Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, jardins, mémoires

 | 
Catherine Benoît

Chapitre V. Le pouvoir des morts

Texte intégral

« L’homme n’est pas un nuage au vent que la mort dissipe et efface d’un seul coup. Et si nous autres, nègres des Fonds perdus, vénérons nos morts neuf jours durant, c’est pour que l’âme de la personne défunte ne subisse aucune brusquerie, qu’elle se détache progressivement de son coin de terre, de sa chaise, de son arbre préféré, du visage de ses amis avant d’aller contempler la face cachée du soleil ».
Simone Schwarz-Bart, Pluie et vent sur Télumée Miracle (1980), p. 183.

1Les représentations et les savoirs concernant le fonctionnement du corps, tant qu’il n’est pas l’objet d’agression sorcière, ont été élaborés selon des processus de créolisation synthétique, car ils sont semblables pour tous les thérapeutes guadeloupéens. Seule, la pharmacopée varie d’un thérapeute à l’autre, en fonction de plusieurs critères : l’environnement dans lequel le thérapeute évolue – la couverture végétale de la Basse-Terre volcanique est différente de celle de la Grande-Terre calcaire, et il m’arrivait souvent de transporter des plantes d’un jardin à l’autre de l’île ; l’âge des utilisateurs – il y a une forte déperdition des savoirs entre les générations de personnes de plus de trente-cinq ans et les adolescents que j’ai constatée lors de sorties botaniques avec des adoadolescents; enfin, les traditions familiales liées à l’appartenance ethnique. Les familles indiennes utilisent un certain nombre de plantes inconnues des autres groupes ethniques, ou pour des rituels que les non-hindous ne pratiquent pas. Alors que le Curcuma longa, appelé safran en créole, est utilisé par les populations noires uniquement à des fins culinaires pour colorer le riz, les prêtres hindous, qui nomment cette plante « manja », l’utilise en cataplasmes sur les blessures légères, contre les maladies de peau et dans tous leurs rituels. Les feuilles du margousier (vèpèlè, Azadirachta indica A. Juss.), arbre quasi inconnu de la population noire, sont utilisées en cataplasme sur les plaies, ainsi que sur la tête contre la fièvre par les prêtres hindous. Des guirlandes des feuilles de vèpèlè ornent les portes des temples hindous lors des cérémonies.

UN CHRISTIANISME PAÏEN ?

2Plusieurs systèmes médicaux et religieux se partagent le champ thérapeutique : les remèdes à base de plantes (rimèd razyé) et les massages, la biomédecine, le catholicisme que je propose de considérer ici comme un christianisme païen, les nouveaux mouvements religieux et l’hindouisme. Ces systèmes médicaux et religieux renvoient à des théories de la personnalité et des visions du monde différentes qui, pour certaines, sont liées à l’appartenance ethnique. Commençons par le christianisme païen.

  • 1 Cf. Leiris, 1955 ; Benoist, 1972 ; Césaire et Ménil, 1942 ; Delawarde S. d. ; Guérin, 1956 ; Horowi (...)
  • 2 Annezer, Bégot et Manlius, 1980 ; Bougerol, 1997 ; Ducosson et al., 1981 ; Ducosson, 1988, 1990, 19 (...)

3L’anthropologie religieuse de la Caraïbe a surtout concerné l’étude des systèmes les plus spectaculaires comme le vaudou, la santéria, le shango cult, la cumina et plus récemment l’hindouisme à Trinidad et à la Martinique. Les analyses ont été menées soit dans le cadre des théories culturalistes, qui se sont attachées à décrire les cosmogonies dans leurs liens originels avec l’Afrique ou l’Inde, soit dans le cadre des théories fonctionnalistes qui les ont présentées comme des phénomènes de compensation propres aux groupes dominés. Plus rarement, des approches structuralistes ont décrit ces cosmogonies. Dans les Petites Antilles où n’est présente aucune religion aussi visible et spectaculaire que dans les Grandes, les pratiques religieuses s’écartant du catholicisme dominant ont d’abord été réduites à un ensemble de traits folkloriques ou de superstitions1, jusqu’à ce que soit mise en évidence dans les années quatre-vingt la cohérence de certains aspects des systèmes médicaux et religieux2. Pourtant, ces pratiques sont systématiquement qualifiées de « magico-religieuses », et ce parce que l’étude des religions dans les Petites Antilles a reposé sur un double cloisonnement de ses objets d’étude. Tout d’abord, les pratiques et savoirs qui relevaient d’une appréhension physique du corps – la « médecine populaire » – ont été isolés de ceux qui relevaient d’une compréhension psychologique, spirituelle ou surnaturelle de la personne – « les pratiques magico-religieuses ». Ensuite, ces pratiques et ces savoirs qualifiés de populaires puisqu’ils ne participent pas des systèmes dominants, ont été distingués et opposés à des pratiques orthodoxes, celles du catholicisme ou de la biomédecine.

  • 3 Augé, 1982.
  • 4 Bougerol, 1997 ; Hurbon, 1980a, s. d. ; Flagie, 1996.

4Marc Augé, dans son ouvrage Le Génie du paganisme, a montré qu’on ne pouvait définir la religion en dressant les frontières qui la séparent d’avec la philosophie, la magie, l’idéologie, car, outre la difficulté à établir les limites entre chacune, ce type de démarche revient à dresser une hiérarchie des formes religieuses, voire des sociétés qui les produisent3. Dans le cas guadeloupéen, cette distinction entre des pratiques catholiques et d’autres dites « magico-religieuses » a engendré une perception folklorisante – on parle alors de magie antillaise – ou pathologique de ces dernières. Dans ce dernier cas, les systèmes de représentation des désordres psychologiques et l’initiation des thérapeutes sont analysés comme des espaces de production névrotique. Au mieux, ces pratiques qualifiées parfois de kenbwa – terme qui désigne l’objet maléfique responsable de certaines maladies ou de certains désordres – sont analysées comme participant d’une cosmogonie caractérisée par un vécu persécutif du monde des esprits des morts, en conflit total avec la vision catholique du monde. Cette cosmogonie témoignerait d’une résistance à l’imposition du catholicisme lors de la période esclavagiste. Elle traduirait, par l’absence de mythe fondateur et du vécu persécutif des esprits des morts, l’absence de fondation, d’ancrage, dans le sol américain des populations d’origine africaine4. De plus, cette distinction entre le domaine de la magie et celui de la religion a conduit à ignorer pendant longtemps l’existence des nouveaux mouvements religieux et de l’hindouisme.

5Le suivi d’itinéraires thérapeutiques, l’observation des conditions d’accession au statut de thérapeute, l’examen des récits de conversion à des nouveaux mouvements religieux ou à l’hindouisme, nous conduisent à considérer ces pratiques comme relevant de cosmogonies cohérentes. Certaines pratiques, qui, selon notre vision occidentale du monde, relèveraient d’une religion et d’un système magique, ne sont pas vécues de manière contradictoire par les thérapeutes et les fidèles. Un fidèle catholique a recours aux pratiques du kenbwa non pas de manière ponctuelle, avec le sentiment de transgresser certaines règles et conduites de sa foi catholique, mais parce que les pratiques du kenbwa participent, au même titre que celles du catholicisme, d’une cosmogonie où les unes et les autres de ces pratiques sont étroitement imbriquées. Comment alors qualifier cette religion ?

  • 5 Augé, 1982.

6Dans Le Génie du paganisme, Marc Augé a analysé la logique du paganisme en l’opposant à celle du christianisme5. Les notions de transcendance et de salut individuel qui définissent le christianisme sont étrangères au paganisme. Dans le paganisme, religion de l’immanence du divin, les dieux sont à l’origine de certaines maladies tout en en étant les gué risseurs. L’interprétation de la maladie y est immédiatement sociale, elle se fait en termes de conscience persécutive du mal et non de culpabilité. Le corps est le support – et ce dès les signes qui le marquent à la naissance – des manifestations divines et des attaques en sorcellerie. Le paganisme, toujours prêt à accueillir la nouveauté, se construit et se développe sur le mode du cumul des savoirs, des pratiques d’autres systèmes qu’il rencontre sur son chemin.

  • 6 Tous les hindous, à l’exception de quelques prêtres et jeunes gens qui sont à l’origine du renouvea (...)
  • 7 Christian Jr., 1972.

7Au regard de cette analyse, il me semble que le catholicisme tel qu’il est observé à la Guadeloupe et les pratiques du kenbwa constituent un christianisme païen où les deux logiques chrétienne et païenne sont simultanément à l’œuvre. La logique chrétienne est présente dans l’exercice du catholicisme et de certains des nouveaux mouvements religieux représentés dans l’île depuis les années soixante. La logique païenne opère dans l’utilisation qui est faite du panthéon des saints catholiques et hindous, dans l’interprétation immédiatement sociale de certaines maladies et, de certains maux, qui en appelle à la fois au monde des vivants, à celui des morts et à celui des saints pour l’établissement d’une étiologie et d’une thérapeutique. Cette vision du monde ne peut être pour autant qualifiée de catholique, surtout quand le recours à l’hindouisme participe de celle-ci6, quand bien même le catholicisme tel qu’il est pratiqué avec force pèlerinages, dévotions, prières instrumentales adressées aux saints en vue d’obtenir des grâces, est à bien des égards comparable en apparence au catholicisme romain méditerranéen, tel que par exemple William A. Christian l’a décrit dans les années soixante-dix pour une vallée du nord de l’Espagne7. À cela plusieurs raisons : les saints ne sont pas comme le voudrait la doctrine catholique les intercesseurs des vivants auprès de Dieu, Dieu qui, dans le panthéon guadeloupéen, est considéré comme lointain, voire inaccessible. Comme dans le cas de cultes dont ils sont l’objet en Europe, ils sont vénérés pour les pouvoirs qui leur sont attribués, et sont sollicités par tout un chacun pour des grâces. Mais, de surcroît, et c’est en cela que les fonctions du panthéon des saints à la Guadeloupe se distinguent de celles du panthéon des saints catholiques en Europe, les saints sont les intercesseurs entre le monde des vivants, celui des morts et celui des esprits des morts. Ils transmettent le don de guérison, sont invoqués par les thérapeutes pour soigner. Ils sont sollicités à chaque instant de la vie pour interpréter, traiter un désordre et rendre compte du cycle de vie. L’interprétation de la maladie ou du malheur est immédiatement sociale, elle se fait en termes d’agression sorcière qui nécessite la confection d’un objet maléfique et l’intervention des esprits des morts et des saints pour guérir, ou agresser.

8Le concept de « continuum », développé par Lee Drummond et présenté dans le chapitre premier, permet de rendre compte de l’élaboration et de l’actualisation des savoirs thérapeutiques. Chaque tradition médicale ou religieuse est un continuum de traits imprégnés de ceux d’autres traditions. Chacun, patient ou thérapeute, fait flèche de tout bois. Un fidèle catholique peut être au plus près du catholicisme romain, ou s’en éloigner pour tendre vers le kenbwa au gré des événements de sa vie. Le thérapeute qui entreprend de protéger un de ses patients des mauvais sorts utilise tout l’appareil de ce christianisme païen (messes, neuvaines, prières à des saints, « délégation » d’esprits), tout en ayant recours à des rituels hindous, qu’il connaît lui-même ou pour lesquels il s’adjoint les services d’un prêtre hindou. Par ailleurs, ce christianisme se décline selon un continuum de représentations et de pratiques où, pour certains, le salut individuel, le péché, sont des notions dont le sens est premier par rapport à une compréhension sociale de la maladie et où, pour d’autres, la sorcellerie, l’intervention du monde des morts et des saints, sont la cause première de tout désordre individuel qui est aussi interprété comme un désordre social. Ce continuum, un individu le parcourt en exerçant en même temps ces deux logiques ou en allant d’une logique vers l’autre, au gré des aléas de sa vie.

  • 8 En créole, les divinités hindoues sont appelées « saints » (sen).

9Le noyau central et commun à l’ensemble des visions du monde du christianisme païen, de l’hindouisme, des nouveaux mouvements religieux, est la croyance en l’éternité d’une des composantes de la personne, l’âme, qui a le pouvoir, après la mort, d’intervenir dans le monde des vivants à des fins bénéfiques ou maléfiques. À l’origine des maladies d’origine sorcière, ou des maladies qui signent l’élection à l’activité thérapeutique, il y a l’action de cette âme (ou le déni de son existence pour certains mouvements religieux) et des saints du panthéon du christianisme païen ou des divinités hindoues8. Selon les cosmogonies, l’action de cette âme est considérée comme plus ou moins maléfique et les itinéraires thérapeutiques se construisent au gré de l’efficacité attribuée à l’un ou l’autre de ces panthéons dans le traitement d’une maladie ou de malheurs.

  • 9 Cartry, 1971, p. 18.

10L’analyse de la théorie de la personnalité et des visions du monde a été réalisée à partir d’entretiens avec plusieurs thérapeutes, lors du suivi d’itinéraires thérapeutiques, et lors de discussions avec des profanes. Quelle que soit la vision du monde des individus, la notion de personne, définie comme « l’ensemble des représentations au moyen desquelles une société se forge une certaine image de l’homme, de son corps, de ses “âmes” et de ses différents principes “spirituels” »9, est constituée des mêmes entités. C’est « l’eschatologie de la personne », entendue comme les représentations liées à la préexistence de l’âme au corps, le choix pré-natal du destin, le devenir des âmes après la mort, qui distingue une vision du monde d’une autre. Le point de différenciation entre les différentes cosmogonies est le devenir d’une des composantes de la notion de personne, à savoir l’âme. Dans le cadre du christianisme païen, les composantes de la personne sont le corps, le souffle, l’âme, l’ange gardien, le prénom caché. Pour les thérapeutes, il faut ajouter le saint protecteur.

11Le corps est une donnée aux frontières mouvantes. Il peut de son vivant se modifier ou se séparer de son enveloppe protectrice qu’est la peau, en se métamorphosant en chien ou en boule de feu (i ka touné an chyen, mofwazé, soukounyan). Au corps est attaché le souffle (souf), principe vital qui disparaît au moment de la mort. L’ange gardien (bon-anj gadyen) protège l’âme. Il est l’ami intime qui protège des agressions, conseille et guide. Chacun a le sien propre, dans son corps même, qu’il faut régulièrement prier. L’ange gardien disparaît peu après la mort, après avoir apporté aux anges les péchés du mort. L’âme (nanm ou bonnanj) détient le pouvoir de la parole et celui de se déplacer pendant le sommeil : quand on rêve d’un autre lieu, c’est parce que le bonnanj s’y trouve. Le bonnanj est le principe spirituel qui assure le maintien des liens entre le monde des vivants et celui des morts. Une fois qu’il a quitté la terre, il se manifeste aux vivants pour leur donner des conseils, pour transmettre les messages des saints, en particulier après six heures du soir où tous les bonnanj quittent le cimetière pour se réunir à l’église, et le 2 novembre, fête des morts. Au contraire d’Haïti, le bonnanj ne peut être manipulé par une personne malveillante de son vivant, mais seulement après la mort. Si toutes les règles qui régissent les rituels funéraires n’ont pas été respectées, le bonnanj du mort se manifestera aux vivants jusqu’à ce que réparation soit faite.

12Plutôt que d’exposer une cosmogonie qui serait la synthèse de tous les récits recueillis, je vais présenter celle d’une seule personne, d’autant que le vocabulaire de ces visions du monde est idiosyncratique : l’initiation se fait le plus souvent dans le cadre d’une relation interpersonnelle entre deux individus, et l’enrichissement des savoirs est constant. Les thérapeutes s’avèrent friands de connaissances nouvelles – ce qui est le propre du paganisme, provenant de traditions qui nous semblent absolument contradictoires. Pour avoir fréquenté plusieurs gadèdzafè, il m’est apparu que ce qui se retrouve d’une cosmogonie à l’autre, c’est plutôt l’identité des fonctions que la répétition des mêmes noms, des mêmes figures. Pour les uns, saint Nicolas est responsable du lever et du coucher du soleil, pour d’autres ce sera Dieu. Cette plasticité fait la force du concept de continuum, et traduit la primauté de l’action thérapeutique sur le partage et la transmission d’un savoir collectif, ce d’autant qu’un certain nombre de rituels indiqués par les gadèdzafè ou les frotteurs proviennent du travail du rêve, donc de l’inconscient. Les éléments de récits qui vont suivre ont été recueillis auprès d’une femme gadèdzafè, d’une soixantaine d’années, Vénus, originaire de Marie-Galante. Le père de Vénus était gadèdzafè, il est mort des suites d’une agression sorcière provoquée par un gadèdzafè plus puissant. Vénus vit à la Guadeloupe depuis l’âge de dix ans, moment où sa mère est venue s’y installer, après s’être séparée du père de ses enfants. Elle a appris son métier vers l’âge de dix-huit ans à Pointe-à-Pitre, auprès d’un gadèdzafè qui avait autour de lui des élèves. Aujourd’hui, elle apprend d’autres rituels auprès d’un oungan haïtien (prêtre vaudou) qui a sauvé de la mort sa fille lorsque cette dernière avait été victime d’une « délégation » de sept esprits. Le recours à des oungan, présents dans l’île depuis qu’a commencé dans les années soixante-dix une migration haïtienne à la Guadeloupe, ainsi que les voyages en Haïti, ne sont pas chose exceptionnelle pour des Guadeloupéens. Ils s’inscrivent dans des itinéraires thérapeutiques complexes qui, dans la Caraïbe, conduisent des patients d’une île à l’autre et d’un système thérapeutique à un autre.

Veiller et garder les morts

  • 10 Hurbon, 1980a, p. 17.
  • 11 Même lorsque l’importance et le faste des cultes rendus aux morts ont été constatés, ces cultes ont (...)

13Les rituels qui entourent la mort, la veillée, la fête des morts, ont pour objet de maîtriser le bonnanj, de déposer définitivement le mort au cimetière et de faciliter le cheminement de l’âme vers d’autres cieux. La mort est « l’apothéose de la vie10 ». Rien n’est trop beau pour la veillée mortuaire et l’enterrement11. Les vivants cotisent à des sociétés mutua listes chargées de la réalisation d’obsèques fastueuses. La radio consacre deux fois par jour une demi-heure aux avis d’obsèques. Avant que n’existe la radio, les décès étaient annoncés au moyen de conques de lambi dans lesquelles des hommes soufflaient. Une fois la mort constatée, quand le souffle vital a quitté le corps, la case est dépouillée de ce qui pourrait abriter le bonnanj du mort, comme les photographies. Les objets dans lesquels le bonnanj du mort pourrait se contempler, comme le miroir dans le séjour, et donc vus par les vivants, sont recouverts d’un drap blanc. Le corps est exposé sur le lit ou dans le cercueil, les pieds tournés en direction de la porte principale. Une assiette blanche contenant une branche de zèb-a-poul (Eleusine indica L.) ou de canne à sucre est posée sur le ventre pour éviter les flatulences. Le mort doit quitter la maison les pieds tournés vers la porte d’entrée, mais si par mégarde il a été mal orienté, on ne le retourne pas, car il entraînerait des vivants dans son sillage. La toilette du mort, si elle a lieu à la maison, est faite avec du rhum, de l’eau de Cologne, du vinaigre, pour assouplir les articulations, et du basilic. Cette plante qui parfume le corps a aussi la réputation de repousser les esprits. Les orifices du bas du corps (nombril, vagin, anus) sont cachetés avec du girofle et du suif. L’eau de la toilette du mort est surveillée, afin qu’elle ne soit pas dérobée. Cette eau utilisée dans un maléfice a la réputation de rendre malade. Pendant la veillée, les femmes réunies autour du lit du mort, à l’intérieur de la case, récitent des cantiques de la tradition catholique. Ces cantiques ont pour fonction d’aider le mort à quitter le monde des vivants. Sur la galerie, des proches de la famille ou du voisinage discutent. Plus loin dans la cour, se déroulent à partir de vingt-deux heures, quand les prières ont pris fin, des jeux et des danses. On chante au son des tambours, on récite des contes, on lance des devinettes. La veillée est le moment pendant lequel la communauté rend hommage au mort pour que son bonnanj ne revienne pas agresser les vivants. L’enterrement a lieu le lendemain. Les églises sont combles pour les messes d’enterrement, au grand dam des prêtres qui se plaignent, lors du sermon, de ce que la fréquentation de ce lieu par les fidèles soit essentiellement réservée à cette occasion. Après l’inhumation, les participants à l’enterrement repassent à la maison pour ramener le bonnanj du mort, « déposer le mort », dit-on en créole, afin qu’il s’habitue à l’idée de mourir et qu’il ôte toute trace de son passage sur terre pendant les quarante jours à venir. Le bonnanj entame parfois une semaine avant la mort le tour des endroits où il est passé de son vivant. Diverses boissons sont servies, du rhum est offert en offrande au mort. La case est nettoyée de tout ce qui lui appartenait, ainsi ses vêtements sont-ils brûlés ou soigneusement lavés le neuvième jour suivant le décès. L’eau de lavage des vêtements est jetée au même endroit que l’eau de la toilette du mort, lorsque le mort décède à la maison, afin que le mort puisse venir récupérer les traces de son passage sur terre. Pendant les neuf jours qui suivent, appelés neuvaine, des prières tirées de L’Ange conducteur, dont les « Litanies pour les fidèles trépassés » appelées « Litanie des saints », sont récitées chaque soir par la famille et les proches pour que les saints viennent à la rencontre du mort, l’aident à quitter la terre et le conduisent sur le bon chemin. Le soir du neuvième jour se tient le vénéré, soirée de prières où le voisinage apporte de nouveau son soutien à la famille. Une première messe clôt la neuvaine, une seconde, le quarantième jour, clôt le séjour de l’esprit du mort sur la terre et lui assure « un bon placement » au cimetière. Pendant ces quarante jours, une lampe à huile est allumée en permanence dans la chambre du mort.

  • 12 J’ai cependant entendu des récits où les bons morts venaient dire en rêve à ceux qu’ils persécutaie (...)

14Selon les causes du décès, l’individu accède au statut « d’esprit », son bonnanj suit alors le chemin décrit, ou à celui de « mort » (). Les mo sont les individus décédés brutalement (accidentés de la route, suicidés, femmes décédées au cours de leur grossesse), qui ont la réputation d’avoir fait le mal pendant leur séjour terrestre – mal qu’ils confessent lorsqu’ils agonisent dans des douleurs atroces–, et des esclaves enterrés sans respect des rites funéraires. Ces mo ne sont pas « placés » après le décès, ils errent sans fin sur terre ou, pour les morts avant l’heure, jusqu’à l’heure de la mort qui leur était fixée. Les bonnanj des individus décédés dans un accident reviennent hanter les lieux de l’accident. Le gadèdzafè sollicite les mo à des fins maléfiques12. Si l’individu est mort brutalement, s’est suicidé, s’il a été sur terre un malfétè (malfaiteur, personne qui a le pouvoir de se métamorphoser), il se prêtera plus facilement qu’un autre aux appels d’un gadèdzafè qui fait le mal. Les bonnanj des bons morts reposent au cimetière, qu’ils quittent à la tombée de la nuit vers six heures du soir, pour prier Létènel (Dieu) à l’église où ils sont accueillis par deux saints, saint Côme et saint Damien (patrons des médecins et des apothicaires dans la tradition catholique). Le cimetière peut être à ce moment-là traversé en toute quiétude, les bonnanj, ne reviennent qu’au lever du jour, vers six heures du matin. Les bonnanj des ne sont pas acceptés à l’église, l’heure de leur plus grande activité est trois heures du matin. Le monde des morts est gardé par sainte Radegonde et saint Benoit.

15L’aval de sainte Radegonde doit être obtenu pour toute entreprise au cimetière : chercher de la terre pour la déposer sur le chemin de futures victimes, laisser un message sur une tombe, utiliser les morts à des fins bénéfiques ou maléfiques. La prière qui lui est adressée provient du Recueil de 44 prières (double) qui a pour sous-titre « Celui qui dira avec foi les prières contenues dans ce recueil sortira victorieux des luttes de la vie » :

« Prière à sainte Radegonde, gardienne du cimetière.
Grande sainte Radegonde, vous qui avez le pouvoir de traverser mes ennemis, donnez-leur une occupation quelconque afin qu’ils puissent me laisser en paix. Jésus, qui êtes le maître et le Seigneur, qui jugez les vivants et morts, jugez la cause que j’ai avec mes ennemis et le pouvoir qu’ils ont sur moi, leurs maléfices et leurs complots, renversez-les sur eux.
Croix saintes, croix sacrées, litanies, sanctifiez les justes et convertissez les pécheurs. Grande Sainte Radegonde, Reine des âmes du Purgatoire, vous qui avez traversé le purgatoire pour les délivrer, priez vos âmes de me délivrer de... qui me poursuit.
Si vous me délivrez je vous promets... » (anonyme s.d. : 29).

16Saint Benoit, autre gardien du cimetière selon certains gadèdzafè, est sollicité uniquement dans l’intention de se débarrasser d’un esprit et non pas pour en déloger un du cimetière, comme sainte Radegonde en a le pouvoir. Il n’y a pas dans les cimetières de statue le représentant, il est invoqué au pied de la grande croix du jubilé du cimetière de Pointe-à-Pitre. La prière à saint Benoit se trouve aussi dans le Recueil de 44 prières (double) :

« Prière à saint Benoit.
Grand saint Benoit gardien du cimetière, vous qui gardez les morts gardez-moi comme vous les gardez, préservez-moi d’aucun malheur, d’aucun accident, surtout contre mes ennemis. Saint Benoit (trois fois) parlez, partez, allez chez tous mes ennemis, entrez, dans les endroits les plus secrets, renversez les lampes, brisez les chaînes, rompez les cordes, brisez les maléfices, rompez les cordes, brisez les maléfices qui sont préparés contre moi, confondez sur eux tous les maléfices. Je vous offre un Pater, un Ave, un De profondis pour les âmes du Purgatoire. Accordez-moi ce que je demande. Je promets une lumière. »

17Passé les quarante jours suivant la mort, l’âme quitte définitivement la terre pour être placée au cimetière et se présenter à Dieu, l’Éternel (Létènel), considéré comme le père de tous les bonnanj. Selon certains gadèdzafè, saint Benoit est le saint qui apporte le bonnanj du mort au cimetière et le remet à la gardienne du cimetière, sainte Radegonde. Saint Michel, saint psychopompe, vient chercher le bonnanj des morts et le guide au carrefour des deux chemins de son devenir pendant que l’ange gardien apporte aux anges le poids des péchés du mort. Le premier chemin, le plus large et au bout duquel resplendit une lumière, mène à l’enfer, le second, plus étroit, mène au purgatoire. Une fois emprunté le chemin de l’enfer il n’y a plus de retour possible mais, après un séjour au purgatoire, le bonnanj peut, au contraire de la tradition catholique, partir soit au ciel, soit en enfer. Pour certains gadèdzafè, dont Vénus, un chien à l’entrée du monde des morts surveille le devenir de ces âmes.

  • 13 Chambertrand, 1954.

18Du 15 octobre au 15 novembre, les bonnanj de tous les morts sont sur terre. Pendant cette période, les gadèdzafè ne peuvent les solliciter sans prendre le risque de les voir tous se manifester. « Travailler » dans un cimetière abandonné, c’est-à-dire dans un lieu où des morts ont été enterrés et que la mémoire collective a oubliés, que certains gadédazfè entretiennent à des fins personnelles, s’impose alors. Le 1er ou le 2 novembre, les familles viennent se recueillir sur les tombes pour converser avec leurs défunts qui, pour quelques heures, sont présents dans le cimetière (cf. doc. 7). Une ambiance de fête y règne. Chacun discute avec son voisin, tout en dégustant des friandises achetées dans les buvettes installées pour l’occasion à l’entrée du cimetière. Les tombes sont éclairées en milieu d’après-midi, après les vêpres. Cet office était autrefois suivi d’une procession menée par le prêtre qui bénissait les tombes, précédé d’une bannière à l’effigie de saint Michel. Les familles de ceux qui ont quitté l’île illuminent la grande croix du jubilé à l’entrée du cimetière. Les trois jours qui suivent le premier novembre, chacun illumine les environs de sa case une fois le cimetière quitté, pour faciliter le retour des morts sur leur ancien lieu de vie et pour les accompagner dans leur trajet d’outre-tombe vers le paradis. En créole, on dit qu’on éclaire ses morts. Cette habitude d’illuminer les alentours de la maison serait récente, car Gilbert de Chambertrand, selon un texte consacré à la fête des morts rédigé en 1954, assista à sa mise en place. Les familles éloignées du tombeau familial ont pris alors l’habitude d’illuminer leur maison au lieu de se rendre au cimetière13.

  • 14 Flagie, 1996 ; Hurbon, 1980a.

19Les âmes des morts sont omniprésentes dans le quotidien guadeloupéen et sont rendues responsables de bien des maladies et des maux. Les pratiques de prévention et de protection se justifient en raison de leur hyperactivité maléfique, qu’elle soit de leur fait où qu’elle provienne de l’intention d’un gadèdzafè. Lorsqu’elles se manifestent à des fins bénéfiques, pour indiquer la recette d’une préparation médicale ou octroyer un don de guérison, elles sont reconnues par celui auquel elles s’adressent. Mais la plupart d’entre elles n’ont pas d’identité précise, elles « sont sans amarres », en « attente », et leur présence est considérée comme pléthorique14. Un de mes interlocuteurs me disait « qu’en Haïti, on les met dans des bouteilles, alors qu’ici il y en a plein de partout ». Pour autant, les morts ne peuvent être invoqués à tout moment et ils s’intègrent dans un panthéon parfaitement ordonné qui rend compte des liens entre les vivants, les morts et le cosmos, à la tête duquel règne un dieu inaccessible, « l’Éternel ».

Doc. 6. À l’intérieur d’un moulin, oratoire dédié à saint Michel, dit « chapelle de Gognon » (Petit Canal, 1996).

Doc. 7. L’illumination des cimetières, le 1er ou le 2 novembre (Lamentin, 01/11/1986).

Un panthéon de saints

20Chaque saint revêt une fonction précise, et se trouve en relation avec d’autres au sein d’un panthéon constitué de trois sous-ensembles (cf. schéma p. 199). Le premier comprend les saints et les anges (zanj), qui assurent les liens entre les vivants, les morts et le cosmos, et le maintien entre elles des différentes composantes de la personne. Ce sont d’abord les saints qui président au déroulement de la journée. Saint Nicolas est responsable du lever et du coucher du soleil. Saint Moïse rend la justice du soleil (i jistis di soley). Sollicité pour une grâce avant le lever du soleil, ce dernier se lèvera si la cause est juste, la pluie tombera dans le cas contraire. À la tombée de la nuit, saint Côme et saint Damien accueillent les bonnanj à l’église. Ensuite, sainte Radegonde et saint Benoit assurent les liens entre les vivants et les morts et le devenir des différentes composantes de la personne. Saint Gabriel est prié lors de la veillée funéraire et de la neuvaine qui suit pour assurer un bon « placement » au mort. On a vu plus haut les rôles de saint Michel et de l’ange gardien. Saint Jacques le Majeur prend la tête des « délégations » d’esprits pour conduire les morts sur les lieux où ils sont appelés et les ramener au cimetière. Saint Raphaël, saint des enfants, est le patron des anges gardiens et, à ce titre, est prié régulièrement. Sur la chromolithographie qui le représente, il se tient derrière deux enfants qu’il protège. Les anges, êtres morts sans avoir péché, résident au ciel et sont envoyés par les saints comme messagers auprès des vivants.

  • 15 RolleromanA, 1993.

21Le deuxième sous-ensemble comprend les figures invoquées pour les agressions sorcières et dominées par Satan. À l’origine du monde, selon la gadèdzafè Vénus, il y a eu une guerre entre Létènel et les diables. Létènel a remporté la guerre grâce à saint Georges et saint Michel qui ont repoussé les diables sous terre en enfer. Satan, le plus fort des diables (dyab), commande à plusieurs autres : Mac Mahon, Belzébuth et Lucifer. Ces diables marchent en couple. Mac Mahon et Lucifer demeurent dans la mer et se manifestent sur terre au moment de la récolte de la canne. Belzébuth demeure dans le cimetière avec, pour compagnon, un ancien militaire guadeloupéen, le commandant Bouscaren, appelé aussi saint Bouscaren. Au cimetière de Pointe-à-Pitre, le buste figurant sur sa pierre tombale, arraché ces dernières années, fait l’objet d’un culte et il est sollicité pour les procès. Des saints aident dans l’agression sorcière : saint Expédit, cité comme le saint des écoliers, est beaucoup plus souvent sollicité pour « expédier » quelqu’un, saint Nicolas règle les conflits de travail en s’attaquant à l’agresseur, saint Bouleverse est appelé « pour mettre le désordre chez autrui ». On ne peut l’invoquer sans que cela soit justifié, sinon il retournerait la vindicte contre le demandeur. Pour cela, il vient vérifier si le mal que l’on veut faire est fondé. On ne l’invoque pas chez soi mais dehors, à midi, au pied d’un arbre, sinon il viendrait mettre le désordre à la maison. Plusieurs figures héroïques participent de cette catégorie. Ladyablès (la diablesse) est une femme fatale qui, la nuit en des lieux déserts, propose ses charmes aux passants solitaires. Elle apparaît également dans les léwòz, soirées où l’on joue la musique de gwo ka15. Celui qui lui succombe est précipité du haut d’une falaise. Elle porte une robe longue qui dissimule un pied de bouc. On la reconnaît au bruit caractéristique de son pas, et, pour la faire fuir, il faut avoir la présence d’esprit de fumer une cigarette. Bèt a man Ibè (les bêtes de Mme Hubert) sont quatorze porcelets accompagnant une femme métamorphosée en truie par un gadèdzafè, et errant dans les rues de Pointe-à-Pitre. On la reconnaît aux grognements lugubres qu’elle émet et à un bruit de chaîne qui accompagne ses déplacements. La croiser sur son chemin risque de rendre aveugle. Man Koko (Madame Coco) est une vieille femme qui habite le creux d’une falaise au nord de la GrandeTerre, appelé « la grotte de Madame Coco » (twou a man koko). S’y rendent ceux qui sont prêts à signer un pacte avec le Diable pour obtenir la réalisation de leurs vœux. Man Koko les accueille, leur prépare à manger, pendant qu’ils lui font part de leur demande. Le repas fini, le demandeur remonte l’échelle qui l’a conduit à la demeure de cette femme, sans se retourner. Manman-dlo (la mère de l’eau) est une sirène qui fait périr les nageurs et les pêcheurs grisés par sa voix. Lui offrir un peigne permet de sauver sa vie. Lantikri (l’antéchrist), ou ti mom, est un homme de petite taille, issu d’un œuf pondu par une poule noire un vendredi saint et couvé pendant quarante jours sous l’aisselle d’un homme ou d’une femme. Il peut se transformer en enfant, en animal, se rendre invisible et accomplir ainsi toutes les tâches qui lui sont demandées en échange du don d’une âme au diable. Il est des individus dont la réussite sociale, financière ou politique est si rapide qu’ils n’ont pu que signer un pacte avec le dyab, surtout si la rumeur veut que ces hommes aient perdu un être proche ou plus généralement un enfant, signe d’un sacrifice au dyab. Ces individus, qualifiés d’« engagés » (gajé), peuvent pour accomplir certains méfaits se métamorphoser (mofwazè: les hommes, en chien, la nuit, les femmes en boule de feu (soukounyan, ou volan). On a vu comment l’espace habité, en particulier au niveau du toit de la case, était protégé des actions de ces figures du mal.

  • 16 « Look at this mirror and you will see a picture of what you will be. »
  • 17 « He who unwillingly carries his crosss in this life is in danger of Hell in the next. »

22Le troisième sous-ensemble comprend les saints qui protègent et assurent le bien-être quotidien, l’état de bonne santé. L’énumération des saints les plus sollicités du panthéon guadeloupéen n’a de sens que si l’on garde à l’esprit que les saints font partie de la vie quotidienne et sont, pour reprendre les termes de Vénus, très souvent « déplacés ». Les saints ne se déplacent que si « l’œil de Dieu » (lèydedyé), qui doit être invoqué en premier lieu, les y autorise. « L’œil de Dieu » est l’appellation créole d’une chromolithographie, « L’omniprésence de Dieu », avec comme légende en anglais ou en italien « The Omnipresence of God », « L’onnipresenza di Dio ». En bas de l’image est précisé : « Regarde ce miroir et tu auras une idée de ce que tu deviendras16. » Dieu est représenté par le buste d’un homme d’une quarantaine d’années brandissant une croix de la main droite. Ce portrait est accompagné de la phrase suivante : « Celui qui porte sa croix sur terre sans conscience risque l’enfer dans sa prochaine vie17. » Sous le portrait sont dessinés une oreille (« Dieu entend tout »), un œil (« Dieu voit toute chose »), une main écrivant (« Dieu connaît toute chose »). De l’œil, des rayons irradient une balance où sont pesés le bien et le mal, représentés par un pénitent lisant la liste de ses péchés en présence de Satan. Au bas de l’image, dans quatre médaillons, réunis par une tête de mort, figurent un pécheur frappé à coups de bâtons (« the sinner »), l’agonie d’un homme juste entouré d’anges que le ciel illumine (« the death of the just man »), une scène de la vie d’un mendiant recevant une aumône (« the just man ») et la mort du pécheur, terrassé par la foudre, emporté par deux diables et des serpents (« the death of the sinner »).

23Les saints de ce troisième sous-ensemble se divisent en plusieurs catégories. Une première catégorie comprend les saints « nicéphores » qui procurent la victoire contre les ennemis, épargnent du mal et repoussent Satan. Saint Michel et saint Georges sont les plus sollicités. Les salles de séjour de nombreuses maisons guadeloupéennes possèdent une statue ou une image religieuse représentant saint Georges à cheval terrassant le dragon, ou saint Michel vainqueur de Satan. Une neuvaine à saint Michel ou saint Georges délivre de Satan. Elle est entamée après s’être baigné et s’être protégé d’un « garde-corps » si l’on était possédé par l’esprit d’un mort. Sainte Jeanne d’Arc est sollicitée dans les « combats difficiles, quand la route est barrée ». Une deuxième catégorie comprend les saints protecteurs. Saint Christophe et saint Nicolas sont sollicités pour protéger les voitures et saint Christophe l’est également pour le jardin. Saint Grégoire, saint des écoliers, est invoqué la veille des examens ou de la rentrée scolaire. Le Sacré-Cœur de Jésus et le Sacré-Cœur de la Vierge protègent les cases. Saint Barthélémy est recherché avant d’entreprendre un voyage. Une troisième catégorie comprend des saints guérisseurs, finalement peu nombreux. Les saints ne sont pas tant sollicités pour guérir d’une maladie précise qu’à des fins de protection, ce qui distingue encore le culte des saints observé en Europe de celui pratiqué à la Guadeloupe. Dans bien des pèlerinages accomplis en vue d’une guérison, le saint est choisi pour la force qui le caractérise, ainsi de la Vierge et de saint Michel. La Vierge et ses différentes manifestations ont une fonction thérapeutique précise : la Vierge miraculeuse ou Notre-Dame de Lourdes pour la maladie, une infirmité, l’Immaculée Conception pour l’accouchement, et sainte Rita. Une quatrième catégorie comprend les saints propitiatoires. Saint Paul et saint Pierre facilitent une union, le Petit Jésus de Prague attire les clients dans une épicerie, saint Joseph, patron des hommes, apporte du travail, saint Antoine de Padoue, prié pendant neuf jours, en déposant un bol l’eau bénite sur sa table, permet de retrouver l’objet ou l’être perdu.

24Les saints sont honorés dans des églises paroissiales dans des sanctuaires établis près de la mer ou chez soi et dans des moulins désaffectés de la Grande-Terre (cf. doc 6). Ils sont l’objet d’un culte privé de la part des thérapeutes. Les pièces de travail de ceux qui travaillent avec les saints sont des sanctuaires, appelés en créole « chapelle » (chapèl), constitués de statues, de chromolithographies, de tapisseries, déposées sur les murs ou sur des tables, représentant les saints. Les gadèdzafè tiennent leur séance de divination dans cette pièce qui, parfois, est attenante à la maison. Des images pieuses, des tapisseries à l’emblème du Sacré-Cœur de Jésus ou de la Cène, ornent également les murs de la salle à manger des familles les plus catholiques ou les plus investies dans le monde du kenbwa. Dans la chambre à coucher des personnes très religieuses, de petits autels composés de statues et d’images religieuses sont dédiés à plusieurs saints.

25Je vais décrire la « chapelle » de Vénus telle que je l’ai observée en février 1996 (cf. phot. n° 9 – Autel de Vénus). Elle est de taille modeste, d’environ dix mètres carrés. Elle occupait auparavant une pièce plus spacieuse qui venait d’être donnée au fils et à la belle-fille de Vénus, de retour de France. À cette date, elle contient moins de représentations de saints qu’auparavant, un certain nombre de statues et d’images ayant disparu lors du cyclone Marylin, qui, en septembre 1995, a causé de graves inondations dans certaines parties de l’île, détruisant par ailleurs plusieurs lieux saints. Il n’en reste pas moins vingt-deux chromolitho graphies, et huit statues. On trouve dans cette petite pièce de travail un lit (kabann) sur lequel s’allonge le patient pour les massages, et un autel (tab) recouvert d’une toile rouge pour protéger la pièce des mauvais esprits, devant lequel Vénus s’assied pour les séances de divination. L’autel comprend des chromolithographies (imaj) et des statues de saints. Une première chromolithographie représentant « l’omniprésence de Dieu », que Vénus appelle « l’œil de Dieu », domine, comme dans bien des pièces de travail d’autres gadèdzafè, l’autel constitué d’une superposition de chromolithographies. Une tapisserie sous « l’omniprésence de Dieu » représente la Cène. Au-dessous, collées sur un vieux calendrier (almanak), une première rangée d’images figurant saint Louis de Gonzague, dont Vénus ne se souvient pas du nom, et qui, selon elle, comme un de ses attributs est un crâne de mort, protège les morts, « l’omniprésence de Dieu », saint Jacques le Majeur, une reproduction d’icône représentant la Vierge et l’enfant Jésus, et une chromolithographie au titre espagnol de « Mano poderosa » (la main puissante), autre chromolithographie fréquente sur les autels des gadèdzafè qui sont également « frotteurs ». Cette image montre une main du Christ ; au sommet des cinq doigts sont présents saint Joachim, sainte Anne, saint Joseph et la Vierge, en retrait le Christ. Sur les côtés de la main, sont agenouillés deux couples d’anges en position de suppliants. Un premier porte la croix et la couronne d’épines, un second les outils et les clous de la crucifixion. Une deuxième rangée d’images comprend le texte d’une prière adressée à Notre-Dame du Sacré-Cœur, accompagné d’une image la représentant, la Vierge de Czestochowa appelée sur la reproduction Santa Barbara Africana et que Vénus appelle « Danton » ou « La Vierge avec son enfant », Notre-Dame du Mont Carmel et une chromolithographie intitulée « Siete Potencias Africanas » (les sept puissances africaines). Si, pour Vénus, il s’agit uniquement de la crucifixion, les fidèles de la santéria remarqueraient le Christ au centre d’une chaîne de sept médaillons comprenant des orishas. Au-dessus de ce calendrier se trouve une représentation de saint Nicolas de Bari. Sous le calendrier sont encadrées deux images, l’une figurant Notre-Dame du Mont Carmel, et l’autre l’Assomption de la Vierge. À côté sont collées sur une feuillle de papier rouge deux rangées d’images. La première présente la Vierge de Czestochowa, Notre-Dame de Lourdes, l’ange gardien, que Vénus appelle saint Raphaël, surveillant deux enfants franchissant un pont. La deuxième rangée en dessous comprend de nouveau la Vierge de Czestochowa, saint Nicolas de Bari, la Sainte Famille. Sur le côté de la table, sont disposées contre le mur deux reproductions de la nativité et de Notre-Dame du Sacré-Cœur. Des statues de plâtre et de plastique sont posées sur la table : le Sacré-Cœur du Christ, l’Immaculée Conception, saint Joseph, saint Raphaël, autre saint protecteur de Vénus, la Sainte Famille, une statue de la Vierge achetée à Paris, dont Vénus ne se souvient pas du nom mais qui est la Vierge miraculeuse de la rue du Bac, la Vierge du Grand Retour, à propos de laquelle Vénus se rappelle qu’elle est arrivée par bateau mais dont elle a aussi oublié le nom, et saint Pierre. La statue de saint Nicolas, troisième saint protecteur de Vénus, perdue lors du cyclone Marylin, manque pour le moment. Plusieurs produits, utilisés par Vénus pour se protéger des mauvais esprits le temps de la séance, sont disposés sur la table : un tube de baume Saint-George dont elle se recouvre le corps avant de commencer à travailler, et une bouteille d’eau de Florida. Le Recueil de 44 prières (double) est posé sur la table. Une bougie est allumée en permanence.

SCHÉMA. LE PANTHÉON GUADELOUPÉEN SELON VÉNUS

SCHÉMA. LE PANTHÉON GUADELOUPÉEN SELON VÉNUS

* Les saints qui assurent d’une part les liens entre les vivants, les morts et les cosmos et qui d’autre part veillent sur les composants de la personne.
** Les saints qui protègent, soignent et assistent.

26Les supports de ces cultes sont les chromolithographies, les statuettes religieuses de l’imagerie populaire catholique, les ouvrages de catéchisme français, des recueils de prières et des ouvrages d’ésotérisme français (cf. phot. 7). Us sont achetés dans les boutiques religieuses ou ésotériques en France, en particulier à Paris, place Saint-Sulpice pour les objets catholiques ou dans des boutiques spécialisées à la Guadeloupe où s’entassent, pêle-mêle, des chromolithographies, des prières, des chapelets bénis, des bougies au nom d’un saint, des ouvrages ésotériques. À Pointe-à-Pitre se trouvent plusieurs de ces boutiques ; dans les autres communes l’étagère d’une épicerie peut être garnie de ces objets. Une grande surface, « Conqu’Parfums », (Conquérir par les parfums) propose à ses clients les rayons les mieux fournis de l’île. Les images et les statues à la Guadeloupe relèvent de la tradition de l’art saint-sulpicien. D’abord au sens propre, car elles proviennent effectivement des boutiques des rues adjacentes à l’église Saint-Sulpice, et ensuite au sens où l’art sulpicien est un art kitsch datant de la fin du XIXe siècle qui a pris le relais, avec la naissance de la lithographie, des créateurs de la rue Saint-Jacques de l’iconographie religieuse populaire, qui travaillaient sur bois. La lithographie a permis le développement et la diffusion rapide de ces images aux coloris vifs qui ont été diffusées dans toutes les Amériques. Fabriquées en Italie, à Porto Rico, au Venezuela et aux États-Unis, ce sont des légendes en italien, en espagnol ou en anglais que l’on trouve sur les chromolithographies vendues à la Guadeloupe.

27Les prières adressées aux saints proviennent de plusieurs ouvrages d’origine française, disponibles dans des boutiques ésotériques ou religieuses à Paris, quand bien même ceux qui les possèdent nous assurent les avoir trouvés à la Dominique, à Marie-Galante. Leur prix est prohibitif; l’exemplaire de l’Ange conducteur que l’on m’a procuré à Marie-Galante a coûté deux cent cinquante francs alors qu’il est vendu cinquante francs à Paris.

  • 18 Goret, S. d.
  • 19 Jacques Coret est né à Valenciennes, le 3 mars 1631, et est décédé à Liège, le 6 décembre 1721. Il (...)
  • 20 L’ouvrage est en fait un ouvrage de piété pour guider les pèlerins d’Ars qui n’a rien à voir avec l (...)
  • 21 Anonyme, 1898.

28Lors des veillées mortuaires et de la neuvaine qui s’ensuit, thérapeutes et profanes utilisent L’Ange conducteur des âmes dévotes dans la voie de la perfection chrétienne. Imprimé à Pointe-à-Pitre, sans date, avec pour nom d’auteur un dénommé Goret dont on dit en Guadeloupe qu’il est un évêque du début de ce siècle18, cet ouvrage est en fait un livre de prières très régulièrement réimprimé à Paris et en province depuis sa première édition dans le courant du XVIIe siècle. Son auteur est en fait un jésuite du nom de Jacques Coret, parfois orthographié Goret19. L’ange conducteur désigne l’ange gardien protecteur de l’individu. Les fidèles de l’ange gardien ont été invités par Coret à se regrouper dans une confrérie. Chaque édition est augmentée ou diminuée d’offices, d’oraisons ; les chapitres sont chaque fois classés dans un ordre différent, certaines prières sont quelque peu modifiées. Le titre de l’ouvrage varie au gré des éditions, celle de 1774 s’intitule L’Ange conducteur dans la dévotion chrétienne réduite en pratique en faveur des âmes dévotes avec L’instruction des riches indulgences dont jouissent les personnes congrégées dans la Confrairie (sic) de l’Ange gardien. La Bibliothèque nationale de Paris ne possède pas moins de 511 éditions ou réimpressions de ce livre de prières paru pour la première fois en 1683. Le succès de la croyance en l’ange conducteur a suscité des éditions spécialisées, destinées à des publics restreints : enfants, ouvrières en dentelle du Puy. D’autres manuels de piété dont le titre est Ange conducteur, sans pour autant s’inspirer de l’ouvrage de Coret, témoignent de l’importance de l’ange gardien dans le catholicisme populaire, ainsi L’ange conducteur des pèlerins d’Ars, ou petit manuel de piété à l’usage des fidèles qui aspirent à la sanctification20, ou L’Ange conducteur des âmes scrupuleuses ou qui ont peur de dieu à l’usage des fidèles par un vieux confesseur et professeur de morale21.

29L’édition sans date imprimée à la Guadeloupe est à deux prières près une copie des éditions semblables de 1913, 1919 et 1921. L’ouvrage est utilisé pour les litanies aux saints, pour les prières quotidiennes, et pour celles consacrées à la mort. Ces dernières sont rassemblées sous le titre de « Prières diverses pour se disposer à bien mourir » : De la préparation à la mort, Association pour bien mourir, Litanies pour la bonne mort, Prière pour un agonisant, Dévotion charitable envers les âmes souffrantes, Litanies pour les morts, Manière de dire son chapelet pour les morts, Exercice quotidien pour le soulagement des âmes du purgatoire, Précieux exercice d’une âme dévote en faveur des âmes du purgatoire.

  • 22 Dominique Camus, dans un ouvrage consacré à la sorcellerie en Normandie, précise avoir entre autres (...)

30À côté de cet ouvrage, les guérisseurs utilisent plusieurs des ouvrages de l’abbé Julio, guérisseur et exorciste français du début de ce siècle, dont les textes sont également populaires dans les campagnes françaises22.

  • 23 Julio, 1907.
  • 24 Julio, vers 1900.
  • 25 Julio, S. d. b.
  • 26 Julio, S. d. a.
  • 27 Julio, S. d. c.

31À la Guadeloupe, les guérisseurs ont recours aux ouvrages de l’abbé Julio pour le texte des prières et pour les dessins des pentacles qui sont reproduits dans les « garde-corps » et au-dessus des portes d’entrée des maisons. Les plus utilisés sont les Grands Secrets merveilleux pour aider à la guérison de toutes les maladies physiques et morales23, les Prières liturgiques : assistance à la messe, hymnes en prose pour toutes les fêtes, calendrier perpétuel et ordre des fêtes pour chaque jour de l’année, invocation des saints en toutes les circonstances de la vie avec notice sur chaque saint24 Les Véritables Pentacles et Prières25, Les Prières merveilleuses pour la guérison de toutes les maladies physiques et morales26, complétées par les Petits Secrets merveilleux pour aider la guérison de toutes les maladies physiques et morales27. Pour l’abbé Julio et ses adeptes, la prière accroît l’efficacité de la prescription médicale, qu’il n’est pas question de ne pas respecter.

  • 28 Grandle, 1703.
  • 29 Anonyme, s. d., b.
  • 30 Anonyme, 1521.
  • 31 Anonyme, s. d., a.
  • 32 Nisard, 1852 ; Yve-Plessis, 1900.
  • 33 Yve-Plessis, 1900, 1940.
  • 34 Nisard dans son Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage cite une édition (...)

32Le livre jouit d’un statut ambigu. Il est considéré comme source de connaissances, mais la frontière entres celles bénéfiques et celles maléfiques n’est pas tranchée. L’estime dont bénéficie un texte dépend de l’appartenance à un système religieux (adventistes et évangélistes, par exemple, considèrent les ouvrages de l’abbé Julio comme des ouvrages de sorcellerie) et de la position de celui qui en parle dans un système médical ou religieux. (Pour bien des catholiques guadeloupéens, L’Ange conducteur est un ouvrage de sorcellerie car il contient des prières adressées aux morts, dont on connaît les pouvoirs potentiellement maléfiques ; cet ouvrage, qu’il est difficile de se procurer à la Guadeloupe, est en vente dans les boutiques d’articles religieux de la rue Saint-Sulpice et de la rue du Bac à Paris.) L’unanimité existe sur une catégorie d’ouvrages, considérés par leurs utilisateurs et ceux qui les rejettent comme des ouvrages de sorcellerie : ce sont les grimoires de magie et de sorcellerie françaises. L’histoire et la possession de ces livres sont toujours tumultueuses : ils proviennent d’ancêtres gadèdzafè, ont été sauvés d’un incendie, d’un cyclone. S’ils sont d’acquisition récente, leurs propriétaires prétendent les avoir trouvés dans les îles anglophones (la Dominique en particulier, réputée pour la force de ses guérisseurs). Pour les gadèdzafè qui les utilisent, ces livres ne peuvent être lus que par des « individus forts » qui savent manier le monde des morts. Ainsi Les Admirables Secrets d’Albert Le Grand contenant plusieurs traitez sur la conception des Femmes, et les vertus des Herbes, des Pierres précieuses, et des Animaux28, et Les Secrets merveilleux de la magie naturelle du Petit Albert – Tirés de l’ouvrage intitulés Alberti Parvi Lucii Libellus de mirabilis naturoe Arcanis et d’autres écrivains philosophes enrichis de figures mystérieuses, d’astrologie, physionomie, etc., etc.29, qui ne sont en rien les textes originaux du théologien Albert Le Grand mais des compilations des textes de ce dernier, de Paracelse, et d’Agrippa. Le Grand Albert a connu différentes éditions sous les titres les plus divers depuis sa première édition au XVIe siècle, de même pour Le Petit Albert dont la première édition date du début du XVIIIe siècle. Deux autres grimoires, réédités à plusieurs reprises en France, sont d’utilisation commune : Le Dragon rouge ou l’art de commander les esprits célestes aériens, terrestres, infernaux, avec le vrai secret de faire parler les morts ; de gagner toutes les fois qu’on met aux lotteries sic ; de découvrir les trésors cachés, etc. etc.30, et La Poule noire ou la Poule aux œufs d’or31. La date de la première édition du Dragon rouge, 1521, est probablement fictive, l’ouvrage n’ayant paru en réalité qu’au début du XIXe siècle32. Quant à La Poule noire, dont la couverture indique pour première édition la date de « 740 en Égypte », elle daterait pour certains du début du XIXe siècle33, pour d’autres du XVIIe siècle34.

  • 35 Appellation locale du samedi saint.

33La demande de grâces se fait dans un lieu saint, église ou sanctuaire. Elle peut consister en de simples prières que tout un chacun peut réciter chez soi, ou, pour des demandes plus importantes, en pèlerinage accompli dans les églises paroissiales ou dans les sanctuaires. Ces pèlerinages comprennent neuf invocations réparties sur neuf jours ou neuf semaines. Ils sont réalisés dans la même chapelle si les invocations ont lieu pendant neuf jours, ou dans neuf chapelles différentes si elles ont lieu sur neuf semaines. Au bout de la neuvaine, une messe est célébrée en l’honneur du saint. Un bouquet de fleurs et des bougies sont déposés dans la chapelle. Les pèlerinages s’accomplissent individuellement, ou s’inscrivent dans ceux organisés par les paroissiens d’une commune, qui connaissent ces dernières années un certain regain. Pour cela, un car transporte les fidèles d’une église à l’autre de la Guadeloupe et des îles environnantes. Le départ a lieu tôt le matin. Après l’échange de quelques plaisanteries, les prières commencent sous la direction d’un des fidèles. Après la messe du dimanche matin à laquelle assistent les paroissiens de la commune visitée, une seconde messe est célébrée si le pèlerinage est en l’honneur d’un saint précis. Un calendrier régit l’activité des saints. Pendant la semaine sainte, les saints se reposent. La Vierge ayant pleuré le Christ crucifié, les gadèdzafè évitent de travailler à cette période de l’année. Les statues des saints sont couchées sur l’autel recouvert d’une toile blanche. Le samedi Gloria35, les statues sont lavées, une toile neuve de couleur rouge recouvre l’autel pour l’année à venir.

Sainte Radegonde ou la créolisation d’une sainte catholique

34La présence des chromolithographies, des statues, des livres, montre qu’on est bien dans un signifiant chrétien, mais l’utilisation des livres par les guérisseurs guadeloupéens, souvent créolophones et illettrés, est l’objet d’une tout autre interprétation. Celle-ci s’inscrit dans une cosmogonie où les relations entre les vivants, les saints et les morts sont premières dans l’exercice de leur thérapeutique.

  • 36 L’analyse qui suit reprend des éléments d’un article que j’ai consacré à sainte Radegonde (Benoit, (...)

35Le nom, l’iconographie et la fonction de la statue représentant sainte Radegonde à la Guadeloupe montrent les processus de transformation d’un signifiant européen en un signifié créole. Si l’on tente d’établir la filiation entre un saint catholique et un saint du panthéon guadeloupéen, on perçoit la complexité de la constitution des savoirs et des représentations dans les aires créoles et la nécessité, nous l’avons vu pour la notion de chaud et de froid, de rechercher le sens d’un trait de culture en le réinsérant dans un système plus vaste36. Pour cela, examinons ce que représente cette sainte dans la tradition catholique qui a gardé le souvenir de quatre sainte Radegonde et d’une Radegonde.

  • 37 Sources consultées : Marrou, 1948 ; Réau, 1955-1959 ; Caraffa, 1968 ; Favreau, 1995.

36La première, la plus connue est sainte Radegonde de Poitiers37. Radegonde, fille du roi des Thuringiens, Berthachar, fut reine de France. Faite prisonnière dans son enfance par les Francs lors de leur expédition en 531, en Thuringe, les deux fils de Clovis, Thierry et Clotaire 1er, songent à l’épouser. Elle devient l’épouse de Clotaire 1er, après la mort de la reine Ingonde en 538. Après que Clotaire 1er eut ordonné l’assassinat d’un frère de Radegonde, celle-ci se retire de la cour, dans son domaine de Saix en Poitou, en 555. Consacrée diaconesse par l’évêque de Noyon, saint Médard, elle fait construire les monastères de Sainte-Marie-hors-les-Murs et de Notre-Dame. Ce dernier devint le monastère de Sainte-Croix vers 568 quand Radegonde, dont les biographies soulignent la passion des reliques, réussit à obtenir une relique de la vraie Croix auprès de l’empereur d’Orient, Justin 1er. Radegonde meurt en odeur de sainteté le 13 août 587. La bibliographie concernant la vie et les miracles de sainte Radegonde de Poitiers est importante. Sa vie a été consignée dès le VIe siècle par deux de ses familiers, le poète italien Venance de Fortunat, confesseur et secrétaire de Radegonde établi à Poitiers, et une religieuse de Sainte-Croix, Baudonivie, qui avait été l’une de ses suivantes lorsqu’elle était reine, et l’avait suivie dans sa retraite. Chacun a rédigé une « Vita Radegundis ». Au XIIe siècle, Hildebert de Lavardin remania ces textes en les enjolivant dans sa Vie de sainte Radegonde.

  • 38 Réau, 1955-1959, p. 1133-1134.
  • 39 Ibid., p. 1134.

37Plusieurs miracles lui sont attribués que Louis Réau résume ainsi : « [...] le miracle des avoines, calqué sur le miracle des blés de la Fuite en Égypte. Un champ d’avoine, poussé subitement, la dérobe à la poursuite des hommes d’armes de son mari Clotaire. Ce miracle aurait eu lieu à Saix près de Loudun, où la chapelle de l’ancien château, qui dépendait de l’abbaye de Sainte-Croix, lui est consacrée. En Normandie, on jette encore des poignées d’avoine sur les marches des chapelles placées sous son vocable. Elle aurait foudroyé d’un signe de croix un dragon ailé appelé la Grand’Goule, qui sortait tous les jours d’une caverne creusée au nord du Clain pour dévorer les religieuses du couvent de Sainte-Croix. On lui présente une aveugle, une possédée qu’elle guérit. On introduit même des morts par l’étroite ouverture de sa cellule pour qu’elle les ressuscite. Agenouillée devant un crucifix, elle voit Jésus qui lui enlève sa couronne de reine et lui donne en échange sa couronne d’épines. Le Christ aurait laissé sur une dalle de sa cellule, dans le couvent de SainteCroix, l’empreinte de son pied : cette empreinte qu’on appelle le Pas de Dieu fut transportée après la Révolution dans un enfeu de la nef de l’église placée sous son vocable. Son miracle posthume le plus populaire est le miracle des clefs de la ville de Poitiers qu’elle empêcha un traître de livrer aux Anglais qui se préparaient à entrer par la porte de la Tranchée38 ». Les cultes qui lui sont rendus sont divers et répartis dans plusieurs pays de l’Europe de l’Ouest. En France, l’église de Talmont-sur-Gironde en Saintonge lui est dédiée, l’église de Sainte-Radegonde, près de Rodez dans le Rouergue, possédait son bras reliquaire : « Ayant été prise comme otage, elle était la patronne des prisonniers et à ce titre protectrice de l’Ordre des Trinitaires, fondé par saint Jean de Matha et saint Félix de Valois pour la délivrance des captifs. La Confrérie des cordonniers chartrains honorait spécialement “madame Saincte Aragonde” parce que, d’après son biographe Fortunat, toute reine qu’elle était, elle avait coutume, par humilité, de décrotter et de graisser les chaussures des religieuses de son monastère. [...]. La dévotion des potiers de terre s’explique parce qu’elle lavait elle-même la vaisselle du couvent. On l’invoquait contre les loups ; pour guérir la gale, la teigne et la peste ; pour exorciser les démoniaques39. »

38Radegonde de Poitiers est représentée soit avec les attributs royaux, couronne, sceptre, semis de fleurs de lis sur son manteau, soit avec celui d’une religieuse, livre ouvert à la main. Les insignes royaux jetés à ses pieds rappellent son mépris des grandeurs terrestres. Elle est souvent accompagnée de saint Fortunat et de sa disciple, sainte Disciole.

  • 40 Sources consultées : Réau, 19551959 ; Sébillot, 1968.
  • 41 Réau, 1955-1959.
  • 42 Sébillot, 1968.
  • 43 Communication personnelle, décembre 1996.

39La deuxième, sainte Radegonde de Bretagne, est quasi inconnue40. Seule L’Iconographie de l’art chrétien de Louis Réau la mentionne41. Paul-Yves Sébillot fait part d’une iconographie des saints guérisseurs de la chapelle Saint-Léon citée par Louis Réau, sans préciser le nom des saints42. Dans l’ouvrage de Louis Réau, on apprend simplement qu’« elle aurait été liée par les cheveux à un poteau », qu’on « l’invoque contre le mal de dents » et qu’un groupe en bois peint daté du XVIIe siècle, dans la chapelle Saint-Léon, près d’Uzel dans les Côtes-d’Armor, la représente. Selon le curé de la paroisse d’Uzel, il n’existe plus aujourd’hui de groupe en bois dans la chapelle Saint-Léon43.

  • 44 Sources consultées : Caraffa, 1968, et Réau, 1955-1959.
  • 45 Réau, 1955-1959, p. 1136.

40L’identité de la troisième, Radegonde d’Augsbourg, est l’objet de controverses44. Louis Réau l’appelle Radiane (doublet de Radegonde) d’Augsbourg. Selon lui, Radiane d’Augsbourg était une servante du diocèse d’Augsbourg, dont la légende s’est confondue avec celles de sainte Radegonde et sainte Elisabeth. Elle aurait été assaillie par deux loups qui la dévorèrent. Louis Réau mentionne une gravure sur bois de 1520 de Hans Burgkmair, la représentant45.

  • 46 Caraffa, 1968, p. 1351-1352.

41Selon la Bibliotheca sanctorum où elle apparaît sous le nom de Radegonde de Wellenburg – du nom d’un château des environs d’Augsbourg–, Radegonde est née à Wulferhausen aux environs de 1290, près d’Augusta, où l’on peut encore voir sa maison natale46. Elle est engagée comme domestique au château de Wellenburg et se distingue par l’énergie qu’elle déploie au service des malades d’une léproserie des environs. Elle meurt dévorée par des loups alors qu’elle se rend à la léproserie. Lorsque le seigneur du château de Wellenburg voulut l’enterrer dans le tombeau familial, l’attelage des bœufs qui conduisaient le chariot se dirigea vers la léproserie où elle fut finalement inhumée. Le culte de Radegonde se met en place peu après sa mort. Il est relaté pour la première fois en 1422. Les reliques de sainte Radegonde sont installées sur l’autel majeur en 1492, une église est construite entre 1521 et 1528. Le transfert des reliques est réalisé solennellement en 1691, et elles sont temporairement déplacées à cause des guerres de 1703 et 1796. En 1810, le gouvernement bavarois interdit le pèlerinage sur sa tombe. Les reliques sont alors transférées dans un premier temps à l’église paroissiale de Bergheim, puis avec l’accord du gouvernement le 5 août 1812 à Walberg, où le pèlerinage reprend intensément. Sa fête est célébrée le 13 août, date de sa mort selon les Acta sanctorum des bollandistes. Le 13 août est aussi le jour de la fête de son homonyme Radegonde, reine de France, dont la date aurait été retenue par erreur selon la Bibliotheca sanctorum. La solennité est cependant célébrée les quatrièmes dimanche et lundi après la Pentecôte, date du transfert des reliques en 1691. Le jour de la fête, la statue de sainte Radegonde est revêtue d’habits souabes et a pour attribut des fruits et des pains, symboles de sa générosité. L’iconographie représente la sainte avec les objets inhérents à sa condition de domestique : torchon, balai et seau. La légende veut que les aliments qu’elle avait pour habitude d’apporter aux lépreux se soient par deux fois transformés en ces ustensiles, une première fois lorsque le curé de sa paroisse lui demandait ce qu’elle portait, une seconde fois lorsqu’elle fut assaillie par des loups. Les représentations les plus importantes sont la gravure sur bois de Hans Burkmair l’Ancien, que la Bibliotheca sanctorum date de 1521, les plus récentes se trouvent dans les églises de Hasellbach et de Stätzling. En 1962 et 1963, O. Kobel réalise un cycle de la vie de la sainte dans la chapelle de Radegonde, près de Wellenburg.

  • 47 Source consultée : Caraffa, 1968, p. 1348.

42La quatrième est sainte Radegonde de Chelles (Seine-et-Marne)47. Selon la Vita de sainte Bathilde, reine de France, Radegonde était une de ses jeunes filleules, qui se retira au monastère de Chelles avec elle. Sentant sa mort approcher, Bathilde pria Dieu de faire mourir la fillette avant elle, afin qu’elle ne fût pas exposée aux périls de la vie. Sa prière fut exaucée, et Radegonde fut inhumée dans l’église conventuelle de Sainte-Croix. En 833, le corps de la reine Bathilde, également sainte, fut transféré à l’église de Notre-Dame à Chelles, et l’abbesse ordonna le transfert du corps de Radegonde dans le même lieu. Sainte Radegonde est commémorée par une messe dédiée également à sainte Bathilde, le jour de la fête de cette dernière, et que Mabillon a publié dans ses Annales. Zimmermann la recense dans son calendrier le 28 janvier, tandis que le Martyrologe romain l’enregistre le 26 janvier ; quant à Radegonde, elle n’est pas recensée.

  • 48 Sources consultées : Caraffa, 1968, et Réau, 19551959.
  • 49 Réau, 1955-1959, p. 1134.
  • 50 Caraffa, 1968, p. 1346-1347.

43Enfin, il nous faut évoquer Radegonde de Burgos48. Selon Louis Réau, l’église de Burgos dédiée à sainte Radegonde, honore Radegonde reine de France49. Pour Filippo Caraffa, l’histoire est tout autre. Radegonde était une religieuse du monastère Saint-Paul situé près de la Villa Mayor à Burgos. De retour d’un pèlerinage à Rome, elle se retira dans une cellule adjacente à l’église de Saint-Michel où elle vécut pieusement et saintement jusqu’à sa mort qui survint le 29 janvier 1156. Ses vêtements furent exhumés quelque temps plus tard, puis furent exposés à la vénération des fidèles (l’église et le monastère sont depuis totalement détruits). Un office fut composé en son honneur à Madrid en 163550.

44À la Guadeloupe, le cimetière de Pointe-à-Pitre dispose d’une statue représentant sainte Radegonde (cf. doc. 8). D’une hauteur d’un mètre soixante, la statue est érigée à gauche de l’entrée du cimetière sur une dalle de ciment recouvrant la tombe d’un jeune homme décédé le 25 mai 1841. Grâce à la mention de cette date, on peut affirmer que le culte de la statue en cet emplacement remonte au plus tôt au milieu du XIXe siècle (ce qui ne nous dit rien pour autant sur l’ancienneté du culte, et sur d’autres lieux de culte). Sainte Radegonde est vêtue de blanc, un manteau bleu la protège. Elle fait penser immédiatement à la Vierge, bien que les traits de son visage à peine esquissés, les orbites des yeux et la bouche peints en noir lui donnent un aspect à la fois terrifiant et fantomatique, la différenciant ainsi des nombreuses représentations de la Vierge. Sainte Radegonde se dresse sur une sphère. À ses pieds reposent un serpent de couleur noire et une croix. À ses côtés, deux minuscules statues, qui arrivent à peine à la hauteur de ses genoux, deux jeunes garçons, en position de suppliant, la tête tournée vers le ciel, les bras croisés sur la poitrine. Au pied de cette dalle de ciment sont disposées deux niches permettant de brûler des bougies en vue de solliciter la sainte. Dans un coin est placé un tronc pour recueillir les aumônes. Des bouquets d’arums (Anthurium sp. Schott.), de lavande rouge (Renealmia alpinia [Rotlb.] Maas), d’œillets (Dianthus sp.), sont régulièrement déposés aux pieds de la statue.

Doc. 8. Sainte Radegonde, gardienne des cimetières
(Pointe-à-Pitre, 1996).

Doc. 9. En Grande-Terre, plusieurs oratoires sont adossés à des moulins. Ici l’oratoire dédié à Notre-Dame de la Piéta.
(Port-Louis, 1996)

45La représentation de cette statue est calquée sur celle de la statue de la Vierge miraculeuse de la rue du Bac, à Paris, objet d’un culte très intense de la part des Antillais résidant en France et de ceux qui, de Martinique ou de Guadeloupe, se rendent à des fins de pèlerinage en France. Le culte de cette Vierge miraculeuse est lié aux trois visions que sœur Catherine Labouré, Fille de la Charité de saint Vincent de Paul, eut en 1830 dans la chapelle de la rue du Bac. Lors de chaque apparition, les attributs de la Vierge étaient différents, et chacune a fait l’objet d’une iconographie différente. Lors de la deuxième apparition, le 27 novembre 1830, la Vierge demanda à Catherine Labouré de faire graver une médaille miraculeuse, vendue aujourd’hui dans la chapelle de la rue du Bac, garante du succès des grâces qui lui sont demandées. Lors de cette apparition, la Vierge, vêtue de blanc, était recouverte d’un manteau bleu. Elle était juchée sur une sphère représentant le globe terrestre, foulant un serpent symbole du mal. Des rayons lumineux partaient de ces mains, qui selon l’exégèse de la chapelle de la rue du Bac, représentent les « petits et les faibles » que la Vierge secourt. La statuaire de la chapelle, les statuettes et les images vendues dans les boutiques religieuses de la rue du Bac et de la rue Saint-Sulpice à Paris reprennent les attributs de la deuxième apparition. La statue de sainte Radegonde à la Guadeloupe a modifié quelque peu ces symboles. Le manteau bleu recouvrant la tête de la Vierge accentue son air terrifiant, deux statuettes représentant des enfants font office de gardiens et il n’y a pas de rayons s’échappant des mains de la statue, comme du reste pour la plupart des statuettes de la Vierge de la rue du Bac. Si l’on voulait caricaturer les hypothèses diffusionnistes on trouverait certainement un lien entre la présence des deux statuettes aux pieds de Radegonde et les deux loups d’Augsbourg métamorphosés en gardiens sur le sol guadeloupéen. Ce qui de toute façon ne résout pas la question essentielle de la disjonction entre l’iconographie chrétienne, la fonction et le nom, car a priori la sainte guadeloupéenne n’a rien à voir de par son nom, ses attributs et sa fonction avec les saintes européennes.

46A priori, car une recherche anthropologique et historique face à cette disjonction entre le nom, la fonction et la forme ne peut se limiter à l’étude des sources secondaires que sont les sources imprimées, et à celle de leur iconographie par ailleurs difficile à trouver. D’autres sources sont à solliciter – sources archéologiques, mémoire orale–, d’autres méthodologies sont nécessaires – enquête sur les lieux mêmes des cultes européens dédiés aux saintes Radegonde, en raison de l’absence de reproduction iconographique et des variations d’interprétation des historiens quant à la nature de ces cultes. D’autres hypothèses de travail doivent guider la poursuite de cette recherche sur le possible lien entre la sainte guadeloupéenne et les saintes européennes. On voit là toute la difficulté d’établir un lien entre un saint du panthéon guadeloupéen et un saint catholique européen, si on pose ce lien en termes de filiation.

  • 51 Suivant les textes, les Gédé sont soit uniquement les divinités (loa) des cultes funéraires, soit é (...)

47Une première hypothèse de travail consiste à chercher si le personnage de sainte Radegonde ne serait pas présent dans d’autres îles de la Caraïbe. On pense immédiatement à Baron Samedi, chef de file des « gédé », esprits de la mort du vaudou haïtien51, gardien des morts et des cimetières.

  • 52 Métraux, 1953, p. 244.

48L’autorisation de Baron Samedi doit être requise pour tout recours auprès des morts. Alfred Métraux précise qu’une « expédition » (envoi des morts) ne peut réussir que si le sorcier obtient l’autorisation de Baron Samedi. Pour cela « le boko [sorcier] frappe à trois reprises de son coupeliane la pierre consacrée au dieu en répétant chaque fois son nom. Il est alors possédé par Baron Samedi lequel, s’exprimant par sa bouche, ordonne au solliciteur de se rendre à minuit au cimetière et d’y offrir des bananes et des patates crues hachées menu, devant la croix qui est son symbole. Il lui faudra ensuite prélever une poignée de terre pour chacun des “morts” qu’il désire envoyer et la répandre sur le chemin que sa victime a l’habitude de suivre. Qu’elle touche ou enjambe cette terre, peu importe : les morts pénétreront dans son corps et ne la lâcheront plus. On peut aussi prendre sur des tombes autant de pierres que l’on souhaite envoyer de “morts”. Il faut ensuite les jeter contre la porte de la personne que l’on veut “tuer”52 ».

  • 53 Marcelin, 1947 ; Leiris, 1953.

49Émile Marcelin, puis Michel Leiris, mentionnent le fait que Baron Samedi est également appelé Roi Degonde, qui désigne selon ces auteurs sainte Radegonde, fondatrice du monastère de la Sainte-Croix53. Emile Marcelin rapporte la prière suivante, récitée à l’intention de Baron Samedi, les lundis et samedis, jours qui lui sont dédiés. Ces jours-là, les fidèles se rendent aux cimetières pour allumer des cierges noirs au pied de la croix qui le symbolise.

« Saint Roi Degonde, brave Baron-Samedi, gardien du cimetière, grand Saint, vous avez eu le pouvoir de traverser le purgatoire, donnez à mes ennemis une occupation quelconque, afin qu’ils puissent me laisser en paix. Jésus, qui êtes maître des justices, qui jugez les vivants et les morts, jugez pour moi cette cause de mes ennemis, renversez leurs complots sur eux-mêmes. Croix, sainte croix, sainte croix litanie, sanctifiez les juges, convertissez les pécheurs ; grande sainte Radegonde, reine des âmes du purgatoire pour nous, délivrez-moi de ceux qui me poursuivent, je vous promets un Pater et un Ave, en priant votre âme de me délivrer.
Dieu tout-puissant qui avez souffert la mort sur la croix en particulier pour mes péchés, soyez avec moi, sainte croix de Jésus-Christ, ayez pitié de moi, sainte croix de Jésus-Christ, repoussez de moi toute arme tranchante. Sainte croix de Jésus, versez en moi tout bien. Jésus de Nazareth, ayez pitié de moi, faites que l’esprit malin et nuisible me fuit. Ainsi soit il.
En l’honneur du sang précieux de Notre-Seigneur Jésus-Christ qui peut nous conduire à la vie éternelle, aussi vrai que Jésus-Christ est né la nuit de Noël, qu’il est mort le vendredi saint, sainte croix de Jésus-Christ, repoussez de moi toute atteinte de mort. Sainte croix de Jésus-Christ, préservez-moi des accidents corporels et temporels. Que j’adore Jésus-Christ à jamais. Brave, je remets ma personne entre vos mains, cher Brave, tout est dit » (Marcelin 1947, p. 121).

  • 54 Marcelin, 1947 ; Métraux, 1958.
  • 55 Hurbon, 1994, p. 95.

50Selon Émile Marcelin et Alfred Métraux qui écrivaient dans les années quarante et cinquante, Baron Samedi forme avec Baron Cimetière et Baron La Croix une triade qui, avec Grande-Brigitte, épouse de Baron Samedi, préside à tous les rituels liés aux cultes funéraires et à la mort54. Baron La Croix va chercher les morts chez eux pour les accompagner jusqu’au cimetière, où il est symbolisé par de petites croix en bois ou fer forgé placées sur des cubes de maçonnerie. Baron Cimetière les reçoit au cimetière, il a pour reposoir l’orme. Grande-Brigitte a autorité sur les cimetières où une femme a été enterrée la première. Laënnec Hurbon, dans son ouvrage Les Mystères du vaudou, considère que Baron Samedi est également Baron Cimetière ou Baron La Croix55. Pour tous ces auteurs, Baron Samedi, vêtu d’une redingote noire et d’un faux col, porte un chapeau claque et est symbolisé par la croix située à l’entrée du cimetière ou au point d’intersection de deux chemins dans les cimetières familiaux. La croix symbolise dans le vaudou et à la Guadeloupe la croisée des chemins entre le monde des vivants et celui des morts, le carrefour « trois chemins » (twachimen), « quatre chemins » (katchimen). À ces croisements sont déposées les préparations maléfiques destinées à être enjambées par les personnes à qui sont destinées des agressions sorcières.

51La croix serait-elle le signifiant qui permet d’établir un lien pertinent avec la sainte de Poitiers ? La relique de la Croix tient une place importante dans le culte de sainte Radegonde de Poitiers. Au pied de la gardienne des cimetières à la Guadeloupe, se trouve une croix à l’intérieur du cercle formé par le serpent lové sur lui-même, et c’est bien de croix dont il est question dans les deux prières récitées aux Antilles. La prière pour sainte Radegonde de Guadeloupe, qui mentionne plusieurs croix, n’est que le premier paragraphe de celle pour le Roi Degonde, qui est suivi d’une invocation à la Croix du Christ.

  • 56 Herskovits, 1937.

52Le nom, la fonction et l’iconographie de sainte Radegonde à la Guadeloupe opèrent une complète disjonction avec leurs équivalents européens. Rien dans l’hagiographie des sainte Radegonde européennes, sauf peut-être la relique de la Croix, ne permet de faire le lien avec le culte rendu à Pointe-à-Pitre, la fonction de la sainte guadeloupéenne n’existant pas dans le catholicisme européen et l’iconographie de celle ci demeurant celle d’une représentation de la Vierge. Ce hiatus aux niveaux du sens, de la forme et de la fonction nous autorise à parler de vision du monde créole, et non pas de catholicisme populaire, ni même de réinterprétation – dans un cadre de pensée africain pour s’exprimer comme M. J. Herskovits56. Analyser les recours médicaux et religieux en termes de vision du monde nous amène ainsi à rejeter la notion de réinterprétation – toujours entachée d’une idéologie quant à l’origine du système décrit, considérée comme catholique ou africaine suivant la position intellectuelle et idéologique du chercheur qui l’examine. Si l’on utilisait le concept de réinterprétation, on devrait être en mesure d’analyser ce qui a été réinterprété : le nom d’une sainte, une iconographie catholique, une catégorie de pensée africaine ou européenne. Or ici, on est face à un phénomène de création totale. Qu’est-ce qui de l’iconographie, du nom, de la fonction a été réinterprété ? Le cas de sainte Radegonde n’est pas unique, d’autres saints du panthéon guadeloupéen se prêteraient à une analyse du type de celle que je viens de proposer.

LE GADÈDZAFÈ : LA MAÎTRISE DU MONDE DES MORTS

La passion de soigner : le don et le secret

  • 57 Favret-Saada, 1977, p. 46.

53L’exercice des thérapeutiques est conditionné par la possession de secrets ou d’un don dont les garants sont les saints. Aucun thérapeute ne dit qu’il a un don. Le don ne s’énonce qu’à la troisième personne : « il a un don » (I ni an don), « il a un secret » (i ni sèkrè a-y), expressions souvent entendues mais dont le sens fut long à mettre au jour. Le don est véritablement « la borne de l’informulable57 ». La personne qui a le don déclare qu’elle « doit aider, que c’est comme ça, qu’on ne peut rien y faire », ou qu’elle a fait un rêve. Dire qu’on a le don, c’est risquer de le perdre.

  • 58 Favret-Saada, 1977 ; Camus, 1988.
  • 59 Camus, 1988.

54Les thérapeutes les plus techniciens, qui ne manipulent pas le monde des esprits, ont des secrets sans avoir pour autant le don de guérison permettant de traiter tous les maux. Jeanne Favret-Saada et Dominique Camus précisent cette distinction dans le cadre de leurs recherches sur la sorcellerie dans la Mayenne et dans la région de Dinan58. D. Camus propose de considérer le secret comme une pièce d’un puzzle qui permet d’agir pour un fait précis, mais ne permet pas de traiter un ensemble plus vaste et général où de multiples secrets sont à l’œuvre comme dans un processus de sorcellerie59. Le secret, à la Guadeloupe, est la connaissance de formules ou d’incantations en vue de solliciter l’aide d’un saint afin de traiter un mal précis. De celui qui possède un secret on dit qu’il conjure (i ka konjiré), car la technique de soins utilisée, un signe de croix sur le mal par exemple ou la préparation d’un thé, n’est efficace que si elle est accompagnée de prières.

  • 60 Ducosson et al., 1981, Hurbon, 1981a.

55D’autres thérapeutes, outre le fait qu’ils conjurent, manipulent à des degrés divers le monde des esprits. En plus de « secrets », ils possèdent un don. Un don se reçoit en rêve, qu’il se soit manifesté tout seul, qu’il ait été transmis, ou qu’on l’ait cherché : « on m’a dit que » (yo ka di mwen). Le terme de « don » en créole désigne deux réalités différentes. Il existe parmi les thérapeutes, d’une part, des thérapeutes considérés comme tels, qui auraient reçu le don à la naissance, et d’autre part les charlatans (« il couillonne les gens », i ka kouyoné moun) qui sont devenus thérapeutes sur le tard par simple volonté, suite à une série d’épisodes de maladies et/ou de problèmes personnels, ou après avoir « cherché un don ». C’est à ce niveau qu’il importe de distinguer l’origine du discours et de se demander qui parle : un thérapeute de sa propre expérience, un voisin de thérapeute, la communauté ? Les représentations et pratiques liées au don s’organisent en fait autour de deux systèmes : un système de persécution par un voisin, un membre de la famille ou un esprit se traduisant par les signes du don ; et un système de vocation, d’élection, où des esprits, un saint, viennent offrir à l’individu la possibilité d’exercer60.

56Des épisodes de maladie peuvent être interprétés comme un signe d’élection : s’ensuivent une initiation et un apprentissage, qui ne débouchent pas pour autant sur la pratique. Les signes du don se manifestent le plus souvent chez les femmes au moment de la puberté ou de la ménopause, chez les hommes vers la quarantaine parallèlement à l’apparition de troubles sexuels.

57Dans un entretien, Georgette, qui essaye de s’installer comme thérapeute mais dont on dit dans la commune « qu’elle a les mains sales » ou que ce n’est pas sérieux, raconte le rêve pendant lequel elle a reçu l’ordre d’exercer. Quand je l’ai retrouvée huit ans plus tard, elle avait construit un oratoire dans son jardin mais n’exerçait plus, et avait rompu tout lien avec le voisinage qui l’accusait de sorcellerie. Deux ans après, elle détruisait l’oratoire. Voici transcrits les propos qu’elle tenait lors de son initiation en 1987 :

58Question : « Mais ça, t’as su comment que tu devais les avoir ces quatre-là [les quatre statues de la pièce de travail] ?

59Réponse : On m’a donné ça, il était [hésitations] une heure moins le quart du matin.

60Q : Mais en rêve ou... ?

61R : En rêve.

62Q : Ou quelqu’un est venu te dire ?

63R : Non, en rêve, j’ai vu la personne. Et je sais même pas, mais mon mari sait. I pa vwé ki moun [il n’a pas vu quelle personne], il n’a pas vu la personne. Mais quand il m’a vue en train de parler et de faire toute chose, et lorsque je dormais elle voulait me tenir. Mais il a dit kon si di [comme on dit] on a frappé, retiré ses mains. Et il m’a laissée, il m’a dit, j’avais des démonstrations, je pleurais, je faisais tout, et après il m’a vue é an té kon sa : an réisi, an réisi, an réisi [et je criais : j’ai réussi, j’ai réussi, j’ai réussi]. Je faisais toute la maison, vrai je faisais toute la maison, an réisi, an réisi, an réisi [j’ai réussi, j’ai réussi, j’ai réussi]

64Q : An réussi ça veut dire j’ai réussi ?

65R : Ouais, il m’a dit qu’est-ce que tu as réussi ? An di sa pa zafè a-w [cela ne te regarde pas].

66Q : Sa pa zafè, ça veut dire ?

67R : C’est pas ses affaires.

68Q : Oui, ça ne te regarde pas.

69R : Oui, et dans deux semaines, je me suis acheté tout ce qu’on m’a donné à acheter.

70Q : On t’a donné les statues ? Le mètre, c’est pour faire quoi ?

71R : La table, toute chose. On m’a donné tout ce qu’il faut faire, tout ce qu’il faut dire.

72Q : Le mètre, il sert à quoi ?

73R : Il faut pas dire parce que c’est... Quand la maison sera terminée je vais m’attaquer, parce que, y a deux personnes qui m’a dit faut faire. Si je vais, si je voulais me rester tranquillement, et avoir quelque chose de supplémentaire, il faut que je le fasse. Et vraiment c’est une chose qui rapporte mais je n’ai pas prié pour ça. Je suis pas demandé.

74J’ai pas fait des pèlerinages, c’est devenu naturel.

75Mais de mon côté je préfère aller au bal [rires]. Et quand on fait ça il faut pas aller à la danse. On peut y aller, mais c’est pas tous les jours. Et par contre moi j’aime danser. Alors c’est la raison pour laquelle je suis entre deux eaux. Mais comme je vois y a vraiment des difficultés, et c’est pas une chose de mauvaise communication, c’est une chose de bonne communication, donc demain ou après je serai dans le bain.

76Et c’est à ce moment là aussi, je connais aussi beaucoup de médicaments parce qu’on me guide, on me montre.

77Q : Dans tes rêves ?

78R : Oui, oui. Je, y a des certains pépins que je vois, je dis le lendemain à quelqu’un selon.

79Q : Y a des certains quoi ?

80R : Des certains pépins que je vois qui...

81Q : Peuvent arriver...

82R : Qui peuvent arriver quelqu’un ou quelqu’une. Je dis bon faire attention [...]. Si je dois trouver quelque chose devant ma porte, je sais quand je dors. Que ce soit la journée, ou le soir. Si je voyage, je sais que je vais trouver quelque chose sur le chemin. Soit or, soit un accident, soit je vais trouver quelqu’un que ça fait longtemps que je ne l’ai pas vu. Tu peux croire. Si je te dis ça, tu peux croire que c’est vrai.

83Y a beaucoup de gens qui sont déjà venus près de moi. J’avais donné à plusieurs personnes. » Georgette, en initiation, 1986, Petit-Bourg.

84Les signes du don peuvent être une « garantie de travail » pour un temps déterminé. Le don n’est alors octroyé que pendant une certaine période fixée dans le rêve :

« Avant j’allais regarder mes affaires, on me disait tu as un don qui vient, il ne faudra pas le refuser. Avant de rentrer en religion [devenir témoin de Jéhovah], j’avais fait un rêve, j’avais laissé tomber le “travail” pendant Jéhovah. J’ai arrêté Jéhovah et recommencé. On te dit le nombre d’années. Quand tu as commencé un “travail”, il faut achever. Plus tard j’aurai le droit de donner des remèdes. » Danièle, 40 ans, tire les cartes de temps en temps, 1987.

85Pour les profanes, « un don à durée déterminée » est le signe d’un pacte avec le Malin. Le discours à la troisième personne est, là aussi, un discours négatif qui concerne soit le mal, soit les signes du don. Aucun thérapeute ne parle de don déterminé. Seules les personnes qui ont les signes du don ou exerçant bon an mal an (c’est le cas de Danièle) en parlent.

86Ceux qui « cherchent un don » ne le formulent pas tel quel. Comme on l’a vu dans l’extrait précédent, le souci de mettre en avant l’octroi du don prime plus que la recherche. Les discours sont à la troisième personne du singulier : on dit de quelqu’un qu’il cherche un don ou qu’il « est en vœu » (sé an don i ka chèché, i an vé). C’est l’entourage qui pense que telle ou telle personne, de par les vêtements qu’elle porte, les conduites de vie qu’elle adopte, les pèlerinages qu’elle fait, « cherche un don » ou « est en vœu », c’est-à-dire demande aux saints, lors de pèlerinages, un don. Les vœux sont les mesures que l’on se propose de respecter en échange du don accordé par les saints : porter des sous-vêtements blancs, manger du riz blanc, ne pas danser, ne pas se rendre dans un cimetière, jeûner, accomplir des neuvaines ou des pèlerinages, porter des vêtements de couleur marron pour saint Joseph, blanc pour l’Immaculée Conception, et bleu pour la Vierge.

87Léa, frotteuse et matrone, a demandé, en échange d’un vœu à des saints (porter une robe blanche et aller à l’église), la possibilité pour elle et sa fille d’être gadèdzafè. Elle n’a pu le devenir car son fils partait en France. On peut en fait se demander si elle n’est pas restée frotteuse et matrone parce que sa famille ne comprenait pas de gadèdzafè : la mère et la grand-mère de Léa étaient uniquement matrones.

  • 61 « Manman mwen té ka fwoté, men sé pa manman mwen ki montré... ban m wen fwoté, sa sé mwen menm, sa (...)

« Ma mère frottait, mais ce n’est pas elle qui m’a montré... qui m’a donné, ça c’est moi, c’est eux, ce sont mes saints qui m’ont donné le frottement. Bon ! Et j’ai appris à frotter alors, je me frottais moi-même pour voir si mon travail... marchait bien61.

88Alors j’ai commencé avec mes enfants. Alors, quand ils étaient malades, au lieu de les envoyer chez quelqu’un d’autre, alors je les frottais. Alors j’ai appris à “lever la blesse”. Je sais comment est quelqu’un qui n’est pas “blessé”, je réunis deux personnes. Alors je commence par passer les mains sur elle, et je manipule tous ses os, tous ses os pour voir comment sont ses os. Je manipule tous ses os, ses épaules, “l’estomac”, etc. Je touche bien ses côtes, ses reins, tout son corps. Bon !

89Après, je me tourne vers celle qui est malade. Alors je frotte, je fais attention depuis derrière ses oreilles jusqu’à ses bras et toutes ses côtes. Je regarde à la fois celle qui n’est pas “blessé” et celle qui l’est. C’est ça mon travail.

90Question : Ta mère savait frotter ?

91Réponse : Ah oui ! elle savait frotter.

92Q : Et comment avait-elle appris ?

93R : Et bien, elle c’était... C’était son métier. Elle fait ça depuis long temps, depuis qu’elle était toute petite. Elle ne frottait pas comme moi, parce que moi, je frotte plus... Ma mère c’est lanmè qu’elle frottait. Elle faisait les accouchements.

94Q : Ah ! c’était une matrone ?

95R : Oui, donc, elle... Tu as fais un enfant, lanmè n’est pas en place ? Alors tu as mal. Elle te prenait par les pieds qu’elle calait contre ses reins et les soulevait jusqu’à... au ventre. Tu entendais le ventre qui faisait “djoï” quand il se mettait en place et tu le sens là maintenant, tu sens ton ventre.

96Mais à part ça, je ne... Elle ne frottait pas comme moi je frotte. Je frotte “la blesse”, je frotte tout et je donne des loch aux gens, je leur donne des remèdes, je leur donne différentes choses. C’est comme ça que j’ai appris à frotter. C’est mon travail.

97Q : Et qui a montré à ta mère ?

98R : Ma mère, elle frottait depuis qu’elle était jeune. Je ne sais pas qui lui a montré parce que ma mère, elle était indienne.

99[...]

100Question d’une tierce personne (Q2) : C’est ça qui est bizarre, si ta mère a appris à frotter et que sa mère ne savait pas frotter.

101R : C’est pas bizarre. Le frottement, on le donne, c’est la tête.

102Q2 : Oui, oui.

103R : Comment t’expliquer. Toi-même tu peux frotter. Voilà, cet enfant veut frotter, madame veut frotter, elle frotte. Elle prend l’enfant qui n’est pas “blessé”, elle l’étend sur un lit. Elle le regarde, elle le frotte depuis derrière ses oreilles, et elle descend jusqu’à ses côtes là. Alors quand tu regardes les côtes, tu les vois, tu es sûre que toutes tes côtes sont bien. Tu n’as pas de côte luxée, tu n’as rien quand tu n’es pas “blessée”. Tu sens ton “estomac” comme il est là. Il y a une petite pointe, une petite pointe.

104Q : C’est ça que l’on appelle le “bouquet” ?

105R : “Bouquet”. Alors tu vois, tu te mets là. Tu viens, tu touches, tu vois qu’il est déplacé, tu le manipules. Tu sens, tu vois le mien bien que j’aie été opéré... le mien là, et bien que j’aie marché toute une journée... Je sens qu’il doit te faire un peu mal. Il est penché. Mais, tu sens ces os là, moi je ne suis pas « blessée ». Bon ! Quand tu le prends comme ça, tu vois il est droit. Il n’est pas déplacé, il n’y a rien quand quelqu’un n’est pas « blessé ».

106Q2 : Il y a une petite articulation sur cette côte-là ?

107R : Sur tes reins là, tu vois il y a deux petits trous sur tes reins. Quand on va pour les frotter, tu les frottes, si tu peux enfoncer ton pouce, c’est qu’ils sont ouverts. Mais s’il ne s’enfonce pas...

108Q : Ce n’est pas ouvert.

109R : Ce n’est pas ouvert. C’est comme ça que j’ai appris à frotter et c’est comme ça qu’ils m’ont dit de faire pour frotter.

110[...]

111R : Si ce n’est pas un saint qui te donne quelque chose, si ce n’est pas un mort qui te donne quelque chose en rêve... Mais tu as une bonne âme, il peut t’indiquer quelque chose. Avant lorsque j’allais à l’église, je voulais être gadèdzafè, je faisais ça parce, lorsqu’ils m’ont présenté l’enfant en rêve, ils ont donné un tablier à l’enfant, un livre dans ses mains, une assiette blanche et une bougie.

112Quand cela est arrivé, il s’apprêtait à partir en France. Je suis allée le voir et je lui ai dit : « On est venu me donner un travail, mais il faut que tu travailles avec moi parce que je ne lis pas, je n’écris pas, il faut que tu travailles avec moi. »

113Il m’a répondu : “Pas moi maman”, il avait déjà en tête l’idée d’aller en France. Peut-être que si c’était maintenant, il prendrait. Mais il avait déjà envie de partir. Il était jeune encore, il me disait qu’il ne le ferait pas. Il partit en France. Alors quand ils sont revenus me le proposer, alors j’ai refusé le travail, je ne l’ai pas fait.

114Q : Pourquoi tu l’as refusé ?

115R : J’ai refusé parce que je ne sais pas lire, ni écrire. Quand quelqu’un serait venu, si c’est pour une maladie et que je ne lise pas, je ne peux pas regarder le livre que l’on m’a donné.

116Q : Mais on n’a pas besoin de livre pour être gadèdzafè ?

117R : Il faut avoir un livre.

118Q : Ah oui ?

119R : Il faut un livre.

120R : Quel livre ?

121R : Parce que lorsqu’ils ont un livre, le livre qu’ils te donnent. Quand ils viennent te présenter le livre, et bien il faut que tu regardes le livre. Mais ce livre là on ne te le donne pas, comme par exemple le sac de madame, ils ne font que te donner le sac. Mais toi lorsqu’ils viennent, qu’ils te le donnent, sur le livre qu’ils te donnent tu vois le modèle et tu peux alors acheter le modèle du livre. Et tu te mets en vœu pour pouvoir faire ton travail.

122Q : Qu’est-ce que c’est un vœu ?

123R : Le vœu. Bon, alors, tu fais ça, tu vas à la messe. Si ce sont les saints qui te l’ont donné, il faut que tu ailles à la messe, il faut que tu portes une robe blanche. Tu jeûnes pendant six mois, tu ne manges pas de tout, tu ne fais pas l’amour, tu ne fais pas la fête. Tu fais selon les indications des saints, du Bon Dieu.

124Q : Pendant six mois ?

125R : Pendant six mois ou trois mois, suivant ce qu’ils te donnent, ce sont eux qui te donnent le vœu.

126Q : Est-ce que l’on porte une robe bleue après la robe blanche ?

127R : Soit blanche, soit bleue.

128Q : Et une robe marron.

129R : Non, c’est seulement s’ils te l’ont dit. Tu as pris le vœu et quand tu... C’est toi-même et quand tu te rends, comme on dit, tu vas vers un prêtre qui te donnera ce qu’il faut pour le “travail”. Alors c’est le prêtre qui t’indique pour la robe quand tu vas le voir, c’est lui qui te dira que c’est tel saint qui t’a donné le “travail”. Alors c’est lui qui sait pour le vœu. Tu lui dis que tu as déjà pris trois mois, que tu veux changer de vœu. C’est lui le prêtre qui sait quel vœu on t’a donné.

130De même que le chapelet, ce n’est pas n’importe quel chapelet, ce n’est pas n’importe quel chapelet que tu achètes pour prier Dieu. C’est lui qui t’indiquera lequel tu dois avoir pour prier dès lors.

131Q : Et c’est quel saint qui t’a donné le frottement ?

132R : Alors moi-même je ne peux pas te dire les choses concernant le saint. Je ne peux pas te dire parce que je n’ai pas eu de contact avec lui. Je n’ai pas eu de contact avec lui depuis qu’il est venu parce que depuis qu’il est venu... J’étais toujours malade, j’étais toujours malade, toujours malade. Alors il est venu, je disais au Bon Dieu : “Tu me donneras un travail un jour” ? Mais ce n’était pas ce travail là que je réclamais dans ma souffrance. Alors je tombais dans le “travail”, je tombais dans le “travail”, je me donnais des coups, j’étais toujours malade, toujours malade. Alors j’ennuyais sans arrêt le Bon Dieu. Mon saint c’était saint Michel, c’était aussi saint Joseph. C’est maintenant que je sers Jésus, que je sers Jésus. Mais avant c’était saint Michel, saint Joseph, je... Toutes les matrones allaient à l’église, ce que je faisais. Alors je ne peux pas te dire si c’est saint Joseph qui me l’a donné, si c’est Michel, lequel, je ne peux pas te dire. Mais je sais que c’est les saints qui me l’ont donné en rêve, mais j’ai refusé, je ne l’ai pas pris. » Léa, frotteuse, Lamentin, 1987.

La transmission et la circulation du don : des familles de thérapeutes

133Les thérapeutes ont le souci de présenter leurs pratiques comme innées. Dans un premier temps, ils contestent l’existence d’un apprentissage (« c’est venu comme ça, c’est venu tout seul, c’est naturel, on m’a dit de faire »). Ce n’est qu’au bout de plusieurs entretiens qu’on s’aperçoit que les thérapeutes qui n’en restent pas aux signes du don sont ceux dont l’entourage familial comprend plusieurs thérapeutes. Les thérapeutes nient en général la possibilité d’un apprentissage auprès de leur mère ou de leur père même si ces derniers étaient thérapeutes. La plupart disent avoir appris auprès d’une tante maternelle pour les femmes ou d’un oncle paternel pour les hommes ou mettent en avant l’existence d’un don pour distinguer leurs techniques de celles de leurs parents qui n’auraient été que matrone, conjureur. L’apprentissage peut se dérouler auprès d’un gadèdzafè réputé qui initie collectivement quelques élèves. La mise au jour et l’établissement de généalogies de thérapeutes au sein d’une famille permettent de voir qu’il y a reproduction sociale des savoir-faire même si elle est niée dans le discours.

134La prédisposition de naissance (« un ange est passé alors que j’étais encore dans le ventre de ma mère », an lanj pasé, lè an té an vant a manman mwen), est inscrite sur le corps par des signes : verrues près du nez, sur les orteils, le dos, la tête, les oreilles, la main, une dent anormalement petite ou grande, une cicatrice sur les doigts, une pilosité particulièrement abondante, ou par les conditions de la naissance (naître coiffé, naître jumeau). Cette prédisposition est suivie d’un apprentissage auprès d’un aîné, puis confirmée par les signes du don : « J’ai comme deux dons, celui de la naissance et celui d’après » (an té fèt doub).

  • 62 Georges, 55 ans, gadèdzafè ; Vieux-Habitants, 1987.

135Les thérapeutes reçoivent l’ordre d’exercer lors d’un rêve : « On m’a dit de faire » (yo di mwen fè). Le pronom indéfini « on » (yo) renvoie aux saints ou aux esprits des morts. Ce type de rêves pendant lesquels se manifestent les saints et les esprits est appelé « communication » (kominikasyon). Le don reçu au cours du rêve est celui d’un autre thérapeute qui n’est pas forçément celui qui a initié : « On te dit comment il faut le laisser. Tu dois le remettre à quelqu’un d’autre. Mais toi tu ne le donnes pas. Je le remets à quelqu’un en rêve. On le remet en rêve, on ne voit même pas la figure de la personne qui le reçoit62. » Du fait même qu’il ne se donne pas du vivant, mais se remet une fois le donneur décédé, le don renforce les liens entre les vivants et les morts :

« Il faut le remettre. Si la personne meurt tranquillement, elle le remet, elle le donnera en rêve, en songe, sinon il la gênera. Quand tu vas devant Dieu, Dieu n’a pas besoin de ça. Il faut être net et propre. Dieu donne ça pour le “travail”. Si la personne meurt dans un accident, elle ne pourra rester ainsi. On n’enterre pas avec un dentier, de l’or. Ce sont des dons aussi. C’est une chose collée sur toi, c’est une chose que tu portes comme un anneau. » Georges, 55 ans, gadèdzafè, Vieux-Habitants, 1987.

136Si d’aucuns « cherchent un don », ceux qui le reçoivent le présente plutôt comme une contrainte (« je ne voulais pas faire ça »), ou au mieux comme une compromission (« je ne voulais pas être matrone comme ma mère, on m’a donné le frottement »). Refuser d’exercer, c’est risquer de devenir fou, et nombreux sont les cas de folie dont on rend compte de cette manière. Par ailleurs, les prescriptions du rêve doivent être suivies au pied de la lettre sous menace de perdre une partie des pouvoirs donnés par les saints.

137Léa précise ce qui peut arriver si on ne suit pas les instructions du rêve :

  • 63 Temple dédié à la divinité hindoue Malyémen à Changy, commune de Capesterre.
  • 64 « [...] A mé wi, an pé pa pou li baw don-la. Sé pou pa di-w kon sa lesprisen ki ka rété ki ba-w don (...)

« Ah mais oui, mais je ne peux pas te donner le don à sa place [à la place du saint], ça ne se passe pas comme ça. Il faut que tu lui sois fidèle pour qu’il te donne le don. Il faut, comme on dit... Tu as un homme. C’est avec lui que tu t’es mariée mais il ne faut pas que tu aies d’autres hommes dehors. Bon ! Si tu es chez toi et que tu n’es pas mariée, tu es chez toi toute seule, il ne faut pas que tu aies d’autres hommes. Il ne faut pas que tu en aies d’autres parce que c’est lui [le saint] qui va rentrer sur toi à ce moment-là, c’est lui qui est le maître de ta volonté, ton souffle c’est de lui que tu l’as, c’est lui qui te digère pour t’envoyer faire. Alors il ne faut pas que tu aies en tête l’idée d’un homme. Sauf si le jour où il vient te donner un “tra vail”, il te donne tel “travail” et il te demande de te marier. Alors lorsqu’un homme vient te parler, c’est que c’est lui-même qui l’a envoyé. C’est le pilier qu’il te donne pour que tu te maries. Il ne faut pas que tu refuses, ta com munication sera coupée. S’il te donne le don, tu “travailles”, et il peut te donner le don pour faire des remèdes, pour donner aux gens des remèdes.
Parce qu’il y a une fille à R., au temple de Malyémen à Changy Capesterre63. Elle était toujours malade, toujours malade. Elle avait été à Capesterre, à Capesterre. On lui a donné des remèdes et le don. On lui avait présenté un Indien pour qu’elle l’épouse. Elle a répondu qu’elle n’épouserait pas un Indien, parce qu’elle est créole. Cette fille, elle avait la couleur de la peau de cette dame. Elle a dit qu’elle n’épouserait pas un Indien, qu’elle n’épouserait pas un Indien. Mais elle “travaillait”, elle “travaillait”, elle disait des choses vraies, elle disait des choses vraies. Mais comme elle n’a pas épousé l’homme qu’on lui avait donné, elle ne donnait même pas une feuille de corossol ; elle avait déplu au saint. Le saint avait dit : “Le Bon Dieu ne fait pas de jugement, puisque tu en fais à ton aise, et bien travaille. Tu “travailles”, tu vas chez elle, un malheur peut t’arriver, si un malheur risque de t’arriver, elle te le dira. Mais s’il s’agit de te protéger, elle ne peut pas te donner le remède. Mais elle te dira tout ça, tout ce qui doit t’arriver, elle te le dira. Elle te dira, elle t’expliquera toutes les choses, mais elle ne pourra pas te prescrire un remède. C’est seulement avec les saints qu’elle “travaille”, elle te dira de prendre, de mettre une lumière, de prier Dieu64. » Léa, matrone et frotteuse, 60 ans, Le Lamentin, 1987.

Une séance de divination

138Les relations entre le monde des vivants, celui des morts et les saints sont assurées par le gadèdzafè. Il est sollicité quand il s’agit de rechercher l’agent et l’origine de la maladie. La maladie est alors interprétée comme résultant d’un déséquilibre familial ou social. Gadèdzafè est le terme du créole guadeloupéen qui correspond à celui de « quimboiseur » (kenbwazè) à la Martinique. Le terme « quimboiseur » est utilisé à la Guadeloupe dans des contextes très précis qui recouvrent deux niveaux de langue. Ce terme a été popularisé dans l’île par le quotidien France Antilles qui appartient à un groupe financier français, dont la direction pour l’édition antillaise est martiniquaise. Ce journal l’utilise pour parler des scandales qui ne manquent pas d’éclater régulièrement dans l’île à propos des agissements de tel ou tel gadèdzafè. Quand les Guadeloupéens utilisent le terme « quimboiseur », c’est pour parler de la sorcellerie à titre de patrimoine ou de folklore local, et non pas comme système de communication et d’explication de la maladie.

  • 65 Glissant, 1963.

139É. Glissant a présenté dans plusieurs de ses romans le « quimboiseur » comme un nègre marron désertant la plantation, symbole de la culture antillaise dans sa résistance à l’assimilation française. Dans Le Quatrième Siècle, Melchior est le kenbwazè marron dont le grand-père a fui la plantation par opposition à Anne, descendant d’un esclave qui est resté sur la plantation65. Le « quimboiseur », dans ce contexte est le symbole de la résistance au maître blanc. Le terme “quimboiseur” est ainsi considéré comme plus noble que celui de gadèdzafè et est utilisé à la place de ce dernier par les intellectuels guadeloupéens.

  • 66 Cette pratique se retrouve en France dans la région de Dinan (Camus, 1988).

140Dans un système de représentations et de savoir sur le corps, qui considère l’origine de la maladie comme exogène, le gadèdzafè a pour mission de retirer le mal, de le rejeter en l’annihilant ou en le renvoyant à celui qui en serait à l’origine, de refermer le corps en protégeant à la fois le corps et l’espace habité, et de réinstaurer, parfois en les coupant définitivement, les liens avec l’entourage et le monde des morts. Le gadèdzafè opère par divination, ainsi du « sommeil » des dormeuses qui connaissent un état de conscience altéré après qu’on leur a apporté un linge de la personne malade (i ka dòmi)66. L’action du gadèdzafè se déroule en plusieurs étapes : diagnostic de la maladie, « travail » (travay) et prescription. Dans les cas les plus difficiles, le gadèdzafè était amené à conseiller au patient de quitter la Guadeloupe pour s’installer en France, les esprits ne traversant pas l’océan, prescription aujourd’hui inefficace en raison de l’importance de l’immigration guadeloupéenne vers la métropole.

141Je vais présenter, une séance lors de laquelle j’accompagnais une jeune femme qui venait consulter pour sa belle-sœur, hospitalisée dans une maison de convalescence. J’ai choisi cette séance qui montre comment la restauration de l’état de santé passe par une purification de la malade et de sa maison et par la désignation d’un agresseur. À la fin de la séance, la gadèdzafè a entamé une série de divinations pour la patiente et pour moimême. La gadèdzafè consultée est une jeune femme « qui dort ». Le saint protecteur parle par sa bouche une fois qu’elle est entrée en transe. La patiente dialogue alors avec le saint. À la fin de la « communication », la gadèdzafè se réveille, se fait répéter les propos du saint pour les commenter.

142La consultation a lieu dans la « chapelle » de la gadèdzafè qui est une des pièces de son imposante villa, éloignée du centre du bourg. La gadèdzafè s’assied face au mur devant une petite table sur laquelle on trouve d’épais cahiers « Clairefontaine ». Sur le mur en face de l’autel, un crucifix est au centre de plusieurs chromolithographies (cf. photo 8). Au-dessus du crucifix, se trouve L’œil de Dieu qui domine La main puissante. Sur les côtés de La main puissante sont placés à gauche, saint Pierre et saint Michel terrassant le dragon, à droite saint Joseph tenant l’enfant Jésus, et saint Paul. À gauche du crucifix est disposée une chromolithographie représentant saint Pierre et saint Paul au-dessus du Vatican, à droite, saint Antoine tenant l’enfant Jésus. Au pied du crucifix, une chromolithographie représente le Sacré-Cœur de Jésus. Sur l’autel se trouvent une boule de cristal, deux statues de Notre-Dame de Lourdes et une du Sacré-Cœur de Jésus. Sur le mur à droite de l’autel, une figuration de la Cène, ainsi que trois autres chromolithographies, l’une montrant saint Georges, une autre la Vierge, une troisième Notre-Dame du Perpétuel Secours. D’autres chromolithographies, tels des collages, recouvrent des pans d’autres murs. Une bougie est allumée, un bouquet de ki-vivra-véra-fimèl, au feuillage vert tacheté de jaune, protège des esprits des morts. Plusieurs ouvrages sont posés sur un coffret : un missel, les Petits Secrets merveilleux pour aider la guérison de toutes les maladies physiques et morales de l’abbé Julio, le Recueil des 44 prières (double), Les Prières du croyant éditées à la Martinique.

143Après une discussion préliminaire avec la consultante, la séance de divination commence. La gadèdzafè parfume avec de l’encens la consultante et plus particulièrement ses pieds. La patiente est assise près d’elle. Je suis assise dans un coin de la pièce en retrait, je ne vois la gadèdzafè que de dos. Elle me demande de décroiser les pieds pour ne pas gêner la « communication ». La gadèdzafè s’assied devant sa table de travail, appelle le saint dans une langue étrangère et lui demande d’aller visiter Maggie à l’hôpital de Papaye. Elle tend les mains vers le ciel, inspire fortement et donne trois coups de tête en arrière.

144« Gadèdzafè : Expliquez-moi les choses au nom du grand maître (La gadèdzafè inspire, bascule la tête, éternue.) Allez visiter la chambre n° 12 à Papaye, saint Claude. Remettez les médicaments à la chambre n° 12 à Papaye (La gadèdzafè respire fortement, se tait, donne des coups de tête puis gémit, elle entre dans un état de conscience altéré). Le rituel d’introduction a duré une dizaine de minutes.

145Le saint : Salut, salut.

146Consultante : Ne me cachez rien.

147Le saint : On ne vous cache rien, la personne est malade, je n’ai rien à cacher, je m’occupe des affaires. Quelle est l’adresse ?

148C : L’adresse, c’est derrière l’usine Beauport.

149(La gadèdzafè éternue, halète.)

150C : Entrez, pénétrez.

151S : Le terrain n’est pas bon, la maison envoûtée, le terrain envoûté. Vous êtes déjà allée à un endroit pour elle ?

152C : À Saint-François.

153S : Avezvous compris ?

154C : On a vwayé [envoyé] les saints, c’est tout.

155S : Qui ?

156C : Man (Madame) Rose.

157S ; Un pèlerinage ?

158C : Non.

159S : Ce n’est pas complet et... [puis prononce quelques mots dans une autre langue]. Trois morts surveillent cette dame, cette maison depuis l’entrée. La maison est ébranlée et secouée. Les saints n’ont pas fait un nettoyage complet. Elle a une grande fille.

160C : Oui.

161S : Où ?

162C : Elle travaille à Pointe-Noire, je ne sais pas. Une autre grande fille en France.

163S : En France, pas à la Guadeloupe ?

164C : La fille fréquentait un garçon mais ils ne se sont pas mariés. La mère du garçon a essayé de chasser la fille. Elle ne voulait pas entendre parler de la famille. Elle pensait que la maman faisait des maléfices au garçon.

165S : On brûle quelque chose sous le nom de cette dame pour une raison de monsieur. Où est le mari ?

166C : Il est dans la maison.

167S : Le monsieur n’a pas eu une accident, une brûlure ?

168(La gadèdzafè tape sur la table.)

169C : Son fils a failli.

170S : C’était pas pour lui. Il y avait un mort sur un arbre près de la maison.

171(La gadèdzafè éternue.)

172S : La maladie est très grave, c’est tansyon, les quatre opérations sur elle, du sucre, elle en fait un peu. Elle a un peu de graisse dans son sang près du coeur, elle est embêtée, elle a un problème de cerveau à cause d’un garçon.

173C : C’est Paul.

174S : C’est un garçon, les cheveux roux ?

175C : C’est lui.

176S : Elle est malade à cause du garçon. Il y a tellement de choses. Cette femme va-t-elle sortir de cette épreuve ? Le coeur est malade. Elle tient parce qu’elle buvait des thés ou des tisanes qui la tenaient. Un seul geste peut lui fermer les yeux. Le coeur est angoissé. Pa an ti dézôd, pa an ti tapaj [Ce n’est pas un petit désordre, un petit tapage] pour que la femme et le monsieur se “babillent” (disputent). Une dame noire a les yeux fixés sur eux.

177C : Sa sœur ?

178S : Elle porte des verres ?

179C : Non.

180S : Ce n’est pas elle. Cette dame a des problèmes pour son mari. Cette dame a eu un accident au bras. On l’a déjà mise dans l’urine corrompue. Elle perd ses forces. Elle a eu un problème devant le tribunal pour le terrain.

181C : Je ne sais pas.

182S : Ça va se faire.

183C : Il paraît, il existe une séparation en famille.

184S : Elle est bien solide. C’est le cerveau, le coeur qui comptent. Ils font un seul, ils tournent dans le vide.

185G : On nous dit, posez une question.

186C : Madame Nestor Claire, à côté d’elle, c’est pas elle ?

187S : Qui ?

188C : Elle habite à côté d’elle, c’est une voisine.

189(La gadèdzafè éternue.) S : On nous dit que ce n’est pas elle. Elle a une maison en dur pas peinte ?

190C : Oui.

191S : On la cherche, elle se cache. (La gadèdzafè secoue la tête.) Votre belle-sœur a eu un problème pour des animaux avec cette personne ?

192C : Je ne sais pas, sûrement.

193S : Peut-être un chien, mais plutôt un cochon, un chat.

194C : Il y a eu un chien mort, un chat perdu.

195S : Si c’est d’elle dont vous parlez il y a beaucoup. Il existe un manguier, il y avait la canne tout près. C’est pas elle la dame qui le fait. Elle fait faire par un monsieur. La dame ne tient pas la malpropreté avec ses mains. (La gadèdzafè respire fort, tapote la table du doigt.) Il y a un type de sortilège dans cette maison. Madame Séraphine, elle pratique quelque chose pour se défendre pour que votre belle-sœur n’avance pas.

196(La gadèdzafè parle alors en créole) : Elle fait des choses en retour. Elle a deux fils cette dame-là ? (La gadèdzafè repasse au français.)

197C : Oui deux fils, deux filles.

198S : On fait ses deux garçons sortilèges. Mais comment vous vous connaissez [la consultante et moi] ?

199C : Nous sommes voisines.

200S : Ce n’est pas elle qui fait le mal, mais un monsieur qui a une camionnette et demande beaucoup d’argent. Elle croit qu’il fait le bien mais elle se trompe. Votre belle-sœur travaille en bout de terrain mais pas cette terre.

201C : Il y a deux.

202S : Quel autre ? On dit qu’elle fait un jardin sur un autre terrain. Il y a les yeux de beaucoup de malfétè fixés sur les yeux pour qu’elle ne retire rien de la terre. C’est un vieux monsieur âgé qui a fait ça.

203C : Tout bas, tout bas, je vois.

204S : Il n’a pas la force de travail, il traîne la jambe, il a les yeux fixés sur cette femme et ses enfants. Il habite aux environs.

205C : Jean ? Henri ? Sé té ka rété kòlé avé yο [Ce sont leurs voisins].

206S : C’est lui, on nous fait signe. C’est lui.

207C : Pourquoi ?

208S : On va l’appeler pour vous. Il va répondre. Ce n’est pas pour nous, non.

209(La gadèdzafè respire fort.)

210S : Il a la tête dure, il va rentrer en communication avec vous.

211(La gadèdzafè frappe.)

212C : Je peux parler ? Vous faites ça en créole.

213Henri : Ki moun ou yé ? [Qui es-tu ?] (La consultante décline son identité.) Mwen an ka fè le byen, an pa ka fè le mal [je fais le bien, je ne fais pas le mal].

214C : Je suis en communication, je cherche.

215Henri : Yο pé soufè, mé an pa mwen. [Ils souffrent peut-être, mais ce n’est pas moi].

216(La consultante et Henri se disputent.)

217C : Laché-y, i pa di nou pon mo, nou ka kwé. [Laissez-le, il n’est pas responsable, nous le croyons], (La gadèdzafè éternue.)

218S : (S’adresse à Henri) : Nous avons fini avec votre personne.

219(S’adresse à la consultante) : Cette personne que vous avez appelée connaît des choses. Il y a un vieux qui parle avec lui. Votre belle-sœur a fait agrandir sa maison ?

220C : Oui, c’est une belle maison.

221S : C’est pour une raison de terrain. Le “travail” a été fait par deux vieux et un parent.

222C : Sé sè a-y [c’est sa sœur].

223S : La personne travaille la terre. Une personne qui attache un foulard autour de ses reins. Elle a la même couleur de peau que vous.

224C : C’est elle.

225S : La sœur n’a rien fait pour la tuer mais c’est un problème de terre. Votre belle-sœur a cinq enfants ?

226C : Non, neuf.

227S : Où sont les autres ?

228C : Elle a fait seize, il en reste neuf.

229S : Ils sont mariés ?

230C : Non, po yon mayé [non, aucun n’est marié].

231S : Il y a une sœur qui a cinq enfants ?

232C : Oui.

233S : Une sœur qui a cinq enfants ?

234C : Oui.

235S : Une sœur qui a cinq enfants.

236C : Oui, en face.

237S : Cette sœur est mélangée.

238C : Oui, c’est Éliane.

239S : Car les enfants de l’autre ont plus d’éducation.

240C : Effectivement.

241S : Cette personne n’est pas bien, ça brûle, ça la gêne. Un enfant serait mort, ça ne lui aurait rien fait, mais c’est son sang, ça la chauffe. Elle surveille les entrées et les sorties de cette fille. Elle a toutes les alliances de tous les enfants qui devaient se marier pour que les siens se marient avant.

242C : Zafè sé an moun ki mò [mon dieu, elle risque la mort].

243S : Si elle sort, c’est beaucoup de chance qu’elle a. Mais on va vous donner...

244C : Est-ce que l’on peut faire à l’hôpital ?

245S : Elle est sous surveillance.

246C : On ne peut pas envoyer des communications ?

247S : Oui, mais son mari parle.

248C : Oui, on ti moun peut aller porter quelque chose ba-y [un enfant peut lui porter quelque chose].

249S : On vous envoie pour les trois Christ dans la même journée : Christ de Goyave, Christ de Gosier, Christ de Calvaire les Abymes. Notre servante vous remettra une prière, vous allez allumer trois bougies de huit près du Christ... Vous ne pouvez pas donner de l’eau à boire ?

250C : Si.

251S : Le troisième jour, vous pourrez apporter ou la journée même du pèlerinage si vous avez de l’eau bénite. Cet enfant-là va allumer tous les jours trois ti bouji dans une assiette blan dans la maison.

252C : Je ne peux pas faire chez moi ?

253S : Non, dans sa maison. Neuf Notre Père. (La gadèdzafè éternue.) Des prières à Notre-Dame de la Délivrance.

254Dans un litre d’eau, faire bouillir Ki-vivra-véra, Tiw-bouchon, Pli-Fô-Ki-Lonm, Rasin a Douvan-nèg, on Moso Zakasya. Une fois bouilli, ajouter une petite cuiller de corne de cerf, trois os de poisson armé très fin, un tout petit morceau de benjoin et une petite prise pour le désenvoû tement. Bien écraser, bien écraser, pour qu’elle puisse boire une tasse. Passer sur elle dans un gant, puis au milieu du dos en croix. Lorsqu’elle sortira de l’hôpital, aller à Notre-Dame de la Piéta avec elle avant de rentrer chez elle (cf. doc. 9).

255(La gadèdzafè respire fort.) Le poteau central de la maison, elle fera cette prière.

256C : I pa li ékri [elle ne sait ni lire, ni écrire].

257S : Un enfant fera pour elle la prière de saint Cyprien.

258C : On a déjà commencé.

259S : L’enfant doit se mettre là. La prière à six heures du matin et à six heures du soir. Ne pas répondre aux curiosités. Composer et arroser tous les soirs à six heures trente : une bouteille d’alcali dans un bidon. (La gadèdzafè éternue.) Une bouteille d’alcali, un demi-litre de pétrole, trois cuillers à soupe de Crésyl, une petite bouteille de Pli-Fò-Ki-Lonm, une cuiller à soupe de désenvoûtement, une petite cuiller de corne de cerf, un morceau de soufre pilé, un morceau de bleu, un litre d’eau de Javel (La gadèdzafè éternue)... plus un demi-litre d’acide, sa ka koupé [ça coupe]. Faire attention à la main, ça brûle. Plus une bouteille d’eau de Javel. Arroser en faisant le tour de la maison. Faire des petits trous dans le capuchon de la bouteille en plastique par la personne responsable de la maison. Il ne faut pas être dérangé.

260À partir de demain donner une messe pour que saint Michel Archange puisse aller nettoyer la dame. Dans votre coeur vous dites pourquoi, vous donnez la messe en allant demander au prêtre...

261C : Je vais faire au Raizet demain.

262S : Pour prendre et pour terrasser les trois morts. Laissez le nom et l’adresse de la personne isidan [ici-même].

263Après sa sortie de l’hôpital, après le pèlerinage à PortLouis, elle vien dra me voir.

264[...]

265Nous vous disons merci et au revoir. »

266La gadèdzafè éternue et souffle, le saint a quitté son corps, la consultante met au courant la gadèdzafè des propos du saint, la gadèdzafè commente certains points obscurs. La consultation, au moment de la descente de l’esprit, a lieu en français alors que la gadèdzafè et la consultante sont créolophones, car il arrive qu’une tierce personne note par écrit les propos des saints et des esprits. Dans cette séance, on voit comment le retour à l’état de santé est conditionné par un « nettoyage » de la personne et de la case. La gadèdzafè recherche un agent dans l’entourage immédiat : les voisins, la famille proche. C’est le corps de la personne tout autant que son esprit, sa famille et ses biens immobiliers qui sont atteints. Dans cette séance sont indiquées certaines des techniques utilisées pour agresser, comme la « délégasyon », qui consiste à « envoyer » des esprits sur la victime puis à « travailler » la victime à distance. La consultante a commencé immédiatement à suivre les prescriptions de la gadèzafè et la patiente quittait la maison de repos quelques jours plus tard.

267Dans le christianisme païen, les liens entre les vivants et les âmes des morts sont constamment évalués et négociés, tant les morts sont rendus responsables de la maladie et de l’infortune. Cela au point que lorsque le gadèdzafè n’en a plus la maîtrise, patients et fidèles se tournent vers d’autres religions ou s’y convertissent : notamment, vers de nouveaux mouvements religieux, dont le développement va croissant depuis les années soixante-dix, et l’hindouisme. La multiplicité des références dont font part les acteurs des sociétés créoles, toujours ouverts sur d’autres systèmes, a bien souvent induit chez l’observateur une impression d’incohérence dans les comportements, les discours et les recours. Il me semble plus juste de considérer comme éléments d’une combinatoire, le plus souvent idiosyncratique, les différentes traditions sollicitées. Ces systèmes sont vécus sur le mode du cumul. Les conversions aux nouveaux mouvements religieux, à l’hindouisme – ces dernières étant encore peu nombreuses–, se déclinent par rapport à ce christianisme païen, qu’il s’agisse de le revitaliser ou de le dénier. Ces conversions n’empêchent pas, par ailleurs, de faire appel occasionnellement au christianisme païen. Le recours à la biomédecine n’interdit pas non plus ceux à la pharmacopée populaire, à la divination pratiquée par les gadèdzafè et à des rituels hindous. Cela vaut pour les Guadeloupéens nés dans le christianisme païen et nous allons voir dans le chapitre suivant comment se réalisent ces recours et ces conversions. Je définirai également les liens de l’hindouisme et du christianisme païen, pour ceux des Indiens dont les familles sont hindoues.

Notes

1 Cf. Leiris, 1955 ; Benoist, 1972 ; Césaire et Ménil, 1942 ; Delawarde S. d. ; Guérin, 1956 ; Horowitz, 1967 ; Revert, 1951.

2 Annezer, Bégot et Manlius, 1980 ; Bougerol, 1997 ; Ducosson et al., 1981 ; Ducosson, 1988, 1990, 1991 ; Flagie, 1982, 1996 ; Henry Valmore 1988 ; Hurbon 1980a, 1980b, 1981a, 1981b, 1983 ; Lesne 1990, Rolle-Romana, 1993, et les travaux précurseurs de Afanassief, 1971.

3 Augé, 1982.

4 Bougerol, 1997 ; Hurbon, 1980a, s. d. ; Flagie, 1996.

5 Augé, 1982.

6 Tous les hindous, à l’exception de quelques prêtres et jeunes gens qui sont à l’origine du renouveau de l’hindouisme depuis moins de cinq ans, sont également catholiques et ont recours au christianisme païen.

7 Christian Jr., 1972.

8 En créole, les divinités hindoues sont appelées « saints » (sen).

9 Cartry, 1971, p. 18.

10 Hurbon, 1980a, p. 17.

11 Même lorsque l’importance et le faste des cultes rendus aux morts ont été constatés, ces cultes ont été pendant longtemps réduits à des coutumes non structurées et ont été considérés comme de simples réminiscences de pratiques africaines (Delawarde, S. d. ; Leiris, 1955 ; Revert, 1951).

12 J’ai cependant entendu des récits où les bons morts venaient dire en rêve à ceux qu’ils persécutaient qu’ils n’étaient pas responsables des maux qu’ils leur infligeaient.

13 Chambertrand, 1954.

14 Flagie, 1996 ; Hurbon, 1980a.

15 RolleromanA, 1993.

16 « Look at this mirror and you will see a picture of what you will be. »

17 « He who unwillingly carries his crosss in this life is in danger of Hell in the next. »

18 Goret, S. d.

19 Jacques Coret est né à Valenciennes, le 3 mars 1631, et est décédé à Liège, le 6 décembre 1721. Il entra dans la Compagnie de Jésus le 30 septembre 1649 et fit ses études à Paris, au collège de Clermont, où il soutint, en 1661, une thèse remarquée sur l’infaillibilité pontificale. Il fut ensuite recteur du collège de Valenciennes, puis se consacra à la prédication, notamment à Liège, où il séjourna à partir de 1685. Il publia un grand nombre d’ouvrages de piété populaire. Le premier fut L’Ange gardien, protecteur spécialement des mourants (1662), qui fut plusieurs fois réédité ; L’Association pour bien mourir (1665), où il préconisait la création de confréries de la bonne mort ; Le Second Adam, Jésus souffrant et mourant pour les péchés du premier Adam et de sa postérité (1671) ; Joseph, le plus aimé de Dieu et le plus aimant des hommes (1672) ; L’Année sainte ou l’occupation importante d’un chrétien (1675) ; Le Bonheur de cette vie, Jésus adoré au S. Sacrement (1684) ; L’Occupation chrétienne pour tous les jours... (1696). Il publia aussi chaque année, à partir de 1662, sous le titre d’Étrennes, une brochure sur l’éternité. Elles ont été réunies en plusieurs volumes intitulés La Maison de l’éternité ouverte aux justes et aux pécheurs (1705-07). Il a écrit aussi plusieurs biographies édifiantes, sur Anne de Beauvais, ursuline (1667), Catherine de Suède (1673), Sainte Aye, comtesse de Hainaut (1674), Ignace de Loyola (1679), Hermann-Joseph, prémontré (1680).
Selon Carlos Sommervogel, auteur de la bibliographie de la Compagnie de Jésus, la première édition de L’Ange conducteur date de 1683 (Sommervogel, 1896).

20 L’ouvrage est en fait un ouvrage de piété pour guider les pèlerins d’Ars qui n’a rien à voir avec les éditions de L’Ange conducteur éditées à la suite de Coret. Le titre d’Ange conducteur a été choisi pour la raison suivante : « Le titre d’ange conducteur des pèlerins d’Ars nous a paru le plus convenable à l’objet dont il s’agit. En effet, les anges sont destinés à louer Dieu, à le bénir, à exécuter ses volontés saintes dans le ciel et les voies du salut, nos protecteurs auprès de Dieu, nos défenseurs contre les pièges et les tentations de nos ennemis ; ils nous montrent aussi le chemin qui conduit au ciel. C’est aussi ce que ce petit livre est destiné à faire parmi ceux qui s’en serviront : il sera pour eux comme un ange visible qui les conduira dans le pèlerinage de cette vie ; il leur montrera ce qu’il faut croire, ce qu’il faut faire et ce qu’il faut éviter pour être sauvé. » F. G. T. 1850, p. XI.

21 Anonyme, 1898.

22 Dominique Camus, dans un ouvrage consacré à la sorcellerie en Normandie, précise avoir entre autres trouvé les Grands Secrets merveilleux de l’abbé Julio, les « deux Albert », et La Poule noire (Camus, 1988, p. 5456).

23 Julio, 1907.

24 Julio, vers 1900.

25 Julio, S. d. b.

26 Julio, S. d. a.

27 Julio, S. d. c.

28 Grandle, 1703.

29 Anonyme, s. d., b.

30 Anonyme, 1521.

31 Anonyme, s. d., a.

32 Nisard, 1852 ; Yve-Plessis, 1900.

33 Yve-Plessis, 1900, 1940.

34 Nisard dans son Histoire des livres populaires ou de la littérature de colportage cite une édition de 1612 que je n’ai pas retrouvée (Nisard, 1864).

35 Appellation locale du samedi saint.

36 L’analyse qui suit reprend des éléments d’un article que j’ai consacré à sainte Radegonde (Benoit, 1997b).

37 Sources consultées : Marrou, 1948 ; Réau, 1955-1959 ; Caraffa, 1968 ; Favreau, 1995.

38 Réau, 1955-1959, p. 1133-1134.

39 Ibid., p. 1134.

40 Sources consultées : Réau, 19551959 ; Sébillot, 1968.

41 Réau, 1955-1959.

42 Sébillot, 1968.

43 Communication personnelle, décembre 1996.

44 Sources consultées : Caraffa, 1968, et Réau, 1955-1959.

45 Réau, 1955-1959, p. 1136.

46 Caraffa, 1968, p. 1351-1352.

47 Source consultée : Caraffa, 1968, p. 1348.

48 Sources consultées : Caraffa, 1968, et Réau, 19551959.

49 Réau, 1955-1959, p. 1134.

50 Caraffa, 1968, p. 1346-1347.

51 Suivant les textes, les Gédé sont soit uniquement les divinités (loa) des cultes funéraires, soit également les esprits de morts.

52 Métraux, 1953, p. 244.

53 Marcelin, 1947 ; Leiris, 1953.

54 Marcelin, 1947 ; Métraux, 1958.

55 Hurbon, 1994, p. 95.

56 Herskovits, 1937.

57 Favret-Saada, 1977, p. 46.

58 Favret-Saada, 1977 ; Camus, 1988.

59 Camus, 1988.

60 Ducosson et al., 1981, Hurbon, 1981a.

61 « Manman mwen té ka fwoté, men sé pa manman mwen ki montré... ban m wen fwoté, sa sé mwen menm, sa sé yo, sé lé sen an mwen ki ban mwen fwoté. Bon ! Ε mwen ay aprann fwoté aprézan, an fwoté mwen té vwé si travay an mwen ka ... fè byen.
Alò an komansé asi ti-moun an mwen. Alò yo té malad, olyé an té voyé ay fwoté aka dot moun alò mwen menm té ka fwoté yo. Alô mwen menm aprann lévé blès a-yo. An savé an moun ki pa blésé.
An ka mété kon-w ké di mwen 2 moun la. Alo ta la, madanm pa blésé alo an ka vin an ka pasé men asi-y an ka mannyé tout ti zo a-y, tout ti zo a-y, jan zo la yé. Ε ta-la ki malad-la, ta-la ki malad-la, an poko mannyé-y alò an ka mannyé sé madanm ki pa malad, i pa blésé, an ka mannyé tout ti zo a-y, zépol a-y, lèstonmak a-y, tousa. An ka mannyé-y byen, kòt a-y tout ren a-y, tout biten jan i yé. Bon !
Aprésa aprézan, an ka viré a moun malad-la. Alò la an ka fwoté an ka gadé pou li déyè zòrey a-y jis bwa a-y, tout kòt a-y. La an ka gadé an ta-la ki pa blésé la et ta-la ki blésé la. Alo sé konsa travay an mwen alé.
Q : Ε manman a-ou té sav fwoté ?
Q : A wi, manman mwen té ka fwoté.
Q : Ε ki jen i té ka aprann ?
R : Ε ben, i té ka..., li sé travay a-y. Lontan i té ka fè sa ! Dèpi i té ti-moun, i té ka fè sa. I pa té ka fwoté kon mwen, paskè mwen an ka fwoté pli biten. Men manman mwen sé lanmè a moun i té ka levé, i té ka akouché moun !
Q : A, i té an matwon ?
R : Wi, ki fè, lè ou vwé, i lévé ... Ou fè on ti-moun, la mè a-w poko an plas. Alò ou ka santi i ka fè-w mal, i ka réponn vou an 2 jwenti-la la é i ka desann de cheviy a-w. Alò manman mwen té ka pran dé pyé anba, jis an lè, an ren a-y. I ka mené-w avè jis lè i meté...an vant-la. Ou ka tandé vant-la ka fè “djò” lè i an plas, é ou ka santi la osi, ou ka santi an vant a-w la.
Mé apadsa, an pa ka...I pa té ka fwoté kon mwenm, mwen an ka fwoté blès, an ka fwoté tout biten é an ka ba moun lòk, an ka ba moun rimèd, an ka ba moun tout biten. Sé konsa an aprann fwoté. Sé travay an mwen sa.
Q : Ε ki moun ki té ka montré a maman-w ?
R : Manman mwen sé dépi lè i té jenn. I komansé fwoté. An pa sav ki moun montré li fwoté, paskè manman mwen sété an zendyen.
[…]
Q2 : Sé sa bizar, si manman-w apran fwoté é manman a-y pa té sav fwoté.
R : Aben sé pa an biten. Fwoté sé ban, sé tèt.
Q2 : Wi, wi.
R : Koman espliké-w. Vou menm pé fwoté. Kon i yé, sé ti-moun-la vlé fwoté, madanm vlé fwoté, i ka fwoté. I ka pran ti-moun-la ki pa blésé, i ka mété-y asi an kouch. I ka gadé, i ka fwoté dépi dèyè zorey a-y, i ka menné li jis an kot a-y la. Alò lè ou gadé kòt-la, ou vwé kòt-la, ou sèten tout kòt a-w byen. Ou pa ni pon kot kochi, ou pa ni ayen, lè ou pa blesé. Ou ka santi lè a-w èstonmak a-w la konsa. I ka tin an ti kè. An ti kè.
Q : Sé sa yo ka kryé bouké ?
R : Bouké. Alô lè ou vwé-y ou mété-y la. Ou vini ou levé ou vwé-y kochi, ou mannyé-y. Ou ka santi biten, ou ka vwé tan mwen malgré mwen opéré... tan mwen la, é magré an jou mâché sé jou-la. Paskè an santi, i ka fan-w mal ti bwen. I panché, men ou ka santi sé ti zo-la. Aben mwen an pa blésé ! Bon ! La ou pran-y la konsa ou gadé ou vwè-y i dwèt. I pa ni kochi, ni ayen, la moun-la pa blésé.
Q2 : I ni an jwenti asi kòt-la ?
R : An ti ren a-y la konsa. Ou ka vwé tini dé ti tou la adan ren-la. Lè ou vini pou mannyé dé ti ren-la la. Ou manyé-y, si ou vwé sé pous a-w, ka fonsé, andidan, i ouvè. Mé si i pa ka fonsé...
Q : I pa ouvè.
R : I pa ouvè. Sé kon sa mwen aprann fwoté é sé kon sa yo di fè mwen pou sé fwotman.
[…]
R : Si a pa on sen ki ba-w an biten, a pa on mô ki ba-w an biten pou mèté-w kouché. Mé ou tini on bon nam, an bon biten pou li té ké endiké-w : mi tèl biten pou fè. Avan lè, mwen an té kay légliz é an té vlé gadé zafè, an té ka fè sa piskè lè yo prézanté-w an ti-moun-la, yo ba mwen ti-mounla an ti tablyé asi-y, on zasyet an blan an men-ay, an ti-liv an men a-y, avè an bouji.
Lè i vini té pou pati a-y an Frans, an vini, an di li kon sa : “atann, yo ba mwen an travay mé sé pou ou travay ba mwen paské manman pa li ékri, sé pou ou travay avè mwen”.
I di : “mwen manman apa mwen”, é lidé a Frans té ja an tèt a-y. Pitèt sa té ké kon alè, i té ésayé pran. Mé lidé a Frans té ja an tèt a-y. I té ti-moun, alò i di mwen i pa kalé. I pati ay an Frans. Alè yo rèvini ban mwen anko. Alè an refizé travay- la é an di an pa fè sa.
M : Poukwa ou refuzé travay-la ?
R : An rèfizé, piske an pa li ékri. Lè moun ké vini a kaz an mwen, si sé pou an malad an pa li, an pé pa gadé adan liv-la yo ba mwen la.
Q : Mé ou pa bizwen liv pou èt gadé zafè ?
R : Fò-w tini liv.
Q : A wi ?
R : Fò ou tini an liv.
Q : Ki liv ?
R : Paskè lè yo tini an liv. Liv-la yo ka ba-w la, lè yo vini yo prézanté-w liv la. Mé fô ou gadé liv la yo ba-w la. Mé aka liv-la yo pa ka ba-w liv pou di-w sé sak-la ki an men a madanm yo anki ba-w sak la. Mé vou, lè yo vini, yo ba-w li, asi liv-la yo ba-w la, ou ka vwé modèl-la yo ba-w la é vou aprézan ou ka pati ou kay achté modèl a liv la yo baw-la. Ε ou ka fè vé a-w aprézan pou ou pé fè travay a-w.
Q : Ka sa yé an vé ?
R : Vé. Alò sé kadedi ou ka pratiké de sa, ou ka-y lan mès. Si sé sen ki ka ba-w li, fò ou ay la mès, fò ou mété an wòb blanch asi-w. Ou ka fè 6 mwa jenn, ou pa ka manjé ou pa domi avè an misié ou pa ka fè po vyé vi. La sé a vou avè sen a-w, Bon dyé la ka ba-w travay.
Q : Pandan simwa ?
R : Pandan simwa ou twa mwa saté yo ba-w, sé yo ki ka ba-w vé la.
Q : Ε aprè an wòb blanch, ou ka poté an wòb blè ?
R : Swa blan ou blè.
Q : Ε wôb mawon ?
R : Non, sé si ou vwé sé yo mènm ki té ka ba-w li lè. Ou ja pran vé a-w aprésa aprézan ou ka pran... Sé ou menm é lè ou alé kon nou di, ou té kay avè an prèt ba-w sa ki fo pou travay. Alò sé prèt la ki ba-w wòb-la, lè ou palé bay, a ka i di sé tèl sen ki ba-w travay la. Alò sé li ki ka savé ki vé pou li ba-w. Ou ka di li ou té ja pran twamwa vé, ou té vlé chanjé vé a-w. Sé li labé la ka savé ki vé pou li ba-w.
Tèlkè sé chaplè, a pa nenpot chaplè ou ka achté pou priyé Dyé. Sé li ki ka ba-w chaplè-la pou pé fè priyè-la pou fè la.
Q : E ki sen ka ba-w travay-la pou fwoté ?
R : Alô sen la ...Alô mwen menm pé pa di biten a sen-la sa. An pé pa di-w li paskè mwen menm an pa kontakté ave-y. An pa biten ave-y dépi i vini paskè dépi i vini... Mwen an té toujou malad, an té toujou malad, toujou malad. Alô lè i té vini an té ka di Bondyé : “ou ké ba mwen travay an jou”. Mé a pa té janmè travay la sa, an té ka mandé an soufrans an mwen, an pèn an mwen. Alô mwen an té ka tonbé an travay, tonbé an travay, an té ka bouré lèstonmak an mwen, an té toujou malad, toujou malad. Alô an toujou té ka anbété Bondyé. Ε sété sen Michel ki té sen an mwen, sen Josèf ki té sen an mwen. Sé a lè an pratiké Jézi, an ka sévi é Jézi. Mé avan sé té sen Michel, sen Jozèf, an té ka... An tout légliz i té ti ni tout matwonn. Sé sa an té ka fè. Alò an pé pa di-w si sé sen Josèf ki ba mwen, si sé sen Michèl ki ba mwen, kilès. An pé pa di-w menm. Mé an sav sé té lé sen ki ba mwen an rèv, mé an refuzé-y, an pa pran-yo. »

62 Georges, 55 ans, gadèdzafè ; Vieux-Habitants, 1987.

63 Temple dédié à la divinité hindoue Malyémen à Changy, commune de Capesterre.

64 « [...] A mé wi, an pé pa pou li baw don-la. Sé pou pa di-w kon sa lesprisen ki ka rété ki ba-w don-la. Fò ou fidèl a-y pou pé li ba-w don-la. Fô pa ou konkédi, ou tini misyé la-sa, sé avè misyé la-sa ou fè an mayé é fô pa ou tini dot moun-la an déwo. Bon si ou a kaza-w, ou pa mayé, ou a kazaw tou sèl. Fô paw tini misié. Fô pa-w tini misyé piskè sé li ki ka rantré asi-w an moman la-sa, sé li ki ni volonté a-w, sé li asi li. Ou ti ni soufa-w, sé asi li ou tini, sé li ki ka dijiréw la pou alé sa pou fè. Alò fô pa ou mété lidé a misyé an tèt a-w. Sôf ni an jou lè i vini ba-w an travay. I té vini di-w an tèl travay mé fò-w plasé-w. Alòs lè an misyé vini palé ba-w, sé li menm ki ka voyé moun-la vini palé baw. La sé poto-la i ba-w pou-w mayé avè-y, fô pa-w di ou vlé pa poto-la, ou kay vwé madanm, ou pé koupey. Si i baw don-la ou ka travay é i pé ba-w don-la pou fè rimèd, pou ba moun rimèd.
Paské i ni an fi a L. sé malyémen a Chanji Kapèstè. I té toujou malad, toujou malad. I té alé a Kapèstè, a Kapèstè, yo bay rimèd, é ... yo bay don-la. Mé yo té prezanté-y an moun zendyen pou i té mayé. I di i pa mayé zendyen, pas i sé an kréol, sé an fiy po a madanm-la. I di i pa maryé zendyen, i pa maryé zendyen. Mé i ka travay, i ka travay, mé palé moun di vérité ! Palé moun di vérité ! Mé dabò i pa mayé avè moun-la yo ba-y la. I pa ba-w menm an fey a kowosòl, paskè i déplè sen- la. Sen-la di : “aben Bon Dyé pa fè de jijman”, alò i di : “piské sé sa, ou fè gou a-w eben travay” ! Ou ka travay, ou alé a kaz-ay an malè pé rivé-w, si an biten pou rivé-w, i ké di-w tèl biten ké rivé-w. Men si sé pou i épawgné-w, i pé pa épawgné-w, i pé pa ba-w rimèd. Mé i ka di-w tousa, tout biten ki ké rivé-w i ké di-w, i ké palé ba-w, i ké ekspliké tout biten mé i pé ké di-w fè an biten. Sé sèlman, sé avè lé sen i ka travay, i ké di ou pran, mété limyè, priyè Dyé. »

65 Glissant, 1963.

66 Cette pratique se retrouve en France dans la région de Dinan (Camus, 1988).

Table des illustrations

Légende Doc. 6. À l’intérieur d’un moulin, oratoire dédié à saint Michel, dit « chapelle de Gognon » (Petit Canal, 1996).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Légende Doc. 7. L’illumination des cimetières, le 1er ou le 2 novembre (Lamentin, 01/11/1986).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Titre SCHÉMA. LE PANTHÉON GUADELOUPÉEN SELON VÉNUS
Légende * Les saints qui assurent d’une part les liens entre les vivants, les morts et les cosmos et qui d’autre part veillent sur les composants de la personne.** Les saints qui protègent, soignent et assistent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Légende Doc. 8. Sainte Radegonde, gardienne des cimetières(Pointe-à-Pitre, 1996).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Légende Doc. 9. En Grande-Terre, plusieurs oratoires sont adossés à des moulins. Ici l’oratoire dédié à Notre-Dame de la Piéta.(Port-Louis, 1996)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 736k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable