Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Chapitre premier. Étude du milieu physique1

Climat, sols, hydrographie

Texte intégral

LE CLIMAT2

  • 1 Cf. la très intéressante monographie, Le Tonkin par P. Gourou (1931).
  • 2 Renseignements tirés du Climat de l'Indochine et les typhons de la mer de Chine par F. Bruzon et P. (...)

1Le Delta tonkinois, situé entre 20 et 21,5° de latitude nord, a un climat tropical simple, soumis à l’influence des moussons, avec un seul maximum de température. Il comporte deux saisons correspondant à peu près aux deux principales campagnes rizicoles : l’hiver sec et froid, l’été chaud et pluvieux.

La saison sèche

2D’octobre à mi-janvier, la température s’abaisse, il fait généralement beau et sec. Les pluies qui se prolongent plus ou moins en octobre vont en diminuant. L’état hygrométrique et la nébulosité sont à leur minimum annuel, l’évaporation au maximum. L’insolation, malgré des journées plus courtes, est au maximum en octobre.

3De janvier à fin mars, la période est plus fraîche, beaucoup plus humide, avec la température la plus basse en janvier-février. Des froids exceptionnels (janvier 1930 et 1934) peuvent entraver la reprise du riz de saison sèche, obligeant parfois à recommencer le repiquage. L’état hygrométrique est maximum en mars-avril, la nébulosité en février-mars. L’insolation, faible en janvier et avril, est à son minimum en février-mars. L’évaporation, encore élevée en janvier, mois venteux, est au plus bas de février à avril. S’il tombe peu d’eau de décembre à mars, c’est ce dernier mois qui compte le plus grand nombre de jours de pluies (mesurable ou non). Le crachin de cette saison est précieux quand l’eau manque dans beaucoup de rizières, non pas tant par la faible quantité d’eau apportée que par l’arrêt de l’évaporation.

  • 3 Ce diagramme ombrothermique (températures et précipitations mensuelles) ne figure pas dans la premi (...)

Graphique 1. – Diagramme ombrothermique à l’Observatoire de Phu-Lien (échelles en mm à gauche et en°C à droite ; proportion de 1° C pour 5 mm)3

Graphique 1. – Diagramme ombrothermique à l’Observatoire de Phu-Lien (échelles en mm à gauche et en°C à droite ; proportion de 1° C pour 5 mm)3

La saison des pluies

4Avril est un mois de transition, il rappelle par l’humidité et le crachin la période précédente, il annonce par la direction du vent et la température la période suivante. De mai à septembre le temps est uniformément chaud, humide et pluvieux, avec un léger maximum de température en juin-juillet. C’est en août que l’état hygrométrique et la pluviosité sont les plus élevés, l’évaporation étant relativement réduite. Les pluies tombent en chutes brusques, souvent orageuses, parfois en trombes (typhons). Le vent souffle avec force, régulièrement du sud-est.

Les pluies

5L’alimentation en eau de la majeure partie des rizières étant encore assurée par les chutes de pluies, les récoltes de riz dépendent étroitement de leur abondance et de leur régularité.

— Quantité d’eau tombée

6Le delta reçoit, en année moyenne, de 1,50 à 2 m d’eau. La région la moins arrosée est le Nord-Est (Phu-Lang-Thuong 1,5 m, Sept-Pagodes 1,44 m). Les pluies augmentent au fur et à mesure qu’on se rapproche de la barrière ouest du delta (Hanoï 1,66 m, Viêt-Tri 1,6 m, Ban-Yên-Nhân 1,8 m) et surtout de la mer (Haïphong 1,95 m, Phat-Diêm 2 m) ; mais ces variations ne sont pas régulières.

— Régime des pluies

  • 4 L’Observatoire de Phu-Lien est situé au voisinage de la mer (climat maritime) et à 100 m d’altitude (...)

7Cette quantité d’eau suffirait à assurer des récoltes normales de riz, si elle était régulièrement répartie. L’eau est la première exigence du riz. On peut faire du riz « partout où il y a de l’eau ». Les variations annuelles sont très importantes. On a noté moins de 1 m de pluie en plusieurs points du delta en 1915 et 1925, plus de 3 m en 1921, près de 3 m en 1926. De même au cours d’une année l’irrégularité est telle qu’en pleine saison des pluies, certaines régions peuvent rester un mois, un mois et demi sans recevoir de chutes d’eau appréciables, surtout au début (mai-juin) ou à la fin (septembre) de la mousson d’été. La répartition peut être très inégale de province à province, et même à l’intérieur de chaque province (juin-juillet 1933). Mais c’est toujours pendant les cinq mois d’été que tombe la majeure partie de l’eau (normalement les 4/5e de la chute annuelle). On redoute la sécheresse l’hiver et généralement l’excès d’eau l’été. Le régime des pluies est encore plus irrégulier dans le Nord-Annam (Thanh-Hoa et surtout Nghê-An) où règne un climat analogue à celui du Tonkin. On aura une idée plus précise du climat en consultant le tableau suivant, établi à l’Observatoire central de Phu-Lien près de Haïphong (d’après les Annales du Service météorologique, moyennes 1907-1929)4.

Tableau 1. – Principales données climatiques à l’Observatoire de Phu-Lien

Mois

Température moyenne mensuelle

(en °C)

Nombre de jours de pluie mesurables

Nombre de jours de pluie non mesurables

Chutes de pluie (en mm)

État hygrométrique (en %)

Evaporation sous

abri (en mm)

Insolation (durée journalière en h)

Janvier

16,8

10

7

33

81,3

70,4

2,8

Février

16,6

14

6

41

87,4

43,5

1,7

Mars

19,0

16

7

44

89,2

44,8

1,5

Avril

22,4

15

7

73

89,3

48,0

2,9

Mai

26,4

14

6

188

85,5

75,2

5,8

Juin

27,9

15

4

245

85,4

77,7

5,7

Juillet

28,1

16

4

286

84,8

82,4

5,9

Août

27,8

17

3

333

86,2

67,6

5,2

Septembre

26,9

15

4

302

83,6

75,4

6,0

Octobre

24,6

10

6

120

79,3

95,9

6,1

Novembre

21,2

8

5

65

76,1

95,2

4,8

Décembre

18,1

8

6

28

78,0

84,3

3,8

Moyenne

23,0

83,8

4,4

Total

158

65

1 758

860,4

LES SOLS

  • 5 Rivière, fleuve, cours d’eau [NdÉ].

8Le Delta du Tonkin, dont le sommet avoisine Viêt-Tri au confluent du Fleuve Rouge et de ses deux principaux affluents (Rivière Claire et Rivière Noire) s’étale vers la côte de Haïphong à Phat-Diêm. Il est nettement limité par une série de hauteurs, tombant à pic sur la plaine, à l’ouest de Hung-Hoa à Phat-Diêm, au nord-est de Sept-Pagodes à Quang-Yên. Vers le nord, la transition est moins brutale, les mamelons très aplatis du Yên-The s’élèvent insensiblement, et les rizières remontent les vallées, surtout celles du Sông5 Luc-Nam et du Sông Thuong. Schématiquement, le terrain s’abaisse peu à peu de l’origine du delta vers la mer, et du centre (lit du Fleuve Rouge) vers les deux côtés (rivière du Day, à l’ouest, Sông Thai-Binh à l’est).

9Le relief le plus accentué est formé par des bourrelets bordant le Fleuve Rouge et ses défluents, bourrelets qui s’abaissent peu à peu vers l’aval, et au pied desquels on trouve souvent des dépressions. Les terres hautes dominent dans le nord du delta, et des terres basses, inondées l’été, occupent la majeure partie de la région ouest du Fleuve Rouge en aval d’Hanoï. La région côtière est basse et plate au nord-est ; le terrain y descend en pente douce vers le bord de cours d’eau paresseux ; au sud-ouest les basses terres sont dominées par une série d’anciens cordons littoraux, grossièrement parallèles, sur lesquels se sont établis les villages.

  • 6 Délimitation administrative vietnamienne correspondant au district [NdÉ].
  • 7 Renseignements extraits surtout des « Cartes des sols du delta tonkinois », par E. Castagnol dans l (...)
  • 8 Pour le delta du Thanh-Hoa se reporter à l’étude de MM. Roule et Trân Trong Khoi, « Terres et cultu (...)

