Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort, les morts dans les sociétés anciennes

 | 
Gherardo Gnoli
, 
Jean-Pierre Vernant

La décoration des chapelles funéraires égyptiennes

Claudio Barocas

Texte intégral

  • 1 Nous avons déjà appliqué ce modèle au domaine de l’histoire de l’art, avec des résultats qui nous s (...)

1Si nous voulons établir le genre de rapport que les Égyptiens entretenaient avec l’idée de la mort, nous devrons nous attacher à des catégories analytiques. En un deuxième moment il s’agira de transformer ces dernières en catégories historiques et, le plus possible, fonctionnelles, dans le cadre de la société égyptienne dans son ensemble.1 Or, il est très facile de confondre entre elles les catégories : on risque d’établir comme analytiques des catégories qui sont historiques dans d’autres sociétés (la nôtre, par exemple, ou bien celle des populations « primitives », ou encore celle de certains peuples du Proche Orient asiatique). De plus, on risque de transformer en historiques les mêmes catégories qu’on avait établies à l’avance. Les catégories analytiques doivent donc garantir le maximum possible d’objectivité.

Catégories analytiques

2Comme première catégorie, nous pouvons prendre en considération les tombeaux que, pour le moment, il nous faudra définir exclusivement comme le lieu où les Égyptiens déposaient les corps des morts. Pour souligner le caractère strictement analytique de cette première catégorie, nous adopterons un critère purement formel, en partant de l’analyse d’un groupe formellement homogène de matériaux. Nous pensons que le plus indiqué est constitué par les mastabas de la nécropole de Memphis des IVe et Ve dynasties, étant donné qu’ils se trouvent à l’origine d’une tradition qui va durer plusieurs siècles et qu’ils sont donc susceptibles de nous offrir un cadre dans lequel les effets de la conformité aux modèles ou de l’établissement de clichés iconographiques sont beaucoup moins sensibles. Nous nous référons ici tout spécialement à la décoration des parois de ce qu’on appelle habituellement la chapelle funéraire.

  • 2 Pour une description des structures funéraires égyptiennes et de la décoration des chapelles, l’on (...)

3La chapelle funéraire n’est qu’une partie d’un ensemble plus complexe constitué par le mastaba (c’est-à-dire, le tombeau). En considérant le tombeau comme simple lieu de déposition des corps des morts, nous pouvons donner un sens précis à l’adjectif « funéraire » comme appliqué à tout ce qui a un rapport structurel avec le tombeau. D’un point de vue analytique donc, la décoration des parois des chapelles funéraires doit être considérée elle aussi comme de caractère funéraire. Il s’agira par conséquent de trouver le lien qui unit les sujets représentés dans les chapelles (scènes de « la vie quotidienne ») à l’élément funéraire indiqué par la structure (tombeau) dont elles font partie.2

4En Égypte ancienne le rapport qui lie les morts et les vivants s’exprime au moyen de l’offrande. En simplifiant au maximum, nous pouvons dire que le mort a besoin de boire et de manger, et que les aliments doivent lui être procurés par les vivants. Naturellement, réduit à l’essentiel, le rite de l’offrande funéraire peut consister seulement dans l’acte de verser de l’eau ou de la bière sur la tombe et d’y déposer un pain. Dans sa forme la plus simple le rite nous est attesté par une table, généralement en pierre, située devant la face est de la superstructure de la tombe. En correspondance avec cette table, on peut trouver aussi une stèle engagée dans la superstructure même, représentant le défunt dans l’acte de recevoir les offrandes. Pour nous, les scènes de la vie quotidienne commencent lorsque, à la figuration du défunt en présence des offrandes, on ajoute une liste de produits destinés aux offrandes mêmes et aussi, quelquefois, une figuration, située en général sous la précédente, reproduisant une scène de sacrifice de bovidés faisant partie du rituel funéraire.

5Sous la IVe et la Ve dynastie, les tombeaux memphites dont la chapelle est décorée de scènes de la vie quotidienne ne représentent qu’un petit nombre par rapport à la totalité des tombeaux. Encore sont-elles moins nombreuses dans certaines localités. Par exemple, dans le cimetière situé à l’ouest de la grande pyramide à Gizah, sous la IVe dynastie, elles sont assez rares, tandis qu’elles apparaissent plus fréquemment dans le cimetière au sud de la rampe d’accès à la pyramide de Khéphren. Une autre figuration qui s’ajoute souvent au tableau de l’offrande est constituée par les défilés des porteurs d’offrandes.

6Pour résumer : les représentations de la vie quotidienne ne sont attestées que dans une minorité des tombeaux memphites ; la plupart ne présentent que le tableau des offrandes ; beaucoup de tombeaux adoptent une solution intermédiaire en figurant le sacrifice des bovidés et ses préparatifs, et les porteurs d’offrandes ; ces trois types de décoration se trouvent sur des tombeaux contemporains. Sur le plan structurel, les chapelles dont les parois sont décorées de scènes de la vie quotidienne présentent un plan plus complexe, un plus grand nombre de pièces, mais aucune, en tout cas, ne montre une séparation entre les pièces destinées aux offrandes et celles représentant les scènes.

  • 3 D. Arnold, Wandrelief und Raumfunktion in ägyptischen Tempeln des Neuen Reiches (Münchner Ägyptolog (...)

7Si nous ajoutons à tout cela que, en Égypte, la décoration des parois d’une pièce se rapporte à ce qui se passe dans la pièce même,3 et que nous ne pouvons pas penser que dans les chapelles des tombeaux memphites aient eu lieu toutes les activités représentées, nous serons en état de déduire ce qui suit : toutes les figurations qui apparaissent sur les parois des chapelles memphites sont en relation avec le rituel de l’offrande ; la différence entre chapelles qui illustrent seulement le défunt devant les offrandes et chapelles qui représentent les scènes de la vie quotidienne n’est pas d’ordre qualitatif mais d’ordre seulement quantitatif ; on ne peut nullement parler de développement des figurations, du moment que les chapelles avec ou sans elles sont contemporaines.

8Ces premières conclusions nous portent à exclure d’emblée toute autre possibilité d’interpréter les scènes : nous ne sommes en présence ni d’une sorte de récapitulation de ce que le défunt a fait pendant sa vie, ni de ce qu’il est censé faire ou devoir faire dans l’autre monde. On peut donc, à partir de là, définir une deuxième catégorie analytique : la décoration des chapelles memphites témoigne pour nous de l’existence, chez les Égyptiens, d’une dimension de l’idéologie funéraire étroitement liée au rituel de l’offrande, donc à ce que les survivants doivent faire pour contenter les défunts.

9En prenant en considération dans ses grandes lignes le contenu des figurations et leur répartition et en organisant la matière selon une classification qui réponde à nos catégories (analytiques), nous pouvons distinguer trois sujets principaux :

  1. scènes avec représentations de toutes sortes de travaux (agriculture, artisanat, horticulture, navigation, etc.) ;

  2. scènes avec représentations de rituels funéraires (sacrifices, funérailles, etc.) ;

  3. scènes avec représentations du défunt engagé dans une activité (chasse et pêche dans les marais, chasse dans le désert).

10Qu’il soit engagé ou non dans l’activité, le défunt préside à toutes les opérations.

11Nous voici donc en état de mettre en évidence le niveau précis auquel les catégories analytiques risquent de se transformer en catégories historiques sans que nous nous en doutions. C’est exactement à ce moment de l’analyse que l’homme de notre siècle impose ses propres catégories historiques à l’interprétation de la culture égyptienne. Le mécanisme est d’autant plus efficace qu’il est très simple : si nous avons dit que les sujets des scènes de la vie quotidienne peuvent se regrouper en trois secteurs, c’était, nous le répétons, exclusivement en vue d’une analyse de la décoration. Il faut bien se garder de conserver, après l’analyse, ces mêmes catégories et d’en faire des catégories propres aussi à l’Égyptien ancien. Le résultat d’un tel procédé ne peut être que celui qui a porté à l’interprétation plus ou moins classique dans la littérature égyptologique, à savoir : que le groupe (1) représente le défunt dans l’exercice de ses fonctions quotidiennes ; le groupe (2), la fin de sa vie sur terre, le groupe (3), ses moments de délassement. Le résultat en serait donc forcément que les scènes constituent une sorte de résumé de ce qu’avait été la vie du défunt et, au surplus, de ce que le défunt est censé devoir continuer à faire dans l’autre monde. Autrement dit, on en arrive à la conclusion que les Égyptiens se représentaient l’au-delà comme une répétition de la vie d’ici-bas, bref qu’ils avaient une conception « matérialiste » de l’outre-tombe.

  • 4 Nous renvoyons le lecteur au travail excellent autant que rare, et malheureusement inachevé, de G. (...)

12Or, quelques-unes des caractéristiques de la décoration des chapelles sont en contradiction avec l’interprétation « classique » : (a) avant tout, il n’est pas possible d’identifier un critère rigoureux de répartition des scènes dans les chapelles : chaque chapelle représente, à cet égard, un cas isolé ; (b) les scènes des trois groupes de sujets se trouvent disposées côte à côte sans que le peintre se soit posé le problème de leur donner un ordre logique ou chronologique, et donc, pour l’Égyptien, les trois groupes ne pouvaient pas être séparés, et il n’y avait aucune différence qualitative entre eux ; (c) les mêmes sujets et le même genre de répartition des scènes sont attestés pendant près de onze siècles, ce qui exclut toute possibilité pour nous de rattacher même un seul épisode des scènes à la vie réelle d’un défunt ; (d) les peintres donnaient des différentes activités les moments saillants, souvent en réunissant des moments différents dans une seule action ;4 bref, ce qui intéresse les artistes n’est pas de donner une succession chronologique de faits, mais bien plutôt de montrer que certaines opérations avaient été menées à bien.

13Pour résumer : les Égyptiens ne voyaient pas la décoration des chapelles dans l’ordre logique qui pourrait être le nôtre (a) ; ils n’adoptaient pas nos trois catégories de sujets (b) ; ils ne pensaient pas à varier la décoration en fonction du défunt (c) ; il leur importait exclusivement de souligner qu’avaient été faites pour le défunt toutes sortes de choses prévues et quasiment immuables (d). Nos catégories ne correspondent donc nullement à ce que l’agencement général de la décoration implique. Il nous faut reprendre les points a-d pour essayer d’en déduire des éléments positifs :

  1. La distribution des scènes était foncièrement libre à l’intérieur d’un schéma constitué par les sujets représentés, qui, eux, se conservent à travers les siècles ; le peintre égyptien pouvait donc disposer les scènes avec une certaine liberté, pourvu qu’il représente certains sujets.

  2. Tous les sujets ont égale valeur, valeur qui doit être reconduite à un élément unique qui n’est pas dans le contenu des scènes considérées singulièrement, mais dans le rapport que, toutes ensembles, elles établissent avec une certaine fonction.

  3. Les sujets représentés ne varient pas dans le temps, ils sont prédéterminés, fonction du rapport entre morts et vivants et non de la réalité quotidienne.

  4. Le but du peintre est de rendre compte de l’accomplissement de certaines opérations.

14On en déduira que les scènes de la vie quotidienne constituent un choix de sujets bien précis, non variables singulièrement, liés à une fonction différente de ce qu’ils représentent directement et prédéterminés. Autant dire qu’ils sont liés à un rituel.

15En vue de vérifier si la catégorie exprimée par la décoration des chapelles est bien celle que nous avons proposée comme deuxième catégorie analytique (ce que les vivants doivent faire pour les défunts), nous aurons à nous poser la question suivante : est-il possible de trouver un critère unique par rapport auquel la décoration des chapelles puisse être interprétée comme représentation de l’attitude des survivants ? Pour répondre, il nous faudra rapporter à cette catégorie les trois groupes de sujets.

16Le groupe 1 réunit toutes les représentations qui impliquent la production ou la préparation de quelque chose ; de plus, toutes ces activités sont représentées comme se passant sous le contrôle direct du défunt. Il est plus qu’évident que tous les travaux sont adressés exclusivement à lui et visent à le contenter (ce qui n’implique nullement que le défunt ait dû forcément exercer, de son vivant, le rôle d’un inspecteur de travaux ou d’un responsable d’un domaine).

17Le groupe 2 ne représente aucun genre de production. Néanmoins, il est le plus instructif dans le sens de l’interprétation que nous voulons proposer de ces scènes. On ne représente nullement la mort du défunt, mais seulement son aspect rituel, c’est-à-dire les funérailles. Personne n’aurait intérêt à faire représenter ses propres funérailles sinon dans le but de montrer justement que les funérailles ont été accomplies selon le rite. Les groupes 1 et 2 ont donc en commun de représenter des activités relatives au défunt, mais, et ceci est très important, en tant que défunt, non en rapport avec les fonctions exercées par lui quand il était sur terre.

  • 5 Ces scènes sont particulièrement anciennes et attestées à Meidoum. L’opinion de H. Junker, Bericht (...)

18Le groupe 3 représente le défunt engagé dans une activité physique, consistant toujours, et exclusivement, dans la chasse au boomerang et la pêche au harpon dans les marais, et dans la chasse dans le désert. D’autres scènes encore représentent le défunt engagé, en compagnie de ses fils, dans la chasse aux oiseaux au filet.5 Il faut encore remarquer que, si les scènes de chasse dans le désert nous montrent le défunt qui agit en compagnie de collaborateurs, les scènes de chasse et de pêche dans les marais le voient agir tout seul, mais en présence de sa famille (femme et enfants).

19Ces dernières scènes semblent donc en contradiction avec toutes les autres : en effet, non seulement le défunt y est en activité, mais il n’est jamais aidé par personne, il agit seul. Si l’on tient compte du fait qu’il agit en présence de ses familiers, nous pourrons interpréter ces scènes comme la représentation du défunt dans l’acte de procurer la nourriture à sa propre famille. A en juger par le fait que le motif de la chasse et de la pêche dans les marais se conserve identique pendant toute la période au cours de laquelle sont attestées, en Égypte, les chapelles funéraires décorées, nous pouvons en déduire ce qui suit :

  1. cette figuration est bien la seule qui représente le défunt dans l’acte de collaborer, de quelque manière, aux activités productives ;

  2. la chasse et la pêche sont les seules activités jugées dignes du rang occupé par le défunt ;

  3. le thème revêt aux yeux des Égyptiens une importance considérable, ce qui nous fortifie dans l’idée qu’il ne s’agit nullement d’une activité sportive.

20Nous pouvons maintenant résumer ces trois derniers points dans la formulation suivante : le défunt participe directement à l’activité productive en procurant la nourriture à sa famille (a) ; cette participation a lieu en des termes qui en soulignent le rang social, car il ne travaille point au profit d’un supérieur, il agit en toute autonomie (b) ; cette activité est celle qui qualifie réellement le défunt aux yeux des Égyptiens (c).

21Dès lors, le rapport qui lie les scènes du groupe 3 à celles des groupes 1 et 2 devient extrêmement clair : si les survivants travaillent pour assurer au défunt l’offrande funéraire (groupe 1) et les funérailles rituelles (groupe 2) c’est bien parce qu’ils reconnaissent au défunt la place qu’il a occupée dans la société et le poids que son activité y a exercé (groupe 3).

Catégories historiques

  • 6 La plus grande partie des textes de rituels funéraires est relative à cet aspect de l’idéologie fun (...)

22Nous sommes ainsi arrivé au moment le plus délicat de notre propos : à partir des données que nous offrent nos catégories analytiques, il nous faut dégager des catégories historiques. La première chose à faire, en ce sens, sera de définir, en quelque sorte, les limites de nos possibilités. Les représentations des chapelles des mastabas se trouvent exclusivement dans la partie publique du tombeau. De ce fait elles ne peuvent nous instruire que sur un aspect de l’idéologie funéraire égyptienne, celui des rapports entre morts et vivants. Nous n’aurons donc pas à nous occuper, dans l’établissement des catégories historiques, de la destinée ultime que les Égyptiens prévoyaient pour leurs défunts. Ceci est déjà, pour nous, une donnée importante. Les Égyptiens, quel que soit le sort de leurs défunts, considéraient comme important d’envisager toute une série de pratiques qui n’avaient pas d’influence directe sur la destinée finale du mort.6

  • 7 Nous rappelons que le terme désignant, en égyptien, l’offrande (ḥtp) est le même qui signifie « êtr (...)

23Mais si les chapelles ne se proposent pas de fournir au défunt les moyens d’arriver à la destination finale, nous devrons leur attribuer une autre tâche. Celle-ci est contenue en grande partie dans ce que nous avons déduit de l’analyse, encore que sommaire, des scènes figurant dans les chapelles : satisfaire le défunt. Le défunt, donc, avant d’être introduit dans le chemin qu’il devra parcourir dans l’au-delà, doit être satisfait. Pour qu’il le soit, il faut que les vivants s’engagent dans toute une série d’activités et qu’ils l’assurent de leur plus haute considération. La raison de tout cela ne peut être que celle-ci : avant d’être compté dans les rangs des défunts proprement dits, le mort égyptien ne doit rien laisser inachevé sur terre ; tous les comptes doivent lui être rendus. Ce qui nous porte à formuler l’hypothèse suivante : les chapelles funéraires ont pour but d’empêcher que le mort trouve une bonne raison pour revenir sur terre régler des comptes,7 autant dire qu’elles nous attestent l’existence, chez les Égyptiens, de la peur des morts plus que de la peur de la mort. Nous pouvons de la sorte rapporter les deux parties distinctes des mastabas à deux fonctions bien nettes : pratiques rituelles visant à empêcher le mort de revenir sur terre (superstructure/chapelle), pratiques rituelles visant à transformer le défunt en un mort proprement dit (infrastructure/caveau).

  • 8 H. Frankfort, Kingship and the Gods, Chicago, 1948, pp. 62-69 ; J. Vandier, La religion égyptienne,(...)
  • 9 Nous pensons que la peur des morts peut être à la base de toute une série de faits jusqu’ici néglig (...)

24Dans la mentalité des Égyptiens, on devra donc distinguer au moins trois états successifs : état de vivant, état de mort encore intéressé à ce qui se passe sur terre, état de mort définitif. Que les Égyptiens concevaient la mort non comme terme, mais comme passage, est un fait déjà acquis par l’égyptologie.8 Ce qui nous reste à faire est de comprendre comment ces trois états s’organisent dans le système idéologique égyptien. Une fois que l’on aura compris cela, on pourra estimer avoir fait un grand pas dans la connaissance du passé pharaonique. Nous nous contenterons ici de nous occuper du second état et de la peur des morts, attestée par l’existence des chapelles funéraires, et que nous proposons comme première catégorie historique.9

  • 10 La scène trouve un parallèle dans l’iconographie du roi représenté dans l’action de massacrer les « (...)

25Il sera important de vérifier comment la peur des morts peut s’inscrire dans le système des croyances égyptiennes, dans quelle mesure elle est susceptible de déterminer des comportements, de quelle manière les Égyptiens ont essayé de la contrôler. La décoration des chapelles funéraires nous fournit des indications précieuses en ce sens. Nous avons parlé ci-dessus d’un système à deux faces dans la décoration : la pacification du mort dépend de la production de nourriture et de la bonne opinion des survivants. Cette dernière nous offre la preuve que, pour que le mort « pardonne » (ḥtp) aux vivants, ces derniers doivent à leur tour lui prouver que personne sur terre n’a pu désirer sa mort. Ceci se produit lorsque les survivants déclarent que le défunt, dans sa vie, a fait tout ce qu’il avait à faire. Les deux aspects sont symboliquement représentés, dans les chapelles, par les scènes de production de nourriture et par les scènes montrant le défunt chassant dans les marais. Nous n’hésiterons pas à considérer en particulier ces dernières comme le symbole le plus important élaboré par les Égyptiens de la place occupée par un homme dans la société.10

26Ainsi, les deux symboles employés par les Égyptiens empruntent les traits d’une activité productive. On pourra donc en déduire que la peur des morts peut être vaincue à condition que tous, morts et vivants, aient en quelque sorte accompli leur tâche, qui est avant tout d’avoir collaboré à l’organisation du travail. A ce niveau, idéologie funéraire et idéologie sociale semblent s’identifier, ce qui nous permet d’établir une deuxième catégorie historique : la peur des morts est insérée, par les Égyptiens, dans le mécanisme social, donc en quelque sorte contrôlée par eux au moyen de l’activité productive.

27Nous pouvons aussi renverser la formulation : les Égyptiens ont assimilé la peur des morts dans le système social en vue de donner à ce dernier une garantie. Cependant il faudra veiller à ne pas penser que la peur des morts soit un des éléments élaborés par la société pharaonique comme garantie de l’ordre social. Si cela a jamais eu lieu, ce ne fut pas à l’époque historique, mais bien avant. Nous pouvons seulement affirmer que la peur des morts, bien qu’utilisée comme mécanisme de contrôle, a été « adoptée » par la société pharaonique et assimilée à un système global.

  • 11 La peur des morts implique la conception d’un état de passage entre morts et vivants, donc d’une mo (...)

28Jusqu’à la IVe dynastie, en effet, la peur des morts était vaincue foncièrement par des rituels de nature magique, dont l’expression la plus éclatante est constituée pour nous par le complexe funéraire du roi Zoser à Saqqarah.11 D’autre part, le rituel de l’offrande funéraire est attesté en Égypte bien avant la IVe dynastie. Nous pouvons donc affirmer que la décoration des chapelles memphites de la IVe dynastie nous témoigne de la réalisation d’une sorte d’ajustement dans l’idéologie funéraire : la peur des morts est contrôlée non plus par un rituel magique, mais par l’activité sociale, ce qui permet, tout autant, de contrôler l’activité sociale par la peur des morts.

29Si tout ceci est exact, on pourra en déduire de nouveaux éléments : il faut inévitablement considérer que, dans le moment même où la peur des morts est exorcisée au moyen de l’activité sociale, la société dispose d’un mécanisme pour la contrôler, ce qui revient à dire que cette société trouve dans le travail un procédé qui lui donne la possibilité d’être en quelque sorte responsable de sa propre destinée.

30De plus, si les Égyptiens ont conservé leurs croyances en ce qui concerne la peur des morts, ceci signifie que, au cours des premières dynasties, un changement s’est produit dans leur société, et qu’ils ont néanmoins maintenu, parmi les croyances de l’ancienne société, celles qui pouvaient s’adapter à la nouvelle organisation. Ils ont ainsi inséré la peur des morts dans un nouveau système social en vue d’en garantir la solidité par des croyances historiquement encore valables.

  • 12 On peut établir un parallèle très instructif entre tombeaux royaux et tombeaux de particuliers. Exa (...)

31Tout cela nous montre encore une fois la double valeur des représentations de la vie quotidienne : tradition et innovation y sont inextricablement enchevêtrées. L’on conçoit du reste fort bien que tout cela arrive justement au début de la IVe dynastie, une époque dans laquelle l’État pharaonique réussit à concentrer entre ses mains toutes les activités du pays. La construction des grandes pyramides en est une preuve.12 De même, il est significatif que la décoration des chapelles memphites se trouve à l’origine d’une tradition qui s’interrompra seulement lorsque le système social qu’elles supposent commencera à être ébranlé ; ce qui arrive à Deir el-Médineh, à l’époque ramesside.

Conclusions

32Nous croyons avoir de la sorte montré qu’il existe une dimension de l’idéologie funéraire égyptienne pour laquelle le mort, avant de devenir mort à jamais, conserve toute une série de possibilités d’intervention dans le monde des vivants. Au moment de l’organisation de l’État pharaonique tel que nous le connaissons dans sa forme « classique », cette dimension a été conservée et introduite dans le nouveau système social basé sur un État fortement centralisé. L’organisation de ce type d’État a impliqué l’abandon de toute une série de croyances, en dernière analyse magiques, et l’adoption de mécanismes plus rationnels soit dans la vie sociale, soit dans l’idéologie. Néanmoins, une partie des croyances magiques a été conservée et maintenue en raison du haut degré de vitalité, donc d’efficacité, qu’elles pouvaient exprimer dans le nouveau système. Ainsi, cette part de l’idéologie funéraire qui concerne les rapports entre morts et vivants s’identifie à un tel degré avec l’idéologie sociale qu’il ne nous est plus possible de distinguer entre les deux.

33Dans ce système de rapports, la structure architecturale et la décoration des tombeaux représentent pour nous le lieu de rencontre entre morts et vivants, la possibilité d’une interaction entre les deux mondes en vue de la conservation du système productif. La peur des morts a été soumise aux exigences du contexte social et, pour cela, continue d’agir vivement pendant tout le temps où ce contexte reste foncièrement efficace.

34Tout ce mécanisme est exprimé au moyen de symboles dans le monument funéraire, symboles que nous devons essayer de déchiffrer. Dans cet effort il sera nécessaire de conduire des enquêtes aux deux pôles du rapport : d’un côté les rituels funéraires proprement dits, de l’autre côté l’organisation du travail. Nous souhaitons que ces enquêtes puissent enfin être entreprises dans l’avenir.

35Naples, octobre 1977

Notes

1 Nous avons déjà appliqué ce modèle au domaine de l’histoire de l’art, avec des résultats qui nous semblent encourageants : cfr. C. Barccas, « Les statues ”réalistes” et l’arrivée des Perses dans l’Egypte saïte », dans Gururājamañjarikā, Studi in onore di G. Tucci, Napoli, 1974, pp. 113-161. Si, dans l’étude en question, nous avons laissé peu de place à une exposition systématique des catégories employées, c’est que nous ne connaissions pas encore l’excellent ouvrage de W. Kula, Problemi e metodi di storia economica, tr. it., Milano, 1972, pp. 417-439, auquel nous renvoyons pour le problème des catégories et de leur emploi.

2 Pour une description des structures funéraires égyptiennes et de la décoration des chapelles, l’on se reportera aux ouvrages suivants dans lesquels on pounra trouver une abondante bibliographie : L. Klebs, Die Reliefs des alten Reiches ; Die Reliefs und Malereien des mittleren Reiches ; Die Reliefs und Malereien des neuen Reiches (Abhandlungen der Heidelberger Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse, 3, 6, 9), Heidelberg, 1915, 1922, 1934 ; P. Montet, Les scènes de la vie privée dans les tombeaux égyptiens de l’Ancien Empire, (Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg, 24), Strasbourg, 1925 ; J. Vandier, Manuel d’archéologie égyptienne, I, 2, Les trois premières dynasties, Paris, 1952 ; II, 1, Les grandes époques. L’architecture funéraire, Paris, 1954 ; IV, V, Bas-reliefs et peintures ; Scènes de la vie quotidienne, Paris, 1964, 1969.

3 D. Arnold, Wandrelief und Raumfunktion in ägyptischen Tempeln des Neuen Reiches (Münchner Ägyptologische Studien, 2), Berlin, 1962.

4 Nous renvoyons le lecteur au travail excellent autant que rare, et malheureusement inachevé, de G. Foucart, Le tombeau d’Amenmos (tombeau no. 19) (Mémoires publiés par les Membres de l’Institut Français d’Archéologie Orientale, 57, 3), Le Caire, 1935.

5 Ces scènes sont particulièrement anciennes et attestées à Meidoum. L’opinion de H. Junker, Bericht über die... Grabungen auf dem Friedhof des Alten Reiches bei den Pyramiden von Gîza, 12, (Akademie der Wissenschaften in Wien, Philosophisch-historische Klasse, Denkschriften, 75), Wien, 1955, pp. 63-66, est qu’il s’agit de scènes sportives, auxquelles participent tous les membres de la famille et qui, par conséquent, n’ont aucun rapport avec la survivance dans l’au-delà, au contraire des scènes de chasse et de pêche dans les marais.

6 La plus grande partie des textes de rituels funéraires est relative à cet aspect de l’idéologie funéraire, mais nous ne pensons pas devoir les prendre en considération ici. Que le rituel des chapelles soit en quelque sorte distingué des pratiques funéraires adressées au sort du défunt après qu’il était devenu un défunt, nous paraît confirmé, même pour la IVe dynastie, par une remarque de Junker, op. cit., 1, Wien-Leipzig, 1929, pp. 60-61, qui parle de rites célébrés sur le toit des mastabas, près de l’embouchure du puits qui mène au caveau.

7 Nous rappelons que le terme désignant, en égyptien, l’offrande (ḥtp) est le même qui signifie « être content ». Nous nous bornerons à rapporter les significations du mot ḥtp énumérées par A. Gardiner, Egyptian Grammar, London, 1957, p. 583 : « rest, go to rest, set (of sun) ; (be) at peace, pleased... ; forgive... ;... peace... ;... altar, table of offerings ;... offerings ».

8 H. Frankfort, Kingship and the Gods, Chicago, 1948, pp. 62-69 ; J. Vandier, La religion égyptienne, Paris, 1949, pp. 71-74. Frankfort, op. cit., p. 210, s’est beaucoup approché de la formulation que nous proposons : « Although the supply of food and other commodities takes such a large part in the funerary texts and predominates entirely in the equipment of the tomb with paintings and reliefs (for even the scenes from daily life depict food and other necessities in the process of being produced), all this great apparatus is no more than a preparation for the afterlife and not its essence. »

9 Nous pensons que la peur des morts peut être à la base de toute une série de faits jusqu’ici négligés de la culture égyptienne : si nous interprétons la chapelle comme la partie du tombeau qui doit empêcher le mort de revenir sur terre, il pourrait bien s’ensuivre que de nombreuses solutions architecturales normalement considérées comme visant à dérouter les voleurs sont en réalité destinées aux revenants ; les bandelettes des momies auraient, en ce sens, la même fonction. Que la peur des voleurs ne soit pas à l’origine de la séparation entre tombeau royal et temple funéraire à la XVIIIe dynastie a été proposé par nous sur d’autres bases : cfr. C. Barocas, Egitto, Milano, 1970, pp. 70-71.

10 La scène trouve un parallèle dans l’iconographie du roi représenté dans l’action de massacrer les « ennemis », attestée depuis Narmer jusqu’à l’époque gréco-romaine et adoptée aussi par les rois méroïtiques.

11 La peur des morts implique la conception d’un état de passage entre morts et vivants, donc d’une mort provisoire et d’une mort définitive. Cela peut se traduire dans la présence de deux tombes : une tombe provisoire où le cadavre est déposé jusqu’à ce que les os soient exposés, une tombe définitive pour la déposition des ossements. Il y aurait lieu de méditer sur les doubles sépultures de l’époque prédynastique en Égypte et sur la présence, à la même époque, de dépositions d’ossements ainsi que d’ossements portant des restes de peinture : W.M. Flinders Petrie, Naqada and Ballas, London, 1896.

12 On peut établir un parallèle très instructif entre tombeaux royaux et tombeaux de particuliers. Exactement comme les pyramides conservent de l’époque de Zoser certains éléments fonciers, mais les inscrivent dans un complexe dans lequel les fonctions magiques ne jouent plus le rôle prédominant qu’elles jouaient auparavant, de même l’assimilation de la peur des morts dans le mécanisme de la production, tout en en conservant le noyau, dérobent la mort de l’individu aux puissances éminemment magiques pour lui imposer le contrôle social.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540