Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mchod-rol

 | 
Mireille Helffer

Annexes

La question des bols sonores dits « bols tibétains »

Texte intégral

Caractères morphologiques

1Il s’agit de bols de bronze (alliages divers) de diamètre et de profondeur variables, qui possèdent de remarquables propriétés acoustiques.

2Selon les informateurs que j’ai pu consulter et plusieurs collègues résidant au Népal, ils sont, à l’heure actuelle, fabriqués dans la vallée de Kathmandu et à l’est du Népal dans la région de Taplejung.

3Aucune donnée fiable concernant la composition des alliages employés dans la fabrication de ces bols n’est actuellement disponible.

Technique de jeu

4Le bol est frappé sur le bord au moyen d’une baguette (dont la facture est variable), ou effleuré circulairement tout autour de l’ouverture jusqu’à ce que, pro gressivement, s’établissent le son fondamental et ses multiples partiels ; il en résulte des phénomènes de résonance particuliers qui expliquent l’intérêt porté à ces objets sonores par un nombre grandissant d’amateurs (collectionneurs, musiciens, adeptes de mouvements religieux divers, musicothérapeutes, etc.). Il s’agit donc, sur le plan organologique, d’une cloche à battant externe.

Origine

5De tels bols sonores, de forme légèrement différente (ils sont en général beaucoup plus profonds), sont régulièrement employés dans les rituels bouddhiques en Chine continentale et à Taiwan, au Japon et au Viêtnam (en Corée ?) : quing chinois : « bowl-shaped idiophone of the Han Chinese. The resounding bowl is hammered out of bronze and is made to widely varying measurements, medium-sized instruments ranging from 10 to 15 cm in diameter. The bowl-bell rests on a cushion and is struck at the rim with a padded-beater. The Qing is used primarily in Buddhist temples, struck occasionally to punctuate the proper chanting of monks and nuns » (The GROVE Dictionary of Musical Instruments III : 173b + mémoire de DEA de Gao Ya Li Paris X-Nanterre en 1993).

6kin japonais : « a bowl-shaped bell called an uchinarashi or kin which is set on a bright colored cushion and struck on the edge with a mallet. This latter instrument is found commonly in home shrines and is capable of a very lovely sustaining tone. It comes in a variety of sizes from monsters of several feet in diameter to very small ones » (Malm, the GROVE Dictionary of Musical Instruments : 431b).

7cai chuông gang vietnamien (Tran van Khe).

8Les objets sonores désignés par le vocable « bols tibétains » ou « bols chantants » sont apparus sur les marchés de l’Occident vers la fin des années 1970 ou le début des années 1980. Aujourd’hui, pour des raisons économiques facilement compréhensibles, ils sont vendus en grand nombre aussi bien dans la vallée de Kathmandu, qu’à Delhi ou Lhasa, chez des antiquaires et dans les boutiques tibétaines. Ils sont employés par les musiciens occidentaux pour leurs propriétés acoustiques (cf. compositions d’Alain Kremski, qui possède une soixantaine de bols, achetés chez des antiquaires à Paris) ; des amateurs de « musique planante » se délectent de leurs vibrations ; des psychologues et musicothérapeutes vantent leur action bénéfique (cf. Eva Rudy Jansen, Singing bowls. A Practical Handbook of Instruction and Use, traduit du hollandais, 1990).

9Des collections de bols sont petit à petit déposées dans les musées d’instruments de musique (cf. Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles en 1982, 1984 et 1985 ; département d’ethnomusicologie du musée de l’Homme : Don Lequeux en 1993). Collectionneurs et marchands leur ont fréquemment attribué une origine tibétaine, d’où le nom de « bols tibétains » par lequel ils sont souvent désignés et sur la légitimité duquel il convient de s’interroger.

10On signalera également la parution dès 1981 d’un disque édité par Alain Presencer et intitulé The Singing Bowls of Tibet, Saydisc CD SDL-326.

Des bols tibétains ?

11Que ces bols proviennent des régions himalayennes paraît peu contestable, et il n’y a pas lieu de s’en étonner, étant donné les compétences reconnues des bronziers Néwar de la vallée de Kathmandu, et les traditions bien établies du travail des métaux en Assam, mais sont-ils tibétains ?

12Un premier point d’importance retient l’attention : il ne semble pas y avoir de terme tibétain pour désigner de tels bols. Aucun ouvrage tibétain ne mentionne de tels objets et le rtags-dpyad d’Humkara Dzaya, qui examine en détail les propriétés des cloches, des différents types de cymbales et des gongs, n’en parle pas. Aucun des musicologues (Crossley-Holland, Vandor, Ellingson, Canzio) qui se sont penchés sur la musique tibétaine depuis les années 1960 n’a fait allusion à l’existence de « bols sonores », et je n’en ai jamais vu utilisés dans les monastères que je visite régulièrement en Inde et au Népal depuis 1973.

13Pourtant, deux témoignages récents, provenant du Tibet central, sembleraient prouver que l’existence de bols sonores n’y était pas inconnue : je dois le premier à Nagwang Dakpa, qui se rappelle avoir entendu au monastère de Drepung, dans sa jeunesse, un tel bol, frappé par le sku-gnyer du monastère ; le second me vient de ma collègue tibétologue Anne-Marie Blondeau, qui a vu et entendu sonner un bol au monastère bka’-brgyud-pa de Gnas-nang qu’elle visitait en 1991 : le moine responsable lui aurait dit que le maniement de la batte en bois contre la paroi du bol avait pour effet de faire monter la voix des dâkinî cachées dans le bol.

14Mais il s’agissait là d’objets isolés, et en aucun cas de ces carillons de bols que cherchent à constituer les amateurs occidentaux.

15Enfin l’examen d’une peinture d’offrandes des collections des Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles (VER 352), m’a montré, au milieu d’autres instruments de musique appartenant plutôt à la tradition chinoise, un unique bol sonore, posé sur un support et accompagné d’une batte en bois.

16Dans ces conditions, et en dépit des affirmations répétées de certains qui attribuent la fabrication des bols à des « chamanes itinérants » (sic), appartenant à des tribus tibétaines, il paraît difficile de défendre l’origine tibétaine des « bols chantants » et il semblerait logique de renoncer à l’appellation bols tibétains.

17Si néanmoins cette appellation devait se maintenir dans le grand public, il faudrait plutôt y voir un désir de légitimer des propriétés acoustiques exceptionnelles par l’appartenance à une tradition magico-religieuse prestigieuse, et, ce qui est moins noble, un moyen d’augmenter la valeur économique des objets en question.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540