Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Parler de soi sous Staline

 | 
Brigitte Studer
, 
Berthold Unfried
, 
Irène Herrmann

IV. Journaux intimes, journaux publics

8. Une impossible quête d’identité. La représentation de soi à travers les journaux de production du métro de Moscou 1934-1935

Josette Bouvard

Texte intégral

1Les « journaux de production » des travailleurs du métropolitain doivent être considérés comme des journaux de pratique. Ils sont « institutionnalisés » à la fin 1933-1934 pour relater l’Histoire du métro de Moscou, pendant la phase finale de la construction de la première ligne (1931-1935). Sous le terme de dnevniki, soit journaux intimes, ou celui de zapisi, notes, enregistrements, ils se présentent comme un exercice autobiographique assez souple recouvrant, de fait, une grande diversité de textes et d’écritures. Ainsi, ils peuvent comporter ou non l’indication du jour, mais restent le plus souvent à l’état d’indications fragmentaires.

  • 1 « Manuscrits de journaux intimes, de récits, d’essais, de vers de travailleurs du métro de la premi (...)
  • 2 E. Tarassenko, Les enfants du métro (GARF : f. 7952, op. 7, d. 457/91c-125et 125a-142).

2Entre 1933, qui marque le début de l’entreprise à l’initiative de Kaganovich et de Gorki, et 1935, qui en constitue la fin, la rédaction de l’Histoire du métro a archivé 38 journaux. Ils s’insèrent dans une production littéraire plus vaste et plus diversifiée due à quelques 110 auteurs de récits autobiographiques, de poèmes, de nouvelles (rasskazy), d’essais (ocherki) ou encore de scénarios qui, tous, racontent la construction du métro1. Ces journaux, pour la plupart inédits, sont l’œuvre d’auteurs anonymes, simples ouvriers du chantier, à l’exception du texte que publia l’écrivaine E. Dolmatovskij. Ils sont, pour l’essentiel, rédigés par des hommes employés aux travaux pénibles (percement des tunnels, bétonnage). Cependant, deux d’entre eux sont écrits par des femmes, soit le journal de Dussarova du 7e puits et celui d’Ignatova du 20e ; auxquels s’ajoutent les cahiers de Tarassenko, l’institutrice de Loss’ (le village des constructeurs dans la banlieue de Moscou)2.

  • 3 GARF : f. 7952, op. 7, d. 231. Deux exemplaires.

3Cette documentation appartient à un genre à la fois très spécifique, le journal de production qui fut créé dans un contexte et selon des objectifs précis, et au genre plus général du journal personnel, désignés tous deux en russe par le terme de dnevnik. Le journal de production du métro a suscité une réflexion théorique presque plus importante que la pratique diariste elle-même. Deux rédacteurs de l’Histoire du métro de Moscou, Medynskij et Medyncev, en ont pensé la pédagogie à l’usage des auteurs ouvriers débutants. Medynskij rédigea même des Indications de méthode sur la tenue du journal ouvrier3. L’écart entre la méthode préconisée et son application est révélateur à la fois des ambiguïtés de ce type de textes et des contradictions inhérentes à l’écriture collective de l’histoire.

Place du journal de production dans l’écriture de l’Histoire des fabriques et des usines

  • 4 GARF : f. 7952, op. 7, d. 231/2.

4Le journal des auteurs ouvriers du métro relève d’un programme systématique d’écriture fondamental dans l’Histoire des fabriques et des usines, dont l’Histoire du métro n’est qu’un chapitre. Dans les Indications de méthode, le rédacteur précise que l’Histoire du métro implique un travail d’écriture établi selon un plan défini et en fonction de directives aux quelles l’auteur ouvrier doit se soumettre : « Chacun peut écrire une œuvre littéraire à propos du métro. Mais chacun doit avoir une place définie dans l’Histoire du métro. Si tu t’intègres à l’entreprise, tu dois travailler selon le plan [...]et d’après le plan de travail, il est prévu l’écriture de journaux par les masses. Si tu ressens le besoin de généralisations littéraires, tu peux le faire parallèlement4 ».

5A la base de ce projet d’écriture de l’histoire se trouve l’idée de Gorki et des militants de la RAPP (les écrivains prolétariens dissous en 1932), eux-mêmes soutenus par l’école historiographique de Pokrovskij, postulant que les acteurs de l’histoire doivent en écrire eux-mêmes le récit. Les masses prolétariennes qui ont fait la révolution et construisent le socialisme doivent en retranscrire le développement pluriel. L’écriture collective de l’Histoire des usines repose sur l’utopie de la littérature prolétarienne, qui présuppose que les ouvriers seront les artisans de la nouvelle culture. Gorki écrit dans l’article de la Pravda du 7 septembre 1931 qui a initié le projet officiellement : « Les temps sont maintenant venus où vous camarades, créateurs de l’histoire nouvelle, vous devez l’écrire vous-même avec cette poigne et cette force de raison qui ont fait de vous les maîtres de notre immense et richissime pays. [...] Les travailleurs ont créé l’usine, ils doivent écrire l’histoire de cette création, l’histoire de leur travail. »

6Ainsi s’achèverait l’ère des « spécialistes », confiant le récit du passé aux seuls scientifiques. L’Histoire des usines (1931-1936) se veut le début d’une large « prolétarisation » de la narration historique. Il s’agira pourtant d’un épisode bref et éphémère, inséré au début de la révolution culturelle stalinienne, après le grand tournant de 1929. Les témoignages directs des travailleurs, leurs souvenirs au jour le jour doivent constituer le « matériau brut » du récit historique. À la réunion du 30 mars 1934, rassemblant les auteurs ouvriers, les membres de la rédaction et les écrivains associés au projet, Kataev, Sejfulina, Bezymenskij, le rédacteur Medyncev définit ainsi la fonction des journaux du métro :

  • 5 Intervention de Medyncev à la réunion des auteurs ouvriers du Metrostroj du 30 mars 1934, à laquell (...)

« La grosse difficulté est d’écrire l’histoire du métro et de le construire en même temps. Il y a abolition entre le travail manuel et intellectuel, entre la création et la conscience (sozdanie i osoznanie). Il faut considérer le journal sous trois aspects :
Sa signification dans l’ histoire du métro : des pans entiers de journaux seront inclus dans l’Histoire du métro comme parties intégrantes, par exemple le journal de Tjukhtjaev “Sur le combat pour le droit à creuser sous la canalisation de Mytichinskij.” Les notes des journaux peuvent être utilisées dans l’Histoire du métro. Le journal est un élément important de notre littérature.
Le journal est un moyen de conserver l’arôme de la vie pour la littérature soviétique future. Il constitue la mémoire vivante.
C’est une manière de faire le bilan de son action, jour après jour, de penser sa vie5«.

  • 6 Réunion de la rédaction du 28 janvier 1934 (GARF : f. 7952, op. 7, d. 233/13).

7Le moyen privilégié d’enregistrement du réel, de l’histoire en train de se faire était, dans le programme initial, le dnevnik, le journal tenu par ceux qui sont en première ligne sur le « front de la production ». Le journal, tel un sismographe, devait capter au jour le jour les avancées du métro en construction. Le dnevnik était ainsi censé réduire le décalage entre l’action et le récit. C’était pour les membres du comité de rédaction de l’Histoire du métro une des formes authentiques d’investigation de la réalité, comme le souligne un des rédacteurs, Medynskij : « Il faut restituer cette histoire, pas à pas, par le biais d’enquêtes, de recueil de matériaux, et non pas de souvenirs écrits pour un lecteur, mais par le recueil minutieux, scrupuleux de matériaux bruts. Il est tout à fait juste, pour le futur, il faut tenir ces journaux et, rétrospectivement, ne pas se limiter à des souvenirs généraux mais mener ce travail minutieux de restitution de l’histoire des puits6 ».

8L’aspect sociologique de l’Histoire des fabriques et des usines est ici privilégié. Le travailleur qui s’inclut dans le projet se trouve pris dans le double mouvement de production : celui du métro et de son dnevnik. Il écrit au sens métaphorique et au sens propre une page d’histoire, celle de l’industrialisation stalinienne du pays : il bâtit à la fois le réel, le métro et le système de représentation de cette construction dans le récit L’auteur ouvrier est ainsi totalement engagé. Il ne s’appartient plus, il appartient à l’Histoire. Un va-et-vient s’établit entre le réel et l’écriture, le réel et l’imaginaire. Bien entendu, il existe d’autres moyens de capter le quotidien, largement utilisés dans l’URSS des années trente à des fins de propagande : l’image, la photographie, le film d’actualité. Mais il leur manque cette dimension irréductible, la vision subjective, personnelle qui est le propre du journal avec l’effort qu’il suppose, le travail réflexif de l’écriture

9Le rôle prépondérant accordé au dnevnik ouvrier résulte de l’importance accordée au référent industriel et au thème du travail communs à tous ces journaux indépendamment des modalités de rédaction toujours individuelles puisque découlant d’un ensemble variable de facteurs sociaux et culturels. Le diariste doit être persuadé de participer à une œuvre « grandiose », la construction du premier métropolitain en URSS, pour noter au jour le jour les changements intervenus, les difficultés et les progrès accomplis dans l’édification de ce qu’il pense être la voie du communisme, comme le souligne Kossarev dans sa lettre aux constructeurs du 27 juillet 1934 :

  • 7 « Fondons une histoire bolchevique du métro ». Lettre du secrétaire général du Komsomol, Kossarev. (...)

« Camarades constructeurs du métro !
Chaque jour de votre travail est héroïque. La lutte bat son plein avec le forage, le bétonnage, le montage. Des exemples formidables d’enthousiasme des komsomols et de volonté bolchevique sont montrés. Tout cela est digne d’être reflété dans l’Histoire du métro. Les principales forces d’écrivains sont appelées à participer au livre. Mais sans votre coopération de masse, ils ne pourront pas écrire un livre digne du Metrostroj. Le matériau essentiel du livre est constitué par les témoignages vivants des udarniki, constructeurs du métro, leurs souvenirs, leurs essais, leurs journaux7 »

10A partir de cette incitation, un ensemble autobiographique se constitue : journaux, récits autobiographiques, « essais », plus ou moins spontanés ou répondant à une injonction. Dans le même esprit, on trouve les curriculums vitae (kharakteristiki) des constructeurs et les cartes d’auteurs des participants à l’Histoire. Tout ce corpus de textes uniques dévoilent la personnalité, les modalités d’insertion des auteurs impliqués dans la construction du métro de Moscou et, plus largement encore, dans la révolution industrielle stalinienne. Le témoin diariste est donc sollicité pour participer à l’œuvre collective, il est encouragé à relater son « héroïsme », ce qui constitue déjà une modélisation du moi. Il y a assurément un dénominateur commun au journal intime et au journal de production : la croyance à la nécessité de l’écriture et à son utilité, même si les stratégies divergent sur le fond. Dans chacun de ces deux genres, on retrouve les mêmes aspects compulsifs d’archivage des paroles et des actes du quotidien. Conserver les traces de sa propre vie et conserver celles du puits où l’on travaille sont des comportements qui se rejoignent. L’acte d’écrire, même suscité, ne peut se réaliser que s’il entre en résonance avec les motivations et la trajectoire personnelles du diariste.

11C’est pourquoi, tous ne répondent pas à l’injonction de tenir un journal, lancée à de multiples reprises au début de 1934 par les tracts et brochures de la rédaction de l’Histoire du métro. Sur un ensemble de 70 000 travailleurs occupés à ce vaste chantier pendant l’année 1934, et qui comprenait 13 000 komsomols et 2 000 communistes, 38 personnes seulement rédigeront un dnevnik. Bien entendu, ce résultat doit être relativisé : tous les auteurs n’ont peut-être pas rendu leurs journaux à la rédaction, ils ont pu les conserver chez eux ou les perdre. Un fait est sûr, si l’incitation est déterminante, il faut pourtant que s’y ajoutent le désir personnel et la maîtrise de l’écriture indispensable au projet. Il ne suffit pas d’être communiste et travailleur de choc pour rédiger encore faut-il être assez motivé pour prendre sur son temps de sommeil, à une période où il n’est pas rare que les constructeurs travaillent et dorment dans les puits pour achever le métro dans les délais ainsi que le note Rozhenko dans son journal :

  • 8 GARF : f. 7952, op. 7, d. 260/85-99.

« 10 décembre.
Hier, on a commencé le travail à 4 heures de l’après-midi et l’on a terminé seulement aujourd’hui à 8 heures du matin, mais on a quitté le puits à 10 heures. Cela fait 18 heures d’affilée que nous n’avons pas quitté le puits. Évidemment, diablement épuisés.
19 décembre
Cinquième nuit... Le sommeil est devenu le rêve de chacun... Nous ne dormons pas, oubliant que sans sommeil, il n’y a pas de productivité... Dernière nuit... On fait fondre la glace au pied du caisson, nous avons grimpé comme des diables dans l’armature, l’aspergeant de vapeur. Toute la nuit dans un bain de vapeur. La tête qui éclate de douleur... Demain nous commençons à quatre heures de l’après-midi... On dormira pour les derniers cinq jours.
22 décembre, 2 heures du matin.
Une fatigue intense... Nous sommes restés au puits 33 heures de suite, pratiquement sans dormir... Depuis 48 heures, nous bétonnons la chambre de travail du caisson. Notre équipe pour le moment est en tête... Occuper la première place au puits, n’est-ce pas une vraie joie, le diable l’emporte !8 »

12Dans la rédaction du journal du métro, tout fait problème, le temps, la disponibilité et le lieu - où s’isoler pour raconter ? Il faut surtout avoir un minimum d’expérience de l’écriture ou vouloir l’acquérir, être dans le désir d’acculturation ou d’intégration par une pratique régulière.

  • 9 Uchetnaja kartotchka avtora Altukhov, Genadij, né en 1912 (26 ans en 1934 lorsqu’il écrit son journ (...)

13Ainsi, on distingue deux types de diaristes sur le chantier : d’une part, des hommes pour qui le journal représente un effort considérable, un apprentissage culturel, et d’autre part, des travailleurs cultivés, plutôt jeunes, souvent membres du komsomol et correspondants ouvriers (rabkory). C’est dire qu’ils possèdent une pratique de l’écriture : ils publient dans les journaux d’entreprise, comme celui du métro, l’Udarnik metrostroja, et se sont essayés à tous les genres littéraires, poèmes, souvenirs, courts récits. C’est le cas de Rozhenko ou de A. Fec, devenu par la suite auteur de contes pour enfants. Altukhov est un auteur typique : jeune, membre actif de la rédaction, il anime des « postes littéraires » dans le puits où il travaille, comme le montre sa carte d’auteur9. A la première catégorie appartiennent des auteurs tels Ivanchin ou M Bondarev, conducteur de compresseur et auteur de 13 carnets couvrant la période de février à juin 1934 :

  • 10 Carnets manuscrits du journal de Matvej Bondarev et un exemplaire dactylographié : 13 cahiers manus (...)

« 30 mars 1934. [...] La réunion des auteurs ouvriers m’a beaucoup plu parce qu’on y a souligné des choses que j’ignorais, j’ai apprécié en particulier les explications de Sejfulina, car je ne savais pas sur quoi écrire, comment écrire, et à quoi serviront nos écrits, mais j’aime écrire.
31 mars [...] J’ai envie d’aller à la réunion. J’y suis allé et là, j’ai compris beaucoup de choses. Je suis peu éduqué, je connais mal la langue, je ne comprends ni la prose, ni le choix des mots. J’ai assimilé quelque chose, en particulier lorsque le camarade Bezymenskij a expliqué comment il fallait écrire ; il nous a dit qu’il fallait écrire pour aider la construction du métro, que c’est là notre tâche principale : construire mieux et dans les délais. La lecture des journaux ouvriers m’a été très utile parce que je fais beaucoup d’erreurs, et lorsque le camarade a cité quelques journaux, la façon d’écrire m’est alors devenue évidente.10 »

14Pour Bondarev, l’exercice d’écriture est initiatique et quoique difficile, source de plaisir. On note par ailleurs la notion d’utilité du dnevnik dont la fonction politico-économique est aussi d’activer la construction du métro. Le seul véritable « journal intime » que nous possédons est celui de l’écrivain et poète alors débutant, e. Dolmatovskij qui publiera dans le Journal d’un poète ses Notes d’un constructeur du métro datant de 1934, et dans lequel il relate ses impressions, ses sentiments personnel set ses rapports avec ses camarades de travail ; ce qui le distingue des auteurs ouvriers...

Ecriture et production de soi ?

15Le discours de soi est en principe à l’opposé de ce type de texte, défini par ses initiateurs comme un anti-journal personnel ou intime, selon des critères négatifs :

161) Il n’est pas gratuit et sentimental comme le journal de jeunes filles : il est utile à la société et reflète la vie du groupe, du collectif dans lequel s’intègre l’auteur (du chaînon, de la brigade, du parti).

172) Il n’est pas écrit pour satisfaire le narcissisme de son auteur, ni pour être publié. Au contraire, il est rédigé comme une manière de penser sa vie, comme une forme d’autocritique permanente opérée par le groupe pour améliorer la production.

18L. Averbakh explicite bien cette idée devant la rédaction du métro :

  • 11 GARF : f. 7952, op. 7, d. 233/25.

« Le journal doit être écrit non par amour-propre mais pour la critique. Pourquoi le mot journal est-il aussi péjoratif chez nous. Parce qu’il connote une activité de lycéen, de jeune fille qui s’assoit et écrit toutes les bêtises qui lui passent par la tête. Nous, nous avons besoin d’un journal comme si tu allais à l’épuration, en tout tu t’examines, quoi et comment. Le journal doit être écrit pour que la personne se demande ce qui a été fait de valable dans une journée. Beaucoup se demandent si leurs journaux seront publiés. [...] Il ne s’agit pas d’écrire des journaux pour la publication. Il s’agit d’un travail où l’homme bavarde avec lui-même ou avec son meilleur camarade11 ».

  • 12 GARF : 7952, op 7, d 260, p. 85. 6 décembre 1933.
  • 13 GARF : 7952, op 7, d 260, p. 86. 8 décembre 1933.
  • 14 GARF : f. 7952, op. 7, d. 447.

19Ici le lien entre autobiographie et autocritique est assuré par la comparaison avec une séance d’épuration. Averbakh définit le journal ouvrier comme un dialogue intériorisé, inscrivant dans l’« intimité » les injonctions de l’instance sociale sous la figure de l’autre. Le journal de production se transforme en autodépréciation de soi, en bilan du moi dans sa relation sociale, dans le compte de ses actes productifs, profitables à la collectivité. Le travail sur soi doit dégager des bénéfices généraux, en assurant une meilleure adaptation de l’individu à la production et un gain de productivité accrue. L’auteur narrateur devient plus performant et son journal sert d’exemple aux autres travailleurs. Le critère de l’utilité est fondamental, il s’oppose à l’« inutilité » du journal intime bourgeois, celui que tient l’«  homme superflu ». Le dnevnik s’insère dans le nouveau contexte de l’industrialisation forcée stalinienne, contexte qu’il prend en charge et dont il mesure le degré d’intériorisation. Le locuteur est invité à faire la démonstration de ses initiatives, de son combat quotidien pour la construction effective du métro. Le discours de soi est essentiellement orienté vers l’autre, vers le collectif. La focalisation narrative s’opère sur l’objet à construire, le métro et la vie communautaire qui s’organise à l’intérieur des puits. Le discours du journal est aussi d’ordre documentaire, et l’on pourrait le comparer au dossier préparatoire d’un écrivain naturaliste comme Zola. Il est un des éléments du puzzle du réel, au même titre que l’entretien sténographié des travailleurs du métro. Mais à la différence de celui-ci, dirigé, réécrit par des écrivains, le texte du journal ouvrier est irréductible à toute réécriture et offre la parole « brute » du constructeur. Dans le journal, le discours de soi participe à l’élaboration de soi à l’intérieur du collectif de production, le locuteur bâtit de manière plus ou moins consciente et talentueuse son image selon un modèle social qui est celui du travailleur de choc. Rozhenko donne en exemple Sasha Romanov, qui est selon ses propres termes : « Un komsomol, un mordu de la production, un vrai penseur des rythmes invraisemblables de la production, et l’un des meilleurs chefs de brigade des grands caissons12. » Ou encore le célèbre mineur du Donbass, le travailleur de choc, Nikita Izotov : « Je suis sûr que la jeunesse ouvrière d’Occident nous envie, écrit Rozhenko, et l’envie n’est pas un mauvais trait de caractère chez les gens [...] Pas si mal si l’un d’entre nous enviait Nikita Izotov. N’est-ce pas ? Car l’envie, c’est le désir d’avoir la même chose et de devenir semblable.13 » C’est l’Ouzbek Mutalimoj, maître en béton, dans le journal d’Altukhov : « 10 mars. Nous maîtrisons le béton. Un nacmen l’ouzbek Mutalimoj est notre nouveau chef de brigade, technicien en étanchéité. [...] Maintenant rassemblés auprès du tableau noir, nous nous étonnons que, dans sa langue simple, il nous éclaire sur tous les secrets du béton.14 »

20Ces modèles d’identification sont des « héros du travail », des « battants du socialisme », des meneurs d’hommes, comme ce Mutalimoj parti de rien, qui devient l’image du « self-made man stalinien ». Ils incarnent l’homme nouveau et le processus d’intégration dans la société nouvelle. Ce sont aussi des modèles sociaux et des modèles littéraires, les figures emblématiques du « réalisme socialiste ». La lutte contre le monde ancien, le défi aux forces de la nature (le souterrain), le dépassement de soi et le triomphe de la volonté, sont les leitmotivs des journaux. Rozhenko note ainsi le 27 décembre1933 : « On a fini le béton. On a gagné. On a gagné. On a envie de crier fort et continûment. Pour que tous le sachent...

  • 15 GARF : f. 7952, op. 7, d. 260, p. 99.

On a gagné. en 6 jours, on a donné 600 m3. Le comité du Komsomol a écrit dans le protocole : “Les komsomols des grands caissons ont mené le bétonnage du caisson n° 2 jusqu’à la victoire finale, ils ont été la force dirigeante” [...] Et quand sur Moscou, le soleil se met à briller, disperse ses rayons sur la neige, alors il me semble que la terre devient d’argent. Je regarde la terre, je regarde les gens... Je vois et je sens une joie heureuse.
Sacha Pachalik, Kolja Pachencev, et tous nous vivons la joie de la victoire... Donnons-nous la main, et allons vers de nouvelles victoires, encore plus éclatantes.15 »

21Fait significatif, le journal de production s’apparente souvent à un « herbier » où l’intertextualité sociale s’affirme à travers le montage de résolutions et de slogans du Komsomol et du parti sur le chantier du métro. Le triomphe de la volonté « bolchevique »est intégré par le locuteur qui fusionne avec le groupe La lutte contre le monde ancien, culte de la volonté est exalté, érigé en principe, transformé en aphorisme socialiste. A. Fec écrit ainsi : « Il n’y a pas de mauvaises brigades, il n’y a que de mauvais brigadistes. Rappelons-nous qu’il ne peut y avoir de bons puits avec de mauvais travailleurs ». La responsabilité de chacun dans la construction du métro, métonymie de l’édification du socialisme est édictée en règle absolue. L’intériorisation des prescriptions du parti s’opère dans cette citation sous forme de maximes morales destinées à l’action. L’espace du moi est ainsi contaminé par l’espace collectif des valeurs staliniennes, que le diariste s’approprie, et à partir desquelles il élabore sa stratégie discursive personnelle, - lorsqu’il en a les moyens. Car nombre de journaux restent des « livres de compte », comme le remarque Savich, un rédacteur responsable d’un poste littéraire d’histoire du métro :

  • 16 Déclaration de Savich du 29e puits à la réunion du 28 janvier 1934 « Sur la question de la rédactio (...)

« Il faut pouvoir aider les auteurs. Car tout le monde ne sait pas tenir un journal créateur. Il tiendra son journal comme un livre de comptes, combien de m3 ont été faits aujourd’hui. Or ce qui nous intéresse, c’est l’environnement dans lequel ils s’inscrivent. C’est pourquoi au premier chef, il faut travailler à la tenue régulière du journal. Il faut attirer à ce travail les meilleurs udarniki des brigades [...] Il est indispensable d’organiser des consultations d’ordre à la fois technique et créateur.16«

  • 17 GARF : f. 7952, op. 7, d. 449/66.

22Dans le journal, l’auteur donne des preuves de son énergie au service exclusif de la construction du métro, voire de sa vigilance « socialiste » en démasquant, les « saboteurs ». Le 12 février Zotkin note ainsi : « On a convoqué à une réunion le simulateur et paresseux Khokhrin, de notre brigade, qui brise le plan. Il est renvoyé et l’on m’a chargé de parler de son travail dans l’Udarnik Metrostroja [...] 15 février. Aujourd’hui, réunion du Komsomol : on nous donne un renfort de 50 komsomols [...] Je me suis mis d’accord avec Mutinov pour constituer une liste de fainéants qu’il faut exclure du secteur.17 »

  • 18 Toutefois, certains d’entre eux sont publiés dans le périodique Udarnik Metrostroja, comme celui de (...)
  • 19 GARF : f. 7952, op. 7,4 483/4-5.

23L’implicite du discours de soi dans le journal de production est l’identification au travailleur modèle et s’exerce aussi à l’encontre de ce qui n’est pas soi, n’appartient pas au nash, celui qui freine la production ou sabote la construction, l’ennemi de classe, le « fainéant », le « saboteur ». Le devoir moral du locuteur consiste à « démasquer » activement les ennemis et à les dénoncer. Il devient l’adjoint du procureur, organise le procès à huis clos, dit « procès de camarades » (tovaricheskij sud). Les journaux de production du métro, même s’ils ne sont pas publiés18, sont destinés à être lus, critiqués publiquement lors de réunions du parti ou de la rédaction du métro. Ces séances sont difficiles pour le diariste, cible de remarques linguistiques et idéologiques parfois très sévères, qui font apparaître l’écart culturel existant entre les auteurs ouvriers et les lettrés, au sein de la rédaction. Les dnevniki sont également passés au crible par les rapporteurs de cette même rédaction, chargés de déterminer les thèmes traités et l’utilisation qu’on peut en faire pour l’Histoire du métro. Ainsi, l’un d’entre eux, la collaboratrice Kolcunova, repère les « types » humains du « réalisme socialiste » : « Que le journal de Klasha Dussarova donne le type du travailleur, le type du fainéant et du hooligan, que celui de Sinicyn parle de la participation de Bulganin, de Khrushchev, de Kaganovich au subotnik de masse. Le journal de Romanov illustre le mot d’ordre, “Donner à la capitale Rouge le meilleur métropolitain au monde”19 » En dernière instance, le journal de production est destiné au collectif, instrumentalisé en « arme de la production ».

24Finalement, le journal de production aboutit à un échec. Medynskij lui-même qui avait soutenu le mouvement auprès de la rédaction du métro devait faire son autocritique en reconnaissant qu’il avait accordé trop d’importance aux dnevniki et qu’ils ne pouvaient suffire à l’écriture de l’Histoire du métro. Ils furent remplacés par les souvenirs sténographiés des travailleurs, réécrits par des écrivains. Trop fragmentaires, trop inégaux, impliquant un travail à long terme avec les auteurs ouvriers, ces journaux seront très peu utilisés dans les deux tomes de souvenirs qui parurent en mars et mai 1935, Récits des constructeurs et Comment nous avons construit le métro. Un seul court extrait de journal, celui de Kamychanov, inspecteur à la qualité, y figurera à titre d’exemple dans la stratégie argumentative de l’auteur.

25Parole ouvrière des années trente oubliée, les journaux furent relégués aux archives et constituent des documents inédits d’où émane encore l’« arôme de la vie », la mémoire vivante d’un des plus grands chantiers de la capitale de l’entre-deux-guerres, la construction du premier métro d’URSS.et avec eux s’éteignait le dessein utopique de Gorki de culture prolétarienne initiée au début du siècle : celle de l’écriture collective de l’Histoire et plus largement d’une culture créée par les acteurs ouvriers eux-mêmes. Dans le milieu des années trente, l’enjeu historique du Proletkult dont les journaux ouvriers de l’histoire des usines sont le dernier avatar prenait fin avec l’émergence d’un concept très large et mal défini, celui de réalisme socialiste que ces auteurs avaient contribué à élaborer mais dont ils furent finalement exclus.

Notes

1 « Manuscrits de journaux intimes, de récits, d’essais, de vers de travailleurs du métro de la première ligne 1934 » (Gosudarstvennyj Arkhiv Rossijskoj Federacii, Moscou [GARF] : f. 7952, op. 7, d. 447-460, liste alphabétique des auteurs, 110 auteurs recensés).

2 E. Tarassenko, Les enfants du métro (GARF : f. 7952, op. 7, d. 457/91c-125et 125a-142).

3 GARF : f. 7952, op. 7, d. 231. Deux exemplaires.

4 GARF : f. 7952, op. 7, d. 231/2.

5 Intervention de Medyncev à la réunion des auteurs ouvriers du Metrostroj du 30 mars 1934, à laquelle participèrent Kataev, Sejfulina, Bezymenskij (GARF : f. 7952, op. 7, d. 232-148).

6 Réunion de la rédaction du 28 janvier 1934 (GARF : f. 7952, op. 7, d. 233/13).

7 « Fondons une histoire bolchevique du métro ». Lettre du secrétaire général du Komsomol, Kossarev. « tous les komsomolset udarniki du Metrostroj », publié dans Udarnik Metrostroja, n° 173 du 27 juillet 1934 (GARF : f. 7952, op. 7, d. 142/131-132).

8 GARF : f. 7952, op. 7, d. 260/85-99.

9 Uchetnaja kartotchka avtora Altukhov, Genadij, né en 1912 (26 ans en 1934 lorsqu’il écrit son journal) : Russe. Éducation : moyenne. Origine sociale : employé. Travail : Haveur à la 8’section depuis Udarnik. Sans parti. A travaillé à l’usine Serp i Molot. Rabkor pour le journal Trud, et divers clubs. Auteur de poèmes parmi lesquels « Le combat à Chudovka », 24 mars 1934, « La marche des komsomols de Venev » (GARF : 7952, op 7, d 447).

10 Carnets manuscrits du journal de Matvej Bondarev et un exemplaire dactylographié : 13 cahiers manuscrits au crayon de 250 pages, février-juin 1934 (GARF : f. 7952, op. 7, d. 380-381).

11 GARF : f. 7952, op. 7, d. 233/25.

12 GARF : 7952, op 7, d 260, p. 85. 6 décembre 1933.

13 GARF : 7952, op 7, d 260, p. 86. 8 décembre 1933.

14 GARF : f. 7952, op. 7, d. 447.

15 GARF : f. 7952, op. 7, d. 260, p. 99.

16 Déclaration de Savich du 29e puits à la réunion du 28 janvier 1934 « Sur la question de la rédaction de l’Histoire du métro » (GARF : f. 7952, op. 7, d. 233/4).

17 GARF : f. 7952, op. 7, d. 449/66.

18 Toutefois, certains d’entre eux sont publiés dans le périodique Udarnik Metrostroja, comme celui de Rozhenko.

19 GARF : f. 7952, op. 7,4 483/4-5.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable