Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux d’Europe

 | 
Stella Ghervas
, 
François Rosset

Première partie. Pôles et foyers (Principia)

La place urbaine en Europe comme lieu idéal

Bertrand Lévy

Texte intégral

1La problématique du lieu et du non-lieu prend toute sa signification dans le contexte de la ville européenne, menacée, comme toutes les villes du monde, par un processus d’uniformisation des espaces, qui procède de causes technologiques et culturelles diverses, accélérées par l’internationalisation des capitaux, des techniques, et d’une certaine manière de penser la ville. L’aménagement urbain est inséparable d’une philosophie de l’espace ; il en est la projection la plus fidèle, à côté du rôle qu’il remplit en matière de satisfaction des besoins humains. Si l’Europe ne s’est guère distinguée dans l’aménagement des zones péri-urbaines et des avant-villes, qui tendent à se ressembler partout avec leur cortège de stations-service, de grandes surfaces et d’immeubles en barres, le Vieux Continent a su, au cours de son histoire, susciter des formes urbaines parmi les plus remarquables du monde. Les centres historiques européens, grâce à leur patrimoine cristallisé par le temps, sont des concentrés de vie locale en même temps que de grands attracteurs sur le plan touristique : la ville européenne demeure la cause première de la venue en Europe des touristes extra-européens (Wöber 2002), et l’on sait que ces touristes se concentrent dans les parties historiques des villes.

2Notre discours se place dans le contexte de la revalorisation des lieux urbains. Pour Kenneth White, l’inventeur de la géopoétique, il s’agit dans la période contemporaine de revenir au lieu, de vivre autour du lieu en cercles concentriques, et en prenant le temps (White 2007). Paroles dérangeantes à l’époque de toutes les mobilités, contraintes ou non, paroles réactives face à la logique de l’homme et de la femme pressés, ne prenant plus le temps d’observer, de contempler, de participer à la vie urbaine sur l’espace public. Les moyens technologiques qui sont censés relier l’homme à autrui et à son environnement ne font souvent que l’enfermer et l’isoler toujours plus, et le tiennent éloigné des lieux et des êtres saisis dans leur immédiateté. Quel est l’avenir de la place urbaine dans ce contexte historique particulier ?

3Il s’agit d’abord de définir le lieu puis d’évaluer le degré d’idéalité de la place publique, construction issue du passé mais demeurant selon nous l’une des spécificités principales de la ville européenne. Une place urbaine constitue un lieu dans la mesure où elle est un fragment du territoire chargé de sens et où elle respecte les quatre caractéristiques du lieu données par Marc Augé (1992 : 100) et nous-même :

  • être historique,
  • être identitaire,
  • être relationnel,
  • être chargé de sens symbolique.

La place comme lieu et comme haut lieu urbain

4En 1920 déjà, Stefan Zweig évoquait la Monotonisierung der Welt (Zweig 1988 : 12) qui allait accompagner la division du travail et l’aménagement de zones spécialisées en banlieue. Or, les lieux centraux que sont les places, centres de ville ou centres de quartiers sont les repères premiers qui s’opposent à ce sentiment d’uniformisation de l’espace pouvant susciter l’ennui. Sans repère, l’homme perd la confiance que lui procure une certaine forme de stabilité ; le citadin et le visiteur d’une ville sont toujours à la recherche de repères qui forgent l’identité urbaine et l’identité personnelle. Retrouver la place centrale et historique d’une ville ou d’un quartier fait partie de ces expériences porteuses de sens qui permettent à l’individu de se retrouver lui-même, de se resituer dans sa vie comme dans sa ville. Une ville porteuse d’une typicité et d’une diversité est riche en lieux et en repères variés.

5Dans le contexte actuel de la mondialisation où le schéma territorialisation/dé-territorialisation/re-territorialisation, ou schéma TDR de Claude Raffestin (1996) se reproduit à un rythme toujours plus soutenu, le lieu représente une certaine permanence dans l’espace et s’oppose aux non-lieux, produits de la sur-modernité et de la mobilité croissante (Raffestin et Bresso 1979 : 79-85 ; Augé 1992 : 100 ; Balandier 2001 : 62-76). Si les lieux structurent l’identité de l’espace, ils structurent aussi la personnalité de l’homme. Le lieu possède une dimension existentielle ; c’est pourquoi nous le définissons en géographie humaniste comme un centre de l’existence humaine qui possède une configuration spatiale et qui a pour but d’unifier le moi, de créer une mémoire et de forger une identité, personnelle et sociale.

6La géographie est attentive à l’échelle et à la dimension spatiale du lieu, afin de ne pas le confondre avec n’importe quel élément ou objet isolé dans le paysage. Par exemple, une tasse n’est pas un lieu pour le géographe, mais un objet ; en revanche, la salle du café où cette tasse se trouve peut constituer un lieu. Un lieu est un fragment de territoire qui doit former un tout appréhensible par les sens et l’esprit, un tout qui met en connexion des objets, des éléments et des êtres rassemblés sur un espace restreint. La question de l’échelle est délicate à résoudre définitivement car un lieu possède une dimension transcalaire qu’on retrouve dans le langage courant : on dira d’un café, d’une place mais aussi d’une ville voire d’une nation qu’ils sont le lieu ou le haut lieu privilégié de ceci ou de cela ; c’est une manière métaphorique de s’exprimer. Pour le géographe, le lieu est toujours lié à une échelle géographique relativement grande, c’est-à-dire comprenant une petite portion d’espace représentée sur une grande carte ou un grand plan. L’approche zénithale de l’espace qu’apporte la carte, le plan ou la photographie aérienne est notoirement insuffisante pour cerner le sens et l’esprit du lieu ; c’est pourquoi la géographie humaniste contemporaine approche le lieu d’abord sous l’angle du vécu (Leys et Samuels 1978).

7Dans la définition proposée, le lieu est toujours un lieu de mémoire, il est le réceptacle d’une mémoire collective et/ou individuelle ; lieu et mémoire sont indissociables dans le sens où le lieu comprend une dimension mémorielle, vécue. La distinction entre mémoire et histoire établie par Maurice Halbwachs est très importante pour clarifier la notion de lieu et de non-lieu. Pour bien montrer ce qui différencie un lieu d’un non-lieu, Marc Augé utilise principalement le discriminant historique (ce qui est évidemment discutable) : les non-lieux sont issus, selon lui, d’une surmodernité qui privilégie les espaces de mobilité comme les halls d’aéroport, les palais d’exposition, les péages d’autoroute, les fast-foods… Pourtant, sur le plan de la mémoire et du souvenir, ces non-lieux historiques pourront se doubler d’une dimension affective et être ressentis comme des lieux. L’on sait par exemple que certains halls ou bars d’aéroport sont des lieux d’échange relationnel qui peuvent compter dans une vie. À partir du moment où l’on superpose mémoire et histoire, la distinction entre lieux et non-lieux devient poreuse ; en effet, au moment où un non-lieu acquiert une certaine charge mémorielle, une mémoire liée au vécu, il accumule une charge existentielle, identitaire et symbolique, qui est susceptible de le faire passer au stade de lieu. L’Histoire nous dira si certains non-lieux actuels se transformeront en lieux. Pour en venir à la place, celle-ci, considérée idéalement, est l’opposé d’un lieu de la surmodernité ; elle n’est pas un lieu de mobilité mais un lieu de pause dans la ville.

8Certaines places urbaines relèvent du haut lieu. La définition la plus concise du haut lieu est la suivante : un lieu doté d’une saillance dans l’espace et d’une prégnance dans le temps. La saillance dans l’espace, c’est son caractère physique aisément reconnaissable, identifiable. Quant à la prégnance dans le temps, c’est le fait d’avoir joué un rôle pivot à un moment donné de l’Histoire. Luc Weibel (2004) a très bien montré les déclassements et les reclassements de lieux historiques dans le paysage palimpseste berlinois. Un haut lieu est toujours consacré par l’Histoire, il traverse le temps, mais, selon l’idéologie dominante du moment, il peut être privilégié (comme les symboles royaux en période monarchiste) ou déclassé (les mêmes symboles en période révolutionnaire). À Paris, la mise en relief de la place de la Bastille est un excellent baromètre de l’esprit plus ou moins révolutionnaire du temps.

9Les places urbaines sont des témoins de l’histoire du territoire où elles s’insèrent et elles ont pu subir des transformations, et parfois des destructions dues aux guerres ou aux catastrophes diverses (tremblements de terre, incendies, inondations…). Toutefois, la place est généralement le premier haut lieu que l’on reconstruit, répare et réhabilite : on pense à la Grand-Place de Bruxelles soigneusement reconstruite après les destructions de 1695 ou aux places des villes allemandes ou européennes bombardées durant le second conflit mondial (Johannsen et Hehl 2004 : 170-175). Il est symptomatique que la place historique des villes bombardées est le premier lieu qui a été reconstruit à l’identique (à Francfort, à Varsovie…) ; il symbolise l’âme, le cœur, le cordon ombilical par lequel chaque habitant est relié à l’histoire de sa ville, pour reprendre la belle expression de Guido Ceronetti (1996).

Rôle et fonction de la place

10La place est le lieu où coïncident l’urbs et la civitas. La civitas est la ville des citoyens, de la communauté humaine qui investit l’espace public, et en premier lieu, la place, l’antique agora chez les Grecs, premier lieu de la démocratie, puis le forum romain, lieu de disputatio, dont les fonctions étaient déjà multiples (politique, civique, religieuse, marchande…). La place est aussi une manifestation saillante de l’urbs, la ville construite ; elle structure le plan urbain. Ce dernier comporte généralement une ou deux places centrales, disposées en enfilade ou jointes par une rue passante ; c’est la combinaison des fonctions fondamentales que sont les fonctions religieuse, civique et marchande qui peuple la ou les places centrales. À quoi viennent s’ajouter des fonctions diverses et non mutuellement exclusives – résidentielle, politique, administrative, culturelle, festive, ludique, sportive, touristique… – qui font de la place centrale un lieu de convergence indiscutable. Un campanile, les tours d’une cathédrale ou le beffroi d’un hôtel de ville achèvent le tableau symbolique d’une place historique entourée de constructions prestigieuses. Ainsi est rapidement brossé le cœur reconnu par l’ensemble de la communauté de la ville européenne, lieu où l’on se rend autant pour regarder que pour être vu et reconnu, où la foule se hisse elle-même sur une scène de théâtre en plein air.

11La place centrale draine les flux piétons de la ville puisqu’elle en est le centre de convergence. Camillo Sitte (1996) insiste à juste titre sur sa localisation : elle doit être située à proximité de rues commerçantes et fréquentées. Une place située à l’écart de ces rues ne « fonctionne » pas. Les places répondent à des fonctions multiples et ont évolué avec l’histoire des villes. Ce sont tant les « spécialités » dominantes de la cité que leur localisation sur le plan de ville qui ont déterminé leurs fonctions et leurs transformations. Par exemple, une place aujourd’hui située au cœur d’une ville qui a grandi a très bien pu jouer dans le passé un rôle d’espace de contact entre la ville et la campagne ; c’est le cas de nombreuses places qui apparaissent aujourd’hui surdimensionnées et qui remplissaient le rôle de foire aux bestiaux et de marché principal de la ville, comme la place de la Vieille-Ville de Prague, sise au carrefour de routes anciennes mais située en bordure de la Vieille Ville d’aujourd’hui. Lorsque cette fonction de foire et de marché s’est ex-urbanisée, la place a évolué avec son temps, elle a été embellie pour devenir un lieu d’art et de résidence de prestige. La Grand-Place de Bruxelles, quant à elle, située au cœur de la ville, fonctionnait au Moyen Âge comme une place de marché permanent. Au xiiie siècle, l’essor de la ville et son industrie drapière florissante ont décidé les magistrats communaux à meubler ce lieu de marché de dignes et belles constructions. Les corporations de métiers acceptèrent de reconstruire les quelques maisons où elles tenaient leurs assemblées et d’en aligner les façades. L’hôtel de ville se devait de rivaliser avec celui, somptueux, de Bruges (Rancé 1996). C’est une place où s’est joué un destin national ; le tapis floral, une création originale, qui recouvre son sol tous les deux ans – tradition aussi présente à Lille et dans d’autres villes du Nord – exposait en 1996 l’emblème de la Couronne de Belgique (le lion jaune sur fond rouge) entouré de la devise exprimée dans les deux langues nationales : « L’union fait la force – Eendracht maakt macht ». Sa fonction religieuse est rappelée à chaque Noël avec le grand sapin offert par un pays ou une ville étrangère au pied duquel se niche la crèche avec les personnages Renaissance grandeur nature. Avec l’avènement de la civilisation des loisirs et du tourisme, ces places sont devenues des hauts lieux de la vie touristique avec toute l’animation mais aussi avec tous les problèmes que cela implique (Jansen-Verbeke 1998). Dans certains cas, ces vastes places se sont muées en places événementielles : nous citerons le Prato della Valle de Padoue, à l’origine un pré devenu un lieu d’échange avec la campagne (foire et marché), puis décoré de ses fameuses statues au xviiie siècle et qui accueille aujourd’hui des méga concerts en plein air ; cette fonction culturelle n’est pas entièrement nouvelle puisque le Prato della Valle était déjà un lieu de célébrations dramatiques au Moyen Âge.

12L’évolution fonctionnelle des places européennes va dans le même sens : aux trois fonctions de base, civique/politique, religieuse et commerciale, s’ajoute une fonction culturelle et de loisirs de plus en plus prégnante : ainsi, la Piazza Grande de Locarno est aujourd’hui connue dans le monde entier non pour sa fonction de marché mais pour servir de lieu de projection en plein air pendant le festival du cinéma. On ne compte plus les places consacrées pendant la belle saison à des manifestations culturelles, théâtrales, musicales, festives ou sportives. La même Grand-Place de Locarno se remplit de sable un peu plus tard pour se transformer en terrain de beach-volley… Le goût pour les compétitions sportives se jouant sur les places ne date pas d’aujourd’hui : le Palio de Sienne qui se déroule pendant la période d’été à deux reprises sur le Campo date du xvie siècle mais au Moyen Âge, on y pratiquait déjà la pugna, joutes collectives à coups de poing, ainsi que des chasses aux taureaux à la mode espagnole, ou des courses de buffles, ou encore des courses d’ânes (Fernandez 1997 : 589). Ce n’est qu’après 1590, sur l’injonction du concile de Trente, que les courses de taureaux furent abolies pour céder la place aux courses de chevaux. Le Palio canalise l’agressivité des Siennois qui se sont souvent déchirés dans l’Histoire. Ne parle-t-on pas d’une atmosphère siennoise pour évoquer une ambiance de guerre civile ? C’est pour canaliser toute cette violence, réaffirmer l’identité entière de la ville qui chapeaute les différents quartiers que chaque « contrade » autorisée est invitée à sélectionner chevaux et cavaliers qui vont s’affronter dans la figure du cercle (image de la concorde), dessiné autour de la place et recouvert de sable pour l’occasion.

13L’imagination humaine est sans bornes pour inventer des réaffections nouvelles et temporaires aux places ; Kaltenbrunner (2003) affirme que dans la « société de l’expérience » actuelle, la place devient un espace multi-options, c’est-à-dire qui doit offrir un potentiel polyfonctionnel. Les places les mieux adaptées aux loisirs événementiels ne sont pas forcément des places idéales à la Sitte, mais des lieux scéniques facilement aménageables et pratiques.

14La place centrale d’une ville européenne draine une population de visiteurs qui provient de bien au-delà des limites de la ville. Rendons-nous sur la place du Dôme à Milan un samedi après-midi de mai ; c’est de toute la région qu’on accourt pour se rencontrer, flâner ou faire ses courses. Des rassemblements commémoratifs, politiques ou festifs s’y déroulent de manière concertée ou spontanée. La place leur fournit un cadre qui les inscrit dans une histoire prestigieuse, elle « grandit » en quelque sorte leur caractère parfois dérisoire, comme la victoire d’un match de football en coupe d’Europe. Si la place urbaine demeure un haut lieu de la mémoire, un réceptacle de l’Histoire, elle sait aussi accueillir les « grands événements du présent ». La place centrale est un excellent témoin de l’histoire des mœurs sociales, religieuses, politiques et économiques d’une ville, voire d’une région ou d’une nation. Il est évident que certaines places acquièrent une dimension internationale non seulement par leur esthétique mais aussi parce qu’elles continuent de jouer un rôle actif dans leur domaine, comme la place Saint-Pierre de Rome où la foule des fidèles a patiemment attendu le sacre du nouveau pape.

15À une certaine distance de la (ou des) place(s) centrale(s) se dessine un réseau de places de quartier, qui structurent et rassemblent autour d’elles la vie de quartier, dans ses dimensions également multiples. La majeure partie des études consacrées aux places urbaines se focalisent sur les places centrales parce qu’elles symbolisent l’identité historique de la ville et qu’elles matérialisent son riche patrimoine artistique et architectural (Bertrand 1984 ; Mancuso 1989). Toutefois, il serait faux de négliger les places de quartier qui sont des nœuds humains et relationnels vécus au quotidien, à forte charge affective. C’est souvent là que se resserrent les liens du quartier, à l’heure du café ou de l’apéritif. Si l’on part du principe, avec George Steiner, que la marque du paysage européen est son échelle conçue pour la marche à pied, la place urbaine répond au besoin de pause alors que les rues représentent des lieux de passage (Steiner 2005 : 26-32). On s’arrête sur une place de quartier (ou sur une place de village que nous ne traitons pas ici mais qui n’est pas moins digne d’intérêt) pour prendre un verre, faire ses courses, discuter ou contempler le spectacle des lieux et de la vie qui s’y déroule.

16Avec la touristification massive de certains hauts lieux, des places centrales mais aussi des places de quartier voient cette fonction sociale menacée. Elles deviennent à leur tour des lieux de passage, contrairement à leur destinée. Ainsi, les flots de touristes qui tournent autour de la place de la Vieille-Ville de Prague sans s’arrêter – car il n’y pas de bancs où s’asseoir –, ou ceux qui transforment en saison la place Saint-Marc de Venise en champ de foire photographique, affectent la fonction primordiale de la place, le repos et la contemplation ; il faut souvent attendre une heure avancée de la nuit pour capter à nouveau toute la magie des lieux.

La place urbaine, un privilège européen ?

17La civilisation européenne ne possède pas le monopole des places urbaines ; partout, l’homme vivant en communauté éprouve le même besoin de se sentir au cœur de quelque chose, de rencontrer ses semblables, d’admirer un paysage urbain. La spécificité de la place urbaine européenne est son degré d’achèvement artistique et architectural, et son poids historique ; chaque ville, même modeste, a tenu à y matérialiser son passé dans la pierre ou dans la brique. Parfois, les places prennent l’allure d’une rue évasée, ou s’agrémentent d’un jardin et d’un plan d’eau. La place latine est généralement dépourvue de végétation alors que la place anglo-saxonne intègre des éléments de la nature. Il serait intéressant d’étudier les différences d’usage de la place en Europe du Sud et en Europe du Nord. J’ai remarqué que le facteur saisonnier et météorologique est beaucoup plus déterminant au Nord qu’au Sud. Dès l’arrivée des premières pluies d’automne, les places d’Europe du Nord et centrale se dépeuplent, alors que la place italienne sait composer avec la pluie et le froid. Même en hiver, les places italiennes sont fréquentées et vivantes. Si on se dirige plus au sud, la place africaine est aussi un lieu de vie toute l’année ; on pense à la place Jemaa el Fna de Marrakech qui, après avoir servi pendant une période de gare d’autobus, est redevenue un lieu de vie, d’échange et de spectacle intense, avec ses conteurs, ses charmeurs de serpents, ses échoppiers et ses restaurateurs qui déploient leur terrasse le soir. Toutefois, on n’y trouve pas le degré d’achèvement architectural et artistique de la place européenne. C’est que la place africaine se concentre surtout sur l’usage et moins sur une morphologie donnée. Son intérêt est qu’elle joue encore le rôle d’un marché ouvert et situé à proximité d’un croisement de routes. Certaines villes chinoises traditionnelles possèdent aussi leur place centrale, lieu de manifestation du pouvoir et d’un certain évidement de l’espace qui correspond à une conception du plan de ville selon laquelle le centre doit être de préférence laissé vacant, à l’image du jeu de go. La ville américaine est beaucoup moins riche en places que la ville européenne pour des raisons culturelles, urbanistiques et technologiques. La culture anglo-saxonne a toujours privilégié le parc ou le square comme espace urbain de contemplation et de rencontre – la place urbaine se dit d’ailleurs urban square. L’espace public qu’incarne la place ne possède pas le prestige de l’espace privé dans la culture américaine. Au lieu du modèle de la place à l’européenne, qui est un espace public mais aussi un espace du public, l’urbanisme à l’américaine a multiplié les espaces privés ou privatisés : centres commerciaux à fonctions multiples, habitat individuel et desserré, terrains de loisirs variés. Le modèle d’habitat individuel du home sweet home entouré d’un jardin, qui est synonyme de tissu urbain à mailles larges, ne favorise pas l’émergence de places minérales, espaces vides surgissant au milieu d’un semis dense (Yi-Fu Tuan 1982 : 3-34). Ensuite, la priorité accordée à l’automobile a produit un espace véhiculaire dévorant l’espace urbain et peu compatible avec la place à l’européenne. Il serait toutefois faux de croire que les villes nord-américaines conçues avant l’apparition de la civilisation de l’automobile ne possèdent pas de places ; les commémorations et les rassemblements spontanés qui ont eu lieu après les événements du 11 Septembre à New York ont élu comme lieu de rassemblement une place au nom symbolique, Union Square.

18L’automobile, avant d’être expulsée des centres-villes européens à partir des années 1980, à la suite de la vague de piétonnisation des centres historiques, avait investi de nombreuses places transformées en parkings à découvert. Cette époque est révolue. La place à l’européenne qui remonte à l’ère pré-industrielle n’a jamais été adaptée aux transports mécanisés. Les places qui doivent consacrer une partie de leur espace aux moyens de transport et qui gardent leur fonction de nœud circulatoire ne remplissent pas les critères d’une place idéale ; c’est le cas du Marktplatz de Bâle qui pourtant comporte l’un des joyaux colorés de l’architecture médiévale, l’Hôtel de Ville, mais qui est traversé de trams, de véhicules de livraisons et de vélos rompant la tranquillité du promeneur. Pendant le Carnaval ou lors de réceptions exceptionnelles organisées par la mairie (pour une victoire sportive ou une adresse politique par exemple), la place retrouve toute sa vocation.

19L’Europe a exporté des modèles de places, de piazza (en italien) (Favole 1972), de plaza (en espagnol) (Martin 1978) ou de place royale à la française (plus rare) (Cleary 1999) sur d’autres continents, dans les pays de colonisation européenne ; on pense à l’Amérique latine, à la Plaza Mayor de Mexico, lieu de rites, de fêtes, de protestations diverses, qui est la réplique exacte mais agrandie de la Plaza Mayor de Valladolid en Espagne (il fallait voir grand…). Les places baroques d’Amérique latine, souvent remarquables, sont des places inspirées par la ville classique européenne, un type de place souvent inscrit dans un plan rationnel mais réunissant une architecture foisonnante. En Asie, la place Tienanmen (place de la Paix céleste) de Pékin qui couvre 40 hectares ou la place Rouge de Moscou sont de vastes esplanades riches en art et plus étendues que la plupart des places européennes marquées par la concentration architecturale. Ce sont évidemment des places de la plus haute importance artistique et politique, mais elles ne sont pas accordées aux besoins de la vie quotidienne, tout comme les places de Saint-Pétersbourg, impressionnantes mais peu animées. C’est que, à l’instar de la place de la Concorde à Paris, elles ne répondent pas aux critères morphologiques énoncés en 1889 par Camillo Sitte, qui a tenté de dessiner les traits idéaux de la place européenne.

Les critères de la place idéale selon Camillo Sitte

20Après avoir mis en évidence que la place est un lieu de convergence géographique et un lieu de mémoire historique, nous pouvons affirmer, à la suite de Jacques Dewitte (1987), qu’elle symbolise l’archétype de la rencontre et de la contemplation urbaines. En regard du triplet d’analyse des espaces urbains « forme-fonction-usage », l’œuvre de Camillo Sitte s’est davantage penchée sur la morphologie et l’esthétique des places que sur leur fonction et leur usage. Nous pouvons résumer comme suit ses critères idéaux, qui sont d’abord d’ordre morphologico-esthétique :

  • espace fermé et protégé,
  • dégagement du centre (aller-retour du regard),
  • monuments sur les flancs (asymétrie),
  • effet de surprise (petites rues coudées),
  • attrait des façades architecturales (Handwerk),
  • concavité et revêtement du sol original.

21En partant de ces critères d’idéalité morphologico-esthétiques, nous pouvons en ajouter d’autres, concernant plutôt les fonctions et les usages des places, et projetés dans le contexte de la ville contemporaine. Ces critères fonctionnels et d’aménité seraient :

  • fermeture au trafic/accessibilité à pied,
  • rénovation/réhabilitation d’édifices anciens,
  • liberté et gratuité d’établissement (bancs),
  • fonction commerciale à proximité (flux piétons),
  • animations diverses (musique, danse, théâtres…).

22Camillo Sitte, historien d’art et d’architecture viennois, a explicité ses critères morphologico-esthétiques dans une œuvre fondatrice dédiée en 1889 aux places urbaines d’Europe, œuvre à laquelle se réfèrent un très grand nombre d’études ultérieures, plus souvent pour la prolonger que pour en prendre le contrepied (Kaltenbrunner 2003). Le contexte historique de l’étude de Sitte se situe juste après les grandes opérations d’urbanisme liées au Ring de Vienne. Pour Sitte, les vastes esplanades, souvent accompagnées de jardins et rythmant le boulevard circulaire, espaces ouverts par excellence, s’opposent à la ville intimiste et resserrée du Moyen Âge. La ville circulatoire née du Ring et qui sera planifiée dans la plupart des villes européennes à partir de la seconde moitié du xixe siècle (le Paris haussmannien, l’Eixample de Barcelone, la Genève fazyste…) s’oppose dans son esprit à la Gemütlichkeit de la cité médiévale, à l’aspect protecteur de son urbanisme, comparable au ventre d’une mère. Si l’on adopte cette métaphore, la place est le cordon ombilical qui relie les habitants à la ville mère, l’umbilicus mundi qui relie les habitants à leur passé, à leur histoire, à leur identité. À propos du Campo de Sienne, Jean-Bernard Racine nous livre cette réflexion :

Image même de l’espace public. Occasion évidente de rêver, face à la fragilité des valeurs proposées par la culture de l’éphémère et le collage post-moderne, face aux valeurs spéculatives et affairistes telles qu’elles sont exaltées et proclamées à grands cris, à des espaces qui ne soient pas incivils. Qu’est-ce à dire sinon qu’ils ne sauraient être des espaces de pure consommation, voués au rituel de la consommation marchande […] mais des espaces de partage quotidien, racines d’une citoyenneté partagée, combinant autonomie et droits de citoyenneté […], potentiel de tolérance et d’échange culturel, espaces de tolérance dont nous soyons, en nous faisant décor les uns les autres, collectivement propriétaires, vivant ensemble, égaux et différents. (Racine 1999 : 220)

23Pour Jean-Bernard Racine, la place urbaine est clairement un espace du co-(de la communauté, de la communication, de la communion, de la continuité) plutôt qu’un espace du dis-(de la discrimination, des disparités, de la discontinuité). Pour Sitte, c’est la forme qui influencera les fonctions et les usages sociaux des places. C’est autant la dislocation des échelles entre la ville ancienne et la ville industrielle que le caractère ouvert de l’espace urbain qu’il met en cause, et l’on saisit aujourd’hui toute l’acuité de son regard, alors que le processus de la ville circulatoire n’a fait que s’amplifier, produisant des effets pervers sur l’aménagement urbain et la qualité de vie des habitants. La place est un haut lieu de l’agoraphilie alors que la ville aux espaces de circulation largement déployés va favoriser l’agoraphobie (Lévy 1981). Si Sitte énonce un certain nombre de principes morphologiques et esthétiques à respecter pour édifier une place idéale, on s’aperçoit que sa démonstration trouve son origine non dans un quelconque déterminisme architectural ou urbanistique mais dans un souci communautaire. Jacques Dewitte (1987) a montré toute la profondeur philosophique et le caractère actuel de son raisonnement.

24Avec Sitte, nous nous situons à l’origine de l’édification d’une ville, de l’agencement entre ses espaces vides et ses espaces pleins. Son raisonnement participe d’une conception morale et philosophique de la ville dont la place symbolise le cœur identitaire : le rôle de la place centrale est d’être, comme on l’a vu, un lieu de convergence pour toute la ville, ce qui suppose un réseau urbain centré, de préférence de structure radioconcentrique (Waltenspühl 1997). Ainsi, la ville doit posséder un centre bien identifié, et l’on sait que ce n’est plus le cas pour les métropoles polynucléées. Sans aller jusqu’à Los Angeles, qui serait l’anti-modèle de la ville selon les critères de Sitte, on peut déceler qu’un certain nombre des plus grandes métropoles européennes se sont dotées de plusieurs centres dans l’Histoire : Paris, Londres, Berlin… Certes, ces villes sont pourvues de places urbaines, mais très peu d’entre elles correspondent à la place idéale de Sitte. C’est une question de culture et de taille : les extraits de plans urbains qui parsèment son livre concernent des villes conçues à l’échelle du pas de l’homme (Ulm, Salzbourg, Vérone, Pérouse, Venise…), et rarement des métropoles.

25La place idéale suggère un dégagement d’espace dans le plein d’une ville, au contraire d’une place qui s’établirait a posteriori dans un espace vide. Sitte réfute le système des blocs à l’américaine où la place occupe l’espace d’un bloc manquant. Ce genre de place, qui ne possède pas le caractère fermé et protégé de la place idéale, pose énormément de problèmes d’aménagement (comme la place des Nations à Genève). En effet, dénué d’urbanisation frontale et continue, ce type de place ressemble à un espace déstructuré, aboutissement de grands axes. Si l’urbanisation est plus dense et la place située sur un nœud circulatoire disposé sur plusieurs niveaux, comme la Potsdamer Platz de Berlin ou de nombreuses « places de la gare » modernisées, son réaménagement se heurte à la complexité des contraintes circulatoires (Nielebock 1996). En effet, une place urbaine, même si elle se situe au centre du réseau urbain, ne doit pas être l’aboutissement d’axes aux larges perspectives, pour deux raisons : la circulation proche trouble la quiétude des lieux et la largeur des axes et des perspectives empêche l’effet de surprise de se déployer. Au contraire, la rue centrale doit plutôt contourner la place, comme les Banchi di sotto et les Banchi di sopra qui enserrent le Campo de Sienne un peu à la manière d’un chemin de ronde, ou les rues entourant la place Saint-Marc de Venise. Les voies qui aboutissent à la place se doivent d’être étroites, coudées, précisément en forme de « coude de turbine » pour ménager au promeneur l’effet de surprise et d’émerveillement au débouché de la place. La plupart des places médiévales et Renaissance, ainsi qu’une partie de celles de l’âge baroque, respectent ce critère. L’aspect refermé sur lui-même de la place procure un sentiment de sécurité et de calme au piéton, et sur ce point, Sitte se révèle particulièrement visionnaire : les places semi-ouvertes et situées au centre des grands axes deviendront des carrefours bruyants comme le rond-point des Champs-Élysées ou la place de la Concorde à Paris, peu favorables à la contemplation. La place Vendôme, chef-d’œuvre d’architecture classique et d’une élégance indéniable, est traversée par une rue relativement large ; en son centre est plantée une colonne qui ne la rend pas idéale aux yeux de Sitte. En plus, elle ne respecte pas les critères d’aménité des lieux que nous avons énoncés. C’est à cause de son prestige architectural, historique et commercial qu’elle est la place la plus étudiée de Paris (Saint-Simon 1982 ; Ziskin 1999). À l’opposé, la place du Tertre à Montmartre représente le modèle de « place du village dans la ville », comme la place du Bourg-de-Four à Genève ou la place d’Espagne à Rome. Ce sont des places sans prétention mais qui plaisent aux passants par leur irrégularité et leur caractère provincial.

26Elles dégagent une image familière et intimiste qui favorise le regard et le geste de proximité. Un de leurs problèmes est leur touristification croissante (cas de Paris et de Rome).

27La place doit procurer un sentiment de respiration dans le semis dense de la ville ; l’espace dégagé doit en conséquence être assez étendu pour permettre les allées et venues du regard mais pas trop vaste non plus pour ne pas perdre son caractère d’intimité. Les vastes places sont la plupart du temps des affirmations du pouvoir, déconnectées des préoccupations quotidiennes. Elles intimident plus qu’elles ne séduisent. Plus d’un écrivain s’est dit intimidé sur la place Saint-Pierre de Rome. Si au contraire l’espace est trop exigu, l’individu se sentira écrasé par l’architecture : c’est le cas de tant de places de cathédrale en Europe dénuées de recul suffisant. Sitte préconise avec force que le centre de la place doit être dégagé afin de libérer le regard et l’esprit. Si un monument (cathédrale, campanile, statue, fontaine…) doit être disposé quelque part, il le sera sur les flancs, et de manière à créer une asymétrie. C’est le cas du David de Michel-Ange sur la place de la Seigneurie de Florence ou du campanile de la place Saint-Marc de Venise, et de quantité d’églises qui s’incorporent aux édifices bordant les places de Venise ou de Florence.

28Sitte insiste sur l’attrait architectural et artistique des façades bordant la place, sur le travail fait main, le Handwerk, marque d’une diversité, d’une authenticité que ne possèdent pas les constructions industrielles. Enfin, signe du souci du détail de l’architecte viennois, le sol de la place se doit d’être concave plutôt que convexe, et son revêtement pourvu d’un matériau formant décoration. Le Campo de Sienne, avec son pavage de briques formant des chevrons et divisé en neuf parties

29– symbolisant le gouvernement des Neuf – par des bandes de travertin qui convergent devant la tour de la Mangia, représente un modèle parfait. Toutes les plus belles places d’Italie sont pourvues d’une décoration géométrique du sol. Le dallage est généralement incrusté de pierres de nature et de teinte différentes (dalles grises et bandes pétrées noires par exemple). Une place idéale ne devrait évidemment jamais être recouverte de macadam. Les places convexes ou en dévers, pourvues de dénivellations et de marches, comme la place du Bourg-de-Four à Genève ou la place d’Espagne à Rome, possèdent aussi leur charme propre. La topographie tourmentée du site ménage des lignes de fuite sur le paysage urbain, suppléant ainsi dans une certaine mesure au caractère rassembleur, convergent et protecteur de la place concave. Écoutons à ce propos Julien Gracq se promenant dans Rome :

Rome […] est remplie de ces places ou placettes auxquelles aucune rue importante ne conduit, et dans lesquelles on se glisse à l’improviste comme dans la chambre centrale d’un labyrinthe : ainsi non seulement de la place Navone, mais de celle du Capitole, de celle des chevaliers de Malte, de la fontaine de Trévi. La féerie urbaine est liée plus d’une fois, pour le flâneur solitaire, à ces alvéoles protégées dont l’accès imprévu s’offre à vous moins comme l’usage d’une commodité générale que comme une faveur privée : cette place Navone, j’étais ravi aussi bien de tomber sur elle quand je ne la cherchais pas que de m’égarer chaque fois que j’y avais rendez-vous, comme si je m’étais aventuré dans les vaux de la forêt de Brocéliande. (Gracq 1988 : 83)

Le devenir de la place urbaine européenne

30Si la place urbaine est consubstantielle de la ville européenne – elle en constitue probablement l’une des composantes les plus tangibles –, plusieurs menaces pèsent sur elle. La place à l’européenne est synonyme d’équilibre : équilibre des masses et des volumes qui lui confère son esthétique, équilibre de la fonction sociale et de la fonction économique, équilibre entre sa dimension « écologique » et ses fonctions culturelle, ludique et festive. Elle doit d’abord s’inscrire dans un centre-ville ou dans des quartiers qui ne sont pas atteints de déséquilibres socioéconomiques, de ségrégations socio-spatiales ; la place est certes la grande mélangeuse de la cité, mais elle peut aussi exprimer les problèmes de la ville. Si l’affairisme prédomine, les critères d’aménité des lieux ne sont plus respectés : la place devient un champ de consommation, se couvre de publicité, comme un côté de la place du Dôme à Milan, les bancs publics sont enlevés, il est interdit de s’asseoir sur le parvis de la cathédrale ou sur les marches des fontaines pour favoriser le commerce des terrasses (place de la Vieille-Ville de Prague) ou pour éviter la clochardisation et les trafics illégaux (place du Dôme de Milan). À l’opposé, si le centre-ville subit une dévitalisation économique due à l’installation de supermarchés en périphérie et à des problèmes d’accessibilité – ce que la stratégie d’aménagement du territoire en Italie cherche à éviter (Lieutier 1997) –, la place centrale n’assume plus ses fonctions premières.

  • 1 Cité dans Guide bleu Italie du Nord et du Centre, Paris, Hachette, 1978, p. 260.
  • 2 André Suarès, Le Voyage du Condottière, cité ibid., p. 358.

31La piétonnisation des centres-villes a réinséré les places urbaines dans un cercle vertueux : en les préservant des nuisances de la circulation automobile, en rétablissant leur attractivité auprès des habitants et des commerçants, elle a stoppé la dégradation physique des édifices, désormais largement rénovés ou restaurés par une population solvable ou des autorités responsables. Le tissu commercial a été préservé, il s’est certes adapté à la demande touristique, et la sécurité est assurée par un contrôle social des habitants et par les allées et venues des gendarmes. L’équilibre est précaire entre l’attractivité et l’accessibilité sur le plan économique de la zone centrale. On note une tension constante entre l’élitisation du lieu et des phénomènes de massification touristique allant des odeurs d’huile frite exhalées par certains fastfoods à des comportements humains douteux. Dans la zone touristique de Venise, à Saint-Marc notamment, le prix des consommations passe du simple au double pour le touriste par rapport à l’autochtone. C’est une pratique admise par la municipalité pour ne pas déposséder complètement les autochtones de ce haut lieu (Lévy 2004). Les places constituent des lieux privilégiés où les habitants et les touristes se côtoient et parfois se rencontrent. Il convient d’ajouter qu’une place trop agoraphile peut susciter chez certains une agoraphobie ; il vaut mieux alors se rendre sur des places de quartier moins fréquentées ou carrément dans des villes moins touristiques. Pour reprendre l’exemple italien, la Piazza Vecchia de Bergame, que Le Corbusier trouvait « absolument sublime1 », probablement à cause de ses formes d’une grande sobriété, ou celle de Crémone, « une des plus extraordinaires places médiévales de la Péninsule » selon le propos d’André Suarès2, ne sont pas (encore) des lieux surchargés.

32Camillo Sitte a surtout montré dans son enquête minutieuse que les places idéales étaient plutôt situées en Italie qu’au nord des Alpes, pour des raisons de tradition culturelle et de savoir-faire urbanistique. Il existe bien sûr de très belles places dans d’autres parties de l’Europe (en Espagne, Belgique, Pologne, Autriche, Allemagne, dans les pays baltes…). Toutefois, le propre des places italiennes, c’est que non seulement les équilibres architecturaux y sont respectés mais aussi la fonction sociale s’y est maintenue, grâce à des habitudes ancrées telles que la passeggiata du soir ou du dimanche après-midi ; les heures d’ouverture étendues des commerces situés à proximité ont maintenu une animation qui fait souvent défaut dans les pays d’Europe du Nord ou centrale. La menace la plus contemporaine qui pèse sur les places est liée à la tendance urbanistique de créer des centres commerciaux et de loisirs dans les périphéries. Là, les espaces sont couverts et coupés de l’environnement naturel et du climat, les circulations sont internalisées (halls, escalators, ascenseurs…), ce qui provoque d’énormes dépenses énergétiques pour le chauffage et/ou la climatisation. L’espace est privatisé, donc fermé après une certaine heure. Ce sont des lieux de consommation plus que de contemplation.

33La place urbaine demeure ce lieu privilégié de l’urbanité européenne où s’équilibrent la vita activa et la vita contemplativa, la nature et la culture de la cité, ses dimensions profane et sacrée, ainsi que le bien-être de ceux qui savent encore pratiquer « l’art de l’oisiveté » (Hesse 2002).

Bibliographie

Références bibliographiques

Augé Marc. 1992. Non-lieux, Paris, Le Seuil.

Balandier Georges. 2001. Le grand système, Paris, Fayard.

Bassand Michel et al. 2001. Vivre et créer l’espace public, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Benevolo Leonardo. 1994 [1975]. Histoire de la ville, Marseille, Parenthèses.

Bertrand Jean-Michel. 1984. Les places dans la ville, Paris, Dunod.

Ceronetti Guido. 1996. Un voyage en Italie, trad. de l’italien par A. Maugé, Paris, Albin Michel.

Cleary Richard L. 1999. The « place royale » and urban design in the Ancient Régime, Cambridge, Cambridge University Press.

Dewitte Jacques. 1987. « Éloge de la place. Camillo Sitte ou l’agoraphilie », La ville inquiète, Le temps de la réflexion, VIII, p. 150-177.

Favole Paolo. 1972. Piazze d’Italia, Milan, Bramante.

Fernandez Dominique. 1997. Le voyage d’Italie. Dictionnaire amoureux, Paris, Plon.

Gracq Julien. 1988. Autour des sept collines, Paris, José Corti.

Hesse Hermann. 2002. L’art de l’oisiveté, trad. de l’allemand par Alexandra Cade, Paris, Calmann-Lévy [Die Kunst des Müssiggangs, éd. par Volker Michels, Francfort, Suhrkamp, 1973].

Isnenghi Mario. 1994. L’Italia in piazza, i luoghi della vita pubblica dal 1848 ai giorni nostri, Milan, Mondadori.

Jansen-Verbeke Myriam. 1998. « Le tourisme culturel dans les villes historiques. Revitalisation urbaine et capacité de charge. Le cas de Bruges », dans Georges Cazes et Françoise Potier (éds), Le tourisme et la ville. Expériences européennes, Paris, L’Harmattan, p. 81-97.

Johannsen Rolf H. et Erhard Hehl. 2004. Les plus belles places d’Europe, trad. de l’allemand par I. Gersheim et J. Robert, Hildesheim, Gerstenberg Verlag et Genève, La Joie de lire.

Kaltenbrunner Robert. 2003. « Splendid Isolation. Raum und Kunst, Platz und Gestaltung – oder : wie man glaubt, Offentlichkeit herstellen zu können », Informationen zur Raumentwicklung, n° 1/2.

Kirk Dayna. 1989. From Piazza to Place Royale, Houston, UMI Diss. Info. Service.

Lakeman Sandra Davis. 1994. Natural Light and the Italian Piazza, San Luis Obispo, Natural Light Books.

Lévy Bertrand. 1981. « L’uniformisation des paysages urbains par l’automobile. Le cas genevois », Le Globe, t. CXXI, p. 135-191.

– 2004. « Venise, en touriste », dans Bertrand Lévy et Claude Raffestin (éds), Voyage en ville d’Europe. Géographies et littérature, Genève, Metropolis, p. 235-266.

Lévy Bertrand et Claude Raffestin (éds). 1999. Ma ville idéale, Genève, Metropolis.

– (éds). 2004. Voyage en ville d’Europe. Géographies et littérature, Genève, Metropolis.

Ley David et Marwin S. Samuels. 1978. Humanistic Geography, Prospects and Problems, Londres, Croom Helm.

Lieutier Gilbert. 1997. « Déplacements urbains – Les solutions mises en œuvre dans les villes italiennes : les ZTL, zones à trafic limité », Transports urbains, 94 (janvier-mars).

Mancuso Franco. 1989. Le piazze, Novara, Istituto geografico De Agostini.

Martin Roland et al. 1978. Forum et plaza mayor dans le monde hispanique. Colloque interdisciplinaire, Casa de Velázquez, Madrid, 28 oct. 1976, Madrid, Casa de Velázquez, et Paris, Éditions Boccard (Publications de la Casa de Velázquez, série « Recherches en sciences sociales », 4).

Mumford Lewis. 1961. La cité à travers l’Histoire, Paris, Le Seuil.

Nielebock Henry. 1996. Berlin und seine Plätze, Potsdam, J. Strauss Verlag.

Racine Jean-Bernard. 1999. « Villes idéales et rêves de villes : de Tombouctou à Jérusalem, regards croisés sur quelques villes vécues en vrai ou en imaginaire », dans Bertrand Lévy et Claude Raffestin (éds), Ma ville idéale, Genève, Metropolis, p. 187-240.

Raffestin Claude. 1996. « Territorialité, concept ou paradigme de la géographie sociale ? » Geographica helvetica, 2, p. 91-96.

Raffestin Claude et Mercedes Bresso. 1979. « Le crépuscule d’une territorialité », dans Travail, espace, pouvoir, Lausanne, L’Âge d’homme.

Rancé, Christiane. 1996. « Ce prodigieux décor est la scène de Bruxelles », série « Les plus belles places du monde » (3), Le Figaro Magazine, 21 sept., p. 78-81.

Saint-Simon Fernand de. 1982. La place Vendôme, Paris, Éditions Vendôme.

Sansot Pierre. 1995. Les pierres songent à nous, Montpellier, Fata Morgana.

Sennett Richard. 1990. The Conscience of the Eye : The Design and Social Life of Cities, New York, Alfred A. Knopf.

Sitte Camillo. 1996 [1889]. L’art de bâtir les villes. L’urbanisme selon ses fondements artistiques, trad. de l’allemand par D. Wieczorek, Paris, Le Seuil (Points).

Steiner George. 2005. Une certaine idée de l’Europe, trad. de l’anglais par Christine Le Bœuf, Arles, Actes Sud.

Waltenspühl Paul. 1997. Villes de structure radioconcentrique, Sulgen, Niggli.

Webb Michael. 1990. The City Square, Londres, Thames and Hudson.

Weibel Luc. 2004. « Berlin, ville de l’avenir ? », dans Bertrand Lévy et Claude Raffestin, Voyage en ville d’Europe. Géographies et littérature, Genève, Metropolis, p. 25-42.

White Kenneth. 2007. « L’expérience du lieu. Perspectives géopoétiques », dans Bertrand Lévy et Alexandre Gillet, Les chemins de la géopoétique. Marche et paysage, Genève, Metropolis, p. 13-30.

Wöber Karl (éd.). 2002. City Tourism 2002, Vienne, Springer.

Yi-Fu Tuan. 1982. Segmented Worlds and Self, Minneapolis, Group Life and Individual Consciousness, University of Minnesota Press.

Ziskin Rochelle. 1999. The Place Vendôme : Architecture and Mobility in Eighteenth Century, Paris, New York, Cambridge University Press.

Zweig Stefan. 1988. Die Monotonisierung der Welt : « Aufsätze und Vorträge », choix des textes et postface de Volker Michels, Francfort, Suhrkamp.

L’ensemble médiéval de la Piazza del Commune de Crémone symbolise une place européenne idéale, moins connue que ses consœurs de Sienne ou de Venise.

Image img01.jpg

Fig. 14 : La pluie fait ressortir les volumes et les proportions harmonieuses de cet espace à échelle humaine ainsi que la décoration géométrique du sol. À gauche, le baptistère orthogonal date du xiie siècle et ses deux côtés regardant le Dôme sont ornés d’un pavement de marbre polychrome du xvie siècle.

Image img02.jpg

Fig. 15 : L’heure d’après, le soleil de septembre luit à nouveau et la place redevient un lieu de vie et d’échange. « La place de Crémone est une tragédie lyrique du style le plus fort et le plus sévère ; tout l’âme de la ville y chante » (André Suarès, Voyage du Condottière, 1910-1932).

Image img03.jpg

Fig. 16 : La façade du Dôme (xiiie-xive siècle), avec ses arcades et ses galeries ajourées est un bel exemple de Handwerk ; elle donne grâce et légèreté à l’édifice typique de l’architecture romane lombarde (xiie-xiiie siècle). À gauche, le Torrazzo est le clocher en brique le plus haut du monde avec ses 112,10 mètres.

Image img04.jpg

Fig. 17 : Face au Dôme se dressent les deux symboles du pouvoir politique : à droite, le Palais municipal (xiiie siècle), typique de la structure lombarde du Broletto, et à gauche, la Loge des soldats qui a conservé ses fenêtres trilobées d’origine, alors que celles du Palais municipal ont été agrandies à la Renaissance. La brique et les lignes crénelées confèrent au lieu une atmosphère à la fois chaleureuse et rigoureuse.

Notes

1 Cité dans Guide bleu Italie du Nord et du Centre, Paris, Hachette, 1978, p. 260.

2 André Suarès, Le Voyage du Condottière, cité ibid., p. 358.

Auteur

Département de géographie de l’université de Genève

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540