Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort, les morts dans les sociétés anciennes

 | 
Gherardo Gnoli
, 
Jean-Pierre Vernant

L’analyse archéologique des cimetières et l’exemple des nécropoles celtiques

Jean-Paul Demoule

Texte intégral

1L’un des mérites de la présente rencontre aura été de mettre en lumière l’étendue du domaine recouvert par la désignation « idéologie funéraire » et, par là, la diversité des méthodes qui en permettent l’approche. Ces approches, qui relèvent aussi bien de l’ethnologie, de la sociologie, de l’économie politique, de la psychanalyse ou de l’histoire, n’ont totalement constitué leur objet dans aucun de ces champs. L’intérêt de l’approche archéologique est de permettre l’examen, dans un champ que délimitent étroitement les limites mêmes de l’information, de ce qui peut conduire à élaborer une telle notion. La part y est sans doute plus aisée à faire, du fait de leur hétérogénéité, entre l’organisation des traces matérielles, d’un côté, et les modèles archéologiques auxquels on décide d’avoir recours — plus aisée au moins que dans l’analyse d’un discours, où toutes les lectures s’imbriquent. On souhaite donc s’interroger ici, à partir d’une étude de cas, sur ce que l’archéologie peut dire, par ses méthodes autonomes, à propos des vestiges funéraires d’une société. L’absence de sources écrites devrait donc donner à cet exemple une austérité plus probante.

  • 1 La présente communication s’inspire des principaux résultats d’un travail présenté comme « Disserta (...)
  • 2 La New Archeology américaine n’a abordé les cimetières que pour des expériences démonstratives marg (...)

2L’étude archéologique des cimetières s’oppose classiquement à celle des habitats.1 Ces derniers révèlent des structures (au sens archéologique) dont la délimitation topographique est souvent indécise, la formation échelonnée sur un laps de temps plus ou moins long, et les vestiges, progressivement abandonnés, de nature fragmentaire et détritique — à l’exclusion bien sûr de ce qu’ont pu sceller soudainement quelques rares cataclysmes naturels ou humains. A cela s’opposent point par point les cimetières, dont les structures (les tombes), parfaitement délimitables, contiennent des vestiges normalement entiers, déposés intentionnellement au même moment — à toutes les exceptions près : bris rituels d’objets, sépultures collectives, etc. Curieusement, alors que c’est dans l’analyse des cimetières que l’archéologie dite traditionnelle a surtout déployé ses capacités méthodologiques, l’archéologie à la recherche du formalisme s’est essentiellement attaquée à l’étude des habitats.2 Le présent travail voudrait adopter une position intermédiaire.

  • 3 Abbé Heigneré, « Quatre cimetières du Boulonnais », Mémoires de la Société Académique de Boulogne-s (...)
  • 4 W.M. Flinders Petrie, « Sequences in prehistoric remains », J Anth Inst 29, 1899, pp. 295-301.
  • 5 E. Vogt, « Osservazioni sulla necropoli di Cerinasca d’Orbedo », Raccolta di Scritti in Onore di An (...)
  • 6 R. Hachmann, « Das Gräberfeld von Rondzen (Rzadz), Kreis Gaudenz (Grudziądz) und die Chronologie de (...)
  • 7 Certains statisticiens se sont efforcés de mettre au jour les présupposés mathématiques de cette te (...)

3L’analyse systématique des nécropoles a une longue histoire. Ainsi, l’Abbé Heigneré3 remarquait dès 1864 que certaines catégories d’objets se trouvaient réparties préférentiellement dans certaines parties des cimetières mérovingiens qu’il fouillait dans le Boulonnais, tandis que Flinders Petrie4 donnait en 1899, sur un matériel égyptien, la première matrice diagonalisée de tombes, et en inférait une chronologie solide. Ces travaux isolés ne devaient connaître un réel essor que bien plus tard, avec l’étude de répartition d’E. Vogt5 sur la nécropole hallstattienne de Cerinasca d’Orbedo, et surtout les travaux de R. Hachmann,6 dans le cadre de la revue hambourgeoise Archaeologia Geographia — revue qui développait systématiquement, dans les années 1950, les techniques de « sémiologie graphique » en archéologie. Depuis ces travaux, les études de répartitions de tombes (« chorologie ») et les diagonalisations de matrices (tombes/types d’objet) ont connu un large succès dans les pays germaniques et ont contribué à mieux expliciter les méthodes utilisées, au sein d’une démarche qui reste par ailleurs traditionnelle.7

  • 8 Le matériel encore inédit des nécropoles tout récemment fouillées (Aure, Bucy-le-Long, Manre, Vrign (...)

4Le matériel8 d’étude choisi ici porte sur les nécropoles celtiques « Hallstatt final » et « La Tène ancienne » (VIe-IVe siècle avant notre ère) du nord de la France (départements des Ardennes, de l’Aisne et de la Marne). En un peu plus d’un siècle plusieurs dizaines de milliers de tombes y ont été fouillées sur près de 400 nécropoles. La littérature spécialisée ne fait mention que d’à peu près 15 000 tombes, mais dont 2 000 seulement font l’objet d’un inventaire publié, et qui n’est illustré que pour moins de 400 d’entre elles ; des 150 tombes à char connues par la littérature, une vingtaine peuvent encore être utilisées ; 5% seulement des tombes ont été fouillées après la dernière guerre. Les fouilles étaient en effet le fait de petits notables locaux ou de terrassiers à la solde de grands collectionneurs, en quête de beaux objets de « l’indépendance gauloise » ; et le sous-sol crayeux champenois permettait de repérer aisément les tombes avec une « sonde » de métal. Napoléon III, à la recherche d’une idéologie nationaliste populaire, avait lui-même lancé, après Alésia, les fouilles gauloises dans cette région. Dans ces conditions, le travail a porté sur l’analyse de huit nécropoles (Pernant, Villeneuve-Renneville, Beine l’Argentelle, Manre, Ciry-Salsogne, Sablonnières, Heiltz l’Evêque Charvais, Chouilly les Jogasses), soit 521 tombes, ainsi que sur 70 tombes isolées utilisables, provenant d’une vingtaine d’autres nécropoles, par ailleurs très mal connues.

Le temps

  • 9 O. Montelius, Die Alteren Kulturperioden im Orient und in Europa, I, Die Methode, Stockholm, 1903, (...)

5Le premier propos était d’établir une chronologie des tombes, afin de démêler leur ordre de succession, ce qui posait d’emblée les problèmes de description. Ces problèmes, déjà trop classiques, de l’archéologie formelle ne sont pas abordés dans les travaux germaniques. On sait qu’il n’existe pas de définition du « type » proprement dit, et que O. Montelius,9 caractérisant sa « méthode typologique », indique seulement que l’archéologue doit être capable de définir ses « types », comme le font, dans leurs disciplines, zoologues et botanistes. Or, la méthode, dans son fonctionnement idéal, suppose que les types, correctement reconnus, s’ordonnent naturellement en une matrice que les données chorologiques et stratigraphiques permettent d’interpréter comme chronologique. Tout ce qui va contre le bon ordre de la matrice ne peut être dû qu’à une imparfaite reconnaissance des types, et doit être corrigé. Toutefois, cette idéalisation des types ne change pas grand-chose à la démarche : définir le type comme ce qui permet une classification interprétable, dans un mouvement de va-et-vient (ou spirale, ou feed-back, ou cercle vicieux) entre description et traitement, revient au même ; il suffit de le savoir. Il sera plus délicat d’aborder des interprétations non chronologiques.

  • 10 Cf. notamment R. Sprague, « A suggested terminology and classification for burial description », Am (...)

6Un autre aspect de la description concerne celle des pratiques funéraires. Celles-ci ont fait l’objet de propositions récentes, visant à la systématisation.10 Mais ces soucis universalistes se heurtent toujours au même écueil : la pertinence des critères est, selon les cultures, susceptible d’une variabilité étendue et difficile à prévoir. Derrière trois catégories d’objets matériels — la tombe avec son mode de construction, le corps avec sa position et ses particularités, et les objets renfermés — se profilent quatre catégories de pratiques, pour celles qui ont laissé des traces observables et observées : les pratiques préparatoires précédant la mise en terre (traitement du corps, sacrifices humains, cf. Homère) ; les pratiques sépulcrales (orientation, répartition, forme, aménagement des tombes et position du corps) ;les pratiques de dépôt (offrandes alimentaires, récipients, armes et outils, objets divers, voire parures déposés auprès du corps) ; les pratiques d’habillement (concernant le costume funéraire effectivement porté : parures, éléments de fixation comme les fibules ou les boucles). Ces commodités descriptives de départ ne prétendent encore rien inférer sur l’ordre social sous-jacent. En effet les problèmes abordés précédemment quant à la typologie des objets réaffleurent ; le croisement des mains du mort ne prend sens que s’il peut être corrélé à une quelconque autre variable.

7Il a finalement été possible d’ordonner (d’ailleurs manuellement) les matrices descriptives des nécropoles sélectionnées, dont quelques-unes sont données en annexe à titre indicatif (fig. 1-2). Si on les regroupe en une matrice d’ensemble, elles font apparaître une succession de huit groupes, que divers recoupements entre tombes (stratigraphies) permettent d’interpréter comme huit « phases ». Pour les toutes premières « phases », l’étude de la répartition des tombes (chorologie) vient aussi étayer cette interprétation : les tombes les plus anciennes se trouvent au centre du cimetière, les plus récentes à la périphérie (Chouilly les Jogasses, Heiltz l’Evêque Charvais). Ces phases n’ont pas toutes entre elles le même écart, mais deux ruptures typologiques plus importantes permettent d’isoler trois « périodes », regroupant chacune deux ou trois « phases ». Il n’est pas très étonnant de noter que ces trois périodes avaient été identifiées typologiquement depuis assez longtemps sous les dénominations de Hallstatt final (ou IIb, ou D), La Tène la (ou A), La Tène Ib-c (ou B) ; mais les deux premières ont souvent été considérées comme contemporaines, du moins en partie.

  • 11 Pour une formalisation du temps archéologique, cf. notamment B. Soudsky, « Higher levels entities » (...)

8Ce premier résultat, outre son intérêt pour l’âge de fer, pose divers problèmes touchant au traitement du temps. A la différence des études d’habitats, où le temps est approché par des variations qualitatives, mais aussi quantitatives (évolution en courbes de Gauss des traits descriptifs), on ne dispose ici que de variations qualitatives (apparition ou disparition de types corrélés les uns aux autres). L’approche du temps en est d’emblée moins fine. Par ailleurs, le modèle sous-jacent à la configuration graphique contient plusieurs hypothèses fortes et, en particulier, que des « phases » peuvent être effectivement reconnues, c’est-à-dire que des associations de « types » contemporains, apparaissant et disparaissant simultanément, se succèdent avec régularité. Cette reconnaissance de rythmes, ici hiérarchisés, d’un temps qui n’est donc pas linéaire est une vieille question, qui court de l’histoire de l’art à l’économie. Il faudra bien qu’en archéologie cette figure du temps, prise jusqu’ici comme hypothèse implicite, devienne à son tour objet d’étude.11

9Il est vrai que ces rythmes ont des nuances. Il n’est plus question de définir une phase par une liste finie de types. Si l’on superpose exactement les matrices de plusieurs nécropoles, certains types, qui, dans l’une, définissent une phase, débordent sur la phase suivante dans l’autre. Ces phénomènes s’accentuent pour des sites très éloignés, et plus encore quand on mène des comparaisons avec d’autres zones culturelles de La Tène, comme la Suisse ou l’Allemagne du Sud. Ainsi la phase IIc, caractérisée notamment par des vases carénés hauts, est bien attestée à l’ouest de la zone d’étude (Aisne), mais paraît beaucoup plus fugace vers l’est (Marne). Des phénomènes de perduration « anormale » d’un objet ancien peuvent aussi se produire, dus notamment à une particulière longévité de leur porteur — et on est rassuré de voir par exemple, pour tel torque typique de la phase IIIa de Beine, trouvé dans une tombe avec des objets de la seule phase IIIb, qu’il s’agit d’un objet très usé.

  • 12 Il existe évidemment une abondante littérature sur ces problèmes classificatoires et leurs soubasse (...)

10Symétriquement aux discontinuités qui marquent les rythmes, des continuités, par delà le découpage des types, assurent l’homogénéité de l’évolution. C’est ainsi que la carène, qui apparaît sur certaines formes de céramiques de la phase IC, caractérise toute la période II, à la fin de laquelle elle disparaît ; à l’intérieur de cette dernière on voit les carènes basses (types 525, 526) de la phase IIa faire place aux carènes moyennes (type 521) de la phase IIB, puis aux formes aiguës et élancées de IIC (types 522, 523). De même, dans les formes arrondies de la période III, on voit, partant d’un profil à col et à épaule (type 561 = IIIA), la panse se bomber (type 563 = IIIB), puis le col se réduire (type 564 = IIIC). L’ensemble des parures (bracelets, torques, perles, fibules) tend à adopter des techniques identiques, telle la torsade en IIA ; la tige à section circulaire ornée en IIA, puis avec tampons en IIB-C ; la tige moulée à la cire perdue dans la période III. On note aussi la coïncidence entre une rupture dans les formes de poterie (abandon de la carène) et un changement dans les techniques de la parure (adoption du moulage) avec l’avènement de la période III. Les catégories typologiques ne sont pas si tranchées, leurs contours sont estompés et elles sont traversées horizontalement par des correspondances et des apparentements.12

L’espace

11On a vu que le temps était manifesté par une première introduction des données topographiques — les stratigraphies — dans les classifications. La mise en œuvre systématique de ces données spatiales va faire apparaître d’autres formes de groupements, susceptibles d’interprétations d’un tout autre ordre. Une étude attentive montre une évolution dans la répartition des tombes (chorologie). Dans la période I, les tombes les plus anciennes se trouvent au centre, tombes masculines et tombes féminines séparées ; les tombes les plus récentes se développent à la périphérie, et jusqu’à occuper une nouvelle zone du cimetière, l’étirant en ellipse, et elles prennent une orientation légèrement divergente ; la séparation des sexes ne s’y fait plus. Dans les périodes II et III, si le plan du cimetière garde souvent une forme ellipsoïdale, orientée dans le même sens que les tombes (est-ouest, avec des écarts), on voit apparaître des groupements de tombes, à la fois séparés les uns des autres par des zones inoccupées, et caractérisés par une orientation identique (fig. 3). Les groupements ne sont ni sexuels, ni chronologiques (fig. 4, 5, 6) ; en revanche ils peuvent avoir des caractéristiques propres, comme la possession de traits stylistiques particuliers, notamment à l’intérieur des types céramiques. Il est économique d’y voir des groupes sociaux de type familial, dont le poids sociologique affecte progressivement l’ordre spatial de la nécropole, au détriment de l’ancienne division sexuelle. Ainsi, dans la simple progression du temps (chronologie) sur l’espace (de la nécropole) apparaît un faisceau de données touchant à l’ordre social (groupes familiaux), à la hiérarchie (inégalités de répartition), à son histoire (évolution de la répartition), à ses productions (styles).

12L’orientation des tombes est une donnée spatiale particulière. Les orientations s’étagent, suivant les tombes et les cimetières, entre 250° et 320° — tête à l’ouest, l’orientation strictement ouest-est étant de 270°. On a souvent proposé d’expliquer ces variations d’orientation par la position du lever du soleil au jour du décès. En fait, si l’on trace la courbe de fréquence des orientations, on constate qu’elle suit une courbe normale (gaussienne), et que la moyenne des orientations correspond à l’orientation de l’ellipse selon laquelle s’organise le plan du cimetière ; or, cette orientation générale peut se placer, suivant les cimetières, vers 310° (Pernant, Bucy-le-Long, Villeneuve-Renneville, périodes II-III), vers 270° (Etrechy, Liry, Saint-Clément-à-Arnes, périodes II-III), vers 250-260° (Les Jogasses, Charvais, période I). Elle ne peut donc être corrélée avec des données astronomiques, mais plutôt, au moins en partie, avec des données régionales et chronologiques. Aux Jogasses et à Charvais, nécropoles de la période I, les tombes dont l’orientation se situe vers 300° appartiennent à la phase récente.

13L’existence de facteurs régionaux est confirmée par le plan des nécropoles du nord de la zone d’étude (Ardennes), qui ont soit un plan ellipsoïdal, mais une orientation vers 270° (cf. plus haut), soit un plan dispersé (Manre), et cette même orientation. Cette mise en évidence de sous-groupes régionaux est renforcée par l’étude de la répartition des types, certains objets étant concentrés, parfois exclusivement, dans certaines zones (cistes, perles en argile, bracelets tubulaires, etc.).

La société

14Il vient un moment où il faut bien s’interroger sur les modèles sociaux qu’on utilise. On a vu que la démarche s’effectue schématiquement en quatre temps : 1. constitution d’une grille descriptive ; 2. recherche des corrélations entre traits ; 3. projection de ces groupes dans l’espace (stratigraphie, distributions locales ou régionales) et constitution d’unités classificatoires ; 4. interprétation de ces groupes en fonction des représentations sociales. Ces représentations peuvent être discrètes — parler de famille, de style, de variante régionale paraît aller de soi. Elles offrent l’inconvénient d’être simultanément pauvres et implicites. La pauvreté est au cœur de l’archéologie, et l’enrichir est un souci actuel. Il est plus facile de remédier à l’implicite.

15On peut donc étaler sous forme de tableaux l’ensemble de l’information disponible. Le premier fournit les corrélations constatées entre tous les traits descriptifs par catégorie. On constate trois groupements inégaux de critères : ceux associant normalement formes de tombes et pratiques de mise en terre ; ceux concernant le mobilier, avec ses exclusions (armes/parures), ses associations, y compris chronologiques, et sa position ; et ceux associables à la localisation de la tombe dans le cimetière (cf. plus haut). Le tableau 2 indique la pertinence de ces mêmes traits descriptifs vis-à-vis des catégories sociales utilisées — catégories qui sont l’interprétation des corrélations précédentes, une fois les informations spatiales utilisées. Enfin le troisième tableau tâche d’expliciter ce qui permet de poser des interprétations fonctionnelles (sociales), une fois écartées les interprétations par le temps et l’espace. On distingue entre l’interprétation d’une « classe technique », identifiée d’emblée (lance, récipient, bracelet) ; celle d’une « sous-classe morphologique », qui est la subdivision morphologique et non interprétée d’une classe technique, et qui contient plusieurs types ; et celle des « types ». L’interprétation fonctionnelle ne peut apparaître que là où l’interprétation chronologique a été écartée, où la part de la géographie a été faite, et où il existe en outre des corrélations. Ainsi les torques à large torsade et crochets (type 12C), qui apparaissent en IIA, perdurent jusqu’en IIIB, alors que la technique torsadée a presque disparu, mais n’apparaissent que dans des tombes particulièrement riches ; on peut penser que leur archaïsme a pris entre temps une certaine signification. En revanche la perduration (faible) des bracelets à section quadrangulaire (type 21) au-delà de cette même phase IIA ne peut être corrélée à d’autres traits et n’est pas interprétable (non significative). Il doit rester cependant clair que ces tableaux ne sont pas normatifs, mais descriptifs d’une démarche.

  • 13 Il existe de très rares études portant sur toute la zone celtique : L. Pauli, Keltische Volksglaube (...)

16En l’état actuel, les limites géographiques de l’étude et les lacunes considérables de l’information sont une entrave à la recherche de plus de corrélations.13 S’agissant du monde celtique, il est tentant de faire appel aux informations externes des sociétés historiques contemporaines — Latins ou Grecs. Dans la perspective de la société gauloise décrite par César, proto-urbaine, dynastique, aristocratique, l’évolution perceptible deux à trois siècles auparavant est cohérente : poids grandissant des groupes familiaux, inégalité, développement croissant des tombes à char à partir de IIIA, indice de sacrifices humains à partir de III. C’est précisément dans ces tombes à char qu’apparaissent les premiers témoins de l’ » art » celtique. De même que l’analyse montrait que l’évolution des types d’objets et des pratiques excluait une contemporanéité de la fin du Hallstatt avec le début de La Tène, de même l’art celtique n’apparaît pas ici comme une importation méditerranéenne au sein d’une classe dirigeante déjà constituée, mais il se développe progressivement avec elle.

  • 14 L.R. Binford, « Mortuary Practices : their study and their potential » (cf. supra, n. 2), et id., A (...)

17Il reste que nous en savons encore trop peu sur les habitats contemporains de ces cimetières pour pouvoir comparer la société des morts à celle des vivants. L.R. Binford,14 dans un rapide pointage des pratiques funéraires de quarante sociétés étudiées par l’ethnologie, a montré que si la complexité de la signification des rituels était en rapport avec la complexité de la société, des significations équivalentes pouvaient être exprimées très diversement — et inversement. Cela ne condamne pas cette mise en oeœuvre des seuls témoins matériels qui est la tâche autonome de l’archéologie, mais rappelle plus simplement qu’une telle approche ne peut rester longtemps parcellaire.

Fig. 1 – Sablonnières : matrice des tombes et types d’objets, faisant apparaître des phases chronologiques.

Fig. 2 – Pernant : matrice des tombes et types d’objets, faisant apparaître des phases chronologiques, que confirment les stratigraphies de tombes.
Sexe : F = femme ; H= homme ; E= enfant ; I= indéterminé.

Fig. 3 – Pernant : répartition des tombes : le plan du cimetière fait apparaître des groupements de tombes avec des orientations communes.

Fig. 4 – Beine, l’Argentelle. Plan du cimetière – A : incinération – F : foyer – Répartition des phases : la présence des différentes phases dans chacun des groupements topographiques de tombes mène à une interprétation en termes de groupes familiaux.

Fig. 5 – Groupes familiaux dans un cimetière (Pernant, Aisne). L’existence de groupes de tombes rapprochées les unes des autres et strictement parallèles, et séparés des autres groupes par des espaces vides, s’interprète comme des groupes sociaux, familiaux, dans la mesure où âges, sexes et phases chronologiques successives (cf. fig. 1) sont mêlés dans chaque groupe ; on voit que la « richesse » est inégalement répartie entre les groupes.

Fig. 6 – Les rites familiaux (Beine, Aisne). Des groupes familiaux ayant été mis en évidence (cf. fig. 5), on voit que la place des objets dans la tombe est différente, au moins pour le dépôt aux pieds ou sur le côté, suivant les groupes.

Tableau 1. Corrélations entre traits descriptifs

Préparation du corps

Position du corps

Forme de la tombe

Localisation de la tombe

Orientation

Nature des objets

Position des objets

Nature de la parure

Ossements animaux

armes

poterie

Préparation du corps

Position du corps

Forme de la tombe

+

+

Position de la tombe

Orientation

Nature des objets

Ossements animaux

armes

poterie

+

Position des objets

+

+

Nature de la parure

+

+

+

+ corrélaton forte
• corrélation faible, ou variable, ou peu pertinente

Tableau 2. Pertinence des traits descriptifs

Age

Sexe

Position sociale

Affiliaton sociale

Chronologie

Localisation régionale

Caractères stylistique

Préparation du corps

Corps

Forme de la tombe

Emplacement de la tombe

+

+

+

Orientation

+

+

+

Nature des objets

• armes

+

+

• poterie

+

+

• ossements animaux

Position des objets

+

+

+

Nature de la parure

+

+

+

+

+pertinent
•moins pertinent, ou variable

Tableau 3. Interprétation fonctionnelle des traits descriptifs (les traits figurant dans les cases ne sont donnés qu’à titre d’exemple ; leur énumération n’est pas exhaustive)

Présent dans une seule phase

Présent dans plusieurs phases

Préset dans toutes les phases

Diffusion limitée

Diffusion non limitée

Diffusion limitée limitée

Diffusion non

Diffusion limitée

Diffusion non limitée

Classe technique

fibules orientation des tombes

boucles de ceinture

lances exclusion armes/parure

Sous-classe morphologique

Corrélations non chronologiques

gobelets assiettes

situles vase principal

Sans autres corrélations

vase caréné

Type

Corrélations non chronologiques

vase caréné 521

ciste

tombe à char

position de la tête (Aisne)

tombe sans mobilier

torque torsadé 12 C

position ses vases

bracelet en fer 25

Sans autres corrélations

bracelet creux 23

la plupart des types chronologique

perles d’argile 32

bracelets à section quadr.

incinération

squelette allongé

position de la tête (Marne)

Notes

1 La présente communication s’inspire des principaux résultats d’un travail présenté comme « Dissertation » à l’Institut fur Vor-und Frühgeschichte de l’Université de Sarrebruck, sous la direction du Prof. R. Hachmann, et sous le titre Nécropoles de l’Age du Fer dans le Nord de la France, étude chronologique.

2 La New Archeology américaine n’a abordé les cimetières que pour des expériences démonstratives marginales : J. Deetz and E. Dethlefsen, « Death’s heads, Cherub and Willow Tree ; experimental archaeology in colonial cemetery », Am Ant 31, 1966, pp. 502-510 ;H.D. Winters, « Value Systems and Trade Cycles of Late Archaic in the Midwest », in L.R. Binford and S.R. Binford éd., New Perspectives in Archeology, Chicago, 1968, pp. 175-222. Pour un état de la recherche américaine sur les pratiques funéraires, cf. « Social Dimensions of Mortuary Practices » (Society for American Archaeology Memoirs, 25), Am Ant 36, 1971, avec notamment la contribution de L.R. Binford (cf. infra note 14). Le mathématicien J. Doran a néanmoins écrit un algorithme expérimental, destiné à l’analyse des cimetières archéologiques — recherche en « intelligence artificielle » sur laquelle peu a été publié (J.E. Doran et F.R. Hodson, Mathematics and Computers in Archaeology, Edinburgh, 1975).

3 Abbé Heigneré, « Quatre cimetières du Boulonnais », Mémoires de la Société Académique de Boulogne-sur-Mer, 1864-1865.

4 W.M. Flinders Petrie, « Sequences in prehistoric remains », J Anth Inst 29, 1899, pp. 295-301.

5 E. Vogt, « Osservazioni sulla necropoli di Cerinasca d’Orbedo », Raccolta di Scritti in Onore di Antonio Giussani, Milano, 1944, pp. 90 sqq.

6 R. Hachmann, « Das Gräberfeld von Rondzen (Rzadz), Kreis Gaudenz (Grudziądz) und die Chronologie des Spätlatènezeit im Ostlichen Mitteleuropa », Arch Geo 2, 1952-1955, pp. 79 sqq.

7 Certains statisticiens se sont efforcés de mettre au jour les présupposés mathématiques de cette technique (D.G. Kendall, « A statistical approach to Flinders Petries’s sequence dating », BISIOtt 34, 1963, pp. 657-680), voire d’en proposer la formalisation (I.C. Lerman, Les bases de la classification automatique, Paris, 1970).

8 Le matériel encore inédit des nécropoles tout récemment fouillées (Aure, Bucy-le-Long, Manre, Vrigny, Tinqueux, Annelles) n’a pas été utilisé, ou très partiellement.

9 O. Montelius, Die Alteren Kulturperioden im Orient und in Europa, I, Die Methode, Stockholm, 1903, pp. 1-21.

10 Cf. notamment R. Sprague, « A suggested terminology and classification for burial description », Am Ant 33 (4), 1968 ; Ε. Oldenburg and O. Mollerop, « Attempt to Code Grave Description », NorwAR 2, 1969, pp. 78-85 ; Séminaire sur les structures d’habitat : les sépultures, Collège de France, Ethnologie Préhistorique, 1975,

11 Pour une formalisation du temps archéologique, cf. notamment B. Soudsky, « Higher levels entities », in Model in Prehistory, C. Renfrew éd., 1974.

12 Il existe évidemment une abondante littérature sur ces problèmes classificatoires et leurs soubassements logiques et mathématiques ; cf. notamment l’ouvrage déjà ancien de D.L. Clarke, Analytical Archaeology, London, 1968, 2e éd. révisée, 1979.

13 Il existe de très rares études portant sur toute la zone celtique : L. Pauli, Keltische Volksglaube, München, 1975, a récemment recensé le contexte funéraire des pendentifs trouvés dans les tombes celtiques, et montré qu’ils sont associés, soit à des tombes d’enfants, soit à des tombes de femmes d’un statut social particulier.

14 L.R. Binford, « Mortuary Practices : their study and their potential » (cf. supra, n. 2), et id., An Archaeological Perspective, New York, 1972, pp. 208-251.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Sablonnières : matrice des tombes et types d’objets, faisant apparaître des phases chronologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7769/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 2 – Pernant : matrice des tombes et types d’objets, faisant apparaître des phases chronologiques, que confirment les stratigraphies de tombes.Sexe : F = femme ; H= homme ; E= enfant ; I= indéterminé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7769/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3 – Pernant : répartition des tombes : le plan du cimetière fait apparaître des groupements de tombes avec des orientations communes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7769/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Fig. 4 – Beine, l’Argentelle. Plan du cimetière – A : incinération – F : foyer – Répartition des phases : la présence des différentes phases dans chacun des groupements topographiques de tombes mène à une interprétation en termes de groupes familiaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7769/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 5 – Groupes familiaux dans un cimetière (Pernant, Aisne). L’existence de groupes de tombes rapprochées les unes des autres et strictement parallèles, et séparés des autres groupes par des espaces vides, s’interprète comme des groupes sociaux, familiaux, dans la mesure où âges, sexes et phases chronologiques successives (cf. fig. 1) sont mêlés dans chaque groupe ; on voit que la « richesse » est inégalement répartie entre les groupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7769/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 6 – Les rites familiaux (Beine, Aisne). Des groupes familiaux ayant été mis en évidence (cf. fig. 5), on voit que la place des objets dans la tombe est différente, au moins pour le dépôt aux pieds ou sur le côté, suivant les groupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7769/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540