Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Introduction

Igor Besson

Texte intégral

à la mémoire d’André Angladette (1907-1995).

  • 1 Il en avait été fondateur et titulaire de 1955 à 1974 et en reste professeur honoraire.
  • 2 D’après H. Mendras dans sa note de lecture d’Économie agricole dans le monde (Économie rurale,(...)

1La première fois que nous avons rencontré René Dumont, en 1985, nous venions d’intégrer « l’Agro », l’Institut national agronomique Paris-Grignon. Le vif et vert professeur retraité de la chaire d’agriculture comparée1 l’ancien candidat de l’écologie au pullover rouge et à la crinière blanche, avait accepté notre invitation à présenter le cadre général d’un séminaire sur les réformes agraires, un thème qu’il avait très souvent développé dans ses livres. À y repenser, quelle audace – mais quels excellents souvenirs pour nos amis et nous-même ! – de demander au « plus fascinant des cicérones, agronome et sociologue »2 de se déplacer pour un auditoire d’une quinzaine d’élèves ignorants de première année…

2Par la suite, nous avons revu René Dumont plusieurs fois mais notre plus agréable impression a été son élan d’ouverture et d’enthousiasme quand, lors d’une visite à son domicile près de Paris, nous lui avons proposé de rééditer La Culture du riz dans le Delta du Tonkin. Pour nous qui travaillons dans le sud de la Thaïlande au sein d’un programme de coopération interdisciplinaire, c’est un ouvrage de référence que nous avions découvert grâce à nos collègues ethnologues. Le parallèle entre les deux situations ne s’arrête pas au domaine d’étude, à la zone géographique ou à la plante. L’analogie est également évidente quant à la problématique de nos recherches à Patani, au contexte de l’étude de terrain, à la nécessité d’apprendre et de rendre rapidement des résultats, aux contradictions possibles entre la recherche et le développement.

  • 3 Agronome de la faim (Paris, Robert Laffont, 1974) est le titre de sa première autobiographie.
  • 4 L’auteur résume ainsi ses batailles dans Mes combats. Dans quinze ans, les dés seront jetés (Paris (...)
  • 5 Paysans, 10e année, 56, p. 89-96.

3Aussi nous paraissait-il essentiel, dans la présentation de ce livre, d’interroger le professeur sur ses conditions de travail et de séjour au Tonkin. René Dumont a répondu naturellement à toutes les questions que nous lui avons posées, en élargissant le plus souvent son propos. Ses indications, en majeure partie issues des récits rétrospectifs, sont par essence subjectives, est-il besoin de le préciser. Son érudition est encyclopédique et il n’y a pas lieu ici de s’appesantir sur ses compétences scientifiques et techniques de premier ordre, son rôle dans le développement agricole en France puis dans les régions chaudes, son engagement et son sens de la responsabilité à l’égard du problème de la faim dans le monde3, ses combats passionnés et ses incessantes alertes destinées à l’opinion mondiale sur les problèmes du développement et de l’environnement4. « Pour raconter René Dumont, il faudrait avoir fait le tour de la terre », ainsi Joseph Le Dren débutait son portrait de l’auteur en 1965 déjà5. Que dire de cet axiome trente ans plus tard et une centaine de missions d’études supplémentaires ! Mentionnons cependant la franchise et la simplicité de René Dumont, sans bien sûr oublier les qualités humaines de sa compagne, Charlotte Paquet.

  • 6 Les prénoms des agronomes décédés n’y sont pas indiqués et nous remercions le secrétaire général F (...)

4Après cet exposé biographique et historique, nous avons organisé nos commentaires sur l’ouvrage autour de quatre caractéristiques que nous tenons pour remarquables : la clarté et l’aspect didactique du texte, la modernité des méthodes d’enquête, l’attention portée aux sources bibliographiques auxiliaires, et la lucidité de la réflexion. A chaque fois, nous nous sommes efforcé de spécifier l’origine des informations, ce faire au prix d’un nombre assez grand de notes et de la répétition de la formule consacrée « communication personnelle ». Les précisions sur les anciens élèves de l’Agro et de l’École nationale d’agriculture (puis École nationale supérieure agronomique) de Grignon ont été tirées de l’annuaire 1994 de l’Association des anciens élèves de l’IΝΑ P-G6. Les références complètes des documents consultés figurent en annexe 3 de cette réédition, à la suite des textes complets de trois comptes rendus d’époque rédigés par Georges Wéry, par Auguste Chevalier et par Louis Hédin et de la liste des publications retrouvées mais que nous n’avons pas reproduites dans ce livre.

La première étude globale et régionale sur le riz

  • 7 L’Union indochinoise, créée en 1887, comprenait cinq parties : par ordre d’intégration administrat (...)
  • 8 Communication personnelle du professeur Dao Thê Tuân, directeur de l’Institut national des science (...)

5La première édition de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin fut tirée à mille exemplaires par la Société d’Éditions géographiques, maritimes et coloniales – aujourd’hui disparue – alors sise au numéro 17 de la rue Jacob à Paris, où se trouvaient également la Librairie maritime et coloniale et les éditions Augustin Challamel. Imprimée en décembre 1934, elle fut datée de 1935 afin de vieillir moins vite nous indiqua René Dumont qui n’eut alors pas à rechercher d’éditeur pour ce tout premier livre. La Société d’Éditions n’avait encore jamais rien publié concernant le riz, pourtant nourriture de base de la population et premier produit d’exportation de l’Indochine française, « la grande colonie d’Extrême-Orient »7. René Dumont leur apporta sans certitude ni prétention mais fort à propos son manuscrit. Le contrat fut simple : il n’eut point de financement à quérir, ne toucha pas de droits d’auteur et reçut une vingtaine de copies en échange. Cinq cents exemplaires furent envoyés à Hanoï et l’autre moitié fut épuisée en deux ans, sur place, où l’ouvrage coûtait cinquante francs. De nos jours, c’est un document très difficilement accessible en France et présent seulement dans quelques bibliothèques à Hanoï8.

  • 9 Respectivement XXI (6), 13 février 1935, p. 214-218 (citation de la p. 214) ; XV (6), avril 1935, (...)
  • 10 « Although [...] this work is purely local in character, those engaged in the production of rice i (...)
  • 11 Par exemple, A.-G. Haudricourt et M. J.-Brunhes Delamarre dans L’Homme et la charrue à travers le (...)
  • 12 Sous le titre Rice growing in the Tonkin Delta (Human Relations Area Files, New Haven).

6Le livre obtint un succès incontestable à l’époque, dont témoignèrent à l’unanimité et de manière le plus souvent élogieuse les scientifiques français et étrangers : le premier traité en français sur le riz qui « comble une lacune de notre littérature agricole et coloniale » (G. Wéry dans les Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie d’agriculture de France), « un document du plus grand intérêt pour l’ethnographe aussi bien que pour l’agronome » (A. Chevalier dans la Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale), « une monographie détaillée d’une région rizicole de la plus haute importance […] écrite par un expert averti » (Revue internationale d’agriculture) ou encore « une base essentielle afin d’améliorer la riziculture des colonies » (lI Giornale di risicoltura)9. Le rédacteur du prestigieux Bulletin de l’Institut impérial britannique conclut prudemment mais sans aucune réserve technique : « Bien que ce travail soit par essence purement local, ceux qui œuvrent à la production du riz dans les autres pays y trouveront sans doute beaucoup de points intéressant leurs propres problèmes »10. Indubitablement, le livre est régulièrement cité par les scientifiques dans de nombreuses disciplines11. Il fut partiellement traduit en anglais en 195312, sans édition cependant.

  • 13 Cf. D. Bois, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie d’agriculture de France, XXII (...)
  • 14 Citation de la p. 54.
  • 15 D. Bois (1856-1946) avait été titulaire de la chaire de culture du Muséum de 1920 à 1932 et était (...)
  • 16 Cf. la Revue économique française, 4e série, LVIII (3), mai-juin 1936, p. 215.
  • 17 L’expression exacte de D. Bergmann qui participa longtemps aux travaux de recherche de R. Dumont é (...)

7Son double caractère pionnier d’étude de terrain et d’ouvrage de référence a également été reconnu par les milieux professionnels français concernés par l’agronomie coloniale. René Dumont reçut la médaille d’or de l’Académie d’agriculture de France13. En réalité, ce fut « un diplôme de médaille d’or en vrai papier, mais pas de médaille, car les legs en rentes sur l’État, qui permettaient de les fabriquer, avaient été fort amenuisés depuis 1914 par la dépréciation monétaire », détaillait l’auteur dans Agronome de la faim14. Dans le rapport présenté au nom de la Section des cultures spéciales – à l’évidence un épithète qui convint – par le professeur Bois, le sténographe conféra d’ailleurs à l’agronome l’ancienne fonction de « directeur de la station de viticulture du Tonkin » ! L’erreur typographique ne fut peut-être pas si étonnante, que l’on veuille bien se souvenir du patronyme et de l’œuvre de l’insigne rapporteur, membre de la prestigieuse « Compagnie » : Désiré Bois, alors âgé de soixante-dix-huit ans, était professeur honoraire du Muséum national d’histoire naturelle et comptait parmi les sommités scientifiques du début du XXe siècle en matière d’horticulture15. René Dumont fut de la même façon récompensé de la médaille des Négociants commissionnaires de la Société de géographie commerciale et d’études coloniales16, en réalité un autre diplôme que son récipiendaire avait omis de nous signaler puisqu’un simple courrier l’en avertit et qu’il n’eut pas à assister à une deuxième cérémonie officielle. Les « négociants commissionnaires » étaient probablement spécialisés dans le commerce du riz et la remise du titre aurait sans doute été haute en couleur, peut-être même digne de figurer dans les annales de notre histoire agronomique nationale eu égard au caractère déjà avéré de paysan du Danube du jeune chercheur… Comment donc ne pas rêver de publier à nouveau la première œuvre du « père spirituel »17 des agronomes actuels !

Une œuvre scientifique exceptionnelle

8La Culture du riz dans le Delta du Tonkin est en effet pour nous l’un des livres de René Dumont les plus accomplis. Il combine avec bonheur les avantages d’une monographie d’espèce cultivée – mais ce n’est pas une monographie classique du type de celles éditées par Maisonneuve et Larose par exemple – et ceux d’une étude comparative régionale portant sur certains thèmes décrits avec force détails utiles et analysés sans lourdeur préjudiciable. Dans une langue limpide, un attribut rare qu’il convient de souligner pour un ouvrage scientifique et technique, René Dumont nous lègue l’un des seuls témoignages que nous ayons des pratiques agricoles et de la société agraire de l’époque. Il nous fait vivre et comprendre, en une série de chapitres thématiques bien cousus, le cycle rizicole, de la sélection des cultivars à la commercialisation du riz. Observations techniques méthodiques, analyse scientifique équilibrée des données, travail bibliographique approfondi, réflexion innovatrice sur le développement, rien n’y manque !

  • 18 « Dans la rizière tonkinoise, l’agronome devait échouer (1929-1932) » est le titre complet du deux (...)
  • 19 Cf. infra la « Brève chronologie des enseignements de René Dumont ».
  • 20 Agronome de la faim, citation de la p. 28 (les italiques sont de l’auteur).

9C’est « dans la rizière tonkinoise »18 – René Dumont aime à le rappeler – qu’il a officiellement débuté sa carrière. Et dans son laconique curriculum vitæ, une ligne entière y est consacrée : « Trois ans comme agronome colonial au Tonkin spécialisé dans la culture du riz »19. L’agronome frais émoulu d’antan montre déjà un haut niveau de maîtrise scientifique associée à une réflexion personnelle créative et au souci naissant du comparatisme. Cela est doublement étonnant dans le contexte de la recherche agronomique coloniale et parce que René Dumont juge par ailleurs sa formation à l’Agro de manière terriblement sévère : « Le drame est qu’on prétendait nous faire apprendre par cœur l’essentiel de toutes les connaissances disponibles […]. Au lieu de nous faire réfléchir sur les sciences de base, les mécanismes économiques du monde moderne, la sociologie paysanne ; de nous montrer comment nous documenter, de nous apprendre à apprendre »20.

  • 21 Communication personnelle de F. Rinville, agronome, FAO-Vietnam, juillet 1994.
  • 22 Y. Henry (1875-1966), sorti second du classement de l’IΝΑ en 1897 (21e promotion en 1896), était é (...)

10Ce livre représente ce qui ne peut plus exister aujourd’hui de la part de bon nombre « d’experts » et de consultants internationaux. Il est le produit d’une affectation de longue durée en Indochine, ce qui donne de la consistance à l’expérience ; non pas comme maintenant, le résultat d’une prise de connaissance superficielle des problèmes en deux à six mois et entre deux avions21. D’abord et avant tout, il est l’aboutissement de presque trois années de terrain sans interruption dans des conditions initiales de travail difficiles et précaires mais rendues assez rapidement propices et favorables à des recherches de qualité grâce à Yves Henry, alors inspecteur général d’agriculture des colonies et qui fut un agronome d’une autorité et d’une classe hors du commun22.

11L’expérience humaine acquise à l’aube de la carrière que l’on sait est évidemment unique et irremplaçable. La passion et la générosité y sont évidentes. Nous reconnaissons aussi le désir parfois difficile à assumer d’être utile tout en remettant largement en cause les préjugés. Nous devinons aisément la contradiction possible entre le respect des autres – sur lequel le professeur Dumont a tenu à insister dans sa nouvelle préface – et les propositions de changement, de nouveauté, « d’amélioration des techniques ». La Culture du riz dans le Delta du Tonkin est la concrétisation d’un long travail personnel et professionnel ordonné dans le cadre d’une démarche intellectuelle originale et pratique. C’est donc un document exceptionnel par la modernité et l’excellence des observations, des analyses et des réflexions.

La naissance d’une vocation

  • 23 D’après J.-P. Besset dans René Dumont. Une vie saisie par l’écologie (Paris, Stock, 1992, p. 28).
  • 24 D’après J.-P. Besset, op. cit., p. 34-35 (citation de la p. 34) ; cf. aussi R. Dumont, Agronome de (...)

12Au cours d’une conversation, René Dumont nous évoqua ainsi la naissance de sa vocation vietnamienne. A sept ans, au sortir du cours de géographie du collège de garçons à Cambrai où l’instituteur venait de leur présenter l’Indochine, il annonça à un copain de son âge : « Moi, j’irai au Tonkin ». L’idée que l’Europe dominait l’humanité était alors largement répandue et il réagit vite contre car ses lectures lui avaient révélé une civilisation chinoise ancienne et un lieu de traditions plusieurs fois millénaires. Le mythe de la Chine merveilleuse était semé… Il nous rappela que des professeurs d’histoire l’aidèrent dans cette réflexion et que sa vocation se précisa dans le secondaire où il voulait connaître le monde des colonies tel qu’on le dénommait alors. Il envisagea également très tôt, à dix ans, des études à l’INA, tant par goût que par tradition familiale : « Pour faire pousser la vie ! Du côté des paysans »23. En effet, son père, Rémy, né en 1864 et descendant d’une famille de paysans ardennais de l’est de Sedan, fut d’abord instituteur rural dans un village voisin de ses parents. Après sept années d’enseignement, il emprunta cinq cents francs-or à son frère cultivateur afin de partir étudier à l’École nationale d’agriculture de Grandjouan près de Rennes. A vingt-huit ans, il en sortit ingénieur agricole et fut nommé par la suite Professeur spécial d’agriculture pour l’arrondissement de Cambrai dans le Nord de la France de 1899 à 1925. « Avec une boulimie qui n’est pas sans rappeler celle qui s’emparera de René Dumont », il écrivit quatorze ouvrages de vulgarisation dans de nombreux domaines agricoles et coordonna la première édition du Larousse agricole paru en 192124. Il aspirait au prestigieux diplôme d’ingénieur agronome pour l’un de ses trois fils et eut le soin de léguer ses initiales à son cadet.

  • 25 Berthe Dumont, née Françoise Busqué, ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles (...)
  • 26 Cf. Mes combats, p. 116.
  • 27 R. Dumont rencontra postérieurement celle qui était devenue entre-temps Madame Tsaï Chang à Montar (...)

13En 1920, la vie réserva à l’adolescent, alors en « Math élém. », une étonnante coïncidence lorsque des étudiants « frugalistes » chinois vinrent à Montargis dans le Loiret afin de s’initier aux sciences et aux techniques occidentales. Le groupe était constitué de douze étudiantes âgées d’une vingtaine d’années qui furent reçues pendant deux ans par la mère de René Dumont, directrice du collège des jeunes filles25 et d’une cinquantaine de garçons qui travaillaient à l’usine Hutchinson de Chalette près de Montargis et suivaient les cours du soir au collège. Il y avait aussi une centaine d’ouvriers chinois à la boulangerie d’armée de Mignères-Gondreville (à huit kilomètres du chef-lieu) qui les employait depuis 1918 pour remplacer les soldats français. En octobre 1921, un an après leur arrivée, un émissaire du tout récent Parti communiste chinois qui avait été fondé le 31 juillet de la même année, vint de Paris réunir ses compatriotes et leur donner l’instruction de former un « cercle d’études marxistes ». Le principal du collège de garçons leur ayant refusé un local - l’affiche du Bloc national représentait alors le « bolchevik » avec « un couteau entre les dents »26 –, ils n’eurent pas d’endroit où se retrouver. Ce fut Madame Dumont qui accepta la demande des étudiantes de se réunir dans son collège, non par affinité avec le marxisme mais bien plutôt parce qu’elle était pacifiste et qu’elle considérait que ces Chinoises méritaient plus d’attention à titre d’étrangères. Ainsi fut créé à Montargis le premier cercle marxiste établi à l’étranger par le P.C.C. ! À relever que cette délégation des Fils du ciel fut accompagnée au bateau par Mao lui-même et qu’elle était conduite par la mère de la future présidente de la Fédération des femmes de Chine27 ainsi qu’un certain Deng Xiaoping ! Quelle ne fut pas non plus la surprise de René Dumont lorsqu’en 1982, à la Maison du Parti de Shanghaï, il retrouva exposée parmi les « amis de la Chine » la photographie de sa mère avec les douze étudiantes chinoises du collège de Montargis avec la mention Groupe de Montargis ! Et l’histoire ne s’arrête pas là puisqu’une universitaire chinoise vint récemment l’interroger au sujet de l’influence qu’eut ce séjour français sur les futurs cadres du Parti.

Une solide détermination

  • 28 La préparation était d’une seule année alors qu’elle est de deux de nos jours, les sélectives « Ma (...)
  • 29 L’INAC, fondé en 1902 sous le nom d’École supérieure d’agriculture coloniale, était adjoint au Jar (...)
  • 30 « Le décret du 6 décembre 1905 fixant le recrutement des agents des services agricoles est en effe (...)

14Bachelier avec mention, René Dumont intégra en octobre 1921 la classe préparatoire au concours des écoles agronomiques du Lycée Henri-IV. Dès 1922, il fut reçu à l’Agro, cinquième du classement général des quatre-vingt-dix admis de la 47e promotion sur six cents candidats environ. Le cursus normal était à l’époque de deux années alors que ces études durent maintenant trois ans, préparation non comprise28. Il eut de suite l’objectif de compléter sa formation à l’Institut national d’agronomie coloniale (INAC) à Nogent-sur-Marne29. C’était là le passage presqu’indispensable à toute carrière dans la recherche agricole30. Il y entra en 1927 après avoir effectué son service militaire, autre condition sine qua non, pendant lequel son opiniâtreté pacifique l’épuisera et le déprimera de longs mois non sans avoir frôlé la démence et la mort. En effet, il ne fut pas reçu à la préparation militaire supérieure obligatoire pendant sa deuxième année à l’INA à cause du chahut qu’il organisa savamment au moyen de bombes à eau qui firent mouche sur l’orateur de l’armée. Ses camarades menacèrent de lâchement le dénoncer et il préféra se faire connaître afin d’éviter un déshonneur certain à tous. Il dut assumer seul les conséquences lorsque la sanction de l’administration de l’Agro tomba : refus du certificat final de bonne conduite pour être admis à l’institut de Nogent. Il fallait aussi un certificat de bonne vie et mœurs délivré par le commissariat de police et l’officier de paix ne le lui dénia point.

  • 31 D’après J.-P. Besset, op. cit., p. 78-79.
  • 32 Agronome de la faim, p. 34.
  • 33 Propos rapportés par J.-P. Besset, op. cit., p. 79.
  • 34 Loc. cit.

15René Dumont dut exécuter ses dix-huit mois de service de novembre 1924 à avril 1926 au 28e Dragons de Metz, un régiment plutôt disciplinaire. Pas question de galon, il fut deuxième classe et ce fut une véritable guerre individuelle de tous les instants contre l’armée31. Malade puis hospitalisé - une mauvaise scarlatine entraîna de graves troubles des méninges-, il reçut l’assistance d’un ami au ministère de la Guerre. Plus tard, il conta à ce sujet : « […] on était assez disposé, vu mon dossier, à me laisser claquer » et en note afférente à ce dossier : « “Esprit peu militaire”, ai-je pu y lire en septembre 1939, lorsque j’étais secrétaire à l’état-major du bataillon. Je le montrai à notre adjudant-instructeur, soulignant à quel point c’était vrai. “Cachez-le vite, me répondit-il. C’est la formule consacrée pour signaler un dangereux antimilitariste” »32. Il fut transféré au Val-de-Grâce où, en guise d’électrochoc, on lui inocula le paludisme dont il fut traité de suite : c’était la technique utilisée à l’époque pour lutter contre les maladies mentales. Échoué à Charenton, il en réchappa lentement : « J’ai guéri peu à peu quand on m’a mis à travailler avec le jardinier. C’était le seul qui me parlait gentiment »33. Il en sortit en novembre 1926 mais fut incapable dans son état d’intégrer l’INAC. Il partit se rétablir à la campagne et effectua une année de convalescence active comme ouvrier agricole dans la ferme de son frère à Pouilly-sur-Meuse, puis d’un oncle à Rubécourt près de Sedan. Il gagna « sa croûte » à la sueur de son front et aimait cela : « J’y ai produit plus de blé que je mangerai de pain de ma vie »34.

  • 35 Le titre est d’ailleurs couché en couverture de la première édition de La Culture du riz dans le D (...)
  • 36 R. Dumont, Mes combats, p. 9.
  • 37 Le salaire de 6 000 francs mensuels y était environ deux fois plus élevé que celui des « africains (...)

16En 1928, il sortit à la cinquième place sur la liste des « Ingénieurs d’agronomie coloniale »35. Or seuls les trois premiers de Nogent choisissaient leur lieu d’affectation et la préférence allait à peu près automatiquement à « la Perle de l’Empire français ». Ce classement ne fut pas tout à fait le fruit du hasard puisque, d’une part, il était repéré comme anticolonialiste – pire qu’antimilitariste selon lui –, et que d’autre part, un professeur lui mit une mauvaise note parce qu’il avait été huit jours malade et en retard à un examen. Sa réputation ne l’empêcha toutefois pas de partir où il avait décidé depuis longtemps, près de la Chine « si chère à son cœur »36, mais son désir de liberté lui coûta de restituer sa bourse d’étude de 12 000 francs, une fortune à l’époque. En effet, sans être fonctionnaire – il n’eut donc pas à démissionner –, tout élève de l’INA qui voulait poursuivre ses études à l’INAC, recevait 1 200 francs mensuels pendant les dix mois de cours. L’emprunt qu’il fit à sa mère ne sembla pas avoir engendré de grosses difficultés car il rappelle que sa famille paysanne était économe. Et s’il est indéniable que l’Indochine payait bien37, le geste du jeune diplômé n’en reste pas moins exemplaire.

  • 38 Artiste-peintre et fille d’un architecte, franc-maçon comme mon père, précise R. Dumont. Elle réal (...)

17De la fin des études à Nogent, peu après son mariage le 5 mai 1928 avec Suzanne Philippon38, à son départ, il prépara son dossier pour le ministère des Colonies, passa un mois dans les Alpes, fit le tour de la Bretagne à pied en septembre 1928. Il consacra ses derniers mois de l’année au domicile maternel de Montargis à des lectures sur l’Indo-Chine et sur l’Empire du Milieu.

  • 39 Arrivé à bon port, le container fut négocié et le véhicule cédé à ses collègues au moment de quitt (...)
  • 40 Il reviendra à la station agricole en janvier 1932 lors de son retour. C’est lors de cette escale (...)
  • 41 Communication personnelle de R. Dumont, février 1994 ; également narré dans Agronome de la faim, p (...)

18Le 19 janvier 1929, il embarqua avec son épouse à bord du Cap-Saint-Jacques, un vieux paquebot des Chargeurs Réunis. Dans les soutes, la Citroën Β14, héritée de son beau-père, eut le privilège d’une caisse en bois de neuf mille francs construite pour le voyage39. Près de quarante jours de voyage de Marseille à Haiphong et l’exotisme dès le départ : première escale à Port-Saïd et la visite du Caire en train ; deuxième arrêt à Djibouti et ses palmiers en zinc peints en vert ! Puis enfin l’Asie : Colombo, huit heures consacrées à la découverte des splendeurs des temples près de Kandy et du jardin botanique de Peradeniya40 ; Penang le temps d’une promenade en ville puis au parc dominant l’île, Singapour et les marchands d’étoffes du quartier chinois, Saigon (Hô Chi Minh Ville de nos jours), Tourane (maintenant Danang) et enfin Haïphong. L’ardent soleil tropical manqua seulement à la fin du voyage et le couple gagna Hanoï sous un ciel bas de mousson41.

Le contexte de la recherche agronomique coloniale

  • 42 On divisait géographiquement le Tonkin en trois : la Haute Région montagneuse, la Moyenne Région f (...)
  • 43 Appellation commerciale de l’anhydride phosphorique (P205) par laquelle on exprime généralement la (...)
  • 44 Il s’agit de P. Braemer puisque R. Dumont le nomme ailleurs (dans Agronome de la faim p. 37 par ex (...)

19En février 1929, un mois avant sa vingt-cinquième année, René Dumont fut affecté par l’inspecteur général Yves Henry aux Services agricoles du Tonkin sous le titre d’Ingénieur adjoint de troisième classe des Services techniques et scientifiques de l’agriculture en Indochine. Il eut la responsabilité des petites stations agricoles près des chefs-lieux de province dans le Delta du Fleuve Rouge – ou « Basse Région » du Tonkin42 – et dans la partie septentrionale de l’Annam – ou « Nord-Annam » constitué par le Thanh-Hoa et le Nghê-An. Sa mission était de montrer l’influence bénéfique des engrais en rizière, spécialement de l’acide phosphorique43 provenant du traitement des phosphates naturels exploités localement par une compagnie française, la Société des phosphates du Tonkin. Cette tâche n’enchanta nullement le chef des Services44 qui le lui annonça clairement dès son arrivée ainsi que l’a souligné le professeur Dumont dans sa nouvelle préface.

  • 45 Nous n’incluons pas ici les recherches zootechniques qui, en collaboration avec l’Institut Pasteur (...)
  • 46 « Généralement, cette culture est plus rationnelle [...] et basée sur la science agronomique moder (...)

20Les premiers essais d’organisation des recherches agronomiques en Indochine avaient été entrepris dès 1886 par Paul Bert, premier Résident général en Annam et au Tonkin, mais ils n’eurent pas de suite. Ce ne fut que dans les dernières années du XIXe siècle que Paul Doumer, gouverneur général de l’Indochine de 1897 à 1902, constitua un réseau d’institutions à vocation locale selon la conception de Bett : services agricoles d’Annam, du Cambodge, de Cochinchine et du Tonkin, services forestiers, services vétérinaires, laboratoires d’analyses et de recherches agricoles industrielles. Seuls quelques organismes spécialisés étaient placés à l’échelon du gouvernement général (services géologique, météorologique, statistique et le musée des échantillons des produits naturels et des produits fabriqués). En ce qui concernait les travaux de recherches agricoles45, force nous est de constater que, depuis leur initiation jusqu’au début des années 1920, ils avaient été principalement consacrés aux cultures alors dites de colonisation de bon rapport pour les planteurs et le commerce. Citons parmi les principales préoccupations coloniales, le caféier, le théier, les arbres oléifères, les arbres à essences, à résines ou à latex comme on les désignait alors, sans omettre les plantes fourragères dont la production était envisagée afin de développer un élevage bovin pourvoyeur du fumier jugé du point de vue « métropolitain » nécessaire à l’entretien de la fertilité des sols de plantations. On parlait aussi de culture ou d’agriculture européenne puisque, comme ce nom l’indiquait, elle était pratiquée par des colons européens qui s’inspiraient des méthodes de leur pays d’origine46. Cette appellation s’opposait à culture ou agriculture indigène, principalement celle du riz mais également d’une multitude d’autres denrées vivrières (maïs, canne à sucre, arachide, manioc, patate douce…), des espèces fruitières et légumières nombreuses et variées, etc. Certaines épices (poivrier, cannelier…) et plantes stimulantes (théier, caféier…) étaient cultivées par les autochtones souvent bien avant que de puissantes sociétés coloniales s’y intéressassent et en fissent leur spécialité. On distinguerait de nos jours agricultures traditionnelle et moderne ; en fait, les différences portent bien évidemment sur les structures, les systèmes et les objectifs de production : par exemple et très schématiquement, d’une part, les exploitations agricoles paysannes (agriculture dite familiale) produisant pour l’autoconsommation et d’autre part, les plantations industrielles (agriculture dite capitaliste) pour l’exportation. Cette dichotomie ne doit cependant pas éclipser les éventuelles complémentarités historiques, socio-économiques et agronomiques dans l’utilisation des facteurs de production.

  • 47 Il travaillait depuis 1902 en Afrique occidentale française (d’abord Inspecteur des Services agric (...)
  • 48 Le décret signé le 10 avril par le président de la république G. Doumergue, stipulait que l’OIR av (...)
  • 49 Licencié ès sciences et diplômé de la 26e promotion de l’INA en 1901, il conserva la tête de l’OIR (...)

21Dès son arrivée en 1923, Yves Henry, qui s’était déjà illustré en Afrique par ses talents de rénovateur47, entreprit de rééquilibrer les structures de la recherche agronomique afin d’assurer le développement des cultures paysannes. Dans ce but, ses collaborateurs et lui effectuèrent plusieurs missions d’études de l’organisation agricole en Malaisie, aux Indes néerlandaises, aux Philippines et au Japon, et s’inspirèrent du modèle colonial néerlandais composé d’instituts spécialisés, mais là encore consacrés uniquement aux principales cultures de rente (théier, hévéa, palmier à huile, canne à sucre…). Ils créèrent à Saigon deux organismes sous la tutelle de l’Inspection générale de l’agriculture, de l’élevage et des forêts, elle-même fondée en 1924 et dirigée par Henry : l’un polyvalent et consacré aux cultures autres que celle du riz en 1925, l’Institut de recherches agronomiques et forestières de l’Indochine ; et le second, spécialisé sur le riz en 1930, l’Office Indochinois du riz48. Celui-ci était placé sous la haute direction d’un Conseil d’administration composé en majeure partie de personnalités françaises, d’un Comité directeur technique regroupant les acteurs de la filière riz – cultivateurs, usiniers, commerçants, exportateurs, financiers – et avait un Comité consultatif dans chacun des « pays » de l’Union indochinoise. L’Office fut mené par un autre agronome énergique, Maurice de Visme49 et commença à vraiment fonctionner à partir de 1931.

Un programme rizicole régional jusqu’alors insignifiant

  • 50 1981,op. cit., p. 198-200.
  • 51 Cf. L. Hautefeuille (« Dix années d’expériences agricoles au Tonkin », Bulletin de l’Agence économ (...)

22Dès la fin du XIXe siècle, le riz avait certes fait l’objet d’un certain nombre d’essais culturaux et comparatifs de variétés en Indochine d’après André Angladette50, mais les modifications des structures de travail et la faiblesse des moyens constituaient parfois une gène quand elles n’entraînaient pas le brusque arrêt des projets en cours. Par exemple au Tonkin, trois stations expérimentales des Services agricoles furent créées en 1904 : à Phu-Thy (province de Hung-Yên) pour le Delta et à Thanh-Ba et à La-Pho (province de Phu-Tho) dans la Moyenne Région, la plus intéressante pour les planteurs européens qui pouvaient y trouver des terres disponibles. Dès 1910, elle furent supprimées et transformées en magnaneries dites de propagande, c’est-à-dire des fermes-pilotes d’élevage de vers à soie avec mûraies afin de vulgariser les techniques séricicoles nouvelles. Ce fut dans les stations de Tuyên-Quang et de Phu-Hô, établies en 1914 pour la première et en 1918 pour la seconde et toutes deux situées dans l’arrière-pays que, « faute de mieux », furent reprises des recherches rizicoles. « Pour résumer celles-ci, qu’elles portent sur l’étude des variétés, la sélection ou le triage des semences ou sur la fertilisation des rizières, un examen spécial est nécessaire. On y verra l’ampleur des problèmes posés et des résultats obtenus », écrivait Léon Haute-feuille quinze ans plus tard51. Le « faute de mieux » de l’auteur renvoyait au fait que l’institution de Phu-Hô devait être destinée à remplir en Indochine un rôle analogue à celui du jardin botanique de Buitenzorg aux Indes néerlandaises ; or, l’emplacement fut choisi sur une vaste étendue domaniale non exploitée et peu fertile sans consultation des principaux concernés à l’échelon local. L’expression doit aussi être comprise ici « en l’absence de stations situées dans le Delta ».

  • 52 Cf. P. Braemer, 1932, op. cit., p. 3-5.

23Comment exposer en termes plus diplomatiques qu’aucun programme d’envergure n’avait été sérieusement entrepris ! Cet observateur lucide qui poursuivait de surcroît des essais sur certaines plantes textiles à Lapho, semblait être parfaitement prévenu de la situation et se basait sur le bilan d’activité décennal dressé par le chef même de ces services. Et la situation devait aller en empirant puisque les effectifs des services régionaux furent réduits pour l’année budgétaire 1931 à seize fonctionnaires européens (dont quatre « techniciens de l’agriculture » présents) et dix-neuf agents locaux (dont un unique cadre supérieur). Ils comptaient pourtant en moyenne de 1921 à 1930 respectivement dix-sept expatriés (dont dix spécialistes) et trente-cinq autochtones (six du cadre supérieur, vingt-trois du cadre secondaire et les autres non techniciens)52.

  • 53 Terme d’époque encore en usage désignant tout produit d’origine naturelle, agricole ou industriell (...)
  • 54 Cité par L. Hautefeuille à la p. 411 de son article sur l’« Emploi des engrais au Japon et en Indo (...)
  • 55 Cf. L. Hautefeuille, 1932, op. cit., p. 410.
  • 56 « Autour de la riziculture indochinoise », Agronomie coloniale, 16 (110 à 112), p. 77.

24Dans le même sens, Breymann, dans une note sur l’emploi des « matières fertilisantes »53 au Tonkin rédigée pour le Congrès d’agriculture coloniale de Paris en 1918, écrivait : « Dans l’Inde anglaise, les mêmes expériences exécutées sur le terrain et appuyées sur les travaux de laboratoire avec une ampleur inconnue en Indochine furent commencées en 1903 ; elles durent encore et rien n’indique la lassitude ni l’hostilité narquoise qui n’eussent pas manqué de se manifester au Tonkin où la Chambre d’agriculture elle-même s’étonnait publiquement en constatant qu’après trois ans, c’est-à-dire non encore complètement outillées et installées, les stations expérimentales dont elle avait demandé la création n’eussent pas déjà modifié les conditions de l’agriculture locale »54. La recherche agronomique était atteinte de l’un des maux bien reconnus – mais aux leçons encore et toujours mal retenues–, de l’histoire des institutions scientifiques françaises : celui de la gestion de la recherche et des « ressources humaines » par leurs administrations comptables qui outrepassent donc leur autorité et leur compétence. Il faudrait préciser que l’usage des engrais commerciaux avait été jusque-là limité aux phosphates – sans doute parce qu’on en extrayait sur place – et que leur action sur le rendement avait été marquée, particulièrement parce que les alluvions deltaïques étaient extrêmement pauvres en P2O5. Mais, ce faisant, on avait laissé dans l’ombre la partie fondamentale du problème, en négligeant l’azote auquel toutes les céréales, y compris le riz, sont si sensibles, ainsi que l’usage combiné des éléments fertilisants, y compris la potasse55. Une première tentative de centralisation des travaux avait bien été tentée lors de la création du Laboratoire de génétique et de sélection du riz qui fut rattaché à l’Institut scientifique de l’Indochine à Saïgon – devenu l’Institut de recherches agronomiques – fondé en 1919 par Auguste Chevalier à la demande du gouverneur général Albert Sarraut. Cependant, les activités étaient surtout dévolues à la Cochinchine et au sud de l’Annam, régions de « grande culture » du riz destiné à l’exportation, par opposition à la riziculture paysanne du Tonkin. Or les riz indochinois avaient la réputation d’être de qualité généralement médiocre par rapport à ceux provenant de Birmanie et du Siam, les deux premiers pays exportateurs de l’époque, principaux concurrents de la colonie française. Ces riz étaient écoulés en majeure partie vers Hong Kong, par où ils entraient en Chine méridionale d’où ils étaient réexportés vers le Japon. Les prix, tant d’achat aux agriculteurs que de vente par les usiniers, étaient bas et, si l’administration s’employait à résoudre ce problème (par exemple, triage des grains, contrôle du conditionnement, essai de standardisation, recherche de débouchés nouveaux, « propagande » à tous les niveaux de la filière et vis-à-vis du grand public, etc.), les moyens mis à sa disposition étaient faibles et tant l’industrie privée que le commerce partageaient relativement peu cette volonté d’amélioration. Paul Vieillard expliquait par exemple lors de ses conférences à l’INAC en 1927 que de très importants chargements de riz d’Indochine étaient destinés à être usinés en Espagne pour entrer ensuite dans des mélanges de riz de consommation humaine et bénéficier de ce fait, en France ou ailleurs, de la prime accordée à la haute qualité des riz espagnols56. De fait, les riz livrés sur le marché métropolitain étaient surtout réservés à l’alimentation du bétail, donc en compétition avec les céréales dites secondaires (orge, maïs, avoine, seigle, etc.) ; ce débouché revêtait une grande importance économique, tant pour la France que pour la colonie – les provenances indochinoises représentaient presque toutes les importations françaises de riz–, ce qui compliquait la question plus encore.

  • 57 Opinion rapportée par A. Angladette, 1981, op. cit., p. 198 ; A. Chevalier parla même de « zizanie (...)
  • 58 Titre de l’ouvrage d’A Sarraut (Paris, Payot, 1923), alors ministre des Colonies.

25Dès 1928, le déclin des recherches rizicoles et leur manque de coordination étaient à tel point évidents qu’Yves Henry prononçait sur la fin prochaine de l’Institut scientifique un jugement sans appel, mais sans faire l’unanimité puisqu’Auguste Chevalier formulait que cet établissement avait « sensiblement dévié du but pour lequel il avait été créé »57 Il faut rappeler que ces deux figures centrales de la recherche agricole coloniale furent confrontées au même problème d’inefficacité des structures anciennes héritées du naturalisme et des principes de l’acclimatation biologique du XIXe siècle. Dans le même but de « mise en valeur des colonies françaises58 et également conscients de la rationalité des pratiques paysannes locales, Chevalier et Henry furent aussi à l’origine de deux modèles opposés d’organisation des services agricoles.

Une mission ambiguë…

  • 59 Documents de démographie & riziculture en Indochine par Y. Henry et M. de Visme (Hanoï, Imprimerie (...)
  • 60 Surtout l’œuvre de trois auteurs, C. Crevost, C. Lemarié et A. Pételot (les quatre premiers tomes (...)
  • 61 À la décharge de son auteur, notons qu’elle est immédiatement suivie de la question : « Mais comme (...)
  • 62 Cf. le préambule du Compte rendu des travaux 1928-1929. III. Essais d’engrais en rizière par Y. He (...)

26Alors que deux ouvrages de l’inspection générale de l’agriculture, de l’élevage et des forêts avait préalablement esquissé les caractères généraux de l’économie et de l’agriculture59 et que l’inventaire des ressources naturelles était en train de donner lieu à un monumental Catalogue des produits de l’Indochine60, peu d’enquêtes sur la culture du riz avaient été consacrées précisément à la plaine alluviale du Fleuve Rouge, donc encore moins une étude systématique de cette région naturelle caractéristique. Or et avant même d’avoir effectué un diagnostic de la situation agricole locale, sans même avoir établi ou vu établir une liste des problèmes à résoudre, fut-elle sommaire et incomplète, le remède d’amélioration était donc déjà connu, le thème prioritaire de recherche déjà sélectionné : l’application d’engrais ! Une affirmation péremptoire rencontrée au cours de nos lectures illustre parfaitement cet état de fait : « Quoi qu’il en soit, les terres du Tonkin sont pauvres et doivent être améliorées »61. Car, outre les phosphates moulus déjà mentionnés, on prévoyait aussi l’installation dans le Sud-Annam d’une usine de synthèse d’engrais azotés utilisant l’énergie hydroélectrique. Certaines sociétés françaises et leur bureau d’études, celui des Potasses d’Alsace par exemple, ne cachaient d’ailleurs pas leurs soucis scientifiques et commerciaux dans cette affaire puisqu’ils concoururent financièrement au lancement et à l’exécution des essais lors de la campagne de culture du riz du dixième mois au Tonkin en 1929 et à la réalisation de champs de démonstration établis en Cochinchine entre autres62.

  • 63 1932, op. cit., citation de la p. 20.
  • 64 Dans un article du Bulletin de l’Agence économique de l’Indochine (Nouvelle série, 5e année, n. 57 (...)
  • 65 Loc. cit.

27Les quelques expériences antérieures tendaient à démontrer que l’emploi d’engrais importés était rarement payant, tant en raison de leur prix élevé que de la faible valeur des riz. Par exemple, Paul Braemer concluait, en 1932 il est vrai, qu’« il convenait de remettre à plus tard les essais relatifs à leur emploi qui n’avaient pas d’intérêt pratique immédiat »63. Exactement à la même époque, Léon Haute-feuille posait explicitement la question : « Est-il utile d’insister davantage sur la nécessité d’obtenir plus de lumière concernant les engrais avant de prétendre en faire profiter les Annamites, lesquels ne peuvent ignorer que nos essais sur le terrain ont donné lieu à des résultats parfois déconcertants […] »64. Puis de continuer par des considérations qui restent hélas ! pertinentes de nos jours : « Il faut apprendre avant d’enseigner. Ce n’est pas de faire un pas vers le progrès que d’informer les cultivateurs indigènes qu’on détient les secrets d’une prospérité supplémentaire alors qu’on doit logiquement s’attendre à quelques déceptions. C’est retarder ce progrès en compromettant la confiance que l’Annamite pourra nous accorder quand le moment venu d’une connaissance sinon complète, du moins sûre, sera venu »65. Cependant, l’actualité pressante était bel et bien de déterminer les meilleures formules d’engrais chimiques produits par la colonie, d’apprécier les valeurs fertilisantes, comme on disait en ce temps-là, et d’en démontrer le bien-fondé pour les agriculteurs aussi !

  • 66 A Angladette, 1981, op. cit., p. 202.
  • 67 Cf. P. Carton, « La recherche scientifique appliquée à l’agriculture en Indochine », p. 415-424 in(...)

28Ce paradoxe, très réel quoique peu original a posteriori – une problématique de recherche faussée, des expérimentations en milieu réel décidées à l’avance–, semble compréhensible. Yves Henry dut se servir de la probabilité d’une généralisation à terme de l’utilisation des fertilisants chimiques et minéraux afin de montrer la pertinence de son programme d’intensification d’essais en rizières entrepris à la fois au Tonkin, en Annam et au Cambodge à partir de 1928 et 1929. C’était là un argument économique de poids dans le but de convaincre les autorités du gouvernement général d’amorcer sérieusement des recherches sur la riziculture paysanne. Signalons en outre que les autres réformes en cours n’eurent pas l’envergure initialement prévue – le second volet qui concernait la réorganisation des services agricoles locaux n’aboutit pas - car l’inspecteur général fut invité à renoncer à ses fonctions en 1933, « son influence et son autorité ayant gêné nombre de médiocres »66. L’inspection générale même fut dissoute en janvier 193467.

Une liberté chèrement gagnée

  • 68 René Dumont, citoyen de la planète Terre (coproduction FR3, B Baissat et La Lanterne, 1992).
  • 69 On retrouve une scène très semblable dans un album de Hergé, Le Lotus Bleu, sans doute l’un des ép (...)

29Une histoire rapportée dans Agronome de la faim et reprise dans le film récent de Bernard Baissat68 le marqua très fortement. Son prédécesseur cinglait de sa cravache les paysans qui ne s’écartaient pas assez vite devant leur voiture. Dumont, à la manière de Tintin69, lui saisit des mains l’instrument pour le jeter dans un étang au bord de la route. Interdit de tournée des stations d’expérimentation, sanction grave pour les fonctions qu’il exerçait, il dut les visiter clandestinement pendant quelque temps puis alla offrir sa démission au retour d’Yves Henry à Hanoï. Quelle déception, quelle ambiance et quel contexte de travail pour le jeune agronome qui n’a pas encore perdu toutes ses illusions ! Et une lettre de démission – la première – après seulement trois semaines en poste !

  • 70 Un numéro entier du Bulletin, intitulé Compte rendu des travaux 1928-1929. III. Essais d’engrais e (...)
  • 71 R. Dumont, mêmes sources qu’auparavant (communication personnelle, février 1994 ; Agronome de la f (...)

30L’inspecteur général lui donna au contraire plus d’autonomie professionnelle et René Dumont fit positivement les tâches prescrites sur les engrais. Il en rendit compte par écrit dans plusieurs publications, notamment dans le Bulletin économique de l’Indochine en 193070. Les agents locaux, s’ils ne montraient pas aux cultivateurs que l’épandage d’engrais était utile, étaient discrédités. « Ils eurent du mal à me croire quand je leur expliquai qu’il me fallait des résultats d’essais “réels”. Ça demande moins de mal de donner au “patron” les chiffres qui lui font plaisir », nous raconta le professeur Dumont71 Plus tard, ayant invité ses assistants dans un restaurant chinois, il leur posa la question : « Pour qui travaillez-vous ? ». Réponse à l’unisson : « Pour vous ! » Et lui de décrocher prophétiquement : « Non ! Pour votre pays… quand il sera indépendant ». Il n’est pas inutile de rappeler ces détails puisqu’en réalité et ici aussi, la scène pourrait se dérouler de nos jours lorsque les directeurs mésestiment les leçons de l’amont si les démonstrations sont en désaccord avec leurs conceptions, et lorsque les chercheurs s’engagent toujours plus loin par passion et par nécessité sur le terrain si les agriculteurs demandent à voir ou à savoir.

  • 72 L’OIR comprenait deux autres sections : celle du Sud-indochinois ayant son siège dans les Services (...)

31Au bout d’un an, on voulut l’affecter à la Station expérimentale et forestière de Phu-Hô. Il devait y être chargé d’un programme d’amélioration de la culture du caféier mais cette mutation ne lui plut guère alors qu’il estimait à peine commencer à comprendre ce qu’était le riz. Il prit à nouveau le risque de démissionner et Yves Henry lui confia la responsabilité de la nouvelle Section du Nord-indochinois de l’Office du riz72. René Dumont eut donc la chance de trouver très rapidement à Hanoï une section créée à point nommé. Il débuta de suite comme chef de service même s’il ne fut pas promu en deuxième classe alors que cela aurait dû normalement être le cas lors des nominations dans les services agricoles vers la fin de 1930. Paul Braemer présidait la commission qui s’opposa à cet avancement. L’inconvénient pour René Dumont fut de regagner la France en deuxième classe au lieu de la première sur le bateau. Une telle sanction ne pouvait que l’amuser.

  • 73 R. Jeannin (1905-1964) fut Inspecteur général de l’agriculture de la France d’outre-mer (FOM) et I (...)
  • 74 Voir en bibliographie les quatre articles que nous avons répertoriés (rédigés seul ou avec Trân Ph (...)
  • 75 A. Angladette fut Inspecteur général de recherches à l’ORSTOM (Office de la recherche scientifique (...)
  • 76 Y. Coyaud en 1950 (Saigon, Office indochinois du riz) et A. Angladette en 1966 (Paris, Maisonneuve (...)

32Le jeune agronome eut aussitôt dix-huit agents vietnamiens sous ses ordres, puis un ingénieur français, Robert Jeannin73. Celui-ci, diplômé de l’École nationale d’agriculture de Grignon (100e promotion en 1925) et condisciple de René Dumont à Nogent, fut chargé de l’étude et de l’amélioration de la charrue vietnamienne. Il seconda également René Dumont dans les essais d’engrais et mena des enquêtes sur l’azolle, plante aquatique fixatrice d’azote utilisée comme engrais vert et comme aliment pour les animaux et les poissons, ainsi que d’autres sur la colonisation des lais de mer, zones d’alluvions marines récentes74. Avec Robert Jeannin, André Angladette et Yves Coyaud, entrés tous deux à l’INA en 1925 (50e promotion) et inscrits à l’INAC en 1927-28, débarquèrent plus tard ; ils avaient effectué leur service militaire dans l’intervalle75. Angladette arriva à la fin du mois de novembre 1929 et fut chargé de l’organisation et de la direction de la Banque du crédit populaire agricole de Hadong jusqu’en 1931 – la mise en place d’un réseau de banques rurales sous l’égide de l’Office du crédit agricole à Saigon était un autre fer de lance des réformes d’Yves Henry. Coyaud fut affecté à l’Inspection générale de l’agriculture. Notons que par la suite les deux agronomes résidèrent longtemps au Vietnam où leurs activités étaient centrées sur la riziculture et qu’ils publièrent deux fameux ouvrages sous le même titre, Le riz76.

  • 77 « I saw the first day of Indo-China war, 6th of February 1930, and I was against war made by the F (...)

33C’est René Dumont qui alla accueillir Yves Coyaud à la gare de Hanoï en février 1930, le jour même de la révolte nationaliste de Yên-Bai dans la moyenne région en amont du Fleuve Rouge. Le professeur se remémore des jeunes gens qui, à Hanoï, lançaient par les fenêtres du commissariat de police des boîtes à sardines remplies de poudre… Et sans forcer le récit, il indique qu’eux se sentirent toujours en sécurité alors que les automitrailleuses de la garnison patrouillèrent toute la nuit et que les gendarmes, des paysans auvergnats recrutés par le gouverneur général Alexandre Varenne, étaient épouvantés ! Ce qui lui fit également dire lors d’une conférence réunissant différentes personnalités scientifiques mondiales en 1970 : « J’ai vu le premier jour de la guerre d’Indochine, le 6 février 1930, et j’étais contre la guerre faite par les Français ; je suis encore contre la guerre faite par des étrangers »77.

Le rejet des préjugés

34L’absence de (re)connaissances des conditions agronomiques et économiques locales constituait une anomalie même si, nous l’avons vu, elle avait été nettement provoquée par l’administration coloniale et les compagnies privées. C’est René Dumont qui entreprit volontairement de la corriger et de se livrer à cette minutieuse étude des savoirs autochtones justement si variés et difficiles à évaluer. Or, plutôt que de reconnaître cette insuffisance de données, la majorité des contemporains de l’époque coloniale ne témoigna, du moins au début, qu’un médiocre intérêt aux travaux du jeune Dumont, sinon une totale indifférence. On se complaisait à dénigrer les techniques « traditionnelles » et à entretenir les préjugés envers les paysans, attitude qui serait ridicule si elle n’était point héréditaire puisqu’on ne peut pas la considérer véritablement éradiquée chez certains responsables des instituts spécialisés et des nouveaux organismes de vulgarisation.

  • 78 Ancien élève de la 74e promotion de Grignon comme P. Braemer, J. Lan fut directeur de l’École supé (...)

35D’aucuns calquaient même leur cours de riziculture de l’INAC sur l’enseignement agronomique du blé de l’école de Grignon, une légèreté symbolisée par Lan, plus haut gradé de la Loge de Hanoï en 1929, que le professeur Dumont épingle dans la préface de cette édition78. Certes, il y avait aussi des cours d’agronomie tropicale à l’Agro et l’on ne pouvait tout y enseigner, de même que de nos jours nombre d’écoles agricoles dans les régions chaudes ont une révolution pédagogique de retard grâce aux programmes de « coopération » ou de « développement »… René Dumont, ayant lui-même reçu une formation très orientée par l’agriculture « moderne » ou « modèle » telles la céréali-culture du Bassin parisien et la production de primeurs de la vallée du Rhône, n’aura de cesse de combattre une telle situation propre à engendrer le mépris des paysans et la destruction de l’environnement.

  • 79 Les anciens de Grignon et des Écoles nationales d’agriculture (ΕΝΑ) étaient Ingénieurs agricoles p (...)
  • 80 Expression de R. Dumont (Agronome de la faim, p. 28).
  • 81 P. Braemer, « La culture du riz au Tonkin », Riz et riziculture, I (2), 1925, p. 113-126 (les deux (...)
  • 82 Nous plagions le titre de l’essai de R. Maspétiol, L’ordre éternel des champs (Paris, Librairie de (...)

36Ainsi s’ajoutait à une situation déjà particulièrement délicate sur la plan professionnel la confrontation entre générations elle-même activée, du moins avons-nous cru le comprendre, par des querelles d’écoles entre Paris et la proche campagne de Grignon. Yves Henry avait clairement signifié sa confiance à son fougueux cadet, bénéficiaire de fait de ses propres réformes, alors que les vénérables « Agris » représentants de Grignon79, proches héritiers de « l’agronome universel, celui des Maisons Rustiques du XVIIIe siècle »80, inclinaient naturellement à faire le procès des « méthodes de culture barbares » des « tribus clairsemées [… à la] civilisation encore rudimentaire »81 qui peuplaient la Haute Région du Tonkin. De la même manière, ils s’apitoyaient sur « les Annamites [de la Basse Région] plus intelligents, plus prolifiques et plus travailleurs » – du moins autant que le climat le permettait, s’entendait à l’époque – qui « pénètr[aient] peu à peu » la Moyenne Région « habitée par des populations stables, moyennement denses mais indolentes », non sans prévoir le cas échéant d’obliger les uns à faire ce qui était sensément pour leur bien ou à confisquer les terres des autres afin que les colons français les missent en culture « grâce à des efforts que l’on ne saurait trop admirer ». De tels aphorismes abondaient dans la littérature de l’époque et les plus « paresseux », les moins « vaillants » n’étaient réellement pas ceux qui étaient désignés par des témoins occidentaux imperturbables. Ces discours réducteurs et bornés sont sans doute faciles à dénoncer avec le recul du temps mais les administrations contemporaines – néo-coloniales, voire néo-colonialistes ? – n’ont guère cessé de nous fournir des exemples d’incompréhension souvent mutuelles et de visions simplificatrices de réalités historiques et sociales complexes. On imagine donc sans peine l’affrontement inévitable entre le jeune chercheur et les garants déjà âgés de l’Ordre éternel des rizières82, le choc frontal entre l’observateur critique arrivé depuis peu de France et les coloniaux fiers et sûrs de leur œuvre…

  • 83 « Indigène » est un terme maintenant désuet par lequel les contemporains de l’époque coloniale dés (...)

37C’est dans ce contexte de curiosité naturelle et de remise en cause de la tradition établie que René Dumont fit ses premières armes et qu’il eut dès lors à cœur de réhabiliter la culture indigène selon ses propres mots83. Et qui plus est, se heurtant peu après son arrivée au manque d’informations écrites et de statistiques fondamentales sur la riziculture tonkinoise, il décida rapidement de publier, un effort partagé par ses collègues et émules, nous le verrons dans la partie suivante. Que de défis effectivement relevés par « le jeune débutant très piaffant » !

  • 84 Communication personnelle de R. Dumont, février 1995.

38Il nous faut noter que celui-ci ne pensait alors pas à rédiger un livre, encore moins à soutenir une thèse puisque cela n’existait pas encore à l’époque dans un domaine si concret et matériel. En effet, naguère encore, l’agronomie n’était pas une activité reconnue par l’université et les plantes dites utiles, c’est-à-dire ayant un intérêt économique, étaient déconsidérées !84

Un travail acharné

  • 85 Citation de la p. 39. Dans sa conclusion, il estimait lui-même que La Culture du riz dans le Delta (...)
  • 86 Agronome de la faim, citation de la p. 38.

39La zone étudiée était immense mais constituait une unité de relief, de langage, de culture et de tradition : c’était l’ensemble du Delta du Fleuve Rouge et le Nord-Annam, soit un million d’hectares… « Quelle dérision ! Mais nous ne la ressentions pas comme telle » écrivit René Dumont dans Agronome de la faim85. Afin d’arriver à l’aube sur les stations d’essais et d’y travailler de 5 à 11 heures du matin quand il faisait encore bon, il devait partir vers 3 heures et rouler deux heures, parfois même attendre à l’étroite porte des villages à l’abri d’une muraille de bambous épineux. « A l’intérieur de l’enceinte, un sentier, recouvert de briques dans les villages riches, se glissait entre les maisons en torchis couvertes de chaumes, les étangs verts de plantes aquatiques (qui alimentaient les porcs), les arbres variés - bananiers, goyaviers, aréquiers, cocotiers, litchis… »86. Puis il rentrait chez lui vers 13 heures et faisait une bonne sieste avant de passer la fin de l’après-midi aux services agricoles.

  • 87 « [I]l m’a fallu beaucoup d’opiniâtreté pour rester pendant trois ans au même lieu et dans le même (...)
  • 88 Voir le texte de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin.

40A son travail long et intransigeant d’essais87 s’ajouta la collecte de données dans toute la région : il compara les pratiques culturales, analysa les aménagements hydrauliques, fit l’inventaire des variétés de riz. A Hanoï, puis en Europe, il chercha à compléter ses observations de terrain par des explications scientifiques (la méthode dite « des murets », le phénomène du « lúa von » ou maladie du sommet érigé, etc.88). Tout en restant prudent – « sous réserve de la confirmation expérimentale toujours indispensable », prévint-il les lecteurs en avertissement –, il tenta d’illustrer ses conseils d’amélioration par des réalisations concrètes existant déjà ou en cours d’expérimentation (charrue améliorée, instruments d’irrigation, etc.).

41René Dumont aime à rappeler trois grosses erreurs techniques qui firent la joie des paysans et qu’il relata indirectement dans ce livre : le toit d’un hangar pour stocker les semences et fertilisants nécessaires aux essais qu’il fit construire en plein champ avec des matériaux traditionnels mais qui fut emporté à la première bourrasque à l’inverse des maisons villageoises qui étaient bâties très proches les unes des autres et protégées par des haies touffues de bambous ; « ses » essais d’application de cyanamide calcique, un engrais composé azoté, qui brûlèrent les jeunes plants de riz ; enfin, le repiquage de variétés hâtives qui furent entièrement dévorées par les oiseaux. Et d’admettre, philosophe, énonçant presque un adage : « ce sont les novateurs qui pâtissent le plus ». Deux autres détails méritent d’être relevés d’autant plus qu’un riche propriétaire terrien vietnamien lui proposa d’y participer et qu’il refusa : l’achat de terres agricoles (prémices à la constitution de grands domaines dissimulée par des prête-noms sur les titres de propriété) et la pratique de l’usure en cascade (augmentation conjointe du nombre d’intermédiaires et du taux d’intérêt).

Des conditions favorables ?

  • 89 On disait alors la « Resuper » (il y en avait une par capitale régionale : Hanoï, Hué, Saigon, Phn (...)

42A nos questions sur ses méthodes d’enquête, le professeur Dumont nous a mentionné modestement qu’il ne connaissait que quelques mots de vietnamien, « suffisamment pour se faire comprendre du tireur de pousse-pousse ». Il avait bien tenté son apprentissage mais, à l’inverse des missionnaires qui y consacraient six mois, il dut travailler dès son arrivée. Durant les quelques cours du soir auxquels il a assisté à la résidence supérieure au Tonkin89, il s’endormait à 20 heures parce qu’il s’était levé tôt ! Et d’ajouter : « il fallait savoir chanter, pas comme moi ! ». Cependant, il n’eut jamais l’impression d’être abusé parce que ses assistants avaient compris qu’ils travaillaient pour eux. Ils étaient techniciens, la plupart sortis de l’École pratique d’agriculture de Tuyên-Quang adjointe à la station agronomique (soit deux années d’étude après le brevet), mais, nés de famille paysanne, ils connaissaient bien leur domaine et n’avaient pas l’arrogance ni le mépris qu’avaient et qu’ont souvent les « supérieurs » seulement hiérarchiques. Il n’en reste pas moins vrai que les postes administratifs, généralement mieux rétribués et plus honorifiques, étaient prisés. De plus, ce n’était pas tant la valeur absolue des données recueillies qui était importante que les ordres de grandeur et les évolutions (salaires, taux d’intérêts, partage de la récolte, etc.).

  • 90 L’un fut atteint d’une infection fatale après dix-huit mois de séjour, un autre périt dans les com (...)
  • 91 Cf. infra la note introductive à cet article. R. Dumont venait de publier un mois auparavant, en f (...)
  • 92 Cette information, confirmée par R. Dumont, nous a été communiquée par C. Bonneuil que nous remerc (...)
  • 93 De la 20e promotion en 1895. G. Condominas nous a appris que son neveu ou son frère cadet, connu p (...)

43Outre son salaire des services agricoles, René Dumont recevait également l’indemnité kilométrique habituelle pour se déplacer jusqu’aux parcelles d’essais. Et, sans vivre de manière Spartiate, il dépensait relativement peu et restait un peu marginal dans une société coloniale qu’il commençait déjà à connaître et à réprouver. Il refusa par exemple de se solidariser avec les fonctionnaires qui revendiquaient de plus larges privilèges. Avec un ami, ils faisaient partie des rares Français à résider dans le quartier des corporations, rue Feitshamel près de la Citadelle, où pour deux fois moins cher, ils disposaient d’une superficie égale à celle qu’on trouvait dans la ville « européenne ». Si un domestique les aidait, en revanche, ils n’avaient pas une panoplie complète de bouteilles d’apéritifs importées de « métropole » et servies par deux boys endimanchés… A l’occasion, ils sortaient une bouteille de bon vin – jamais d’apéritif même encore actuellement – et mangeaient des bananes frites au beurre. René Dumont souligne enfin qu’il était « deltaïque » et n’eut donc heureusement pas à souffrir du mortel paludisme marteau qui ravageait la haute région. Nonobstant, les conditions étaient précaires puisque trois parmi ses douze collègues ne revinrent pas90. Du point de vue scientifique, il débuta très rapidement, dès 1930, sa production écrite par six articles au moins, tous parus dans le Bulletin économique de l’Indochine. Aux cinquante pages des « Essais d’engrais au Tonkin » déjà citées, il convient d’ajouter sa toute première publication à caractère appliqué et que nous avons reproduite en annexe 1 de cet ouvrage91. Il collabora également, vers le milieu de l’année 1931, à L’Annam nouveau afin de vulgariser les avantages de la crotalaire, de l’azolle et de la charrue améliorée. Cette revue bihebdomadaire venait d’être fondée en janvier de la même année par des réformistes vietnamiens et, même si son équipe éditoriale avait de bonnes relations avec les autorités françaises et si ses lecteurs n’étaient nullement catalogués de révolutionnaires, cela ne concourut pas à tempérer les relations houleuses qu’il entretenait avec son chef de service92. Nous pourrions émettre l’hypothèse que, tout en évitant de fréquenter le microcosme que constituait la société coloniale, le jeune agronome ne se tint pas à l’écart de son milieu scientifique. Laisser supposer qu’il en fut imprégné, même partiellement, serait cependant osé. Il avait de bons contacts tant avec les notables locaux que les techniciens et les paysans, et il n’omit pas de consulter – et de citer – les travaux de Bui Quang Chiêu, premier diplômé « annamite » de la rue Claude-Bernard93.

Une démission irrévocable

44Ainsi que René Dumont le rappelle dans sa nouvelle préface, c’est à cause de l’oppression coloniale qu’il quitta tristement le Tonkin. Après qu’un sous-officier aviateur lui eut confié son déshonneur d’avoir dû mitrailler une colonne de paysans désarmés, il fut une dernière fois prêt à démissionner immédiatement mais préféra demeurer plusieurs mois supplémentaires en prévision d’un voyage dans le sud de la Chine prévu de longue date. Sa conscience et son caractère entier eurent tout de même raison de sa patience puisqu’il ne termina pas ses trois années normales de « coloniale » et partit avant la fin du contrat. La troisième fois fut pour ainsi dire la bonne. Son médecin lui avait accessoirement conseillé le départ mais il est bien évident que s’il avait voulu rester, un repos ou un séjour en France de quelques mois lui aurait permis de continuer ses activités dans les régions tropicales.

  • 94 R. Dumont, communication personnelle, février 1994 et Agronome de la faim, p. 42-45 ; J.-P. Besset (...)
  • 95 Agronome de la faim, p. 51-53 et communications personnelles, février 1994 et mars 1995.

45Il fit sa tournée dans l’Empire céleste en janvier 1932 au départ de Haïphong avec l’intention d’enquêter rapidement sur les techniques autochtones. Il avait déjà consacré le mois de ses toutes premières vacances en juillet 1929 à une visite du Yunnan, un voyage touristique qu’il regretta amèrement par la suite de n’avoir pas employé à une étude plus approfondie que la simple observation visuelle des villages traversés en train94. A Canton, le consul général de France auprès de qui il insistait pour aller dans un village l’avisa de solliciter l’aide de l’évêque qui était français. A l’époque, un Occidental qui s’aventurait seul hors des remparts de la ville était alors suspect et courait des risques. Le religieux consentit à lui assigner pour une demi-journée un catéchiste chinois qui pouvait l’introduire auprès des paysans. Il lui expliqua en latin ce que l’agronome désirait voir : les cultivateurs, le travail à la ferme et les instruments agricoles. Ils purent sortir jusqu’au village le plus proche et, au retour, le catéchiste exprima, toujours en latin, à l’évêque qui le traduisit en français pour René Dumont, ce que les vieux paysans avaient dit. L’une de leurs phrases que le professeur retient encore fut : « Il n’y a plus d’espoir dans le métier d’agriculteur ». Rente foncière et usure les ruinaient déjà… Là encore, l’énergie dépensée et la verve afin de convaincre le diplomate et le prélat de le laisser entrevoir la campagne, révélaient la résolution et l’insatiable curiosité de l’agronome dès qu’il s’agissait de se renseigner sur les agricultures autochtones. Sa ténacité fut pourtant fort mal récompensée puisqu’il ne lui fut pas possible de dialoguer avec les paysans et qu’il ne rapporta que quelques dessins et photographies de herses et de charrues notamment95.

Un retour difficile

46Au cours du voyage de retour sur la France, les époux Dumont firent escale à Colombo (Sri Lanka, alors Ceylan), gagnèrent le sud de l’Inde afin de visiter la station de recherche de Coimbatore puis, en février 1932, reprirent le bateau à Madras pour Marseille. Dès leur arrivée en France, ils s’installèrent à Montargis où ils purent jouir quelque temps de leur indépendance grâce aux économies réalisées en Indochine. René Dumont décida de mettre rapidement de l’ordre dans ses centaines de pages de notes disparates. Mais il était dans un tel état d’épuisement qu’une fois la lecture des documents entamée, il n’était plus capable d’écrire efficacement. Il estime qu’il mit cinq années d’une stricte discipline de vie à surmonter totalement les longues périodes de surmenage vécues autour de Hanoï.

  • 96 Respectivement dans Riz et riziculture, « Étude comparée de la riziculture dans le Piémont (Région (...)
  • 97 La bibliographie de La Culture du riz en contient deux (par P. Poli d’une part, et par N. Novello (...)
  • 98 La traduction de l’article de G. Sampietro fut publié dans les « extraits et analyses » de Riz et (...)

47Il chercha pour lors à compléter ses données par des recherches bibliographiques et par des visites en Italie à la Station expérimentale de riziculture de Vercelli puis aux Pays-Bas à Wageningen, chez « leurs maîtres en cultures tropicales » selon sa propre formule. Ces voyages furent mieux organisés et pleinement bénéfiques au point de vue scientifique. Ils débouchèrent de surcroît sur deux publications : une note sur la culture du riz dans le nord de l’Italie et un compte rendu de visite et d’analyse bibliographique des travaux écrits dans les pays visités96. Il entreprit également la traduction de certains textes sur la riziculture qu’il jugeait indispensables de posséder : par exemple, en novembre 1932 à son retour d’Italie, d’abord avec un épicier à Cannes puis seul, un manuel de riziculture97 dont il envoya le manuscrit à ses anciens collègues à Hanoï, ou encore un article de Giovanni Sampietro sur « Les repiqueuses à riz »98.

  • 99 Agronome de la faim, citation de la p. 91.

48Ce n’est qu’aux premiers mois de 1933, une année après son retour, qu’il s’attela enfin à la rédaction de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin. Il y consacra tous ses temps libres de l’année et ceux du début de l’année suivante. En octobre 1933, il fut reçu à l’IΝΑ à titre provisoire - et sans concurrent aime-t-il à préciser invariablement-, Chef de travaux des chaires d’agriculture d’une part et d’agriculture comparée d’autre part. Alors que la seconde position était bien celle qu’il recherchait même si « la chaire d’agriculture comparée avait été déclassée en chaire mineure à vacation, dont le titulaire devait avoir une autre fonction »99, le titulaire de la première était assuré d’un complément de ressources très substantiel puisqu’il était de tradition qu’il administrât les domaines de la famille de Monaco. Cette démarche ne fut pas faite en faveur de René Dumont. Était-ce encore dû à la méfiance atavique de l’intendance à son égard ? Toujours est-il qu’il n’eut pas connaissance d’opposition à sa nomination à titre définitif lorsqu’il repassa le concours un peu plus d’un an après. La rédaction du livre avait été terminée entre-temps, en juin 1934 précisément.

Un ouvrage de référence

  • 100 Op. cit., p. 34.

49La Culture du riz dans le Delta du Tonkin est agréable à lire grâce à un plan clair, des phrases bien construites, des proverbes instructifs des certitudes paysannes établies et des illustrations de qualité. Ce fut à sa mère que le jeune agronome confia la relecture du manuscrit et il tint volontiers compte des corrections si nous en croyons Jean-Paul Besset100. Le style en est généralement nuancé avec cependant quelques traits effilés : l’épithète de « rapaces » à propos des intermédiaires entre le propriétaire et ses fermiers ou métayers, « le règne actuel des absurdités et des contradictions économiques », « l’hérésie économique » lorsque les graines de soja – pas même la plante en entier ! – servent de biofertilisants puis la « barbarie » lorsqu’on y ajoute de la cendre pour que les employés ne puissent pas s’en nourrir.

  • 101 Plus de 300 variétés à l’époque, quelle uniformité sans doute aujourd’hui ! P. Vieillard (op. cit. (...)
  • 102 La vente est faite sous condition de rachat dans un délai déterminé ; l’usufruit passe à l’acheteu (...)
  • 103 « Race » est souvent employée ; nous dirions maintenant « variété » ou « cultivar ». De même, « pa (...)
  • 104 Terme emprunté de l’anglais équivalent à « généalogique » dans le domaine biologique (l’orthograph (...)

50De nombreuses descriptions peuvent être utilisées comme points de repère sûrs et précis : les variétés101 et les durées de cycle de riz, les modalités de préparation du sol, les types de fumures minérale et organique, les instruments agricoles et d’élévation de l’eau, les systèmes de partage de la récolte… L’auteur émaille son texte de références fort éclairantes sur les pratiques agricoles et les valeurs généralement admises en Europe, aux États-Unis, au Japon, à java, en Inde, à Ceylan… Pour plusieurs termes employés, d’intéressantes définitions sont tentées ou de claires explications données : agriculture, vente de terres à réméré102, fermage et métayage, variété cultural103, sélections massale et pedigree104, aménagement hydraulique. Le nombre assez grand de notes de bas de page révèle le style encore précautionneux du jeune agronome.

  • 105 Le padi est le riz non décortiqué ; nous avons préféré la transcription malaise de plus en plus re (...)

51Bien sûr, il y a certains traits d’une époque révolue dans les faits si ce n’est dans les mentalités : les paysans « imbus de superstitions et de routines », leur « manque d’esprit de mutualité », ou la réflexion sur les croyances qui détournent l’attention des moyens de lutte contre les insectes. Mais ils sont vite corrigés par la compréhension des plus pauvres (par exemple, « Nous estimons qu’ils [les Annamites] sont assez souvent malheureux pour qu’on les excuse de dépenser sans compter en ces occasions traditionnelles ») ou par la générosité habituelle de l’auteur (« même si l’on ne pouvait exporter l’excédent de production [de padi] […], au moins ces gens mangeraient-ils à leur faim »105). Ce sont même parfois ses propres idées fausses qui sont admises, telles à propos de la culture de la crotalaire : « le paysan tonkinois a l’esprit averti et […] il adopte volontiers une pratique nouvelle quand il en a compris les avantages » et « nous l’estimions plus routinier qu’il n’est en réalité ».

  • 106 Thèse principale soutenue en décembre 1936 à la faculté des Lettres de l’université de Paris, l’ét (...)
  • 107 Les références complètes sont disponibles plus loin dans le volume.
  • 108 Elles ont été poursuivies pendant huit ans de 1927 à 1935 d’après C. Robequain (Compte rendu de l’ (...)
  • 109 Communication personnelle de G. Condominas, janvier 1995.

52De fait, il y a très peu d’œuvres maîtresses sur la riziculture inondée ou irriguée en Asie du Sud-Est : celle de René Dumont et Les Paysans du Delta tonkinois. Étude de géographie humaine de Pierre Gourou106. Cette relative vacuité est tout autant remarquable si on la rapporte aux « classiques » consacrés à la riziculture sur essarts de Karl G. Izikowitz en 1951 (Lamet, hill peasants in French Indochina), de John D. Freeman en 1955 (Iban Agriculture…), de Harold C. Conklin en 1957 (Hanunóo agriculture… ), de Georges Condominas en 1957 (Nous avons mangé la forêt de la Pierre-Génie Gôo…), de Joseph E. Spencer en 1966 (Shifting cultivation in Southeastern Asia) et de Michael R. Dove en 1985 (Swidden agriculture in Indonesia…)107. Les œuvres de Gourou et de Dumont sont toutes deux issues d’un long et méticuleux travail de terrain réalisé à la même époque. De titres proches, ce sont leurs sous-titres qui non seulement les distinguent bien, mais mieux encore les définissent : le géographe a réuni un nombre colossal de données collectées dans tous les domaines de la vie rurale incluant les industries villageoises, tandis que l’agronome a limité ses investigations à l’agriculture mais en dégage des conseils d’amélioration. Ces deux futures personnalités scientifiques, aux regards et aux méthodes d’investigation très différents mais complémentaires, se connaissaient de nom mais n’ont pas coopéré. Il est vrai que les moyens de travail du futur maître au Collège de France étaient sensiblement plus modestes et ses recherches plus longues et marginales encore108. Pierre Gourou n’était alors que professeur d’histoire et de géographie au Lycée Sarraut à Hanoï et a enquêté systématiquement dans une multitude de villages et de hameaux du bas Tonkin, parcourant la contrée à bicyclette109.

  • 110 Cf. « Ethno-agronomie ou agro-ethnologie ? Réflexions sur une enquête dans les plantations village (...)

53La Culture du riz dans le Delta du Tonkin est donc une monographie de référence pour les agronomes, les ethnologues, les géographes, les économistes et les sociologues qui travaillent dans la région du Sud-Est asiatique. C’est une approche « ethno-agronomique » avant la lettre des écosystèmes cultivés. Par ce néologisme forgé par nos collègues ethnologues Pierre Le Roux et Jacques Ivanoff, nous voulons signifier une agronomie exigeante, attentive aux sciences de l’homme, utilisant les outils de l’agro-économie et de l’ethnologie, au carrefour de l’histoire, de l’économie, de la sociologie, des sciences politiques, et bien sûr étroitement en contact avec la connaissance des techniques110. René Dumont expose et analyse les réponses diversifiées élaborées par les agriculteurs selon les contraintes des milieux agro-écologiques et les conditions socio-économiques. En cela, son livre est une référence pour les « développeurs » aussi.

Une recherche moderne et novatrice

  • 111 Un néologisme que R. Dumont inventa à ses débuts d’enseignant pour définir l’agriculture et qui es (...)
  • 112 Cependant, une meilleure protection apparaîtra bientôt grâce aux pesticides... R. Dumont n’évoque (...)
  • 113 L’Institut international de recherche sur le riz à Los Baños aux Philippines.
  • 114 Nous remercions S. Veillet pour ses suggestions écrites reprises dans ce paragraphe.

54Certains thèmes, éminemment précurseurs dans les années 1930, sont parfaitement entrevus et sont suivis de recommandations pratiques d’amélioration qui conservent encore une très grande modernité de nos jours : la nécessité d’une adéquation entre l’amélioration végétale et celle des conditions de culture (contrôle de l’eau, utilisation d’intrants…), le rôle de l’élevage dans la traction et la production de fumier, les problèmes engendrés par « l’artificialisation du milieu »111 et la spécialisation des variétés et leur homogénéisation112, la notion même de risques de culture, la reproduction du polymorphisme par la conservation des ressources génétiques, la typologie concrète des agriculteurs en fonction de leur situation « socio-économique » – adjectif qui n’existait certainement pas encore… Par sa suggestion de sélectionner les populations ou les variétés de riz répondant mieux aux engrais afin d’augmenter les rendements, René Dumont pose les bases de la « Révolution verte », qui n’est, en fait, rien d’autre que la modernisation de l’agriculture qui était enseignée à l’INA dans les années 1920 et qu’abordait la France rurale entre les deux guerres et les régions tropicales ultérieurement. Ce ne sera pourtant que trente ans plus tard que l’IRRI113 obtiendra ses premières variétés répondant très bien à la fumure azotée. De plus, si les méthodes de sélection se sont diversifiées, la création de variétés de riz fait encore essentiellement appel à la sélection généalogique de nos jours, et le chercheur de 1935 avait bien senti cela114.

  • 115 Il a également écrit dans son avant propos à l’ouvrage en hommage à C. Reboul : « J’ai éprouvé qu’ (...)
  • 116 Nous faisons ici un distinguo avec socio-économique (cf. par exemple, le numéro sur « La socio-éco (...)
  • 117 Par exemple, « Aucun progrès sensible ne pourra être réalisé tant que le delta portera un excès de (...)

55Deux analyses sont impressionnantes par leur qualité et leur longueur : l’« Étude du milieu économique » au chapitre III et celle des « Fumure et engrais verts » au chapitre XI. La première étude offre un témoignage diachronique substantiel puisque, l’effondrement des cours du padi à la suite de la grande crise économique de 1929 entraîna l’augmentation des besoins monétaires et la généralisation de l’usure dans les villages. Cette recherche découle de l’intérêt personnel que René Dumont conservera tout au long de son enseignement « d’agro-économiste », un terme qu’il s’attribue ordinairement afin de souligner la grande importance qu’il attache pour un agronome d’être informé de l’économie, selon ses propres mots115. Après avoir dressé l’inventaire des contraintes techniques, il dépeint les difficultés micro-économiques, c’est-à-dire au niveau de l’exploitation agricole, une démarche neuve et annonciatrice des méthodes contemporaines agro-économiques116 de recherche-développement. Il prend également en considération un second degré d’analyse, le niveau macroéconomique ou régional, dont il admet le caractère primordial117. Il en déduit des propositions audacieuses et courageuses dans le contexte colonial afin, d’une part, d’inciter à un usage plus efficace des terres et une meilleure répartition des revenus et, d’autre part, d’éviter les effets de l’endettement et de l’usure : graduation des taux d’imposition foncière en fonction de l’utilisation du sol, échelonnement de la perception des impôts, meilleure organisation du crédit agricole populaire, consentement de prêts en vue des avances aux cultures ou du défrichement de nouvelles terres…

  • 118 Cf. également les deux articles de Nguyên Van Mau et R. Dumont parus dans Riz et riziculture en 19 (...)

56La seconde étude sur les amendements, brillant résultat de sa mission officielle, est d’une valeur remarquable et atteste de grandes connaissances pratiques. Le chapitre, sur la même structure que le reste du livre, commence par la description des techniques autochtones, suivie de leur évaluation scientifique puis complétée par des recommandations particulièrement consistantes. Les douze pages consacrées à la crotalaire striée en fournissent encore un excellent exemple118. L’abondance de détails pourrait apparaître obsessionnelle dénotant une idée fixe si nous manquions de la replacer dans le double contexte de l’époque et du sujet : elle vise à la compréhension du rôle exact de la fumure au cours du cycle de la production et à la démonstration de son rôle capital dans la reproduction de la fertilité des sols. Nous retenons à ce sujet un excellent proverbe, assurance, s’il en fallait une, du lien parfaitement perçu et codifié par la coutume entre les domaines agronomique et économique : « placer à intérêt ne vaut pas mieux que fumer ses rizières ».

Des enquêtes bibliographiques complémentaires

  • 119 Cf. également son article déjà cité paru dans la Revue internationale d’agriculture (mai 1933).

57Ainsi qu’il l’a écrit dans son avertissement, René Dumont a « naturellement dépouillé l’essentiel de la littérature rizicole étrangère »119 et a adjoint à son expérience tonkinoise plusieurs voyages d’études dans le sud de la Chine et de l’Inde, à Sri Lanka, en Italie et aux Pays-Bas. En tentant de compléter systématiquement les intitulés des références bibliographiques qui manquaient de précision, nous avons pu constater que les informations fournies dans la première édition n’étaient généralement pas des approximations. Les rares erreurs concernaient d’abord la typographie ou l’ordre des noms des auteurs étrangers. En outre, la faiblesse des indications ou leur flou subordonné à l’époque n’empêchait d’ailleurs pas de repérer les documents ou les passages auxquels il était fait allusion.

  • 120 Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, XV (6), avril 1935, p. 283-284, 1935, cit (...)
  • 121 Le fondateur du Laboratoire d’ethnobotanique fut « Explorateur, Géographe, Naturaliste, Agronome » (...)
  • 122 De nombreux articles sont parus dans la Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale qu (...)
  • 123 G. Capus (1857-1931), docteur ès sciences, accomplit de nombreuses explorations en Europe et surto (...)
  • 124 Il s’agit des Riz d’Indochine (Paris, Armand Colin, 1918) et de « Production et amélioration des r (...)

58Attardons-nous ici sur la seule et unique critique contemporaine qui nous avait semblé mériter l’attention, du moins en apparence. La « seule réserve » de Georges Wéry concernait la position anti-nataliste préconisée par René Dumont – on remarquera que l’ancien directeur catholique de l’INA n’en prononça pas même le nom ; celui-ci y a fait allusion dans sa nouvelle préface, nous n’y revenons donc pas. Selon Auguste Chevalier120, « Le livre de M. Dumont nous renseigne sur ce qui a été fait depuis la venue de M. Y. Henry en Indochine, mais ce n’est certes pas depuis ce temps que l’étude de la riziculture est placée au premier plan des préoccupations du Gouvernement de l’Indochine comme semble le croire l’Auteur ». Chevalier, était alors professeur au Muséum national d’histoire naturelle depuis 1929121 et avait publié des articles généraux et spécifiques sur le riz à maintes reprises122 ; il cita, au sujet de ce qu’il qualifiait lui-même de « mise au point historique », deux auteurs, Guillaume Capus que Dumont eut comme professeur à l’Institut national d’agronomie coloniale en 1927123 et Bui Quang Chiêu dont nous avons déjà noté qu’il avait été fait référence dans La Culture du riz dans le Delta du Tonkin. Or, à la lecture de certains écrits de ces deux scientifiques124, nous avons pris conscience encore plus pleinement de la somme considérable de données amassées par René Dumont. La « Notice provisoire » était assurément un bon texte introductif à la situation régionale. Plusieurs proverbes vietnamiens y sont consignés – un parallèle tout à fait saisissant avec les sources de René Dumont –, et les indications bibliographiques sont dignes d’intérêt même si elles étaient déjà anciennes par rapport à l’ouvrage de 1935. Mais ce feuillet n’apporte pas d’éléments supplémentaires ni ne saurait rivaliser avec la synthèse de René Dumont. En outre et en revanche, nous a précisé celui-ci, les principaux travaux de Capus et de Bui Quang Chiêu concernaient surtout la Cochinchine, donc la région de « grande culture » du riz destiné à l’exportation, par opposition à la riziculture paysanne du Tonkin.

  • 125 Du titre d’une thèse en géographie par S. Schilizzi, L’énergie dans les systèmes de production. Ré (...)

59En ce qui nous concerne, et ne souffrons point de l’avouer, nous avons regretté l’absence d’un rappel historique général : par exemple, l’évolution territoriale du royaume viet (l’empereur Gia Long, fondateur de la dynastie Nguyên et unificateur du Vietnam, est nommé sans commentaire), les différentes phases de la politique coloniale française, du temps des « expéditions » à la création de l’Union indochinoise… Ou encore une introduction historique à l’échelle régionale : par exemple, au sujet du peuplement humain du Tonkin en fonction des grandes zones agro-écologiques, de la progression de la frontière agricole, de la répartition des terres publiques et privées, de la construction des digues et de la maîtrise progressive des eaux du Fleuve Rouge, de l’organisation sociale et des rapports qui ont orienté ou dominé l’agriculture… Nous pensons que l’auteur avait les connaissances suffisantes et un regard original pour présenter, même succinctement et schématiquement, ses hypothèses sur la mise en valeur du milieu et l’évolution de ce qu’il conviendrait d’appeler de nos jours le système agraire, une notion formalisée par Marcel Mazoyer, l’élève et le successeur de Dumont à la chaire de développement agricole de l’IΝΑ P-G. A sa décharge, les sources historiques, plutôt nombreuses dans un pays comme le Vietnam (archives impériales, documents officiels, correspondances…), n’étaient probablement pas disponibles ou étaient certainement peu prisées du personnel français des services agricoles. Enfin et surtout, il pourrait être parfaitement pertinent de reconnaître que la véritable « substance agronomique » du livre ne nécessitait pas un traitement nourri et inédit de l’histoire économique et sociale « rubifluvienne »125.

Une réflexion responsable

  • 126 Par exemple, son classement des rizières en fonction de leur fréquence d’utilisation ou ses remarq (...)
  • 127 M. Mauss, fondateur de l’ethnologie française, enseigna à l’École pratique des hautes études, au C (...)
  • 128 Ethnobotaniste et linguiste de formation agronomique (de la 54e promotion de l’IΝΑ en 1929), A.-G. (...)

60L’ouvrage technique du jeune agronome est aussi une œuvre de réflexion et d’ouverture. Nous n’y trouvons pas de dogmatisme intransigeant ni dans une direction, celle du panégyrique des usages agricoles paysans, ni dans l’autre, la confiance aveugle dans les progrès techniques à adopter. René Dumont chercha d’abord à confirmer ses observations à diverses sources, en profitant d’ailleurs pour augmenter la précision. Il tenta ensuite de les expliquer à l’éclairage des connaissances contemporaines, si besoin est en enquêtant sur les phytotechnies à l’étranger ou en se documentant sur les travaux agronomiques les plus avancés, indiens, russes et italiens notamment. Par conséquent, il participa aux progrès scientifiques en proposant des éléments de réflexion nouveaux, en critiquant les classifications établies126, ou encore en tentant de rattraper son retard et de s’initier aux disciplines – relativement nouvelles en France et en plein développement à l’étranger – qu’il estimait lui faire défaut, notamment la pédologie, la génétique et les statistiques. Rappelons par exemple le séjour qu’André-Georges Haudricourt, sur les conseils de Marcel Mauss127 et d’Auguste Chevalier, effectua chez Nikolaj Ivanovic Vavilov en 1934128. En pédologie également, c’était un fait que l’école russe était plus avancée dans les années 1920 et 1930. Sans de telles bases, il n’était guère étonnant que certains contemporains, particulièrement ceux d’outre-mer, ne pussent entreprendre de programmes d’expérimentations véritablement scientifiques.

  • 129 Cf. l’épisode des droits de douane informels à son débarquement à Marseille en 1932 (Agronome de l (...)

61René Dumont ne se leurra pas sur les possibilités d’adoption des progrès techniques et remarqua le rôle social des « gros propriétaires ». Il eut clairement conscience des effets négatifs à long terme de la fiscalité excessive, de la rente foncière élevée et de l’usure. Il envisagea des moyens simples, mais qui auraient pu être efficaces, pour lutter contre la paupérisation accélérée des paysans. La liaison entre notabilité, mandarinat et richesse foncière fut aperçue, de même que furent bien ressentis certains dysfonctionnements de l’économie officielle au bénéfice du privé ne se rencontrant d’ailleurs pas qu’en Indochine129.

  • 130 Partie du sous-titre de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin que nous soulignons délibérément
  • 131 Ce fut lors de ce voyage en Indochine et au Siam du 16 octobre au 16 novembre que le ministre inau (...)

62A partir de son jugement technique, diagnostic de la situation et propositions d’amélioration130, et une fois l’expérience décantée pendant presque deux années en France, René Dumont bâtit ici ses premiers arguments contre le système économique dominant. Dans ce sens, l’épreuve coloniale est complète : le professeur Dumont a tenu à rapporter dans sa nouvelle préface quelle fut l’attitude du directeur de la Société française des distilleries de l’Indochine et comment il prit rapidement conscience de l’origine des revenus gouvernementaux grâce au monopole de l’État sur la vente de l’alcool et de l’opium – il aurait également pu dénoncer celui sur le commerce du sel assorti d’un impôt plus abusif encore puisqu’il touchait une denrée indispensable à un taux très élevé. Pareillement, il aurait pu citer l’anecdote de la petite fille qui jouait du violon à une corde sur le bac où il embarquait à l’aurore pour rejoindre Thai-Binh et à qui il donnait une pièce de monnaie de valeur cachée sous une sapèque, le centime indochinois, pour éviter qu’elle se la fît confisquer par ses « protecteurs »… Ou encore l’épisode de la journaliste Andrée Viollis qui accompagnait à Hanoï en 1931 Paul Reynaud, ministre des Colonies, en visite en Extrême-Orient : bien qu’on cherchât à lui dissimuler la méthode dont la révolte de Vinh fut matée et la famine qui s’en suivit, elle s’en rendit compte ; l’article qu’elle écrivit – « Indochine, S.O.S. », d’ailleurs l’un des premiers qui alerta l’opinion publique française–, fut retardé de dix-huit mois à la demande du ministre qui lui promit de remédier au plus vite à la situation131

  • 132 Cf. Agronome de la faim, p. 64-67 et Mes Combats, p. 107-108.
  • 133 Cf. « A propos de la conférence Robin », Cahiers des Ingénieurs agronomes, Petite série, 7e année, (...)

63Un autre événement mais postérieur à « son terrain », en février 1934 précisément, a également pesé lourd dans la direction de la carrière de René Dumont. Afin de pallier le problème de la diminution du prix des céréales secondaires, la puissante Association générale des producteurs de blé (AGPB) offrit d’acheter chaque année cinq millions de quintaux de padi en Cochinchine pour les noyer au large de la capitale du riz indochinois. Le sang du jeune chef de travaux de l’Agro se glaça. Cette suggestion était la négation même de ses activités au Tonkin, la condamnation de toute augmentation de la production agricole et du métier d’agronome, toute sa raison d’être. Il demanda au Bulletin des ingénieurs agronomes, organe officiel de l’association des anciens élèves, de publier sa protestation mais son propre directeur à l’INA se garda bien de l’encourager. Si la question d’honneur était réglée, la réflexion était franchement esquissée : la nécessité pour un technicien de l’agriculture de mieux comprendre les mécanismes économiques, politiques et sociaux afin de répartir plus équitablement les fruits du progrès132. Et l’agronome conseiller de l’AGPB inventeur de cette hypothèse de « noyade du riz », Pierre Hallé, tint par la suite toujours compte de la réaction de son collègue en proposant, au lieu de la destruction, la « subvention à la consommation locale »133.

  • 134 Cf. aussi l’avant-propos des Voyages en France d’un agronome (Paris, Librairie de Médicis, 1951, n (...)

64Enduré et encaissé, le choc émotionnel tonkinois fit donc place à une réflexion indépendante sur l’agriculture tropicale et un engagement moral afin de porter plus d’attention et de trouver des remèdes aux problèmes des régions pauvres, des paysans moins instruits, des petites tenures, etc.134 Le scientifique devint ouvertement critique mais avant tout conscient, vraisemblablement de façon encore empirique, du rôle périphérique imposé par la France à ses dépendances. Cette lucidité et cette résistance furent valeureuses et prémonitoires à une époque où les colonisateurs, colons sur place et « colonistes » en France, évitèrent soigneusement toute remise en cause et usèrent de la science pour justifier et appuyer leur exploitation souvent violente, parfois lente et progressive, mais toujours sentencieuse.

  • 135 Entre science et empire, entre botanique et agronomie : Auguste Chevalier, savant colonial, 1994, (...)
  • 136 Par exemple, C. Robequain, dans sa conclusion du Thanh Hoá. Étude géographique d’une province anna (...)

65Sans hypocrisie, René Dumont commença à démontrer aux scientifiques, aux « développeurs », agronomes, botanistes et géographes à leur tête, leur lourde responsabilité dans cette situation et, en tant que tel, ne s’exclut jamais de son raisonnement. Auguste Chevalier serait un exemple distingué de cette inconscience volontaire, d’après Christophe Bonneuil, qui conclut son article : « Savant colonial pétri de son époque, zélateur des bienfaits de la colonisation jusqu’à sa mort, Chevalier fut aussi un adversaire de la colonisation brutale. Soucieux d’estimer à leur juste valeur les capacités et les savoirs des colonisés, il fut également le promoteur d’une colonisation inexorable des modes de vie, prélude au mimétisme développementaliste »135. Contrairement aux envolées lyriques qui étaient de mise à l’époque136, les dernières lignes de l’ouvrage de Dumont résonnaient déjà du ton sobre de l’avertissement qu’il n’aura de cesse de jeter.

En conclusion, un exemple magistral…

  • 137 Au paragraphe « Quelques Témoignages », p. 5 de la fiche technique du film de B. Baissat, René Dum (...)

66Nombre de thèmes étudiés ou évoqués dans La Culture du riz dans le Delta du Tonkin seront repris tout au long de la carrière d’enseignant de René Dumont. Y figurent déjà en bonne place les liens entre surpopulation, rente foncière excessive, usure, surexploitation des sols, détérioration des écosystèmes, appauvrissement des agriculteurs, crise du système agraire et famine. Rappeler donc l’agronome en herbe serait un truisme et une litote. Disons tout au plus que nous découvrons ici le germe précieux d’une espèce unique de pédagogue qui a conjugué comme nul ne l’avait jamais conjugué jusque-là, les leçons du terrain, l’analyse scientifique et les impératifs moraux, au cours d’une vie professionnelle menée avec passion au sacrifice de sa vie privée. « Pour Dumont la science rejoint la conscience et en cela il est plus révolutionnaire que certains jeunes universitaires », dit Louis O’Neill de l’université Laval de Québec137.

  • 138 Op. cit., p. 51.
  • 139 Cf. le compte rendu de l’article de R. Dumont déjà cité (Revue internationale d’agriculture, 1933) (...)
  • 140 Il convient d’ajouter aux noms déjà cités au cours de cette introduction, Auriol, Bertrand, Biard, (...)

67« Celui qui s’embarque à vingt-cinq ans est tout autant l’agronome passionné par le riz que l’enfant rêveur de grands espaces, le paysan curieux des siens du bout du monde que le politique qui veut approcher de près la colonisation » a écrit récemment Jean-Paul Besset138. A la fois sobre et idéaliste, volontaire et extrémiste, anticonformiste et généreux, probe et provocateur, innovateur et compétent, René Dumont a aussi bénéficié de conditions de travail globalement favorables tant des points de vue intellectuel que matériel parce qu’il a su surmonter les premiers obstacles et contourner à chaque fois les difficultés. Ces privilèges ne sont pas en contradiction avec le tableau que nous avons dépeint et n’ôtent d’ailleurs rien à ses mérites tant il est clair qu’il se les est octroyés à force de ténacité et de travail et qu’il sut les abandonner lorsque son éthique personnelle le lui imposa. Sans estimer posséder la langue ni le bagage scientifique et technique minimal pour sa mission, il s’est aventuré hors des sentiers battus de l’agronomie coloniale. Belle et encourageante leçon de transcendance des prérogatives scientifiques et culturelles traditionnelles que le vieil agronome considère avec modestie : « L’utilité de mon livre ? Pour ceux qui pouvaient lire le français seulement ! ». Pourtant le rédacteur du Bulletin économique de l’Indochine admettait en 1933 que « les programmes d’études [de l’Office indochinois du riz] avaient déjà fait place à leur heure aux idées de M. Dumont » et que beaucoup de ses suggestions étaient alors en cours de réalisation139. Cet office connut alors un essor tangible et compta au plus fort de son activité, entre 1932 et 1933, une vingtaine d’ingénieurs français (agronomes, agricoles, chimistes...)140.

… poursuivi au cours d’une longue vie totalement engagée

  • 141 Chine surpeuplée. Tiers monde affamé (Paris, Le Seuil) est paru en 1965 et Nous allons à la famine(...)
  • 142 Cf. B. Ward et R. Dubos (Nous n’avons qu’une Terre, Paris, Denoël, 1972). R. Dubos, biologiste rép (...)
  • 143 Ouvrez les yeux ! Le XXIe siècle est mal parti (Paris, Politis/Arléa). « Et si la crise, c’était a (...)

68Les prises de position actuelles de René Dumont sont les fruits d’une immense expérience de technicien et de scientifique d’abord et avant tout au service de la paysannerie. Il a joué un rôle primordial dans l’évolution de l’enseignement à l’INA en orientant successivement, dans les années 1940, la chaire d’agriculture vers les études des cultures fourragères et des régions pauvres, y compris les montagnes et territoires d’outre-mer, puis dans les années 1950, la chaire d’agriculture comparée vers celles des régions sous-développées, de France et du monde. Il a remis en cause dans les années I960141 le présupposé selon lequel le développement n’entraînerait que des conséquences positives et mènerait inéluctablement à la satisfaction des besoins fondamentaux des individus (la survie et la reproduction purement biologiques) puis à la réalisation de leurs aspirations aujourd’hui et à l’avenir (que l’on évoque parfois par « la satisfaction des besoins sociaux »). Ce mouvement fut par la suite généralisé après la première conférence des Nations unies sur l’environnement humain tenue à Stockholm en juin 1972142. Dans les années 1970, il a encore été l’un des pionniers politiques à lier les questions sociales aux problèmes de l’environnement. En 1995, il continue à nous interpeller alors que les effets de la crise - et du développement ? - sont « intolérables » aussi dans les pays dits développés143.

  • 144 Les principaux qualificatifs en vogue sont : durable, soutenable, supportable, équitable, viable, (...)
  • 145 Cf. par exemple, le numéro thématique, « Après le sommet de la Terre : débats sur le développement (...)
  • 146 Cf. « l’Appel à la raison pour une solidarité internationale » des scientifiques français, en réac (...)

69Si développement est à présent le maître mot par excellence et qu’on lui associe moult vertus, voire fantasmes144, il ne faut certes pas oublier les valeurs occidentales implicites ou explicites sur lequel il repose : progrès, croissance économique, accumulation de capital, maîtrise de la nature, rationalité quantifiante, etc. Il est clair que la technologie est ambivalente et que les êtres humains, de même que la nature, doivent être protégés de leurs effets négatifs. Les réflexions et les démarches auxquelles a pris part très activement et très tôt René Dumont nous permettent de parfaitement comprendre qu’on ne peut séparer a priori les dimensions économique, sociale et humaine du développement et que les modalités de mises en oeuvre des éventuelles améliorations sont très fortement liées aux diverses conditions locales historiques, géographiques, politiques, etc.145 De la même façon, les critères scientifiques, culturels, éthiques et esthétiques doivent être pris en compte146.

  • 147 E. Morin, « Espérer en cherchant l’inespéré », Le Courrier de l’UNESCO, mars 1995, p. 29 et R. Dum (...)
  • 148 Citons ses deux plus gros succès éditoriaux, L’Afrique noire est mal partie en 1962 et L’utopie ou (...)

70Edgar Morin aime à rappeler le poète espagnol Antonio Machado : « Marcheur, il n’y a pas de chemin, le chemin, tu le fais en marchant ». « Il nous faut chercher une voie nouvelle en tentant de s’inspirer de cette pensée d’Héraclite : “Tu ne peux pas espérer si tu ne cherches pas l’inespéré” », propose également le célèbre sociologue en conclusion d’un article récent à l’instar de l’agronome qui réclamait de rendre à la jeunesse, en l’occasion française mais cela serait vrai de celle du monde entier, « le droit d’imaginer d’autres types d’existence que la nôtre » et « le droit à l’erreur [… ] condition absolue de toute possibilité de réel épanouissement »147. Le travail que René Dumont réalise et l’idéal pour lequel il lutte avec le même acharnement, la même constance, sont des valeurs universelles. Le professeur a fait rêver et a marqué de son empreinte plusieurs générations d’étudiants, notamment mais pas seulement, en sciences agronomiques. Si les agronomes ont commencé de le bouder quand il a été connu d’un large public148 et qu’ultérieurement sa popularité même a diminué de son propre avis, lui, en revanche, n’a pas dévié de ses principes. Pour ceux qui sont établis, il se répète et exagère, c’est sûr, mais par excès de volontarisme pourrions-nous dire, et surtout parce qu’il a le courage intellectuel de situer sa responsabilité au niveau mondial, là où sont les enjeux du développement de l’espèce humaine. Pour ceux qui, à l’opposé, l’accuseraient encore d’archaïsme et de conservatisme, sa vitalité est éloquente et le « feu sacré » semble l’animer. Rappelons-leur aussi que le contexte de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin est l’histoire d’un rêve trahi, d’une utopie indochinoise qui n’a rien de commun avec le tiers-monde où se précipitent touristes et « experts » des pays dits riches et libéraux.

71René Dumont compte parmi les témoins les plus lucides et les prédicateurs les plus pragmatiques de ce siècle. De précurseur de l’immense réflexion des temps actuels sur la gestion globale de l’environnement, du développement et des relations des hommes avec leur milieu, il est devenu le symbole de cette recherche engagée. Son œuvre fait partie du patrimoine universel. Soyons-en fiers ! C’est un devoir que de la conserver et de la transmettre aux générations futures. Cette réédition, suivie de la première bibliographie systématique de l’auteur, est un hommage à ce personnage d’exception.

Notes

1 Il en avait été fondateur et titulaire de 1955 à 1974 et en reste professeur honoraire.

2 D’après H. Mendras dans sa note de lecture d’Économie agricole dans le monde (Économie rurale, n° 20, avril 1954, p. 50). Les références complètes aux écrits de R. Dumont peuvent être recherchées dans la bibliographie de l’auteur incluse en fin d’ouvrage.

3 Agronome de la faim (Paris, Robert Laffont, 1974) est le titre de sa première autobiographie.

4 L’auteur résume ainsi ses batailles dans Mes combats. Dans quinze ans, les dés seront jetés (Paris, Plon, 1989, p. 8 et passim), son second ouvrage autobiographique : pour le pacifisme, pour le tiers-monde, pour l’écologie, à la recherche d’un « vrai socialisme », donc pour les libertés et la justice sociale partout dans le monde, pour une démocratie politique et aussi économique, avec le droit au travail et la réduction de toutes les inégalités.

5 Paysans, 10e année, 56, p. 89-96.

6 Les prénoms des agronomes décédés n’y sont pas indiqués et nous remercions le secrétaire général F. Clerc pour les confirmations et les suppléments d’information qu’il nous a apportés à plusieurs reprises.

7 L’Union indochinoise, créée en 1887, comprenait cinq parties : par ordre d’intégration administrative telles qu’on les classifiait autrefois, la Cochinchine, le Tonkin, l’Annam – devenues respectivement le Sud, le Nord et le Centre de l’actuel Vietnam –, le Cambodge et le Laos.

8 Communication personnelle du professeur Dao Thê Tuân, directeur de l’Institut national des sciences agronomiques, Hanoï. Cf. également l’avant-propos du professeur G. Condominas.

9 Respectivement XXI (6), 13 février 1935, p. 214-218 (citation de la p. 214) ; XV (6), avril 1935, p. 283-284 (citation de la p. 284) ; XXVIe année, p. 228-229 (citation de la p. 228) et « Una base essenziale per migliorare la risicoltura nelle colonie » (XXV (1), janvier 1935, p. 21).

10 « Although [...] this work is purely local in character, those engaged in the production of rice in other countries will doubtless find in it much to interest them bearing on their own problems », Bulletin of the Imperial Institute, XXXIII, p 105-106 (citation de la p. 106).

11 Par exemple, A.-G. Haudricourt et M. J.-Brunhes Delamarre dans L’Homme et la charrue à travers le monde (1e édition en 1954 chez Gallimard et réédité en 1986, p. 272 et ou F. M. LeBar et al. dans Ethnic groups of mainland Southeast Asia (New Haven, Human Relations Area Files Press, 1964, p. 163-164 et 270).

12 Sous le titre Rice growing in the Tonkin Delta (Human Relations Area Files, New Haven).

13 Cf. D. Bois, Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie d’agriculture de France, XXII (1), séance du 8 janvier 1935, p. 252-253

14 Citation de la p. 54.

15 D. Bois (1856-1946) avait été titulaire de la chaire de culture du Muséum de 1920 à 1932 et était l’auteur, entre autres, d’une encyclopédie qui restera inachevée sur Les plantes alimentaires chez tous les peuples et à travers les âges. Histoire, utilisation, culture (Paris, Paul Lechevalier, 1927-37 ; cf. A Chevalier, « Désiré Bois et son œuvre pomologique », Fruits d’Outre-Mer, 1 (6), 1946, p. 184 ou A Sicé, Compte rendu des séances de l’Académie des sciences coloniales, 4 octobre 1946, p. 433-438).

16 Cf. la Revue économique française, 4e série, LVIII (3), mai-juin 1936, p. 215.

17 L’expression exacte de D. Bergmann qui participa longtemps aux travaux de recherche de R. Dumont était « Notre ami et “père spirituel” » (Compte rendu de Nous allons à la famine, Économie rurale, n° 71,1967, p. 109-112, citation de la p. 111).

18 « Dans la rizière tonkinoise, l’agronome devait échouer (1929-1932) » est le titre complet du deuxième chapitre d’Agronome de la faim.

19 Cf. infra la « Brève chronologie des enseignements de René Dumont ».

20 Agronome de la faim, citation de la p. 28 (les italiques sont de l’auteur).

21 Communication personnelle de F. Rinville, agronome, FAO-Vietnam, juillet 1994.

22 Y. Henry (1875-1966), sorti second du classement de l’IΝΑ en 1897 (21e promotion en 1896), était également ingénieur agricole de Grignon (67e promotion en 1892). Il fut élu membre correspondant national de l’Académie d’agriculture de France en 1917 puis membre non résidant en 1926 (cf. aussi infra « Le contexte de la recherche agronomique coloniale » et A. Angladette, « Yves-Marie Henry (1875-1966) », p. 245-248 in : Académie des sciences d’outremer (eds.), Hommes et destins, t. V, Paris, 1984).

23 D’après J.-P. Besset dans René Dumont. Une vie saisie par l’écologie (Paris, Stock, 1992, p. 28).

24 D’après J.-P. Besset, op. cit., p. 34-35 (citation de la p. 34) ; cf. aussi R. Dumont, Agronome de la faim, p. 26-27 et Mes combats, p. 8-10.

25 Berthe Dumont, née Françoise Busqué, ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, agrégée en mathématiques, fut nommée professeur de collège à la fin du XIXe siècle à Cambrai, puis directrice du collège d’Arras de 1912 à 1914. Depuis 1919, elle était directrice du collège de Montargis ; elle conservera cette responsabilité jusqu’à sa retraite en 1931 (mêmes sources que la note précédente).

26 Cf. Mes combats, p. 116.

27 R. Dumont rencontra postérieurement celle qui était devenue entre-temps Madame Tsaï Chang à Montargis en 1947 où elle tint à venir saluer sa mère à la suite du Congrès mondial des femmes communistes à Prague – Madame Dumont était malheureusement décédée quelques mois auparavant –, puis une troisième fois au moins en 1964, lors d’un voyage d’études qu’il précéda d’une visite au Nord-Vietnam. Il écrira alors Chine surpeuplée, Tiers-Monde affamé (Paris, Le Seuil, 1965).

28 La préparation était d’une seule année alors qu’elle est de deux de nos jours, les sélectives « Math. Sup.-Bio. » et « Math. Spé.-Bio. ».

29 L’INAC, fondé en 1902 sous le nom d’École supérieure d’agriculture coloniale, était adjoint au Jardin colonial de Nogent, lui-même créé en 1899 et dirigé par un ancien « grignonais » célèbre, J. Dybowski. Ce dernier figurait encore à la fin des années 1920 parmi les « vieux explorateurs (…) avec leurs cahiers de recettes » que R. Dumont eut pour professeur tant à l’Agro qu’à Nogent (Agronome de la faim, p. 35) ; cf. aussi « Le corps enseignant de l’Agro en 1920 » (collectif, Ingénieurs de la vie, 422, avril-mai 1992, p. 8-9) et Jean Dybowski (1856-1928), par B. Simon, 1994.

30 « Le décret du 6 décembre 1905 fixant le recrutement des agents des services agricoles est en effet extrêmement favorable à cette école. Les licenciés ès sciences, les diplômés de [l’École nationale d’horticulture de] Versailles et des écoles d’agronomie devaient compléter leur formation à Nogent pour accéder aux grades supérieurs » (C. Bonneuil et M Kleiche, Du jardin d’essais colonial à la station expérimentale. 1880-1930, Paris, CIRAD, 1993, texte in extenso de la note 84, p. 59).

31 D’après J.-P. Besset, op. cit., p. 78-79.

32 Agronome de la faim, p. 34.

33 Propos rapportés par J.-P. Besset, op. cit., p. 79.

34 Loc. cit.

35 Le titre est d’ailleurs couché en couverture de la première édition de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin. Il est suivi des responsabilités anciennes et nouvelles de l’auteur, indications qu’il était alors d’usage de faire figurer. Notons aussi que l’IΝΑ y est mentionné « Institut agronomique ».

36 R. Dumont, Mes combats, p. 9.

37 Le salaire de 6 000 francs mensuels y était environ deux fois plus élevé que celui des « africains », lui-même de l’ordre du double de celui des « métropolitains ».

38 Artiste-peintre et fille d’un architecte, franc-maçon comme mon père, précise R. Dumont. Elle réalisa par exemple la gravure et certains croquis de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin.

39 Arrivé à bon port, le container fut négocié et le véhicule cédé à ses collègues au moment de quitter la région. C’était peut-être une Β 12 d’après A. Angladette (communication personnelle, mars 1995) !

40 Il reviendra à la station agricole en janvier 1932 lors de son retour. C’est lors de cette escale qu’il rencontra les missionnaires avec qui il eut l’altercation qu’il a rappelée précédemment.

41 Communication personnelle de R. Dumont, février 1994 ; également narré dans Agronome de la faim, p. 36.

42 On divisait géographiquement le Tonkin en trois : la Haute Région montagneuse, la Moyenne Région formée de collines de faible altitude, et le Delta constitué des alluvions des Sông Koi (Fleuve Rouge en vietnamien) et Sông Thai-Binh.

43 Appellation commerciale de l’anhydride phosphorique (P205) par laquelle on exprime généralement la teneur en phosphore (P), l’un des trois éléments fertilisants majeurs et un constituant essentiel des plantes et des animaux avec l’azote (N) et le potassium (K).

44 Il s’agit de P. Braemer puisque R. Dumont le nomme ailleurs (dans Agronome de la faim p. 37 par exemple). Ingénieur agricole diplômé de l’École nationale d’agriculture de Grignon (74e promotion en 1899), il publiait des Lectures agricoles dès 1914 (Hanoï/Haïphong, Imprimerie d’Extrême-Orient) et dirigeait les Services agricoles du Tonkin depuis 1921 au moins (cf. Dix années de recherches agricoles au Tonkin, Hanoï, Imprimerie Lê-Van-Tân, 1932).

45 Nous n’incluons pas ici les recherches zootechniques qui, en collaboration avec l’Institut Pasteur, eurent un rôle essentiel dans la mise au point de techniques de prophylaxie et de lutte contre la tuberculose et diverses maladies (A Angladette, 1981, « Les recherches agronomiques en Indochine pendant la première moitié du vingtième siècle. Leur impact sur la production rurale. Leur évolution ultérieure », Mondes et cultures, XLI (2), p. 189-216, cf. p. 192-193).

46 « Généralement, cette culture est plus rationnelle [...] et basée sur la science agronomique moderne », peut-on lire dans L’agriculture en Cochinchine en 1930 (anonyme, s.l.n.d., citation de la p. 15).

47 Il travaillait depuis 1902 en Afrique occidentale française (d’abord Inspecteur des Services agricoles, puis Directeur de l’agriculture en 1904 et Inspecteur général en 1923) lorsqu’il fut appelé par M. Merlin, Gouverneur général de l’A.O.F. de 1919 à 1923 et nouvellement nommé à ce poste en Indochine (A Angladette, op. cit., 1984).

48 Le décret signé le 10 avril par le président de la république G. Doumergue, stipulait que l’OIR avait pour objet les améliorations de la culture, de l’usinage et du commerce du riz (cf. P. Carton, « L’œuvre qu’a accomplie l’Office Indochinois du Riz », Riz et riziculture, 1 (1), 1955, p. 26-29).

49 Licencié ès sciences et diplômé de la 26e promotion de l’INA en 1901, il conserva la tête de l’OIR jusqu’à sa retraite en 1947 (cf. P. Carton, op. cit., p. 27). L’écriture « de Visme » correspond à celle de l’annuaire de l’Agro et est fidèle à la couverture du document le plus ancien cité par R. Dumont (Documents de démographie & riziculture en Indochine, Hanoï, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1928) ; c’est aussi celle qu’on rencontre dans la préface d’Y. Henry ou dans la bibliographie de la première édition (cf. 1935, p. 6 et 429) et G. Condominas (communication personnelle, 1994) nous a précisé qu’il était Comte. Cependant, on lit également « Devisme » dans d’autres documents de cet auteur (publications de l’OIR en 1937 notamment, en-tête d’une enveloppe adressée à la Direction de l’agriculture, de l’élevage et des forêts en 1946 et autres archives accessibles au CIRAD-CA), dans La Culture du riz dans le Delta du Tonkin (1935, p. 27, note 1) et d’après A. Angladette (communication personnelle, 1994).

50 1981,op. cit., p. 198-200.

51 Cf. L. Hautefeuille (« Dix années d’expériences agricoles au Tonkin », Bulletin de l’Agence économique de l’Indochine, Nouvelle série, 6e année, 63, mars 1933, p. 89-93, citation des p. 91-92) d’après le rapport de P. Braemer sous un titre presqu’identique (op. cit., 1932).

52 Cf. P. Braemer, 1932, op. cit., p. 3-5.

53 Terme d’époque encore en usage désignant tout produit d’origine naturelle, agricole ou industrielle, apporté au sol afin de maintenir ou d’améliorer la fertilité de celui-ci (J.-M. Clément (ed.), Larousse agricole. 1981, p. 511).

54 Cité par L. Hautefeuille à la p. 411 de son article sur l’« Emploi des engrais au Japon et en Indochine » (Bulletin de l’Agence économique de l’Indochine, Nouvelle série, 5e année, 59, novembre 1932, p. 409-411).

55 Cf. L. Hautefeuille, 1932, op. cit., p. 410.

56 « Autour de la riziculture indochinoise », Agronomie coloniale, 16 (110 à 112), p. 77.

57 Opinion rapportée par A. Angladette, 1981, op. cit., p. 198 ; A. Chevalier parla même de « zizanie et de rivalités entre les divers spécialistes attachés à l’Institut » et souligna le manque de direction et de soutien de la part de la France (« L’importance de la riziculture dans le domaine colonial français et l’orientation à donner aux recherches rizicoles », Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, 16 e année, 173, janvier 1936, p. 33).

58 Titre de l’ouvrage d’A Sarraut (Paris, Payot, 1923), alors ministre des Colonies.

59 Documents de démographie & riziculture en Indochine par Y. Henry et M. de Visme (Hanoï, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1928) et Économie agricole de l’Indochine par Y. Henry (même éditeur, 1932).

60 Surtout l’œuvre de trois auteurs, C. Crevost, C. Lemarié et A. Pételot (les quatre premiers tomes avaient été publiés de 1917 à 1926, cf. la bibliographie du présent ouvrage pour la section afférente au riz). Notons à ce sujet que C. Lemarié, de la 12e promotion de l’IΝΑ en 1887, était considéré par ses pairs comme « le » grand agronome de l’Indochine du début de notre siècle (cf. B. Simon, Charles Lemarié (1866-1923), 1993).

61 À la décharge de son auteur, notons qu’elle est immédiatement suivie de la question : « Mais comment peut-on obtenir économiquement cette amélioration avec les faibles moyens du cultivateur indigène ? » (P. Braemer, « Quelques aspects de la riziculture au Tonkin », Riz et riziculture, V, 1931, p. 215-236, citations de la p. 217).

62 Cf. le préambule du Compte rendu des travaux 1928-1929. III. Essais d’engrais en rizière par Y. Henry (« Essais d’engrais en rizière. Campagnes 1929-1930 », Bulletin économique de l’Indochine, Section B, 33e année, 4,1930, p. 5).

63 1932, op. cit., citation de la p. 20.

64 Dans un article du Bulletin de l’Agence économique de l’Indochine (Nouvelle série, 5e année, n. 57, octobre 1932, p. 350-352, citation de la p. 352).

65 Loc. cit.

66 A Angladette, 1981, op. cit., p. 202.

67 Cf. P. Carton, « La recherche scientifique appliquée à l’agriculture en Indochine », p. 415-424 in : E. de Warren et al. (eds.), VIIe Congrès international d’agriculture tropicale et subtropicale. Paris – 16-21 septembre 1937. Comptes rendus et rapports, Paris, Secrétariat général de l’Association scientifique internationale d’agriculture des pays chauds et de son comité français.

68 René Dumont, citoyen de la planète Terre (coproduction FR3, B Baissat et La Lanterne, 1992).

69 On retrouve une scène très semblable dans un album de Hergé, Le Lotus Bleu, sans doute l’un des épisodes des aventures du reporter belge où l’anticolonialisme est le plus explicite.

70 Un numéro entier du Bulletin, intitulé Compte rendu des travaux 1928-1929. III. Essais d’engrais en rizière, est de la plume de R. Jeannin et de la sienne. Son nom est notamment suivi de la fonction, une première fois, de « Chef du Bureau Technique à l’Inspection Générale de l’Agriculture, de l’Élevage et des Forêts », p. 31, et une seconde, d’« Ingénieur-Adjoint des Travaux d’Agriculture », p. 58).

71 R. Dumont, mêmes sources qu’auparavant (communication personnelle, février 1994 ; Agronome de la faim, p. 37-38).

72 L’OIR comprenait deux autres sections : celle du Sud-indochinois ayant son siège dans les Services centraux de Saigon (avec les laboratoires de chimie et d’agrologie dont faisait partie la technologie, d’inspection phytosanitaire, de génétique, et les bureaux d’étude de génie rural, de statistiques, de météorologie, de documentation) incluant deux sous-sections pour la Cochinchine, le Cambodge et de laquelle dépendaient les travaux poursuivis au Laos ; celle de l’Annam (correspondant à la région rizicole du Sud-Annam) installée à Hué. Laboratoires et bureaux furent réorganisés ultérieurement en divisions et services. Pendant quelques années, l’office eut un Bureau de l’hydraulique agricole auquel furent affectés quelques ingénieurs avant qu’un Service du génie rural fût organisé dans le cadre de l’inspection générale.

73 R. Jeannin (1905-1964) fut Inspecteur général de l’agriculture de la France d’outre-mer (FOM) et Ingénieur en chef de première classe des Services de l’agriculture de la FOM en 1954. Communication personnelle A Angladette (1994).

74 Voir en bibliographie les quatre articles que nous avons répertoriés (rédigés seul ou avec Trân Phuc San) auxquels il convient d’ajouter celui écrit avec R. Dumont déjà cité. Sur les aspects taxinomiques, agronomiques et les emplois de l’azolle dans le monde, cf. par exemple Azolla utilization (Los Baños, International Rice Research Institute, 1987).

75 A. Angladette fut Inspecteur général de recherches à l’ORSTOM (Office de la recherche scientifique et technique d’outre-mer) et travailla longtemps à l’Institut de recherches agronomiques tropicales et des cultures vivrières (IRAT). Y. Coyaud (1907-1989), Ingénieur en chef de première classe des Services de l’agriculture de la FOM en 1954, fut Adjoint à l’inspecteur général de l’agriculture de la FOM puis Directeur de l’Office indochinois du riz. Communication personnelle B. Simon (1994).

76 Y. Coyaud en 1950 (Saigon, Office indochinois du riz) et A. Angladette en 1966 (Paris, Maisonneuve et Larose, en cours de réédition). Ils ont signé de nombreux documents dans les deux collections “Archives de la riziculture” et “Archives de l’Office indochinois du riz” dont l’un en commun sur Les semences de riz en 1951. A. Angladette publia également sur l’industrie du sucre au Tonkin (1931) et les usages du riz (1934).

77 « I saw the first day of Indo-China war, 6th of February 1930, and I was against war made by the French ; I am still against a war made by foreign people. » (Transcript of proceedings “Conference on human survival” ; May 25-28, 1970 ; The United Nations, New York, Dayton, Charles F. Kettering Foundation, 1970, p. 28). Ce fut d’ailleurs l’une de ses rares interventions non interrompue. Parmi les seize notoriétés invitées, participaient également K. Lorenz, A. Masevitch, L. B. Pearson, R. Prebisch, J. Tinbergen et C. F. von Weizsaecker. G. Rémond relata la mutinerie dans la nuit du 9 au 10 février dans un article de L’Illustration du 17 mai 1930 (« La menace contre notre colonie d’Indochine », réédité en 1987 par le Livre de Paris dans la collection “Histoire d’un siècle 1843-19440”) ; cf. également P. Brocheux et D. Hémery, Indochine. La colonisation ambiguë (1858-1954), p. 305-306.

78 Ancien élève de la 74e promotion de Grignon comme P. Braemer, J. Lan fut directeur de l’École supérieure d’agriculture et de sylviculture de l’Indochine. R. Dumont lui attribue un livre que nous n’avons pas retrouvé sur Les grandes cultures d’Indochine mais Les plantes indochinoises de grandes cultures. Première partie : plantes alimentaires (Hanoï, Imprimerie d’Extrême-Orient, 1928) semble correspondre à la description qu’il nous en a faite. Lan est également l’auteur de 1910 d’un Cours d’agriculture (chez les mêmes éditeurs) et d’un important article sur le riz en 1919 paru dans le Bulletin des Amis du Vieux Hué.

79 Les anciens de Grignon et des Écoles nationales d’agriculture (ΕΝΑ) étaient Ingénieurs agricoles par opposition aux Ingénieurs agronomes (« Agros ») automatiquement sortis de l’INA à l’époque. Cette distinction coutumière n’existe plus depuis la transformation des ΕΝΑ en Écoles nationales supérieures agronomiques (ENSA) de Rennes - héritière de l’école de Grandjouan –, Montpellier, Nancy, Toulouse et Alger en 1961. Quant à l’ENSA de Grignon, elle fusionna avec l’INA de Paris en 1971 pour devenir l’INA P-G. Notons cependant que le vocable « Agri » a été repris par les Ingénieurs en agriculture des Écoles supérieures d’agriculture (il y a cinq ESA à Purpan près de Toulouse, à Angers, à Beauvais, à Lille et à Lyon) sans qu’apparemment les Ingénieurs agricoles encore vivants n’aient émis de réserve.

80 Expression de R. Dumont (Agronome de la faim, p. 28).

81 P. Braemer, « La culture du riz au Tonkin », Riz et riziculture, I (2), 1925, p. 113-126 (les deux dernières citations de cette phrase et les quatre de la phrase suivante proviennent de la p. 114).

82 Nous plagions le titre de l’essai de R. Maspétiol, L’ordre éternel des champs (Paris, Librairie de Médicis, 1946).

83 « Indigène » est un terme maintenant désuet par lequel les contemporains de l’époque coloniale désignaient les populations de l’ancienne Indochine française. Le terme « Nhaqué » existe également dans le français d’Indochine, emprunté du vietnamien nhà quê qui signifie « paysan », mais avec la connotation de rustre, équivalent de notre « plouc » ou « cul-terreux ». Ce terme familier, utilisé dans la colonie et importé en France par les coloniaux et les militaires, était péjoratif. Il n’est pas employé dans La Culture du riz dans le Delta du Tonkin, inversement à « Annamite » qui était l’appellation coloniale officielle des habitants de l’ensemble de la colonie (Tonkin, Annam, Cochinchine). Le mot « Vietnam » (et ses dérivés) est moderne et n’est apparu qu’après l’indépendance (communication personnelle de P. Le Roux, avril 1995).

84 Communication personnelle de R. Dumont, février 1995.

85 Citation de la p. 39. Dans sa conclusion, il estimait lui-même que La Culture du riz dans le Delta du Tonkin était « une première étude d’ensemble de la riziculture » et il en appelait aussi à « une meilleure connaissance de la physiologie du riz et une situation économique plus favorable » comme bases indispensables de progrès.

86 Agronome de la faim, citation de la p. 38.

87 « [I]l m’a fallu beaucoup d’opiniâtreté pour rester pendant trois ans au même lieu et dans le même ordre de recherches, et dans les mêmes fonctions ». Ainsi prit-il son exemple personnel dans le but d’illustrer la nécessité de planifier sur le long terme et avec une main-d’œuvre stable les expérimentations d’application d’engrais (Comptes rendus des séances de l’Académie des sciences coloniales, VI, 2 juillet 1943, p. 451-466, citation de la p. 459).

88 Voir le texte de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin.

89 On disait alors la « Resuper » (il y en avait une par capitale régionale : Hanoï, Hué, Saigon, Phnom Penh et Vientiane) et le « Gougal » pour le gouvernement général à Saïgon.

90 L’un fut atteint d’une infection fatale après dix-huit mois de séjour, un autre périt dans les combats contre la Thaïlande en 1940 et le dernier mourut opiomane.

91 Cf. infra la note introductive à cet article. R. Dumont venait de publier un mois auparavant, en février 1930, un article de vulgarisation sur la « Technique des essais comparatifs ». Dès 1917, il avait fait paraître une note pacifique dans La Vague et il avait également rédigé plusieurs rapports dont ceux à la suite de son stage au Maroc en 1923. Se reporter à la bibliographie de l’auteur en fin de volume.

92 Cette information, confirmée par R. Dumont, nous a été communiquée par C. Bonneuil que nous remercions. On pourra trouver quelques détails sur ce journal dans la Bibliographie de l’Indochine (1930-1935) de P. Boudet (Paris, Adrien-Maisonneuve, 1967, p. 539).

93 De la 20e promotion en 1895. G. Condominas nous a appris que son neveu ou son frère cadet, connu pour ses idées progressistes, devait déjà être élu au Conseil municipal de Saïgon en 1935 (communication personnelle, janvier 1995. R. Dumont a eu également de courtes relations épistolaires avec un autre agronome « annamite » – agrelle, devrait-on dire-, Mademoiselle Nhu May, Princesse d’Annam et camarade de promotion d’A Angladette.

94 R. Dumont, communication personnelle, février 1994 et Agronome de la faim, p. 42-45 ; J.-P. Besset, op. cit., p. 53.

95 Agronome de la faim, p. 51-53 et communications personnelles, février 1994 et mars 1995.

96 Respectivement dans Riz et riziculture, « Étude comparée de la riziculture dans le Piémont (Région de Vercelli) et l’Émilie (Région de Bologne) », VII (1), 1933, p. 83-94, et dans le Bulletin de renseignements techniques de la Revue internationale d’agriculture, « Amélioration génétique et fumure du riz en Italie, aux Indes, à Ceylan et en Indochine. La méthode statistique et les essais comparatifs en rizière », XXIVe année, 5, mai 1933, p. 212-238.

97 La bibliographie de La Culture du riz en contient deux (par P. Poli d’une part, et par N. Novello et G. Sampietro, d’autre part) et le professeur Dumont pense sans certitude qu’il s’agit du second car il ne garda pas la trace du livre, ni de sa traduction.

98 La traduction de l’article de G. Sampietro fut publié dans les « extraits et analyses » de Riz et riziculture en 1933 (VII (1), p. 127-139).

99 Agronome de la faim, citation de la p. 91.

100 Op. cit., p. 34.

101 Plus de 300 variétés à l’époque, quelle uniformité sans doute aujourd’hui ! P. Vieillard (op. cit., p. 49) alla même jusqu’à citer le nombre de 1 200 variétés pour la seule Cochinchine, « toutes dénommées par les indigènes et possédant à leurs yeux une personnalité bien nette » (op. cit., citation de la p. 49), mais sans doute incluant un grand nombre de synonymes entre les lieux.

102 La vente est faite sous condition de rachat dans un délai déterminé ; l’usufruit passe à l’acheteur et il n’y a donc pas d’intérêt à verser par l’ancien propriétaire à l’inverse de l’hypothèque, un prêt d’argent contre engagement de terre.

103 « Race » est souvent employée ; nous dirions maintenant « variété » ou « cultivar ». De même, « panicule » de riz serait préférable à « épi », parfois utilisé.

104 Terme emprunté de l’anglais équivalent à « généalogique » dans le domaine biologique (l’orthographe « pédigrée » se rencontre aussi dans les écrits de l’époque) ; la sélection massale est opposée à – et surtout supposée moins efficace que – la sélection généalogique alors qu’elles sont complémentaires, la première pour choisir les meilleurs individus dans une population polymorphe et la seconde pour constituer une lignée très homogène en fonction des caractéristiques recherchées.

105 Le padi est le riz non décortiqué ; nous avons préféré la transcription malaise de plus en plus reconnue maintenant et d’où provient l’orthographe anglaise paddy.

106 Thèse principale soutenue en décembre 1936 à la faculté des Lettres de l’université de Paris, l’étude parut aux Éditions d’art et d’histoire à Paris la même année et fut rééditée en 1965 chez Mouton. Sa traduction en vietnamien a été entreprise récemment au Centre d’information en sciences sociales de Hanoï (communication personnelle de Dao Thê Tuân, décembre 1992).

107 Les références complètes sont disponibles plus loin dans le volume.

108 Elles ont été poursuivies pendant huit ans de 1927 à 1935 d’après C. Robequain (Compte rendu de l’ouvrage, Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, XXXVI (2), 1937, p. 491-497).

109 Communication personnelle de G. Condominas, janvier 1995.

110 Cf. « Ethno-agronomie ou agro-ethnologie ? Réflexions sur une enquête dans les plantations villageoises d’hévéa de Thaïlande du Sud-Est », Les Cahiers de la Recherche Développement, 30, 1992, p. 64-77.

111 Un néologisme que R. Dumont inventa à ses débuts d’enseignant pour définir l’agriculture et qui est passé dans le vocabulaire technique actuel dans l’expression de « mode d’artificialisation du milieu » pour désigner la reproduction et l’exploitation de l’écosystème cultivé (cf. M. Mazoyer, Rapport de synthèse provisoire présenté au comité [“Dynamique des systèmes agraires”] par son président, 1987).

112 Cependant, une meilleure protection apparaîtra bientôt grâce aux pesticides... R. Dumont n’évoque d’ailleurs pratiquement pas la résistance aux maladies alors que, de nos jours, c’est un facteur très important de la stabilité du rendement ; cette absence de mention indiquerait peut-être que les variétés traditionnelles cultivées supportaient bien les agents pathogènes.

113 L’Institut international de recherche sur le riz à Los Baños aux Philippines.

114 Nous remercions S. Veillet pour ses suggestions écrites reprises dans ce paragraphe.

115 Il a également écrit dans son avant propos à l’ouvrage en hommage à C. Reboul : « J’ai éprouvé qu’on ne peut être un agronome vrai, sans un minimum de connaissances économiques, puis sociologiques » (Un agronome dans les champs de l’économie, Paris, INRA, Station d’économie et de sociologie rurales, 1988, citation de la p. 3).

116 Nous faisons ici un distinguo avec socio-économique (cf. par exemple, le numéro sur « La socio-économie, une nouvelle discipline ? », Revue du MAUSS, Nouvelle série, 9,3e trimestre 1990).

117 Par exemple, « Aucun progrès sensible ne pourra être réalisé tant que le delta portera un excès de population, qu’il ne peut, dans les conditions économiques actuelles, nourrir convenablement, ni occuper normalement. Tous les perfectionnements de la technique agricole [...] ne pourront avoir, sur l’élévation du standard de vie du paysan annamite, autant de répercussion que l’amélioration des conditions économiques de culture ».

118 Cf. également les deux articles de Nguyên Van Mau et R. Dumont parus dans Riz et riziculture en 1932 et répertoriés dans la bibliographie de l’auteur.

119 Cf. également son article déjà cité paru dans la Revue internationale d’agriculture (mai 1933).

120 Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale, XV (6), avril 1935, p. 283-284, 1935, citation de la p. 284.

121 Le fondateur du Laboratoire d’ethnobotanique fut « Explorateur, Géographe, Naturaliste, Agronome » selon la notice nécrologique rédigée par son successeur, R. Portères (Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, III (3-4), 1956, p. 218-219), lui-même ancien élève des écoles de Grignon (98e promotion en 1923) et de Nogent (en 1925-26) et dont les travaux sur le riz sont unanimement reconnus (par exemple, « Taxonomie agro-botanique des riz cultivés O. sativa Linné et O. glaberrima Steudel », JATBA, III (7-8) à (12), 1956 ; cf. aussi la Notice sur les travaux techniques et scientifiques de Roland Portères, anonyme, s.l., 1960 et le tome XIX (1-2-3) du JATBA, J.-F. Leroy et collectif, 1972).

122 De nombreux articles sont parus dans la Revue de botanique appliquée et d’agriculture coloniale qu’il dirigeait. N. Tran Minh en a répertorié cinq dans son excellente bibliographie sur Le Riz au Cambodge, au Laos, au Viêt-nam. 1888-1991 (Montpellier, CIRAD-CA, 1992).

123 G. Capus (1857-1931), docteur ès sciences, accomplit de nombreuses explorations en Europe et surtout en Asie ; il partit pour l’Indochine en 1897 pour y créer et y diriger un service scientifique puis il organisa les Services de l’agriculture de la Cochinchine et les Services économiques de l’Indochine (d’après une notice du 15 mai 1931 de la Revue générale des sciences pures et appliquées aimablement communiquée par N. Tran Minh) ; il est l’auteur avec D. Bois des Produits coloniaux, origine, production, commerce, (Paris, Armand Colin, 1912) considéré par A. Chevalier comme un « véritable petit traité d’agriculture coloniale » (Compte rendu des séances de l’Académie des sciences coloniales, séance du 18 janvier 1946, p. 34).

124 Il s’agit des Riz d’Indochine (Paris, Armand Colin, 1918) et de « Production et amélioration des riz d’Indochine », p. 198-214 in : Congrès d’agriculture coloniale (Paris, Augustin Challamel, 1920) de G. Capus et de l’article de Bui Quang Chiêu, « Notice provisoire sur la riziculture au Tonkin » dans le Bulletin économique de l’Indochine en 1906 (8e année, 55, p. 781-839).

125 Du titre d’une thèse en géographie par S. Schilizzi, L’énergie dans les systèmes de production. Réexamen théorique et étude de deux cas fortement contrastés : les systèmes rizicoles camarguais et rubifluviens (Paris, École des hautes études en sciences sociales, 1987).

126 Par exemple, son classement des rizières en fonction de leur fréquence d’utilisation ou ses remarques sur les critères de classification des variétés de riz énoncés par Ε. B. Copeland.

127 M. Mauss, fondateur de l’ethnologie française, enseigna à l’École pratique des hautes études, au Collège de France et à l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris. Il forma entre autres A.-G. Haudricourt, M. Leenhardt, A Leroi-Gourhan, C. Lévi-Strauss et P. Mus.

128 Ethnobotaniste et linguiste de formation agronomique (de la 54e promotion de l’IΝΑ en 1929), A.-G. Haudricourt rédigea avec L. Hédin, autre agronome célèbre (c/notre présentation succincte en annexe 3), L’Homme et les plantes cultivées, livre paru en 1943 (réédité en 1987 chez A-M. Métailié) dans lequel étaient présentées pour la première fois en France les fondements de l’ethnobotanique.

129 Cf. l’épisode des droits de douane informels à son débarquement à Marseille en 1932 (Agronome de la faim, p. 63).

130 Partie du sous-titre de La Culture du riz dans le Delta du Tonkin que nous soulignons délibérément.

131 Ce fut lors de ce voyage en Indochine et au Siam du 16 octobre au 16 novembre que le ministre inaugura l’Office indochinois du riz (cf. Allocution prononcée par M. Yves Henry..., s.l.n.d.).

132 Cf. Agronome de la faim, p. 64-67 et Mes Combats, p. 107-108.

133 Cf. « A propos de la conférence Robin », Cahiers des Ingénieurs agronomes, Petite série, 7e année, 66, novembre 1951, p. 3 (citation de la note 1). P. Hallé était de la 44e promotion en 1919 et sera le fondateur de l’organisation professionnelle des céréaliers.

134 Cf. aussi l’avant-propos des Voyages en France d’un agronome (Paris, Librairie de Médicis, 1951, note 2, p. 17).

135 Entre science et empire, entre botanique et agronomie : Auguste Chevalier, savant colonial, 1994, citation de la p. 19.

136 Par exemple, C. Robequain, dans sa conclusion du Thanh Hoá. Étude géographique d’une province annamite : « Dans cette province annamite, du sang français a coulé, des intelligences, des énergies et des vies françaises se sont dépensées pour un autre but que l’engraissement ou la gloire même de la France. » puis « Comment dire, raisonnablement, que notre œuvre est mauvaise ? Nous ne le voyons pas. Elle apparaît en tout cas de bonne volonté. » (Paris/Bruxelles, G. Van Oest, 1929, citations des p. 611 et 612).

137 Au paragraphe « Quelques Témoignages », p. 5 de la fiche technique du film de B. Baissat, René Dumont, citoyen de la planète terre.

138 Op. cit., p. 51.

139 Cf. le compte rendu de l’article de R. Dumont déjà cité (Revue internationale d’agriculture, 1933) dans le Bulletin économique de l’Indochine, 36e année, 1933, p. 860-862 (citation de la p. 862).

140 Il convient d’ajouter aux noms déjà cités au cours de cette introduction, Auriol, Bertrand, Biard, Bouillère, Caty, Jacquet, Jourdan, Huet, Laforest, Philippe, Prêtre et des « Brigades du génie rural », Gauchou, Gaury, R. Henry, Kellermann, Pottier. Cet effectif se réduisit progressivement et ne comprenait plus, une dizaine d’années après, que l’animateur et fondateur « autocrate » et trois agronomes, Coyaud au Tonkin, Bertrand à Phnom-Penh et Philippe à Battambang (Cambodge), sans lesquels la structure de l’office eût disparue (cf. M. Malye, Lettre référence n° 661/DA en date du 27 mars 1947 à l’attention de M. Guillanton, document d’archives au CIRAD-CA à Nogent-sur-Marne).

141 Chine surpeuplée. Tiers monde affamé (Paris, Le Seuil) est paru en 1965 et Nous allons à la famine (avec B. Rosier chez les mêmes éditeurs) date de 1966.

142 Cf. B. Ward et R. Dubos (Nous n’avons qu’une Terre, Paris, Denoël, 1972). R. Dubos, biologiste réputé naturalisé américain en 1938 et auteur de plus de trente ouvrages, était d’ailleurs lui aussi ingénieur agronome et d’agronomie coloniale (de la même promotion que le « camarade Hallé » en 1919 et à Nogent en 1921-22) mais il ne partit pas pour l’Indochine où il avait été affecté parce qu’il fut déclaré inapte lors un examen médical tardif (cf. le numéro spécial de la revue mensuelle de l’Association des anciens élèves de l’INA P-G, Ingénieurs de la vie, qui lui a été consacré en 1992).

143 Ouvrez les yeux ! Le XXIe siècle est mal parti (Paris, Politis/Arléa). « Et si la crise, c’était aussi, surtout cela : l’irréversible mise à sac d’une planète et de son espace, et qui a nom développement ? », pose la question J. Decornoy en introduction à un article de l’auteur (« La survie de l’humanité en grand péril », Le Monde diplomatique, n. 415, octobre 1988, p. 11-12).

144 Les principaux qualificatifs en vogue sont : durable, soutenable, supportable, équitable, viable, fiable, reproductible, renouvelable, endogène, intégré, participatif, diversifié, etc. Citons aussi la nouvelle expression, « développement écologiquement soutenable et socialement équitable ».

145 Cf. par exemple, le numéro thématique, « Après le sommet de la Terre : débats sur le développement durable » de la Revue Tiers-Monde (XXXV, n. 137, janvier-mars 1994 ; le « Sommet de la planète Terre » est la conférence des Nations unies sur l’environnement et – cette fois – le développement tenue à Rio de Janeiro en juin 1992), le colloque tenu à Paris les 18 et 19 juin 1994 dont il est brièvement rendu compte dans les Sources UNESCO (R. Lefort, « “Et le développement ?” », n. 60, p. 18-19), le Courrier de mars 1995 coordonné par I. Sachs sur le thème « Le développement : pour qui ? », ou encore S. Latouche, « Les querelles de mots du développement », Chroniques du SUD, n. 14, février 1995, p. 20-27.

146 Cf. « l’Appel à la raison pour une solidarité internationale » des scientifiques français, en réaction à « l’Appel d’Heidelberg ». On peut aussi rappeler les cinq « Ε » de la gestion de l’environnement par R. Dubos : écologie, économie, énergie, esthétique, éthique.

147 E. Morin, « Espérer en cherchant l’inespéré », Le Courrier de l’UNESCO, mars 1995, p. 29 et R. Dumont, Agronome de la faim, citations de la p. 377 (italiques de l’auteur).

148 Citons ses deux plus gros succès éditoriaux, L’Afrique noire est mal partie en 1962 et L’utopie ou la mort ! en 1973, tirés respectivement à 250 000 et 150 000 exemplaires.

Auteur

Agronome, Projet Grand Sud

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540