Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps, jardins, mémoires

 | 
Catherine Benoît

Note sur le vocabulaire et l’orthographe créoles

Texte intégral

1La compétence linguistique est une composante essentielle de l’enquête ethnographique à la Guadeloupe, où deux langues sont utilisées : le français, langue officielle utilisée par l’administration et enseignée à l’école, et le créole, langue maternelle d’une fraction majoritaire de la population, quelle que soit l’origine ethnique du locuteur. Le créole est souvent la seule langue parlée dans les milieux populaires. La coexistence de ces deux langues sur le même territoire relève plus de la diglossie que du bilinguisme. Le français, langue officielle et dominante, est réservé aux fonctions administratives et éducatives ; le créole est la langue quotidienne.

2Une étude ethnographique se doit de partir des catégories créoles. Le créole guadeloupéen se développe sur un continuum constitué de plusieurs niveaux de langue. Si le lexique est en grande partie français, la syntaxe est proche ou éloignée du français, selon le niveau de langue utilisé. Dans le premier cas, un locuteur français a l’illusion de comprendre sans trop de difficultés le créole. Pourtant le sens des termes créoles a bien souvent peu de choses à voir avec leurs homonymes français. Pour faciliter la lecture du texte, l’équivalent français a été utilisé le plus souvent possible, en précisant entre parenthèses le terme créole lors de sa première mention. Lorsque les signifiants français et créoles sont identiques, alors que leurs sens sont différents, le terme français est mis entre guillemets. On jugera, ainsi, du décalage entre les sens français et créole d’un même signifiant linguistique.

3La graphie suivante a été respectée : italique pour les termes créoles, guillemets pour les propos francisés ou en français de mes interlocuteurs. Toutes les traductions de l’anglais ou du créole sont de moi-même. L’écriture créole retenue est celle qui a été mise au point par le Groupe d’études et de recherches en espace créolophone (GEREC) de l’univer9 sité Antilles-Guyane. Ma reconnaissance va à Rolande Honorien-Rostal qui a accepté de revoir la graphie créole de l’ensemble de ce livre.

4Le nom des espèces végétales et leur identification botanique sont précisés de la manière suivante : j’ai signalé le plus souvent possible en français le nom des espèces végétales, lorsqu’elles peuvent êtres connues d’un lecteur européen, ainsi pour le gingembre, le citronnier, par exemple. Le terme créole est indiqué entre parenthèses. Dans une énumération de plantes tropicales, j’ai utilisé les termes locaux créoles en proposant une traduction française quand elle est localement utilisée ; j’ai procédé de la même façon lorsque le nom créole renvoie à une espèce différente de l’homonyme français. C’est ainsi que zabriko est Mammea americana L., fruit de plusieurs centaines de grammes, dont l’arbre qui le porte est originaire des Antilles et de l’Amérique centrale et peut atteindre vingt-cinq mètres, et non l’abricot des pays tempérés (Prunus armeniaca L.). J’ai gardé entre guillemets les noms français qui même utilisés dans une énonciation en créole suivent à l’évidence une syntaxe française. C’est par exemple le cas du « qui vivra véra » (Codiaeum variegatum [hort.]). L’identification botanique (noms de genre et d’espèce, auteur de l’identification) figure lors de la première mention de l’espèce végétale. L’annexe A présente la liste des espèces végétales identifiées sur les plans des huit jardins analysés dans cet ouvrage. Chaque espèce repérée est notée par un point associé à un numéro qui renvoie à un nom créole et à une identification botanique. L’annexe Β reprend, par ordre alphabétique en français et en créole, l’identification de toutes les espèces végétales citées dans le texte.

5Jacques Fournet, au centre INRA-Antilles Guyane, avait accepté au moment des relevés d’identifier l’herbier que je constituais. Qu’il soit là remercié de sa patience. Claude Sastre au Museum national d’histoire naturelle s’est bien souvent penché sur des échantillons lorsque j’en rapportais à Paris. Je le remercie d’avoir relu avec attention ce texte, en proposant des identifications pour les plantes citées dans des textes anciens.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540