10Le delta gagne constamment sur la mer, surtout dans la région sud-ouest (ThaiBinh, Nam-Dinh, Ninh-Binh). Les bras les plus importants du Fleuve Rouge y apportent chaque année 130 millions de tonnes de limons, et un courant côtier entraîne les sédiments vers le sud. C’est dans les huyêr6 de Bim-Son et de Tiên-Hai que les alluvionnements sont les plus importants. La mission de Phat-Diêm, construite en 1833 au bord de la mer, se trouve maintenant à 12 km de la côte. Les sédiments se déposent au delà du cordon littoral des dunes, et dans leur progression vers le sud commencent à déborder devant la partie nord du delta du Thanh-Hoa, l’unissant peu à peu à celui du Tonkin. Les terres légères7, sableuses, se rencontrent dans la région nord-est et constituent les cordons littoraux de la zone maritime. Partout ailleurs les terrains sont très variés, avec prédominance de limons. La proportion d’éléments fins plus élevée dans le sous-sol semble indiquer un entraînement en profondeur des particules les plus fines. Les variations de composition chimique sont plus nettes. Les terres de l’ouest et du sud, alluvions récentes des bords du Fleuve Rouge et de la zone maritime, surtout sud, sont dans leur ensemble beaucoup plus fertiles que celles du nord et de l’est, d’ailleurs mises en culture depuis plus longtemps. Nous verrons sans étonnement la densité de la population suivre le degré de fertilité. Les teneurs en acide phosphorique assimilable, chaux et magnésie, sont particulièrement élevées de chaque côté du Fleuve Rouge et de ses défluents. La teneur en potasse, faible dans le nord et le centre, augmente en se rapprochant de la mer ; elle accompagne les plus fins dépôts. Mais si la variation est de même sens, la richesse moyenne est plus élevée à l’ouest, côté Fleuve Rouge. On trouve plus de 1 %o d’azote dans la zone maritime et à l’ouest, plus de 1,3 %o dans certaines basses dépressions récemment colmatées. Les terres les plus acides sont au nord et à l’est, les plus alcalines à l’ouest et au sud, sur les alluvions récentes du fleuve et dans les lais de mer dont les bases n’ont pas encore été lessivées. Il n’y a guère de sols que leur acidité ou leur alcalinité excessives rendent impropres à la culture du riz8.

L’HYDROGRAPHIE

Le Fleuve Rouge

  • 9 Le Mékong a un cours assez long pour que les variations de niveau fusionnent et ne donnent qu’une s (...)
  • 10 D’après A. Pouyanne.

11Il a une longueur de 1 200 km et un bassin de 130 000 km2. Sa pente, rapide jusqu’à Lao Kay devient moins forte ensuite, puis très faible dans le delta : à Viêt-Tri, à 220 km de la mer, il est à 10 m d’altitude. Il est relativement court, son bassin très montagneux rassemble rapidement les eaux, aussi a-t-il en été plusieurs crues, une dizaine parfois9. Son débit à Son-Tây va de 700 à 28 000 m3/s (été 1915). Il charrie de fortes quantités de limons argileux, de 0,5 kg en saison sèche à 3,5 kg/m3 d’eau en crues10. Les crues sont causées par de fortes chutes d’eau dans le haut bassin ; les maxima de pluies de ces régions ne coincident pas forcément avec ceux du delta, et nous verrons tout le parti que l’on peut tirer de cette discordance ; 1915 fut une année de crues au cours de laquelle les rizières hautes ne purent donner, faute d’eau, de récoltes en saison des pluies. En 1926, au contraire, les crues coïncidèrent avec de fortes pluies dans le delta. Peu après son entrée dans celui-ci, le Fleuve Rouge se divise en plusieurs défluents ; à droite, le Day, dont le débit est si faible en saison sèche qu’on cultive du riz dans son lit, mais qui peut prélever 3 000 m3/s aux plus hautes eaux ; puis dans la partie inférieure le Nam-Dinh-Giang et le Sông Ninh-Co ; à gauche sont les deux gros défluents : le Canal des Rapides, à la hauteur de Hanoï, et le Canal des Bambous, à Hung-Yên, se détachent pour aller rejoindre le Sông Thai-Binh ; puis le Sông Tra-Ly va directement à la mer.

Le Sông Thai-Binh

12Ce groupe de rivières est d’une importance secondaire. Le Sông Câu, qui coule avec une forte pente jusqu’à son entrée dans le delta a des crues rapides : à la hauteur du Phu-Da-Phuc il peut monter de plusieurs mètres en une nuit. Une brusque montée du Sông Thuong et du Sông Luc-Nam, a provoqué en août 1934 de graves inondations. Ces cours d’eau charrient beaucoup moins (de 0,1 à 1 kg/m3 de limons) que le Fleuve Rouge. Le Sông Thai-Binh, 5 km après sa formation par la réunion de ces trois rivières, reçoit par le Canal des Rapides les eaux du Fleuve Rouge, puis se divise en nombreux défluents, rivières larges et peu profondes, paresseuses, aux rives mal définies, dans lesquelles l’influence de la marée se fait sentir très loin.

La défense contre les inondations : les digues11

  • 11 Cf. « Les digues au Tonkin » par J. Gauthier (Bulletin économique de l'Indochine, 1930).

13Les crues du Fleuve Rouge atteignent une telle hauteur que sans protection elles submergeraient la majeure partie du delta. Depuis plus de dix siècles, les Annamites ont commencé à élever des digues et le besoin s’en est fait d’autant plus sentir que l’augmentation de la population rendait nécessaire la mise en culture de plus grandes superficies. La construction des digues a été reprise par le protectorat. Les travaux étaient de telle ampleur qu’on ne put les réaliser que progressivement. Les premières digues élevées se révélèrent insuffisantes : de 1900 à 1926 elles ont cédé treize fois. Ces ruptures ont eu pour conséquence la destruction des récoltes et l’apport sur le terrain inondé de grandes quantités de sable et de limon.

14Le lit du Fleuve Rouge est encombré de bancs de sable, sédiments lourds qui restent en place en saison sèche mais sont peu à peu déplacés vers l’aval par les hautes eaux. Le violent courant qui se produit lors d’une rupture de digue - la différence entre le niveau du fleuve et le terrain inondé atteignant généralement plusieurs mètres - entraîne dans la plaine submergée, aux abords de la coupure, d’énormes quantités de sable : on en a noté jusqu’à 3 m en 1915 dans la province de Ha-Dong. Il diminue beaucoup la fertilité du sol ; du sable grossier à peu près pur le rend impropre à la culture du rte. Après ces apports le prix du terrain diminue, parfois de plus de la moitié, par exemple en 1915, dans la province de Ha-Dong, sur la route de Son-Tây avant d’arriver au Day, et en 1926, dans la province de Bac-Ninh, sur la route de Haiphong, les 5 km après Gia-Lam, etc.). Par exception, les terrains excessivement argileux, recouverts de 5 ou 10 cm de sable, peuvent se trouver fort heureusement amendés. Ainsi, les rizières du village de Cô-Bi, améliorées de cette façon après la rupture d’une digue du Canal des Rapides, augmentèrent beaucoup de valeur. Mais les points plus bas reçurent une couche de sable excessive et furent presque stérilisés.

  • 12 Délimitation administrative vietnamienne correspondant à la circonscription et le plus souvent trad (...)

15Les habitants des villages du phú12 de Hoai-Duc (Ha-Dong), dont le territoire a été recouvert de sable sont contraints depuis à émigrer en masse, à chaque campagne de culture ; ils ne peuvent plus vivre sur leur sol. Loin des coupures, au contraire, se dépose un sable de plus en plus fin, de plus en plus mêlé de limon, puis du sable que la décantation des eaux a recouvert d’une couche de limon, puis du limon à peu près pur. Ces apports de limon qui couvrent une superficie plus considérable que les apports de sable, accroissent la fertilité du sol et le prix du terrain. Les rizières des environs de Phu-Tu-Son colmatées par une série d’inondations ont beaucoup augmenté de valeur.

  • 13 Masque d’argile corroyée : couche fine d’argile appliquée avec soin sur la partie de la digue en co (...)
  • 14 Les inondations du Sông Thuong et du Sông Luc-Nam en fin août 1934 ont rompu des digues qui n’avaie (...)

16L’enrichissement des terres ainsi recouvertes de limon nous montre le grand intérêt de l’irrigation par le Fleuve Rouge. Ses eaux prélevées dans les canaux à faible pente entraîneraient le limon et laisseraient le sable. Les Travaux publics prévoient l’utilisation sur une grande échelle des eaux du fleuve. Des programmes de renforcement avec digues de plus en plus hautes et larges et masques d’argile corroyée ont été adoptés en 1924 et 192613. Leur exécution est en cours mais les travaux déjà réalisés ont été suffisants pour qu’aucune rupture importante n’ait été notée de 1926 à 193414 Il semble que le delta soit désormais efficacement protégé contre les inondations.

17Nous avons vu précédemment la grande variété de relief du delta, les alternances de bourrelets et de dépressions, l’existence de vastes zones de terres basses. Tout cela représente un delta inachevé. C’est l’intervention de l’homme, forçant par ses digues imparfaites la plus grande partie des eaux du fleuve à couler directement à la mer qui a arrêté son évolution en réduisant le comblement des dépressions et le colmatage des terres basses. Il présenterait probablement un relief plus régulier, rendant l’aménagement hydraulique plus facile, s’il était resté inculte. Le Thanh-Hoa présente au contraire l’aspect d’un delta achevé ; on estime généralement qu’il a été cultivé plus tard que le Tonkin ; la population y est aujourd’hui encore moins élevée.

Remontée des eaux salées

18Les marées du Golfe du Tonkin ont lieu une fois toutes les 24,5 heures, avec une amplitude maxima de 4 m. La pente des cours d’eau du delta étant très faible près de la mer, les marées y pénètrent d’autant plus profondément que le débit est moindre. Les eaux saumâtres remontent loin à l’intérieur des terres en saison sèche, surtout dans les défluents du Sông Thai-Binh qui roulent alors très peu d’eau. A partir d’une certaine teneur en sel les eaux sont impropres à l’irrigation. De grandes surfaces de rizières peu élevées, surtout dans la province de Kiên-An, ne peuvent être cultivées en saison sèche parce qu’on ne peut les alimenter en eau douce. L’atlas de l’Hydraulique agricole au Tonkin donne la limite des eaux saumâtres en saison sèche. Cette limite n’est pas la même tous les ans, on ne peut indiquer qu’une moyenne, les eaux saumâtres remontant d’autant plus loin que la saison sèche est plus accentuée.

19En saison des pluies, la quantité d’eau amenée par les fleuves est telle qu’on observe le phénomène inverse, l’eau de la mer est fort peu salée en face des embouchures jusqu’à une certaine distance du rivage. Au débouché du bras principal du Fleuve Rouge les cultivateurs annamites repiquent jusqu’au rivage, et le riz, submergé à chaque marée haute, se développe normalement.

Notes

1 Cf. la très intéressante monographie, Le Tonkin par P. Gourou (1931).

2 Renseignements tirés du Climat de l'Indochine et les typhons de la mer de Chine par F. Bruzon et P. Carton (1929) et des Annales du Service météorologique de l’Indochine (1930 à 1934).

3 Ce diagramme ombrothermique (températures et précipitations mensuelles) ne figure pas dans la première édition ; il est complété de l’évaporation sous abri (toutes données provenant du tableau suivant [NdÉ]).

4 L’Observatoire de Phu-Lien est situé au voisinage de la mer (climat maritime) et à 100 m d’altitude, la température moyenne y est d’un degré moins élevé que dans le delta.

5 Rivière, fleuve, cours d’eau [NdÉ].

6 Délimitation administrative vietnamienne correspondant au district [NdÉ].

7 Renseignements extraits surtout des « Cartes des sols du delta tonkinois », par E. Castagnol dans le Compte rendu des travaux effectués en 1932-1933 de l’Institut des recherches agronomiques de l’Indochine.

8 Pour le delta du Thanh-Hoa se reporter à l’étude de MM. Roule et Trân Trong Khoi, « Terres et cultures du Thanh-Hoa » (Bulletin économique de l'Indochine, 1933) et pour Vinh à la « Monographie agricole du Nghê-An » d’E. Castagnol (Bulletin économique de l'Indochine, 1931).

9 Le Mékong a un cours assez long pour que les variations de niveau fusionnent et ne donnent qu’une seule crue avec montée et descente lentes.

10 D’après A. Pouyanne.

11 Cf. « Les digues au Tonkin » par J. Gauthier (Bulletin économique de l'Indochine, 1930).

12 Délimitation administrative vietnamienne correspondant à la circonscription et le plus souvent traduite par « préfecture » [NdÉ].

13 Masque d’argile corroyée : couche fine d’argile appliquée avec soin sur la partie de la digue en contact avec le fleuve afin d’éliminer les aspérités donnant prise au courant [NdÉ].

14 Les inondations du Sông Thuong et du Sông Luc-Nam en fin août 1934 ont rompu des digues qui n’avaient pas encore été renforcées.

Table des illustrations

Titre Graphique 1. – Diagramme ombrothermique à l’Observatoire de Phu-Lien (échelles en mm à gauche et en°C à droite ; proportion de 1° C pour 5 mm)3
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7952/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable