Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux d’Europe

 | 
Stella Ghervas
, 
François Rosset

Deuxième partie. Territoires et frontières (Limites)

Territoires et frontières (Limites)

Texte intégral

  • 1 On peut en effet appliquer à une grande partie du continent le constat fait par Michel Bassand (20 (...)

1Si l’euro est appelé à devenir un symbole de l’identité européenne, alors cette identité sera quelque peu abstraite. En éliminant, comme susceptibles de choquer, tous les symboles religieux ou politiques aussi bien que tous les personnages de l’histoire, des arts, des sciences ou des littératures nationales, les concepteurs de la nouvelle monnaie ont obéi à l’impératif pragmatique de concrétiser un instrument économique qui soit avant tout fonctionnel, au détriment d’éventuelles préoccupations culturelles ou sociales. D’une manière plus positive, on peut considérer, à propos des billets nouvellement émis, que « les symboles de ponts et de fenêtres, tout comme la carte européenne dépourvue du tracé des frontières, sont les images d’un univers d’ouverture et d’absence de limites internes » (Servet 2003 : 135). Or ce symbolisme semble avoir plu, si l’on considère la rapidité avec laquelle s’est opéré le passage à l’euro. De fait, l’abandon des monnaies nationales paraît avoir été vécu comme un « adieu émouvant à un temps des cités et des terroirs pour rejoindre une plus forte ouverture au monde » (ibid. : 134). Cet adieu en dit pourtant long sur l’identité de nomades qui semble désormais prévaloir à l’échelle d’un continent qui se comprend aujourd’hui comme essentiellement urbanisé, et même métropolisé1.

  • 2 Sur le fait que les identités sont des constructions, souvent récentes, et sur la rationalité des (...)

2Étant majoritairement composée de citadins, et d’un nombre croissant de migrants, la population européenne d’aujourd’hui n’a plus guère d’attaches terriennes, c’est-à-dire de racines capables de la relier à un pays ou à un territoire. Marquée par une mobilité croissante, cette population ne se reconnaît pas volontiers de frontières et se montre de plus en plus séduite par l’idée de citoyenneté mondiale. Devenue toujours davantage pluriculturelle, elle tend à considérer les identités nationales comme les données de départ d’un simple jeu de rôles, ou comme des déguisements qui peuvent changer selon les circonstances. Les mythologies et les cultures urbaines dans lesquelles elle est aujourd’hui le plus susceptible de se reconnaître sont elles-mêmes largement délocalisées, ou mondialisées. Dans la réalité du citadin d’aujourd’hui, la consommation de produits standardisés, y compris de produits symboliques, occupe par ailleurs une place centrale. Les rapports à la culture collective, à l’identité et au territoire sont plus que jamais imaginaires2.

3Cosmopolite par nature, l’Europe politique peine donc à se définir comme un espace territorial classique, avec ses centres, ses relais et ses frontières. Largement « déterritorialisée », pour reprendre l’expression de certains géographes contemporains (Raffestin 1996), elle préfère se concevoir comme un projet plutôt que comme un héritage. Elle se réfère à des valeurs humanistes à prétentions universelles qui ne permettent d’exclure qui que ce soit a priori, et empêchent de ce fait d’établir une délimitation clairement lisible entre l’ici et l’ailleurs. L’enjeu du débat sur l’éventuelle adhésion de la Turquie va donc bien au-delà de la question du respect des droits de l’homme par les autorités d’Ankara : il porte sur la définition identitaire de l’Europe et sur la délimitation de ses frontières. Le fait que les références au christianisme ou à l’histoire ne soient plus acceptées comme fondement de la tradition culturelle européenne ne simplifie bien entendu pas la question.

  • 3 Stuart Hall estime en substance que les identités sont un effet du pouvoir et que leur homogénéité (...)

4Classiquement, la différence, c’est-à-dire la définition de ce qui ne correspond pas à soi-même, a été un facteur fondamental de la construction des identités (Hall 2003 : 38)3. Déjà dans l’Antiquité, les Grecs et les Romains s’étaient constamment définis par rapport aux représentations de l’autre, c’est-à-dire les barbares. Après l’effondrement du limes et de l’Empire romain d’Occident, c’est la chrétienté qui a donné son premier fondement et sa première identité à une Europe essentiellement issue de la fusion entre les barbares germaniques et la partie nord-ouest de l’Empire romain. Malgré la christianisation, l’imaginaire européen a certes continué à se nourrir de culture grecque, en raison de la richesse de sa philosophie, de sa littérature, de sa mythologie et de ses arts. Mais dans la réalité, la coupure avec le monde antique, axé sur le bassin méditerranéen, fut accélérée par la conquête arabe. Comme le relève Lucian Boia, cette présence de l’Islam au Sud et à l’Est a favorisé un essor en vase clos de la civilisation européenne, désormais coupée de ses racines égyptiennes et proche-orientales, puis son expansion en direction de l’Ouest et du Nord, au rythme de la croissance de l’agriculture, du commerce, de la navigation et des sciences dans ces régions. Après des siècles de développement autonome, la chrétienté, essentiellement latine, a entamé, à la fin du xve siècle, son expansion hors du continent. Elle a ainsi retrouvé d’autres ailleurs fantasmés, ceux de Christophe Colomb, des conquistadores et des missionnaires, rencontrant des peuplades que l’on combattait tout en cherchant à les civiliser, puis à les assimiler, notamment par le biais du christianisme.

5Au cours de son histoire, l’Europe a donc cherché plusieurs fois à définir son identité en marquant symboliquement une différence avec les autres, que ce soit au nom du christianisme, puis de la civilisation (parfois aussi de la race), et finalement du développement. Mais cela n’a jamais produit d’identité stable, d’autant que la vocation d’entités comme le christianisme, la civilisation ou le développement est précisément de s’étendre au monde entier. Avec la construction européenne, on se retrouve à nouveau dans une telle phase de recherche identitaire, à ceci près qu’il n’existe aucune idéologie de référence pour la définir, ni aucun pouvoir légitime pour l’imposer aux membres de la communauté que l’on entend délimiter. L’article que Stella Ghervas consacre à Odessa montre à quel point l’identité européenne reste une notion floue, qui peut d’ailleurs être revendiquée par des territoires encore plus excentrés géographiquement que la ville des bords de la mer Noire, ou pourquoi pas culturellement plus « exotiques » qu’elle.

6L’Europe ne peut pourtant échapper à la spatialité. Comme le relève Olga Inkova à propos de la Russie, la simple perception de l’espace suppose déjà les notions de centre et de périphérie, qui sont profondément ancrées dans les esprits et dans les différents systèmes linguistiques. Ces notions produisent inévitablement des hiérarchies, qui ne sont d’ailleurs pas que subjectives. L’existence de pôles politiques ou économiques, ou même celle de foyers culturels, est en effet une réalité déjà analysée dans l’article de Krzysztof Pomian. Culturellement, le centre attire et fascine la périphérie. Économiquement, il l’oriente, la fait vivre et l’exploite. Politiquement, il l’administre. L’étendue de cette juridiction délimite un espace, ou mieux encore un territoire.

  • 4 La définition des limites maritimes et insulaires de l’Europe pose d’ailleurs des difficultés inno (...)

7L’espace gouverné par les pouvoirs traditionnels, le territoire administré par les États et les nations modernes constituent tout à la fois une ressource économique, une base de puissance et une référence identitaire. Le développement récent d’une importante économie symbolique et immatérielle n’a pas fait disparaître ces réalités de base. Même à l’heure de l’urbanisation galopante et de la « métropolisation » de l’Europe, les ressources territoriales conservent leur importance, tandis que les spécificités géographiques ou culturelles continuent à définir des terroirs et à porter des identités, même si c’est d’une façon atténuée. L’Union européenne, qui aspire à établir la paix sur le Continent, peut bien s’efforcer de transcender, voire d’ignorer, les divisions nationales, culturelles ou géographiques, perçues comme des sources de conflits potentiels. Elle peut refuser de se définir comme entité territoriale pour mettre l’accent sur son projet de société ou sur ses valeurs propres. Elle ne peut en revanche refuser d’administrer le territoire qui est soumis à sa juridiction, ce qui suppose notamment d’en définir les limites4. Comme autorité politique, l’Europe se doit en effet de délimiter fermement son territoire en postulant une frontière là où l’histoire des faits et des représentations ne voit volontiers qu’infinitude et béance.

8Certes, l’identité géographique de l’Europe, ce simple prolongement du continent asiatique, s’avère problématique. La définition de ses frontières terrestres et maritimes pourrait même s’apparenter à un exercice chimérique, s’il ne fallait agir concrètement dans l’espace du réel. L’histoire de notre continent rappelle en effet à quel point les frontières sont en perpétuel mouvement, aussi bien sur le terrain que dans la tête des hommes. Même la netteté des côtes océaniques s’estompe devant le double mouvement qui vit d’abord les Européens transporter leurs valeurs à travers l’Atlantique, tandis qu’aujourd’hui, l’Amérique sert si souvent de modèle parmi nous. L’article de François Rosset montre que la frontière orientale de l’Europe est plus curieuse encore, puisqu’elle n’a cessé de fluctuer sur les cartes comme dans les esprits. De même, l’Union européenne est encore loin de coïncider avec l’Europe géographique, quelle que soit la délimitation effective de celle-ci. Il se peut à l’inverse qu’elle déborde un jour son berceau classique en franchissant la Méditerranée, et s’en aille mordre sur l’Asie en direction du Proche-Orient, voire en direction du Caucase et de l’Asie centrale.

9Tout aussi frappante que la constante évolution des frontières européennes est leur porosité. Culturellement parlant, bien malin qui pourrait dire où commence l’Europe et où elle finit, notamment par rapport à ses prolongements américains ou océaniens. Le simple exemple des pèlerinages à travers la mer Égée, relaté par Sofia Dascalopoulos, illustre bien cette porosité culturelle et humaine. Il permet en effet de voir que les barrières identitaires et les racines religieuses, même les plus profondes, n’empêchent pas les hommes d’agir dans leurs déplacements cultuels, comme s’il n’y avait pas ou plus de frontière entre la Grèce et la Turquie.

Bibliographie

Références bibliographiques

Bassand Michel. 2004. La métropolisation de la Suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Bayart Jean-François. 1996. L’illusion identitaire, Paris, Fayard.

Fernandez-Martin Fernando. 1999. Îles et régions ultrapériphériques de l’Union européenne, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Hall Stuart. 2003. « “In but not of Europe” : Europe and its Myths », dans Luisa Passerini (éd.), Figures d’Europe. Images and Myths of Europe, Bruxelles, Presses interuniversitaires européennes – Peter Lang, p. 35-46.

Raffestin Claude. 1996. « Territorialité, concept ou paradigme de la géographie sociale ? », Geographica Helvetica, 2, p. 91-96.

Servet Jean-Michel. 2003. « L’euro : fenêtres et ponts d’un nomadisme monétaire », dans Luisa Passerini (éd.), Figures d’Europe. Images and Myths of Europe, Bruxelles, Presses interuniversitaires européennes – Peter Lang, p. 127-145.

Notes

1 On peut en effet appliquer à une grande partie du continent le constat fait par Michel Bassand (2004).

2 Sur le fait que les identités sont des constructions, souvent récentes, et sur la rationalité des stratégies identitaires, voir Bayart 1996.

3 Stuart Hall estime en substance que les identités sont un effet du pouvoir et que leur homogénéité (soit le sentiment d’identité qu’ont les membres de la communauté) est le résultat d’une exclusion symbolique de la différence.

4 La définition des limites maritimes et insulaires de l’Europe pose d’ailleurs des difficultés innombrables, notamment lorsqu’il s’agit de fixer le statut des départements et territoires d’outre-mer (Fernandez-Martin 1999).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable