Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, jardins, mémoires

 | 
Catherine Benoît

Chapitre III. Jardins d’histoire

Texte intégral

« Mais dès que l’on parle de jardin, il convient de dépasser la géométrie plane et d’intégrer la troisième dimension à notre méditation. Car l’homme-jardin par vocation creuse la terre et interroge le ciel. Pour bien posséder, il ne suffit pas de dessiner et de ratisser. Il faut connaître l’intime de l’humus et savoir la course des nuages. »
Michel Tournier, Le Vent Paraclet, 1977, p. 301.

1Les jardins de case antillais sont emblématiques de l’identité créole. Ils sont à la fois des modes de mise en valeur de l’environnement, éloignés du champ de l’habitation ou de la plantation, qu’ont développés les sociétés créoles de la Caraïbe, et des lieux où se lisent les visions du monde de ceux qui les ont aménagés.

  • 1 Anderson, 1954.

2Plus qu’un simple jardin ornemental attenant à la maison, le jardin de case est un espace englobant le jardin et la case. C’est le « dooryard garden » anglophone, encore appelé « back-yard garden », « kitchen garden » (cf phot. 2). L’expression « dooryard garden » créée par E. Anderson pour les jardins du Honduras se rapproche davantage de la notion d’espace habité que les termes anglais « garden » ou français « jardin »1. Clarissa Kimber qui a travaillé dans les jardins de plusieurs îles de l’archipel caraïbéen en a proposé la définition suivante :

  • 2 « [is a term] used by me to apply to all plants including weeds surrounding a dwelling and the spac (...)

« Cette expression désigne toutes les plantes, y compris les mauvaises herbes, qui entourent l’habitat ainsi que les espaces qui le constituent [...]. C’est une communauté vivante, culturellement définie comprenant des espèces végétales plantées et spontanées, ainsi que les animaux qui y résident ou qui sont de passage. L’homme vit dans ce jardin, l’utilise à différentes fins, et le soumet à d’infinis changements. À l’évidence il en contrôle les facteurs climatiques et sélectionne les plantations [...]. Le jardin de case est circonscrit par des clôtures ou des limites implicitement reconnues comme telles. Dans cet espace clos, un système interactif met en relation le climat, des animaux, des plantes, des insectes nuisibles, le sol, l’eau, des bâtiments et bien sûr l’homme2. »

  • 3 Barrau, 1978, p. 41.

3Bien que les écosystèmes antillais aient été élaborés à partir de populations végétales et animales en majorité exogènes, il y a eu formation d’une « ethnobiocénose cohérente et structurée » loin d’être figée, constamment enrichie par de nouveaux apports extérieurs, qui traduit manifestement « une victoire écologique3 ». Des savoirs et des manières de faire autres que ceux requis pour le champ de l’habitation se sont développés dans les jardins. D’autres techniques agricoles, un autre calendrier cultural, gouvernent l’exploitation des jardins où sont mis en valeur les produits, appelés vivres, destinés à la consommation, par opposition aux « denrées », terme qui, dans l’histoire coloniale américaine, qualifie la production des cultures commerciales destinées à l’exportation comme l’ont été l’indigo, le café, le cacao et le sucre.

  • 4 Cette triade a également prévalu en Europe, de la Renaissance jusqu’au XVIIIe siècle, dans les repr (...)

4Une triade paysagère constituée du jardin de case, du jardin vivrier et de la forêt semble caractériser l’exploitation de la nature dans les milieux tropicaux, à laquelle la Guadeloupe ne fait pas exception4. Aux Antilles, l’exploitation signifiante de la nature apparaît le plus précisément dans l’ordonnancement, la composition florale du jardin de case, et dans les représentations qui sous-tendent l’utilisation des plantes orne mentales, médicinales et thérapeutiques. La mise en culture de la nature, son exploitation, son appropriation et sa domestication, qui atteignent leur apogée dans l’élaboration du jardin de case, explicitent les images du corps sur lequel elle a prise. À partir de l’agencement du jardin, c’est tout un rapport au social, à la mort qui est donné à voir, qui se dit, et parfois se règle. Se pencher sur le rôle des plantes utilisées à des fins ornementales et médicinales dans ces jardins, c’est saisir l’homme tout entier dans ses rapports à son environnement naturel, surnaturel et social. Dans un environnement perçu comme hostile, le jardin de case est conçu comme un espace de protection où les forces de la nature sont maîtrisées, et dans lequel certaines plantes protègent l’individu de puissances néfastes. Ce n’est pas tant le paysage en lui-même qui est hostile, mais les forces qui le traversent, l’habitent ou le peuplent. La nature est le support de projections religieuses, et est l’objet d’opérations de symbolisation car elle est traversée d’esprits, de forces qui émanent des hommes vivants ou morts. Les forces bienfaisantes ou néfastes qui émanent des vivants et des morts, les plantes du jardin, ont pour but de les maîtriser, les amadouer ou les repousser.

5Je montrerai dans ce chapitre, après avoir souligné l’importance de l’horticulture dans l’appropriation de l’espace insulaire guadeloupéen, que celle-ci s’est mise en place dès les débuts de la colonisation européenne et au sein même du système de l’habitation. Le jardin fut la première forme d’appropriation et de construction du territoire pour les esclaves. Le jardin est constitutif de l’identité antillaise car il est à la fois le lieu de mise en œuvre de la domestication de la nature et le lieu de projection des relations sociales, et de celles entre les vivants et les morts.

LES JARDINS DANS LE PAYSAGE GUADELOUPÉEN

  • 5 Les écosystèmes dans lequel l’homme évolue sont de deux types. Les « écosystèmes généralisés », sel (...)
  • 6 Haudricourt, 1962 ; Barrau, 1967 ; Panoff, 1982 ; Descola, 1986.
  • 7 Haudricourt, 1962, p. 42.

6Au champ de canne, écosystème spécialisé, s’opposent le jardin de case et le jardin vivrier, écosystèmes diversifiés où foisonnent les diversités végétales et animales, qui marquent l’appropriation de l’espace insulaire non seulement par les populations actuelles mais également par les esclaves5. À la suite de la distinction opérée par André-Georges Haudricourt, il convient de parler d’horticulture plutôt que d’agriculture pour caractériser les modes de mise en valeur du sol où la plante cultivée est l’objet de soins attentifs et individuels, et où le sol est considéré avec attention6. Une « relation d’amitié respectueuse » caractérise les relations avec les plantes7. C’est ainsi qu’il faut parler à certaines plantes, comme par exemple le girofle (jiròf, Syzygium aromaticum [L.] Merrill et Perry). Lorsqu’on ramasse les plantes la nuit pour un thé, comme c’est le cas pour la citronnelle, il faut les secouer trois fois pour les réveiller doucement, s’excuser de les déranger, en précisant que le soin à donner ne peut attendre. C’est au prix de ce respect qu’elles seront efficaces. Il en est d’autres, celles qui protègent de l’action maléfique des esprits, le « qui vivra véra » (Codiaeum variegatum L.), le balé-sizè (Phyllantus niruri L.), à qui l’on doit indiquer les raisons pour lesquelles elles sont introduites dans l’espace domestique. Des plantes ornementales, on dit qu’elle n’aiment pas être cachées, qu’elles ne sont pas plantées uniquement pour les occupants de la maison, et qu’elles doivent être vues de l’extérieur du jardin.

  • 8 Mintz, 1962 ; Peeters, 1979b, pour Haïti. John Dixon Hunt a bien montré que cette troisième nature (...)
  • 9 Barrau, 1986.
  • 10 Le jardin vivrier a fait au cours de ces dernières années l’objet d’une recherche pluridisciplinair (...)
  • 11 Tout comme dans l’ensemble du monde tropical le terme « jardin » ne désignait pas vraiment la plant (...)
  • 12 « Bitué » est le terme utilisé à la Guadeloupe ; à la Martinique, on parle de « dégra » et en Guyan (...)
  • 13 En Martinique, M.-E. Etiffier-Chalono distingue ainsi trois types de jardins : le jardin de case, l (...)
  • 14 Paquette, 1978.

7Les Quadeloupéens des zones rurales de l’île déploient leurs activités horticoles dans un espace dont les deux pôles sont d’une part le jardin de case et d’autre part le jardin vivrier, ainsi que, pour certains, un jardin cultivé à des fins commerciales. La dénomination créole de ces espaces varie suivant le contexte de l’énonciation. Le jardin de case en tant qu’espace habité est désigné simplement par le terme kaz-la (la case), le terme jaden (jardin) est utilisé quand il s’agit d’exprimer un sentiment esthétique sur la composition florale de l’espace habité, « mi gadé bel jaden-la » (regardez combien ce jardin est beau), l’expression « jaden bô kaz » (jardin de case) a été créée et est utilisée par les professionnels du paysage, de l’agronomie. Le jardin vivrier est qualifié de jaden déwò (jardin en dehors), en raison de son éloignement de la case. Le jardin de case est plutôt le domaine de la femme alors que les jardins vivriers et les jardins cultivés à des fins commerciales sont entretenus par l’homme. Définissons dans un premier temps le jardin de case comme un jardin d’ornement, contenant également quelques plantes alimentaires et médicinales. Son agencement traduit le savoir-faire et les goûts esthétiques de la maîtresse de maison. Le jardin de case attenant à la maison est, de par sa structure arborée et son accès parfois difficile, une véritable reproduction en miniature de la forêt. Il y a reconstitution plus que maintien d’un agrosystème forestier, d’où le paradoxe apparent que dans les zones de déforestation les aires d’habitat paraissent ramener l’arbre8. Pour souligner l’extrême diversité floristique de ces jardins de case, J. Barrau les qualifie de « jardin d’essai colonial en miniature ». Les jardins botaniques, en particulier ceux des Antilles anglophones, ont permis pendant la période coloniale l’introduction d’un grand nombre de plantes tropicales qui ont ensuite embelli les jardins du petit paysannat antillais9. Le jardin vivrier est souvent désigné par l’expression « jardin créole », expression un peu réductrice du système actuel de polyculture vivrière10. Ces jardins sont le plus souvent éloignés de la maison. Ils sont situés dans les mornes, terme créole désignant les collines, ou dans la forêt. Ils sont travaillés à la main avec un outillage sommaire : coutelas, fourche et houe. Dans les zones pierreuses de la Guadeloupe, comme la côte Sous-le-Vent et certaines régions de la Grande-Terre, on utilise la pioche et la barre à mine. Le recours aux produits chimiques est rare. La main-d’œuvre est essentiellement familiale, ce sont surtout les hommes qui y travaillent, les femmes et les enfants pouvant assurer des petits travaux d’entretien. Au milieu de ce siècle, le jardin vivrier relevait encore du système des cultures itinérantes sur brûlis, hérité des Caraïbes. Il s’agissait alors plus de l’annexion temporaire d’une portion de la nature que de sa transformation durable11 alors que, depuis les années soixante, les bitué, nom créole donné aux jardins en forêt, qui sont donc défrichés, deviennent au bout de deux ou trois ans des jardins stabilisés, structurés et ordonnés que le cultivateur borde d’une lisière et exploite sur plusieurs dizaines d’années12. L’ensemble des savoir-faire qui président à la création et à l’exploitation des jardins participe d’une véritable histoire naturelle qui reste à étudier. Des changements notables dans l’exploitation de ces jardins interviennent cependant depuis plusieurs années, dont rendent compte les typologies établies par des agronomes et des botanistes aussi bien à la Guadeloupe qu’à la Martinique. On distingue maintenant, selon des critères botaniques, économiques et agronomiques, le jardin de case, le jardin vivrier d’autosubsistance et le jardin commercial13. Il y a passage d’un modèle « écologique », que représentent les jardins de case et les jardins traditionnels, à un modèle « économique » qu’est le jardin vivrier commercial : main-d’œuvre de moins en moins familiale, achat de semences courantes, utilisation croissante de produits chimiques14.

UNE HISTOIRE DES JARDINS

  • 15 Cf. Bory, 1982 ; Lasserre, 1961 ; Lawson-Body, 1990 ; Mintz, 1967. Cette absence de prise en compte (...)
  • 16 Schnakenbourg, 1980.
  • 17 Lasserre, 1961, p. 393.
  • 18 Le colonat partiaire s’est développé à la Guadeloupe après l’abolition de l’esclavage. Avec le déve (...)

8Si l’on essayait de reconstituer le paysage rural de l’archipel caraïbéen d’avant les émancipations à partir des études historiques qui se sont intéressées aux systèmes agricoles de la région, ce paysage se réduirait aux plantations de canne, de cacao ou de café mises en valeur par la plantation à des fins d’exportation. Plus rarement est rappelée l’existence d’autres modes de mise en valeur du sol comme les habitations vivrières des petits habitants, ceux des cultivateurs sans titre de propriété, et ceux des esclaves marrons15. La multitude de décrets, d’ordonnances visant à interdire l’octroi de jardins vivriers aux esclaves et enjoignant aux colons d’instaurer une agriculture de vivres pour nourrir la population, pourrait au premier abord confirmer l’unicité du champ de l’habitation face aux jardins de vivres de l’habitation, aux jardins vivriers et de case des esclaves. Avec la multiplication des affranchissements sous la Monarchie de Juillet, et le vote de la loi de Mackau du 18 juillet 1845 qui accordait le droit de propriété aux affranchis, bien que ce fût dans des conditions très restrictives16, les petites exploitations vivrières se multiplièrent. Cette corrélation établie par G. Lasserre pour l’ensemble de la Guadeloupe fit passer les cultures de vivres de 5 430 ha en 1826 à 16386 ha en 184717. Avec l’émancipation, ce type de mise en valeur du sol s’accentua quel que fût le mode d’appropriation du sol : appropriation par achat de terres ou illégale, colonage partiaire18.

  • 19 Giraumon : Cucurbita moschata (Durch. ex Lam), courbaril : Hymenea Courbaril L, la patate est la pa (...)

9Les textes consultés mentionnent davantage l’existence des jardins vivriers que des jardins de case. Cet intérêt pour les jardins vivriers de l’habitation renvoie en fait à la question de l’alimentation de la population, question primordiale dans le fonctionnement économique de l’habitation et le maintien en bonne santé des esclaves. Les jardins de case existent dès les débuts de la colonisation. G. Debien, qui s’est intéressé à l’alimentation des populations de Saint-Domingue aux XVIIe et XVIIIe siècles, distingue les jardins de case où ne sont cultivées que des « verdures » : légumes et condiments, « gombos, petites racines, giraumons, courbarils », des jardins nègres loin de la case, aux lisières de la plantation, où poussent les vivres comme les patates, manioc, ignames et les pois19. Il décrit en ces termes le jardin de case du XVIIe siècle à Saint-Domingue :

  • 20 Debien, 1972, p. 163.

« Cette variété [des produits] au reste n’est souvent qu’apparente, qu’une impression produite par le fouillis qu’on prend pour de la diversité. C’était le désordre des lougans d’Afrique, scandale des esprits géométriques. Rien qui rappelât l’ordre carré des pièces de cannes et leur mosaïque savante quand elles étaient divisées par des allées pare-feu ou des rigoles d’irrigation, mais un tohu-bohu de pieds de mil, de maïs, de patates et de pois rampant, toutes hauteurs imaginables, un manque de dessin, qui faisait emmêlement pour l’œil, mais sans doute variété pour l’alimentation20. »

10M. Satineau en mentionne l’existence dans son Histoire de la Guadeloupe sous l’Ancien Régime en faisant référence à des auteurs des XVIIe et XIXe siècles :

  • 21 Giraumon : Cucurbita moschata Duch., couscous est l’igname couche couche, Dioscorea trifida L., les (...)
  • 22 In Satineau, 1928, p. 264 d’après Du Tertre, Granier de Cassagnac et Labat.

« L’usage s’établit de donner en outre aux esclaves un jardin à proximité de leurs cases. L’esclave, sa femme et ses enfants, à leurs moments perdus et surtout le dimanche, cultivèrent des concombres, des melons, des giraumons, des couscous, des choux et d’autres légumes que le chef de la case21, avec l’autorisation du maître, allait vendre à la ville ou dans les bourgs “les dimanches et les fêtes entre les deux messes”. Le produit de cette vente était employé par l’esclave à l’achat du poisson, de la viande, du riz nécessaire pour la famille pendant la semaine22. »

Les sources

11Je ne ferai part ici que des sources imprimées pour proposer une histoire de l’espace habité pendant l’esclavage afin de mettre en évidence l’existence des jardins dès les débuts de la colonisation. Les documents d’archives sont encore à exploiter et les données archéologiques quasi inexistantes. Mon propos étant de montrer que ce type de mise en valeur du sol existait dès les débuts de la colonisation, je m’arrêterai à l’abolition de l’esclavage.

12Les sources imprimées qui témoignent des premiers temps de la présence française du début du XVIIe siècle jusqu’à la mise en place du système de l’habitation dans les années 1670 sont des relations, à la fois histoires naturelles qui fourmillent de renseignements sur la flore et la faune que les Européens découvrent, des descriptions de la vie des différentes communautés en présence – les Caraïbes, les Européens et les esclaves–, et des récits de l’installation française à Saint-Christophe – aujourd’hui St. Kitts–, puis à la Guadeloupe et à la Martinique. De qualité variable – les plagiats sont nombreux–, ces textes nous livrent des observations sur les territoires nouvellement colonisés et nous renseignent sur le regard colonial découvrant une nature dont l’exubérance et la luxuriance sont comprises à l’aune des représentations européennes. J’ai retenu les relations qui concernent la Guadeloupe, et ajouté deux documents qui sont des sources de première main sur les modes de vie amérindiens : celle de l’anonyme de Carpentras qui concerne la Barbade, la Martinique et la Dominique, et celle de Guillaume de Coppier qui porte surtout sur Saint-Christophe et la Martinique.

13Pour le XVIIe siècle les textes suivants sont disponibles :

    • 23 Moreau, 1987.

    Le manuscrit de la Relation d’un voyage infortuné fait aux Indes occidentales par le capitaine Fleury avec la description de quelques îles qu’on y rencontre, recueillie par l’un de ceux de la compagnie qui fit le voyage, de l’anonyme de Carpentras a été publié en 1987 par l’historien qui l’a découvert dans la bibliothèque de Carpentras23. L’auteur, qui serait laïc, a séjourné pendant onze mois parmi les Amérindiens en 1619-1620, et décrit assez précisément la manière dont ils cultivent leurs jardins.

    • 24 L’anonyme de Saint-Christophe, 1932.

    La Relation des Isles de Saint-Christofle, Gardelouppe et la Martinicque, gisantes par les quinze degrez au-deçà de l’Equateur, autre manuscrit anonyme, qui pourrait être attribué, selon l’éditeur qui l’a publié en 1932, au père Pacifique de Provins, capucin résidant à Saint-Christophe; rédigé entre octobre 1639 et juin 1640, décrit la végétation, les cultures de ces îles tout en mentionnant les produits importés d’Europe24.

    • 25 Coppier, 1645.

    L’Histoire et Voyage des Indes Occidentales et de plusieurs autres régions maritimes et esloignées, publiée à Lyon en 1645, de Guillaume Coppier, qui vécut à Saint-Christophe et à la Martinique de 1627 à 1648, décrit les modes de construction de l’habitat caraïbe ainsi que la végétation de l’île25.

    • 26 Les informations qui suivent sont tirées de l’introduction de J. Rennard aux trois relations qu’il (...)
    • 27 Breton, 1978.
    • 28 Breton, 1664.
    • 29 Breton, 1665 ; Breton, 1666.
    • 30 Breton, 1667.
    • 31 Rennard, 1929.
    • 32 Breton, 1978.

    Connue dès sa publication, au point d’avoir été immédiatement pillée, on compte ensuite l’œuvre du père Raymond Breton, dominicain, premier missionnaire à la Guadeloupe26. Né le 3 septembre 1609 près de Montbard en Bourgogne, il entre chez les dominicains à seize ans. Il fut désigné, à la demande de Richelieu, pour accompagner – avec trois autres religieux de son ordre–, Liénart de l’Olive et Duplessis qui allaient fonder la colonie de Guadeloupe. Il vécut près de dix-neuf années à la Guadeloupe et séjourna pendant cinq années chez les Caraïbes de la Dominique dont il étudia la langue27. L’analyse des modes de vie des Caraïbes et de leur langue donna lieu à trois publications : un catéchisme en langue caraïbe28, un dictionnaire « français-caraïbe » en deux volumes29 et une grammaire sur la langue caraïbe30. Six relations lui sont attribuées qui ont été, pour trois d’entre elles, les seules connues alors, éditées une première fois en 1929 à Paris par l’abbé J. Rennard31, puis une seconde fois en 1978 par la Société d’histoire de la Guadeloupe en 197832. La sixième n’est pas retrouvée à ce jour. Deux de ces relations sont en français, trois en latin :

    1. Relation de l’Isle de la Guadeloupe par les RR. PR Breton et Armand de la Paix, publiée en 1647. Ce texte rédigé avec le père Jacquinot, dit Armand de la Paix, décrit les modes de vie amérindiens. Elle est appelée également version française, car déposée à la Bibliothèque nationale.

    2. Une copie de la relation précédente, appelée version romaine car déposée aux Archives de la Propagande.

    3. Brevis Relatio missionnis Fratrum Praedicatorum in insulam Guadalupan, écrite en 1654, appelée par l’abbé Rennard Relatio A.

    4. Une relation qui couvre la période 1635-1656, désignée par l’abbé Rennard sous le titre Relatio B. Il existe une traduction résumée en italien de cette relation. Les deux relations A et Β en latin relatent les événements de la mission des frères prêcheurs à la Guadeloupe. À ce jour, n’ont été publiées que la première relation et les relations A et B.

    5. Missionis FF Prædicatorum Gallorum ad insulam Guadelupam et adiacentes Americae Septentrionalis brevis narratio. Cette relation ainsi que la traduction italienne citée précédemment n’étaient pas connues de l’abbé Rennard.

    6. La sixième relation est Relatio gestorum a primis ordinis praedicatorum missionaris in insulis Americanis ditionis Gallicae, prasertim apud Indos indigenas quos Caraïbes vulgo dicunt, ab anno 1635 ad 1643.

    • 33 Du Tertre, 1667-1671.
    • 34 Satineau, 1928, p. 391.

    L’Histoire générale des isles de Saint-Christophe, de la Guadeloupe, de la Martinique et autres de l’Amérique de Jacques Du Tertre, de la compagnie des frères prêcheurs, appelé en religion le père Jean-Baptiste de Sainte-Ursule, qui, à part quelques interruptions, a résidé à la Guadeloupe de 1640 à 1646, a fait l’objet de deux éditions. Une première, parue en 1654, est remaniée et augmentée pour donner en 1667-1671 l’Histoire générale des Antilles habitées par les François, en trois volumes in-quarto33. Le premier contient l’histoire de tous les établissements des colonies françaises, le deuxième et le troisième sont une histoire naturelle où sont décrites la faune et la flore de ces établissements ainsi que les populations de l’île. M. Satineau rappelle les propos de Chateaubriand dans Le Génie du christianisme à propos de cette œuvre : « Buffon, dit-il, ne peint pas mieux ; si la perfection dans l’art du peintre consiste à donner une idée précise des objets, en les offrant sous un jour agréable, le missionnaire des Antilles a atteint cette perfection34. »

    • 35 Du Puis, 1652.

    Enfin, la Relation de l’establissement d’une colonie françoise dans la Gardeloupe, isle de l’Amérique et des mœurs des sauvages, publiée en 1652, est l’œuvre du père Mathias de Saint-Jean, dominicain plus connu sous son nom de Mathias du Puis. Du Puis a passé cinq ans à la Guadeloupe de 1644 à 1649, mais son texte n’est qu’une pâle copie de l’œuvre de Breton35.

14Le système de l’habitation qui se développe à la Guadeloupe à partir des années 1670 perdure jusqu’à la création des usines sucrières de la décennie 1860. La source principale utilisée pour l’étude de la mise en place du système de l’habitation à la Guadeloupe et à la Martinique est l’œuvre du père Labat, qui porte sur la société d’habitation martiniquaise dans ces îles. Le Nouveau Voyage aux isles de l’Amérique, contenant l’histoire naturelle de ces pays, l’origine, les mœurs, la religion et le gouvernement des habitants anciens et modernes, du père Labat, dont la première édition date de 1722, est une véritable chronique année par année, voire mois par mois, des onze années que ce dominicain a passé dans les Antilles. Débarqué à Saint-Pierre, le 29 janvier 1694, il passe sept ans et demi à la Martinique où il administre pendant trois ans le domaine du Fonds Saint-Jacques, propriété des dominicains. Les intérêts de son ordre lui ayant donné l’occasion de visiter une bonne partie de l’archipel caraïbéen, certaines des descriptions qu’il fournit concernent d’autres îles de l’archipel dont la Guadeloupe. Si le père Labat décrit avec une certaine forfanterie ce qu’il a vu et réalisé, son témoignage est cependant irremplaçable.

  • 36 Lavollée, 1841.

15Au début du XIXe siècle, lors des débats pour la seconde abolition de l’esclavage, partisans et opposants à l’émancipation s’affrontent sur la nécessité ou le maintien de l’abolition et exposent leurs arguments à partir des descriptions qu’ils donnent des conditions de vie des esclaves. Cette littérature abondante, là encore, traduit davantage la perception européenne de la condition esclavagiste qu’elle ne nous informe sur les conditions de vie réelles des populations antillaises, tellement les descriptions sont non seulement divergentes mais opposées. En les confrontant cependant, on peut pour notre propos suivre l’évolution de l’octroi des jardins aux esclaves. On retiendra ici les notes posthumes de Félix Longin, mises en forme par son éditeur sous le titre de Voyage à la Guadeloupe (1816-1822). Les observations de ce professeur de lettres lors de son séjour à la Guadeloupe nous renseignent sur certains aspects de l’architecture des cases des habitants et des esclaves que l’on ne trouve pas ailleurs. Une enquête effectuée dans le cadre d’une inspection générale du service des douanes des deux colonies de 1837 à 1838 par l’inspecteur Lavollée, bien qu’elle concerne le sucre, nous informe sur le rôle des jardins en ajoutant à l’analyse de l’inspecteur les précisions de l’administration de Guadeloupe36. Victor Schoelcher dans Des colonies françaises. Abolition immédiate de l’esclavage, texte qui décrit les conditions de vie des esclaves sur les habitations martiniquaises et guadeloupéennes à la veille de l’abolition, nous fournit un certain nombre de précisions quant aux liens des esclaves à certains végétaux. Parmi les antiabolitionnistes, deux auteurs retiendront notre attention. Adolphe Granier de Cassagnac pour son Voyage aux Antilles françaises, anglaises, danoises, espagnoles ; à Saint-Domingue et aux États-Unis d’Amérique. Cet ouvrage, pour le moins partisan, comprend cependant des descriptions des paysages de l’île et des modes de mise en valeur du sol dont on doit tenir compte. Adrien Dessalles, dans son Histoire générale des Antilles, qu’il dédie à son père, ancien conseiller au Conseil souverain, ancien procureur général près la Cour royale de Martinique, prétend rien de moins que de faire œuvre d’historien impartial afin que l’on comprenne en France la nécessité qu’il y a de maintenir l’esclavage.

L’alimentation des esclaves

  • 37 Galette de farine de manioc.
  • 38 Du Tertre, 1667-1671 (1978), II, p. 514.
  • 39 Les quantités de l’ordinaire ont varié dans le temps. Dans les années précédant l’abolition, l’ordi (...)
  • 40 Moreau de Saint-Méry, 1784-1790, I, p. 68.

16Le père Jacques Du Tertre, un des premiers missionnaires présents à la Guadeloupe, mentionne dans son Histoire générale des Antilles habitées par les François les deux premières ordonnances qui ont été promulguées dès les années 1640, soit moins de dix ans après le début de la colonisation française dans les Petites Antilles, et qui déjà ont trait à l’alimentation des esclaves. La première est l’ordonnance sans date du général Duparquet qui enjoint à tous les colons possédant des esclaves de leur donner chaque semaine au moins deux livres de viande, voire trois quand les bateaux venant d’Europe accostent, ainsi que de la cassave37 et des pois38. La quantité et le contenu des rations minimales exigées par ces ordonnances étaient appelés ordinaires39. L’ordonnance du 13 juillet 1648 de Patrocles de Thoisy, gouverneur général des îles, confirme la précédente et demande aux colons de cultiver des vivres pour la nourriture des esclaves, des officiers des milices étant chargés de veiller à l’application de cette ordonnance et d’en rendre compte au gouverneur40. Dans les premières années de la colonisation, lorsque l’habitant nourrit ses esclaves, deux modes de distribution des aliments coexistent : soit la nourriture préparée par une esclave âgée ou un colon engagé est distribuée chaque soir ou portée sur le lieu de travail, soit les aliments de base – viande, pois et cassave – sont distribués le dimanche, à charge pour les esclaves d’accommoder leur nourriture, en se procurant par ailleurs des ignames, des patates et du gros mil :

  • 41 Du Tertre, 16671671 (1978), II, p. 514-515.

« On nomme dans chaque case quelque vieille négresse ou une autre prête à accoucher ou quelque Français engagé pour prendre soin de la marmite pendant que les autres travaillent sur la place. Quand l’heure du dîner est venue on les appelle tous, et le commandeur distribue les morceaux que chaque nègre emporte dans sa case pour manger à sa fantaisie. Quand ils travaillent sur quelque place éloignée de l’habitation, on leur porte leur dîner comme on fait aux vendangeurs en France et dans ce cas ils mangent tous ensemble.
Il y a des cases où le maître donne un baril de viande à la fois, qu’on distribue tous les dimanches aux nègres, avec une quantité de cassave et de pois. Chaque famille de nègres fait sa cuisine à part, et accommode à sa façon et à son goût ce qu’ils doivent manger. Il est vrai que je ne sais comme ces pauvres gens-là font, mais avec le peu de viande qu’on leur donne ils se portent mieux que beaucoup de Français. Ils remplacent la viande par les ignames, des patates, du gros mil (ce que nous appelons en France blé de Turquie) et quantité d’herbes et des fèves de sept ans, avec lesquelles ils font de si étranges salmigondis qu’il n’y a qu’eux seuls pour en manger41 »

  • 42 Lavollée qui écrit au début du XIXe siècle confirme cette différence entre la Martinique où l’usage (...)
  • 43 Debien, 1964.
  • 44 Du Tertre, 1667-1671, II, p. 516.
  • 45 Longin, 1848, 213.

17Cependant à la Guadeloupe, dès le milieu du XVIIe siècle, au contraire de la Martinique42, des colons ont préféré attribuer quasi systématiquement à leurs esclaves un lopin de terre afin qu’ils pourvoient eux-mêmes à leur nourriture. Cette coutume trouve son origine dans l’installation à la Guadeloupe des colons hollandais chassés de Recife lorsque le Portugal reprend à la Hollande les terres qu’elle venait de lui arracher au Brésil. Ces colons apportent avec eux la technique de fabrication du sucre, alors que la canne dans les Antilles françaises est loin d’être considérée comme une culture susceptible d’apporter des revenus conséquents, ainsi que d’autres manières de gérer les esclaves. Les Portugais octroyaient un lopin de terre depuis les premières années du XVIe siècle dans leur colonie de Madère43. Suivant le modèle brésilien, en vigueur également à la Barbade, un certain nombre de planteurs se déchargent de la nourriture des esclaves en leur donnant la journée du samedi pour cultiver le lopin de terre qu’ils leur attribuent44. Le produit des jardins n’a cependant pas toujours permis aux esclaves de se nourrir correctement faute de temps à leur consacrer45.

  • 46 Meillassoux, 1986, p. 272.
  • 47 AN, col. F3, lettre du 12 mars 1672 du sieur Jollivet au directeur général de la compagnie des Inde (...)

18La présence de jardins sur les habitations est étroitement liée à la manière dont le colon a décidé de résoudre la question économique de l’alimentation des esclaves. Si l’habitant décidait de nourrir ses esclaves, il devait débourser de l’argent en espèces. Pour fournir cet ordinaire constitué de produits en provenance de la métropole, il disposait entièrement de tout le temps de travail de l’esclave corvéable à merci. Sa seule contrainte était de veiller à ce que l’esclave pût fournir un maximum de travail sans périr de faim. À l’inverse, si l’habitant octroyait un lopin de terre que les esclaves pouvaient mettre en valeur sur les quelques heures que le maître leur abandonnait pour travailler pour eux-mêmes, il n’avait certes pas d’argent à dépenser mais perdait des heures de travail. Pour reprendre la terminologie de C. Meillassoux, dans le premier cas, les esclaves sont dits de peine, dans le second cas, ils sont « mansés46 ». À la Guadeloupe, sur la même habitation coexistaient ces deux catégories d’esclaves : celle qui devait se nourrir à partir d’un lopin de terre et celle qui, décrite en meilleure santé, employée aux sucreries et distilleries, était nourrie par l’habitant47.

  • 48 Le 6 novembre 1736, le conseil de Guadeloupe condamna un colon qui avait accordé à ses esclaves le (...)
  • 49 Jamard, 1992.
  • 50 « – art. 22 : Seront tenus, les maîtres, de faire fournir par chacune semaine, à leurs esclaves âgé (...)
  • 51 AN, col. F3, règlement du Conseil souverain, 12 juillet 1681. Le conseil souverain ordonne aux plan (...)
  • 52 AN, col. F3 221, p. 889, code Guadeloupe. Le conseil supérieur de la Guadeloupe réitère dans un arr (...)
  • 53 AN F3 236, p. 776, Recueil des lois particulières à la Guadeloupe et dépendances. « Le gouverneur e (...)
  • 54 L’ordonnance du 20 décembre 1712 enregistrée le 8 mai 1713 réitère les articles 22 et 23 du code no (...)
  • 55 L’ordonnance du 2 janvier 1715 réitère les articles 22 et 23 du code noir (Dessalles, 1847, p. 299)
  • 56 AN, col. F3 222, pp. 643-645. Ordonnance du 8 octobre 1720 sur la nourriture des esclaves, in Satin (...)
  • 57 In Satineau, 1928, p. 266, d’après AN, col. F3 326.
  • 58 AN, Col. F3 326, recueil des lois particulières à la Guadeloupe et dépendances, in Satineau, p. 266 (...)
  • 59 « L’article 22 de l’ordonnance de 1685 [le code noir, op. cit.] fixe la nourriture des esclaves, et (...)

19L’administration coloniale française voyait d’un mauvais œil l’octroi d’un lopin de terre, comme en témoignent les nombreux arrêtés et ordonnances qui ont exigé de l’habitant qu’il nourrît ses esclaves au lieu de les laisser mourir de faim ou de se décharger de leur nourriture en leur donnant l’usage d’un lopin de terre48. L’octroi d’un lopin de terre était considéré comme un premier pas vers l’accumulation d’un pécule, lorsque certaines des productions étaient vendues, pouvant être fatale au système esclavagiste49. Les autorités locales et le pouvoir central multiplient après le code noir (1685)50 ordonnances et arrêtés en vue d’obliger les colons à pourvoir à la nourriture de leurs esclaves. On peut citer ici les ordonnances et arrêtés des 12 juillet 168151, 7 janvier 169652, 19 avril 170353, 20 décembre 171254, 2 janvier 171555, 8 octobre 172056 ; plus particulièrement, pour les plantations de bananiers, les ordonnances du 21 mai 1708, 3 mars 1714, 16 août 1723, 6 décembre 1723, 1er septembre 173657, ainsi que les ordonnances des 16 mars 1739, 10 mars 1740, 2 septembre 1748, 24 juillet 1751, 15 mai 1765, 1er septembre 1772 etc.58, et un arrêt du conseil du 6 mai 176559 qui insiste sur l’obligation pour le maître de nourrir ses esclaves.

  • 60 Taffin, 1985, p. 301.
  • 61 Le dr Roaldès décrivant en 1824 les usages alimentaires de la population de Petit-Canal note que le (...)
  • 62 Taffin, 1985, p. 300-302.
  • 63 Selon le dr Dazille, la nourriture donnée aux esclaves leur est nuisible car elle manque de « ferme (...)
  • 64 Satineau, 1928, p. 264.
  • 65 Taffin, 1985, p. 75.

20Cependant, quelle que soit la solution choisie, la médiocrité de l’alimentation est dénoncée par les médecins et les voyageurs. Les produits importés sont souvent de mauvaise qualité ; les cargaisons de bœuf et de morue salée peuvent arriver avariées dans l’île et être malgré tout distribuées pour être finalement utilisées dans l’amendement des terres60 La nourriture des esclaves est peu variée61, les produits frais sont réservés aux habitants – les esclaves pouvant leur vendre les produits de leurs propres jardins et leurs volailles afin de se constituer un revenu ou de se procurer du tafia (eau-de-vie tirée des mélasses du rhum)62. Pour certains médecins, l’alimentation est inadaptée à la constitution que la médecine du XVIIe siècle prête aux esclaves63. Enfin, le produit de la récolte est le plus souvent consommé en deux jours64. À quoi s’ajoutent les disettes provoquées par la faiblesse des importations métropolitaines – en raison du système de l’exclusif, les colons ne pouvant importer des produits en provenance de pays autres que la France – et les catastrophes naturelles comme les ouragans et les sécheresses65.

  • 66 Schnakenbourg, 1980, p. 55.

21À la lecture des rapports, des récits de voyage, il apparaît que malgré la promulgation d’ordonnances et d’arrêtés, chaque habitation a été un cas particulier quant à l’attribution de l’ordinaire ou d’un lopin de terre, voire d’un demi-ordinaire et d’un petit lopin de terre. V. Schoelcher rapporte, pour les années 1840 qui ont précédé l’abolition de l’esclavage, la variété des situations : ordinaire, demi-ordinaire voire pauvreté de la nourriture et absence de jardin sur les petites habitations vivrières où l’habitant arrive tout juste à se nourrir. Ch. Schnakenbourg a calculé, à partir des habitations citées par Schoelcher dans Rapports des procureurs, que sous la Monarchie de Juillet, 21 % d’habitants à la Martinique et 10 % à la Guadeloupe continuent à nourrir entièrement leurs esclaves, outre quelques-uns qui adoptent un système mixte distributions-jardins : les autres (environ les deux tiers selon l’auteur) se déchargeant entièrement sur les esclaves du soin de produire leur nourriture66. Peu avant l’abolition, cette mesure largement répandue à la Guadeloupe est acceptée bon gré mal gré dans cette île par l’administration. En témoigne la réponse que formule cette dernière à l’inspecteur Lavollée :

  • 67 Lavollée, 1841, p. 135.

« Il est d’usage général, à la Guadeloupe, de donner la journée du samedi en remplacement de l’ordinaire ; ce mode est plus avantageux aux nègres, et par conséquent aux maîtres. Obligés d’employer ce temps à la culture de leurs jardins, en comptant plus sur l’ordinaire qu’ils savaient toujours trouver à la fin de chaque semaine, les esclaves ont été amenés à avoir une certaine prévoyance et un esprit d’ordre et d’économie qui ne leur sont pas naturels. C’est un commencement de liberté auquel ils se sont accoutumés ; l’on peut même dire que c’est un des plus grands pas qui aient été faits vers les idées nouvelles, et il faut reconnaître qu’il a été fait par les colons, d’eux-mêmes, sans que la loi s’en soit mêlée, et même en dépit de la loi. Si le travail libre cesse un jour d’être à l’état de spéculation, on le devra en grande partie à cette mesure adoptée par presque tous les habitants67. »

22Plus loin, cette administration jusque-là réticente à l’octroi de lopins de terre peut affirmer, sentant l’abolition approcher :

  • 68 Idem., 1841, p. 135.

« Il a été dit que le nègre pouvait disposer du samedi, du dimanche et de deux heures par chaque autre jour de la semaine. Sur les habitations sagement administrées et où il règne un bon esprit dans l’atelier, ce temps est si bien employé qu’il suffit à entretenir un espace de terrain presque aussi considérable que celui cultivé par le propriétaire dans les cinq autres jours de la semaine. Il n’est pas rare de voir sur des sucreries où l’on cultive annuellement de 20 à 25 hectares de cannes, par exemple, les jardins à nègres en occuper de 18 à 2068. »

  • 69 Taffin, 1985, p. 303-304.

23Dans les mois qui ont précédé l’abolition de l’esclavage, un arrêté local du 31 octobre 1846, recevant sanction royale le 8 décembre 1847, confère à l’esclave un lopin de huit ares, à charge pour lui de subvenir entièrement à sa nourriture. Ce jardin n’aura que quatre ares s’il est nourri par le maître69.

LES DÉBUTS DE LA COLONISATION (1635-1654)

L’île aux temps des Amérindiens

  • 70 Barrau, 1976.
  • 71 Côte-Au-Vent exposée aux alizés qui soufflent de l’est vers l’ouest, par opposition à la côte Sousl (...)
  • 72 Rennard, 1929, p. 6162.
  • 73 Cf. le corpus des textes issus de la seconde navigation de Christophe Colomb présentés et traduits (...)
  • 74 Christophe, 1932.
  • 75 Rennard, 1929.
  • 76 Idem., ibid., p. 62.
  • 77 Du Tertre, 1667-1671.

24Tous les récits des chroniqueurs s’accordent sur la luxuriance de la végétation, caractéristique des îles tropicales humides, promesse d’une grande fertilité, et mentionnent la présence de jardins mis en valeur par les Amérindiens qui peuplaient l’île. Les Amérindiens, de par leurs modes d’appropriation spontanée des ressources que furent la chasse, la pêche, la cueillette et la production de ressources vivrières comme la culture itinérante sur brûlis, ont davantage tiré parti du milieu végétal naturel qu’ils ne l’ont transformé, au contraire de ce que feront les colons européens70. Les villages sont situés aux capesterres71 des îles car l’abord en est plus difficile pour le mouillage de bateaux ennemis. Les Amérindiens vivent en hameaux qui regroupent plusieurs familles apparentées. Chaque ménage dispose d’une case appelée « ajoupa », l’ensemble des cases est regroupé autour d’une plus grande, commune, appelée « carbet »72. De forme ronde73, les cases sont en latanier (Coccothrinax dussiana L. H. Bailey), couvertes de feuilles de palmistes (Prestoea montana (R. Graham) Nichols.), de roseaux74, ou de latanier75 ; un orifice au sommet laisse échapper la fumée76. Composées de deux ou trois pièces, certaines possèdent sur le côté une case plus petite pour ranger les outils77.

  • 78 Moreau, 1987.
  • 79 Du Puis, 1652, p. 203.
  • 80 Le père Breton, dans son dictionnaire caraïbe-français publié en 1665, donne la définition suivante (...)
  • 81 Moreau, 1987 ; Coppier, 1645.
  • 82 Il s’agit de la patate douce, Ipomoea batatas (L.) Lamk.
  • 83 Moreau, 1987, p. 154-155.
  • 84 On ne peut en l’état des indications identifier d’autres espèces citées par G. de Coppier : les « e (...)
  • 85 Rennard, 1929.

25A cette époque, les Amérindiens vivent de la chasse, de la pêche, de fruits et de tubercules appelés localement racines. Tout jeune homme arrivé à l’adolescence doit posséder un jardin afin de pouvoir se marier78. Des festivités président à la création du jardin79. Les jardins, appelés « icháli » dans la langue caraïbe80, situés dans la forêt, à l’écart des habitations et éloignés des rivières, sont orientés vers le sud81. Les hommes créent les jardins, hommes et femmes plantent manioc et patates douces, mais seules les femmes sarclent, et ce sont elles qui connaissent les simples. Dans le chapitre consacré à « la manière de faire leurs jardins qu’ils nomment « moanna » ou “maynabou” », l’auteur anonyme du manuscrit de Carpentras précise les modalités de création d’un jardin. Les jardins sont mis en place suivant la technique de la culture itinérante sur brûlis avec longue jachère forestière, propre à l’agriculture des pays tropicaux : les arbres sont coupés, puis on les laisse sécher pendant deux ou trois mois avant de les brûler. Ensuite, on plante les cultures essentielles : manioc, ananas, patates82, canne à sucre, giraumons83. On trouve également dans leurs jardins des prunes de mombin, des papayes (Carica papaya L.), des goyaves, des pommes de genippas (Genipa americana L.), des eschines, des carnottes, des piments (Capsicum sp.), des iucas (Yucca sp.), des plantains (Musa acuminata Colla et nombreux cultivars), et des citrouilles de terre84. Les techniques sont rudimentaires : un bâton à fouir est utilisé faute de houe85.

  • 86 Les Amérindiens ont non seulement permis aux colons de ne pas mourir de faim en les ravitaillant de (...)

26Des noms de végétaux qui ont persisté, des techniques culturales et culinaires qui ont été transmises aux premiers colons et aux premiers esclaves, témoignent de la place occupée par certains éléments de culture amérindienne dans la société antillaise d’aujourd’hui86.

La mise en valeur par les premiers colons

  • 87 Lasserre, 1961, p. 335.
  • 88 Sur les causes du déclin de cette culture, cf. Lasserre, 1961, p. 336.

27Pendant les quinze premières années de la colonisation, les habitations des colons ne sont pour la plupart que des petites propriétés vivrières de faible superficie. D’une vingtaine d’hectares au début de la colonisation, elles furent réduites à une dizaine d’hectares. À cela plusieurs raisons : difficultés de déboisement, épidémies et endémies qui ravageaient la population, main-d’œuvre peu nombreuse fournie par les engagés et quelques esclaves, nécessité des regroupements pour des raisons de sécurité87. Les premiers colons se consacraient à la culture vivrière, héritière directe des savoir-faire caraïbes, afin de pourvoir à leurs besoins alimentaires. Les chroniqueurs des XVIIe et XVIIIe siècles n’ont cessé d’insister sur la mauvaise qualité des nourritures apportées de France, et sur la nécessité de produire localement des produits alimentaires. À côté de cette production vivrière, les premiers colons cultivaient également des plantes d’exportation. Si les cultures du gingembre (Zingiber officinale Rosc.), du coton et de l’indigotier (Indigo tinctoria L.) ne donnèrent pas sur le plan financier les résultats escomptés, celle du tabac (Nicotania tabacum L.), appelé pétun, fut la première source de richesse de la Guadeloupe jusque dans les années 167088. Le meilleur emplacement des champs de tabac était près de la mer afin de réduire les coûts de transport de la marchandise. L’implantation se faisait par étage de la mer vers les hauteurs, et le défrichement par brûlis.

28Les bâtiments d’habitation des premiers colons sont assez précaires et s’apparentent à ceux des Amérindiens. La structure de la case est recouverte de feuilles de latanier qui servent de chevron. La palissade est en latanier avec des meurtrières. Le toit est fait de cannes et de roseaux attachés avec des aiguillettes de mahaut (Cordia sp.) sur lesquelles reposent des feuilles de latanier. Les portes de clôture sont en mapou (Pisonia fragrans Dumont-Cours).

29Alexandre-Olivier Oexmelin a rendu compte de la construction des cases des premiers colons à Saint-Domingue et de l’aménagement de leur jardin.

  • 89 Oexmelin, 1686, p. 180-182.

« Après qu’ils ont planté leurs vivres, ils bâtissent une plus grande loge, qu’ils nomment à l’imitation des Espagnols, Case, ils en sont les charpentiers et les entrepreneurs eux-mêmes, ou leurs voisins, chacun y donne son avis : la construction de ce bâtiment, est des arbres coupez par le tronc, en fourches, qu’ils plantent en terre ; ils y en enfoncent trois ou quatre de quinze à seize pieds de haut, sur les fourchons desquels ils mettent une pièce de bois qui est le faîte, ils en placent à six pieds de là, de chaque costé huit de mesme qui n’ont que six à sept pieds de hauteur, sur les fourchons desquels ils posent des pieces de bois, de mesme qu’ils ont posé sur les premières, qu’ils nomment filieres, et en mettent encore sur chaque petite fourche, une, qu’ils nomment des travers. Après de deux en deux pieds, ils mettent de plus petites pièces de bois, qui s’accrochent par le moyen d’une cheville sur le faîte, et viennent tomber par l’autre bout en descendant sur ces filières.
Quand cela est à ce point, ils amassent quantité de feuilles de palmiers, ou de roseaux ou cannes de sucre pour les couvrir, et les voisins s’aydent les uns aux autres ; si bien qu’en un jour ils couvrent cette Loge ; après ils la ferment tout autour, avec des roseaux ou des planches, qui font des palmiers, qu’Os nomment palissades. Ce bâtiment en cet état, ils plantent quantité de petites fourches tout autour, à la hauteur de deux ou trois pieds de terre, sur lesquelles ils mettent des bâtons rangez comme une maniere de claye ; ils en font autant qu’ils sont d’hommes à coucher dans cette case. Ils mettent là-dessus une paillasse remplie des feuilles de bananier, et dessus une tente de toile blanche, qu’ils nomment pavillon, et appellent le tout une cabane, c’est là-dessus qu’ils se couchent89. »

30Dans leurs jardins, les premiers colons

  • 90 Idem., ibid., 1686, p. 71.

« [...] commencent par planter les légumes. D’abord, ils sèment des pois, ensuite des patates, du manioc, dont ils font de la cassave, des bananiers et des figuiers, qui, dans ces premiers commencements, leur servent de nourriture. Ils plantent des figuiers dans les lieux les plus bas et les plus humides, le long des rivières et auprès des sources ; car il n’y a guère d’habitant qui n’ait sa demeure proche d’une rivière ou d’une source90 ».

31L’auteur du manuscrit anonyme de Saint-Christophe, en décrivant les jardins des habitants de la Guadeloupe et certains des fruits et légumes de l’île, montre comment la perception et la domestication de la nature tropicale se sont faites dans un premier temps, tout comme dans la compréhension des « tempéraments » des habitants et de leurs maladies, à partir d’une grille de lecture européenne :

  • 91 Christophe, 1932, p. 21.

« Les riches et curieux ont leurs bastimens à la françoise avec de beaux jardins plantés en grenadiers, orangers, citronniers, palmiers, figuiers, et autres arbres beaux à merveilles couvertz de fleurs, fruicts en toutes saisons. Le commun a des maisons comme en latanniers, nos villages, couvertes de planches, autre de feuilles de palmistes, de roseaux qui durent quatre ou cinq ans91. »

32Certains fruits et légumes sont décrits en référence aux produits européens qu’ils évoquent :

  • 92 Idem., ibid., 1932, p. 2324.

« [...] Une espèce de fruicts appelés bananes, longs, comme un concombre, mais un peu plus mince et fort excellent au manger. Les goïaves que les Bréziliens appellent mangan, sont gros comme une pesche et sont remplies de pierres de mesme que nos neffles. Les figues y sont excellents, grosses comme les bananes et quasy de la mesme sorte, mais non pas du tout si longs, meilleurs cuites soubz la braise que les meilleures poires de France.
Les acajoux et prunes de monbin (nom des arbres qui les portent) sont fruicts fort délicats, sinon que l’acajoux est remply d’un jus un peu âcre, mais surtout est excellent et digne de la bouche des roys le fruict qu’on appelle ananas, faict comme une pomme de pin et gros comme ung de nos plus gros melons, dont il y en a presque en toute saison.
[...] Les pattates sont poires de terres (estant cuittes ont le goust de chastaigne ou marrons), on en faict de la boisson meilleure que la bière et des branches et feuilles de ces arbres, on en nourrit ses porcqs, lappins, asnes et autres animaux et estant lesdictes patattes meslées avec les acajoux et prunes de monbin, on en faict une boisson aussi agréable que le vin de Rez ou de La Rochelle et les racines de ces arbres sont exellentes pour la nourriture de poulies d’Inde et communes92. »

  • 93 Il s’agit de la pastèque, Citrullus vulgaris Schrad.
  • 94 Il s’agit du melon européen, Cucumis melo L.

33Sont plantés à des fins utilitaires ou alimentaires des produits originaires de France comme le chanvre (Cannabis sativa L.), le lin (Linum usitatissimum L.), les melons de France93, le pourpier et toutes les herbes qui « poussent en peu de jours », alors que les poiriers (Pirus communis L.) et les pommiers (Malus communis Poir.) ne donnent pas de fruits. Selon l’auteur, les citrouilles, les giraumons, les melons d’eau94, les oranges, les grenades et les citrons « croissent naturellement ».

34La culture de la canne à sucre en est à ses débuts, et les premiers voyageurs sont loin de se douter de l’importance qu’elle prendra par la suite :

  • 95 En fait, la canne à sucre est originaire de l’Inde. Cultivée aux Canaries, elle fut introduite aux (...)

« Les cannes de sucre sont en abondance en l’isle de la Gardeloupe, où elles croissent naturellement, lesquelles on commence à cultiver et réduire en sucre par le moïen de moulins, que quelques compagnies de marchands y ont faict bastir. Mais il faut trois ans entiers pour rendre les cannes en estat d’estre cassées et brisées par ces moulins et ceste récolte ne se faict que de trois ans en trois ans, mais on s’accomode de sorte à cette nécessité qu’il y a toujours une récolte à faire chacune année, ainsy que font nos laboureurs de France pour la culture de leurs bledz, tellement qu’aïant ainsy et succres et les fruicts excellans et en abondance, ce sera le moïen de faire tel quantité de confitures seiches et licquides qu’on désirera, lesquelles estant envoyées en France on en tirera de quoy faire subsister abondamment les peuples de ces isles et que peult-on désirer de plus délicieux ? » (Christophe 1932), p. 23-2495.

Les premiers esclaves

  • 96 Les engagés ou « Trente-six mois » ont assuré, à côté des colons aisés venant sur leur propre fortu (...)

35L’auteur anonyme de Saint-Christophe et le père Breton mentionnent la présence des esclaves dès 1636. Le père Du Tertre dans le huitième traité de son Histoire des Antilles... en précise les différentes origines : arawak, brésilienne et africaine. Les esclaves arawak sont vendus aux Européens par les Caraïbes, pour la pêche et la chasse. Les esclaves brésiliens sont des Amérindiens vendus par les Hollandais au retour dans leur pays. Les femmes sont utilisées comme femmes de chambre, nourrices ou blanchisseuses, et les hommes comme chasseurs ou pêcheurs. Selon l’auteur, les esclaves amérindiens ne sont pas maltraités, on chercherait plutôt à les amadouer pour les faire travailler ; au contraire des esclaves d’origine africaine « appelés Maures en France » qui servent pour les travaux des champs. Ils sont peu nombreux au début de la colonisation, car l’essentiel de la main-d’œuvre est constitué par les engagés96. La traite se met en place avec le développement de l’industrie sucrière.

36Le père Du Tertre est un des seuls auteurs à avoir décrit les habitations des esclaves d’origine africaine aux débuts de la colonisation. Les cases sont disposées en cercle, alors qu’elles seront alignées par la suite. Elles semblent être habitées par des gens de même famille. Leur localisation, près de la maison de l’habitant et leur emplacement, au-dessous du vent, n’évolueront point.

  • 97 La Guadeloupe est située dans la zone des alizés qui soufflent avec régularité du secteur Est. D’oc (...)
  • 98 Du Tertre, 16671671 (1978), II, p. 517-518.

« On situe très convenablement le département des nègres dans toutes les habitations des îles ; pour éviter la mauvaise odeur qu’exhalent leurs corps, on les place toujours au-dessous du vent du logis de leurs maîtres97, pourtant on ne les en éloigne pas beaucoup afin de les observer. Chaque nègre qui n’est point marié a sa petite case à part, l’homme et la femme n’en ont qu’une pour eux deux et pour leurs petits enfants ; mais dès qu’ils sont grands, le père a soin de leur en bâtir une proche de la sienne.
Leurs cases ressemblent à celles des habitants du siècle d’or, dont Sénèque nous décrit le bonheur. Elles n’ont guère plus de deux à dix pieds de longueur sur six de large et dix ou douze de haut ; elles sont composées de quatre fourches qui en font les quatre coins et de deux autres plus élevées qui supportent la couverture qui n’est que de roseaux, que la plupart font descendre jusqu’à un pied de terre. Ceux qui la font plus haute la palissadent avec de gros pieux qui se touchent les uns les autres, sans se servir de roseaux comme les Français qui sont bien aises d’avoir de l’air, si bien que leurs cases sont closes comme une boîte de peur que le vent n’y entre. Ils procèdent avec beaucoup de bon sens, parce que, n’y étant presque jamais seuls la nuit, or ces nuits sont extrêmement froides, ils seraient trop incommodés par le vent, le grand air, ainsi le jour n’y entre que par la porte qui est de cinq pieds de haut.
Tous les esclaves d’une même famille bâtissent leurs cases dans un même endroit, laissent néanmoins dix ou douze pas de distance. Quand ils sont nombreux, ils font ordinairement un cercle et ils laissent une place comme au milieu de toutes les cases qu’ils ont un grand soin de tenir toujours nette.
Monsieur le Général de Poincy, qui en avait sept à huit cents, avait fait entourer leur quartier d’une muraille et leur avait fait bâtir des cellules en pierre et en brique. Ce quartier s’appelait la ville d’Angola, mais, une partie ayant été détruite par le feu, depuis ils les ont bâties comme les autres98. »

37Du Tertre après avoir rappelé que l’habitant, qui aurait volontiers tendance à laisser mourir les esclaves de faim, doit nourrir ses esclaves selon une ordonnance du général Du Parquet, décrit ainsi les lopins de terre attribués aux esclaves sur certaines habitations :

« Les nègres, qui ont le samedi libre pour se nourrir et pour s’entretenir comme ceux du Brésil, vont travailler ce jour-là chez les habitants qui les nourrissent et leur donnent dix livres de pétun pour leur peine ; ils ne manquent pas de gens pour les occuper, et aujourd’hui à la Martinique on se sert d’eux de cette manière, de préférence à ceux de ses voisins, envers qui on est obligé de faire d’autres corvées quand ils sont prêtés.
Les maîtres déterminent une quantité de terre assez vaste sur leurs habitations pour ces esclaves, afin d’y planter leurs pois, leurs patates et leur manioc, et particulièrement leurs ignames qu’ils aiment plus que tout. En plus, ils font des jardins sur une partie de cette terre, où leurs femmes cultivent des herbes potagères, des concombres, des melons de toutes sortes et des giraumons, que leurs maris vont vendre aux magasins les dimanches et les jours de fête entre les deux messes.
Ceux qui sont ménagers et qui ne dissipent pas en débauche le pétun qu’ils gagnent se nourrissent et s’entretiennent honnêtement, mais comme il y en a, ou qui n’ont pas beaucoup d’application ou assez de retenue, ces misérables mourraient de faim s’ils ne volaient pas pour vivre. C’est pourquoi les habitants de la Martinique voudraient que cette coutume brésilienne fût abolie, parce qu’elle donne trop de liberté aux esclaves et que plusieurs qui ne gagnent pas assez pour s’entretenir et se nourrir se rendent marrons » (Du Tertre R.P., 1667-1671, II : 519-520).

LE TEMPS DE L’HABITATION-SUCRERIE ESCLAVAGISTE (1654-1848)

  • 99 Carte en seize feuilles conservée à la Bibliothèque nationale, cartes et plans, pf. 155, div. 2, pi (...)

38Le nouveau mode de faire-valoir du sol qu’est la culture intensive de la canne entraîne une nouvelle organisation de l’habitat et de l’espace habité, et un autre mode d’habiter. La carte levée par les ingénieurs géographes de 1763 à 1768 au 1/14 400e montre bien le type d’habitat lié à l’économie de plantation : un habitat dispersé à l’échelle de l’île, mais dont les éléments, maison de l’habitant, cases des esclaves, bâtiments d’exploitations, sont regroupés en petits ensembles sous le vent et sous la surveillance de la maison du maître à l’échelle de l’habitation (cf. carte n° 2)99.

  • 100 Labat, 1742, II, p. 280299.

39Le père Labat a donné une description détaillée de l’habitation idéale100. La maison de l’habitant est située sur un morne afin d’être bien ventilée, et est entourée d’un jardin. Les cases des esclaves sont sous le vent et sous la surveillance de la maison du maître. Non loin s’étendent les offices et les magasins, plus loin se trouvent le moulin et la sucrerie dont le bruit ne doit pas gêner le maître. Les jardins des esclaves s’étendent au-delà des jardins de canne et des cultures vivrières de l’habitation. Le parc à bestiaux est près des cases afin que les esclaves puissent surveiller les bêtes. Des deux côtés des bâtiments s’étendent les champs de canne et plus loin encore les étendues en friche ou en « bois debout ». La carte n° 3 présente le schéma que G. Lasserre a proposé d’une habitation située sur la Côte-au-Vent d’après la description du père Labat.

40Le père Labat précise les variétés de bois utilisées dans les constructions des cases des colons :

  • 101 Labat, 1742, II, p. 99-100. Le balata est le Manilkara bidentata L., l’acomat est le Sideroxylon fo (...)

« Il existe aux Isles une infinité de bois propres pour la charpente, dont on pourroit se servir indifferemment, s’il ne s’en trouvoit point quelques-uns qui sont durs et un peu difficiles à travailler, que nos ouvriers rebutent parce qu’ils sont la plûpart fors fainéans.
Les bois qu’on employe pour les poutres ou sommiers, sont le bois lezard, qu’on appelle bois d’Agouti à la Guadeloupe, le bois Epineux, le balatas, l’Acomas, l’Angelin ou le Palmiste franc. On employe les mêmes bois pour les soles, les sablieres, les entraits, les poinçons, les pannes, et les faîtages. Pour le reste on se sert des bois que chacun a chez soi101. »

CARTE 2. LES HABITATIONS DANS LA RÉGION DE PORT-LOUIS AU NORD-OUEST DE LA GRANDE-TERRE, D’APRÈS LA CARTE DES INGÉNIEURS DU ROI (1763-1768)
(BnF)

CARTE 2. LES HABITATIONS DANS LA RÉGION DE PORT-LOUIS AU NORD-OUEST DE LA GRANDE-TERRE, D’APRÈS LA CARTE DES INGÉNIEURS DU ROI (1763-1768)(BnF)

CARTE 3. SCHÉMA D’UNE HABITATION SUCRIÈRE SELON G. LASSERRE, D’APRÈS UNE DESCRIPTION DU PÈRE LABAT
(Lasserre, 1961, II, p. 355)

CARTE 3. SCHÉMA D’UNE HABITATION SUCRIÈRE SELON G. LASSERRE, D’APRÈS UNE DESCRIPTION DU PÈRE LABAT(Lasserre, 1961, II, p. 355)
  • 102 Longin, 1848.

41Selon F. Longin, qui a séjourné à la Guadeloupe de 1816 à 1822, et qui reprend dans un premier temps presque terme pour terme la description de l’habitation donnée par le père Labat un siècle plus tôt, les maisons sont construites en bois ou en moellon, elles sont basses à cause des tremblements de terre et ouragans. Sur les habitations elles n’ont qu’un rez-de-chaussée, dans les villes un étage ou plus rarement deux. Toutes sont couvertes de tuiles ou d’essentes, les portes et les fenêtres n’ont point de vitrage, mais des jalousies et des volets. Les roches utilisées proviennent de fragments de lave antique trouvés dans le lit des rivières ou sur le rivage. Elles sont liées par un mortier fait avec des sables volcaniques et de la chaux. Malgré leur grande solidité, les maisons ne résistent ni aux tremblements de terre ni aux ouragans. Il existe à côté de la maison du maître une case à ouragans102.

42Les cases des esclaves sont disposées en rangées, les unes à côté des autres. Elles sont « toutes d’une même longueur, largeur et hauteur » :

  • 103 Labat, 1742, II, p. 406.

« On leur donne pour l’ordinaire, trente pieds de long sur quinze de large. Si la famille n’est pas assez nombreuse pour occuper tout ce logement, on le partage en deux dans le milieu de sa longueur. Les portes qui sont aux pignons répondent sur deux rues, lorsque la maison sert à deux familles ; mais quand elle est occupée par une seule famille, il n’y faut souffrir qu’une porte. On couvre ces maisons avec des têtes de Cannes, de Roseaux, ou de Palmistes. On les palissade ou environne avec des roseaux ou des clayes faites de petites gaulettes pour soutenir un torchis de terre grasse et de bouze de vache sur lequel on passe un lit de chaux103. »

  • 104 Longin, 1848.

43Au début du XIXe siècle, les cases sont divisées en deux parties : la première est appelée la salle, la seconde la chambre104. L’espace habité de l’esclave comprend une case et des dépendances :

  • 105 Labat, 1742, II, p. 406.

« Les chevrons et la couverture descendent souvent jusqu’à terre, et font à côté des cases de petits appentis, où leurs cochons et leurs volailles se mettent à couvert. Il est rare qu’ils fassent plus d’une fenêtre, elle est toujours au pignon, parce que la porte leur donne assez de jour. Il y en a qui font une petite case à côté de la leur où ils font leur feu et leur cuisine, mais la plupart le font dans leur case, où ils entretiennent aussi du feu toute la nuit105. »

  • 106 Garnier De Cassagnac, 1842, p. 164.

44Labat n’est pas le seul à noter la pauvreté du mobilier, seul A. Granier de Cassagnac, esclavagiste et raciste, peut affirmer qu’elles sont « meublées avec un grand luxe106 ».

  • 107 Taffin, 1985, p. 305.

45Ce n’est qu’avec l’arrêté du 2 octobre 1846 que sont imposés les dimensions et un équipement de base pour les cases des esclaves. Elles doivent toujours avoir une table, un banc, un coffre, une marmite en fonte ou en fer battu, mais les dimensions varient suivant la taille des familles : avec deux enfants, 5 mètres sur 3 ; avec 3 ou 4 enfants : 5 mètres sur 4 ; avec 5 enfants ou plus 6 mètres sur 4. Les colons refusent d’adopter le planchéiage des cases, qui ne sera plus exigé, malgré l’avis des médecins qui pensaient ainsi pouvoir limiter les émanations toxiques en provenance du sol107.

  • 108 « Quelques habitans de l’isle de Saint Christophe qui s’étoient retirez à la Martinique après leur (...)

46La plupart des jardins de l’île sont mis en valeur par les esclaves. Selon Labat, peu d’habitants en cultivent108, et seuls les couvents et les églises sont entourés de jardins :

  • 109 Idem., ibid., 1742, I, 193.

« Bien qu’on ne puisse pas souhaiter une facilité pour faire des jardins plus grande que celle que l’on trouve aux isles ; il y a cependant très-peu d’habitans qui s’en mettent en peine. Ils s’attachent uniquement au travail de leur habitation, et comptent sur les herbages que les Nègres cultivent sur les lizières des bois ou dans quelques petits coins de terre qu’on leur laisse, ils portent ce qu’ils cultivent à leurs maîtres et à ceux qui en veulent acheter109 »

47Il y a d’une part les jardins de case et d’autre part les jardins vivriers éloignés de la case, aux confins de l’habitation. Reprenons avec Labat cette distinction :

« On laisse pour l’ordinaire un espace de quinze à vingt pieds entre chaque case, afin de pouvoir remédier au feu, quand il s’allume dans quelqu’une, ce qui n’arrive que trop souvent. Ils ferment quelquefois ces espaces avec une palissade, et se servent de ce terrain pour renfermer leurs cochons, ou pour faire un petit jardin d’herbes potagères. Dans les Habitations où les Maîtres nourrissent des cochons, il vaut mieux obliger les Nègres de mettre les leurs dans le parc du Maître, que de leur souffrir des parcs particuliers. On les oblige par ce moyen d’avoir soin de ceux du Maître, comme des leurs ; et lorsqu’ils veulent vendre ce qui leur appartient, il faut qu’ils en donnent la préférence à leur Maître, cela lui est dû ; mais il faut aussi qu’il leur paye ce qu’il achete d’eux, autant pour le moins qu’ils le pourroient vendre au Marché. Il y auroit de l’injustice d’en agir autrement.
[...] On donne aux Nègres quelques cantons de terre dans les endroits éloignez de l’Habitation, ou proche des bois, pour y faire leurs jardins à tabac, et planter des patates, des ignames, du mil, des choux caraïbes, et autres choses, soit pour leur nourriture, soit pour vendre. C’est une bonne maxime d’avoir soin qu’ils y travaillent, et qu’ils les tiennent en bon état. On leur permet d’y vacquer les Fêtes après le Service Divin, et ce qu’ils retranchent du tems qu’on leur donne pour leurs repas. Ces jardins produisent une infinité de commoditez. J’ai connu des Négres qui faisoient tous les ans pour plus de cent écus de tabac, et autres denrées. Lorsqu’ils sont à portée d’un Bourg, où ils peuvent porter commodément leurs herbages, leurs melons, et autres fruits, ils se regardent comme les heureux du siècle, ils s’entretiennent très-bien, eux et leur famille, et s’attachent d’autant plus à leurs maîtres, qu’ils s’en voyent protegez et aidez dans leurs petites affaires. » (Labat, 1742, II, p. 407).

  • 110 Granier de Cassagnac, 1842, p. 78.

48À la veille de l’abolition de l’esclavage, un autre auteur confirme cette distinction. A. Granier de Cassagnac, après avoir précisé que « la nature africaine qui n’est pas agricole n’a pas honte de la paresse et de la désolation »110, distingue les « jardins des nègres », qui sont les jardins vivriers en assolement sur les champs de cannes où sont plantés le manioc, les patates et les ignames, des jardins permanents situés autour des cases où les esclaves plantent non pas des vivres mais des arbres fruitiers, même pour ceux qui bénéficient de l’ordinaire et n’ont pas de jardins vivriers. Dans les jardins de cases des esclaves dans la région des Grands-Fonds sont notamment produits des bananes, des papayes, des madères, des ignames, des patates douces, des orangers.

49L’administration de la Guadeloupe qui répond à l’inspecteur Lavollée à propos de la tenue des jardins des esclaves fournit une description des plus idylliques des conditions de leur exploitation :

  • 111 Lavollée, 1841, p. 136-138.

« Les produits obtenus de ces jardins ont bien plus de prix aux yeux du nègre que tout ce que pourrait lui donner son maître ; il est soigneux du vêtement acheté de son argent, avare de tout ce qu’il a acquis des produits de son travail. Les revenus s’élèvent, pour certains nègres, jusqu’à 4 et 500 francs par année, non compris leur nourriture qu’ils prélèvent journellement sur les produits de leurs jardins : aussi en est-il qui, outre un pécule, ont des meubles, du beau linge, des bijoux de prix et un certain confortable dans leur existence.
Les nègres rangés, mariés ou vivant comme s’ils l’étaient, ambitionnent seuls cette vie tranquille et régulière ; malheureusement ils sont en petite minorité. D’autres, et c’est le plus grand nombre, dont les goûts n’ont été que trop bien observés par M. l’inspecteur des finances Lavollée, ont des mœurs et des habitudes bien différentes. Si la culture de la terre leur procure des ressources qui excèdent leurs besoins, ils les consacrent à la boisson et aux femmes, dont ils font un grand abus. Ils courent, toutes les nuits, d’habitation en habitation, et rentrent, le matin, à leur travail, excédés de fatigue. [...] Il existe encore, dans la population esclave, un grand nombre d’individus qui ont conservé toute l’apathie du sauvage. Ne sachant pas même pourvoir à leurs premiers besoins, ils s’en remettent à leurs maîtres du soin de les nourrir et de les vêtir. Il faut exercer sur eux une surveillance de tous les instants, ne point leur donner le samedi, ni leur distribuer l’ordinaire de toutes les semaines. On est obligé de leur fournir leurs repas de chaque jour, autrement ils consommeraient ou perdraient en une seule fois la ration de toute la semaine, et, le reste du temps, ils vivraient à l’aventure. Ils ne cultivent point de jardin, et n’ont de vêtements que ceux qui leur sont donnés par le maître111. »

50Cette description est tempérée par F. Longin :

  • 112 Longin, 1848, p. 213.

« Et de quoi sont nourris ces hommes qui bravent ainsi les ardeurs du jour... d’un petit morceau de morue salée et d’un peu de farine de manioc. Cette nourriture ne leur est point préparée quotidiennement mais donnée tous les vendredis et c’est aux esclaves de les assaisonner. C’est ce que l’on appelle l’ordinaire : deux livres de morue et deux pots de farine pour les hommes, une livre et demie de morue et un pot et demi de farine pour les femmes (le pot de farine pèse environ deux livres et demie).
Cependant les habitants donnent le choix aux esclaves de recevoir l’ordinaire ou d’avoir la jouissance d’un petit coin de terre avec un jour de la semaine pour le soigner. La plupart opte pour le lopin de terre. Il n’y a que les esclaves faibles ou maladifs qui prennent l’ordinaire. Dans le lopin poussent manioc, patates, ignames, autres racines qu’ils vendent à la ville le dimanche. Un jour ne suffisant pour y travailler, ils y travaillent souvent la nuit112. »

  • 113 Lawson-Body, 1990.

51À côté de l’habitation consacrée à la canne, un certain nombre d’habitations, faute de moyens économiques suffisants, ou en raison sim plement de leur lieu d’implantation, se sont consacrées à l’exploitation des cultures secondaires et vivrières113. L’indigo connut son heure de gloire entre 1680 et 1710, puis fut remplacé par le coton dont la pro duction diminua dès la fin du XIXe siècle. Le cacao et le café perdirent ensuite de leur importance. Les cultures vivrières qui devaient parer aux déficiences des produits alimentaires importés de France étaient le fait des habitations vivrières des petits habitants et des affranchis installés sur des terres peu propices à la culture de la canne, qui ne permettaient pas cependant de subvenir aux besoins de la colonie. Malgré les ordonnances enjoignant les colons de mettre en valeur des jardins de vivres sur leurs habitations, les jardins des esclaves jouèrent un rôle non négligeable dans l’alimentation de la population servile. Ils furent également le lieu d’enracinement des populations esclaves dans les Amériques.

  • 114 Du Tertre, 1667-1671 ; Longin 1848 ; Granier de Cassagnac, 1842.
  • 115 Longin, 1848.
  • 116 Satineau, 1928, p. 268.
  • 117 Debien, 1972, p. 164.
  • 118 En vertu de l’ordonnance du 15 octobre 1786, article 2, qui veut « qu’il soit distribué à chaque nè (...)
  • 119 Cf. la lettre du commandant de quartier de l’Anse-Bertrand (ANSOM GUA 107 753) en réponse à une cir (...)

52L’attachement des esclaves aux jardins a bien été signalé par les voyageurs des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Certes, des auteurs des débuts de la colonisation et du milieu du XIXe siècle mentionnent que les esclaves étaient réticents à travailler dans leurs jardins et qu’il fallait les forcer à s’y rendre114, mais il semblerait qu’il se fût agi en fait d’esclaves malades115 ou d’esclaves nouvellement arrivés, au contraire des esclaves créoles qui, dans un processus d’appropriation de la terre ou pour se nourrir, ont fini par la mettre en valeur116. Gabriel Debien, dans son travail sur l’alimentation des esclaves dans les Antilles françaises, mentionne qu’au XVIIIe siècle à Saint-Domingue, un système d’assolement et de culture itinérante est mis en place pour éviter que les esclaves ne s’attachent trop aux jardins117. À la veille de l’abolition de l’esclavage, Victor Schoelcher insiste sur l’attention et l’entretien que l’esclave voue à son lopin de terre et sur son intérêt pour les arbres dont il est propriétaire118. Au XIXe siècle, la correspondance des commandants de quartier avec la métropole témoigne de ce que les propriétaires ont opté pour l’octroi d’un lopin de terre à leurs esclaves afin de résoudre leurs problèmes d’intendance certes, mais aussi pour « attacher le nègre au sol119 ».

53Cette perspective historique visait à montrer l’importance des jardins comme lieux et possibilités d’ancrage et d’appropriation de l’espace insulaire par la population esclave. Ces jardins, peut-être parce qu’ils étaient hautement maîtrisés sur le plan horticole, et appropriés, même sans titre de propriété, sont devenus le support de la relation à l’Autre. Les jardins contemporains, en particulier les jardins de case, sont des espaces où s’exprime la cosmogonie antillaise. Ils sont, de par leur organisation et les espèces végétales qui les peuplent, l’expression et la mise en scène des rapports interindividuels, familiaux, sociaux, et des visions du monde de ceux qui les habitent.

Notes

1 Anderson, 1954.

2 « [is a term] used by me to apply to all plants including weeds surrounding a dwelling and the spaces they define [...]. It is a culturally defined, biotic community containing planted and spontaneous plant elements as well as resident and transient animals. Man lives within the garden, uses it for several purposes, and subjects it to a variety of managements decisions. He clearly controls many of the climatation factors and engages in direct selection of plants materials. [...] The dooryard garden is circumscribed either by fences or by implicitly understood boundaries. Within this bounded space is an interacting system including climate, animals, plants, pests, soil, water, buildings, and of course man. » Kimber, 1978, p. 45.

3 Barrau, 1978, p. 41.

4 Cette triade a également prévalu en Europe, de la Renaissance jusqu’au XVIIIe siècle, dans les représentations des modes de domestication de la nature. Les théoriciens de l’art des jardins considéraient le jardin comme une « troisième nature » (terza natura), prolongement dans l’espace de la première nature (soit la nature considérée comme sauvage, montagne et forêt) et de la deuxième nature (soit les terres agricoles) (Hunt, 1996).

5 Les écosystèmes dans lequel l’homme évolue sont de deux types. Les « écosystèmes généralisés », selon la définition de David R. Harris (Harris, 1969), possèdent une grande variété d’espèces végétales ou animales, représentée chacune par un petit nombre d’individus. C’est le cas des jardins de case et des jardins vivriers des zones tropicales. Les « écosystèmes spécialisés » quant à eux, selon la définition qu’en donne O. H. Frankel (Frankel, 1959), possèdent un nombre restreint d’espèces végétales ou animales mais représentée chacune par un grand nombre d’individus. C’est le cas du champ de blé des zones tempérées.

6 Haudricourt, 1962 ; Barrau, 1967 ; Panoff, 1982 ; Descola, 1986.

7 Haudricourt, 1962, p. 42.

8 Mintz, 1962 ; Peeters, 1979b, pour Haïti. John Dixon Hunt a bien montré que cette troisième nature qu’est le jardin, a bien souvent repris des modèles agraires de la deuxième nature. C’est par exemple le cas des terrasses des jardins italiens, des canaux des jardins de l’Europe du Nord au XVIIe, les modes d’irrigation des jardins mongols (Hunt, 1996). À la Guadeloupe, ce sont la deuxième et la troisième nature (jardin vivrier et jardin de case) qui reprennent des éléments de la première (la forêt).

9 Barrau, 1986.

10 Le jardin vivrier a fait au cours de ces dernières années l’objet d’une recherche pluridisciplinaire et pluri-institutionnelle (INRA, ORSTOM, universités de Montpellier et de Toulouse), présentée par L. Degras lors d’un colloque sur les Systèmes de production agricole caribéens et alternatives de développement (Degras, 1985). Un programme ATP (Actions thématiques programmées) : « Jardins créoles – INRA – DGRST (ministère de la Recherche) », a permis de 1982 à 1988 le financement d’un certain nombre de recherches.

11 Tout comme dans l’ensemble du monde tropical le terme « jardin » ne désignait pas vraiment la plantation mais les essarts ou l’abattis. (Descola, 1986, p. 170 ; Revel, 1990 ; Grenand et Haxaire, 1977 ; Rivers, 1906.

12 « Bitué » est le terme utilisé à la Guadeloupe ; à la Martinique, on parle de « dégra » et en Guyane d’« abati ».

13 En Martinique, M.-E. Etiffier-Chalono distingue ainsi trois types de jardins : le jardin de case, le jardin traditionnel et le jardin dont la majeure partie de la production est destinée à la vente (Etiffier-Chalono, 1985). Pour la Guadeloupe, D. Crabos (Crabos, 1983) parle de jardins complé mentaires ou ne procurant pas de revenus agricoles dans le cas des deux premiers jardins et de jardinspéculation pour le troisième type de jardin. Enfin, C. Rabot établit également une typologie de quatre types de jardins en fonction de la structure et de l’architecture de la végétation (Rabot, 1982).

14 Paquette, 1978.

15 Cf. Bory, 1982 ; Lasserre, 1961 ; Lawson-Body, 1990 ; Mintz, 1967. Cette absence de prise en compte des systèmes de polyculture vivrière, ou même la négation de leur existence dans les espaces qui ont connu le système de la plantation, n’est pas propre à l’archipel caraïbéen. E. Meyer a rappelé pour l’Inde la présence des jardins à côté du système de la plantation (Meyer, 1992).

16 Schnakenbourg, 1980.

17 Lasserre, 1961, p. 393.

18 Le colonat partiaire s’est développé à la Guadeloupe après l’abolition de l’esclavage. Avec le développement de l’industrialisation qui se traduit par la création de sucreries mécanisées, on assiste à la naissance de vastes domaines sucriers entre les mains de capitaux métropolitains, à la mise en place du colonat partiaire et à l’occupation par les anciens esclaves des terres non cultivées. G. Lasserre donne la définition suivante du colonat partiaire : « Le propriétaire maintint la jouissance gratuite de la case et du jardin vivrier aux esclaves libérés qui acceptaient de rester sur le domaine. Une parcelle de 1 ou 2 ha était attribuée en métayage au colon, à charge pour lui de livrer ses cannes au propriétaire de l’habitation. Le colon partiaire recevait, pour son travail, le tiers ou la moitié de la valeur de la production, et parfois davantage, aucune clause rigide n’étant arrêtée pour ces contrats de gré à gré. » Lasserre, 1961, I, p. 393.

19 Giraumon : Cucurbita moschata (Durch. ex Lam), courbaril : Hymenea Courbaril L, la patate est la patate douce. À Saint-Domingue les pois désignaient les genres Vigna, Phaseolus, Lablab. Aucune indication dans le texte ne permet d’identifier les petits tubercules.

20 Debien, 1972, p. 163.

21 Giraumon : Cucurbita moschata Duch., couscous est l’igname couche couche, Dioscorea trifida L., les choux appartiennent au genre Brassica, quant aux melons aucune précision ne permet de les identifier.

22 In Satineau, 1928, p. 264 d’après Du Tertre, Granier de Cassagnac et Labat.

23 Moreau, 1987.

24 L’anonyme de Saint-Christophe, 1932.

25 Coppier, 1645.

26 Les informations qui suivent sont tirées de l’introduction de J. Rennard aux trois relations qu’il a publiées en 1929 (Rennard, 1929), des ouvrages du père Breton luimême et de l’introduction à la publication de 1978 des relations par la Société d’histoire de la Guadeloupe (Breton, 1978).

27 Breton, 1978.

28 Breton, 1664.

29 Breton, 1665 ; Breton, 1666.

30 Breton, 1667.

31 Rennard, 1929.

32 Breton, 1978.

33 Du Tertre, 1667-1671.

34 Satineau, 1928, p. 391.

35 Du Puis, 1652.

36 Lavollée, 1841.

37 Galette de farine de manioc.

38 Du Tertre, 1667-1671 (1978), II, p. 514.

39 Les quantités de l’ordinaire ont varié dans le temps. Dans les années précédant l’abolition, l’ordinaire comprenait, selon F. Longin, deux livres de morue et deux pots de farine pour les hommes, une livre et demie de morue et un pot et demi de farine pour les femmes (le pot de farine pesant environ deux livres et demie), Longin, 1848, p. 213. Pour A. Granier de Cassagnac qui tient à démontrer que « l’ordinaire est une effroyable dépense pour les habitations », l’ordinaire pour les adultes audessus de quatorze ans, homme ou femme, est constitué de neuf livres de farine et de trois livres de morue ou de boeuf salé par semaine suivant les saisons, le demi-ordinaire était destiné aux enfants de huit à quatorze ans, et le quart d’ordinaire aux enfants au-dessous de huit ans. L’ordinaire était plus souvent payé en argent qu’en nature. Granier de Cassagnac, 1842, p. 174.

40 Moreau de Saint-Méry, 1784-1790, I, p. 68.

41 Du Tertre, 16671671 (1978), II, p. 514-515.

42 Lavollée qui écrit au début du XIXe siècle confirme cette différence entre la Martinique où l’usage est de donner aux esclaves une certaine quantité de farine et de manioc par semaine alors qu’à la Guadeloupe ils devaient se la procurer à partir de la mise en valeur d’un lopin de terre : « À la Guadeloupe, on leur abandonne la journée du samedi, et ils se nourrissent ; les colons, dans l’état actuel de la culture, qui ne réclame pas l’application constante des forces de leur atelier, trouvent de l’économie à cet usage, et les nègres le préfèrent.
Les heures de travail sont les mêmes dans les deux colonies pendant la journée ; mais, à la Guadeloupe, le travail de la sucrerie ne se continue pas pendant la nuit ; il cesse un instant après le coucher du soleil, et dispense ainsi les nègres de veillées très fatigantes. » Lavollée, 1841, p. 132.

43 Debien, 1964.

44 Du Tertre, 1667-1671, II, p. 516.

45 Longin, 1848, 213.

46 Meillassoux, 1986, p. 272.

47 AN, col. F3, lettre du 12 mars 1672 du sieur Jollivet au directeur général de la compagnie des Indes occidentales à Paris in Satineau, 1928, p. 265 : « Les esclaves, constate le sieur Jollivet, employés aux sucreries et vinaigreries fournissent un travail de forçat ; cependant, ils ne se portent pas mal et il en meurt beaucoup moins que parmi ceux attachés aux travaux de la terre » et cela « parce que cette première catégorie est nourrie directement et abondamment par les maîtres ».

48 Le 6 novembre 1736, le conseil de Guadeloupe condamna un colon qui avait accordé à ses esclaves le samedi au lieu de les nourrir. Colonies, F3 222, p. 643, in Debien, 1964, p. 143.

49 Jamard, 1992.

50 « – art. 22 : Seront tenus, les maîtres, de faire fournir par chacune semaine, à leurs esclaves âgés de dix ans et au-dessus, pour leur nourriture deux pots et demi, mesure de Paris, de farine de magnoc (sic), ou trois cassaves, pesant chacune deux livres et demie, ou choses équivalentes avec deux livres de boeuf salé ou trois livres de poissons, ou autres choses à proportion, et aux enfants depuis qu’ils sont sevrés, jusqu’à l’âge de dix ans, la moitié des vivres ci-dessus.
– art. 23 : Leur défendons de donner aux esclaves de l’eau-de-vie, de canne ou guildive pour tenir lieu de la subsistance mentionnée en l’article précédent.
– art. 24 : Leur défendons pareillement de se décharger de la nourriture et subsistance de leurs esclaves, en leur permettant de travailler certain jour de la semaine pour leur compte particulier.
– art. 25 : Seront tenus, les maîtres, de fournir à chaque esclave, par chacun un an, deux habits de toile, ou quatre aunes de toile au gré des maîtres.
– art. 26 : Les esclaves qui ne seront point nourris, vêtus et entretenus par leurs maîtres, selon que nous leurs avons ordonné par ces présentes, pourront en donner avis à notre procureur-général, et mettre leurs mémoires entre ses mains, sur lesquels et même d’office, si les avis lui viennent d’ailleurs, les maîtres seront poursuivis à sa requête et sans frais, ce que nous voulons être observé pour les crimes, et pour les traitements barbares et inhumains des maîtres envers leurs esclaves.
– art. 27 : Les esclaves infirmes par vieillesse, maladie ou autrement, soit que la maladie soit incurable ou non, seront nourris et entretenus par leurs maîtres, et en cas qu’ils les eussent abandonnés, lesdits esclaves seront adjugés à l’hôpital, auquel les maîtres seront condamnés de payer six sols par chacun jour pour la nourriture et entretien de chacun esclave. »

51 AN, col. F3, règlement du Conseil souverain, 12 juillet 1681. Le conseil souverain ordonne aux planteurs de généraliser l’usage qu’ils avaient adopté pour les esclaves attachés aux sucreries et aux vinaigreries, c’est-à-dire de nourrir directement tous les esclaves travaillant. Le conseil prescrivit aux colons de planter deux cents fosses de manioc par tête de Blancs et de Noirs qu’ils avaient à leur service sous peine d’une amende de mille livres de sucre dont bénéficierait le dénonciateur, in Satineau, 1928, p. 265.

52 AN, col. F3 221, p. 889, code Guadeloupe. Le conseil supérieur de la Guadeloupe réitère dans un arrêt du 7 janvier 1696, la défense d’accorder aux esclaves le samedi au lieu de les nourrir et de les vêtir in Satineau, 1928, p. 266.

53 AN F3 236, p. 776, Recueil des lois particulières à la Guadeloupe et dépendances. « Le gouverneur et l’intendant rappelaient la nécessité de donner plus d’attention que jamais à la culture des vivres. Ils invitaient tous les colons, de quelque qualité et condition qu’ils fussent, à planter au plus tard et à partir d’un mois pour tout délai, “500 fosses de manioc" c’est-à-dire un demi-hectare environ par tête de Blancs, Nègres et mulâtres qu’ils avaient à leur service. Ils condamnaient à l’amende les “simples colons” qui avaient contrevenu aux dispositions légales et déclaraient déchus de tous emplois, privilèges et exemptions ceux qui, parmi les contrevenants, avaient quelques titres de noblesse », in Satineau, 1928, p. 266.

54 L’ordonnance du 20 décembre 1712 enregistrée le 8 mai 1713 réitère les articles 22 et 23 du code noir (Dessalles, 1847, p. 299).

55 L’ordonnance du 2 janvier 1715 réitère les articles 22 et 23 du code noir (Dessalles, 1847, p. 299).

56 AN, col. F3 222, pp. 643-645. Ordonnance du 8 octobre 1720 sur la nourriture des esclaves, in Satineau, 1928, p. 264.

57 In Satineau, 1928, p. 266, d’après AN, col. F3 326.

58 AN, Col. F3 326, recueil des lois particulières à la Guadeloupe et dépendances, in Satineau, p. 266 d’après AN, col. F3 326.

59 « L’article 22 de l’ordonnance de 1685 [le code noir, op. cit.] fixe la nourriture des esclaves, et l’article suivant défend aux maîtres de se décharger de cette nourriture, en donnant à leurs nègres un certain jour de la semaine pour travailler pour leur compte particulier. Ces deux articles ont été souvent renouvelés depuis, surtout par une ordonnance du 20 décembre 1712, enregistrée le 8 mai 1713 ; par une ordonnance du gouvernement du 2 janvier 1715 ; par un arrêt du Conseil du 6 mai 1765.
Mais quelque précaution qui ait été prise à ce sujet, quelque vérité qui ait été mise dans l’exécution de cette ordonnance, il n’a jamais été possible d’engager les habitants, surtout les cultivateurs de café, à nourrir leurs esclaves ; presque tous leur donnent le samedi, au lieu de nourriture. Les esclaves préfèrent cette méthode, parce qu’alors ils se jettent sur les plantations des nègres attachés aux grandes sucreries, les pillent et les dévastent entièrement. Il serait à-propos de remédier à un pareil désordre. Comment s’y prendre ? Le remède éprouvera toujours beaucoup de difficulté (sic). Comment forcer les petits habitants, dans les temps de disette, à nourrir leurs esclaves, à peine peuvent-ils se sustenter eux-mêmes.
L’article 25 assujettit les maîtres à fournir par an deux habits ou quatre aunes de toile à leurs esclaves ; cet article est mal exécuté ; la dépense serait trop considérable. Le nègre industrieux sait bien se procurer, et au-delà, les commodités de la vie. Le sol qu’il cultive pour son compte, dans ses moments de relâche, lui produit abondamment de quoi satisfaire ses besoins. Il faut laisser aux maîtres à leur fournir cet habit, ou rechange, par forme d’encouragement, ou de récompense. Si l’esclave savait qu’il lui est dû, la reconnaissance cessant, l’effet n’aurait plus lieu. On ne saurait trop l’attacher à chérir le joug sous lequel il est obligé de vivre. » Dessalles, 1847, p. 299-300.

60 Taffin, 1985, p. 301.

61 Le dr Roaldès décrivant en 1824 les usages alimentaires de la population de Petit-Canal note que les habitants les plus aisés se nourrissent de poisson, de boeuf et de morue salée, de manioc, largement préféré à la farine de blé, de bananes, de fruit à pain, toujours largement épicé de piment « pour éviter les aigreurs », alors que les habitants les moins aisés et les esclaves ont une nourriture moins variée : kalalou, crabes de terre, manioc. Roaldès, 1824, in Taffin, 1985, p. 300.

62 Taffin, 1985, p. 300-302.

63 Selon le dr Dazille, la nourriture donnée aux esclaves leur est nuisible car elle manque de « fermentation ». L’excès de « crudité » renforce les prédispositions de leur constitutions à la putridité. Le manioc, mal cuit, qui forme la base de l’alimentation, les « brèdes » c’est-à-dire les feuillages comme les « songes » (arum poussant dans les rivières), sont particulièrement néfastes (Dazille, 1776, in Taffin, 1985, p. 300).

64 Satineau, 1928, p. 264.

65 Taffin, 1985, p. 75.

66 Schnakenbourg, 1980, p. 55.

67 Lavollée, 1841, p. 135.

68 Idem., 1841, p. 135.

69 Taffin, 1985, p. 303-304.

70 Barrau, 1976.

71 Côte-Au-Vent exposée aux alizés qui soufflent de l’est vers l’ouest, par opposition à la côte SousleVent protégée de ces derniers.

72 Rennard, 1929, p. 6162.

73 Cf. le corpus des textes issus de la seconde navigation de Christophe Colomb présentés et traduits par A. Yacou (Yacou, 1993).

74 Christophe, 1932.

75 Rennard, 1929.

76 Idem., ibid., p. 62.

77 Du Tertre, 1667-1671.

78 Moreau, 1987.

79 Du Puis, 1652, p. 203.

80 Le père Breton, dans son dictionnaire caraïbe-français publié en 1665, donne la définition suivante de l’icháli : « Ichâli : iardin, les sauvages n’usent point de nos legumes, et cependant ils ont des iardins qui leur servent de champs et de vignes, d’autant qu’ils en tirent leur pain et leur vin, leurs magnocs et leurs patates : c’est que nous appelions nos places, nos habitations, non pas chez les Sauvages, dont l’habitation et le carbet sont séparez des iardins, un trou icy, un autre là, à la difference des François dont tous les iardins et habitations se suivent [...] » Breton, 1665, p. 282-283.

81 Moreau, 1987 ; Coppier, 1645.

82 Il s’agit de la patate douce, Ipomoea batatas (L.) Lamk.

83 Moreau, 1987, p. 154-155.

84 On ne peut en l’état des indications identifier d’autres espèces citées par G. de Coppier : les « eschine », les « carnotte », les « citrouilles de terre ». « Eschine, c’est un simple très salutairre quant à ses racines, qui sont médicinales, et propres à la composition des onguens. Il y a là des Racines, qui estant cuittes, servent de pain, et s’appellent carnottes, Iucas, Plantanos, et quelques citrouilles de terre. » Coppier, 1645, p. 94.

85 Rennard, 1929.

86 Les Amérindiens ont non seulement permis aux colons de ne pas mourir de faim en les ravitaillant de vivres mais ils les ont également initiés à leurs propres techniques agricoles comme la culture sur brûlis, cf. Du Tertre, 1667-1671. Sur cette question, cf. Petit-Jean-Roget, 1980.

87 Lasserre, 1961, p. 335.

88 Sur les causes du déclin de cette culture, cf. Lasserre, 1961, p. 336.

89 Oexmelin, 1686, p. 180-182.

90 Idem., ibid., 1686, p. 71.

91 Christophe, 1932, p. 21.

92 Idem., ibid., 1932, p. 2324.

93 Il s’agit de la pastèque, Citrullus vulgaris Schrad.

94 Il s’agit du melon européen, Cucumis melo L.

95 En fait, la canne à sucre est originaire de l’Inde. Cultivée aux Canaries, elle fut introduite aux Antilles par Christophe Colomb à partir de l’île de Goméra. Lasserre, 1961, p. 331.

96 Les engagés ou « Trente-six mois » ont assuré, à côté des colons aisés venant sur leur propre fortune, le peuplement européen de l’île et en ont été la première main-d’œuvre. Recrutés par les Compagnies, ils travaillaient pendant trois ans dans la colonie pour rembourser le prix de leur voyage. Un salaire qui leur permettait de mettre en valeur une concession au bout de ces trois années leur était concédé à la fin de ce contrat. Cette migration était le fait des populations les plus pauvres de France. Pour une étude des origines et des conditions de vie des engagés aux Antilles, cf. Debien, 1951. Un arrêt du Conseil d’État supprime officiellement les engagements en 1774 alors qu’avec le développement de la traite négrière, le système de recrutement de la main-d’œuvre par les engagés prend fin vers les années 1680. Lasserre, 1961, p. 278.

97 La Guadeloupe est située dans la zone des alizés qui soufflent avec régularité du secteur Est. D’octobre à mars les alizés sont réguliers et soufflent généralement de l’est-nord-est. De mai à septembre, les vents dominants viennent du sud-est, et varient d’est à sud. Entre ces deux saisons, ils sont variables et passent du sud-est au nord-est. Les vents d’ouest sont très rares. Lasserre, 1961, I, 155. C’est sûrement en raison de cette donnée géographique que les cases des esclaves sont situées d’après Du Tertre à l’ouest des maisons des colons. Aujourd’hui, la recherche de la brise commande l’orientation des maisons, et la chambre à coucher est généralement située à l’est.

98 Du Tertre, 16671671 (1978), II, p. 517-518.

99 Carte en seize feuilles conservée à la Bibliothèque nationale, cartes et plans, pf. 155, div. 2, pièce 14 (1).

100 Labat, 1742, II, p. 280299.

101 Labat, 1742, II, p. 99-100. Le balata est le Manilkara bidentata L., l’acomat est le Sideroxylon foetidissimum Jacq., l’angelin est le Goeffroea inermis W. Wright.

102 Longin, 1848.

103 Labat, 1742, II, p. 406.

104 Longin, 1848.

105 Labat, 1742, II, p. 406.

106 Garnier De Cassagnac, 1842, p. 164.

107 Taffin, 1985, p. 305.

108 « Quelques habitans de l’isle de Saint Christophe qui s’étoient retirez à la Martinique après leur déroute, et qui avoient affermé de petites habitations au-dessus du Fort Saint Pierre et du Mouillage, se mirent à faire des jardins dont ils envoyoient vendre les fruits, les herbes et les fleurs dans le bourg. J’en connaissois un dont le jardin n’étoit guère plus grand que le mien, qui ne laissoit pas de vendre tous les jours pour cinq ou six francs de ces bagatelles. On peut juger que j’aurois bien profité de cet exemple si j’avois été à portée du bourg, avec d’autant moins de scrupule, que des communautez religieuses bien riches vendent leurs herbages, et jusques à leurs oranges. » Labat, 1742, p. I, 194.

109 Idem., ibid., 1742, I, 193.

110 Granier de Cassagnac, 1842, p. 78.

111 Lavollée, 1841, p. 136-138.

112 Longin, 1848, p. 213.

113 Lawson-Body, 1990.

114 Du Tertre, 1667-1671 ; Longin 1848 ; Granier de Cassagnac, 1842.

115 Longin, 1848.

116 Satineau, 1928, p. 268.

117 Debien, 1972, p. 164.

118 En vertu de l’ordonnance du 15 octobre 1786, article 2, qui veut « qu’il soit distribué à chaque nègre ou négresse une petite portion de l’habitation pour être par eux cultivée à leur profit, ainsi que bon leur semblera sans que les vivres recueillis dans ce jardin puissent entrer en compensation de ce qui est dû à chacun pour sa nourriture », V. Schoelcher constate que « les habitants ont fait abandon en quelque sorte du terrain consacré aux nègres. Ceux-ci regardent leurs jardins comme leur appartenant, et il en est plus d’un à qui vous ne persuaderiez jamais le contraire. Ils se les transmettent de père en fils, de mère en fille : ils en disposent en faveur de leurs proches ou même de leurs amis, s’ils n’ont pas d’enfants. Les maîtres ne se reconnaissent plus de droit sur les jardins de l’atelier, et l’on peut citer du respect qu’ils y portent, des exemples qu’on aurait peine à croire.
M. Latuillerie (Lamentin, Martinique) trouva en herbes au retour d’un long voyage une assez grande pièce de jardins ; les nègres l’avaient négligée en préférant des terres de cannes en alterne qu’on leur avait livrées. Même en cet état, M. Latuillerie ne put reprendre la pièce dont il avait besoin ; il fut obligé de transiger, et ne la mit en culture pour son propre compte qu’après être convenu avec les occupants qu’il leur en rendrait une autre à première réquisition. Il y a des planteurs qui n’ont pas un des arbres fruitiers de leur habitation, parce que la tradition établit que tel ou tel arbre appartient à tel nègre, et ils ont peu d’espoir d’en jouir jamais, car l’esclave en mourant lègue son arbre comme le reste. Les créoles touchent si peu aux singuliers droits de ce genre, fondés chez eux, que nous vîmes une dame renoncer aux fruits d’un avocatier planté devant sa porte. Le propriétaire, ou plutôt le possesseur de l’avocatier, homme un peu bizarre à la vérité, refusa nettement de lui en vendre. C’est un vieux esclave capricieux, du reste fort attaché à la dame à laquelle il a promis en grande confidence de laisser tout son bien lorsqu’il mourrait ». Schoelcher, 1842, p. 910.

119 Cf. la lettre du commandant de quartier de l’Anse-Bertrand (ANSOM GUA 107 753) en réponse à une circulaire du 30 juillet 1818 citée par Taffin, 1985, p. 303.

Table des illustrations

Titre CARTE 2. LES HABITATIONS DANS LA RÉGION DE PORT-LOUIS AU NORD-OUEST DE LA GRANDE-TERRE, D’APRÈS LA CARTE DES INGÉNIEURS DU ROI (1763-1768)(BnF)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre CARTE 3. SCHÉMA D’UNE HABITATION SUCRIÈRE SELON G. LASSERRE, D’APRÈS UNE DESCRIPTION DU PÈRE LABAT(Lasserre, 1961, II, p. 355)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/7414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 745k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540