Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort, les morts dans les sociétés anciennes

 | 
Gherardo Gnoli
, 
Jean-Pierre Vernant

Les inscriptions cunéiformes funéraires

Jean Bottéro

Texte intégral

  • 1 Voir maintenant Death in Mesopotamia (Copenhagen, 1980) et en particulier pp. 25 ss. : « La mytholo (...)

1Parmi le demi-million d’inscriptions cunéiformes, en sumérien ou en accadien, retrouvées à ce jour en Iraq et dans les pays circonvoisins, et qui, complétées d’un nombre plus prodigieux encore de trouvailles proprement archéologiques, nous donnent une idée du mode de vie et de vision du monde des anciens Mésopotamiens, une certaine quantité présentent des considérations sur la mort et l’après-mort. Les plus nombreuses — surtout des mythes, des « prières » et des rituels, mais aussi quelques textes juridiques et historiques — ont plutôt pour objet LA Mort : la conception de LA Mort et de ses suites, et LES Morts en général, et leur traitement, ici-bas ou ailleurs, après leur décès. Une mise ensemble de ces documents, avec une analyse soigneuse de leur contenu — travail qu’à ma connaissance, personne n’a encore tenté sérieusement — serait une entreprise indispensable, mais ambitieuse et difficile, pour laquelle il faudrait du temps, et peut-être aussi le secours d’une certaine émulation collective : on pourrait donc très bien la conduire dans le cadre de nos recherches sur l’Idéologie funéraire ; elle en recevrait beaucoup et devrait y apporter quelque chose.1 En attendant, tout ce qu’un assyriologue peut donner, et qui, au bout du compte, devrait être utile, c’est une sorte de tableau très général de l’idéologie mésopotamienne essentielle touchant la mort, l’après-mort et les grands traits de l’appareil funéraire. Mais, pour commencer, au moins par un pas, une aussi longue marche et inaugurer cette synthèse souhaitable, il m’a semblé raisonnable de m’en tenir, aujourd’hui, au nombre considérablement plus restreint des inscriptions qui se rapportent, non pas à LA Mort, en tant que phénomène universel, non pas au traitement DES Morts, ou à l’idée qu’on se faisait de leur après-vie, mais à UN défunt particulier et à tout ce qui entourait sa dépouille une fois mise en place dans le lieu où elle devait rester. C’est ce que j’ai appelé « les inscriptions funéraires », soit qu’elles mentionnent plus ou moins clairement un défunt particularisé, soit qu’on les ait retrouvées auprès de lui dans sa tombe. Quelle est leur teneur, quelle est leur signification, et que nous apportent-elles de l’Idéologie funéraire des antiques Mésopotamiens ?

Lignes générales de l’idéologie de la mort et de l’après-mort

  • 2 Gilgameš, texte paléo-babylonien du « Fragment Meissner », ΙΠ 3s.

2Pour ces vieilles gens, la mort (mûtu), qui distinguait les hommes des dieux — puisque ceux-ci, en créant ceux-là, « avaient retenu pour eux seuls la vie sans fin » —2 n’était pas l’entrée dans le Néant absolu, concept du reste inaccessible à des esprits, comme le leur, essentiellement pragmatiques, concrets et positifs ; mais le passage à un type nouveau d’existence : mystérieuse et surtout négative — plus morne, plus triste, moins remuante et active que celle d’ici-bas. C’était bien le même individu qui passait de l’une à l’autre, la continuité se trouvant assurée par ce qu’il subsistait de sa personne une fois la mort survenue. Le corps lui-même (pagru), devenu cadavre (šalamtu), perdait plus ou moins vite — sans qu’on fît rien pour s’y opposer — son apparence matérielle par les effets de la décomposition. Mais il restait deux choses : l’une constatable, et assez durablement, c’est à savoir cette façon d’armature et d’essence du corps, normalement cachée durant la vie : « les ossements » (eṣemtu). L’autre, postulée et imaginée par des esprits incapables d’admettre et de se figurer la disparition radicale et définitive : c’était une façon de calque de l’être vivant, comme un double ombreux et inconsistant, jamais bien défini — et pour cause — et que l’on appelait l’eṭemmu (terme emprunté au sumérien GEDIM, qui signifie la même chose, mais dont nous ne savons réduire le sens à rien d’autre qui le clarifierait), et quelquefois le zaqîqu : « le souffle », terme plus éloquent à nos yeux ; c’était, si l’on veut, quelque chose comme « l’âme », au sens de « fantôme » et d’« esprit », sujet essentiel de la nouvelle existence inaugurée par la mort, avec un lien, pour nous, et probablement pour les Mésopotamiens en personne, très obscur, mais certain, qui le rattachait aux « ossements ».

  • 3 Voir l’article de E. Strommenger, « Grab », RLA, ΠΙ (1975), pp. 581 sqq.

3Une fois trépassé, le cadavre n’était jamais brûlé ou autrement détruit, mais toujours enseveli (qebêru), c’est-à-dire, suivant des rites plus ou moins compliqués, du reste mal connus et probablement variables, selon les temps et les lieux, placé sous la terre — règle capitale ! — dans une tombe (qubûru ; mais surtout kimâḫu, kimaḫḫu, vocable tiré du sumérien, où il a le même emploi et signifie « lieu suprême »). Du simple ensevelissement à même la terre, parfois dans une natte, ou un vase de céramique, ou un sarcophage de terre cuite, de bois, de pierre ou de bronze, à la salle hypogée, construite sous le sol, à laquelle on accédait par un escalier, un dromos ou un puits, en passant par les tombes maçonnées, avec ou sans voûte,3 quantité de modèles ont été utilisés, depuis la nuit des temps, variables ou concomitants, selon les époques, les contrées ou les capacités financières, sociales ou politiques du mort : mais ce qu’elles avaient toutes en commun, c’était d’être souterraines. L’usage de regrouper les défunts en de plus ou moins vastes nécropoles, aux abords des cités, ou de les ensevelir en ville, sous les rues et les places publiques, était connu ; mais on semble les avoir volontiers enterrés, depuis la plus haute antiquité, dans la propre maison où ils avaient vécu, et où leur famille continuait de vivre : même les souverains ne faisaient pas exception à cette coutume, comme nous le verrons. Ainsi se trouvait matériellement appliqué un autre principe fondamental de l’idéologie de la mort : l’appartenance ininterrompue du défunt à sa propre communauté, maisonnée et famille. Un autre rite soulignait la même conviction : le dernier jour du mois, le groupe familial prenait, en commémoration de ses trépassés, et vraisemblablement en communion avec eux, un repas rituel, qui s’appelait kispu (de kasâpu, « morceler » la nourriture, pour l’intégrer ou la partager) et qui, comme tous les repas chez les anciens Sémites, accusait et consolidait à la fois le lien vital de tous ceux qui y prenaient part.

4Si les biens du mort revenaient en bonne règle à sa famille, lui-même — preuve qu’il était toujours foncièrement tenu pour une véritable personnalité juridique — était censé garder la propriété et l’usage d’un certain nombre d’entre eux, que l’on déposait auprès de lui en sa tombe. Certains lui avaient sans doute appartenu : vêtements, parure, ustensiles de la vie quotidienne, instruments de travail, armes, sceaux ; les autres — nourriture et boisson au moins — lui étaient octroyés, pour provisions, peut-être, de la longue route qui devait le conduire, comme nous le verrons, dans son nouveau pays. Ces biens étaient choisis et mesurés à la capacité économique et à l’échelle sociale de l’intéressé ; mais s’ils pouvaient être qualitativement assez variés, ils étaient toujours fort réduits en quantité et devaient jouer un rôle plutôt symbolique.

5Quoi qu’il en soit, de tels « accompagnements » du défunt suffisent à démontrer qu’au moins selon le sentiment de ses contemporains, il devait être entré, par la mort, dans une existence nouvelle, analogue à la précédente, mais beaucoup plus amenuisée et chétive. Cette vie inaugurée par le trépas, l’imagination et la mythologie, le folklore et la théologie l’avaient construite, peut-être en détails suffisants, mais d’une manière apparemment fort hésitante, incertaine et peu claire, comme tout ce qui est l’objet de la pure fantaisie. Au moins l’avait-on mise en accord avec la cosmologie et la Weltanschauung religieuse courantes. Il faut savoir que les anciens Mésopotamiens avaient, depuis toujours, une vision bipartite du Monde : ils le considéraient comme une sorte d’immense sphère creuse, faite de deux coupoles antithétiques : l’En-haut, ou le Ciel (AN, en sumérien) et l’En-bas, ou, si l’on veut, l’Anti-Ciel (KI), dont la surface de la terre formait le plan diamétral intermédiaire. L’espace de l’Anti-Ciel — nous pouvons dire « l’Enfer » —, symétrique du Ciel, était organisé comme lui, avec ses propres dieux (les Anunnaki), hiérarchisés comme les Igigi du Ciel ; mais il n’y avait entre eux qu’une différence de position et de fonction, et pas la moindre opposition réelle, puisque Anunnaki comme Igigi faisaient partie de la même famille divine. Les hommes vivants se trouvaient sous la mouvance immédiate des dieux célestes. Une fois morts, ils passaient sous celle des dieux infernaux, dans le Royaume desquels ils étaient entrés par la mort.

6De ce « Pays-sans-retour » (eret lâ târi), la tombe était comme le vestibule, la première marche d’escalier : et voilà pourquoi il était si capital d’ensevelir les morts : pour les introduire chez eux. La fantaisie mythologique s’était, semble-t-il, donné libre cours pour imaginer les étapes de ce cheminement des morts vers leur nouvelle terre, tout comme de la vie qu’ils y devaient mener : obscure, poussiéreuse, larvaire, silencieuse et morne ; et les contradictions ne devaient pas manquer non plus, ou, si l’on veut, les visions différentes, dans cette mythologie-là. Par exemple, outre les « entrées » que formaient toutes les tombes, on en avait imaginé une autre, beaucoup plus grande, à cause du Soleil qui s’enfonce tous les soirs dans la terre, à l’extrême Occident, avec, avant de parvenir à ce « Trou » cosmique, de vastes étendues désolées, lugubres et périlleuses à franchir, comparables, voire identiques au terrible « Désert » (êru) syro-arabe, qui limitait infranchissablement la Mésopotamie à l’ouest. Et comme la surface de la terre était censée flotter sur la Nappe-souterraine-d’Eau-douce (Apsû) qui en sourdait, pour peu qu’on la creusât, ou en jaillissait d’elle-même aux sources, on en avait déduit la nécessité pour les morts voyageurs de traverser un « fleuve » (nâru) : une étendue d’eau noire et sinistre. A l’arrivée, ils se trouvaient dans un pays comparable, en gros, à celui qu’ils avaient quitté : c’est-à-dire un territoire centré sur sa capitale, où résidaient les souverains et la famille royale. Comme les villes d’ici-bas, elle était défendue par un infranchissable rempart, ouverte seulement, sur l’extérieur, par sa Grand-porte où veillait un gardien incorruptible et implacable. On avait même, avec ce faste imaginatif dont mythologie et folklore font souvent preuve, septuplé ce rempart, en murailles concentriques, pour défendre, tout au milieu, le Palais du souverain des Enfers, Nergal, et de son épouse Ereškigal, avec toute leur cour.

7Ces dieux, se devant de peupler leur royaume, dans lequel on ne pénétrait que par la mort, organisaient, pour ainsi dire ès-qualités, parmi les vivants, les grandes catastrophes, les guerres, les épidémies, toutes les mortalités collectives — sans compter ces manières d’assassinats des individus qu’était leur « mort avant l’heure ». Par ce biais, de simples divinités souterraines ils sont peu à peu devenus redoutables ; leur domaine infernal, d’abord pur répondant symétrique du ciel, lui a été opposé, et on l’a considéré comme terrible aux hommes ; et leurs sujets, d’ex-vivants, sans plus, sont passés à l’état et vocation d’anti-vivants, jaloux d’eux et portés à leur nuire, cruels, objets de crainte et d’épouvante. Les « âmes des morts », les « fantômes » (eṭemmu, voir ci-dessus), on pensait qu’il leur était loisible, de temps en temps — surtout lorsqu’il s’agissait de défunts non ensevelis et, de ce fait, errant à la surface de la terre —, de quitter leur mystérieux habitacle pour venir hanter les hommes de la terre et se livrer contre eux à toutes sortes d’agressions physiques, pathologiques, psychologiques ou morales. Raison de plus, non seulement pour s’en défendre en recourant à la puissance des dieux célestes (il y avait des rituels, prières et manipulations calculés pour cela), mais, tout d’abord, pour ne pas irriter ces larves maléfiques, non seulement en leur assurant la sépulture indispensable, mais en respectant leur « repos » (tapšuḫtu), leur « sommeil » (ṣalâlu), dans la tombe où on les avait déposés après leur mort.

8Encore une fois, ce n’est là qu’un tableau rapide, brossé à larges traits et comme vu de Sirius : sans paramètres chronologiques, sans détails, sans nuances ; mais peut-être suffira-t-il, en attendant mieux, pour éclairer ce que j’ai appelé les « inscriptions funéraires ».

Les inscriptions funéraires

9Tout compte fait, il n’en subsiste qu’un nombre dérisoire : une soixantaine au plus, à ma connaissance. Et comme la quantité assez extraordinaire de documents écrits conservés (plusieurs centaines de milliers) autorise la statistique et nous permet de penser qu’au moins grosso modo, ce qui nous reste répond proportionnellement, catégorie pour catégorie, à ce qu’on a dû élaborer, ce petit nombre doit être significatif : il est très vraisemblable que les vieux Mésopotamiens n’ont jamais estimé nécessaire de rédiger de ces « inscriptions funéraires ». Comme, selon toute probabilité, rien, sinon le souvenir, ne permettait de localiser les tombes souterraines, à quoi ne répondaient normalement ni superstructures, ni monuments, ni stèles sur le sol, il n’existait donc aucune possibilité d’utiliser l’épitaphe. De fait, nous n’en connaissons aucune, au moins au sens propre du mot. Nos « inscriptions funéraires » relèvent donc de tout autres modèles littéraires. Pour la commodité — et bien que le classement de Tune ou de l’autre soit en réalité assez flottant — on peut les diviser en deux catégories, dont la finalité devait être fort différente.

Les inscriptions relatives aux tombes et aux défunts qu’elles abritaient

  • 4 R.F. Harper, Assyrian and Babylonian Letters..., London-Chicago, 1892-1914, tome IX, n° 962, 9 sqq.

10Elles semblent avoir eu pour but de désigner, directement ou non, les défunts et, surtout, d’attirer l’attention sur la nécessité de respecter les tombes. Toutes celles qui nous sont connues tournent autour de personnalités, ou bien souveraines, ou qui touchaient de près aux souverains. Intermédiaires entre les dieux et les hommes, « ombre et miroir des dieux », comme dit un proverbe,4 les rois et, de ce fait, leur proche entourage, avaient naturellement droit, après leur mort comme pendant leur vie, à un traitement, non certes radicalement différent de celui réservé à leurs sujets — après tout, ils étaient « mortels » comme eux ! —, mais beaucoup plus fastueux et digne de leur place dans la hiérarchie humaine. Leurs tombes, volontiers creusées sous leur Palais (Uruk, Tchoga-Zanbil, Assur), ou à part, et en particulier dans le secteur des temples (Ur), ont presque toutes été violées, pillées et détruites dès l’antiquité : ce qui explique le petit nombre que nous en avons exhumé, et, parmi ces dernières, le peu qu’on y a retrouvé.

  • 5 Liste dans Iraq 22,1960, p. 71, n° 1 sqq.

110. La seule exception fameuse est celle des souverains de la Ière Dynastie d’Ur (vers 2700). On y avait accumulé une multitude de trésors que les archéologues ont découverts : non seulement mobilier précieux, ustensiles et armes d’or et de pierres semi-précieuses, mais, pour chaque souverain (il y avait seize tombes « royales », pour eux et leur proche famille), tout un personnel (de trois à soixante-quatorze corps, pour une seule dépouille !) d’hommes, de femmes, voire de bêtes de trait avec leurs chars, immolés pour les accompagner dans l’au-delà comme ils les avaient servis ici-bas. C’est du reste un trait culturel qui semble avoir rapidement disparu par la suite, au moins en Mésopotamie. Parmi tous ces trésors, les seuls signes d’écriture relevés se trouvaient portés sur certains des objets (sceaux, armes, vases)5 déposés auprès des cadavres : c’étaient des noms propres, ni plus ni moins (Pu-Abi, Meskalamdu et Akalamdu), constituant, de fait, les « marques de propriété » de ces biens, inscrites, manifestement, du vivant de leurs propriétaires. Comme nous ne pouvons même pas dire si chacun de ces articles avait véritablement appartenu à celui auprès de qui on les avait déposés, il n’est pas question de les entendre a priori comme des désignations du défunt ou de sa tombe, et il y a des chances pour que, dans la mesure où l’on voudrait les retenir à tout prix comme « inscriptions funéraires », il faille les compter parmi la seconde catégorie, étudiée plus loin.

  • 6 UVB, XVIII, 1962, p. 28 ; XIX, 1963, pp. 35 sq. et XX, 1964, p. 31.
  • 7 BMitt 2, 1963, p. 42, n° 2 ; et cf. UVB, XIX, p. 35 : Graft 54 ; et Taf. 23 a.

121. A l’époque vieux-babylonienne, aux alentours de 1850-1800, à Uruk, parmi la demi-douzaine d’hypogées funéraires retrouvés sous le « Palais de Sîn-kâšid », presque tous vidés par des détrousseurs antiques,6 le seul inviolé nous a livré un document intéressant, à côté des modestes parures d’or qui accompagnaient le cadavre. C’est une petite tablette d’argile crue (de 7 cm sur 4,5) avec les traces de deux lignes d’écriture : la seconde, qui est perdue, devait, selon A. Falkenstein,7 nous donner le titre (probablement quelque chose comme « prince », mâr šarri — mot à mot : « fils du roi ») du personnage dont la première livrait le nom propre. Il n’en reste que les premiers signes : dSîn-nu-[...], que, d’après les parallèles connus, on peut compléter en dSîn-nu-[ri] ou d Sîn-nu-[úr-ma-tim], « Sîn — dieu de la lune — est [ma] lumiè[re] », ou « est la lumiè[re du pays] ». Il est difficile d’interpréter la chose autrement : il y a donc ici désignation du défunt, notification de son identité. Mais pourquoi ? Pour inspirer le respect de ses restes, considéré sa dignité passée ? Ou pour une toute autre raison ? Si les autres tombes n’avaient pas été pillées, nous devrions peut-être aussi nous demander : pourquoi lui seul ? Mais il reste possible que des documents analogues aient été déposés auprès des autres corps pour remplir le même office, et que l’on ait affaire ici à une coutume, propre, ou bien à Uruk, ou à l’époque, et que la pauvreté seule de nos trouvailles ne nous permet pas de documenter ailleurs.

  • 8 Voir Arts asiatiques 6, 1959, pp. 272 sqq. et MDAI 40, pp. 60 sqq. et figg. 23-30.
  • 9 Voir MDAI 41, 1967, p. 103, n° 61, et pl. XXI : 1-3.

132. L’unique parallèle que l’on puisse invoquer à cette coutume est plus récent : vers 1250 ; et il provient d’un territoire matériellement extérieur à la Mésopotamie, mais dont nous savons qu’il a été culturellement en forte dépendance d’elle, encore qu’il ait préservé, intacts ou plus ou moins adultérés, nombre de traits de sa propre culture. Il s’agit de l’Elam, au sud-ouest de l’Iran, pays dont nous aurons à reparler, et plus précisément du site appelé aujourd’hui Tchoga-Zanbil et autrefois Dûr-Untaš.8 On y a retrouvé huit vastes cryptes funéraires, parmi lesquelles un certain nombre de corps — mais non tous — avaient été incinérés, en partie avec les objets qui les accompagnaient — coutume qui semble étrangère, non seulement à la Mésopotamie, mais à l’Elam. Dans la première chambre de la tombe II, à côté des restes calcinés des corps, subsistaient trois petites olives d’argile (chacune d’environ 2 cm de long, une seule percée dans sa longueur à la manière des perles) ; sur chacune avaient été imprimés quelques signes cunéiformes, fort difficiles à lire et encore plus à entendre.9 Il semble qu’il s’agisse d’autant d’anthroponymes. Étaient-ce les noms de trois des défunts, et doit-on les interpréter comme la tablette d’Uruk ci-dessus ? C’est plausible, mais on n’en saurait avancer davantage.

  • 10 Voir Assur 1956bq, publié dans AfO 13, 1939 sq., pp. 213 sqq., ligne 18.
  • 11 VAT 11114, publié dans Ε. Ebeling, Stiftungen und Vorschriften für assyrische Tempel, Berlin, 1954, (...)
  • 12 C.H.W. Johns, Assyrian Deeds and Documents, II, Cambridge, 1898, pp. 246 sq., n° 1016 : rev.4 sq.
  • 13 Voir RLA, I, p. 176b.
  • 14 C. Preusser, Die Paläste…, Berlin, 1955, pl. 3, 4 et 6, p. 27 ; A. Haller, Gräber und Grüfte, Berli (...)

143. Le monument le plus intéressant, du point de vue qui nous occupe ici, et d’autant qu’il ne nous offre pas de ces énigmes insolubles, c’est la sépulture de rois médio-et néo-assyriens (fin IIe millénaire-premier tiers du Ier). Même après que cette dynastie eût choisi Ninive, plus au nord, pour capitale (vers 700), c’est à Assur, leur antique métropole, qu’ils se faisaient enterrer, dans des sépulcres qu’ils se préparaient de leur vivant. Nous en avons la preuve dans un document qui nous apprend qu’Assurbanipal (668-627), un des plus grands et des derniers de cette lignée souveraine, s’était fait construire à Assur, une « Demeure sépulcrale » (bît kimaḫḫi), alors qu’il n’était encore que prince, sous le règne de son père Asarhaddon (680-669).10 Ces tombes pouvaient former un ensemble architectural, et c’est peut-être lui qui est désigné dans un autre document11 sous le nom de « Demeure de beaucoup de rois » (bît šarrâni mâdûti), voire, ailleurs, sous celui plus vague de « Demeure sépulcrale se trouvant <dans> la Ville-intérieure » (bît kimaḫḫi<ina>âl libbi âli).12 Cette « Ville intérieure » d’Assur13 désignait le secteur ancien, où étaient regroupés Palais et Temples principaux. C’est précisément là que les archéologues allemands ont retrouvé tout ce qui subsistait des tombes royales : dans le sous-sol de la cour sud-est du « Vieux Palais », lequel, après avoir été désaffecté, aura continué de servir de lieu de sépulture aux souverains et à leur famille.14 Il s’agit de chambres isolées (on en a retrouvé six en tout), contenant chacune un gros sarcophage en basalte. Toutes avaient été pillées et en partie détruites depuis fort longtemps. De trois d’entre elles on n’a rien découvert qui permette d’identifier les occupants. Mais, pour les trois autres, nous sommes fixés : c’étaient Aššur-bêl-kala (1074-1057), Aššur-nâṣir-apal II (883-859), et Samsi-Adad V (823-811). Ce qui nous donne leur nom, ce sont des « marques de propriété » imprimées sur des briques qui ont fait partie de la maçonnerie des cryptes, ou gravées sur les faces des sarcophages. Ces « marques » (très fragmentaire, sur un texte assez long, pour Aššur-bêl-kala, entières pour les deux autres souverains) ne diffèrent en rien de celles qui figurent ailleurs, sur d’autres briques, d’autres objets de pierre ou d’autres biens meubles des mêmes rois, comme de leurs prédécesseurs ou successeurs. En voici un double type.

  • 15 A. Haller, Gräber..., p. 176.
  • 16 Op. cit., p. 180.

ekal md Šamši-Adad šar kiśšāti

šar mât Aššur apil mŠul-ma-nu-

ašarêd šar kiššati

šar kib-rat irbit-ti apil md Aššur-

nâšir-apal šar kiššati

šar mât Aššur15

(ekal) md Aššur-nâsir-apal šar

kissati šar mât Aššur

apil m Tukulti-dNinurta sar

kissati šar mât Aššur

apil md Adad-nirâri šar kiššati

šar mât Aššur16

Palais de Samsi-Adad, le roi de

l’Univers,

le roi d’Aššur ; fils de Šulmân

ašarêd, le roi de l’Univers,

le roi des Quatre-Cantons (du Monde) ; fils d’Aššur-nâšir-apal, le roi de l’Univers,

le roi d’Aššur.

(Palais d’) Aššur-nâṣir-apal, le roi de

l’Univers, le roi d’Aššur ;

fils de Tukulti-Ninurta, le roi de

l’Univers, le roi d’Aššur ;

fils d’Adad-nirâri, le roi de l’Univers,

le roi d’Aššur.

  • 17 Voir, par exemple, pour Aššur-nâṣir-apal Π, EA.W. Budge et L.W. King, Annals of the Kings of Assyri (...)
  • 18 L’inscription AO 4628, de Šamši-Adad I (1813-1781), dans E. Ebeling et al., Die Inschriften der alt (...)

15Il suffit de superposer cette phraséologie à celle que nous retrouvons sur quantité de briques, de parois, de surfaces d’armes et d’ustensiles de ces rois et d’autres avant et après eux,17 pour se rendre compte qu’une telle « désignation » n’avait rien de propre à la sépulture : c’est moins au défunt comme tel qu’à l’homme vivant qu’il avait été qu’elles se rapportaient — d’autant, nous le savons par l’exemple d’Assurbanipal (ci-dessus) tout au moins, que la préparation de leur sépulcre s’entreprenait très tôt dans leur existence, et ne différait en rien, apparemment, des autres travaux qu’ils faisaient exécuter, en ayant toujours soin d’y apposer leur marque, aussi bien pour leur immobilier que pour leur mobilier.18

  • 19 Voir AfO 13, 1939, sq., p. 216, n. 37 ; et L. Messerschmidt, Keilschrifttexte aus Assur historische (...)

164. Avec Sennachérib (704-681), qui a régné à Ninive, mais, comme les autres, a voulu se faire enterrer à Assur, commencent, au moins pour nous, les inscriptions désignant nommément les tombes comme telles. Le mausolée de ce roi n’a pas été retrouvé, mais seulement des vestiges dispersés, sous forme de briques inscrites d’une formule de « marque de propriété » particulière et jusque-là inconnue. Il y en a eu deux rédactions. 4a, attestée par six exemplaires,19 porte le texte suivant :

  • 20 AfO, loc. cit. ; Messerschmidt, op. cit., n° 46 ; Luckenbill, op. cit., ΧΙΠ.

ekal ṣa-la-li

ki-maḫ tap-šu-uḫ-ti

šu-bat da-ra-a-ti

ša md Sîn-aḫḫê-erîba šar kiššati

šar mât Aš-šur

Palais du sommeil,

tombeau du repos,

résidence éternelle

de Sennachérib, le roi de l’Uni

vers, le roi d’Aššur.

4b, en huit exemplaires,20 est rédigée comme suit :

ekal tap-šu-uḫ-ti

šu-bat da-rat

bît kim-ti šur-šu-du

ša md Sîn-aḫḫê-erîba šarri rabî

šarri dan-nu šar kiššati šar mât

Aš-šur

Palais du repos,

résidence éternelle,

demeure familiale inamovible

de Sennachérib, le Grand Roi,

le Roi Puissant, le Roi de l’Uni

vers, le Roi d’Aššur.

17Ici, le souverain a donc voulu désigner comme telle sa tombe, et il la définit, non seulement comme une résidence qu’en tant que membre d’une famille et d’une lignée, il a en commun avec cette famille et lignée (4b : ligne 3), et donc comme une propriété collective « inamovible », mot à mot : « dûment fondée », « solidement établie », et c’est pourquoi elle est « éternelle » (4a : 3 et 4b : 2), mais aussi comme le lieu de son « sommeil » (4a : 1) et de son « repos » (4a : 2 et 4b : 1) ; aussi fait-il indirectement défense de la déplacer, de la détruire, pour ne point troubler ce « repos » et ce « sommeil ». De même que nul ne peut s’approprier, de son vivant, ce qu’une « marque de propriété » désigne explicitement comme sien — qu’il s’agisse d’un bien meuble ou immeuble —, de même, tout ce qui est marqué à son nom, après sa mort, continue de lui appartenir et ne peut absolument pas être confisqué ou modifié par un autre — d’autant plus qu’il y prend son « repos » et son « sommeil ». Ces incriptions ont donc en définitive pour but de détourner quiconque de violer, piller ou seulement bouleverser la tombe royale.

  • 21 E. Nassouhi, Textes divers relatifs à l’histoire de l’Assyrie (Mitteilungen der altorientalischen G (...)

185. Que la proche famille du roi ait eu le même privilège de faire notifier après sa mort la même défense, on en a la preuve dans le fragment d’une autre épigraphe, sur pierre, trouvée également à Assur,21 mais en fort mauvais état, parmi les lambeaux de laquelle on peut au moins lire :

...] bîtu šú-a-tú [...

...] bît kimaḫḫi [...

...] fÉ-šara6- a-mat ( !) [...

...] ša-ekalli-šú [...

...] cette demeure [...

...] la Demeure sépulcrale [...

... de] Dame Ešarra-Ḫamat [...

...] sa Reine [...

  • 22 Nassouhi, loc. cit., et W.G. Lambert, dans RAss 63, 1963, pp. 65 sq.
  • 23 Cf. A.K. Grayson, Assyrian and Babylonian Chronicles (Texts from Cuneiform Sources, 5), New York, 1 (...)

19Cette Éšarra-Ḫamaṭ, mentionnée également dans le contexte immédiat de la « Demeure de beaucoup de rois », mausolée probable des souverains d’Assur (VAT 11114, cité plus haut, sous 3 : lignes 6-7 du « rev. »), était la propre épouse d’Asarhaddon.22 Le roi (dont le titre paraît surnager à la première ligne lisible du document), du vivant de qui elle était morte,23 lui avait donc fait préparer un sépulcre, avec son nom et ses titres à elle, et, apparemment dans le même but de détourner les survivants de violer sa tombe, il l’avait muni d’un avertissement écrit.

  • 24 Sur ce sens de šadû — mot du reste restitué dans le texte —, voir AHw, p. 1125a : s.v. 10.
  • 25 A.T. Clay, Miscellaneous Inscriptions in the Yale Babylonian Collection (Yale Oriental Series, 1), (...)
  • 26 Clay, op. cit., n° 43 : 10,6 cm de hauteur sur 5,4 cm de diamètre (entier) ; F.J. Stephens, Votive (...)
  • 27 Stephens, op. cit., n° 81 : fragment seul des deux premières et des deux dernières lignes.
  • 28 Voir par exemple les dépôts d’Išṭup-ilum à Mari : Syria 21, 1940, pp. 161 sqq. ; et également R.S. (...)
  • 29 F. Thureau-Dangin et M. Dunand, Til Barsip, Paris, 1936, p. 97.
  • 30 Voir en général F.R. Kraus, Tonnägel mit Keilinschriften, pp. 71 sqq., de Halil Edhem Hâtira Kitabi (...)

206. Une longue inscription nous montre que la dernière demeure de certains hauts personnages, tout au moins, pouvait recevoir la même garantie d’inviolabilité que celle des souverains, au moins de par la volonté expresse de ces derniers. Il s’agit en effet ici d’un roi assyrien, le successeur d’Assurbanipal, Aššur-etel-ilî (626-624), qui s’était occupé de transférer chez lui la dépouille d’un personnage mort, semble-t-il, dans la région subdésertique à l’ouest du pays,24 et appartenant à l’une de ces puissantes tribus du sud dont nous connaissons le rôle notable à l’époque. L’un des exemplaires du texte aurait été trouvé à une trentaine de kilomètres au sud-est de Babylone.25 Le souverain avait donc, sinon préparé un tombeau pour ce personnage, qu’il devait avoir des raisons de ménager — les implications politiques de sa conduite nous échappent —, du moins l’avait-il fait enterrer chez lui et a-t-il « garanti », pour ainsi dire, sa tombe de sa propre autorité. C’est cette garantie qui se trouve notifiée dans l’inscription. Celle-ci nous est parvenue, curieusement, en trois exemplaires : deux sur de petits cylindres de céramique,26 et un autre en forme de tablette.27 Cette multiplicité, tout d’abord, n’a rien d’étonnant, et l’on peut comparer la situation à celle des « dépôts de fondation » : il n’était pas rare qu’on y enfermât plusieurs rédactions du même texte, sur des supports différents.28 La forme cylindrique, ou plutôt tronconique, évoque-t-elle ces anciens « clous », inscrits ou non, que l’on fichait dans les murs des édifices, voire des tombes,29 pour rappeler sans doute, explicitement ou implicitement, l’identité du constructeur, et, par là, tout à la fois, ses mérites et sa volonté permanente que l’on ne portât point atteinte à ce qu’il avait édifié ?30 Quoi qu’il en soit, voici le texte de ce curieux document :

  • 31 Var. 2 : mâr (A) mDa-ku ! (om.-ru/ri).
  • 32 Var. re-e-mu.
  • 33 Var. : om. bîti-šu ša.
  • 34 Var. : ú-na-ak-ka-ru-ma.
  • 35 Var. : le-mut-tum.
  • 36 Mot à mot. « sur la bouche des hommes ».

1 Kimaḫḫu šá md Šamaš-ib-ni

mâr m Da-ku-[r]u31 šá

mdAš-šur-etel-ilî šar mât

Aš-šur

re-e-mi32 ir-šá-áš-šum-ma ul-tu qé-reb [šadê]-(e) a-na Bît-Da

kur mâti-šú

ú-bil-la-âš-šum-ma ina kimaḫḫi ina qé-reb (bîti-su šá33)

Dûr-la-di-ni ú-šá-aṣ-li-lu-šú

man-nu at-ta lu-ú šak-nu lu-ú

šá-pi-ru lu-ú da-aiia-nu

5 lu-ú rubû šá ina mâti iš-šak

ka-nu ana kimaḫḫi u e-ṣe

et-ti

šu-a-ti la ta-ḫa-at- u a-šar-

šú ú-ṣur

ṣi-il-li a-a-bi e-li-šú tu-ru-uṣ

Tombe de Šamaš-ibni, membre

de (la tribu de) Dakkuru,

qu’Aššur-etel-ilî, le roi

d’Aššur,

(qui) l’avait pris en affection,

fit transporter, depuis la

Steppe, dans le territoire de Bît-Dakkuru,

son pays, et fit reposer en

(cette) tombe, au milieu de

(sa maison de) Dûr-Ladini.

Qui que tu sois : ou Gouverneur, ou Chef, ou Juge, ou

Prince qui aurait été mis-en

fonctions en (ce) pays, ne sois

point négligent vis-à-vis de (cette) tombe

et de ces ossements :

surveilles-en l’emplacement,

étends dessus (ta) protection favorable !

a-na šu-a-ti dMarduk bêlu

rabû(u) pa-li-e-ka lu-ur-rik

u-lul-šú ṭa-a-bu e-li-ka

li-iš-kun

10 [šu]m-ka zêr-ka u ba-la-ṭu

u4-me-ka arkû[ti] a-na[...]

šum-ma rubû šú-ú lu-ú lušak-nu

lu-ú šá-pi-ru lu-ú da-aiia-nu

lu-ú šakkanakku šá ina mâti

ib-ba-áš-šu-ú

a-na kimaḫḫi u e-ṣe-et-ti

šu-a-ti i-ḫa-aṭ-ṭu-ú

a-šar-šú ú-nak-ka-ri !34 a-na

a-šar-šá-nam-ma i-leq !-qú-ú

15 ù šanâm-ma a-na le-mut-tim35

ú-šad-ba-bu-šú-ma i-šem-mu-ú

dMarduk bêlu rabû(ú) šum-šu

zêr-šú per’i-šú ù na-an-nab-šú

i-na pi-i nisê(meš) li-ḫal-liq

dNabû sa-ni-iq mit-ḫur-ti mi

na-a-ta u4-me-šú ark[ût]i

l[i-ka]r-ri

dN[e]rgal ina di-’i sib-tu u

šag-ga-àš-ti

20 la i-gam-mi-il nap-šat-su

Que, pour cela, Marduk, le

Grand Seigneur, prolonge (la durée de) ton office,

qu’il pose sur toi

son patronage favorable,

[et qu’il...] pour/en [...] ton

nom, ta descendance et ta vie (dans l’)avenir !

(Mais) si cet (homme) :

Prince, ou Gouverneur, ou Chef, ou Juge,

ou même le Régent

qu’il y aurait dans le pays,

fait preuve-de-négligence

vis-à-vis de (cette) tombe et de ces ossements,

en change l’emplacement,

s’(en) empare pour (les transporter) ailleurs,

ou bien incite (quelqu’un

d’autre) à une (telle) mauvaise action, et qu’il lui obéit :

que Marduk, le Grand

Seigneur, anéantisse ici-bas36

son nom, sa descendance, sa progéniture et sa lignée ;

que Nabû, qui assure

la bonne entente ( ?),

raccourcisse le nombre de ses jours à venir ;

que Nergal, par « fièvre(s) »,

calamité(s) ou massacre(s),

n’épargne point sa vie !

  • 37 Comp. la fin du « Code » de Ḫammurabi, des « traités » et des kudurru.

21C’est donc ici le roi qui, auprès de ses subordonnés quels qu’ils soient — et, à plus forte raison, de ses sujets — répond de l’inviolabilité de la tombe et de sa permanence là où elle a été construite et où subsistent « les ossements » du défunt. Même s’il ne parle pas expressément de la nécessité de préserver « le sommeil » et « le repos » de ce dernier, la chose allait de soi aux yeux de ses contemporains, nous le savons par ailleurs (voir 4). Comme chaque fois que son autorité est engagée pour une décision importante,37 le souverain la fait sanctionner par les dieux, qu’il atteste et adjure.

  • 38 Voir S. Langdon, Κish I, Paris, 1924 ( ?), pl. XXXIV, n° 2.
  • 39 Loc. cit.

227. Ce document explicite nous permet d’en comprendre un autre en fort mauvais état, mais peut-être plus ancien, si l’on en juge à sa graphie, de type paléo-ou plutôt médio-babylonien, et aux dieux qu’il semble invoquer d’abord : non pas Marduk, devenu souverain reconnu de l’Univers au dernier quart du IIe millénaire, mais l’antique Triade suprême : Anu, Enlil et Éa. Trouvé aux environs de Kis — pas très loin de Babylone, vers l’est —,38 il était également inscrit, non sur une tablette, mais sur un de ces cylindres ou polyèdres volontiers utilisés pour les inscriptions royales d’une certaine solennité. Langdon, qui n’en a donné que la copie, ne fournit aucun détail, ni sur les dimensions du document, ni sur sa découverte, ni même sur le nombre de faces qu’il pouvait comporter. Il ne reste en tout cas, d’après sa copie,39 que la seconde moitié de neuf lignes d’une face, et quatorze lignes à peu près intactes, plus les derniers signes de six autres, de celle qui la jouxtait à droite. L’autographie de Langdon n’est pas limpide. A la « première face » surnagent seulement les noms des dieux Marduk et Šamaš, ce dernier invoqué à deux reprises et appelé une fois « mon secours » (re- u-ia), et une autre « mon aide » (tilla-ti), ce qui suppose un discours à la première personne. Voici le texte des quatorze lignes lisibles de la colonne « II » :

  • 40 Mot à mot « pour une longue durée ».

1 [ša] kimaḫḫa

[an]-ni-a

ú-pe-tu-ú

a-na la-bi-ir-ti

5 ù-la i !-ke-ši-ru

dA-nu-um

dEn-líl

ù dÉ-a

zêr-šu

[Celui qui]

éventrerait

[ce]tte tombe,

(au lieu de la) réparer

pour qu’elle perdure,40

qu’Anu

Enlil

et Éa

suppriment

10 li-il-qu-tu4

dA-nun-na

i-na ša-ap-la-ti

[p]i ! ?-ri-i’-su

[l]i ?-h[a!]-a[l!]-li-qu

[...]

sa descendance ;

[qu]e les Anunnaki(-infernaux),

de là-dessous,

dé[tr]ui[s]ent

sa [pr]ogéniture !

[...]

23C’est probablement là une inscription royale, d’un type analogue au numéro 6 et dont la finalité était identique. Elle pouvait contenir, en tête, non seulement le nom du souverain, auteur, destinataire ou garant de la tombe, mais peut-être aussi le détail des circonstances dans lesquelles elle avait été construite, avec une première série de « bénédictions » pour celui qui la respecterait, avant les malédictions pour ses violateurs.

24Qu’un pareil type d’épigraphe destiné à sauvegarder l’inamovibilité et l’intégrité des sépulcres n’ait pas été exceptionnel, encore que les fouilles, régies par de multiples hasards, ne nous en aient pas jusqu’ici fourni un grand nombre, les deux exemples qui précèdent peuvent le suggérer.

  • 41 VA Τ 3114 et 3117, dans VAS, I, p. viii et pl. 52, n° 54 ;la photo de l’un d’eux, dans MDOG 11, p. (...)
  • 42 YBC 2292 : Stephens, op. cit. (supra, n. 26), p. 20 et pl. xxxiii, n° 83.
  • 43 Orientalia 6, 1923, pp. 62 sq.
  • 44 Dans OLZ, 1901, pp. 5 sqq.
  • 45 RT 22, 1900, pp. 154 sqq.

258. En voici un qui va peut-être plus loin. D’abord il est anonyme, et ne porte ni le nom d’un souverain, ni celui d’un défunt, ni même une désignation précise de divinité. Ensuite, il est connu à cinq ou six exemplaires, au moins, répartis en divers musées et que rien, archéolögiquement, ne permet de rattacher les uns aux autres. Il y en a deux à Berlin,41 un à Yale,42 et peut-être un à Rome43 ; et je n’ai pas réussi à savoir où se trouve(nt) actuellement celui ou ceux publié(s) par F. Thureau-Dangin44 et V. Scheil.45 Il est possible qu’une telle multiplicité ne s’explique pas, comme pour le numéro 6, par le soin que l’on prenait de reproduire, dans certaines circonstances, les textes identiques, comme pour en assurer mieux la force de proclamation et la valeur. Car bien qu’imprimés aussi sur des sortes de petits barillets, plus ou moins tronconiques (de 9 à 11 cm de hauteur, avec de grands diamètres de 5 à 6 cm et de petits diamètres autour de 3 cm), ils ne font pas, surtout à cause de leur contenu anonyme et passe-partout, l’effet d’épigraphes solennelles et émanant de souverains, lesquels n’auraient pas manqué d’y insérer leur nom en bonne place. Il est donc possible qu’on ait ici, non pas des duplicate d’une seule et même inscription, provenant d’une seule et même tombe (comme c’est probable pour le numéro 6), puis dispersés parmi diverses collections, mais de véritables passe-partout, recopiés sur un modèle unique et destinés à des tombes différentes, et, manifestement de personnages plus modestes que les rois, leur famille ou leurs proches, lesquels avaient, on l’a vu, les moyens de s’assurer des épigraphes individualisées, à leur nom et avec leurs titres et leurs garanties. On pourrait donc voir ici les effets d’une sorte de vulgarisation de l’inscription funéraire destinée à préserver l’intégrité des tombes et de leur contenu : sur un modèle unique qui, si l’on en juge à la graphie générale de nos documents, remonterait à l’époque paléo-babylonienne, ou plus probablement médio-babylonienne, les scribes auront recopié, à la demande, un certain nombre d’exemplaires que n’importe qui pouvait se procurer — un peu comme les modeleurs de figurines ont diffusé les divers types d’images de tel dieu ou de telle déesse, pour la dévotion « populaire ». Soit dit par parenthèse, on aurait tort d’entendre par « n’importe qui » le tout venant : les documents écrits valaient certainement cher et la grande masse du peuple avait peu de chance de s’y intéresser. Voici donc la teneur — plus ou moins unifiée : les variantes ne sont que graphiques et sans intérêt réel — de nos six documents, remarquablement identique :

  • 46 Mot à mot : « son nom ».

1 a-na ma-ti-ma

a-na la-ba-ar u4-mi

a-na u4-um ṣi/ṣa-a-ti(m)

a-na u4-mi ša uḫ-ḫu-ru/rù

5 kimaḫḫam a-ni-a-am

li-mur-ma la ú-ša-sa-ak

a-na áš-ri-šu li-te-er(-šu)

a-wi-lum šu-ú ša a-ni-i-tam

i-ma-ru-ma la i-me-e-šu

10 ki-a-am i-qá-ab-bu-ú

kimaḫḫam-mi a-ni-a-am

a-na áš-ri-šu-mi lu-te-er-šu

gi-mil i-pu-šu

li-ir-ti-ib-šu

15 i-na e-la-ti šum-šu

Désormais,

jusqu’à la fin des temps,

jusqu’au futur (le plus) reculé,

pour (tous) les jours qui restent (à venir),

(quiconque) voit cette tombe,

ne doit pas (la) détruire,

(mais la) laisser à sa place.

Cet homme qui, après avoir vu

la présente (inscription), sans la négliger

dira :

« Cette tombe,

je vais la laisser à sa place ! »,

la bonne-action qu’il aura (ainsi) faite,

lui soit récompensée !

Qu’ici-haut (sur la terre), sa personne46

li-id-mi-iq

i-na ša-ap-la-ti e- e-em-mu-su

me-e za-ku-ti li-il-tu-ú

soit heureuse

(et) que, là-dessous (après sa mort), son « fantôme »

se désaltère d’eau pure !

  • 47 L’inscription du « scribe du roi » Marduk-nâdin-aḫḫê : BM 96947 (publiée d’abord par V. Scheil, RT (...)

26On le voit, c’est toujours la même hantise : laisser les tombes en place, c’est-à-dire telles qu’on les aura trouvées, sans les piller, sans en disperser le contenu. C’est une « bonne action », c’est-à-dire une action profitable, au défunt, cela va de soi, et qui sera récompensée — de par la volonté des dieux, la chose va sans dire dans le monde mésopotamien ! —, ici-bas par le bonheur, et, dans l’au-delà, par le seul bienêtre qu’on y puisse imaginer en le résumant ou symbolisant par l’alimentation régulière en « eau pure », fournie par les fidèles — libations et offrandes des survivants, destinées à agrémenter et rendre supportable l’existence du pauvre mort, désormais dépendant de ce que ses descendants feront pour s’occuper de lui.47

27Les inscriptions relatives aux tombes et aux défunts (aux « ossements ») qu’elles abritaient n’avaient donc rien d’épitaphes : les cylindres, barillets, troncs de cônes, plaques de pierre, briques ou tablettes d’argile sur lesquels on les avait marquées n’étaient pas destinés à se trouver à l’air libre, au-dessus des tombes et cryptes, mais dans ces dernières mêmes : et c’est de là qu’elles proviennent, même si le hasard des fouilles a voulu que, sauf pour le cas des numéros 1, 2 et 3 (en partie), on ne les y ait pas retrouvées. Elles avaient pour but de notifier la défense faite à ceux qui, en creusant le sol, auraient, hasard ou non, découvert le tombeau, de le détruire, de le piller, au lieu de « le réparer », pour « le laisser en place » (cf. 7 et 8 notamment), et y laisser « reposer » et « dormir » les ossements dans la « demeure éternelle », c’est-à-dire définitive (cf. 4), où l’on avait déposé le défunt et d’où son eṭemmu était descendu rejoindre le Royaume des morts, mais sans perdre le lien étroit, encore qu’obscur, qui le rattachait à ce qu’il pouvait subsister de son corps. Cette prescription, à la fois négative (ne pas détruire, déplacer, ou piller la tombe) et positive (la réparer et la laisser en place), nous ne la connaissons explicitement que par et pour les puissants de ce monde : les souverains et leur famille principalement (1, 2, 3, 4, 5 et 7 ?), ainsi que leurs protégés (6) ; mais il est fort probable que d’autres, au moins des gens d’une certaine classe, ont pu l’invoquer aussi (8). Cela dit, elle était, il n’y a pas le moindre doute sur ce point, valable tacitement, mais réellement, pour toutes les tombes, parce qu’elle répondait à l’idéologie funéraire essentielle, comme on l’a vue plus haut résumée.

28Ce qui distinguait les autres épigraphes funéraires que, pour simplifier, nous appelons :

Les inscriptions trouvées dans les tombes et auprès des dépouilles qu’elles abritaient

29ce n’était donc pas le fait matériel d’avoir été déposées et surtout retrouvées dans cette position, puisqu’il y a gros à parier qu’en cela elles n’avaient rien qui les différenciât des précédentes. Mais, pour autant que nous le sachions, elles n’avaient pas du tout le même but : au lieu de notifier aux survivants l’identité des défunts ou l’obligation de respecter leurs tombes, elles accompagnaient les morts, et, d’une manière ou d’une autre, faisaient partie de leurs biens, qu’ils gardaient en propriété et usage (voir plus haut p. 375).

30La plupart d’entre elles n’ont rien à faire avec la mort ou les morts, et, on va le voir, l’étude de leur texte ne nous apporterait rien sur l’article de l’idéologie funéraire (9-14) : aussi vaut-il mieux se contenter de les énumérer en les résumant sommairement. Mais nous verrons qu’une dernière série (15-21), tout au contraire, mérite une transcription, une traduction et un commentaire : elles constituent peut-être les documents les plus originaux, les plus inattendus et, en matière d’inscriptions funéraires, les plus suggestifs de notre littérature.

  • 48 Deux exemples dans A. Haller, Gräber, p. 21, tombe 175 et p. 101, tombe 14 ; voir aussi p. 21, n° 1 (...)
  • 49 Voir la remarque, qui date peut-être un peu, il est vrai, de R. Koldewey, p. 270 de Das wiedererste (...)
  • 50 Sceaux-talismans : voir l’article de E. Cassin, cité à la note précédente ; et cf. également W.L. R (...)

31Il n’y a pas, ici, à tenir compte des remplois de textes ou de fragments de textes écrits, utilisés pour confectionner le caissage de certaines tombes, comme on en trouve du reste pour toute sorte d’autres édifices.48 La présence de sceaux, même inscrits (comp. plus haut, numéro 0), du reste au bout du compte assez rare,49 est d’autant moins significative que nous ne savons jamais si c’étaient les cachets personnels des défunts, à qui on les aurait laissés, comme leurs parures et autres ustensiles, ou si, ayant appartenu à quelqu’un d’autre, on les leur avait octroyés, après leur mort, en manière de talismans50 ou dans un autre but obscur à nos yeux. Seuls doivent entrer ici en compte les textes écrits, comme tels.

  • 51 Une saison de fouilles à Sippar. Le Caire, 1902, p. 59.
  • 52 Voir AfO 7, 1931 s, p. 266s.

329. Scheil signale51 la trouvaille, à Sippar, dans un sarcophage, et parmi d’autres objets d’ornement (colliers) ou d’usage (sceaux, poids, couteaux, pointes de flèches), d’une « tablette juridique » crue (c’est-à-dire d’usage courant, et non « de bibliothèque »), de l’époque de Hammurabi (vers 1750), « soigneusement déposée dans un bol de terre cuite », mais par malheur effritée et illisible. Comme le tombeau en question était d’époque assez basse selon les coordonnées archéologiques (il contenait du reste un scarabée égyptien), à savoir de la moitié du premier millénaire, au plus tôt, la présence d’une tablette, vieille de mille ans et ayant trait à quelque transaction ou procès, ne peut guère être interprétée autrement que par la volonté de fournir le mort d’un « trésor » (personnel ?), ou d’un objet que son antiquité, ou telle autre raison, pouvait faire tenir pour chargé de vertus apotropéennes ou autres. Un tel usage n’est pas inconnu, et on le trouve jusqu’en Transcaucasie où, dans une tombe du IXe-VIIe siècle, avait été déposée une perle portant la « marque de propriété· » d’Adad-nirâri I (1307-1275).52 C’est apparemment les mêmes motivations qu’il faut invoquer pour expliquer des trouvailles analogues, au moins lorsqu’il est avéré que le document a bel et bien été déposé auprès du mort et ne s’est pas introduit dans la tombe par accident, avec d’autres gravats.

3310. A Uruk :

    • 53 UVB 6, 1935, p. 38.

    dans une tombe paléo-babylonienne d’enfant,53 on a retrouvé un vase d’argile contenant 15 tablettes sur lesquelles se trouvaient consignés principalement des contrats, datés, pour la plupart, du temps de Rîm-Sîn de Larsa (environ 1822-1763) : ces « papiers d’affaires » étaient donc plus ou moins contemporains de la sépulture ;

    • 54 UVB 4, 1932, p. 26.

    dans une tombe néo-babylonienne,54 le squelette tenait encore, serrée entre son bras et sa cage thoracique, une tablette, en fort mauvais état, de graphie également néo-babylonienne et de type apparemment lexicographique : les seuls lambeaux déchiffrables présentent une liste de noms d’oiseaux ;

    • 55 UVB 21, 1965, p. 32b.

    dans une autre tombe de la même époque,55 avait été placée une tablette, elle aussi très délabrée et dont l’époque de copie ne nous a pas été indiquée : c’était une liste de recettes contre des maladies de la peau.

3411. Un certain nombre de trouvailles analogues ont été faites à Ur :

    • 56 UE, 1976, VII, p. 205.
    • 57 UET I, 1928, p. 24 : n° 106.

    Un cône inscrit de Lipit-Ištar d’Isin (environ 1934-1924), au-dessus de la tombe LG/117,56 situation qui ferait penser à un déplacement accidentel du document en question. L’auteur du rapport de fouilles ne nous dit rien du texte en question : sans doute était-il du type connu et publié par ailleurs.57

    • 58 UE, VII, p. 200.

    La tablette inscrite (sur le texte ou la cotation de laquelle on ne nous apprend rien, non plus), retrouvée par dessous la tombe LG/56,58 peut également s’être trouvée là par accident.

    • 59 Op. cit., p. 202.
    • 60 Voir UET V, 1953, nos 143 (pl. xxxi), 153 (pl. xxxiv), 161 (pl. xxxv-xxxvi), 176 (pl. xxxix), 201 e (...)

    Par contre, vu leur situation sur le squelette, c’est apparemment à dessein qu’on avait déposé, dans la tombe LG/84,59 une vingtaine de tablettes, dont la moitié environ a été publiée.60 Ce sont des contrats ou des documents administratifs paléo-babyloniens : contemporains, en gros, de la sépulture.

    • 61 UE, VII, p. 209.
    • 62 UET, V, n° 149 (pl. xxxiii) et 268 (pl. lvi).

    jugement à porter, peut-être, sur les six tablettes retrouvées dans le remplissage de la tombe LG/15361 (en partie ruinée avant sa découverte : la présence de documents est donc peut-être accidentelle) : deux seulement, paléo-babyloniennes et d’ordre administratif, sont identifiées et éditées.62

    • 63 UE, VII, p. 242 :U. 16581.
    • 64 UET, V, n° 78 (pl. xiii).

    Plus vague et incertaine est la trouvaille « parmi des tombes » (d’époque non précisée),63 d’une lettre paléo-babylonienne, dont le texte est lui aussi publié.64

    • 65 UE, IX, 1962, p. 58.

    D’une époque plus récente, dans le remplissage de la tombe néo-babylonienne NB 2,65 se sont trouvées deux tablettes, datées de Nabopolassar (625-605) et par conséquent à peu près contemporaines. Aucun détail sur le contenu ou la cotation de ces documents.

    • 66 Op. cit., p. 83.

    Un peu plus tard, de parmi les déblais d’une tombe d’époque (probablement) perse — n° 231 —66 on a également sorti une tablette néo-babylonienne, touchant laquelle l’auteur du rapport de fouilles ne nous fournit pas d’autre précision.

  • 67 A. Haller, Gräber..., p. 175 : Ass. 22861 ; pas d’autres détails.

3512. A Assur, dans une des tombes royales (ci-dessus : 3) anonymes, s’est également rencontré un fragment de document administratif néo-assyrien.67

3613. L. de Meyer (Gand) m’a signalé la présence, à Suse, dans une tombe paléo-babylonienne, d’une tablette contemporaine, écrite en orthographe locale, et donc sur place, et qui porte un protocole de jugement. Cette trouvaille est encore inédite — et c’est pourquoi je la signale à part.

  • 68 Vivre et penser 3, 1944, vg pp. 136 sqq. ; avec noms de personnes : p. 141.
  • 69 Lire :Eparti.
  • 70 Art. cit., p. 137 ; on date ce souverain des alentours de 1800.
  • 71 Art. cit., p. 141 ; sans doute fait-il allusion aux tablettes ci-dessous : 15-21.

3714. Enfin, R. de Mecquenem, dans un article fort riche, mais malheureusement dépourvu de toute vision archéologique ou même simplement historique, sans précisions, sans paramètres, sans le moindre renseignement utile ou indispensable, signale, « à Suse », la présence, çà et là dans les tombes, non seulement de sceaux-cylindres,68 mais aussi, d’une part, « dans des tombes d’enfants [...], de petites tablettes, peut-être simulacres de tablettes de comptabilité, et sur lesquelles était invoqué le nom d’Ebarti,69 roi de la dynastie de Simash »,70 et, d’autre part, de « tablettes trouvées dans des tombeaux », et même, « dans un seul cas », de tablettes « donnant des prières mortuaires », sans toutefois que jamais elles portent de nom qu’on puisse entendre comme celui du défunt.71 Il est évidemment regrettable que des informations, de l’importance desquelles R. de Mecquenem ne paraissait même pas se douter, soient aussi vagues et surtout aussi mal garanties.

  • 72 RAss 13, 1916, pp. 165 sq.
  • 73 Ibid., p. 166. Toutes ces tablettes n’auraient donc intéressé qu’un seul et même tombeau, un seul e (...)
  • 74 Autres textes sumériens et accadiens (Mémoires de la Mission archéologique de Perse, 18), Paris, 19 (...)

3815-21. C’est également de Suse que proviennent les derniers, et peut-être les plus notables et curieux documents dont il nous faut parler ici. Malheureusement, les circonstances de la découverte, et notamment la datation, même approximative, des tombeaux intéressés, ne nous sont pas fournies. R. de Mecquenem, cité par Scheil,72 consigne seulement que les tombes en question (découvertes, semble-t-il, en 1914), se trouvaient « à proximité du Palais de Darius », dans « une butte artificielle » de 70 m de long sur 30 de large, « constituée par un amas de tombes » ; et qu’il s’agissait, parmi ces dernières, de « tombes construites », ou à caissons, et, parmi elles, d’un groupe de trois tombeaux, à chacun desquels se trouvait « annexée une petite case... renfermant... des restes d’offrandes alimentaires. L’une de ces cases contenait aussi quelques tablettes en terre crue... »73 Il y en avait sept, que Scheil a publiées pp. 166-174 de la même Revue d’Assyriologie. G. Dossin en a refait une copie plus nette,74 mais sans nouvelle transcription ou traduction.

  • 75 P. 19-22 ; il omet la septième, en trop mauvais état.
  • 76 Dans OLZ, 1934, pp. 415 sq.
  • 77 E, 1958, p. 303b : s.v. erpetu, b.
  • 78 A/1, 1964, p. 179a : qâtu ; A/2, 1958, p. 181a : sub 3’ ; M/2, 1977, p. 263b sq., s.v. mušêkilu.
  • 79 P. 682b, s.v.
  • 80 CAD, M/2, cité à l’instant, lit musêkilu, et traduit « celui qui obscurcit », lecture et traduction (...)

39En 1931, E. Ebeling en a repris l’étude et les a incluses, sous le n° 3,75 en son Tod und Leben nach den Vorstellungen der Babylonier. Il les interprétait, à la suite de Scheil, comme des textes funéraires. Mais W. von Soden76 a nié qu’il y fût question de rien qui concernât la tombe, l’Au-delà ou « la Pesée des morts » (mušeqqilu, qui figure deux fois dans ces textes : n° 16 : 4 et n° 17 : 7, avait été traduit « Peseur » par Ebeling, lequel pensait évidemment à la Psychostasie des anciens Egyptiens). A la suite de B. Landsberger, il proposait de ne voir dans ces documents que des manières de centons, faits d’extraits de récits mythologiques. Une autre interprétation se reflète dans le Chicago Assyrian Dictionary :77 il s’agirait — échappatoire commode ! — de « textes scolaires ». Depuis, plus prudent, le même CAD semble s’être contenté de l’étiquette, plus vague, mais peut-être plus vraisemblable, de lit., c’est-à-dire « textes littéraires ».78 Personne n’est jamais revenu, depuis Ebeling, sur ces textes : mais un signe que W. von Soden, au moins, a pu, en partie, renoncer à certaines de ses dénégations de 1934, c’est que dans son Akkadisches Handwörterbuch,79 il entend maintenant mušeqqilu, il est vrai avec un point d’interrogation : « Wager (der Unterwelt) », autrement dit : « Peseur (de l’Enfer) ».80

40Il est donc pour le moins utile de reprendre ces documents. On ne doit pas dissimuler qu’ils sont très difficiles, non seulement à cause de leur état parfois déplorable — lequel ne nous permettra point d’en traduire, ni même transcrire certains passages, voire d’entendre le texte entier de l’un ou l’autre —, mais parce que, complètement isolés et sans parallèles dans toute la littérature mésopotamienne, nous y perdons facilement pied. D’autre part, n’oublions pas qu’il s’agit de textes écrits à Suse (leur orthographe est locale, avec des valeurs caractéristiques comme šà, ši, ka4), et qui peuvent par conséquent refléter, directement ou après syncrétisme avec l’idéologie mésopotamienne, des croyances (et des coutumes) élamites, que nous connaissons encore moins que les babyloniennes. Il nous faudra donc être circonspects et sceptiques en les exploitant, et même en essayant de les comprendre. Mais le fait qu’ils aient été rédigés en babylonien (la graphie est de type paléo-babylonien, et il n’y a pratiquement pas d’idéogrammes, et même très peu de signes « Consonne + Voyelle + Consonne » ; cependant, hors des grands centres culturels de Mésopotamie propre, on peut supposer des retards provinciaux et ne dater ces textes que de la seconde moitié du IIe millénaire, au plus tôt), et qu’y figurent un certain nombre de tournures et de concepts proprement mésopotamiens, nous interdit de les mettre d’emblée de côté, comme s’ils ne tenaient véritablement rien de la Mésopotamie. En présence de tant de difficultés et d’embûches, tout ce à quoi l’on peut honnêtement prétendre ici, c’est présenter de ces documents, par façon d’hypothèse, une interprétation suffisamment cohérente dans la ligne de l’idéologie funéraire, sans se dissimuler que d’autres sont possibles, dans d’autres directions, moyennant d’autres façons d’entendre ou d’interpréter les mots-clés de ces étranges grimoires.

  • 81 De l’édition Scheil-Dossin.
  • 82 Mot à mot : « saisirai ».
  • 83 Mot à mot : « reconnaîtras », « chercheras ».

15. (N° l81)

al-ka lu-li-ka ὶ-lί be-li

a-na ma-aḫ-ri-ti E-nun-na-ki

l[u]-ti-iq ḫa[r ! ?-r]a-na

[l]u-ḫu-uz qa-at-ka i-na ma-ḫa

Allons ! Mon dieu, mon seigneur,

je viens me présenter aux Anunnaki !

J[e v]ais passer le ch[em]in, (et)

je tiendrai ta main (lorsque

ar -l

5 [r]a-bu-ti

lu-uš-me-ma di-na lu-uṣ-ba-ta

še-pi-ka4

[l]e !-qé-ma sú !-pí ì-lí

tu-ṧà-aḫ-ba-ta-an-ni

10 ap-pa-ra ṧà ma-ki

ù du-ul-li

i-na qa-aq-qa-ar da !-na-ti

te9-ṧe-a-ni

tu-qé-ra me-e ú ! šà-am-ma

15 [i]-na e-qí-il sú-ma-mi-ti

je serai) en présence de (ces) [g]rands

dieux !

J’écouterai ma sentence, et me jetterai82 à tes pieds !

[R]eçois (alors) ma prière, mon

dieu !

Après m’avoir fait arpenter

un marécage de privation(s)

et de peine(s),

tu me retrouveras83

dans un territoire de misère !

Tu raréfieras (pour moi-même) l’eau et l’herbage

dans un terrain de soif !

  • 84 Voir AS 16 (Studies in Honor of Benno Landsberger...), Chicago, 1965, pp. 145 sq. et surtout 147 sq (...)
  • 85 Cf. H. Vorländer, Mein Gott, Neukirchen, 1975, pp. 5 sqq.
  • 86 Op. cit., pp. 83 sq.

41Ce texte se suit parfaitement : on n’est donc pas contraint d’y voir un exercice scolaire ou un centon, et encore moins un pot-pourri de « mythes » ; et, d’un autre côté, tout y semble tourné vers l’au-delà de la mort. La mention des Anunnaki, dieux et juges infernaux en Mésopotamie,84 est déterminante, et nous avons brièvement évoqué ci-dessus (pp. 376 s.) « l’itinéraire » que le mort devait parcourir, le « désert » et l’« étendue d’eau » qu’il lui fallait passer : ici, ni « le chemin » (3), ni le « parcours » (9), ni le « marécage » (10), ni le « territoire de misère » (12), et « de soif » (15), sans eau ni verdure (14), ne sauraient donc nous étonner. C’est évidemment le défunt lui-même qui parle, et il doit s’adresser à son « dieu personnel », chargé, selon une vieille enracinée croyance,85 de le patronner pendant sa vie et, semble-t-il, de lui donner le signal de sa mort.86 Ici, il serait censé poursuivre son rôle après la mort de son protégé : c’est à lui que ce dernier s’adresse pour qu’il l’accompagne et qu’il l’aide au cours du long, pénible et morne chemin qu’il doit parcourir avant d’arriver devant ses Juges : il n’est dit nulle part que ces derniers auront à fonder leur jugement sur l’activité, bonne ou mauvaise, de l’intéressé avant de prononcer leur sentence. Cette dernière, c’est tout simplement — comme dans Inanna aux Enfers, cité à la n. 84 — la décision qui rattachera le défunt à leur propre Royaume. Il n’est pas sûr du tout que le texte suive ici un ordre, disons, chronologique : les lignes 9-15 décrivent en fait le « chemin » annoncé à la ligne 3, et le dernier acte est marqué par le prononcé, à l’arrivée « devant les Grands-Dieux (infernaux) », de la « sentence » sans appel de ces derniers (4-6). Et si le mort prévoit qu’il se jettera alors aux pieds de « son dieu » (l’hysteron prôteron est une figure de style fréquente dans la littérature en Mésopotamie), c’est pour lui demander de l’aider encore, du moins à se résigner à cette nouvelle existence, dont tous les traits épars ici nous suggèrent le caractère négatif, mélancolique et morose.

16.(2)

sa-ab-tu ur- a i-la-ku a-ar-ra-na

Iš-ni-ka-ra-ab u La-ga-ma-al i-la

ku ma-a -ra

[Šu-ší]-na-ak i-na šu-ut !-ti a-wa

ta i-q[a]-ab-b[i]

[i(z)-za]-az-ma a-na mu-še-

qi-li-im-ma iz-za-ka4-ar

Ils ont pris la route, ils suivent le chemin ;

Išni-karâb et Lâ-gamâl

précédent.

[Šuši]nak don[n]e ordr[e] (à

celui qui est) dans la fosse :

(et celui-ci) [se l]ève et

(s’en) va faire (sa) déclaration

au Peseur en personne.

  • 87 Doublet, au moins lexical, du šuttatu usuel : comp. Malku IV 206, cité dans CAD Ḫ. p. 143a ; et voi (...)
  • 88 Voir ci-dessus, n. 80, la lecture et le sens différent qu’adopte pour ce mot le CAD, M.
  • 89 Annuaire EPHE IV, 1972-1973, pp. 93 sqq.
  • 90 Ligne 65 ; voir ZA 42, 1936, pp. 24 et 30, n. ad loc.
  • 91 Originairement Išme-karâb : « Il/Elle entend la prière ».
  • 92 « Sans pitié ».
  • 93 K. Tallqvist, Akkadische Götterepitheta, Helsinki, 1938, p. 330, au moins pour Išme-karab.
  • 94 Annuaire EPHE IV, 1969-1970, pp. 108 sqq.
  • 95 Ibid., p. 111.
  • 96 S’agit-il d’une salutation, d’une protestation de respect, ou d’une sorte de plaidoirie ? On n’en s (...)

42Pour conférer à cette tablette la même signification générale et en orienter le contenu vers la mort, il suffit de donner à šuttu de la ligne 3, non pas le sens courant de « rêve », qui ne clarifie rien, mais celui, plausible, encore qu’exceptionnel, de « fosse » ;87 la phrase alors est beaucoup plus limpide. En outre, il est de nouveau question ici d’un parcours (1-2) qui doit mener (de la « fosse ») au « Peseur » (4). Ce dernier,88 rien ne nous dit qu’il faille le prendre avec l’arrière-pensée de la fameuse pesée des âmes des Egyptiens, comme si d’un côté de la balance on devait mettre le destin, et de l’autre les bonnes ou les mauvaises actions de l’intéressé. « Peser », ici, ce n’est qu’une métaphore pour « juger » (en « pesant le pour et le contre » comme nous disons), et « Peseur », c’est vraisemblablement l’épithète de Šušinak (3), censé appeler le mort, « dans sa fosse », à venir comparaître devant lui, pour entendre sa sentence, comme au numéro 15. Ce Šušinak était le dieu national élamite : est-ce en tant que tel qu’on lui attribue le rôle de président du tribunal infernal ? Ou bien, si l’arrière-fond est ici mésopotamien, faut-il penser qu’on lui avait conféré cet office en Babylonie même, en transportant en tête des divinités infernales celui en qui les Elamites voyaient le Chef de leur panthéon ? Après tout, dans la Vision de l’Enfer,89 trois grandes divinités élamites : Iabru, Humba(n) et Naprusu, ont bien été colloquées dans le royaume infernal !90 Quant aux deux psychopompes (2) : Išni-karâb91 et Lâ-gamâl,92 même si les Elamites les avaient introduits dans leur panthéon,93 leur nom et, il y a des chances, leur origine étaient accadiens. Déjà, dans la Légende d’Adapa,94 deux divinités étaient chargées d’escorter le héros pour le présenter à Anu, désireux de le châtier.95 Ici, l’un des deux psychopompes, d’après son nom, est plutôt favorable, puisqu’il « entend la prière » ; l’autre, non, mais « impitoyable ». Ce qui est « décrit » (et, comme en 15, pas nécessairement dans l’ordre « chronologique »), c’est encore le « chemin » que le mort, à l’ordre du Souverain de l’Enfer, parcourt, accompagné (« précédé » : 2) de deux gardes divins, l’un qui lui est propice, l’autre que nul ne peut fléchir, vers sa patrie définitive, où il entrera après avoir « fait sa déclaration » au Juge,96 lequel décidera de son sort : le « pèsera » en l’admettant au nombre des sujets du royaume des Trépassés.

4317. (3) C’est un texte très difficile : mal conservé, mal écrit, et dont l’intelligence est rendue plus malaisée encore par la cassure de droite, qui nous dissimule une partie des lignes dont nous ne pouvons guère estimer l’importance. Voici au moins une tentative de transcription et de traduction (pour les passages les moins garantis, notamment 1 sq. et 9 sq., d’autres interprétations sont possibles) :

  • 97 Ou ṣal-la : « celui qui dort » ; cf. supra, p. 382, sous 4a : 1.

i-te-em-du ni-la97 AŠ x BU x [

šà ma-ta i-šu LU GI ZUIR TA [

ù ma- i-ir-šu-nu la i-ba-aš-šu [?]

im-ma-t[i]?

5 Šu-ší-na-ak iš-šu-ut-ti a-[wa-ta]

i-qa-ab-b[i]

iz-za-az a !-na mu-še-qí-l[i-im]

iz-za-ka4-a[r]

a-na-ku-ma er-da er-pe-t[a?]

10 []a-li-im-t[a!?]

Ils ont étendu ( ?) le gisant... [...]

(Ce)lui qui a(vait) un pays... [...]

Mais il n’y a pas pour eux de rival [... ?]

Dorénavant ( ?) [ ?...]

Šušinak donn[e] or[dre]

(à celui qui est)

dans la fosse,

(et celui-ci) se lève (et s’en) va faire (sa) déclarat[ion]

au Pes[eur] :

« Moi-même, j’ai suivi un nua[ge]

[n]oi[r] ! »

44Il y a au moins ici un élément clair, c’est le passage 5-8, qui reproduit mot pour mot les lignes 3-4 du numéro précédent, et nous confirmerait ainsi qu’il s’agit toujours de l’au-delà. Cela dit, l’incertitude et l’obscurité de 1-4 et de 9-10 (ces derniers pourraient constituer ou, tout au moins, introduire la déclaration faite au « Peseur ») ne nous permettent guère d’épiloguer. On peut seulement s’aviser, au suffixe pluriel de 3, qui répond au pluriel du verbe de 1, qu’on a affaire, dans 1-3, à plus d’une personne, et peut-être, vu l’épithète « sans rival », qui souligne généralement une force surnaturelle, s’agit-il de divinités : on penserait alors volontiers aux deux psychopompes de 16. Et 1 rappellerait-il quelque rite funéraire ? Mais il serait imprudent d’aller plus loin devant un document qui reste, en somme, aussi hermétique en son début et en sa fin. On peut au moins noter que dans Gilgameš ninivite, XI, 97, le « nuage noir » (urpatu salimtu, comme ici) est le signe annonciateur de la catastrophe du Déluge. Serait-il pris ici pour une métaphore du trépas ?

4518. (4) Encore plus désespéré que le précédent, bien qu’il se présente, matériellement, presque intact. Beaucoup trop de signes sont mal dessinés et pratiquement indéchiffrables, en l’absence de tout duplicat. Voici ce que l’on peut tirer, au plus, de ce grimoire :

  • 98 Mot à mot : « fro[t]te-moi », « oins-moi ».

x MAΤ lu-ḫa-ab! na? ap? še?[?]

a-wa-at-ka!? x ab x x

ku-up!?-p[í]!?-ra

e x x x [l]í-ḫa!?-al-li-im-ka

5 NI(ḫá) NI ḫi-li-im-me

li-m[a!]-la pi-ka

ì-lí li-im-gu-ur-ka

Je vais purifier ( ?)...[]

... ta parole...

sanct[i]fie-moi ( ?)98

... te montrer[a( ?)]...

d’onguents...

que soit remp[li]e ta bouche,

(et) que mon dieu t’exauce !

46On conviendra qu’il n’y a d’abord rien, ici, de spécifiquement « funéraire » : la présence des verbes ḫâbu ou ḫâpu (1) et kuppuru (3), non moins que l’usage d’« huiles » (5) (c’est le seul passage où soit employée, dans ces documents, une valeur idéographique, NI, qui a pour équivalent en accadien šamnu, « huile », « onguent ») évoquent le vocabulaire de l’Exorcisme. Mais qui parle et à qui parle-t-on ? Rien ne dit que ce discours ne soit pas adressé au mort ; mais rien n’oblige à le penser. Texte pratiquement inutilisable.

4719. (5) Également presque complet, et pourtant peu compréhensible.

  • 99 Mot à mot : « le seuil est accordé ».

na-ad-na as-ku-pá-tu a-na mašà-[...]

ab-na a ! ?-na ! ? na-lí-šu ša ar-[...

li-il-qa re-ha-tu x x x

ú ta-ab-ka-at pu-lu-uh-ta-ka

ma ì-lí< e-li > ma-ta-ti

L’entrée est libre99 pour

[...]

Qu’il prenne une pierre pour sa couche ( ? !)... []

[...] ce-qu’il-reste ( ?)... []

Tandis que ( ?) la-terreur-que

tu-inspires, ô mon dieu, est épandue < sur> (tous) les pays.

  • 100 Voir cependant plus haut : 4a : 1 et n. 97.

48Ici encore, impossible de rien tirer de cohérent d’un document aussi mal conservé. Pour autant qu’on y discerne quelque chose, il n’y est pas question de la mort ou de l’au-delà, car « le seuil » (1) peut s’entendre de bien des façons, et la « couche » (du repos) de 2 est une lecture trop douteuse pour qu’on y fasse fond.100 Du moins voit-on, à la ligne 4, qu’on s’adresse à un dieu, et à un dieu terrible, dont la mainmise et le rayonnement redoutables s’étendent sur la terre entière. Vu la teneur de 16 et 17 tout au moins, et probablement de 20, on est tenté de penser à Šušinak, la grande divinité infernale. Mais ce n’est là qu’une possibilité.

4920. (6) Une bonne partie des trois premières lignes est perdue, et, de ce qu’il subsiste, plus d’un signe est fort difficile à identifier, comme c’est du reste presque la règle dans ce type de documents, écrits à la hâte et sans soin, ou par des copistes malhabiles. En outre, compte tenu de la polyphonie des signes cunéiformes, on peut hésiter, à la première ligne, entre la première personne du verbe « écouter, apprendre » (eš15 -) et la troisième (iš-), et, à la troisième ligne, entre nabií, « est nommé, mentionné, appelé », et na-pil, « est détruit ». Et encore, à la même ligne, kudurru a au moins un double sens : d’une part la « borne » du terrain, et même le « territoire » ; de l’autre « le couffin » pour transporter la terre, les briques, etc., instrument de travail du labeur servile.

[e]š15/[i]š-me-ma na-x[...]

a-ki-i te-te9-ri!-[iš?]

na-BI/PIL ku-du!-ri-šu x []

i-na nu-pá-ar Šu-ší-na!-[ak]

5 ma-as-qi!-it! [S]u-si-na

ak x x []

[J’]ai/[I]1 a entendu... [...]

Pourquoi ne cesses-tu-de-

] récla[mer ( ?)...]

Son kudurru (voir ci-dessus) est détruit/mentionné ( ?) [...]

En la prison de Šušina[k]

... la boisson de [Š]ušinak...

[...]

50Le seul élément caractéristique semble bien être ici la mention, derechef, du dieu des Enfers (voir 6, 7), Šušinak (4 et 5) ; et peut-être, dans le contexte, l’idée de « Prison » (4) est-elle éloquente, dans la mesure où l’Enfer était considéré comme un lieu de détention ? Faut-il rapprocher la « boisson » (5) de « l’eau pure » promise aux eṭemmu (ci-dessus, n° 8) ?

5121. (7) C’est le plus désespéré de nos textes, ce qui n’est pas peu dire : non seulement il réunit tous les inconvénients des autres, mais il se trouve démoli pour le moins à demi, et les deux ou trois premières lignes sont presque entièrement emportées. Voici ce que l’on en peut lire :

[x...

ku-r[u ?-un-nu...

ma-aš-[qí-it...

iz-ku-ni-ma lu-t[u ?...

5 ? lu-uz x NE x [...

ma-aq-la lu-še-ší-i[b ?

la bi[ère ? (restitution très hasardeuse)...]

la bois[son (même remarque)...]

ont été apurés/libérés ( ?)... [...]

...[...]

Je vais installer... [...]

52Si à la ligne (3) ?, la restitution maš[qît(u)], était confirmée, on aurait du moins un léger — et hypothétique — point de contact avec le numéro 20 et son contexte. Même si l’on peut, à la rigueur, s’aventurer à entendre maqla (pour maqlâ) de 6 comme « combustion » — ce qui d’ailleurs n’éclaire rien —, le contenu de la tablette nous demeure hermétique, et il faut reconnaître que rien n’y évoque d’emblée la Mort et l’Après-Mort.

  • 101 Annuaire EPHE IV, 1973-1974, pp. 100 et 120.

53Un point qu’on doit souligner d’abord, c’est qu’à en croire les maigres renseignements archéologiques que nous en avons (voir p. 393), ces sept documents étaient tous réunis dans une seule tombe, et n’avaient donc pour destinataire qu’un seul mort. Il ne faudrait donc pas imaginer, ou laisser croire, devant le nombre des tablettes trouvées, qu’il y ait eu « coutume » : l’exemple est bel et bien unique. Et cependant, à en juger par les autographies, surtout celles de G. Dossin, beaucoup plus soignées, on a affaire ici à de menues tablettes « d’usage », et non des pièces de bibliothèque. On dirait de ces « copies rapides », faites sans beaucoup de soin, et « pour usage immédiat », comme le notent parfois les copistes de documents exorcistiques.101 Ce qui laisserait supposer une opération courante. Ce double aspect contradictoire valait d’être noté.

54D’autre part, sur ces sept tablettes, le caractère « funéraire » des numéros 15, 16, 17 et 20, au moins comme nous les avons prises, ne paraît guère douteux pour peu que l’on soit informé, même grosso modo, de la mythologie mésopotamienne de la mort : on reconnaît assez bien, ici, diverses données touchant le destin du mort après son décès, le chemin qu’il doit suivre, et les démarches qu’il lui faut accomplir, avec l’aide de « son dieu », avant de se trouver incorporé, voire incarcéré en son nouveau pays. Et comme les sept, ensemble, forment un tout archéologique, il y a présomption (du reste appuyée, çà et là, par quelques traits conjecturables) que les trois autres : les numéros 18, 19 et 21, en dépit de leur obscurité à nos yeux, pouvaient bien appartenir au même ensemble idéologique et refléter les mêmes préoccupations, la même vision des choses.

  • 102 Voir E. Reiner, Plague Amulets and House Blessings, JNES 19, 1960, pp. 148 sqq.

55A la différence des autres inscriptions trouvées dans les tombes et auprès des dépouilles qu’elles abritaient (numéros 9-14), déposées auprès des morts, non pour leur contenu écrit, mais simplement en tant qu’objets à qui devait être attaché un caractère précieux, ou utilisable sur le plan « talismanique » ou apotropéen, celles-ci tiennent leur valeur pour le mort de leur propre contenu écrit, comme tel. Nous serions portés à croire qu’on aurait bel et bien voulu, en les plaçant à sa portée, lui fournir comme une façon de guide pour son comportement à son entrée dans l’Autre Monde. Il est du reste possible qu’aucun de ces documents n’ait à lui seul représenté un tout achevé : on peut y voir — et la répétition d’une phrase entière en 16 (3-4) et 17 (6-8 ; continuée en 9-10 ?), irait bien dans ce sens — des morceaux tirés d’un ouvrage plus long, plus complet. Peut-être d’ailleurs ces extraits avaient-ils, aux yeux de leurs usagers, la valeur du tout — tels ceux de l’Epopée d’Erra, qui comptaient pour le Poème entier lorsqu’il s’agissait de les déposer en une maison que l’on voulait, selon la promesse du dieu (Erra, V : 57 s), protéger des catastrophes.102

56Cet ouvrage ainsi conjecturé et postulé, pour autant que nous l’entrevoyons, à travers les lambeaux de ce qui nous en est parvenu, et que nous arrivons à l’entendre, même s’il contenait des données proprement élamites, et en particulier s’il conférait au grand dieu local Susinak la maîtrise que Nergal exerçait en Mésopotamie sur les Enfers et leur population, son idéologie funéraire paraît tout à fait babylonienne, et en accord complet avec ce que nous en savons par ailleurs (pp. 374 ss.).

57Cela dit, il faut bien convenir que ce serait ici le seul exemple connu d’une pratique — par ailleurs fort plausible — qui aurait consisté à donner au mort, non seulement de quoi manger, boire, se vêtir, se parer, se défendre dans l’au-delà, mais de quoi savoir s’y conduire. Et s’il est un peu gênant qu’on ne l’ait découvert qu’en Elam, il n’a, en somme, rien d’intrinsèque qui nous contraigne à le répudier de notre catalogue d’inscriptions funéraires cunéiformes, en refusant d’en intégrer le contenu à notre restitution de l’idéologie funéraire mésopotamienne. Non seulement il offre à notre connaissance de cette dernière de précieux « prolongements » et d’importants appoints, mais il nous fournit le premier exemple, sauf erreur, d’une coutume que nous retrouverons au moins dans le monde classique, avec les lamelles orphiques notamment.

Notes

1 Voir maintenant Death in Mesopotamia (Copenhagen, 1980) et en particulier pp. 25 ss. : « La mythologie de la mort en Mésopotamie ancienne ».

2 Gilgameš, texte paléo-babylonien du « Fragment Meissner », ΙΠ 3s.

3 Voir l’article de E. Strommenger, « Grab », RLA, ΠΙ (1975), pp. 581 sqq.

4 R.F. Harper, Assyrian and Babylonian Letters..., London-Chicago, 1892-1914, tome IX, n° 962, 9 sqq.

5 Liste dans Iraq 22,1960, p. 71, n° 1 sqq.

6 UVB, XVIII, 1962, p. 28 ; XIX, 1963, pp. 35 sq. et XX, 1964, p. 31.

7 BMitt 2, 1963, p. 42, n° 2 ; et cf. UVB, XIX, p. 35 : Graft 54 ; et Taf. 23 a.

8 Voir Arts asiatiques 6, 1959, pp. 272 sqq. et MDAI 40, pp. 60 sqq. et figg. 23-30.

9 Voir MDAI 41, 1967, p. 103, n° 61, et pl. XXI : 1-3.

10 Voir Assur 1956bq, publié dans AfO 13, 1939 sq., pp. 213 sqq., ligne 18.

11 VAT 11114, publié dans Ε. Ebeling, Stiftungen und Vorschriften für assyrische Tempel, Berlin, 1954, pp. 18 sqq : ligne 5 de la col. I, du « revers ».

12 C.H.W. Johns, Assyrian Deeds and Documents, II, Cambridge, 1898, pp. 246 sq., n° 1016 : rev.4 sq.

13 Voir RLA, I, p. 176b.

14 C. Preusser, Die Paläste…, Berlin, 1955, pl. 3, 4 et 6, p. 27 ; A. Haller, Gräber und Grüfte, Berlin, 1953, pp. 170 sq. ; W. Andrae, Das wiedererstandene Assur, Leipzig, 1938, pp. 136 sqq.

15 A. Haller, Gräber..., p. 176.

16 Op. cit., p. 180.

17 Voir, par exemple, pour Aššur-nâṣir-apal Π, EA.W. Budge et L.W. King, Annals of the Kings of Assyria, I, London, 1902, p. 156, n° 3.

18 L’inscription AO 4628, de Šamši-Adad I (1813-1781), dans E. Ebeling et al., Die Inschriften der altassyrischen Könige (Leipzig, 1926), p. 26, n° 5, ne paraît point se rapporter formellement à un tombeau, mais plutôt à une sorte de chapelle où devait se célébrer le culte des défunts de la famille royale : le kispu (voir p. 375).
1 I Šamsi(ši)-dAdad Šamši-Adad,
šar kiššati le roi de l’Univers,
ša-ki-in dEn-lil le préposé d’Enlil,
pa-li-ih dDa-gan le dévot de Dagan,
5 iššak dAššur le lieutenant d’Assur,
ba-ni bît kispi (est le) constructeur de la (présente) Salle-au-kispu,
bit qu-ul-ti-šu
sa « Maison du silence »,
bit dDa-gan résidence (ou : temple) de Dagan
qé-re-eb Ter-qa(KI) en (la ville de) Terqa.
Voir aussi A.K. Grayson, Assyrian Royal Inscriptions, I (Wiesbaden, 1972), p. 24s, n° 6. Le terme qûltu (AHw, p. 927ab) semble impliquer que la Chapelle en question, dédiée au dieu protecteur de la famille de Šamšî-Adad, n’était pas loin (peut-être au-dessus, voir p. 380) des tombes de ses ancêtres.

19 Voir AfO 13, 1939, sq., p. 216, n. 37 ; et L. Messerschmidt, Keilschrifttexte aus Assur historischen Inhalts, I, Leipzig, 1911, n° 47 ; ainsi que D.D. Luckenbill, The Annals of Sennacherib, Chicago, 1924, p. 151, n° XIV.

20 AfO, loc. cit. ; Messerschmidt, op. cit., n° 46 ; Luckenbill, op. cit., ΧΙΠ.

21 E. Nassouhi, Textes divers relatifs à l’histoire de l’Assyrie (Mitteilungen der altorientalischen Gesellschaft, 3 : 1-2), Leipzig, 1927, pp. 21 sq. ; voir AfO 13, p. 216, et R. Borger, Die Inschriften Asarhaddons..., Graz, 1956, p. 10, § 10.

22 Nassouhi, loc. cit., et W.G. Lambert, dans RAss 63, 1963, pp. 65 sq.

23 Cf. A.K. Grayson, Assyrian and Babylonian Chronicles (Texts from Cuneiform Sources, 5), New York, 1975, p. 127 : 23 — si c’est bien d’elle qu’il s’agit !

24 Sur ce sens de šadû — mot du reste restitué dans le texte —, voir AHw, p. 1125a : s.v. 10.

25 A.T. Clay, Miscellaneous Inscriptions in the Yale Babylonian Collection (Yale Oriental Series, 1), New Haven 1915, p. 60.

26 Clay, op. cit., n° 43 : 10,6 cm de hauteur sur 5,4 cm de diamètre (entier) ; F.J. Stephens, Votive and Historical Texts from Babylonian and Assyria (Yale Oriental Series, 9), New Haven, 1937, n° 82 : 10,3 cm sur 4,9 cm en haut et 3,3 cm en bas, donc en forme de tronc de cône (restent seulement 15 ou 16 lignes centrales ; début et fin perdus).

27 Stephens, op. cit., n° 81 : fragment seul des deux premières et des deux dernières lignes.

28 Voir par exemple les dépôts d’Išṭup-ilum à Mari : Syria 21, 1940, pp. 161 sqq. ; et également R.S. Ellis, Foundation Deposits in Ancient Mesopotamia, New Haven, 1968, pp. 76 sqq. et 94 sqq.

29 F. Thureau-Dangin et M. Dunand, Til Barsip, Paris, 1936, p. 97.

30 Voir en général F.R. Kraus, Tonnägel mit Keilinschriften, pp. 71 sqq., de Halil Edhem Hâtira Kitabi, Ankara, 1947.

31 Var. 2 : mâr (A) mDa-ku ! (om.-ru/ri).

32 Var. re-e-mu.

33 Var. : om. bîti-šu ša.

34 Var. : ú-na-ak-ka-ru-ma.

35 Var. : le-mut-tum.

36 Mot à mot. « sur la bouche des hommes ».

37 Comp. la fin du « Code » de Ḫammurabi, des « traités » et des kudurru.

38 Voir S. Langdon, Κish I, Paris, 1924 ( ?), pl. XXXIV, n° 2.

39 Loc. cit.

40 Mot à mot « pour une longue durée ».

41 VA Τ 3114 et 3117, dans VAS, I, p. viii et pl. 52, n° 54 ;la photo de l’un d’eux, dans MDOG 11, p. 15.

42 YBC 2292 : Stephens, op. cit. (supra, n. 26), p. 20 et pl. xxxiii, n° 83.

43 Orientalia 6, 1923, pp. 62 sq.

44 Dans OLZ, 1901, pp. 5 sqq.

45 RT 22, 1900, pp. 154 sqq.

46 Mot à mot : « son nom ».

47 L’inscription du « scribe du roi » Marduk-nâdin-aḫḫê : BM 96947 (publiée d’abord par V. Scheil, RT 19, 1897, p. 44s ; voir la bibliographie dans A.K. Grayson, Assyrian Royal Inscriptions, I, Wiesbaden, 1972, p. 42s, n° 2), provenant vraisemblablement d’Assur et datée d’Aššur-uballit I (1365-1330), est parfois citée comme la dédicace, par un particulier haut placé, de sa propre « tombe ». Or, il ne s’agit, à la lettre, que d’une « maison » (bîtu) : Face 5, 12, 16 ; Rev, 2, 10, c’est-à-dire essentiellement d’un édifice, qui n’a rien de souterrain, et le terme mânaḫtu (ligne 3 du Rev.) ne signifie évidemment pas « lieu de repos » (contre CAD, M/1, p. 206 b : 6), mais « peine », « labeur » (sens courant du mot : ibid., p. 203s) : dMarduk be-li bîta ša-a-tu li-mur-ma[a-n]i ma-na-ah-ti-ia li-[q]í-ša (Rev. 2-3) : « Que Marduk, Monseigneur, ayant vu cette maison, me (l’)accorde pour (=en récompense de) ma peine... »

48 Deux exemples dans A. Haller, Gräber, p. 21, tombe 175 et p. 101, tombe 14 ; voir aussi p. 21, n° 12a, pp. 22, 110 et 113.

49 Voir la remarque, qui date peut-être un peu, il est vrai, de R. Koldewey, p. 270 de Das wiedererstehende Babylon, Leipzig, 1913 ; et, sur le remploi des sceaux par les héritiers et descendants : E. Cassin, Le Sceau : un fait de civilisation en Mésopotamie ancienne, dans Annales, n° 4, juillet-août 1960, p. 749s. La présence dans les tombes, sur le mort ou près du mort, de sceaux ou cachets, seulement historiés ou inscrits, reste tout de même, en général, assez peu courante, peut-être variable selon les temps et les modes. A Ur, pour l’époque de Djemdet-naṣr (ca 2800), on ne signale qu’un exemple (tombe n° 324) pour 370 tombes (Ur excavations, IV, London, 1956, p. 123) ; il y en a davantage dans les sépultures royales, un peu plus tard : 39 pour 96 tombes (op. cit. ; p. 127 ss ; parfois deux pour le même tombeau : n° 37 et 38, p. 129) ; un peu plus tard encore, durant la période sargonique (autour de 2300), 46 pour 163 tombes (op. cit., p. 134 ss ; deux dans chacune des tombes G.123, p. 142 ; G. 140 et 142, p. 143). A Nippur, au cours des dernières fouilles, on n’en a trouvé que 9 pour près de 400 tombes (D.E.McCown et al., Nippur, I, Chicago 1967, p. 120ss). Sceaux-cylindres dans les tombes de Suse : voir p. 392 sous 14.

50 Sceaux-talismans : voir l’article de E. Cassin, cité à la note précédente ; et cf. également W.L. Rathjes, New Tricks for Old Seals, p. 26 de McGuire Gibson & R.D. Biggs, Seal and Sealing in the Ancient Near East (Bibliotheca mesopotamica, VI ; Malibu, 1977).

51 Une saison de fouilles à Sippar. Le Caire, 1902, p. 59.

52 Voir AfO 7, 1931 s, p. 266s.

53 UVB 6, 1935, p. 38.

54 UVB 4, 1932, p. 26.

55 UVB 21, 1965, p. 32b.

56 UE, 1976, VII, p. 205.

57 UET I, 1928, p. 24 : n° 106.

58 UE, VII, p. 200.

59 Op. cit., p. 202.

60 Voir UET V, 1953, nos 143 (pl. xxxi), 153 (pl. xxxiv), 161 (pl. xxxv-xxxvi), 176 (pl. xxxix), 201 et 202 (pl. xiv), 255 (pl. liv), 302 (pl. lxi) et 415 (pl. lxxiv).

61 UE, VII, p. 209.

62 UET, V, n° 149 (pl. xxxiii) et 268 (pl. lvi).

63 UE, VII, p. 242 :U. 16581.

64 UET, V, n° 78 (pl. xiii).

65 UE, IX, 1962, p. 58.

66 Op. cit., p. 83.

67 A. Haller, Gräber..., p. 175 : Ass. 22861 ; pas d’autres détails.

68 Vivre et penser 3, 1944, vg pp. 136 sqq. ; avec noms de personnes : p. 141.

69 Lire :Eparti.

70 Art. cit., p. 137 ; on date ce souverain des alentours de 1800.

71 Art. cit., p. 141 ; sans doute fait-il allusion aux tablettes ci-dessous : 15-21.

72 RAss 13, 1916, pp. 165 sq.

73 Ibid., p. 166. Toutes ces tablettes n’auraient donc intéressé qu’un seul et même tombeau, un seul et même défunt (voir encore p. 400).

74 Autres textes sumériens et accadiens (Mémoires de la Mission archéologique de Perse, 18), Paris, 1927, pp. 88 sqq. : n° 250 sqq.

75 P. 19-22 ; il omet la septième, en trop mauvais état.

76 Dans OLZ, 1934, pp. 415 sq.

77 E, 1958, p. 303b : s.v. erpetu, b.

78 A/1, 1964, p. 179a : qâtu ; A/2, 1958, p. 181a : sub 3’ ; M/2, 1977, p. 263b sq., s.v. mušêkilu.

79 P. 682b, s.v.

80 CAD, M/2, cité à l’instant, lit musêkilu, et traduit « celui qui obscurcit », lecture et traduction plausibles, après tout, mais qui ne font, en effet, qu’enténébrer le texte.

81 De l’édition Scheil-Dossin.

82 Mot à mot : « saisirai ».

83 Mot à mot : « reconnaîtras », « chercheras ».

84 Voir AS 16 (Studies in Honor of Benno Landsberger...), Chicago, 1965, pp. 145 sq. et surtout 147 sq. ;pour l’écriture Enunnaki : ibid., p. 143, n. 14. On les voit très bien exercer leur judicature, aux vers 273 sqq. de la Descente d’Inanna aux Enfers : cf. Annuaire EPHE IV, 1971-1972, p. 85.

85 Cf. H. Vorländer, Mein Gott, Neukirchen, 1975, pp. 5 sqq.

86 Op. cit., pp. 83 sq.

87 Doublet, au moins lexical, du šuttatu usuel : comp. Malku IV 206, cité dans CAD Ḫ. p. 143a ; et voir AHw, p. 1292b, s.v. Šuttatu, à ma connaissance, n’est, il est vrai, jamais employé qu’au sens matériel de « trou plus ou moins profond, creusé, en particulier, pour servir de piège » ; mais son synonyme ḫaštu (AHw 334b) a l’une ou l’autre fois la signification de « tombe », et se trouve même mis pour « Enfer » ; et, d’autre part, son équivalent hébreu, šaat, marque souvent, outre la « fosse », au sens ci-dessus, la « tombe », voire l’« Enfer » (voir M. Held, Pits and Pitfalls in Akkadian and Biblical Hebrew, dans Journal of the Ancient Near Eastern Society of Columbia University,5, 1973, notamment pp. 173s).

88 Voir ci-dessus, n. 80, la lecture et le sens différent qu’adopte pour ce mot le CAD, M.

89 Annuaire EPHE IV, 1972-1973, pp. 93 sqq.

90 Ligne 65 ; voir ZA 42, 1936, pp. 24 et 30, n. ad loc.

91 Originairement Išme-karâb : « Il/Elle entend la prière ».

92 « Sans pitié ».

93 K. Tallqvist, Akkadische Götterepitheta, Helsinki, 1938, p. 330, au moins pour Išme-karab.

94 Annuaire EPHE IV, 1969-1970, pp. 108 sqq.

95 Ibid., p. 111.

96 S’agit-il d’une salutation, d’une protestation de respect, ou d’une sorte de plaidoirie ? On n’en sait rien. Voir p. 397, sous 17 :9-10.

97 Ou ṣal-la : « celui qui dort » ; cf. supra, p. 382, sous 4a : 1.

98 Mot à mot : « fro[t]te-moi », « oins-moi ».

99 Mot à mot : « le seuil est accordé ».

100 Voir cependant plus haut : 4a : 1 et n. 97.

101 Annuaire EPHE IV, 1973-1974, pp. 100 et 120.

102 Voir E. Reiner, Plague Amulets and House Blessings, JNES 19, 1960, pp. 148 sqq.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540