Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lieux d’Europe

 | 
Stella Ghervas
, 
François Rosset

Avant-propos

Stella Ghervas et François Rosset

Texte intégral

1Le lieu est d’abord une notion spatiale. C’est aussi un repère qui peut servir de référence première à une construction identitaire. Depuis que Pierre Nora a utilisé le syntagme « lieu de mémoire » pour inventorier les fondements de l’identité française (Nora 1997), le lieu ne désigne plus seulement des localités géographiques : il s’applique également aux supports mémoriels et aux référents culturels à vocation identitaire. Les symboles politiques, les commémorations, les monuments et les institutions, de même que des pratiques culturelles ou encore certains contenus pédagogiques, sont ainsi devenus des « lieux » au même titre, quoique dans un autre genre, que les pics, les caps ou les péninsules. Ainsi redéfinis par rapport à leur vocation potentiellement identitaire, les lieux (de mémoire) ne se laissent pas facilement inventorier, ni ranger dans des rubriques préétablies. Les trois catégories Pôles – Territoires – Patrimoines que nous avons définies comme articulations du présent ouvrage ne peuvent prétendre enfermer toutes les possibles significations des lieux d’Europe, pas plus d’ailleurs que le triptyque République – Nation – France(s) ne pouvait circonscrire les lieux de mémoire inventoriés dans l’ouvrage collectif dirigé par Pierre Nora. Les différents textes de notre ouvrage débordent ainsi fréquemment par-dessus les rubriques qui s’efforcent de les ordonner par affinités naturelles. Aussi faut-il prendre celles-ci comme des tables d’orientation, reliées entre elles par de nombreuses passerelles. Les itinéraires possibles menant de l’une à l’autre sont donc nombreux.

2La notion de lieu, plutôt qu’image, figure ou mythe, nous a retenus par sa neutralité et sa polysémie. Au fil de l’ouvrage, nos lieux d’Europe sont successivement considérés comme des foyers ou des repères identitaires et structurants, puis comme des lieux géographiques concrets (dotés de limites), enfin comme des patrimoines ou des lieux de mémoire proprement dits, et sujets à ce titre aux interprétations les plus diverses. Ces lieux sont bien entendu des catégories spatiales, telles que la place urbaine et la ferme rurale, l’église ou le musée, propres à favoriser les approches synthétiques et identitaires. Ce sont également des catégories mentales, telles que les notions de centre et de périphérie, qui peuvent introduire des clivages aussi bien que les frontières elles-mêmes.

3Tous ces lieux sont ce que Krzysztof Pomian appelle des évocateurs (Pomian 2006 : 157). Il ne deviennent significatifs que réactualisés par des individus ou des collectivités dont ils supportent la mémoire ou auxquels ils confèrent une part d’identité. Les villes y figurent naturellement en bonne place, les capitales emblématiques de la construction européenne (Bruxelles, Rome) ou non (Paris, Londres, Madrid), les villes-charnières (Strasbourg, Vienne, Trieste, Wroclaw), villes-musées (Venise, Prague, Dresde), villes martyres (Sarajevo) ou encore villes-vitrines (Barcelone). Ces lieux d’Europe sont également des mers (comme la Méditerranée), des fleuves (le Rhin, le Danube) ou des chaînes de montagnes (les Alpes) : ils illustrent l’ossature géophysique du continent, de même que les îles ou les côtes, foyers de tant d’images, en signalent les frontières incertaines. Ce sont aussi des mythes, des lieux de célébration, liés par exemple à l’histoire du protestantisme, des cultures ou des pratiques socioculturelles, comme le voyage initiatique en Italie ou les pèlerinages orthodoxes en mer Égée. Ce sont encore des lieux de mémoire où l’histoire a laissé sa marque en perpétuant le souvenir des guerres (Austerlitz, Verdun, Omaha Beach), celui des partages (Yalta, Berlin) ou encore des génocides (Auschwitz). Les lieux, ce sont même des noms de rues, de villes ou de pays ; certains sont immuables, sauf à tenir compte de l’évolution des langues, alors même que la réalité qu’ils désignent est mobile. D’autres changent au gré des idéologies ou des langages dominants. À l’inverse une même réalité physique reçoit des qualificatifs différents, qui témoignent de l’évolution des perceptions au fil du temps. Et que dire des appellations géopolitiques, dont les bases lexicales paraissent pourtant stables : Europe du Nord, bassin méditerranéen, Europe de l’Est, Mitteleuropa, Balkans, Sud-Est européen ? Tous ces lieux, témoins des multiples facettes de l’activité humaine, expriment davantage que leur seule localité géographique ou symbolique : ils disent quelque chose du sens multiple de l’Europe.

4Ainsi, examiner des lieux d’Europe, c’est arpenter une réalité géographique, historique et culturelle relativement mouvante. C’est aussi utiliser des concepts, des symboles et des instruments de connaissance qui appartiennent au domaine de l’imaginaire autant qu’à celui des faits empiriques. Les objets d’étude sont multiples, qui convoquent pour leur examen tous les instruments de l’observation, de la création et du savoir. En fonction des lectures du réel, des intentions ou des sensibilités, les parcours possibles se révèlent ainsi innombrables.

  • 1 À l’origine du présent volume se trouve un colloque tenu au château de Coppet, les 18 et 19 mars 2 (...)

5Avec la publication du présent volume, nous ne saurions dès lors avouer d’autre ambition que de procéder à un inventaire sommaire, qui puisse éventuellement servir d’exemple. L’article introductif, consacré aux avatars picturaux du mythe de l’enlèvement d’Europe, peut à cet égard servir d’emblème. Sont donc réunis ici des travaux qui embrassent large, et d’autres qui se veulent ponctuels. Les études de cas voisinent avec des tentatives de synthèse, les unes et les autres mobilisant une assez grande variété de disciplines. Selon qu’ils sont abordés par des géographes, des politologues, des sociologues, des littéraires, des linguistes ou des historiens de différentes obédiences (histoire des idées et des mentalités, histoire de l’art, histoire des sciences), les lieux d’Europe apparaissent sous des jours différents. Cette multiplicité est celle d’une identité différemment assumée par chacun, en fonction de ses convictions et de sa sensibilité, comme il sied à un espace politique démocratique et pluraliste. Les regroupements mêmes auxquels nous avons procédé n’introduisent qu’un ordre préférentiel dans les cheminements possibles. À chaque lecteur de trouver le sien1.

Bibliographie

Références bibliographiques

Nora Pierre (dir.). 1997 [1984-1992]. Les lieux de mémoire, 2e éd., Paris, Gallimard (3 vol.).

Pomian Krzysztof. 2006. « Mémoire : une autorité ? » dans George Steiner et al., Le futur de l’autorité. Textes des XLes Rencontres internationales de Genève (2005), Lausanne, L’Âge d’Homme, p. 153-170.

Notes

1 À l’origine du présent volume se trouve un colloque tenu au château de Coppet, les 18 et 19 mars 2005, sous l’égide de l’Institut européen de l’université de Genève. Les auteurs remercient René Sigrist pour sa précieuse contribution à la réalisation de cet ouvrage.

Auteurs

Institut universitaire de hautes études internationales, Genève et Institut des études sud-est européennes, Bucarest

Section de français de l’université de Lausanne

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540