Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Avertissement

Texte intégral

« Nhất nu’ó’c, nhi phân, tam cấn, tú’ giống »
Premièrement de l’eau, deuxièmement des engrais,
troisièmement de l’activité, quatrièmement des semences.
(Proverbe annamite)

1Bien que le riz soit la base de l’économie indochinoise, ce n’est que depuis ces dernières années, et sous l’impulsion de M. l’inspecteur général de l’agriculture Yves Henry, que l’amélioration de sa culture est venue au premier plan des préoccupations de ce pays. C’est pour elle qu’a été spécialement créé l’Office indochinois du riz.

2Au début de nos recherches, nous avons vivement souffert de l’absence de données précises sur les techniques culturales annamites : comme il faut bien connaître avant de chercher à améliorer, nous avons, parallèlement à l’expérimentation dont nous étions chargé, étudié chacune des phases de la culture du riz telle qu’elle est actuellement pratiquée dans le delta du Tonkin.

3Dans l’ensemble les méthodes sont bien adaptées au pays ; certains agriculteurs ont, pour la préparation du sol et le semis en pépinière, par exemple, des techniques parfaitement mises au point. Les agronomes n’ont mis en valeur que tout récemment l’utilité de la dessiccation des sols, exécutée depuis fort longtemps dans le delta. D’autres procédés, plus ou moins défectueux, sont commandés par les conditions économiques, tandis que quelques-uns nous paraissent indéfendables.

4Après l’examen critique de chaque opération culturale, nous avons montré comment on pouvait essayer de faire mieux ; ceci sous une forme très prudente, sous réserve de la confirmation expérimentale toujours indispensable. Nous donnons plutôt des suggestions que des affirmations, et indiquons dans quel sens il semble utile de s’orienter.

5Nous avons insisté sur les meilleures pratiques culturales, intéressantes à généraliser. Certaines techniques de grande valeur restent trop longtemps confinées dans d’étroites limites. L’emploi de Crotalaria striata, excellent engrais vert pour le riz remonterait à plusieurs dizaines d’années et, durant tout ce temps, ne s’est propagé que dans sept villages.

6Il serait prétentieux de notre part de vouloir apprendre à l’agriculteur annamite les méthodes culturales de sa région. Mais comme son horizon est assez borné, il tirerait souvent profit de la connaissance de procédés qui ont fait leurs preuves dans les province voisines.

7Le développement des moyens de transport (chemin de fer et surtout autobus) en incitant le praticien à voyager, l’instruira et lui ouvrira des horizons nouveaux.

8La généralisation des pratiques des meilleurs agriculteurs du delta, pourrait, sans innovation d’origine étrangère, accroître la production d’au moins 10 à 20 %, et ainsi résoudrait le problème alimentaire. La majeure partie du travail supplémentaire que nécessiteraient ces nouvelles techniques pourrait être compensée par la suppression d’opérations inutiles ou peu utiles, et par une exécution mieux raisonnée des travaux indispensables.

9Certaines techniques culturales qui ont fait leurs preuves dans d’autres pays rizicoles pourront être essayées au Tonkin, et adoptées si elles y réussissent. Sans les copier servilement, on peut chercher à les adapter aux conditions particulières de l’agriculture tonkinoise. Il ne faut pas viser à un bouleversement total : nous avons entendu les riziculteurs italiens envier les cultures extensives d’Asie, produisant peu à l’hectare mais à un prix de revient moins élevé.

  • 1 Comme la médecine, l’agriculture est un art qui s’appuie sur les données de sciences multiples ; e (...)

10Nous nous sommes placés au point de vue de l’agriculteur1, ne craignant pas d’entrer dans les petits détails d’exécution ; toute amélioration réduisant la peine du paysan, ou susceptible d’accroître sa production, même dans une très faible mesure, a retenu notre attention.

  • 2 Après mes études en Inde, j’ai pu montré les paysans exploités et mépris (cf. Terres vivantes. Voy (...)

11Mais les indications du technicien doivent être interprétées par l’esprit du praticien. On ignore couramment l’intelligence qu’exige ce métier, trop peu considéré en pays d’Annam : aux Indes, la caste des agriculteurs vient au deuxième rang, immédiatement après celle des brahmanes (prêtres et intellectuels), avant les commerçants, les industriels ou les membres des professions libérales ; le travail de la terre qui nourrit l’humanité, est celui qui l’honore le plus2.

12Nous avons montré l’enchaînement des différents facteurs de la culture : par exemple la maîtrise de l’eau, que réalisera l’aménagement hydraulique, permettra, si elle est accompagnée d’un réglage intelligent de l’irrigation et du drainage, la réalisation dans de meilleures conditions, au moment le plus favorable, de la plupart des opérations culturales. Le technicien qui ne lirait que les chapitres V et XII ne pourrait se rendre compte de toutes les répercussions des travaux d’irrigation.

  • 3 C’est à peu près le proverbe annamite placé en tête de cet avertissement (« l’activité » s’appliqu (...)

13Cet enchaînement nous montre la nécessité d’améliorer parallèlement toutes les conditions de culture, et d’abord, par ordre d’importance, le régime de l’eau, la variété cultivée et la préparation du sol3 : un progrès très sensible n’est possible que dans ces conditions.

  • 4 Nous serions reconnaissants à tous ceux qui ont des données ou des opinions différentes d’en faire (...)

14Cet ouvrage réunit un ensemble de données pouvant servir de bases aux recherches ultérieures d’ordre scientifique ou pratique : c’est une première étape, mais non un travail définitif4 ; il devra être repris quand les travaux associés des techniciens de l’Office indochinois du riz et des laboratoires de l’Institut des recherches agronomiques [de l’Indochine], des agriculteurs et de tous ceux qui s’intéressent à la riziculture, auront permis de préciser bien des questions.

15Quoique faite surtout pour le delta du Tonkin et le Nord-Annam, cette étude d’une technique traditionnelle intéressera certainement les riziculteurs des autres pays. C’est afin de lui donner une portée plus générale qu’après notre séjour dans le delta nous avons fait des voyages d’études rizicoles, vallée du Si Kiang et Yunnan en Chine, Ceylan et sud des Indes, Italie ; nous avons naturellement dépouillé l’essentiel de la littérature rizicole étrangère. Les agronomes européens y pourront trouver de curieux rapprochements à faire entre les coutumes et techniques culturales du Tonkin d’aujourd’hui et de l’Europe d’autrefois, ou même de certaines régions encore arriérées. L’économie rurale polonaise est par certains côtés plus proche de l’Asie que de l’Europe occidentale.

16Dans une première partie, nous étudions les facteurs physiques et économiques qui conditionnent la culture du riz.

17Après l’étude des variétés, l’aménagement hydraulique (irrigation et assèchement), les cultures sèches en assolement, le cheptel et les transports, nous abordons la culture du riz proprement dite.

18Chaque opération culturale : préparation du sol et fumure, pépinière, repiquage, irrigation de la rizière (régime et élévation de l’eau), sarclage et soins en cours de végétation, travaux de récolte (moisson, battage, séchage, nettoyage et conservation du paddy) est étudiée suivant le même plan : description des techniques annamites, appréciation, améliorations proposées. La fumure (amendements et colmatage, fumier de ferme, engrais humains et autres fertilisants locaux, engrais chimiques, engrais verts), problème capital, fait l’objet d’une étude détaillée.

19Nous terminons par quelques données sur l’usinage et le commerce du riz et l’expérimentation en rizière.

  • 5 Cf. l’appendice 1.

20Enfin, nous remercions M. J. Nanta, directeur du Laboratoire Nord d’entomologie de l’Institut des recherches agronomiques [de l’Indochine], d’avoir bien voulu compléter si utilement notre travail par une étude des « Parasites et maladies nuisibles au riz au Tonkin »5.

***

21Nous remercions vivement M. Yves Henry, inspecteur général de l’Agriculture, de l’Élevage et des Forêts, M. Réteaud, qui a repris la direction de ces services au Gouvernement général, après la malencontreuse suppression de l’Inspection générale, et M. de Visme, directeur de l’Office indochinois du riz, pour l’attention bienveillante avec laquelle ils ont suivi et encouragé nos recherches, l’initiative qu’ils nous ont laissée et la confiance qu’ils nous ont témoignée.

22Tous nos remerciements à notre camarade Jeannin qui après avoir fraternellement, deux années durant partagé nos laborieux travaux, a bien voulu nous tenir au courant des recherches poursuivies après notre départ du Tonkin et nous a apporté une précieuse collaboration.

23Les agents techniques et agents de culture de la Section Nord-indochinoise de l’Office indochinois du riz nous ont donné leur concours actif et intelligent ; ils ont fait preuve d’une grande conscience professionnelle et ont parfaitement compris l’intérêt de nos communes recherches. M. Nguyên Van Mau nous a aidé avec une rare compétence dans l’étude si ingrate des variétés de riz et celle de la crotalaire – engrais vert. Des renseignements très précieux sur les conditions de la culture du riz dans les diverses provinces du Delta, nous ont été fournis surtout par MM. Trinh Van Thuat (HaiDuong) et Pham Van Nhu (Thai-Binh) ; puis MM. Pham Thu Thiên (Vinh-Yên, Phuc-Yên et Thanh-Hoa) et Nguyên Thiên Ke (Son-Tây et Bac-Giang) ; ainsi que par MM. Tranh Quoc Khanh (Bac-Giang) et Nguyên Van Mom dit Can (Nam-Dinh).

24Le regretté M. Chuc, agent technique, assassiné depuis en service, a fait des tournées d’enquêtes à Kiên-An et à Ninh-Binh.

25M. A. Angladette a bien voulu nous communiquer son intéressante Monographie agricole de la province de Hadong et M. Y. Coyaud nous a aimablement documenté sur l’économie rurale, l’usinage et le commerce du riz.

26Des renseignements sur la culture du riz en Annam nous ont été obligeamment fournis par M. Trân Trong Khoi.

27Nous devons remercier les nombreux riziculteurs annamites qui nous ont si aimablement renseigné. Mentionnons M. Vu Van An qui nous a initié à la riziculture tonkinoise, et le bon journaliste M. Nguyên Van Vinh, qui dans L’Annam Nouveau a su si bien faire vivre le village annamite.

28Nous sommes reconnaissant aux agronomes étrangers qui nous ont si volontiers documenté au cours de voyages d’études : M. K. Ramiah à Coimbatore (Madras, Inde), MM. Chiapelli et Sampietro à Vercelli et M. Orlandi à Bologne (Italie), M. I. C. Haigh à Peradenya (Ceylan). M. Akemine, de l’Université de Hokkaïdo, nous a aimablement renseigné sur les instruments agricoles japonais. M. Van Der Stok, professeur à l’École Supérieure d’Agriculture de Wageningen, et M. Van Der Veer, de l’Institut colonial d’Amsterdam, nous ont aimablement documenté sur la riziculture javanaise.

29Le professeur Joseph Lefèvre, notre « patron » à l’Agro, qui a bien voulu nous encourager à poursuivre ce travail, nous a donné sur la science agronomique moderne, dans son cours d’agriculture générale professé à l’Institut national agronomique, des vues nouvelles d’un puisant intérêt.

  • 6 La moitié de celles-ci ont été exécutées par un dessinateur annamite que je remercie, regrettant d (...)

30Enfin, je remercie ma mère qui a assumé la tâche si ingrate et si longue de parfaire l’écriture de ce livre et ma femme qui a exécuté une partie des figures6.

Notes

1 Comme la médecine, l’agriculture est un art qui s’appuie sur les données de sciences multiples ; elle consiste à appliquer plus ou moins empiriquement ces données à des êtres vivants, végétaux ou animaux, aux réactions individuelles différentes, se développant dans un milieu divers et peu connu (le sol) ou très variable et imprévisible à longue échéance (le climat) ; elle doit donc tenir un grand compte des facteurs économiques. Il ne peut donc y avoir de lois en agriculture, mais seulement des règles générales, des tendances à interpréter dans chaque cas particulier.

2 Après mes études en Inde, j’ai pu montré les paysans exploités et mépris (cf. Terres vivantes. Voyages d’un agronome autour du monde, Paris, Plon, 1961).

3 C’est à peu près le proverbe annamite placé en tête de cet avertissement (« l’activité » s’applique surtout à la préparation du sol), proverbe que nous ignorions en écrivant ces lignes.

4 Nous serions reconnaissants à tous ceux qui ont des données ou des opinions différentes d’en faire part à l’Office indochinois du riz à Hanoï ou à l’auteur, qui pourront donner tous renseignements complémentaires, notamment à ceux qui désireraient construire les instruments agricoles proposés dans cet ouvrage.

5 Cf. l’appendice 1.

6 La moitié de celles-ci ont été exécutées par un dessinateur annamite que je remercie, regrettant d’ignorer son nom au moment de l’impression.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540