Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La culture du riz dans le delta du Tonkin

 | 
René Dumont

Préface à l’édition de 1995

René Dumont

Texte intégral

1Dans la préface à l’édition originale de ce livre, l’inspecteur général Yves Henry qui m’avait donné les moyens de faire ce travail, le qualifiait de « document de base indispensable, auquel les expérimentateurs devront sans cesse se référer dans l’avenir ». Il ne pouvait cependant pas penser que, soixante ans plus tard, les jeunes chercheurs français du Projet Grand Sud, l’un agronome, les autres, ethnologues et architectes, en assureraient la réimpression pour le Vietnam, mais aussi pour la Thaïlande et l’Asie du Sud-Est !

2Arrivant à Hanoï en février 1929, le chef des Services agricoles du Tonkin, où j’étais affecté, me dit « de ne pas trop travailler : car cela montrerait que, jusque-là, les dits Services n’avaient presque rien fait pour la culture du riz », qui était pourtant la base de la subsistance d’un pays déjà surpeuplé. J’ai donc été offrir ma démission, dès son retour de France, à Yves Henry, lequel n’a pas hésité à donner, à ce jeune débutant très piaffant que j’étais, une totale autonomie. Nos prédécesseurs comme J.-J Lan (les grandes cultures d’Indochine) prétendaient, à peu de choses près, que nous avions tout à apprendre à nos « colonisés », les nhà quê, les paysans « annamites »-comme on disait à l’époque.

3J’ai de suite compris que ces populations, ayant survécu dans des zones souvent densément peuplées, durant déjà plusieurs millénaires et malgré des conquêtes dévastatrices, devaient à l’évidence même avoir acquis toute une série de connaissances. J’ai donc décidé de consacrer l’essentiel de mes trois années de séjour, de 1929 à 1932, à étudier les « techniques traditionnelles » de la riziculture, avec l’aide précieuse des agents techniques du pays, eux aussi passionnés par une telle recherche, et devant qui j’évoquais parfois leur future indépendance. J’ai pu notamment souligner tout l’intérêt de l’azolle, cette fougère aquatique, qui est maintenant bien mieux connue et répandue dans l’Asie du Sud ; de même qu’un engrais vert, la crotalaire striée, cultivé de longue date mais toujours limité à quelques villages, faute de vulgarisation.

4A ma première visite dans un village du Tonkin, j’y ai noté, comme ensuite dans tous les villages, deux petites plaques métalliques peintes en bleu-blanc-rouge à ras du sol et portant deux lettres surimprimées en noir sur le drapeau français : « R. A » et « R.O. ». J’en demandais la signification : « Régie de l’alcool » et « Régie de l’opium ». Elle signalait les petites échoppes préposées à la vente de ces poisons largement taxés au profit de l’État qui incitait à leur consommation. J’appris que mon fort salaire était ainsi, en bonne partie, assuré…

5L’alcool était d’ailleurs exclusivement fourni par la Société française des distilleries de l’Indochine, avec leur principale usine à Hanoï. L’entreprise en retirait de gros bénéfices qui étaient discutés par une partie de l’administration en 1929. Le contrat de monopole se terminant l’été 1931 la Société, qui espérait bien le voir reconduit, fit un geste. Vers le début de l’année 1931, son directeur général m’appela : « Dumont, vous faites du bon travail pour la riziculture, je veux vous aider. J’ai recruté un agronome autrichien, Monsieur Thieben, qui sort d’un stage à la station rizicole de Vercelli en Italie, pour qu’il vous aide. Et je vous prête une Talbot pour vos déplacements ». Le jour de la signature de renouvellement de la convention obtenu avec tous les avantages que réclamaient les distilleries – pas même le lendemain ! –, Thieben, qui descendait des propriétaires israélites de la plus antique pharmacie de Vienne, fut renvoyé sans son dernier salaire (je l’ai hébergé quelque temps) et la voiture Talbot me fut reprise immédiatement. Un copain me dit alors : « Tout ça, c’est pour ton éducation politique ! ».

6Et quand, en 1931, la crise diminua les achats d’alcool dans les villages, le gouvernement général de la colonie obligea les paysans à en acheter autant qu’avant, prétendant, ce qui était loin d’être toujours exact, que si ces derniers en prenaient moins, c’est qu’ils se procuraient de l’alcool non taxé en fraude ! L’apport du jeune agronome que j’étais (formé à l’Institut national agronomique de Paris et celui d’Agronomie coloniale de Nogent-sur-Marne) et que je croyais - encore - pouvoir rendre positif se ternissait donc de plus en plus…

7Dès ce premier livre, j’ai vite compris l’absolue nécessité, pour être efficace, de sortir du domaine purement technique afin d’aborder aussi, en parallèle, l’étude du milieu économique- qui fut le titre du chapitre III. Dans le premier paragraphe de ce chapitre : la population, je signalais que le Delta du Tonkin, soit 2 % de la surface de l’Indochine, abritait le tiers de sa population. Et que celle-ci comptait déjà six millions et demi de ruraux (plus trois grandes villes). Et je soulignais « qu’elle croissait rapidement : peut-être plus d’un million d’habitants en plus, de 1901 à 1929 », ce que j’appelais un « grave danger », en ajoutant que le vrai remède était la réduction des naissances. Et je qualifiais de « monstrueuse erreur » la récente extension à l’Indochine de la loi française du 31 juillet 1920, réprimant « la provocation à l’avortement et la propagande anticonceptionnelle »-« loi scélérate » disaient mes amis anarchistes, je n’ai jamais regretté cette prise de position - Tune des premières en langue française, sur ce problème-, même si elle m’a été, dès la parution du livre, la plus reprochée non seulement par les catholiques, mais aussi les marxistes. Le monde comptait alors autour de deux milliards d’habitants, ce qui aurait permis, si Ton avait su s’arrêter autour de ce chiffre, de réaliser sans peine la satisfaction universelle des besoins de base, l’élimination intégrale de la misère et d’abord de la faim – objectif des agronomes. Mais nous voici approchant déjà les six milliards d’habitants avec des perspectives, des projections de la population mondiale, variant de dix à douze ou même quatorze milliards selon les démographes des Nations Unies ! Ce qui ne peut manquer d’aboutir à une misère croissante, dans le cadre du « vieil ordre mondial » du libéralisme économique, qui en est aussi responsable. Ordre si vanté par les riches, ce qui se comprend, puisqu’ils sont à peu près les seuls à en profiter.

8En 1947, avec Mariel Jean-Brunhes Delamarre et quelques amis communistes, nous avons fondé le « Comité pour la négociation en Indochine », demandant à arrêter la « sale guerre » et à négocier. Un seul appui, ce fut celui des dockers CGT de Marseille qui, à la fin de 1950, bloquèrent quelques jours les chargements d’armements pour l’Indochine. Nous n’arrivâmes jamais à toucher une assez large part de l’opinion publique française, car c’était » seulement » l’armée de métier qui se battait là-bas et non le contingent.

9J’ai pu revenir à Hanoï pour deux semaines en mars 1964 entre deux études plus prolongées, l’une au Cambodge et l’autre en Chine. J’ai alors exprimé au Premier ministre Pham Van Dong mon inquiétude au sujet démographique : on estimait alors à 3,8 % le taux de croissance annuel de la population, un record du monde ! J’ai appris par la suite que les femmes avaient été alors parfois incitées par les autorités à avoir un enfant par an « même en l’absence du mari » - souvent mobilisé…

10Et voici le Vietnam de cette fin de siècle « accablé » d’abord par ses soixante-huit millions d’habitants… et dont les autorités commencent seulement - bien trop tard selon moi - à s’en alarmer d’autant plus que ce pays a été ruiné par trois agressions successives, des Japonais, des Français et des Américains, sinon des Chinois en 1979. Sans doute plus grave encore ont été une réforme agraire « à la chinoise » en 1955-56 et qui a déclenché une révolte paysanne à Thanh-Hoa en 1956 et une collectivisation qui a découragé l’effort d’une paysannerie au départ si courageuse et si habile. Mais elle n’a guère pu montrer ses qualités que par les guerres…

11J’ai été moralement obligé de quitter un pays auquel je m’attachais, après qu’en septembre 1931, un adjudant aviateur de l’armée coloniale m’a dit à Vinh « s’être déshonoré » en tirant sur ordre à la mitrailleuse, de son avion, sur une colonne de paysans désarmés. Dans cette province du Nghê-An, celle d’Ho Chi Minh, ces paysans demandaient, à la suite de la sécheresse, une réduction d’impôts que l’empire d’Annam leur accordait en pareil cas.

12Je suis donc revenu en France et de 1933 à 1974j’ai enseigné à l’Agro où j’avais été étudiant. De là, j’ai pu rayonner à travers le monde. Ma devise était déjà écrite dans les deux dernières lignes de ce livre, évoquant les raisons du progrès : « Il ne s’agit pas tant ici de la recherche du profit pour les agriculteurs que de donner à manger à des gens qui ont encore souvent faim ». Soixante ans après, la faim est toujours là, plus présente, plus « pressante » que jamais, à travers la majorité des tiers mondes.

13Jusqu’en 1988, la production agricole du Vietnam n’arrivait pas à suivre le rythme de croissance de la population. Cela résultait aussi et surtout d’une collectivisation que les paysans n’avaient pas désirée. La preuve en a été donnée quand, en décollectivisant progressivement, le pays est devenu en quelques années seulement le troisième exportateur de riz.

14Que dire de plus aux jeunes qui partent sur le terrain ? Le respect des autres, si différents soient-ils par leur culture, leur religion, leur histoire, donc leur mentalité. Au retour d’une tournée à Kandy (Sri Lanka, alors Ceylan) en 1929, en escale vers l’Indochine, je dis à deux jeunes missionnaires français, partant « évangéliser » les Annamites :

15– En France, on ne nous a rien appris des religions aussi importantes que le bouddhisme et le brahmanisme.

16Réponse des jeunes prêtres :

17– Cela n’a aucun intérêt - tous des païens !

18C’est tout le contraire qu’il nous faut dire et faire, sans oublier que ces peuples ont tous beaucoup à nous apprendre ; sur leurs pays, leurs histoires, leurs sols et leurs cultures. Le jeune agronome venu de pays développés doit apprendre d’eux avant de commencer à leur proposer – avec la prudence qui s’impose – quelques pistes de recherches, qui doivent leur être soumises avant d’être mises en application.

  • 1 Parmi nos récents ouvrages en collaboration avec Charlotte Paquet, citons notamment Un Monde intol (...)

19Mais nos jeunes « modernisateurs » ne seront vraiment efficaces que dans le cadre d’un nouvel ordre économique mondial : pas celui des Bretton Woods ni du GATT, mais celui qui tient d’abord le plus grand compte des nécessités sociales et des contraintes écologiques. Le monde développé continue à détruire tous les climats de la planète par l’effet de serre, conséquence de leurs abus de consommation de combustibles fossiles. Il nous faut donc respecter et économiser les ressources rares – sols, eaux, énergies, minerais et pétrole, etc – et viser à réduire des écarts devenus « insupportables »1 entre les pays développés et les autres, toujours en grande majorité dominés et démunis.

Notes

1 Parmi nos récents ouvrages en collaboration avec Charlotte Paquet, citons notamment Un Monde intolérable. Le libéralisme en question (Le Seuil, 1988), Pour l’Afrique, j’accuse. Le journal d’un agronome au Sahel en voie de destruction (Plon, 1986) – tous deux maintenant en livre de poche-, Misère et chômage. Libéralisme ou démocratie (Le Seuil, 1994) et Ouvrez les yeux. Le XXe siècle est mal parti (Politis/Arléa, 1995). Pour une liste détaillée de mes publications, se reporter au document établi par Igor Besson en fin de cette réédition.

Auteur

Professeur honoraire à l’IΝΑ Paris-Grignon

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable