Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Préface

Yves Henry

Texte intégral

Rizière du delta, par S. Philippon

1Partie importante du domaine rizicole de l’Indochine, le groupe des deltas du Tonkin et du Nord-Annam se présente avec des caractères propres, très accusés, et une économie qui le différencient profondément du vaste delta du Mékong situé au sud. Alors qu’en Cochinchine les problèmes de la production du riz sont commandés surtout par l’exportation et la concurrence sur les marchés extérieurs, dans le Nord ces mêmes problèmes ont principalement pour objectifs une alimentation normale des populations rurales, très denses, et une meilleure utilisation du potentiel de travail que recèlent ces populations.

2A cette différence fondamentale s’en ajoutent d’autres qui influencent directement la nature et l’importance des études et travaux à entreprendre pour atteindre ces deux objectifs. La première résulte de l’extrême morcellement de la propriété et des modes d’exploitation qui en résultent. La seconde tient à l’orographie mouvementée des deltas – du Delta du Fleuve Rouge tout particulièrement – et aux remaniements subis par les alluvions, qui ont provoqué une extrême diversité dans la nature et le régime hydraulique des terres. Enfin, le régime des pluies réparties entre les deux saisons d’hiver et d’été, les possibilités d’irrigation et de drainage des rizières compartimentées par un puissant réseau de digues, permettent l’adoption d’assolement variés, en même temps qu’ils étendent le champ des recherches techniques.

3Ces divers facteurs devaient jouer un rôle capital dans l’ordonnancement des études qui préparèrent la création de l’Office indochinois du riz, et devaient ensuite régler le plan de son action, le programme de ses études et travaux propres. Ils resteront déterminants dans l’avenir, quelles que soient les modifications que l’expérience apportera au programme initial, qu’il s’agisse de l’aménagement des rizières, de l’usage des engrais, de l’adoption de méthodes pratiques de sélection des semences.

4Je serais incomplet si je ne mentionnais pas le rôle complémentaire et très important dévolu au crédit et à la coopération dans le perfectionnement de la riziculture au Tonkin et en Annam. Aussi longtemps que l’agriculteur restera à la merci de l’usurier pour les prêts d’argent et du commerçant pour la vente de ces produits, l’accroissement de la rente du sol n’aura pour lui aucun effet utile, à supposer qu’il consente à s’endetter onéreusement pour améliorer l’exploitation de son petit domaine. Aussi bien, parallèlement à l’effort engagé dans la recherche de meilleures méthodes de culture, fallait-il faire œuvre efficace en matière de crédit agricole. Telle est la raison du développement rapide que j’ai donné à l’institution du Crédit populaire agricole, dont les banques couvrent la presque totalité des régions rizicoles, et dont l’action est indissolublement liée à celle de l’Office indochinois du riz.

  • 1 Démographie et riziculture, par Y. Henry et M. de Visme ; Économie agricole de l’Indochine, par Y. (...)

5Les études préparatoires ont été closes à la date de la création de cet office. Il en a été rendu compte dans deux ouvrages importants publiés par l’Inspection générale de l’agriculture, de l’élevage et des forêts1. Dès ce moment la tâche qui s’imposait aux services de l’Office consistait à rechercher par les voies les plus rapides, mais en s’astreignant à une discipline scientifique aussi rigoureuse que possible, les améliorations pratiquement réalisables de la culture indigène.

6Cette tâche se subdivisait en deux parties, dont la première commandait la seconde dans une certaine mesure, mais qui ont été entreprises simultanément afin d’éviter toute perte de temps : l’étude des sols en place et au laboratoire, l’expérimentation et l’étude détaillée des conditions actuelles de la riziculture.

7Le Laboratoire de chimie de l’Institut des recherches agronomiques à Hanoï, a été chargé de l’étude systématique des sols. Quant à la seconde partie de la tâche elle devait échoir à la Station expérimentale de riziculture pour la direction de laquelle je devais trouver en M. Dumont et M. Jeannin deux techniciens particulièrement compétents et avertis.

8La base fondamentale de tout travail d’amélioration de la culture du riz est une connaissance approfondie des méthodes de culture et des modes d’exploitation des paysans annamites.

9Le livre de M. Dumont, qu’il m’est particulièrement agréable de présenter au public, est essentiellement un exposé de ces techniques traditionnelles, ainsi que des améliorations immédiatement réalisables dans le cadre de la petite exploitation familiale. Il examine les procédés consacrés par l’expérience annamite, surtout ceux des meilleurs agriculteurs. Il recommande les techniques éprouvées par les essais des stations expérimentales ou celles qui s’inspirent de l’exemple des autres pays rizicoles. Dans son ensemble il constitue un document de base indispensable, auquel les expérimentateurs devront sans cesse se reporter dans l’avenir et qu’il faut remercier M. Dumont d’avoir établi.

Notes

1 Démographie et riziculture, par Y. Henry et M. de Visme ; Économie agricole de l’Indochine, par Y. Henry.

Table des illustrations

Légende Rizière du delta, par S. Philippon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 415k

Auteur

Inspecteur général d’Agriculture des Colonies Membre de l’Académie d’agriculture de France

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540