Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre II. Généralités sur la culture du riz

Inondation et sécheresse, le calendrier annamite, campagnes de saison sèche, de saison des pluies et intermédiaire, conclusion

Texte intégral

1Le riz est la culture traditionnelle du Tonkin, comme de toute l’Asie des moussons. Il le restera de longues années encore quelles que soient les fluctuations économiques car il constitue la base de la nourriture de la population et sa culture convient parfaitement à la grande majorité des terres du delta. Le paysan annamite y est tellement attaché qu’il la pratique, malgré de grosses difficultés et de maigres rendements, même en terres très pauvres, où il devrait l’abandonner.

INONDATION ET SÉCHERESSE, RIZIÈRES DU CINQUIÈME MOIS, DU DIXIÈME MOIS ET À DEUX RÉCOLTES

2Les terres du Delta sont aujourd’hui pratiquement à l’abri des inondations provoquées par la rupture des digues. Mais comme en été les rivières coulent à un niveau plus élevé que la majeure partie du sol, les eaux de pluies (en moyenne 1,35 m de mai à septembre) ne sont évacuées que partiellement, sauf dans les régions proches de la mer, et s’accumulent dans les zones basses de chaque casier, y atteignant une épaisseur de quelques décimètres à plusieurs mètres. Or le riz ne résiste guère à une submersion de plus d’une semaine.

  • 1 D’après le nom, dans le calendrier annamite, du mois où on récolte la majeure partie de ce riz (cf (...)

3Aussi les rizières les plus basses, normalement inondées l’été, ne portent qu’une seule récolte, celle d’hiver ou de saison sèche appelée récolte du cinquième mois1 L’eau qui s’est accumulée l’été s’évapore peu à peu en automne et en hiver, et ce qui reste permet d’alimenter le riz pendant la saison sèche.

4Les rizières les plus hautes, cultivées en riz l’été (campagne de saison des pluies généralement appelée du dixième mois) sans crainte d’inondation, manquent généralement d’eau l’hiver, où elles ne peuvent être mises en rizières que si on peut les irriguer artificiellement, elles restent en jachère ou reçoivent une culture moins exigeante en eau. Ces « cultures sèches » sont ainsi désignées pour les opposer à la riziculture, qui demande un sol presque toujours submergé.

5Les rizières situées à un niveau intermédiaire, assez hautes pour ne pas être normalement inondées, assez basses pour qu’on puisse les alimenter l’hiver avec l’eau accumulée dans les dépressions voisines et les rizières hautes situées dans le périmètre d’un réseau d’irrigation, ou à proximité d’une rivière ou d’un canal d’où on peut toujours prélever l’eau aisément, reçoivent généralement les deux campagnes de cultures : ce sont les rizières à deux récoltes.

6On estime souvent que ces rizières sont les plus favorisées et elles se louent d’ordinaire plus cher. C’est vrai dans la région maritime, où les terres formées d’alluvions récentes sont assez fertiles pour alimenter convenablement les plants de riz deux fois l’an, et où l’évacuation des eaux en excès l’été et l’irrigation l’hiver sont généralement facilitées par les variations de niveau des cours d’eau dues au jeu des marées. Mais les rizières à deux récoltes du moyen et du haut delta voient trop souvent leurs rendements réduits par la pauvreté du sol, l’excès d’eau l’été et la sécheresse en hiver.

Répartition de ces rizières

7La division de la surface du delta en rizières du cinquième mois, du dixième mois et à deux récoltes ne peut être faite que pour une année déterminée ; elle change beaucoup, parallèlement aux variations climatiques. Les années pluvieuses, l’inondation couvre de grandes surfaces, réduisant la zone de culture de saison de pluies, tandis que les réserves d’eau accumulées dans les dépressions permettent l’extension de la culture de saison sèche suivante. Un hiver exceptionnellement sec, où le vent de janvier accélère l’évaporation, avec très peu de crachin, réduit la superficie des rizières du cinquième mois ; dans certaines d’entre elles les plants repiqués périront faute d’eau (1934). Aussi le classement des rizières en ces trois catégories doit-il porter sur des observations répétées pendant au moins dix ans : on pourrait convenir d’appeler rizières à deux récoltes celles qui auront porté, pendant cette période, cinq ou plus de récoltes du cinquième mois et cinq ou plus de récoltes du dixième mois. Les autres seront appelées rizières du dixième mois ou du cinquième mois suivant la récolte normale, sans tenir compte qu’une fois ou deux sur dix elles auront été au contraire cultivées le cinquième ou le dixième mois. La répartition est également modifiée, mais cette fois d’une façon définitive, par l’intervention de l’homme.

  • 2 Cf. le chapitre V.
  • 3 Cf. Démographie et riziculture par Y. Henry et M. de Visme (documents remis à jour dans la carte d (...)

8L’établissement d’un réseau d’irrigation sur des rizières hautes du dixième mois, l’évacuation des eaux des rizières basses du cinquième mois les transforment en rizières à deux récoltes. Cette intervention aboutit donc à l’accroissement constant de la surface des rizières à deux récoltes. Ce qu’il importe de connaître ce n’est pas tant la répartition variable des rizières que la nature des travaux d’aménagement hydraulique nécessaires pour amener l’eau déficiente en saison des pluies. Certaines rizières à deux récoltes souffrent fréquemment soit de la sécheresse l’hiver, soit de l’inondation l’été, même des deux à la fois. Ce n’est pas leur classement dans la catégorie généralement considérée comme la meilleure qui doit empêcher de rechercher l’amélioration de leur situation hydraulique. Nous citerons un cas extrême : à proximité de Thai-Binh un petit coin de rizières sablonneuses basses, généralement inondé l’été, ne peut être alimenté en eau l’hiver par suite de l’absence de canal d’irrigation. Ces rizières trop perméables n’auraient pu en dix-sept ans recevoir plus de trois campagnes de culture, en étés exceptionnellement peu pluvieux, au dire non contrôlé des habitants. C’est pourquoi le service des Travaux publics qui dressait en 1930-1931 le plan d’ensemble des travaux d’aménagement hydraulique à réaliser sur le fonds d’emprunt2, a eu raison de classer les rizières à deux récoltes en trois catégories : a) rizières à deux récoltes ; b) rizières à dixième mois sûr et à cinquième mois aléatoire ; c) rizières à cinquième mois sûr et à dixième mois aléatoire. On voit tout de suite qu’il faut améliorer en b) l’alimentation en eau l’hiver et en c) l’évacuation des eaux surabondantes l’été ; mais une quatrième catégorie aurait pu être créée : d) rizières à deux récoltes aléatoires, pour lesquelles il faut améliorer irrigation et drainage. La répartition de ces rizières ayant déjà été étudiée en détail dans plusieurs ouvrages3, nous nous contenterons d’en indiquer les très grandes lignes.

9Les rizières à une seule récolte du dixième mois dominent dans le nord du delta : Vinh-Yên, Phuc-Yên, Bac-Giang, la moitié de Bac-Ninh, le nord-ouest de Hung-Yên, une partie de Son-Tây, sauf là où les réseaux d’irrigation permettent de faire une autre récolte en saison sèche. Les rizières à une seule récolte du cinquième mois dominent à l’ouest du Fleuve Rouge, la région maritime exceptée : sud de Son-Tây, ouest et sud de Ha-Dong, Ha-Nam, nord de Nam-Dinh et de Ninh-Binh. Les rizières à deux récoltes dominent dans toute la zone maritime, en remontant plus profondément dans l’intérieur des terres du côté des défluents du Sông Thai-Binh que de ceux du Fleuve Rouge : Hai-Duong, Kiên-An, Thai-Binh, sud de Nam-Dinh et de Ninh-Binh, sud-est de Hung-Yên. Toutefois dans cette zone, la proportion des rizières portant normalement une seule récolte (soit du cinquième, soit du dixième mois) paraît plus élevée que sur les cartes citées. Il semble que certaines rizières classées « à deux récoltes » ne le sont qu’en années très favorables et ne le seraient plus avec la convention proposée (au moins cinq campagnes de chaque récolte sur dix années). Les cordons littoraux sont généralement des rizières du dixième mois et les dépressions les plus basses des rizières du cinquième mois. Cette répartition des rizières est sous la double dépendance du relief et du régime hydraulique. L’inondation d’été atteint des cotes plus élevées au fur et à mesure qu’on s’éloigne de la mer ; elle monte plus à proximité des défluents du Fleuve Rouge qu’au voisinage des bras du Sông Thai-Binh. En dehors de ces grandes lignes, de multiples variations locales compliquent cette répartition. Nombreux sont les villages qui possèdent des rizières de deux ou de trois catégories.

LE CALENDRIER ANNAMITE

  • 4 Cf. Démographie et riziculture, p. 52.

10La fixation de la date des différents travaux des champs est difficile à cause de l’usage général chez les paysans du calendrier lunaire annamite comprenant douze mois ou lunes de vingt-neuf à trente jours avec intercalation triennale d’un mois supplémentaire. En moyenne, février correspond au premier mois annamite, mars au deuxième, etc., janvier au douzième ; mais une même date du calendrier annamite peut varier de près d’un mois dans le calendrier grégorien suivant les années. Ainsi en dix ans (19191928)4 le premier jour du premier mois annamite s’est déplacé du 23 janvier (1928) au 16 février (1923), alors que la date moyenne est le 5 février. Nous nous sommes souvent demandé si les cultivateurs annamites suivaient ce calendrier, et si les opérations culturales étaient faites, suivant les années, à des dates variant, dans le calendrier solaire, de près d’un mois. En réalité il n’en est pas ainsi, des phénomènes astronomiques fixes dans le calendrier solaire, sont marqués dans le calendrier lunaire et servent de repère. C’est ainsi qu’à Son-Tây et Nam-Dinh on sème le riz du dixième mois seulement après ou au plus tôt trois ou quatre jours avant l’apparition d’une constellation de cinq étoiles (mang chung ou tua rua) qui a lieu le 5 ou 6 juin. A Phu-Lang-Thuong on sème les variétés hâtives dix jours avant, les variétés de saison quelques jours après, les variétés tardives dix jours après cette apparition. De Hai-Duong on nous signale le proverbe :

« Cấy bằng mắt gat bằng ᵭầu : repiquer quand les pléiades sont à hauteur d’homme (c’est-à-dire peu au-dessus de l’horizon) et moissonner lorsqu’elles sont au-dessus de la tête ».

11Il est vrai que ce premier proverbe est tempéré par le suivant :

« Tua rua thì mặc tua rua, mạ già ruộng ngấu không thua bạn ᵭiền : tant pis pour l’apparition des pléiades, on ne se laisse pas devancer par les camarades lorsqu’on a des plants âgés et des rizières bien préparées ».

  • 5 Et aussi de la sécheresse qui retardait les travaux.

12M. Vu Van An estime que dans les années à mois supplémentaire (celles où le décalage de deux calendriers est maximum) les travaux des champs sont avancés de dix ou quinze jours sur la date habituelle du calendrier annamite avant le mois intercalaire, et retardés d’autant après celui-ci. Une correction imparfaite serait donc faite par les intéressés. Nous l’avons vérifié dans les environs immédiats de Vinh-Yên. Le semis en pépinière du cinquième mois a débuté vers le 10 octobre 1930 - c’était le dix-neuvième jour du neuvième mois annamite – et vers le 20 octobre 1931 – correspondant cette année-là au dixième jour du même neuvième mois. Un écart de dix-neuf jours dans le calendrier lunaire ne correspondait plus qu’à un écart de dix jours dans la date d’exécution des travaux agricoles. Le repiquage de ce cinquième mois 1931 a été prolongé à cause de la date tardive du jour de l’an annamite5.

13Il est vrai que beaucoup d’opérations culturales sont tellement sous la dépendance du régime pluviométrique ou hydraulique (arrivée des pluies, date et intensité des inondations, grandes marées élevant l’eau dans les canaux) qu’elles ne peuvent être fixées à une date précise. Mais partout où on est maître de l’eau, et pour l’exécution des travaux prévus selon le temps « le plus probable » (semis des riz du dixième mois en prévision de pluies suffisantes pour le repiquage), l’adoption du calendrier solaire serait d’une grande utilité.

14La plupart des opérations culturales, et plus particulièrement les semis, ont pour chaque situation une date moyenne optima qui conditionne la production moyenne maxima. Le paysan annamite arriverait à la fixer, grâce à sa longue expérience, s’il possédait un calendrier fixe au lieu de son calendrier variable. Ce point est si important que d’après les praticiens de la province de Nam-Dinh, le rendement en paddy d’un sol donné dépend étroitement de la date de repiquage. Si l’on estime à 10 le rendement des rizières repiquées au onzième mois :

  • les rizières repiquées au dixième mois donnent 8 à 9 ;
  • les rizières repiquées au douzième mois donnent 7,5 à 8 ;
  • les rizières repiquées au premier mois donnent 7.
  • 6 Signalons la superstition qui interdit de semer un jour( signifie le rat) si l’on veut évite (...)

15La date optima de repiquage a été déterminée ici, mais avec une précision insuffisante à cause du calendrier. L’agriculteur averti pourra faire dans son appréciation des erreurs de quinze jours ayant une répercussion moindre que les précédentes, mais non négligeables6. Dans les données générales qui suivent sur les différentes campagnes de culture, les dates indiquées proviennent de deux sources : enquêtes auprès des cultivateurs (dates lunaires) et observations directes (dates solaires). Nos chiffres sont moyens, résultats de nombreux recoupements, et exprimés en calendrier solaire.

CAMPAGNE DE SAISON SÈCHE OU DU CINQUIÈME MOIS

16Nous distinguons dans cette étude les rizières inondées en été, qui ne portent qu’une culture par an, des rizières à deux récoltes.

Rizières basses à une seule récolte du cinquième mois

17Elles sont généralement labourées, sous une couche d’eau parfois assez forte (de 20 jusqu’à 60 cm) retenue de l’inondation d’été, en octobre-novembre et jusqu’en décembre ; elles sont repiquées les premières, en décembre et janvier, alors qu’elles sont encore recouvertes d’eau et n’ont pas besoin d’irrigation ; on s’attache à les repiquer tôt pour pouvoir les récolter de bonne heure, en mai ou au début de juin, dans la crainte de les voir submergées avant la moisson par des pluies précoces. Si on repique trop tôt, la floraison peut avoir lieu pendant une période froide, ce qui provoque l’avortement de nombreux grains et diminue le rendement. La floraison ne doit pas avoir lieu avant le début d’avril, témoin le proverbe annamite :

  • 7 Aliments moins estimés que le riz.

« Đói thì ăn ngô, ăn khoai, chớ thấy lúa trỗ tháng hai mà mù’ng : il vaut mieux apaiser sa faim avec du maïs et des patates7 que de se réjouir quand le riz fleurit au deuxième mois ».

18Or le deuxième mois se termine en moyenne le 6 avril. Nous avons déjà signalé qu’à Nam-Dinh on considérait que le repiquage du dixième mois (qui se termine en moyenne le 7 décembre) donnait un rendement inférieur à celui du onzième mois (7 décembre au 6 janvier en moyenne).

19Les habitants de ces régions basses sont considérés comme défavorisés ; si le rendement de leurs rizières fertiles est assez élevé, ils ne font qu’une récolte par an et ont du mal à garder de quoi se nourrir jusqu’à la récolte suivante. L’été, quand la plaine est inondée, ils se contentent de la pêche (poissons, crevettes, crabes) ou de la chasse au gibier d’eau ; mais les plus débrouillards émigrent.

Rizières à deux récoltes

20Moissonnées en octobre et novembre, parfois au début de décembre, ces rizières sont le plus souvent labourées à sec aussitôt après l’enlèvement de la récolte. Elles sont labourées sous l’eau juste avant le repiquage, qui a lieu dans la deuxième quinzaine de décembre, en janvier et au début de février, rarement plus tard. Les riz repiqués fin février ou début mars donnent un mauvais rendement. A Nam-Dinh nous avons déjà dit que les rizières repiquées le premier mois (soit après le 5 février) ne donnaient que les 7/10e de celles repiquées au onzième mois. Elles sont moissonnées du 15 mai à fin juin. Ce sont là des données moyennes pour l’ensemble du Delta, mais on peut dire que ces différentes opérations ont lieu un peu plus tôt dans le haut delta que dans le bas delta ; la différence est assez nette pour qu’il y ait des migrations importantes de coolies moissonneurs descendant vers la mer.

21Le rendement moyen de ces rizières est inférieur à celui des précédentes ; elles souffrent de la sécheresse partout où l’on ne peut se procurer facilement de l’eau d’irrigation, étant alors sous la dépendance des pluies et de l’évaporation. C’est ce qui explique le dicton :

« Sáng sủa ᵭú’ ợ c tằm, tõi tăm ᵭu’ợ c lúa : s’il fait bien noir à une heure du matin le dernier jour de l’année annamite, la récolte sera bonne ; s’il fait un peu clair, on aura du mauvais riz mais de bons vers à soie ».

22En effet, si le temps est couvert à ce moment-là, le crachin est déjà commencé ; s’il fait clair le temps est plus sec et l’évaporation intense. Quant aux vers à soie, chacun sait qu’ils craignent l’humidité.

23Les travaux de la campagne du cinquième mois sont particulièrement pénibles : on repique les pieds dans l’eau froide et on moissonne souvent en rizières submergées, remplies de sangsues, sous un soleil torride. On est en outre angoissé par la menace d’inondation et la crainte d’altération du paddy mouillé.

CAMPAGNE DE SAISON DES PLUIES OU DU DIXIÈME MOIS

Rizières à une seule récolte de riz au dixième mois

24Ce sont des rizières hautes, qui pendant la campagne du cinquième mois peuvent :

  1. porter des cultures sèches (maïs, patates, ricin, diverses légumineuses, etc.) ;
  2. rester incultes ; dans ce dernier cas elles sont labourées pour la première fois en fin avril-mai ou juin suivant la date d’arrivée des fortes pluies. Dans les deux cas, ces rizières sont labourées à plusieurs reprises, puis repiquées fin juin-juillet ; elles fleurissent fin août-septembre et sont moissonnées en septembre-octobre. Le repiquage peut être retardé s’il n’y a pas de pluies suffisantes (comme en juin-juillet 1931).

25Les plus hautes de ces rizières reçoivent des riz hâtifs à rendement peu élevé ; on est obligé de s’adresser à des variétés fleurissant avant la fin de la saison des pluies, dans l’impossibilité où l’on serait d’apporter le complément d’eau d’irrigation indispensable lors de la floraison. Elles souffrent fréquemment de la sécheresse en pleine saison des pluies, même en année normale. Ces terres sont souvent perméables ; lors des fortes chutes de pluie, une grande partie de l’eau s’en va par infiltration dans les couches profondes ou par ruissellement vers les parties basses.

26Il peut en être de même pour les autres rizières à une seule récolte de riz, quoique avec une intensité moindre, les années de pluviosité faible et irrégulière. S’il survient une période sans pluies importantes de quinze à vingt jours, la grande chaleur d’été activant l’évaporation, les rizières sont asséchées et souffrent ; la récolte peut parfois y être à peu près perdue (1915 en fut l’exemple). Nous estimons que, jusqu’à ce jour, la possibilité de disette d’eau en période pluvieuse n’a pas assez attiré l’attention. Les pluies étant irrégulièrement réparties sur la surface du Delta, il se peut qu’au même moment certaines régions souffrent de l’excès et d’autres du manque l’eau.

Rizières à deux récoltes

27Celles-ci sont, sauf exception, suffisamment pourvues en eau car elles reçoivent l’excès qui ruisselle des rizières hautes voisines. Elles sont labourées après l’enlèvement du riz du cinquième mois, en fin juin, début juillet. Les plus basses sont souvent inondées par les grandes chutes de pluie ; si l’inondation persiste, l’excès d’eau ne pouvant être évacué rapidement, le repiquage n’est pas effectué à temps et le rendement baisse. Ces rizières sont repiquées en juillet, août, même début septembre pour les plus basses ; or tout retard dans la date du repiquage après le 1er septembre nuit au rendement. La moisson a lieu en fin octobre-novembre, parfois décembre.

28On ne repique généralement les rizières en septembre que pour ne pas perdre le bénéfice des travaux de préparation du sol, exécutés dans l’espoir d’une libération plus précoce du terrain. Les panicules sont petites, le rendement est réduit de moitié et souvent davantage. Les agriculteurs disent qu’ils ne font les repiquages trop tardifs « que pour avoir de la paille ».

  • 8 Cf. le chapitre IV.

29La durée d’évolution des riz du dixième mois étant inférieure à celle des riz du cinquième mois8, le retard dans la date du repiquage est plus important en été. C’est ce qu’exprime le dicton :

  • 9 L’orthographe vietnamienne, mal notée dans l’édition de 1935, n’a pu être retrouvée. Dans la suite (...)

« Muà ho’n dêm ngâu du’ ợ’c muà ho’n dêm chiêm ho’n suong : on remarque la bonne végétation du riz du dixième mois repiqué un jour à l’avance, et celle du riz du cinquième mois repiqué dans une rizière bien préparée. »9

CAMPAGNE INTERMÉDIAIRE (RIZ DE TROIS LUNES)

30L’importance de cette campagne est relativement très réduite. Les riz de trois lunes sont cultivés dans des rizières à situation hydraulique intermédiaire entre celle des rizières à deux récoltes et celle des rizières du dixième mois. Trop hautes ou trop éloignées des points d’eau pour être cultivées au cinquième mois, elles sont assez basses pour être alimentées en eau dès les premières pluies, même si celles-ci sont suivies d’une période de sécheresse. Le riz de trois lunes succède à une jachère (BacNinh, Bac-Giang) ou à une culture sèche (légume) dans certaines parties fertiles de la province de Ha-Dong ; il est suivi par une culture de riz du dixième mois. Semé en avrilmai, repiqué en mai-juin, récolté en juillet-août, sa durée totale d’évolution est comprise entre quatre-vingt-dix et cent jours, d’où son nom de trois lunes. Il est généralement cultivé un peu plus tôt dans le haut delta (Bac-Giang, Bac-Ninh) que dans le moyen delta (Hai-Duong, Hung-Yên).

  • 10 Comme nous le signalait M. Nguyên Van Mau.

31Dans des circonstances exceptionnelles (rizières fertiles à proximité d’une source d’eau permanente et à l’abri des inondations), on fait sur la même rizière trois récoltes par an : au riz du cinquième mois moissonné fin mai, succède un riz de trois lunes repiqué au début de juin, moissonné au 15 août ; un riz tardif du dixième mois repiqué fin août et moissonné fin novembre permet de planter en décembre un riz hâtif du cinquième mois. Nous estimons10 qu’il n’y a aucun intérêt à généraliser la culture de ce riz à évolution très courte, dont le rendement est toujours réduit, surtout quand le cours du paddy est si bas. Quel que soit le rendement, les frais de préparation du sol, de semis, de conduite de la pépinière, de repiquage, de sarclage et surtout de récolte sont à peu près aussi élevés. La majorité des sols tonkinois est si pauvre qu’il vaut mieux en tirer un petit nombre de bonnes récoltes (une ou deux, suivant le cas) qu’élever le nombre de maigres moissons.

CONCLUSION

32Il ne faut pas dire comme M. A. Touzet :

  • 11 L’Économie indochinoise et la grande crise universelle.

« Nous avons aujourd’hui la certitude que par étapes et en suivant des méthodes analogues à celles du Japon, la rizière indochinoise approcherait du rendement de ce pays qui est triple. »11

  • 12 En 1995, la « Révolution verte » permet aux tropiques de rattraper les rendements obtenus dans ces (...)

33C’est méconnaître la différence des conditions naturelles entre le Japon et l’Indochine. Nulle part les rizières tropicales, même les plus fertiles et les mieux cultivées, n’arrivent au rendement moyen des rizières de climat tempéré chaud, situées un peu en dessous de la limite nord de culture de la plante : Espagne, Italie, Japon méridionale12.

34En ce qui concerne le Delta tonkinois, l’absence de maîtrise de l’eau (la sécheresse et l’inondation) est actuellement le plus gros obstacle à l’élévation des rendements. Mais l’aménagement hydraulique parfaitement réalisé – ce n’est pas pour demain – ne permettrait que la généralisation des rendements actuellement obtenus en rizières convenablement irriguées, soit 10 à 25 qx/ha, rarement plus, suivant la fertilité des sols.

35En effet une bonne moitié du delta est formée de sols pauvres ou très pauvres, le reste est moyennement fertile ; les plus riches en azote manquent souvent des autres éléments minéraux ; et la fumure ne semble pas y permettre des accroissements de rendement comparables à ceux du Japon. Mais surtout le climat est très différent. L’insolation relativement réduite, la transpiration de la plante gênée par un état hygrométrique élevé, sont autant de facteurs défavorables. Ils sont d’ailleurs plus prononcés au cinquième qu’au dixième mois. La campagne d’hiver se trouve encore défavorisée par les basses températures au repiquage et les pluies fréquentes à la récolte. Des progrès sont possibles, surtout au dixième mois, par l’amélioration parallèle des différentes conditions de culture mais il ne faut pas les surestimer si on ne veut avoir de déception.

Notes

1 D’après le nom, dans le calendrier annamite, du mois où on récolte la majeure partie de ce riz (cf. infra [NdÉ]).

2 Cf. le chapitre V.

3 Cf. Démographie et riziculture par Y. Henry et M. de Visme (documents remis à jour dans la carte des rizières du Tonkin et du nord de l’Annam de l’Économie agricole de l’Indochine par Y. Henry, 1932, p. 242) et l’atlas de L’Hydraulique agricole au Tonkin par A. Pouyanne.

4 Cf. Démographie et riziculture, p. 52.

5 Et aussi de la sécheresse qui retardait les travaux.

6 Signalons la superstition qui interdit de semer un jour( signifie le rat) si l’on veut éviter les dégâts des rongeurs sur les mạ ou les riz repiqués. De même en Chine on recommande de semer au début d’une série de jours indiqués au calendrier par des caractères blancs.

7 Aliments moins estimés que le riz.

8 Cf. le chapitre IV.

9 L’orthographe vietnamienne, mal notée dans l’édition de 1935, n’a pu être retrouvée. Dans la suite du texte, quelques autres expressions, mal transcrites également, n’ayant pu être corrigées, ont été laissées telles quelles [NdÉ].

10 Comme nous le signalait M. Nguyên Van Mau.

11 L’Économie indochinoise et la grande crise universelle.

12 En 1995, la « Révolution verte » permet aux tropiques de rattraper les rendements obtenus dans ces derniers pays (note de l’auteur).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable