipitations est d’un peu plus de 100 mm (Minima, octobre 1918 : 7 mm ; 1919 : 16 mm ; 1921 : 11 mm ; 1929 : 5 mm), mois du maximum d’évaporation, que les besoins seront les plus fréquents. L’irrigation d’été sera facilitée par le niveau élevé et le débit abondant des fleuves ; la presque totalité des rizières du delta pourra, à ce moment, être arrosée par gravité. Les projets actuels comportant l’utilisation sur une large échelle des eaux du Fleuve Rouge, les limons charriés en abondance à cette époque constitueront un apport intéressant de matières fertilisantes5. Mais cette irrigation devra être conduite avec beaucoup de prudence ; on veillera à n’apporter que l’eau indispensable ; au besoin on pourra sans inconvénient retarder les repiquages de juillet, en espérant la pluie : la possibilité d’irriguer en octobre permettant la culture de variétés plus tardives.

11Si les plants ne peuvent plus attendre sans dommage en pépinière, on amènera pour repiquer seulement quelques centimètres d’eau. Il faut toujours prévoir les fortes pluies ; avec ces précautions la rizière pourra en retenir une grande partie et en déverser moins sur les zones basses, toujours menacées de submersion ; pour assécher, on aura moins d’eau à évacuer.

  • 6 Cf. le chapitre VIII.

12La submersion n’est plus à craindre lors de l’irrigation d’octobre qui cependant ne sera pas excessive en zones basses, le terrain devant être drainé un peu avant la moisson. Il ne faut pas non plus couper l’eau trop vite, le terrain doit rester assez humide pour être déchaumé sitôt la récolte enlevée. Si même on n’a pu le faire à temps, il faut avoir la possibilité de remettre de l’eau pour exécuter ce labour dès que possible. Mais ensuite on laissera les rizières à deux récoltes se dessécher le plus longtemps possible6.

ASSÈCHEMENT

13L’évacuation des eaux qui recouvrent les parties basses des différents casiers permettra de les cultiver en riz au dixième mois. Ces terres sont généralement assez argileuses, fertiles, et susceptibles de donner deux bonnes récoltes. L’excès d’eau doit être enlevé avant la fin du mois d’août, le rendement des rizières repiquées en septembre étant toujours très faible : les paysans prétendent ne repiquer à ce moment que pour utiliser leurs labours, leurs plants en surabondance et se procurer la paille nécessaire à l’alimentation du bétail en saison sèche. Les riz du dixième mois ayant une courte durée d’évolution, le retard du repiquage est encore plus nuisible qu’au cinquième mois.

14Il n’est pas nécessaire d’enlever l’eau jusqu’au niveau du sol : en préparant, dans des pépinières fertiles, des plants de haute taille, on peut repiquer des rizières couvertes de 40 à 50 cm d’eau, et même plus.

15Tant qu’on ne pourra assurer l’eau partout au cinquième mois, l’évacuation devra être pratiquée avec prudence, les réserves accumulées dans les dépressions servant à la campagne de saison sèche suivante. La surface gagnée par l’assèchement au dixième mois pourra être inférieure à celle perdue, faute d’eau ou par suite du coût excessif de l’irrigation, à la campagne suivante. Dans le huyện de Yên-Phong (Bac-Ninh) la fermeture trop tardive (en octobre 1930) des écluses d’évacuation dans le Sông Câu réduisit la superficie consacrée à la campagne suivante du cinquième mois.

16L’évacuation doit se faire par un courant lent qui laisse les eaux déposer dans les dépressions le limon entraîné par ruissellement des rizières plus hautes. Dans ce but on évitera l’assèchement total, l’eau qui recouvre les terrains les plus bas à proximité des écluses constituant un volant de régularisation de l’écoulement ; les ouvrages d’évacuation auront de larges ouvertures.

LES TRAVAUX RÉALISÉS

Irrigation par gravité

17Les réseaux d’irrigation de Kep (7 500 ha) de Vinh-Yên (17 000 ha) et du Sông Câu (34 000 ha) ont été établis en bordure du delta où leur construction était facile : le sous-sol rocheux, situé à une faible profondeur, permet d’asseoir solidement les barrages, et grâce à la pente sensible du terrain, on atteint sans difficulté par gravité de vastes étendues. Les eaux d’irrigation prélevées dans le Sông Câu, le Sông Thuong et le Sông Pho-Day (affluent de la Rivière Claire) sont peu riches en limons. Ces réseaux desservent des terres pauvres à population clairsemée. L’excédent des provinces surpeuplées, attiré là par ces travaux, a été relativement faible. Si leur utilité n’est pas contestée, on se rend compte aujourd’hui qu’il vaut mieux améliorer l’aménagement hydraulique des régions les plus peuplées.

18Ces travaux permettent de faire sans aléa sur un sol peu fertile deux récoltes de rendement moyen. On peut critiquer l’absence de dispositifs pour enlever l’excès d’eau, certaines zones basses étant parfois recouvertes d’une nappe trop épaisse. L’établissement d’un réseau de drainage serait assez coûteux et les canaux enlèveraient à la culture une surface appréciable. Nous estimons que pour améliorer sensiblement dès aujourd’hui sans grosse dépense les conditions d’irrigation, il faut :

  1. Veiller au bon entretien, par les populations intéressées, des artérioles d’irrigation. Les mandarins doivent forcer la main aux villages négligents, dans leur intérêt bien compris. Il est dommage de voir le bénéfice d’une dépense aussi importante compromise par l’absence d’artérioles convenables : une région un peu haute située à quelque distance du canal ne peut souvent être atteinte qu’après submersion excessive de la zone intermédiaire plus basse ; pour l’éviter, les propriétaires des rizières hautes sont obligés d’élever à la main l’eau, qui vient pourtant d’un niveau suffisant pour arriver par gravité.
  2. Surveiller la distribution de l’eau. S’il faut en donner assez pour que la plante ne souffre pas de la sécheresse, un excès est nuisible, surtout dans les points bas et particulièrement à la fin du cinquième mois ou au début du dixième. Certaines rizières qui portaient deux récoltes en année normale ne font plus régulièrement le dixième mois, étant trop souvent submergées depuis l’établissement des réseaux d’irrigation. Si on peut être obligé, certaines années, de donner de l’eau jusqu’au 15 mai, on devra cesser d’irriguer dès l’arrivée des pluies précoces. Dans tous les cas, l’arrosage en mai ne devra être fait qu’avec prudence et parcimonie. Sur les rizières hautes une irrigation trop abondante oblige à évacuer vers les points bas l’excès d’eau qui entraîne les limons fins et les matières fertilisantes solubles.
  3. Diviser les réseaux, par des barrages régulateurs placés sur les canaux principaux et secondaires en un grand nombre de districts que l’on puisse arroser indépendamment, de façon à pouvoir alimenter une région haute asséchée sans irriguer la zone basse voisine.

19Des travaux analogues de moindre envergure peuvent être entrepris dans la périphérie du delta par des propriétaires ou des communes, sur les petits cours d’eau qui descendent de la montagne (par exemple, au pied du massif du Tam-Dao). Parfois, à proximité d’un ruisseau, des rizières du dixième mois dépérissent faute d’eau ; des paysans obligés d’élever l’eau pourraient la prendre en amont avec une rigole de dérivation et l’amener par gravité. Un barrage peu élevé, pour que les crues passent au-dessus sans le démolir, conduira l’eau dans la rigole. On pourrait ainsi régulariser à peu de frais la production de petits groupes de rizières (de quelques mẫu à quelques centaines de mẫu). Les cours d’eau permanents peuvent alimenter des rizières à deux récoltes ; une rivière temporaire peut être aménagée pour assurer la récolte de rizières du dixième mois et permettre l’emploi de variétés à évolution plus longue. Il en va de même pour les travaux de drainage. Ce sont les petites améliorations hydrauliques de ce genre qui doivent être exécutées les premières par les villages, car elles ne coûtent qu’un peu de travail. L’exemple des provinces de Thai-Binh au Tonkin et de Cho-Lon en Cochinchine doit être suivi partout.

Irrigation par pompage

  • 7 Cf. l’étude de la province du Thanh-Hoa par MM. Roule et Trân Trong Khoi (Bulletin économique de l (...)

20Près de Son-Tây, une installation de pompage élève l’eau du Fleuve Rouge à une cote suffisante pour alimenter à droite du Day 13 500 ha par gravité. En été le niveau du fleuve se relève assez pour qu’on puisse laisser l’eau couler directement dans le canal principal. La zone desservie comportant une proportion élevée de terres basses, il faut arroser plus prudemment encore que dans les autres réseaux à la fin du cinquième mois, et, quand ce sera utile, au début du dixième mois. Il n’était pas nécessaire d’atteindre tout le réseau par gravité. Les agriculteurs annamites élevant facilement l’eau par leurs propres moyens jusqu’à 2 m, on pouvait se contenter d’une cote de 8,7 m (au lieu de 10,7 m) en tête du canal principal. On diminuait ainsi la durée de pompage et la hauteur d’élévation, donc les dépenses d’installation et de fonctionnement de l’usine. D’autre part, en abaissant la cote des canaux on réduisait leur coût et surtout on facilitait le drainage des zones basses, parfois noyées par l’eau filtrant d’artères trop élevées. La province est assez peuplée pour que l’on y puisse trouver facilement la main-d’œuvre nécessaire à l’élévation manuelle de l’eau pour les rizières hautes. De même dans le Thanh-Hoa, des bas-fonds autrefois à deux récoltes sont aujourd’hui noyés au dixième mois ; au cinquième mois, les cultures sèches reculent devant le riz. L’établissement d’un réseau bas n’aurait pas présenté ces inconvénients comme le montre le rapport agricole de l’Annam pour l’année 19327. Des stations de pompage desservant des dizaines et parfois plusieurs centaines d’hectares ont été installées en quelques points du delta par de gros propriétaires, plus rarement par des entrepreneurs de pompage ou des collectivités. Ce mouvement, qui tendait à se développer ces dernières années, a été brutalement arrêté par la crise économique.

LES TRAVAUX PROJETÉS

Irrigation

21Le programme adopté en 1931 prévoyait la création d’un réseau de canaux d’irrigation dans tout le delta amenant l’eau non plus sur toutes les rizières par gravité, mais au niveau où elle se trouve dans les fleuves ; pour chaque casier, on prendrait l’eau le plus en amont possible et dans la rivière où elle se trouve à la plus haute cote (Fleuve Rouge ou ses défluents : Canal des Rapides, Canal des Bambous, Sông Tra-Ly). On l’élèverait dans les rizières hautes et moyennes, soit par les instruments annamites d’élévation (paniers à cordes, écopes, norias à pédales), soit par des postes de pompage électrique desservant un village ou un groupe de villages : dans ce but on prévoyait l’électrification du delta. Le niveau de l’eau dans le fleuve est tel que les rizières basses pendant la campagne du cinquième mois, les rizières moyennes et basses pendant les périodes sèches de la campagne du dixième mois pourront être irriguées par gravité.

22Les canaux principaux comportent quelques barrages régulateurs permettant d’irriguer les casiers fraction par fraction.

Assèchement

— Casier du Day (sud de Ha-Dong Phu-Ly, nord de Nam-Dinh et de Ninh-Binh)

23En saison sèche, le Day, défluent de droite du Fleuve Rouge, a un faible débit et le plan d’eau y est plus bas que la grande majorité des rizières du casier. En saison des pluies, comme il évacue une partie importante des eaux du Fleuve Rouge - jusqu’à 3 000 m3/s en crue - son niveau monte au-dessus des rizières basses du casier où les eaux de pluie s’accumulent. En barrant le Day à son origine, on empêche les eaux du Fleuve Rouge d’y accéder et le plan s’y maintiendra en saison des pluies à un niveau voisin de celui de saison sèche, tel que l’assèchement de la presque totalité du casier sera possible par simple gravité. Le barrage sera abattu lors de la crue, soit un petit nombre de jours par an et pas tous les ans : pendant quelque temps l’évacuation sera arrêtée ; la crue passée, il sera relevé. On espère rendre possible la culture du dixième mois sur la grande majorité des rizières de ce casier. La non-concordance entre le maximum des pluies du delta et les plus hautes crues du fleuve facilitera cette évacuation.

— Casiers de Ke-Sat/Hung-Yên et de Bac-Ninh

24On conduit l’excès d’eau de ces casiers le plus en aval possible, vers le Sông Thai-Binh et la section aval du Canal des Bambous, où le niveau des eaux se maintient plus bas et où le jeu des marées se fait sentir assez loin. De plus on barre les arroyos à leur débouché dans ces rivières par des écluses qui, fermées à marée haute, s’opposent à la rentrée dans les casiers des eaux de flux, permettant à chaque marée basse l’évacuation d’une grande quantité d’eaux pluviales accumulées. Actuellement, l’eau évacuée à marée basse est d’abord celle qui est entrée avec le flux, puis, seulement à la fin de la période d’évacuation, l’eau pluviale en excès.

— Zone maritime

25Le principe est le même : construction au débouché des petits défluents dans la mer d’écluses s’opposant à la rentrée des eaux de flux. Dans certains cas, un barrage en amont est dressé pour interdire l’accès des eaux venant du Fleuve Rouge qui ne s’évacueront ainsi que par les bras principaux.

CONSÉQUENCES TECHNIQUES

26Si ce programme d’aménagement est exécuté, la plus grande partie des terres du delta aura la possibilité de porter régulièrement deux récoltes dont le rendement ne sera plus guère affecté par les deux principaux aléas actuels : sécheresse et inondation. L’agriculteur annamite aura la tentation de cultiver partout deux riz par an, comme il le fait dans les réseaux terminés. Nous n’estimons pas sans dangers cette tendance à la monoculture ; mais une distinction s’impose entre les deux campagnes.

27Au dixième mois, les conditions climatiques sont très favorables au riz. La température est élevée, les pluies d’orage apportent une quantité d’azote appréciable, le temps sec de l’automne favorise la maturité et la récolte. On obtient un bon rendement en paddy de qualité, de conservation aisée, dont l’exportation procure une rentrée d’argent dans le pays. Aucune autre culture n’est aussi bien adaptée au delta en cette saison, et quand, les travaux terminés, on ne craindra guère inondation ni sécheresse, la récolte sera plus régulièrement assurée que celle des céréales des pays tempérés.

28Au cinquième mois, les terres basses et fortement argileuses devront rester en rizières mais les autres pourront recevoir des cultures sèches, moins exigeantes en eau mais aussi susceptibles d’utiliser l’irrigation avec profit et d’y répondre par des rendements plus élevés.

  • 8 Cf. le chapitre XII.

29Ces cultures sont indispensables à l’équilibre de l’économie agricole du delta ; leur maintien milite en faveur de la distribution par petits districts indépendants, évitant de noyer toute une région, et mieux encore de l’établissement de réseaux bas, bien supérieurs aux réseaux élevés et remplaçant même avantageusement la combinaison de hauts canaux complétés par un système de drainage : les frais d’établissement sont moindres, la surface occupée par les canaux plus réduite, puisqu’il n’y a plus qu’un réseau ; les eaux des zones hautes et moyennes s’évacuent par les canaux d’alimentation situés en dessous d’elles. Ces avantages compensent largement l’obligation d’élever l’eau qu’on peut d’ailleurs améliorer8.

CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES

30La réalisation de ces travaux constituera une lourde charge pour un pays si pauvre. Il faut distinguer les dépenses effectuées à l’intérieur des achats faits au dehors. La charge des premières est beaucoup moins lourde à supporter, puisque l’argent ne sort pas du pays. Ce sont presque uniquement des dépenses de main-d’œuvre, accessoirement de matières premières (ciment et charbon). Le recouvrement des impôts est beaucoup plus facile dans les provinces où l’exécution d’importants travaux publics a amené de l’argent frais. Les achats au dehors nécessitent une exportation de capitaux : le Tonkin est obligé pour les payer d’exporter du paddy qu’il aurait souvent besoin de consommer. L’emprunt peut masquer temporairement cet effet, mais la charge d’intérêt sera lourde à supporter. Ce sont ces achats, matériel et produits ouvrés, qu’il faut chercher à réduire, même si l’on doit augmenter d’autant ou d’un peu plus les dépenses de la première catégorie.

31Dans le premier projet, le barrage du Day devait être permanent et nécessiter une importante dépense de matériel. Les Travaux publics ont préféré avec raison l’établissement d’une levée de terre, détruite pour laisser passer les fortes crues et rétablie ensuite. La dépense annuelle sera inférieure aux frais d’amortissement et d’entretien de l’ouvrage primitivement prévu ; mais, de plus, elle consistera essentiellement en salaire de coolies. Dans le même ordre d’idées, on pourrait renoncer à l’électrification du delta et aux nombreux postes de pompage électrique dont les frais doivent être à la charge des usagers. C’est là une dépense d’équipement économique disproportionnée aux faibles ressources du pays.

32La majorité des rizières peut être atteinte par simple gravité ou faible élévation pendant la saison des pluies ou aux époques de grands besoins d’eau, début et fin de la saison sèche (décembre-janvier et fin avril-mai). Les terrains situés à un niveau un peu plus élevé pourront être facilement alimentés par les instruments traditionnels d’élévation. Quant aux terres très élevées, à 3 ou 4 m au-dessus du niveau des basses eaux, elles couvrent dans le delta une très petite surface : on y continuera avantageusement des cultures sèches.

33Quand le réseau de canaux amènera l’eau à leur pied, les paysans pourront y élever la faible quantité de liquide (ordre de grandeur de 2 000 m3/ha) exigée par ces plantes. De même, il ne nous paraît pas indispensable pour éviter le pompage électrique d’aller prendre l’eau destinée au casier Ke-Sat/Hung-Yên en amont du Canal des Rapides. L’avantage d’une cote plus haute des eaux ne justifie pas les dépenses supplémentaires importantes (canal principal plus long et surtout ouvrage coûteux pour faire passer les eaux sous le Canal des Rapides).

  • 9 Analogue à celui de la Plaine des Joncs en Cochinchine. M. Nguyên Công Tiêu étudie les possibilité (...)

34La mise en culture au dixième mois des rizières basses grâce aux travaux d’assèchement fournit une récolte supplémentaire ; elle est donc plus avantageuse que la substitution au cinquième mois du riz aux cultures sèches. Et cependant on pourrait renoncer au pompage prévu pour parfaire cet assèchement ; l’importance du volume d’eau à évacuer entraînant pour les usines de pompage une dépense trop élevée de matériel ; il peut être possible un jour de mettre en culture, par le double repiquage9 de variétés sélectionnées en vue de leur évolution sous une forte couche d’eau, des terrains recouverts de 50 à 60 cm d’eau au repiquage, et de plus de 1 m, même jusqu’à 2 m, par la suite. Nous avons déjà un « riz des mares » du cinquième mois qui supporte largement 2 m d’eau en mai ; on doit obtenir un résultat semblable au dixième mois. Les travaux d’assèchement par gravité terminés, il ne resterait presque rien d’inculte au dixième mois. Il ne faudrait surtout pas pomper pour ne libérer les terres qu’à la fin d’août : on n’obtiendrait à grands frais qu’une récolte médiocre. Et la stagnation des eaux dans les plus basses dépressions y détermine un dépôt de limons fertilisants, qui en relève très lentement le niveau.

Taxe d’eau et syndicats d’usagers

35Il semble équitable de faire payer aux bénéficiaires des travaux d’hydraulique une partie des dépenses d’établissement et d’entretien des réseaux. Il est exact que les travaux accroissent la productivité, les valeurs locative et surtout foncière du sol ; ils influencent favorablement l’économie générale du pays. Mais il ne faut pas croire que l’exploitant en retire un bénéfice égal au supplément brut de récolte. Pour l’obtenir, le paysan a eu tous les frais habituels de culture, moins l’élévation de l’eau. Or chaque fois qu’on estime le travail du cultivateur et de sa famille au taux moyen des salaires, on trouve que, même avec l’eau gratuite, l’exploitation rizicole est déficitaire. La crise économique a accentué ce déficit.

  • 10 Cf. L’Asie des Moussons par J. Sion (1928-29, p. 352).
  • 11 Sauf peut-être les premiers réseaux d’irrigation par gravité surtout ceux de Kep et du Sông Câu.
  • 12 Nous reconnaissons volontiers qu’il est difficile de commencer à percevoir une taxe dans la périod (...)

36Il est juste que la collectivité contribue à des travaux visant à la sauvegarde et à l’accroissement de la productivité générale dont elle retirera des bénéfices indirects. On a reproché à juste titre aux Anglais de l’Inde10 de s’être d’abord plus préoccupés de la rémunération des travaux d’irrigation que de leur utilité quant au bien-être général de la population. Aussi ont-ils préféré arroser des déserts inhabités où l’agriculteur est contraint de payer, même très cher, l’eau d’irrigation sous peine de ne rien récolter, et négligé des provinces surpeuplées, suffisamment arrosées en année normale, mais où des millions d’hommes peuvent être affamés par l’irrégularité de la mousson. Ce n’est que tout récemment qu’ils ont entrepris des « travaux protecteurs » contre les famines, par opposition aux premiers, « travaux producteurs ». L’aménagement du Tonkin, et ceci est tout à l’honneur du protectorat, doit être rattaché à la catégorie des « travaux protecteurs »11, ce qui légitime la contribution de la collectivité. Il assurera une alimentation suffisante à l’ensemble de la population du delta ; ce n’est pas un placement financier rémunérateur. La Colonie pourrait à juste titre ne chercher à récupérer ni intérêt ni amortissement, le considérant comme placement à fonds perdu. Les frais d’entretien et, si nécessaire, d’aménagement complémentaire, seraient seuls à la charge des usagers12. Son budget étant déchargé d’autant, la collectivité pourrait exécuter un programme plus important de travaux neufs.

37La répartition de ces dépenses n’est pas chose facile. Une taxe à l’unité de surface ne serait pas équitable, la bonification par les travaux étant très variable. On ne peut faire payer propriétaires, ou même villages, au prorata de l’eau consommée, la mesure en étant pratiquement impossible ; d’ailleurs ce serait absurde pour le drainage.

  • 13 Comme M. Vu Van An le proposait à la Commission indochinoise du riz.
  • 14 Le taux le plus élevé ne devra pas excéder, pour les deux campagnes de culture, l’équivalent d’un (...)

38Si une répartition équitable n’est pas possible, on peut s’en approcher13 par une enquête sur les conditions actuelles de culture (proportion de récoltes sûres, de récoltes aléatoires et de récoltes impossibles ou complètement perdues au cinquième et au dixième mois) et sur les modifications apportées par les travaux d’aménagement. On pourrait, selon le degré d’amélioration de chaque zone, adopter trois tarifs de taxation14. La situation de certaines rizières n’aura pas sensiblement changé : d’autres pourront même être un peu défavorisées par les répercussions des travaux que la complexité des problèmes empêche de prévoir avec certitude.

39Il vaut mieux demander aux populations intéressées l’exécution directe par prestations en nature de tous les travaux qu’elles peuvent effectuer (entretien des digues, des artérioles, curage des canaux, etc.) qu’une contribution en argent : le fardeau sera pour elles beaucoup moins lourd. Mais il faut les situer en morte-saison agricole (surtout février-avril) et veiller à un juste partage. On exigera de chaque village un nombre de travailleurs (munis de leurs outils) proportionnel à l’importance de la surface desservie par les aménagements hydrauliques. Ces travaux ne devront pas être pour les mandarins l’occasion de demander des cadeaux en accordant des dispenses.

40Le paiement de la taxe devra donner aux riziculteurs, groupés en syndicats d’usagers, le droit de faire entendre et prévaloir leur avis sur les époques, les débits, et les rotations des irrigations, l’ouverture ou la fermeture des barrages et des écluses d’évacuation et tous autres problèmes. Mais comme on ne pourra contenter tout le monde, des techniciens de l’Administration devront intervenir en cas de conflit. Au sein de ces associations, les membres influents ne recherchent souvent que les mesures favorables à leurs propriétés.

41Dès maintenant certains villages n’hésitent pas, pour préserver de petites surfaces de rizières, à barrer sur leur territoire des canaux, provoquant en amont l’inondation de surfaces beaucoup plus importantes. En cas d’hésitation on favorisera la surface la plus importante : l’intérêt général prime l’intérêt particulier. L’élévation du prix de la terre à la suite des travaux doit profiter à l’exploitant qui paiera plus facilement la taxe s’il est resté propriétaire. Il faudra éviter qu’il ne vende ses rizières à des spéculateurs avertis avant lui du programme des travaux. L’arrêt des transactions foncières pendant la période d’exécution, comme dans la province de Thanh-Hoa, semble une mesure susceptible de réduire les abus.

***

42Dans le Rapport agricole de l’Annam pour 1932 il est dit avec raison que : « L’année 1931 a montré l’impérieuse nécessité d’irriguer tous les deltas de l’Annam ». Les travaux les plus urgents sont dans le Nord, et spécialement le Nghê-An (Vinh), où, à la suite de la sécheresse, de ventes de buffles pour le paiement des impôts, et du ralentissement des travaux consécutif aux troubles, la famine a régné pendant l’été 1931. D’après le mandarin chef de la circonscription de Quynh-Luu, les secours étant arrivés trop tard, il y a eu dans ce seul arrondissement cinq cents morts de faim. On doit réaliser ces travaux économiquement avec le minimum d’achats au dehors, même si techniquement ils ne sont pas parfaits, de façon à en exécuter beaucoup le plus rapidement possible. Il faut irriguer d’abord les régions : surpeuplées, à pluviosité irrégulière et à sols argileux.

Notes

1 Cf. L’Hydraulique agricole au Tonkin par A. Pouyanne (1931).

2 A Java, cette donnée serait un minimum tout à fait exceptionnel : on compte une moyenne de 1, 5 1/s/ha à la mise en eau qui précède le repiquage et de 11/s/ha en cours de végétation ; certaines terres sablonneuses exigeant plus de 2 1/s/ha.

3 Chiffre élevé, puisque les plantes de culture sèche des régions tempérées évaporent en moyenne 300 g d’eau.

4 En 1931, on n’a pu, faute d’eau, repiquer en juillet qu’une faible surface, très inférieure à la normale.

5 Par contre, en hiver, les eaux du fleuve, peu limoneuses, sont assez froides pour ralentir la végétation.

6 Cf. le chapitre VIII.

7 Cf. l’étude de la province du Thanh-Hoa par MM. Roule et Trân Trong Khoi (Bulletin économique de l’Indochine, 1933).

8 Cf. le chapitre XII.

9 Analogue à celui de la Plaine des Joncs en Cochinchine. M. Nguyên Công Tiêu étudie les possibilités de culture, dans les plaines inondées l’été, de diverses plantes aquatiques – surtout la châtaigne d’eau. Ces cultures nous semblent difficilement praticables, en dehors de petits casiers limités par des digues, à cause des vagues soulevées par les vents de mousson et les typhons.

10 Cf. L’Asie des Moussons par J. Sion (1928-29, p. 352).

11 Sauf peut-être les premiers réseaux d’irrigation par gravité surtout ceux de Kep et du Sông Câu.

12 Nous reconnaissons volontiers qu’il est difficile de commencer à percevoir une taxe dans la période de crise actuelle.

13 Comme M. Vu Van An le proposait à la Commission indochinoise du riz.

14 Le taux le plus élevé ne devra pas excéder, pour les deux campagnes de culture, l’équivalent d’un quintal de paddy par mẫu (soit 280 kg/ha).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540